Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

Thèmes et variations

L’Homme d’Oc et le Génie méditerranéen : un « coup d’éclat » ?

Christian Lagarde

Texte intégral

1Toujours pressé par d’incessantes entreprises, je regrette aujourd’hui les trop rares moments d’échange intellectuel qu’il m’a été donné de partager avec Françoise Haffner. Et pourtant ils n’ont été que la partie visible d’un iceberg de ce que je crois avoir été une profonde complicité : Françoise la généticienne, si rigoureuse scientifique face au texte, était sans doute aussi une grande intuitive, inondante d’affectivité, à l’endroit de ses étudiants et de ses collègues plus jeunes, dégageant une sorte d’aura maternelle, radieuse, généreuse et exigeante à la fois. C’est pourquoi elle nous – elle me – manque d’autant plus aujourd’hui, où notre monde universitaire se veut toujours plus compétitif et comptable en toute chose.

2Ma Françoise Haffner était Fabre, pleinement Fabre, de la tête aux pieds : de sa racine latine – l’homo faber est par excellence créateur – à son patronyme languedocien, si répandu et si illustrement incarné (d’Eglantine, d’Olivet, Castor...), qui signifie « forgeron », celui-là même qui, par son effort, son art et son pouvoir, domine une matière inflexible. Intellectuellement, et dans l’affect qui peut néanmoins lui être lié, nous tangentions par Carcassonne, elle du côté de l’un de ses deux auteurs favoris, Joë Bousquet, et moi du côté de mes racines « cathares » et occitanes, par l’intermédiaire de René Nelli, qui fut si proche de Bousquet.

3Tant et si bien que la fréquentation épisodique du vieux bouquin aux pages roussies que mon père octogénaire – militant occitaniste s’il en est, et proche de Nelli par sa passion pour l’ethnotexte –, garde précieusement dans sa bibliothèque, s’est trouvé investi, depuis ces longues années de compagnonnage perpignanais, par la figure de Françoise. Il était donc difficile, selon une logique toute subjective, de célébrer ici sa chère mémoire autrement qu’en reprenant par l’étude cet objet devenu, sans quelle l’ait su, la pierre de touche de notre relation. Quiconque l’a connue comprendra pourquoi...

1. Un univers en débat

  • 1 Alain Paire, « Jean Ballard, une vie pour les Cahiers du Sud », URL : <http://www.galerie-alain-paire.com/index.php?option=com_content&view=article&id=126&Itemid=6>

4Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen constitue un numéro spécial de la revue Les Cahiers du Sud. Ce périodique domicilié 10, Cours du VieuxPort à Marseille fut fondé et dirigé depuis 1913 (sous le titre de Fortunio, avec Pagnol, jusqu’en 1925) jusqu’en 1966 par Jean Ballard, qui en avait fait un précieux lieu de rencontre des avant-gardes « caractérisé par une ouverture d’esprit qui lui faisait embrasser de larges horizons1 ». Ballard, de son état « peseur-juré » du port, a toute sa vie durant milité pour son ancrage au Sud et au monde méditerranéen, rompant pour cela même avec son ami Pagnol qui lui avait fait miroiter la gloire de la reconnaissance parisienne à laquelle il s’était pour lui-même abandonné. Ballard le Marseillais avait un faible pour Carcassonne où, « depuis dix ans », écrit-il en 1942 ou 1943, il aimait à se ressourcer, dans la chambre devenue salon littéraire du véritable « frère couché » qu’était devenu pour lui le poète blessé de guerre Joë Bousquet, « pour y respirer l’étonnant climat intellectuel [que celui-ci] fai[sai] t régner à son chevet », et que Ballard définit comme :

  • 2 Jean Ballard, « Avant-Propos », in Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen, Les Cahiers du Sud, 1943 (...)

une floraison de l’esprit comme on en vit sous la Renaissance, un loisir amoureux de tous les aspects du savoir et attirant des amis innombrables accourus vers cette conscience et cette mémoire comme vers un lac de montagne à la fois lumineux et secret2.

  • 3 Id.
  • 4 Ibid., p. 7.
  • 5 René Merle, « Cahiers du Sud 1943 », <http://rene.merle.charles.antonin.over-blog.com/articlecahiers-du-sud-1943-1 -genie-d-oc-jean-ballard-82980793.html>

5De ce numéro, daté de 1943, « il a été tiré – indique le verso de la page de titre – sept mille exemplaires dont deux mille pour les abonnés de la Revue et cinq mille sous couverture spéciale, destinés à la librairie3 »– ce qui nous permet de mesurer son large auditoire. Conçu à l’instigation de Jean Ballard, il était en gestation depuis plusieurs années déjà, retardé pour deux types de motifs. En premier lieu, chronologiquement, puisqu’elle s’exprime dès 1938, en raison d’une répugnance de Bousquet et ses proches à opérer une synthèse éventuellement réductrice d’un thème relevant d’une intimité en recherche (« la chose leur semblait une recherche indiscrète, une exhumation ») et en perpétuel débat – d’où, selon Ballard, « une difficulté réelle à prendre du recul d’eux-mêmes, à se détacher de leurs habitudes mentales pour les analyser, les comprendre » dont le directeur des Cahiers « vin[t] à bout par la persuasion et par la ruse4. » Il y a ensuite la guerre qui, bien que le Bas-Languedoc soit en « zone libre » jusqu’en 1942, bride la parole et raréfie les moyens matériels. L’historien marseillais René Merle écrit à ce propos : « On conçoit que la défaite de 1940 et les événements qui suivirent en avaient quelque peu ralenti la mise au point5. » (Blog)

  • 6 Ce corpus comprend les contributions suivantes : Louis Alibert : « Origine et destin de la langue d (...)

6Point d’aboutissement d’un long processus, Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen se présente sous la forme d’un volume de 408 pages. Il s’ouvre sur un « Avant-Propos » de Ballard, suivi d’une « Présentation de l’Homme d’Oc » par Bousquet, et s’articule autour de deux grandes parties, logiquement intitulées « Le Génie d’Oc » (p. 17-158) puis « L’homme méditerranéen » (p. 161-405), chacune d’elles étant subdivisée en deux. Nous avons là un recueil d’articles et de micro-anthologies poétiques particulièrement riche, qui compte entre autres deux contributions de Nelli, deux autres d’un certain Emile Novis (qui n’est autre que l’anagramme de la philosophe Simone Weil, alors réfugiée à Marseille), deux autres de Bousquet et une autre, la dernière, compte rendu d’une « Soirée Languedocienne – Entretiens dans la Cité » [de Carcassonne], œuvre de Ballard. Tel est le corpus6 sur lequel je m’appuierai ici. C’est par la langue occitane (Louis Alibert), la lyrique des Troubadours, la littérature (du Moyen Age au Félibrige), les arts et la spiritualité cathare, que se définit « L’Homme d’Oc » dont la méditerranéité trouve à s’illustrer brillamment dans le second volet de l’ouvrage.

  • 7 Robert Lafont & Christian Anatole, Nouvelle histoire de la littérature occitane, Paris, PUF, 1970. (...)
  • 8 C’est ainsi que Lafont, en grande divergence avec Nelli sur les orientations soixante-huitardes de (...)

7On s’interrogera cependant sur les articulations que postule hardiment le numéro, d’abord entre « Homme d’Oc » – celui-là même à qui l’occitanisme soixante-huitard voudra rendre, en occitan, le « droit à la parole » (« Òme d’òc, as dreit a la paraula ! Parla ! ») –, que l’on peut entendre, au sens anthropologique, comme noyau central de la culture d’oc, et la langue d’oc ; ensuite, sur le lien entre la revendication culturelle qui s’y exprime clairement, et la revendication politique que l’époque, à l’évidence, ne permet nullement d’afficher. Pour être appréhendés au plus juste, ces questionnements doivent nécessairement être à la fois recontextualisés et mis en perspective, comme doit l’être avant toute chose la parution de ce volume des Cahiers en 1943. Ainsi, dans le tome II de la Nouvelle histoire de la littérature occitane, publiée en 1970 aux PUF sous l’égide de l’institut d’Etudes Occitanes7, les coauteurs, Robert Lafont et Christian Anatole, font référence au numéro spécial qui nous occupe. Il est très vraisemblable que la plupart des grandes fresques qui jalonnent cette somme sont l’œuvre de Robert Lafont, grand et brillant amateur d’un tel exercice, de même que les passages les plus idéologisés quant au jugement8 sont, sans aucun doute, également de sa plume. A preuve ce paragraphe qui met en scène L’Homme d’Oc :

  • 9 Ibid., p. 723.

Dès 1943 d’autres possibilités naissent. Des écrivains français repliés en Occitanie s’interrogent sur la civilisation de ce pays : Simone Weil, Louis Aragon, Tristan Tzara. Le numéro spécial des Cahiers du Sud, Le génie d’oc et l’homme méditerranéen (1943) est un coup d’éclat. L’occitanisme militant y est associé à une pensée de liberté de conscience, à une curiosité pour l’hérésie des hérésies, le catharisme. Ainsi se prépare, dans la clandestinité, l’Institut d’Etudes Occitanes, apparu à Toulouse dès la Libération, œuvre d’Ismaël Girard, Max Rouquette, René Nelli, Pierre Rouquette, etc...9

8L’enchaînement argumentatif qui introduit la dernière phrase, vraisemblablement lié au risque de réification auquel conduit l’exercice de synthèse est discutable, et il sera discuté, au plan de la polémique et sur celui de l’exactitude historique ; nous aurons l’occasion d’y revenir. Reste néanmoins le « coup d’éclat », rétrospectivement indéniable...

  • 10 J.H. Probst consacre deux articles à Llull (p. 161-172 et p. 215- 223), l’historien catalan Ferran (...)
  • 11 Pratiquement toute la première sous-partie (« I ») du « Génie d’Oc », soit 10 contributions, plus u (...)
  • 12 Gabriel Audisio, « Vues sur Ulysse, ou l’ambivalence des Méditerranéens », ibid., p. 271- 282 (On c (...)

9Encore faudrait-il s’entendre sur les éléments de référence d’un dossier qui nous propose une réflexion sur la base d’espaces emboîtés. Ainsi, lorsque Bousquet invoque la « terre d’oc », qu’il assimile clairement à une terre méditerranéenne et venteuse, il la dénomme par la suite plus précisément « Languedoc ». Celui-ci, bien qu’il s’en distingue, inclut le Haut-Languedoc où culmine le piton de Montségur, hautement symbolique aux yeux des différents contributeurs, du catharisme et par là même de la singularité de la culture et de l’esprit « d’oc ». C’est bien là que s’incarne « l’inspiration occitanienne » qu’invoque Simone Weil (alias Emile Novis) et que se configure le projet d’établissement d’une langue de référence chère à Louis Alibert, dont Carcassonne – et, pour Nelli, sans doute la chambre même de Bousquet – est en quelque sorte l’épicentre. La ville, qui se positionne, suivant une verticale nord-sud, entre les montagnes-refuges du Massif « Central » (selon une lecture hexagonale du territoire) et les Pyrénées, et sur un axe ouest-est, à quelques encablures seulement du Seuil de Naurouze marquant la ligne de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée, est en effet un lieu de passage et de synthèse : les Cathares des châteaux étaient dits « Albigeois » et le vasselage des comtes de Toulouse s’y ouvrait par la Narbonnaise au berceau gréco-romain. De là se dessinent dans l’espace et le temps des cercles concentriques synonymes de l’ouverture prônée par Ballard et ses Cahiers : au plus proche, la Catalogne qui nourrit autour de la figure du Majorquin Ramon Llull articles et pièces anthologiques10 ; par-delà, l’univers arabo-andalou qui servit de modèle aux Troubadours et à la longue litanie de leurs successeurs11 ; plus loin encore, aux deux rives de la Méditerranée dont le Marseillais Gabriel Audisio s’épuise alors à susciter l’unité de culture12.

  • 13 Louis Alibert, « Origine et destin de la langue d’Oc », ibid., p. 25.

10Pour Alibert, auteur de la contribution liminaire à « L’Homme d’Oc », le Languedoc est par excellence la terre de la langue d’oc, le languedocien le dialecte trait d’union parmi les autres qui la composent – le catalan n’étant certes plus considéré comme tel, mais conservant une proximité fraternelle et stratégique. Le languedocien se voit investi d’une double légitimité : il est la base d’où peut émerger une « langue littéraire » moderne comparable à celle que Pompeu Fabra est en train d’imposer à Barcelone (où Alibert avait publié sa Gramatica occitana en 1935), et à la koinè qui s’était exprimée à l’Age d’or occitan dans les textes des Troubadours. Cette « langue moderne, reconstituée et réformée [...] ne se « limit[ant] ni à un terroir ni à un temps », véritable « synthèse de la langue des écrivains anciens et modernes13 », tout en conservant une ouverture à la variété, est aux yeux du linguiste la seule capable de faire face et pièce à la réduction de la langue à l’état de patois, imposée à la suite de la Croisade par l’Etat monarchique puis républicain.

11Mais la place accordée à la langue dans le legs culturel qu’entendent valoriser dans leur ensemble les contributeurs, est inégale et reflète la distance (ou la proximité) que chacun entretient (ou non) avec elle. Ainsi, à l’inverse de la démarche de légitimation par l’illustration littéraire, entreprise par le pharmacien de Montréal d’Aude, nous voyons Joë Bousquet se borner, dans son texte introductif, à refléter des usages diglossiques finement observés : ceux, diastratiques, du peuple ; ceux, diaphasiques et en lien avec eux, des invectives et des jurons :

  • 14 Joë Bousquet, « Présentation de l’Homme d’Oc », ibid., p. 9.

Ici, on interpelle les pauvres dans la langue que parlaient autrefois les châteaux et cette langue est l’expression si naturelle des sentiments les plus profonds que chacun l’y reprend d’instinct pour jurer et se donner au diable14.

12Quoi de plus normal ? ce n’est pas et ne sera pas sa langue d’écriture, contrairement à René Nelli, qui passe en 1942 du français à l’occitan, sans jamais se priver de cultiver aussi le premier ou de s’autotraduire.

  • 15 Ibid., p. 11.
  • 16 Ibid., p. 9.

13Pour Bousquet, « L’histoire [aura beau dire] que la pensée d’oc a dû s’adapter à une langue nouvelle, recevoir, avec un vocabulaire neuf, le reflet d’une vie où elle n’avait pas sa source15 », l’important réside ailleurs, dans les valeurs idiosyncrasiques qui se sont perpétuées malgré les retombées vengeresses de la Croisade. Mieux, il en inverse le prix en suggérant, suivant ainsi les préceptes cathares, que « les hommes d’oc sont les héritiers d’une civilisation déchue et [que] cette déchéance est, au regard de l’imagination, une aventure providentielle16 ». Le « frère couché » autour duquel se presse l’intelligentsia locale et de bien au-delà, par des temps de guerre et de repli, appelle de ses vœux la résurgence d’un « génie » différent de celui de la France, en partant du postulat qu’il « n’en est pas un affluent » (c’est-à-dire, qu’il ne lui est en rien subordonné), mais bien plutôt une manière d’être et de penser susceptible d’être érigée en modèle universel :

  • 17 Ibid., p. 12.

L’homme d’oc se souvient qu’il est le fils de la lumière, ce qui est vrai, au moins dans sa langue où la parole est la reine de l’action et s’envole tandis que celle-ci s’accomplit. Il a hérité d’une mission unique et va reprendre sous une autre forme la tentative désespérée de ses pères pour s’arracher au discontinu. Réussira-t-il à enfanter la conscience de l’homme moderne et à substituer un humanisme intégral à l’humanisme de convention ? Son intention est de pourvoir son temps d’un ordre normal accommodé à la prodigieuse puissance soudain échue à l’homme physique17.

  • 18 Jean Ballard, « Soirée languedocienne. Entretiens dans la Cité », p. 390-405.
  • 19 Intervention du poète et essayiste René Daumal (1908-1944) dont Florence de Lussy (« L’autre Simone (...)
  • 20 Jean Ballard, « Soirée languedocienne... », art. cit., p. 394.
  • 21 Intervention de Claire Charles-Géniaux (1879-1971), écrivain du pacifisme et de la condition fémini (...)
  • 22 Ibid., p. 392.
  • 23 Intervention de René Nelli, ibid., p. 401.
  • 24 Intervention de Joë Bousquet, ibid., p. 402.
  • 25 Jean Ballard, « Soirée languedocienne... », art. cit., p. 404.

14De quoi ce « génie d’oc » est-il fait ? La parole des convives de la soirée carcassonnaise de fin d’hiver 1941, consignée en fin de volume sous l’intitulé « Soirée languedocienne. Entretiens dans la Cité18 », fait émerger des opinions variées qui cristallisent en trois points : l’un des participants, originaire du Nord-Est de la France19, oppose pour sa part l’homme du Nord « convaincu qu’il y a une vérité absolue et une seule » au Méditerranéen qui s’illustre dans la « tolérance fondée [...] sur le sens de la relativité humaine20 » ; une autre21 voit plutôt en l’homme d’oc « l’héritier du Parfait, du Bon Homme [cathare] dans sa « sobriété » toute de « mesure [et] finesse22 », tandis que pour Nelli, qui développe là le fruit de ses recherches, il est avant tout l’inventeur de la femme à travers l’amour courtois, car « en la femme aimée [les hommes] renaissent à l’espoir de retrouver [...] l’autre versant de leur esprit23 ». Sans doute Bousquet résume-t-il à la perfection cette singularité en affirmant que « l’homme d’Oc [...] se distingue par une extension particulière qu’il donne à la notion d’être24 » et par la belle formule qui clôt la veillée : « Il faut que la pensée de l’individu mérite d’être celle du monde25 ».

  • 26 J’ironise, bien entendu.
  • 27 C’est ici une image à laquelle je me risque, en comparaison au « générationnisme » qui accompagne l (...)
  • 28 Robert Lafont, Le Sud et le Nord, dialectique de la France, Toulouse, Privât, 1971.

15Et si l’on pouvait craindre, sur la base de « la mission unique » qui fonderait le primat de l’occitanité, que Joë Bousquet en fasse une forme parmi tant d’autres d’essentialisme (selon laquelle, à trop rechercher le génie des peuples – surtout le sien – on ne ferait que décliner une fois de plus la course au primigène et à l’être supérieur, dans « l’air du temps » à pareille époque26), il n’en est rien. Car, précisément, prêcher l’« humanisme intégral » s’inscrit à l’opposé d’une démarche aussi abjecte. Ce qui est en jeu ici, n’est autre qu’une forme de « régénérationnisme27 », visant non pas tant à renouer le fil interrompu d’une culture qu’à réactiver le filigrane où il s’était trouvé réduit. En cela, Bousquet anticipe et dépasse le projet, moins philosophique que politique, qu’exprimera Robert Lafont quelque trente ans plus tard dans Le Sud et le Nord, dialectique de la France 28.

2. Des strates de lecture en contextes

  • 29 Emile Novis, « En quoi consiste l’inspiration occitanienne », p. 151.

16En effet, l’orientation métaphysique de sa réflexion n’empêche pas pour autant Bousquet de s’inscrire dans le concret. A preuve le débat qui se noue, par articles interposés dans ce Cahier, avec le point de vue de Novis-Weil, pour qui « Rien ne vaut la piété envers les patries mortes29 ». Si elle retient bien de la leçon « occitanienne » une portée tout aussi universelle, rien ne servirait pourtant à ses yeux de vouloir en recréer le cadre sociopolitique :

  • 30 Id.

Personne ne peut avoir l’espoir de ressusciter ce pays d’Oc. On l’a, par malheur, trop bien tué. Cette piété ne menace en rien l’unité de la France, comme certains en ont exprimé la crainte. Quand même on admettrait qu’il est permis de voiler la vérité quand il n’y a pas ici de telle nécessité. Ce pays qui est mort et qui mérite d’être pleuré n’était pas la France. Mais l’inspiration que nous pouvons y trouver ne concerne pas le découpage territorial de l’Europe. Elle concerne notre destinée d’hommes.30

  • 31 René Merle, « Cahiers du Sud 1943 », art. cit.
  • 32 Précision apportée par Florence de Lussy, in « L’autre Simone », art. cit.
  • 33 Emile Novis, « En quoi consiste l’inspiration occitanienne », p. 151.

17Pour reprendre ce qu’en écrit René Merle – et approuver cette analyse –, disons que Bousquet et Weil « se séparent sur ce qui peut en assurer la perpétuation et la vertu aujourd’hui », entre, respectivement, « assumer une renaissance en ces terres » et privilégier « une démarche intérieure d’assomption et de lucidité31 ». Là aussi, sans aucun doute, la divergence d’appréciation, non pas tant de la valeur en soi du message médiéval d’oc que de l’instrumentalisation qui peut en être faite, tient pour l’essentiel à la distance du penseur à son objet. Or, en pareil cas, n’oublions pas que l’intellectuel Bousquet n’en est pas moins aussi sujet historiquement impliqué en pareil processus, alors même que Simone Weil (qui découvre le cénacle carcassonnais à Pâques 194232) ne fait que le tangenter ontologiquement. Cette position permet à la philosophe de conclure très explicitement son propos à l’exact opposé de l’intention du poète carcassonnais : « Nous n’avons pas à nous demander comment appliquer à nos conditions actuelles d’existence l’inspiration d’un temps si lointain33 ».

  • 34 Laurent Abrate, 1900 1968, Des idées et des hommes. L’émergence et l’histoire de la revendication o (...)
  • 35 Joan Larzac, in Jean-Marie Petit (éd.), Hommage à Charles Camproux – Omenatge a Caries Camprós, Béz (...)
  • 36 Ibid., p. 348.

18Pareille divergence d’interprétation n’est pas sans lien avec le débat interne au militantisme occitan, analysé en tant qu’historien par Abrate, au sujet de l’importance historique à accorder au numéro spécial des Cahiers du Sud qui nous occupe. Pour Lafont, je l’ai dit, il constitue un « coup d’éclat », c’est-à-dire un point, sinon de rupture, du moins d’inflexion ; Abrate34 rappelle la position critique de Joan Larzac, qui en conteste la portée d’un point de vue chronologique, délibérément anti-parisianiste : on n’a pas attendu les intellectuels repliés en Zone libre pour amorcer ce virage (« Pas besonh d’esperar 43, coma s’aviá calgut esperar l’arribada dels parisencs replegats – Simòna Weil, Aragon, Tzarà – per que se liguèsse l’occitanisme militant a la batèsta de la libertat35 »). Et d’avancer des arguments d’une antériorité qui laisse aujourd’hui perplexe, dans la mesure où il est difficile de dater – sauf mentions expresses, et il y en a dans le volume – tous les éléments, et donc les étapes, d’un processus éditorial que l’on sait avoir été long et tortueux. La querelle, très contextualisée aux années 1970, paraît aujourd’hui bien secondaire : nous sommes indubitablement dans le symbole, et Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen, même dans l’après-coup, garde parfaitement, sept décennies après sa parution, cette dimension que lui reconnaît du reste un Abrate plutôt enclin à avaliser l’opinion de Larzac. Qu’on en juge : cette entreprise, « de nos jours encore, n’a pas son équivalent » et « Il est vrai que la revue Oc célébra [sa] sortie comme un fait aussi important que la publication de Mireille36 », le poème-fleuve par lequel Frédéric Mistral acquit sa gloire parisienne annonciatrice de son Prix Nobel de littérature (1904).

  • 37 Ibid., p. 349.

19René Nelli, proche entre les proches du maître d’ouvrage du Génie d’Oc, devenu président de la SEO (Societat d’Estudis Occitans) quelques mois seulement après la parution des Cahiers37, fixe dans le numéro d’hiver d’Oc, l’organe de cette association, un cap parfaitement similaire, d’une quête identitaire au sens non-essentialiste du terme, en y liant « pourquoi pas » la conscience politique, qui fait partie des visées de l’entité qu’il conduit désormais :

  • 38 Cité ibid. La traduction française : « Redonner aux jeunes le goût des idées spécifiquement méditer (...)

Tornar rendre als joves lo gost de las ideas especificament miegterranas... Las ideas, segur, apartenon pas a una raça mentretant cada païs a sas ideologias preferidas. Cal recensar las constantas del Engeni d’Oc sus lo plan filosofic, estetic e tanplan politic – no fugue pas que per saber enfin ço que siam – e las pausar com estimulants a la pensada d’oc, sens brica l’encadenar a aquelas « normas », mas per lo desvolopar, en primier, dins lo sens de son eime natural.38

  • 39 Louis Alibert, art. cit p. 25 : « Aujourd’hui, une nouvelle aurore se lève, qui promet de beaux jou (...)
  • 40 Emile Novis, « En quoi consiste l’inspiration occitanienne », art. cit, p. 158 : « Dans la mesure o (...)

20En effet, si la signification de la composition et de la parution du numéro spécial des Cahiers du Sud est avant tout culturelle, sous ses angles « philosophique [et] esthétique », elle n’en est pas moins politique et pleinement inscrite en cela dans son contexte historique. « Coup d’éclat », dans ce sens également, elle marque un tournant en cours dans le positionnement du milieu militant pour la langue et la culture d’oc, du pétainisme à la Résistance. Dans son travail de confrontation des sources d’époque et de témoignages, Laurent Abrate est parvenu à éclairer suffisamment cette période floue de notre histoire où les ambiguïtés, les revirements ou les incohérences des uns ou des autres (ou à leur sujet) abondent. Que dans ce même volume cohabitent la proclamation d’allégeance d’Alibert à la politique de Vichy à l’égard des langues régionales39 et que s’y détecte, à mots très peu couverts (surtout, on s’en doute, chez Simone Weil40, mais très clairement aussi, entre autres, chez Bousquet et Nelli) une apologie des valeurs occitanes faites d’amour courtois et de tolérance, aux antipodes de l’idéologie nazie, est le signe d’un basculement des opinions en faveur d’une insoumission à l’Occupant dont la veillée intellectuelle carcassonnaise rapportée par Jean Ballard n’est en fin de compte que la « version soft ».

21Abrate peut écrire à juste titre que, tout comme dans l’ensemble de la société française,

  • 41 Laurent Abrate, op. cit., p. 335.

jusqu’en 1942, une unanimité se dessine au sein du mouvement [en faveur de la langue et de la culture occitanes], de la SEO au Félibrige officiel sans oublier l’Escola Occitana, en faveur de la collaboration à la politique mise en place par le gouvernement de Vichy [...] autour de deux points essentiels : le régionalisme et l’enseignement de la langue d’oc41.

  • 42 Terra d’Oc, suppl. au n° de février 1941. Cité par Abrate, ibid, p. 331.
  • 43 Charles Maurras était Majoral du Félibrige, c’est-à-dire l’un de ses dignitaires.
  • 44 Cf. Abrate, op. cit., p. 336.

22Le Maréchal avait séduit dès novembre 1940 les militants de tout poil par ses proclamations sur la nécessité de soutenir les particularismes régionaux et l’enseignement des « langue[s] dialectale[s] ». Il écrivit ainsi à A.-J. Boussac, président de la SEO : « Permettez-moi de vous féliciter chaleureusement pour cette “défense et illustration” de vos dialectes et de vos caractères ethniques, que vous menez depuis si longtemps avec une persévérance enfin récompensée42 ». Les liens du Félibrige et de Maurras sont bien connus43 ; aussi ne faut-il pas s’étonner que l’abbé Salvat, représentant de sa composante la moins idolâtre envers Mistral, l’Escola Occitana basée à Toulouse, ait pu œuvrer pour obtenir du Secrétaire d’Etat à l’Education Nationale et à la Jeunesse, Jérôme Carcopino, la promulgation d’un arrêté (en date du 24 décembre 1941) par lequel l’enseignement facultatif hebdomadaire des « langues basque, bretonne, flamande [et] provençale44 » était enfin autorisé. Ce texte restera l’étalon en la matière, la revendication ayant débouché sur la loi Deixonne de 1951, les circulaires Savary de 1981 et Lang de 2001, s’en étant, sans le montrer, passablement inspirées.

  • 45 Cité ibid., p. 350.
  • 46 Ibid., p. 351.
  • 47 Ibid., p. 353 et sq.
  • 48 L’événement appartient à la mémoire de l’INA : URL : < http://www.ina.fr/video/RAF01004182>
  • 49 La bibliographie de René Nelli, tant chez les éditeurs régionaux que nationaux, est impressionnante (...)

23Les penchants pour le régime se manifestent de différentes manières. Entre autres, Emile Ripert, universitaire provençal et Majoral du Félibrige, fait fin 1943 dans L’Action Française une critique virulente de notre numéro des Cahiers du Sud dans laquelle, dit Abrate, « il insistait lourdement sur l’anticatholicisme le pro-sémitisme de ses rédacteurs45 ». Mais les engagements et les trajectoires changent. Ainsi, Salvat lui-même sera interné pendant un an au camp de Neuengamme de 1944 à 1945 ; ainsi, Pierre-Louis Berthaud, « maurrassien au début de la guerre, travaillant à Vichy pour le compte du Ministère de l’information », passa au cours de cette même période 42-43 à la Résistance, au titre de laquelle il fut arrêté, incarcéré puis déporté à Dachau46. D’autres furent plus constants, comme Camproux et les futurs fondateurs d’un IEO (héritier de la SEO) reconnu d’utilité publique, Cassou et Soula. Enfin, la Libération fut saluée par l’ensemble des institutions et leurs organes « avec autant d’enthousiasme que l’avènement du maréchal Pétain », comme le montre également et non sans ironie Abrate47. Entre temps, Simone Weil était morte de maladie en Angleterre, six mois à peine après la sortie du Génie d’Oc, alors que Joë Bousquet, dont l’acuité intellectuelle l’avait tant impressionnée, allait s’éteindre à Carcassonne cinq ans après la Libération. Plus tard, en 1963, Marseille et son maire, l’ancien résistant Gaston Defferre, fêtèrent dignement les 50 ans des Cahiers et leur âme, Jean Ballard48, tandis que René Nelli devenait l’expert incontournable et adulé de l’érotique des troubadours et du catharisme49.

  • 50 On peut toutefois considérer que l’existence de Simone Weil, normalienne en rupture de classe (puis (...)
  • 51 C’est l’aspect polysémique du terme qui fonctionne comme une métaphore filée tout au long de l’ouvr (...)

24Le détour trop sommaire par l’histoire de l’Occupation n’avait d’autre but, on l’aura compris, que de montrer à quel point la structuration et le contenu, tout comme la période d’écriture et de publication de Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen, constituent à la fois une excellente illustration et un jalon symboliquement significatif des résistances aux surprenants méandres des engagements à cette époque. Si l’exigence intellectuelle et éthique dont étaient porteurs les participants à ce beau numéro spécial des Cahiers du Sud contraste grandement avec certains opportunismes, on y retrouve le courage que d’autres protagonistes ont exprimé de manière bien plus héroïque50. A relire, soixante-dix ans après, les diverses contributions qui le composent, comment ne pas louer l’éclat de la sagesse, de la clairvoyance et de la grandeur d’âme de ces hommes ou femmes qui croyaient en l’Homme au plus profond de la nuit51 ?

Notes

1 Alain Paire, « Jean Ballard, une vie pour les Cahiers du Sud », URL : <http://www.galerie-alain-paire.com/index.php?option=com_content&view=article&id=126&Itemid=6>

2 Jean Ballard, « Avant-Propos », in Le Génie d’Oc et l’homme méditerranéen, Les Cahiers du Sud, 1943, p. 4.

3 Id.

4 Ibid., p. 7.

5 René Merle, « Cahiers du Sud 1943 », <http://rene.merle.charles.antonin.over-blog.com/articlecahiers-du-sud-1943-1 -genie-d-oc-jean-ballard-82980793.html>

6 Ce corpus comprend les contributions suivantes : Louis Alibert : « Origine et destin de la langue d’Oc », p. 17-25 ; Jean Ballard : « Avant-Propos », p. 5-8 et « Soirée languedocienne – Entretiens dans la Cité », p. 390-405 ; Joë Bousquet : « Présentation de l’Homme d’Oc », p. 9-13 et « Conscience et Tradition d’Oc – Fragments d’une Cosmogonie », p. 374-389 ; René Nelli : « De l’Amour provençal », p. 44-68 et « « Fragments d’une Métaphysique d’Oc : Introduction à une Dialectique du Bien et du Mal », p. 370-373 ; Emile Novis : « L’Agonie d’une Civilisation vue à travers un poème épique », p. 99-107 et « En quoi consiste l’inspiration occitanienne », p. 150-158.

7 Robert Lafont & Christian Anatole, Nouvelle histoire de la littérature occitane, Paris, PUF, 1970. A la différence de Lafont, Christian Anatole – que j’ai également bien connu –, tout militant qu’il était, se voulait avant tout universitaire et analyste littéraire.

8 C’est ainsi que Lafont, en grande divergence avec Nelli sur les orientations soixante-huitardes de l’occitanisme, lui règle sévèrement son compte dans ce paragraphe conclusif de la notice qui lui est consacrée : « De cette façon, ce poète occitan, pour qui la facilité félibréenne est comme si elle n’avait pas existé, s’isole aussi de cette saisie historique du monde, qui se développe dans la poésie d’oc pendant qu’il écrit » (ibid., p. 780).

9 Ibid., p. 723.

10 J.H. Probst consacre deux articles à Llull (p. 161-172 et p. 215- 223), l’historien catalan Ferran Soldevila traite de « L’esprit d’Oc et la Catalogne » (p. 173-181) et suivent une série de poèmes catalans « traduits par Louis Alibert et René Nelli », p. 182-187.

11 Pratiquement toute la première sous-partie (« I ») du « Génie d’Oc », soit 10 contributions, plus une brève anthologie poétique, plus la quasi intégralité des 4 contributions de la deuxième sous-partie (« IV ») de « L’homme méditerranéen », tournent autour de l’articulation de la poésie des Troubadours avec la philosophie du catharisme.

12 Gabriel Audisio, « Vues sur Ulysse, ou l’ambivalence des Méditerranéens », ibid., p. 271- 282 (On consultera avec profit l’article de Gunther Verheyen, « La vision d’une Méditerranée pluriculturelle dans la France de l’entre-deux-guerres : Gabriel Audisio entre “L’Ecole d’Alger” et Les Cahiers du Sud »,
URL : <http://www.openstarts.units.it/dspace/bitstream/10077/6910/l/Verheyen_LF_2000_2.pdf>)

13 Louis Alibert, « Origine et destin de la langue d’Oc », ibid., p. 25.

14 Joë Bousquet, « Présentation de l’Homme d’Oc », ibid., p. 9.

15 Ibid., p. 11.

16 Ibid., p. 9.

17 Ibid., p. 12.

18 Jean Ballard, « Soirée languedocienne. Entretiens dans la Cité », p. 390-405.

19 Intervention du poète et essayiste René Daumal (1908-1944) dont Florence de Lussy (« L’autre Simone », in Pascal Mercier et Claude Pérez (éds.), Déplacements, dérangements, bouleversement : Artistes et intellectuels déplacés en zone sud (1940-1944), Url : <http://revues.univ-provence.fr/lodel/ddb/document.php?id=89>) nous dit qu’il avait été le condisciple de Simone Weil à l’Ecole Normale Supérieure.

20 Jean Ballard, « Soirée languedocienne... », art. cit., p. 394.

21 Intervention de Claire Charles-Géniaux (1879-1971), écrivain du pacifisme et de la condition féminine.

22 Ibid., p. 392.

23 Intervention de René Nelli, ibid., p. 401.

24 Intervention de Joë Bousquet, ibid., p. 402.

25 Jean Ballard, « Soirée languedocienne... », art. cit., p. 404.

26 J’ironise, bien entendu.

27 C’est ici une image à laquelle je me risque, en comparaison au « générationnisme » qui accompagne la « génération de [18] 98 » espagnole. Partant d’un constat de profonde décadence, Unamuno et ses contemporains en appellent à un sursaut national par l’assomption du passé et par l’intelligence.

28 Robert Lafont, Le Sud et le Nord, dialectique de la France, Toulouse, Privât, 1971.

29 Emile Novis, « En quoi consiste l’inspiration occitanienne », p. 151.

30 Id.

31 René Merle, « Cahiers du Sud 1943 », art. cit.

32 Précision apportée par Florence de Lussy, in « L’autre Simone », art. cit.

33 Emile Novis, « En quoi consiste l’inspiration occitanienne », p. 151.

34 Laurent Abrate, 1900 1968, Des idées et des hommes. L’émergence et l’histoire de la revendication occitane, s. 1., Institut d’Estudis Occitans, 2001.

35 Joan Larzac, in Jean-Marie Petit (éd.), Hommage à Charles Camproux – Omenatge a Caries Camprós, Béziers, CIDO, 1983. La traduction française : « Pas besoin d’attendre 43, comme s’il avait fallu attendre l’arrivée des Parisiens repliés – Simone Weil, Aragon, Tzara – pour que l’occitanisme militant se lie à la lutte pour la liberté » est de L. Abrate (op. cit., n. 938, p. 374).

36 Ibid., p. 348.

37 Ibid., p. 349.

38 Cité ibid. La traduction française : « Redonner aux jeunes le goût des idées spécifiquement méditerranéennes... Les idées, c’est sûr, n’appartiennent pas à une race alors que chaque pays a ses idéologies préférées. Il faut recenser les constantes du Génie d’Oc sur le plan philosophique, esthétique et également politique – ne fut-ce que pour savoir enfin ce que nous sommes – et les proposer comme stimulants à la pensée d’oc, sans l’enchaîner à ces « normes » mais pour la développer, d’abord, dans le sens de son esprit naturel » est de L. Abrate, ibid., n. 946, p. 375.

39 Louis Alibert, art. cit p. 25 : « Aujourd’hui, une nouvelle aurore se lève, qui promet de beaux jours à la langue d’Oc renaissante. Le gouvernement du maréchal Pétain vient de lui ouvrir la porte des écoles primaires et il nous promet la reconstitution de nos vieilles provinces ».

40 Emile Novis, « En quoi consiste l’inspiration occitanienne », art. cit, p. 158 : « Dans la mesure où nous contemplerons la beauté de cette époque [médiévale] avec attention et amour, dans cette mesure son inspiration descendra en nous et rendra peu à peu impossible une partie au moins des bassesses qui constituent l’air que nous respirons ».

41 Laurent Abrate, op. cit., p. 335.

42 Terra d’Oc, suppl. au n° de février 1941. Cité par Abrate, ibid, p. 331.

43 Charles Maurras était Majoral du Félibrige, c’est-à-dire l’un de ses dignitaires.

44 Cf. Abrate, op. cit., p. 336.

45 Cité ibid., p. 350.

46 Ibid., p. 351.

47 Ibid., p. 353 et sq.

48 L’événement appartient à la mémoire de l’INA : URL : < http://www.ina.fr/video/RAF01004182>

49 La bibliographie de René Nelli, tant chez les éditeurs régionaux que nationaux, est impressionnante. Cf. Catalogue général de la BnF.

50 On peut toutefois considérer que l’existence de Simone Weil, normalienne en rupture de classe (puisque malgré une santé fragile, elle travailla avant-guerre en usine) ; sa judaïté pourchassée ; son refus de rejoindre son frère réfugié aux Etats-Unis ; puis sa fin misérable à l’asile d’Ashton en Angleterre, ont fait (plus ou moins volontairement selon les épisodes) de sa vie celle d’une héroïne. On pourrait en dire de même au sujet des 32 années de paralysie que vécut Joë Bousquet, dont Ballard écrit (p. 5) : « D’une disgrâce durable qui pouvait flétrir sa vie, le destin a fait naître cette merveille [...] ».

51 C’est l’aspect polysémique du terme qui fonctionne comme une métaphore filée tout au long de l’ouvrage, jusqu’à s’incarner au concret « à l’ombre du vieux donjon de Trencavel » (Ballard, ibid., p. 390).

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search