Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

Thèmes et variations

L’Illustre malheureuse et L’Infortuné Napolitain, deux cosmopolites dans une Europe en crise de conscience

Antonio Viselli

Texte intégral

1Nous souhaitons dédier cette étude à la mémoire de Françoise Haffner. Ce n’est qu’un simple hommage à une collègue et chère amie qui a su colorer notre monde de bonté et de lumière. Même au cœur du Manitoba (Canada) qu’elle connaissait bien, elle nous a captivés grâce à sa générosité, à sa profonde abnégation, à la contagion de son inoubliable sourire. Ce travail d’ailleurs lui revient d’emblée car c’est d’elle qu’il tire son origine.

2Il y a une quinzaine d’années, installé avec ma famille à Perpignan grâce à une entente scientifique entre mon institution et la sienne, j’ai eu le grand bonheur de la rencontrer et de tisser immédiatement avec elle et sa famille des liens d’amitié. Un jour, après mon cours, elle m’attendait dans le parking de l’Université, avec un livre en assez mauvais état quelle venait de dénicher dans un marché aux puces et me demande si je le connaissais et si, par hasard, je connaissais le nom de l’auteur. C’est comme cela, tout simplement, que notre amitié et notre projet de collaboration ont débuté : il s’agissait d’un ouvrage anonyme, introuvable (Les Aventures du chevalier Berardi, 1708) et qui évoque deux sujets sur lesquels je travaille depuis longtemps : l’italianité et la peinture dans la fiction romanesque du XVIIIe siècle. Laissez-moi donc remercier Françoise et Hervé d’avoir mis à ma disposition leur maison et leur bibliothèque, d’avoir honoré ma famille de leur amour inconditionnel et d’avoir partagé avec nous des moments inoubliables en France comme au Canada. Le titre de l’étude proposé répond à l’exigence de Françoise de forcer toujours les limites de la littérature et de se perdre aux lisières d’autres pays, d’autres sensibilités. Enfin, son profond amour pour l’Italie et la culture italienne me la rend encore plus chère et plus proche de nous tous.

  • 1 Voir en particulier Au-delà des Alpes et des Pyrénées : communications, transferts, sous la directi (...)

3Faisant écho à mes dernières publications dans les domaines mentionnés1, cette étude portera sur quelques romans du début du XVIIIe siècle encore mal connus aujourd’hui mais qui méritent notre attention : les romans de l’Abbé Jean Olivier (L’Infortuné Napolitain (1704, 1709), Le Nouvelles avantures de l’infortuné Neapolitain (1721) et L’Illustre malheureuse ou la Comtesse de Janissanta (1722). Je ferai aussi référence à d’autres textes tels que Les Avantures du chevalier Berardi (1708, auteur anonyme) que Françoise Haffner me fit découvrir et Le Cosmopolite ou le citoyen du monde (1750) de Louis-Charles Fougeret de Monbron. Me fondant sur la méthode socio-critique, cette étude portera sur la peinture, la compréhension et la perception des divers pays visités par les personnages principaux de ces romans du début du XVIIIe siècle. Assez négligés par la critique, ces textes se trouvent être une mine de données très révélatrices pour la compréhension du siècle des Lumières, et c’était aussi l’opinion de Françoise, pour tous ceux qui s’intéressent au roman français mais aussi à l’histoire des idées dans la littérature d’Ancien Régime.

4Pour des raisons d’usage, rappelons que l’Abbé Jean Olivier n’est pas le seul auteur du XVIIIe siècle qui embarque ses héros et héroïnes dans de longs périples européens ou autour du bassin méditerranéen. D’autres romans français tels que Les Aventures de Don Antonio de Buffalis (1729) de la Barre de Beaumarchais, Mémoires de la comtesse de Mirol, ou les funestes effets de l’amour et de la jalousie : histoire piémontaise (1736) et Anecdotes venitiennes et turques ou Nouveaux mémoires du comte de Bonneval (1742) du Marquis d’Argens, ou encore les romans italiens de cette époque, Les Aventures de Giuseppe Pignata échappé des prisons de l’inquisition de Rome (1725), ou La Filosofessa italiana (1753) et La Francese in Italia (1759) de Pietro Chiari s’inspirent des mêmes lieux communs, reprennent souvent les mêmes segmentations narratologiques, voire les mêmes topos et stéréotypes. Il ne s’agit certes pas d’ouvrages d’envergure. Ce sont cependant des textes qui méritent notre attention, ne serait-ce que du point de vue de l’évolution du roman et de l’histoire des idées. Ainsi, de Télémaque au Manuscrit trouvé à Saragosse, en passant par tous les grands – mentionnons bien sûr Les Lettres persanes de Montesquieu, L’histoire d’une Grecque moderne de l’abbé Prévost, Candide de Voltaire, La Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau, les romans de Sade, L’Émigré de Sénac de Meilhan, Pauliska de Révéroni de Saint-Cyr, et, enfin, les écrits de Madame de Staël et j’en passe –, tout un palmarès de textes mettent en scène les aventures de héros qui, confrontés à une réalité autre, essayent de vivre une altérité qui leur échappe, qui se déguise et se veut donc protéiforme, aux lisières de l’absurde, au moins pour le lecteur-philosophe du XVIIIe siècle dont le souci premier est de comprendre, d’apprendre, de se libérer et d’être heureux. Souvent dans les romans de l’abbé Olivier comme dans Les Avantures du chevalier Berardi les jugements qui se perçoivent entre les lignes sont teintées d’obscurantisme, entre la lumière encore trop tamisée du début de siècle et les ténèbres qui continuent à tromper les personnages perdus sur les routes d’Italie, de France, de Suisse ou de Hollande : le Seigneur Rozelli (L’Infortuné Napolitain et Nouvelles avantures), marchand pragmatique en Hollande, mais initié à la cabale à Venise, la Comtesse de Janissanta, un personnage plus symbolique que réel ou encore Berardi, un don Juan de pacotille mais qui nous montre avec un réalisme assez cru les méfaits de la Révocation de l’Édit de Nantes, en sont des exemples assez sonores. Parfois ange mais plus souvent diable, le personnage principal de ces fictions narratives est un Italien tiraillé entre l’esprit progressiste (le personnage démiurge est lui-même Partisan de son destin) et les tendances traditionnalistes aux limites de l’obtusité. Ainsi les romans de l’abbé Olivier se veulent-ils une illustration de deux tendances sociologiques contradictoires :

  • L’on trouve d’un côté des remarques éclairées dignes de la raison la plus sonore : le lecteur éclairé sera sensible à l’importance qu’acquiert le travail dans la vie de Rozelli ou de la Comtesse de Janissanta dans une France où le travail manuel n’est guère l’apanage des nobles – un signe certes avant coureur du jardin final dans Candide où le héros éponyme invite sa suite à « cultiver » le célèbre jardin et à se cultiver.

  • En antithèse, la justification des atrocités de l’inquisition exercées sur les dissidents catholiques que ce soit à Rome, à Venise ou ailleurs dans une Europe divisée et en proie à la violence, à l’intolérance, au fanatisme et aux préjugés. Le discours de l’abbé Olivier touche au paroxysme lorsqu’il évoque dans l’Illustre malheureuse les sévices exercés au Portugal sur une communauté juive complètement exterminée.

  • 2 « Il y a du plaisir d’être dans un vaisseau battu de l’orage lorsqu’on est assuré qu’il ne périra p (...)

5Tels sont les héros des fictions dont il sera question dans cette étude : toujours en proie à une angoisse mal définie qui, de la première à la dernière page des romans, ne les quitte jamais, l’épée de Damoclès toujours prête à les faire succomber. Ils survivent pourtant, mais le dénouement ne sera pas toujours heureux. Ces romans, j’ose les caractériser de fictions pas-caliennes. Dans les aventures du Seigneur Rozelli, le choix final des héros sera le cloître, le retour au sein de l’église, à ce « vaisseau » que les tempêtes de l’histoire ne réussiront jamais à ébranler pour paraphraser Pascal2. L’abbé Olivier met aussi le lecteur en garde devant l’invraisemblance des péripéties qui semble parfois caractériser ces pseudo-mémoires. Il l’exprime dans l’« Avertissement » de l’Infortuné Napolitain :

Les Lecteurs qu’une vie unie a préservés des avantures et des événemens singuliers, prendront d’abord les Mémoires du Seigneur Rozelli pour des contes fabuleux ; l’histoire nous fournit assez d’exemples de ces hommes qu’une fortune contraire a rendus fameux. Ces Mémoires-ci n’ont donc rien de plus extraordinaire que ces exemples : Ils vous représentent un homme né avec cette sorte d’esprit et de génie, qui le rendoient propre à être le jouet de la fortune. Ceux qui ont connu le Seigneur Rozelli, en France, en Italie et en Hollande, peuvent être témoins de la vérité de ces Mémoires (L’infortuné Napolitain, 1709, p. 5-6).

6Ajoutons qu’à la fin de la première version du roman (1704), malgré ses multiples travers, Rozelli n’est ni malheureux ni fataliste. Il est vrai qu’il est persécuté par l’inquisition ; à Venise, il se convertit au judaïsme, et du fait, il est marginalisé comme tous les Juifs à l’époque, surtout ceux de Venise avec lesquels il s’était uni étroitement jusqu’à épouser Esther, fille d’un des plus riches marchands de la ville. Il sera ensuite obligé de vivre en Hollande pays protestant : il y est cependant respecté et mène une vie agréable. La chose changera dès qu’il remettra les pieds dans les pays catholiques. D’ailleurs, le sous-titre de l’ouvrage est déjà un cas de projection éloquente qui trace l’itinéraire événementiel et pathétique du héros :

Les avantures du Seigneur Rozelli qui contiennent l’Histoire de sa Naissance, de son Esclavage, de son état Monastique, de sa prison dans l’Inquisition, et des différentes figures qu’il a faites tant en Italie, qu’en France et en Hollande.

7Dans L’Illustre Malheureuse, l’héroïne du roman, la comtesse de Janissanta est prédestinée à subir elle aussi les affres d’un destin qui la hantera jusqu’au dernier soupir : en vain elle essaye de se dérober au malheur qui la poursuit, le bonheur toujours près s’éloigne au fur et à mesure qu’elle s’approche de lui – image encore pascalienne – et malgré sa prédisposition à faire le bien, elle succombera inexorablement sous les faix du sort, de la pauvreté et de la disgrâce. Abandonnée de tous, elle mourra à l’Hôtel-Dieu, en France mais dans une ville étrangère, sans consolation aucune et dans une cruelle indigence :

  • 3 Elle se trouve à Bordeaux, ville qu’elle abhorre et qu’elle peint des traits d’un négativisme hyper (...)
  • 4 La comtesse de Janissanta est une de ces héroïnes entrepreneuses malgré son ascendance noble. Elle (...)

Enfin, le tems étoit venu, que mes peines dévoient recommencer3. Ma Maîtresse mourut, la fille se fit Religieuse, et porta un bien considérable dans un Monastère. Je me mis en mon particulier4 ; et autant d’empressement qu’on avoit témoigné dès mon arrivée, pour m’avoir dans certains maisons de la Ville, dès que je fus dans le besoin, personne n’eût à faire de moi. De sorte que n’ayant point d’ouvrage, j’eûs bientôt consommé tout ce que j’avois d’argent et de meubles ; j’étois devenue infirme, et mes yeux étoient presque éteints, à force d’avoir pleuré, et d’avoir travaillé ; j’avois mis toute ma confiance en Dieu. Je me disposois à mourir dans l’Hôtel-Dieu, et je m’accoûtumois peu à peu à en supporter l’horreur, par les visites fréquentes que j’y faisois. La bonne Religieuse, que je connoissois, fut la seule qui m’assista dans l’extrême misère où je tombai ; elle employa une forte pension, qu’elle avoit pour me soulager ; elle mourut enfin, et Dieu voulut que je n’eusse que lui dans le monde. Je sentois déjà diminuer mes forces, et je n’osois demander l’aumône, Dieu m’ayant épargné cette mortification (Illustre malheureuse, p. 325-326).

8Bien sûr, tout cela est déjà bien tracé dans le titre et le sous-titre du texte, comme si l’auteur avait peur de concéder une liberté quelconque, un espoir si médiocre soit-il à ses créatures : L’Illustre Malheureuse ou la comtesse Janissanta. Mémoires historiques, Où l’on voit sa Naissance, ses Voyages, dans les Principales Parties de l’Europe ; ses différentes Avantures et ses Déguisement.

  • 5 L’auteur soulève la question sur le mariage, sur la condition de la femme en général, et de la veuv (...)
  • 6 Le discours de Lahontan sera repris de manière magistrale par Robert Challe dans Les Illustres fran (...)
  • 7 Montesquieu évoque, par exemple, le mariage par les métaphores dont il se servira pour peindre le d (...)
  • 8 Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la nouvelle Héloïse, Lettre LXII, de Claire à Julie, 1967, p. 113. (...)
  • 9 Peu après son départ, le chevalier, qui faillit tomber victime d’un naufrage, rentre à Rome où il a (...)
  • 10 Nous pourrions nous poser la question à savoir si cet épisode inspira Voltaire lorsqu’il rédigea L’ (...)

9Le lecteur aura beaucoup de peine à découvrir le véritable visage de la comtesse de Janissanta car elle apparaîtra presque toujours sous les voiles du déguisement. Inspirée sans doute par le personnage de la veuve (Challe, Les Illustres françaises, 1713), elle représente un des prototypes de la femme ‘libertine’ du XVIIIe siècle, signe avant coureur de la marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos. L’héroïne de l’abbé Olivier vit donc d’une vie double, la sienne et, comme le dirait Baudelaire un siècle et demi plus tard, celle de l’imagination qui la hante et qu’elle féconde. Déguisée en homme, dans la bonne société européenne qu’elle fréquente, elle nie sa féminité, pénètre dans un univers qui lui est interdit et partant, elle est respectée, aimée, convoitée. Ce n’est qu’un faux-semblant et une myriade d’êtres médiocres ou distingués se laissent facilement duper par la parade sociale étalée par la comtesse obligée à avoir recours à la ruse par nécessité et à cause de la méchanceté des hommes. Mais Janissanta ne peut être autre et son déguisement n’engendre que la solitude. La crise de conscience qui la caractérise face à son identité se traduit souvent par le refus de toute altérité : elle sera sans cesse étrangère à elle-même et aliénée par rapport à l’autre qu’elle convoite mais qu’elle ne possédera jamais. En France, lorsqu’elle refuse l’imposture du déguisement, elle se heurte à l’univers des hommes inaccessible à une femme. Elle découvrira le Portugal et l’Espagne en tant que femme, avec son amant mais qui se trouvera être son père. Son bonheur éphémère réalisé pendant un court temps dans un espace étranger est vécu dans le mensonge inconscient de l’interdit. Elle n’est plus ni de son pays ni de son temps. De nouveau, elle échoue en tant que femme, épouse et fille. L’inceste semble pourtant être excusable et le lecteur la traite avec indulgence : le père et la fille ne s’étaient jamais rencontrés avant. Chose assez curieuse dans ce roman : cet amour incestueux est cependant beaucoup plus pur et plus généreux que celui du couple légitime que l’héroïne formera en France avec un jeune homme qui, après le mariage, se révélera être un véritable bourreau et la fera ensevelir dans un cloître, destinée assez commune réservée aux femmes dont on voulait se débarrasser ou à des filles qu’on ne désirait pas doter. Le discours de l’abbé Olivier touche ici à toute la critique sur le mariage en Europe, critique reprise maintes fois par les auteurs du XVIIIe siècle et présente, entre autres, dans les diatribes du sauvage Adario chez Lahontan5, dans les Illustres françaises de Robert Challe6, dans Les Lettres persanes de Montesquieu7 ou encore dans Les Lettres d’une Péruvienne de Françoise de Graffigny, dans Les Liaisons dangereuses et Des femmes et de leur éducation de Choderlos de Laclos. Certes, les exemples ne manquent pas dans le roman du XVIIIe siècle – et La Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau en sera sans doute l’épitomé8 –, mais, plus près de nos propos, ce sera aussi la destinée d’Isidore, jeune personnage des Avantures du chevalier Berardi (1707), fille du peintre français Nico à Rome. Le chevalier Berardi tombe amoureux d’elle mais l’inégalité des conditions sociales entre les deux amants ne leur permet pas couronner leur rêve d’amour. Par conséquent, le père du chevalier enverra son fils en France dans l’espoir de le guérir des désordres de sa passion pour Isidore et celle-ci sera envoyée au couvent9. Bien sûr, le discours sur le couvent et sur la destinée des jeunes filles à l’époque n’est pas nouveau et cette problématique traverse de manière inquiétante tout le XVIIIe siècle pour parvenir jusqu’à nous. Le chevalier Berardi entame une courte révolte contre cet état des choses mais il n’aboutir malheureusement à rien : en voulant mettre le feu au couvent pour libérer Isidore, il encourt les foudres du pape et, de suite, il sera obligé de s’exiler10. Que ce soit directement ou indirectement, le « parer familias » décide de la destinée de son enfant, le pape n’étant lui-même qu’une figure métonymique de la famille, de l’Église, de Dieu. Ces structures narratives, qui reflètent aussi l’état inquiétant des conditions sociales, morales et politiques dans l’Ancien Régime, accompagneront le lecteur pendant tout l’exil du chevalier Berardi, mais aussi pendant celui du Seigneur Rozelli dans les pays de l’Europe (voir L’Infortuné Napolitain et Les Nouvelles avantures de l’abbé Olivier). Les deux héros partagent la même destinée, quittent l’Italie à cause de transgressions aux lois de l’Église, mais reviendront vivre ou mourir dans leur pays d’origine à la fin de leurs aventures.

  • 11 Abbé Prévost, Mémoires et aventures d’un homme de qualité (1728), éd. Jean Sgard. Paris : Desjonquè (...)
  • 12 Voir notre étude portant sur « La Mort de l’héroïne dans le roman du XVIIIe siècle, de Montesquieu (...)

10Mais revenons aux péripéties de la comtesse de Janissanta. Elle semble refuser la destinée et la fatalité auxquelles la condamne son sexe. Son intelligence la mènera vers ce à quoi la société, la morale et la religion lui interdisaient l’accès. En France, en Italie et en Turquie, c’est sous les apparences d’un jeune noble riche qu’elle pourra découvrir les mœurs de ces pays et les critiquer du point de vue de la femme. L’Europe de Janissanta fera d’ailleurs piètre figure comparée à la douceur et à la tolérance qu’elle rencontre en Turquie. Quelques années plus tard, l’abbé Prévost nous lèguera des considérations assez analogues à celles de l’abbé Olivier, mais dans les deux cas, c’est plutôt le rêve de réformer notre société européenne qui anime les deux abbés plutôt que la réalité sociale, morale et politique de la Turquie11. En fait, comme ce sera le cas pour Les Lettres persanes de Montesquieu, la Turquie comme la Perse ne sont que des métaphores de l’occident : il s’agit bien de cas de projection. La comtesse de Janissanta, de retour en Europe, devra donc faire face à la réalité désenchantée de son monde et ce, sans déguisement, sans rêves, sans espoir. À la fin du roman, le lecteur n’est pas surpris de voir périr lamentablement l’héroïne : elle reprend ses habits de femme, ses habits de misère : malgré tout son engagement, le travail seul ne réussira pas à la faire sortir de l’indifférence et de la déchéance dans laquelle le hasard – ou mieux la réalité qui défie la fiction romanesque – l’a plongée. L’héroïne doit subir le supplice ultime car elle a osé se faire homme. Comme tant d’héroïnes de roman du XVIIIe siècle (Manon, Adélaïde de Lussan, Zilia, Julie et tant d’autres), il faut que l’héroïne prométhéenne soit châtiée12. Le texte ne saurait donc paraître révolutionnaire : il n’a été que frondeur par endroits, mais, tout compte fait, réactionnaire.

  • 13 Fougeret de Montbron, Le Cosmopolite, ou le citoyen du monde, éd. Langille, p. 21. Remarquez aussi (...)

11Les deux héros principaux des fictions de l’abbé Olivier (Rozelli et la comtesse de Janissanta) se compensent et d’une certaine manière, se complètent. Rozelli, comme ce sera le cas pour son homologue féminin, n’a vraiment pas envie d’aller visiter d’autres pays ni de s’y établir. En cela ils se placent dans la continuité de ces héros romanesques qui trouvent leurs sources dans la Bible ou dans le poème homérique bien connu, l’Odyssée, ou dans l’Eneide de Virgile. Ce dernier, n’est-il l’ultime autorité, symbole de la raison qui guide Dante à travers son voyage fantasmagorique dans le gigantesque entonnoir de l’Enfer ? Pour ces héros mythiques ou romanesques, citoyens du monde malgré eux – comme nous le rappellera de manière cynique le héros cosmopolite de Fougeret de Monbron, « les voyages font généralement plus de mal que de bien13 ». Ulysse comme Énée ont seulement appris à mourir. Les héros des romans de l’abbé Olivier sont tous obligés de partir et partir, comme le dit le proverbe, c’est toujours mourir un peu. Le cosmopolite ou le citoyen du monde de Fougeret de Monbron, contrairement à ses devanciers, reprendra à la fin du roman le chemin de l’exil. Tout dans ses propos laisse penser qu’il ne remettra plus les pieds dans sa patrie et en cela il suivra le modèle narratologique inauguré par l’Énéide :

Au reste, si j’ai mal fait, je passe condamnation et me soumets volontiers à l’ostracisme en attendant d’autant plus paisiblement mon rappel que je me trouve bien partout, hormis en prison. Tous les pays me sont égaux, pourvu que j’y jouisse en liberté de la clarté des cieux, et que je puisse entretenir convenablement mon individu jusqu’à la fin de son terme. Maître absolu de mes volontés et souverainement indépendant, changeant de demeure, d’habitude, de climat, selon mon caprice, je tiens à tout et ne tiens à rien.
Aujourd’hui je suis à Londres, peut-être dans six mois serai-je à Moscou, à Petersburg, que sais-je enfin ? Ce ne serait pas miracle que je fusse un jour à Ispahan ou à Pékin (Monbron, 58).

  • 14 Abbé Olivier, Nouvelles avantures Vol. 2, p. 137. Rappelons ce passage où Rozelli voyage en France  (...)

12Le seigneur Rozelli, sans faire de lui le précurseur du cosmopolite de Monbron14, est obsédé par tous les désirs domocentriques et il symbolise déjà de 1704 à 1721 l’être qui aimerait vivre en paix chez lui, dans l’étude et la méditation loin de la cabale, de la politique et des parades sociales. Cependant, Rozelli porte en lui les signes de la déchéance et de la malédiction : en naissant, il cause la mort de ses parents et, ensuite, la ruine de sa famille adoptive. Tout le long des textes – rappelons au passage que Rozelli représente un héros de feuilleton objet de trois publications subséquentes –, il est de mauvais augure pour tous ceux qui s’approchent de lui, ses femmes, ses demi-sœurs, ses protecteurs, et l’on pourrait continuer. Après de brillantes études au séminaire, il est bien remarqué par le pape qui le voit s’embarquer dans une carrière ecclésiastique distinguée, mais ses débats théologiques et ses sermons déplaisent. Dénoncé à l’Inquisition, il sera obligé de s’exiler dans divers pays d’Europe pour se sauver des attentats de ses nombreux ennemis papistes. Cet « enfant prodige », génie et « homme des livres » selon ce mot de René Démoris (p. 259-260), n’est pas qu’un intellectuel : il se sert de son intelligence pour survivre, même si parfois il doit faire le mal et, en cela, il est le prototype du libertin.

13L’Europe de Rozelli n’est pas un ensemble homogène de nations où domine la raison : loin de là, la religion est la pierre de touche de tous les discours, de toutes les actions, exception faite pour la Hollande : contrairement à l’Italie et à la France qui sont systématiquement vilipendées et sapées, la Hollande acquiert, aux yeux de Rozelli, un statut à part : c’est un pays de liberté, de tolérance et de justice où dominent l’ordre, le commerce et le bien-être social. C’est de manière hyperbolique que s’exprime le héros sur Amsterdam dans Les Nouvelles aventures du malheureux Napolitain (1721) – ce n’est qu’un exemple parmi d’autres :

[...] je fus m’établir dan cette grande Ville, ou pour le dire mieux, dans cette Capitale du Commerce de tout l’Univers, puisque c’est là où se trouvent des Marchands de toutes les Nations du Monde ; que son Commerce n’est borné par aucune sorte de Marchandises ; et que tout ce que la Terre et la Mer peuvent fournir de riche et de curieux, se trouve transporté. En un mot, c’est un prodige continuel que cette Ville, que tant de Peuples de diverses Nations et de differentes Religions se réünissent tous, et conviennent entre eux, en ces deux seuls points, qu’il faut être honnête homme, et gagner du Bien (Tome 1, p. 84).

14La France n’est guère mieux traitée que l’Italie. En voici un exemple (il sera repris plus au moins dans les mêmes termes dans l’Illustre malheureuse). Le témoignage de Thérèse, employée au Café de Rozelli et jeune protestante réfugiée en Hollande pour échapper aux dragonnades de Louis XIV après la Révocation de l’Édit de Nantes, est assez révélateur de cette période de crise de conscience européenne. Parlant d’un des habitants de la région de la Garonne, l’abbé Olivier, par le truchement de la jeune réfugiée, n’hésite pas dans sa description injurieuse à faire recours aux stéréotypes les plus dégradants :

Ma foy, les gens de ce Païs sont bien ridicules, ils s’imaginent que rien ne leur doit résister, et croient qu’on doit se fier à leur promesse, eux qui de tous les Peuples de la Terre sont les plus grands fourbes et les plus grands imposteurs : ce sont là ces hommes qu’on nomme les véritables Gascons de France, tous les autres Provençaux qu’on nomme de ce nom, ne font que blanchir auprès d’eux ; ils sont les Singes de la Cour, ils dépensent pour s’habiller le revenu d’une Récolte de Vins, et vous donnent par ostentation (dans la vue de vous tromper) un repas somptueux. Grands Prometteurs, sans crédit, et grands insolens dans la bonne fortune, jugeant mal de tout le monde, leur donnant trop de Bien pour leur exciter l’envie, ou les décriant, comme des gueux et des misérables, pour leur ôter le crédit. Jamais Peuple ne conçut plus légèrement de fausses idées, que celui-là ; que ce soit feu ou folie ; c’est un défaut qui est essentiellement opposé à l’honnête homme, et c’est qui distingue les Gascons de France (Ibid., Tome 1, p. 130-131).

15Louis XIV et sa politique passablement absurde et fanfaronne à cette époque n’est non plus épargnée par l’abbé Olivier. La critique vient de la bouche de deux officiers allemands que Rozelli écoute sans participer à leur conversation : ils lui apprennent « ce qui devoit arriver deux ans après » :

Louis XIV. verra la misere, la maladie et la guerre ravager son Royaume ; il verra avant de mourir sa Maison presque éteinte, et ses Sujets seront un jour réduits dans la derniere nécessité par des évenemens incroyables à la Postérité [...]. (Nouvelles aventures, Tome 1,91).

16Terminons sur un dernier exemple qui illustre la manière d’administrer la justice en Hollande, diamétralement opposée à la justice administrée en France ou en Italie :

Que les manieres des Magistrats Hollandois sont charmantes ! Combien de douceur et de patience, et quelle sagesse ne montrent-ils pas dans les affaires qui se portent devant leur Tribunal ? Il y a certains Peuples qui veulent être traitez avec douceur ; dans d’autres Païs, et sur tout chez les François et chez les Italiens, il faut que le Magistrat soit severe et rude ; ce n’est que par ce moyen qu’ils viennent à bout de convaincre les coupables (Ibid., Tome 1, 135-136).

17Il faudra bien sûr attendre Beccaria et son livre Des délits et des peines pour commencer à faire bouger la machine bien rouillée de la justice en Europe et surtout dans les pays à prédominance catholique.

18L’Europe de Rozelli est surtout définie par le commerce et la religion. Souvent honnête homme, ce personnage se caractérise aussi par des contradictions flagrantes. À Venise, il prétend s’être fait juif par amour pour la belle Esther, puis il justifie le choix de l’épouser comme le véhicule nécessaire pour s’initier à la cabale ; prisonnier de l’Inquisition, il montre ostensiblement des remords pour son apostasie, suivie cependant d’une grande indifférence à l’égard de la religion ; sorti de prison « il judaïse de nouveau » (l’expression est de Démoris, p. 56). À Utrecht, il se fait passer pour un protestant persécuté mais dans le for intérieur il souhaite se réconcilier avec Rome. Il ne le fait pas, car il a trop peur des représailles des protestants. Persécuté par l’inquisition, Rozelli n’est cependant pas « le martyr de ses convictions : sa doctrine reste floue et s’accommode aisément aux circonstances », remarque encore Démoris (p. 260). Le changement de religion ne semble pas être l’objet de luttes morales profondes : le héros va naturellement vers des objets qui lui apportent un avantage certain. Revenons donc à l’exemple donné sur son arrivée à Utrecht « où Rozelli, en pays libre, ne demande une chaire en Théologie que pour obtenir le droit d’ouvrir un café. En quoi il ne découvre pas une nouvelle philosophie : au vain commerce des idées, il se contente de substituer le commerce tout court, où les dons intellectuels trouvent enfin, au prix d’une déchéance, leur point d’application. Échec ou réussite ? c’est ce que le texte laisse à apprécier », commente encore Démoris (p. 260). Une fois en Hollande, le héros retrouve la tranquillité d’âme du philosophe et semble ainsi préconiser les idées tant acclamées du siècle des Lumières qui s’annonce :

[...] j’arrivai à Utrecht, avec cette secrette satisfaction d’être échapé de tous mes ennemis, et d’être arrivé en Païs de liberté, avec l’espérance de vivre à ma fantaisie, sans crainte d’être inquieté ni sur mon état, ni sur ma Religion » (L’Infortune Napolitain, Tome. 2, 1709, p. 105).

19Pour vivre aisément, le seigneur Rozelli, qui a le sens des affaires, souhaite ouvrir un café. Pour ce faire, il faut demander la permission du « Magistrat de la Ville ». En véritable maître du langage, Rozelli doit donc bien ménager les autorités locales qui n’accordent que rarement aux « Etrangers des choses qui pourroient être préjudiciables aux Habitans » (Ibid., p. 107). Voici la manière astucieuse dont il s’y prend :

Chacun sait que la Ville d’Utrecht est assez renommée par son Université, qui y attire quantité d’Étrangers, et sur-tout d’Allemans ; (Nation qui m’a toujours volé.) [...] J’étois souvent en compagnie des Gens de Lettres, et même des Magistrats, que je tâchois toujours d’engager dans des conversations qui pussent faire connoître le petit mérite que le Ciel m’avoit départi. Comme je m’apercevois de plus en plus, qu’ils goûtoient assez mes raisonnemens, cela me confirma dans la pensée que j’avois de présenter une Requette au Magistrat, pour obtenir la permission de vendre du Caffé. Je le fis en Latin, dont voici, à peu près, la teneur en François.
[...] Ayant dressé ce Placet, je le remis entre les mains d’un Secrétaire de l’Hôtel de Ville, avec qui j’ avois fait connoissance : [...] (On lui accorde la permission de vendre du café, mais Rozelli avait demandé à être professeur). J’avois bien compris, en dressant mon Placet, qu’on ne me donnerait pas une Chaire de Professeur ; et c’est aussi ce que je ne cherchois pas, et que j’aurois été bien fâché d’obtenir ; car ce n’étoit pas là le moyen de faire fortune. Enfin quoi qu’il en soit, le tour que je donnai à ma Requête, fit réussir mon projet, qui étoit de vendre du Caffé (Ibid., 107-110).

Conclusion

20Les héros des romans de l’abbé Olivier voyagent et dans tous les pays visités (Italie, France, Espagne, Portugal, Suisse et Hollande) leur regard sur l’« autre », à la fois original et conforme à l’univers d’attente du lecteur, se focalise sur des aspects assez stéréotypés des sociétés rencontrées. Pareillement, les séquences narratives des romans, bien que prévisibles, ne sont pas dépourvues d’intérêt et certaines descriptions et coutumes se caractérisent par des signes particulièrement surprenants qui laissent le lecteur d’aujourd’hui assez interloqué, surtout à cause des rapports qu’ils entretiennent avec l’Église et la religion en général, le pouvoir et la justice en particulier. Le chevalier Berardi n’est-il pas banni de Rome pour avoir offensé le pape ? Mais le jeune frondeur ne sera jamais philosophe et à Paris il risque de tomber dans le même piège lorsqu’il décide de se débarrasser d’un abbé devenu incommode : « il fut saisi malgré ses cris, et jetté par nos valets dans la Rivière, qui n’étoit qu’à deux pas, où il fut noyé sans pouvoir être secouru » (Berardi, 175). Malgré la frivolité du jeune libertin, ce texte soulève des questions plus proches des préoccupations des Lumières naissantes, telles que le fanatisme de la religion, la Révocation de l’Édit de Nantes et ses abus, l’inégalité des conditions sociales, et ainsi de suite.

21Dans les fictions de l’abbé Olivier, les héros subissent une évolution assez inédite à l’époque : le cosmopolite n’est pas cet ami des arts et des sciences, un philosophe qui voyage pour assouvir sa soif de connaissances ou pour atteindre la sagesse. Deux Europes en antithèse se révèlent dans ces écrits : une Europe du nord, celle des pays protestants, du travail, de la tolérance, de la justice et de la liberté, dont les plus remarquables sont la Suisse et la Hollande. Diamétralement opposée à celle-ci, l’on retrouve une Europe latine, décadente, moralement fatiguée, caractérisée par tous les stéréotypes et topos littéraires à la mode : l’inquisition, la fourberie des prêtres, le brigandage, une religion intolérante et le papisme, le fanatisme, la misère, la superstition, le despotisme, l’injustice et ainsi de suite.

22Pour terminer, rappelons ce mot ce mot du Cosmopolite de Fougeret de Montbron – il aurait sans aucun doute fait plaisir à notre chère amie Françoise : « L’univers est une espèce de livre dont on n’a lu que la première page quand on n’a vu que son pays » (Monbron, p. 1). Mais le héros de Monbron sera obligé de repartir, de s’exiler, et ce à cause de l’intolérance des magistrats et de l’injustice dont il sera victime. Le cosmopolite est dégoûté de tout : c’est plutôt un étranger, un exilé, un apatride qui annonce déjà Candide et l’émigré de la fin du siècle. Le modèle narratologique est fondé sur l’exemple d’Énée. Par contre, Rozelli, Janissanta, Berardi, suivant un modèle plutôt calqué sur l’Odyssée, après tant de péripéties, reviendront vivre ou mourir dans leur patrie, mais pas tout à fait dans leur ville natale.

23Il faudra cependant se méfier d’une conclusion trop hâtive et la première impression du lecteur est fausse et son univers d’attente trompé par une sorte d’anti-climax opéré par un dénouement « problématique ». Le cas de l’Illustre malheureuse, est complexe et demande une réflexion particulière. C’est une femme qui subvertit le système de l’homme qui la trompe sans cesse mais qui est, à son tour, continuellement dupé par elle. Il ne s’agit cependant ni d’une circé ni d’une amazone ni d’une sirène. Son combat demeure cependant celui d’une femme moderne et c’est le travail qui lui confère une certaine autonomie. Malgré tout, grâce à la reconversion finale des héros (Rozelli, Janissanta et Berardi), ces textes romanesques se veulent une sorte d’apologie de la religion catholique qui réaffirmerait ainsi son universalisme en Europe et sa supériorité sur les autres formes de croyances, notamment sur le judaïsme, le protestantisme et le mahométanisme.

Bibliographie

Anonyme. Les avantures du chevalier Berardi contenant les funestes effets de l’amour, et les désordres de cette passion. À Bruxelles : ches François Poppens, à la Pareille, 1708.

Démoris, René. Le roman à la première personne, du classicisme aux Lumières. Genère : Droz, 2002.

Lahontan, baron de. Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d’un Sauvage dans l’Amérique, éd. Henri Couler. Paris : Desjonquères, 1993.

Monbron, Fougeret de, Louis-Charles. Le Cosmopolite, ou le citoyen du monde, éd. Edourd Langille. London : The Modem Humanities Research Association, 2010.

Montesquieu. Lettres persanes. Paris : Gallimard, Folio, 1973,

Olivier, Jean, abbé. L’infortuné Napolitain ou les avantures et Mémoires du Seigneur Rozelli. Amsterdam : Chez Henri Desbordes, 1704.

Olivier, Jean, abbé. L’infortuné Napolitain ou les avantures du Seigneur Rozelli. Amsterdam : Chez Henri Desbordes, 1709

Olivier, Jean, abbé. Nouvelles avantures de l’infortuné Neapolitain, ou du seigneur Roselli, contenant les événement surprenans qui lui sont arrivés depuis son entrée en Hollande jusqu’à sa mort. Amsterdam : Chez Henri Desbordes, Marchand Libraire, 2 tomes, 1721.

Olivier, Jean, abbé. L’Illustre malheureuse ou la Comtesse de Janissanta. Mémoires historiques, Où l’on voit sa Naissance ; ses Voyages, dans les Principales Parties de l’Europe ; ses différentes Avantures, et ses Déguisemens. À Rouen : Chez Robert Machuel, 1722.

Pascal, Biaise. Pensées, in Œuvres complètes, éd. Louis Lafuma. Paris : Editions du Seuil, 1963.

Rousseau, Jean-Jacques. Julie ou la nouvelle Héloïse. Paris : Flammarion, 1967.

Notes

1 Voir en particulier Au-delà des Alpes et des Pyrénées : communications, transferts, sous la direction d’Armelle Saint-Matin et Sante A. Viselli. Laval et Paris : Éditions du CIERL et Hermann, 2013. Ce volume est le reflet d’un atelier qui s’est tenu à Winnipeg du 16 au 19 septembre 2009. Nous eûmes le grand plaisir d’accueillir Françoise parmi les conférenciers invités à ce colloque. Sa brillante communication porta sur « Le Chevalier Berardi ou De l’italianité du héros d’un roman picaresque français ». Malheureusement, et pour des raisons personnelles, ce texte n’apparaît pas dans ce volume, mais j’y ferai référence dans l’édition du roman anonyme Les Avantures du chevalier Berardi (1708) que nous préparions ensemble au moment où nous la perdîmes. Certes, sa plume magique me manquera.

2 « Il y a du plaisir d’être dans un vaisseau battu de l’orage lorsqu’on est assuré qu’il ne périra point ; les persécutions qui travaillent l’Église sont de cette nature. » Blaise Pascal, Pensées, 743-859, éd. Lafuma, p. 596.

3 Elle se trouve à Bordeaux, ville qu’elle abhorre et qu’elle peint des traits d’un négativisme hyperbolique.

4 La comtesse de Janissanta est une de ces héroïnes entrepreneuses malgré son ascendance noble. Elle annonce les héros et héroïnes émigrés après la Révolution, qui se voient obligés de travailler pour subvenir à leurs besoins. (Voir Isabelle de Charrière, Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés (1793), éd. Colette Piau. Paris : Côté femmes, 1993 ; et Sénac de Meilhan, L’Emigré (1797), in Vol. 2 Romanciers du XVIIIe siècle. Paris : Gallimard, Pléiade, 1965).

5 L’auteur soulève la question sur le mariage, sur la condition de la femme en général, et de la veuve ou des jeunes filles en particulier. Ainsi renchérit le sauvage philosophe Adario : « Qu’en arrive-t-il si c’est qu’on jette les filles dans des couvents, prisons perpétuelles, par une barbarie qui ne s’accorde guère avec cette charité chrétienne que les Jésuites nous prêchent » (Le baron de Lahontan, « Du mariage », in Dialogues..., 1993, p. 11).

6 Le discours de Lahontan sera repris de manière magistrale par Robert Challe dans Les Illustres françaises. Paris : Le Livre de Poche, 1996. Voir surtout le discours de la veuve dans « L’histoire de Dupuis et de Madame de Londé », p. 575-580.

7 Montesquieu évoque, par exemple, le mariage par les métaphores dont il se servira pour peindre le despotisme, système incongru qui peut seulement engendrer la peur et l’angoisse : « Dans une action si libre où le cœur doit avoir tant de part, l’on mit la gêne, la nécessité, et la fatalité du destin même. On compta pour rien les dégoûts, les caprices et l’insociabilité des humeurs : on voulut fixer le cœur, c’est-à-dire ce qu’il a de plus variable, et de plus inconstant dans la nature : on attacha, sans retour et sans espérance, des gens accablés l’un de l’autre, et presque toujours mal assortis, et l’on fit comme ces tyrans qui faisaient lier des hommes vivants à des corps morts. » Lettres persanes, CXVI, Usbek à Rhedi, 1973, p. 263.

8 Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la nouvelle Héloïse, Lettre LXII, de Claire à Julie, 1967, p. 113. L’inégalité des conditions sociales est une réalité de l’époque et par conséquent l’amour entre Julie et Saint-Preux choque les mœurs et il est donc condamné à l’échec. Milord Édouard intervient auprès du père de Julie en faveur de Saint-Preux mais il échoue aussi : « Je jugeai par la suite du discours qu’Edouard avait osé proposer ton mariage avec ton ami, qu’il appelait hautement le sien, et auquel il offrait de faire en cette qualité un établissement convenable. Ton père avait rejeté avec mépris cette proposition et c’était là-dessus que les propos commençaient à s’échauffer. – Sachez, lui disait milord, malgré vos préjugés, qu’il est de tous les hommes le plus digne et peut-être le plus propre à la rendre heureuse. Tous les dons qui ne dépendent pas des hommes, il les a reçus de la nature, et il y a ajouté tous les talents qui ont dépendu de lui. Il est jeune, grand, bien fait, robuste, adroit : il a de l’éducation, des mœurs, du courage ; [...] que lui manque-t-il pour mériter votre aveu ? La fortune ? Il l’aura. [...] La noblesse ? Vaine prérogative dans un pays où elle est plus nuisible qu’utile. [...] En un mot, si vous préférez la raison au préjugé, et si vous aimez mieux votre fille que vos titres, c’est à lui que vous la donnerez. »

9 Peu après son départ, le chevalier, qui faillit tomber victime d’un naufrage, rentre à Rome où il apprend la fâcheuse nouvelle de la bouche de son valet : « Il m’informa donc que le jour même que j’étois sorti de Rome, il avoir vû partir Isidore en pleurs, accompagnée de son pere et de sa mere, qu’ils s’étoient mis dans un carosse ensemble, et l’avoient conduit dans un Couvent des Carmélites, à un mille de Frescati, où Nico avoir une parente, qui étoit Supérieure ; quelle s’y étoit enfermée pour y prendre l’habit, et y passer le reste de ses jours ; que cela causoit au pere et à la mere une tristesse mortelle, et qu’ils étoient dans la dernière affliction, depuis qu’ils étoient revenus au logis sans elle » (Berardi, 1708, p. 40).

10 Nous pourrions nous poser la question à savoir si cet épisode inspira Voltaire lorsqu’il rédigea L’Ingénu. En fait, la belle St. Yves fut ensevelie, comme Isidore, dans un couvent. Comme le chevalier Berardi, le Huron était prêt à brûler le couvent : « Il voulait aller mettre le feu au couvent, enlever sa maîtresse, ou se brûler avec elle » (L’Ingénu, in Romans et contes de Voltaire, éd. René Pomeau. Paris : Garnier-Flammarion, 1966, p. 341).

11 Abbé Prévost, Mémoires et aventures d’un homme de qualité (1728), éd. Jean Sgard. Paris : Desjonquères, 1995. Voir aussi Histoire d’une Grecque moderne (1740), éd. Alan Singerman. Paris : Garnier-Flammarion, 1990.

12 Voir notre étude portant sur « La Mort de l’héroïne dans le roman du XVIIIe siècle, de Montesquieu à Sénac de Meilhan », Actes du VIIe colloque international de la SATOR : Le dénouement romanesque, du XIIe au XVIIIe siècle, éd. Colette Piau. Orsay, Université Paris Sud : Société APTE, 1995, p. 204-220.

13 Fougeret de Montbron, Le Cosmopolite, ou le citoyen du monde, éd. Langille, p. 21. Remarquez aussi les propos suivants sur les Anglais : « On a beau changer de climat, le caractère ne change point. On porte partout avec soi le cachet de la nature. En vain les Anglais quittent leur pays et parcourent les différentes contrées de l’Europe, ils reviennent chez eux, toujours les mêmes, sombres, mélancoliques, rêveurs, et généralement misanthropes » (p. 14).

14 Abbé Olivier, Nouvelles avantures Vol. 2, p. 137. Rappelons ce passage où Rozelli voyage en France : « Son habit extraordinaire avec sa barbe vénérable, le faisoient remarquer par tout où il passoit ; tantôt il se disoit le Cosmopolite [...] ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search