Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

Thèmes et variations

Profusion du texte et unité des convictions dans l’enfance et l’éducation de Pantagruel et de Gargantua

Isabelle Dubois

Texte intégral

1Rationalisation (de la production), limitation (des stocks, des naissances...), spécialisation (des acteurs), cloisonnement (des activités et des disciplines) : autant de caractéristiques de l’ère industrielle qui favorisent la méfiance à l’égard de certaines formes de profusion. Celle-ci est alors envisagée comme excès, non comme abondance, comme gaspillage, non comme générosité, comme dispersion ou comme incohérence, non comme richesse intellectuelle et vitale. Auparavant, sur le plan culturel, le classicisme a réalisé lui aussi une limitation : ainsi, dans le foisonnement du vocabulaire ou la luxuriance de la végétation, l’élagage de l’Académie et du jardin à la française a opéré ; un ordre, une idée, une rationalité, leur ont été imposés, pour qu’il y ait une langue ou un plan. Dans ces différents cas, l’idée que la profusion et l’unité seraient incompatibles paraît s’imposer. Pourtant, la nature, la vie, nous offrent des exemples du contraire : rameaux innombrables issus d’un même tronc, ramifications puissantes ou subtiles de la circulation sanguine d’un être ou de l’évolution du règne animal, déploiement délicat des cristaux, des corolles. La croissance, la fécondité, la vie même, semblent très bien s’accommoder de la coexistence des deux aspects, voire les associer harmonieusement.

  • 1 Ronsard, Œuvres complètes, éd. J. Céard, D. Ménager et M. Simonin, Paris, Gallimard, « Bibliothèque (...)
  • 2 Rabelais, Les Cinq Livres, éd. critique de J. Céard, G. Defaux et M. Simonin, Paris, Librairie Géné (...)

2L’image végétale précédente peut évoquer le foisonnement du lexique à la Renaissance. Ronsard, dans la seconde préface de La Franciade, emploie le verbe provigner, c’est-à-dire la métaphore du marcottage, pour décrire l’enrichissement du vocabulaire par dérivation1. Nul ne semble, plus que Rabelais, avoir pratiqué la création verbale au XVIe siècle. Ce n’est pourtant pas la seule raison qui conduit à s’intéresser à l’auteur du Pantagruel et du Gargantua quand il s’agit de la profusion et de l’unité : non seulement la corne d’abondance paraît être « l’emblème de l’écriture rabelaisienne2 », mais des thèmes tels que le gigantisme des héros, la « culture encyclopédique », l’enthousiasme de l’humanisme, évoquent immédiatement la profusion. Les chapitres où ils se trouvent particulièrement concentrés racontent l’enfance et l’éducation des deux géants. Ce sont donc, pour le Gargantua, les chapitres V à XXII, et, pour le Pantagruel, les chapitres II à VIII.

3Le chapitre VI de Gargantua, « Comment le nom fut imposé à Gargantua, et comment il humait le piot », permettra de repérer les différentes formes de la profusion, tant sur le plan thématique que sur le plan stylistique. Nous serons alors amenée à distinguer une profusion « quantitative » d’une profusion « qualitative », c’est-à-dire multiple, et nous constaterons que l’une et l’autre posent le problème de l’unité, soit stylistique, soit thématique.

4La naissance et la petite enfance du géant Gargantua, au chapitre V et surtout au chapitre VI, fournit un point de départ à cette étude, en ce qu’elle se présente d’emblée sous le signe de la profusion. Rien de tel, en effet, qu’un appétit lui-même démesuré pour appeler celle-ci :

  • 3 Ed. rit., p. 39.

Soudain qu’il fut né, ne cria comme les autres enfants, mies ! mies ! mies ! Mais à haute voix s’écriait, à boire ! à boire ! à boire ! comme invitant tout le monde à boire. Si bien qu’il fut ouï de tout le pays de Beusse et de Bibarois3.

  • 4 Sur le sens de la parturition par l’oreille, cf. F. Dolto, La Cause des enfants, Robert Laffont, 19 (...)
  • 5 Cf. I. Dubois, « Donner corps à l’enfance : entre plasticité d’une représentation et histoire d’un (...)
  • 6 Iliade, V, 785-786, trad. P. Mazon.

5Un enfant qui vient de naître « par l’oreille senestre » sait se faire entendre4. Dans ce contexte, le topos de l’enfant précoce, qui par exemple s’exprime distinctement dès sa naissance, topos fréquent dans l’hagiographie comme dans le récit épique pour caractériser l’enfant surhumain, prend un sens symbolique portant sur le langage, qui dépasse l’habituelle négation de l’enfance comme faiblesse5. Par ailleurs, ce langage articulé est celui d’un bébé géant, à la voix puissante. L’indice de la profusion du son est ici la reprise du qualificatif « tout ». La voix du nouveau-né porte au loin, comme la voix de Stentor dans L’Iliade, « [...] Stentor au grand cœur, à la voix de bronze, aussi forte que celle de cinquante autres réunis6. »

  • 7 Ibid., v. 782-783.

6Cependant, il ne s’agit pas d’exhorter les Argiens au combat ; il ne s’agit pas d’inciter des guerriers à accomplir des exploits comme « [...] des lions carnassiers, ou bien des sangliers, dont rien n’abat la force7. »

7Il s’agit, de la part d’un nouveau-né qui ne boit pas encore de vin mais se nourrit de lait, d’inviter pour ainsi dire l’humanité entière au banquet de la vie.

8A l’appétit démesuré vient donc répondre la profusion de lait. Du moins, l’espace d’un paragraphe, il s’agit presque uniquement de lait :

  • 8 Ed. cit., p. 43.

Et pour l’apaiser lui donnèrent à boire à tyre larigot, et fut porté sus les fonts, et là baptisé, comme est la coutume des bons christians. Et lui furent ordonnées dix et sept mille neuf cents vaches de Pautille et de Brehemond : pour l’alaiter ordinairement. Car de trouver nourrice suffisante n’était possible en tout le pays, considéré la grande quantité de lait requis pour icelui alimenter. Combien qu’aucuns docteurs Scotistes aient affirmé que sa mère l’alaita, et qu’elle pouvait traire de ses mammelles quatorze cents pippes de lait pour chacune fois. Ce que n’est vraisemblable. Et a été la proposition déclarée par Sorbonne scandaleuse, des pitoyables oreilles offensive, et sentant de loin hérésie8.

  • 9 Cf. Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’A. Rey, Paris, Le Robert, 2 (...)
  • 10 Cf. Normandie, Paris, Hachette, « Guides bleus », 1994, p. 508.
  • 11 Ed. cit., p. 43, var. E de la l. 11.

9L’origine de l’expression « à tyre larigot » est incertaine : cette locution semble provenir du nom d’une ancienne flûte – Larigot (1563), puis larigot (fin XVIe siècle) – et du verbe flûter, « vider des verres, boire beaucoup9 », à moins qu’elle ne vienne du nom de la grosse cloche de la cathédrale de Rouen, fondue en 1282 et offerte par l’archevêque et conseiller de Saint Louis Eudes Rigaud, cloche « si lourde et si difficile à mettre en branle qu’on donnait à boire à ceux qui avaient pour charge de la faire sonner, afin de leur donner du cœur à l’ouvrage10 ». Dans les deux cas, cette locution commence à affirmer la présence d’une autre boisson que le lait, la « purée Septembrale » mentionnée comme aliment de Gargantua à la fin du paragraphe suivant. En attendant, le lait est fourni... à profusion par un nombre exorbitant de vaches, encore accru dans l’édition de 1542 : ce ne sont plus « dix et sept mille neuf cents vaches », mais « dix et sept mille neuf cent treize vaches11 ». L’ajout de treize vaches, d’une édition à l’autre, n’augmente pas considérablement la taille du troupeau, mais revient surtout à ajouter une syllabe, ce qui permet la succession de deux octosyllabes : « dix et sept mille neuf cent treize vaches de Pautille et de Brehemond, » dont le premier pèse particulièrement par la série mécanique des monosyllabes.

10Quelques lignes plus bas, l’effet recherché n’est apparemment pas le même : Gargamelle, à chaque tétée, aurait produit « quatorze cents pippes de lait [...] »

11Le chiffre rond est démesuré, comme le montre une conversion rapide dans les unités actuelles : « 1 400 x 270 1. = 378 000 1. = 378 m3. »

  • 12 Ed. cit., p. 42, note 6.
  • 13 Ed. cit., p. 43, var. E de la l. 16.

12C’est un chiffre sans commune mesure avec celui d’une des sources de Rabelais ; G. Defaux nous invite à le constater : « À noter que dans Les Grandes et Inestimables Croniques que Rabelais cite dans son Prologue de Pantagruel, Galemelle « pouvait bien porter à chacune de ses mamelles cinquante pippes de lait12 ». Dans son édition de 1542, comme pour le nombre de vaches, Rabelais cherche à allonger l’expression et évite le chiffre rond : ce sont désormais « quatorze cent deux pippes neufpoters de lait pour chacune fois13. »

  • 14 M. Bakhtine, L’Œuvre de François Rabelais et la Culture populaire au Moyen Age et à la Renaissance,(...)

13Nous reviendrons sur ce phénomène, qui, contrairement à ce qu’en a écrit Bakhtine14, n’est pas systématique.

  • 15 Ed. cit., p. 43, var. E de la l. 17.

14 Les dernières lignes de ce paragraphe montrent un narrateur – mais à coup sûr aussi un Rabelais – qui, comme un géant se saisirait de deux ennemis pour les frapper l’un contre l’autre et les anéantir d’un seul coup, se débarrasse en trois phrases des disciples de Duns Scot et de la Sorbonne. Dans l’édition de 1542, par prudence, il a supprimé la « Sorbonne », mais a ajouté l’adverbe « mammallement » : la proposition a été déclarée « mammallement scandaleuse15 ». L’ajout de cet adverbe ôte toute importance au scandale et le rend ridicule, tant du point de vue logique que pour le rapport quantitatif entre les mots, l’adjectif se trouvant comme étouffé, réduit, par l’adverbe interminable et allitéré, le scandale et la Sorbonne étant eux-mêmes écrasés par la présence vitale, nourricière, opulente, d’une poitrine de géante. L’appétit du géant nouveau-né déborde les limites géographiques d’un village, le lait de sa mère déborde les limites imposées par la censure : c’est la vie elle-même, dans ses aspects les plus physiologiques – la vie de ces mammifères vivipares que sont les géants anthropomorphes –, qui déborde littéralement les cadres administratifs et juridiques.

15Ce paragraphe consacré à l’allaitement de Gargantua a donc permis de repérer l’existence d’une profusion quantitative, tout à fait attendue dans le contexte du gigantisme, et les formes qu’elle prend : l’emploi de l’adjectif tout, l’emploi de numéraux cardinaux, mais aussi l’emploi d’un adverbe, avec une tendance à l’allongement de l’expression et une prédilection pour les chiffres qui ne sont pas ronds, mais précis. Si l’on poursuit la lecture jusqu’à la fin du chapitre, on retrouve cette profusion quantitative sous des formes déjà relevées :

  • 16 Ibid.

Et ne criait que bien peu, mais il se conciliait à toutes heures, car il était merveilleusement phlegmatique des fesses, tant de sa complexion naturelle, que de la disposition accidentale qui lui était advenue par trop humer de purée Septembrale16.

  • 17 Pour une comparaison entre la sensibilité de la fin du Moyen Age, inspirée d’innocent III, et celle (...)

16La « merveille » consiste dans le bon fonctionnement du corps, et notamment des fonctions digestives et d’excrétion17. L’excès, y compris celui de la « purée Septembrale », ne provoque pas la réprobation, mais l’admiration et la joie.

17 On trouve aussi dans ce paragraphe une nouvelle forme de profusion quantitative : l’emploi d’un substantif – et la mention d’une réalité – inattendu et disproportionné. Une charrette à bœufs remplace la poussette :

  • 18 Ed. cit., p. 43.

En cet état passa jusques à un an et dix mois, on quel temps par le conseil des medicins on commença le porter, & fut faite une belle charrette à bœufs par l’invention de Jean Denyau, et là dedans on le promenait par ci, par là, joyeusement [...]18

  • 19 Comme le rappelle G. Defaux dans son édition, la division en paragraphes est le fait des éditeurs a (...)

18La joie de vivre est omniprésente et encadre cet avant-dernier paragraphe du chapitre, de l’adverbe « joyeusement » à l’adjectif « joyeux ». Ce dernier résonne comme un point d’orgue à la fin du paragraphe, ou du moins d’une phrase qui multiplie les émotions et leurs manifestations corporelles19. L’expression « et soudain demeurait coi et joyeux » contraste avec les énumérations qui la précèdent :

  • 20 Ed. cit., p. 43.

Car s’il advenait qu’il dépit, courroussé, fâché, ou marri, s’il trépignait, s’il pleurait, s’il criait, lui apportant à boire l’on le remettait en nature, et soudain demeurait coi et joyeux20.

19Comme s’il s’agissait d’une galerie de portraits du nourrisson, tous plus expressifs les uns que les autres, le dernier de la série semble immortaliser le sourire de l’enfant.

20Un autre aspect de la profusion paraît donc se dessiner : une profusion non plus uniquement quantitative, mais faisant une place à la diversité, à la multiplicité. Il s’agit de la profusion des possibles – émotions, attitudes du corps ou expressions du visage – qui est celle de la vie même d’un visage ou d’un corps, c’est-à-dire d’un être. Ce que la peinture de la Renaissance a réalisé depuis Giotto (1265-1337), autrement dit le développement de l’art du portrait et la recherche de l’expressivité des visages, y compris lorsqu’il s’agit des enfants, Rabelais le réalise lui aussi avec des mots.

21Dans le dernier paragraphe du chapitre, la joie réapparaît à quatre reprises en sept lignes et demie :

  • 21 Ibid.

Une de ses gouvernantes m’a dit, que de ce faire il était tant coutumier, qu’au seul son des pinthes et flaccons il entrait en extase, comme s’il goûtait les joies de paradis. En sorte qu’elles, considérant cette complexion divine, pour le réjouir au matin faisaient devant lui sonner des verres avec un couteau, ou des flaccons avec leur toupon, ou des pinthes avec leur couvercle. Auquel son il s’éguayait, il tressaillait, et lui-même se dressait en dodelinant de la tête, monichordisant des doigts, et baritonnant du cul21.

  • 22 Selon l’expression de Bakhtine dans le titre de son chap. VI « Le « bas » matériel et corporel chez (...)

22On retrouve la diversité des attitudes et des mouvements, tandis que la joie de vivre enfantine est associée au divin, y compris la chute du chapitre et de l’évocation, qui englobe le « bas corporel22 ».

23La naissance et la vie du nourrisson paraissent donc associées à deux sortes de profusion : une profusion « quantitative », marquée par la production de quantités hyperboliques, et une profusion « qualitative », caractérisée par la variété, la multiplicité, des éléments fournis ou décrits. En effet, tantôt c’est le sens et l’emploi d’un trait stylistique qui retient l’attention à cause de la variabilité des contextes, tantôt c’est la diversité des éléments thématiques qui étonne. Il est temps de revenir sur ces deux types de profusion de façon plus générale, afin de leur proposer des interprétations qui leur confèrent, si possible, une certaine unité.

24Ce que nous avons appelé la profusion quantitative ne devrait pas poser de problème d’unité en elle-même : une grande quantité de lait, par exemple, est une grande quantité d’une seule matière. Les choses se compliquent-elles quand la source de ce liquide nourricier est discutée ? Lait de vaches ou lait de géante ? Si l’hypothèse que Gargamelle ait pu nourrir Gargantua a été envisagée par Alcofribas, c’est pour être aussitôt écartée au nom de la vraisemblance ; en bon historiographe, le narrateur cite ses sources, se réfère à des autorités, quitte à s’en moquer au passage, et fait un choix. Le lecteur est prié de s’en tenir aux « vaches de Pautille et de Brehemond ». Ce qui est en cause ici, ce n’est donc pas l’homogénéité d’une matière, ni son origine, pas plus que la discussion entre les sources prétendues de « l’Abstracteur de quinte essence », mais l’unité d’un texte et d’un procédé.

  • 23 Ed. cit., p. 45-51.
  • 24 Ed. cit., p. 77-81.

25L’existence de variantes a montré que les chiffres ronds, bien que plus évocateurs, étaient soigneusement évités, au profit de numéraux cardinaux interminables et d’une extrême précision : ce ne sont pas seulement des unités que Rabelais ajoute, ce sont parfois des décimales ou en tout cas des unités plus petites. Ainsi, on passe de « quatorze cents pippes » à « quatorze cent deux pippes neufpoters » de lait. Dans le chapitre VII, « Comment on vêtit Gargantua »23, on peut relever 16 numéraux cardinaux : seulement 3 d’entre eux sont ronds (« neuf cents aunes de toile de Châtellerault », « onze cents peaux de vache brune », « dix et huit cents aunes de velours bleu teint en grene ») ; 6 chiffres sont précis à l’unité près (« huit cent treize aunes de satin blanc », « quatre cent six aunes de velours bleu cramoisi », « soixante & huit marcs », « vingt et cinq mille soixante et trois marcs d’or », « seize peaux de lutins, et trois de loups garous ») ; 6 présentent des fractions d’unité (« quinze cent neuf peaux et demie de chiens », « onze cent cinq aunes et un tiers d’estamet blanc », « seize aunes un quartier d’icelui même drap », « trois cents aunes et demie de serge de soie », « neuf mille six cents aunes moins deux tiers de velours bleu », « trois cents aunes un quart de velours blanc ») ; un dernier chiffre, bien que rond, est interminable (« soixante neuf millions huit cent nonante & quatre mille moutons à la grand’laine ») et clôt un chapitre largement structuré par les numéraux cardinaux. Un autre exemple de chapitre saturé d’indications chiffrées se trouverait dans l’éducation de Gargantua : il s’agit du chapitre XIII, « Comment Gargantua fut institué par un théologien en lettres latines24 ». De la nature généreuse et de ses expansions immédiates – la nourriture, le vêtement, le torche-cul –, l’on passe à sa déformation par la mauvaise éducation. Curieusement, le procédé est le même que dans le chapitre VII, puisque le narrateur accumule les précisions concernant, cette fois, les durées d’apprentissage, toujours sous la même forme : « & y fut cinq ans & trois mois », « et y fut treize ans six mois, et deux semaines »... Dans certains cas, le souci de précision semble subverti par l’approximation : « & y fut plus de dix huit ans & onze mois » – pourquoi pas « presque dix neuf ans » ? –, « où il fut bien seize ans et deux mois ». L’évitement des chiffres ronds paraît donc s’observer dans des contextes idéologiques opposés.

  • 25 Op. cit., p. 459-461.
  • 26 Ed. cit., p. 79.
  • 27 Ainsi que l’a montré G. Defaux dans l’introduction de son édition séparée du Gargantua, Paris, Le l (...)

26A la fin de son ouvrage L’Œuvre de François Rabelais et la Culture populaire au Moyen Age et à la Renaissance, M. Bakhtine examine « l’utilisation carnavalesque de chiffres25 ». Il constate que Rabelais « profane le chiffre » en lui ôtant son caractère éventuellement sacré, ou du moins son aspect rassurant de chiffre rond, symétrique, pour lui donner un caractère carnavalesque et grotesque, et ceci de deux manières : par l’exagération, l’outrance, l’invraisemblance – permise par le gigantisme –, et par « les prétentions à l’exactitude (elle aussi excessive) dans des situations où précisément un décompte tant soit peu précis est tout à fait impossible ». On pourrait ajouter que cette précision est soit impossible, soit superflue, puisqu’on a affaire à de grandes quantités. Nous avons montré que, d’une édition à l’autre, Rabelais accentue cet aspect grotesque. La pesanteur de l’expression, allongée, est elle aussi perceptible. Elle l’est surtout dans des contextes où un personnage est à la peine tout comme le narrateur et le lecteur : ainsi, lorsque Gargantua apprend l’alphabet à l’envers, puis le Tractatus de modis significandi avec ses sept commentaires « et un tas d’autres » qu’il peut « rendre par cœur à revers26 ». Le caractère pesant et abrutissant de ce type d’enseignement est rendu sensible par ces durées exorbitantes – alors qu’on pourrait imaginer qu’un géant se tire plus vite de tels pensums –, comme il l’est par la taille et le poids de l’écritoire, du « gualimard », et du « cornet ». On s’aperçoit vite que, dans ce contexte, le gigantisme, les objets démesurés, les durées interminables, c’est-à-dire tous les procédés d’hyperbole, sont au service de la satire de l’enseignement de la fin du Moyen Age. L’interprétation de ces procédés est ici facilitée par l’existence d’un diptyque qui oppose deux éducations et en valorise une très nettement. Cependant, de façon plus générale, quelle est la fonction des grandes quantités et des numéraux cardinaux dans le Gargantua ? La question paraît pertinente dans la mesure où le Gargantua est un ouvrage plus concerté, plus achevé, et plus engagé que le Pantagruel 27. Une présence uniquement carnavalesque ou « farcesque » des chiffres paraît douteuse, au moins pour certains épisodes ; inversement, on pourrait postuler que la fête, la liberté, le comique, ont une valeur et un sens en eux-mêmes, comme la vie.

  • 28 πολυτρόπος, πολυμήτις, « aux nombreux tours » ou « aux nombreuses ruses », épithètes souvent tradui (...)
  • 29 Op. cit., p. 460.
  • 30 Iliade, II, 494-785.

27Une première hypothèse pourrait être la parodie : parodie d’épopée, parodie de roman de chevalerie, le Gargantua recenserait les exploits d’une sorte de héros, personnage surhumain aux forces et à l’intelligence exceptionnelles. Or le grandissement épique aime les chiffres ronds, voire les approximations, qui parlent à l’imagination. Ainsi, Stentor a une voix « aussi forte que celle de cinquante autres réunis », Ulysse a des ruses ou des tours innombrables28. En utilisant des chiffres extrêmement précis, des unités de mesure inappropriées car trop fines, des nombres prétendument exacts mais tout de même approximatifs, Rabelais ne se moque-t-il pas de la grandeur épique ? Ce n’est peut-être pas aussi simple. Par rapport à la thèse de M. Bakhtine, en effet, une réserve s’impose : tandis que cet auteur écrit que « tous [les chiffres] ont un caractère carnavalesque et grotesque [dans l’œuvre de Rabelais]29 », certains chapitres du Gargantua présentent, de façon surprenante, des chiffres uniformément ronds. Ce sont particulièrement les chapitres concernant la guerre picrocholine. Au chapitre XXIV, Picrochole convoque le ban et l’arrière-ban ; au chapitre XLV, Gandgousier reçoit des ambassadeurs des régions voisines, qui lui promettent des troupes, puis envoie chercher ses propres légions. Dans les deux chapitres et dans les deux camps, les soldats sont dénombrés par des chiffres ronds. De même que les navires recensés avec sérieux et avec respect par Homère dans le chant II de L’Iliade, figurant pour la plupart par multiples de dix30, l’armée de Grandgousier, armée moderne et bien organisée, comme l’armée de Picrochole, l’armée de l’agresseur, l’armée qui se livre au pillage, présentent des formations régulières à chiffres ronds. Autrement dit, paradoxalement, dans les chapitres évoquant la guerre, et bien entendu la critiquant dans un esprit érasmien, la parodie d’épopée n’est pas perceptible sous la forme de chiffres burlesques. Ce sont non seulement des contre-exemples au principe proposé par M. Bakhtine, mais une objection sérieuse à l’interprétation des chiffres dans le cadre de la parodie d’épopée.

  • 31 Ed. cit., p. 297.
  • 32 Ed. cit., p. 299.
  • 33 Ed. cit., p. 511, et p. 510, note 21.

28C’est probablement du côté de la parodie de l’historiographie que se trouve la réponse. Depuis le Pantagruel, le lecteur connaît les prétentions du narrateur Maître Alcofribas Nasier à la vérité historique : le prologue rappelait que « l’abstracteur de quinte essence » avait servi Pantagruel et que, comme témoin direct de la plupart de ses faits et gestes, il ne mentait « en toute l’histoire d’un seul mot31 ». Le début du chapitre I, « De l’origine et antiquité du grand Pantagruel », place explicitement l’ouvrage dans la lignée des chroniques, et l’auteur prétendu dans celle des « bons historiographes32 ». Malgré le respect qu’a par exemple Rabelais pour Jean Lemaire de Belges33, ou à cause de ce respect, un ouvrage comme Les Illustrations de Gaule et Singularités de Troie a peut-être servi de modèle à l’auteur de Gargantua pour le souci de l’exactitude des chiffres et l’assurance avec laquelle ceux-ci sont mentionnés, discutés, ou affirmés. On pourra s’en convaincre en lisant une page du livre I des Illustrations dans laquelle les dates sont scrupuleusement notées et comparées selon différents systèmes de datation :

  • 34 Les Illustrations de Gaule et Singularités de Troie, dans les Œuvres de Jean Lemaire de Belges, éd. (...)

Et lors Priam prit congé de lui et vint voir les ruines de sa cité de Troie en la basse Phrygie [...] Puis recueillit son peuple dispersé çà et là, et prit possession de son royaume désolé, l’an après la première fondation de Troie par Dardanus, CCLVII ; depuis le déluge universel, onze cent quatre vingt et sept ; qui fut avant l’incarnation de notre Seigneur, onze cent et trente ans ; et ains que Rome fut fondée, huit vingt et dix ans ; après la création d’Adam le premier homme, deux mille huit cent quarante et trois ans [...]34

  • 35 Ibid., p. 64-65.
  • 36 Source écrite : « Par les anciennes pantarches [documents, registres] qui sont en la chambre des co (...)
  • 37 Ed. cit., p. 510, note 21.

29Ailleurs, ce sont les dates relatives et les âges de Noé et de ses descendants qui sont soigneusement consignés35. Ce souci maniaque du chiffre – résonnant comme le monologue d’Argan faisant ses comptes d’apothicaire dans la première scène du Malade imaginaire – a quelque chose d’éminemment dérisoire quand il s’agit d’une histoire de géants, tout comme la mention des sources orales ou écrites, leur comparaison et leur discussion36. Tout se passe comme si Rabelais singeait la « vérité » historique dans un domaine où n’existe même pas de vraisemblance. Il ridiculise probablement aussi la crédulité ou l’absence de tout esprit critique chez son chroniqueur : réduit au rôle de scribe, recueillant et alignant des données chiffrées jugées précieuses, celui-ci ne s’apercevrait pas que, par exemple, les durées d’apprentissage exorbitantes du chapitre XIII signalent un enseignement inefficace et fondé sur le psittacisme, ou un élève rendu stupide par ses maîtres. Son émerveillement devant les chiffres montrerait sa servilité ou sa sottise. Peut-on aller plus loin ? L’historiographe de Gargantua, « l’Abstracteur de quinte essence », est peut-être plus qu’un masque commode pour Rabelais : malgré l’admiration que voue la génération de Rabelais au docte Jean Lemaire – et Rabelais, notamment, à l’auteur « de libelles gallicans combattant l’autorité temporelle de Rome37 » –, un disciple d’Erasme doit douter de l’objectivité des « chroniqueurs et historiographes » des princes, car il n’a pas manqué de lire la critique des écrivains de cour dans L’Eloge de la Folie :

  • 38 Erasme, Eloge de la Folie, Adages..., éd. CL Blum, A. Godin, J.-CL Margolin et D. Ménager, Paris, R (...)

Car quoi de plus cohérent que la Folie claironnant ses propres louanges [...] ?
Il me semble d’ailleurs qu’en cela je fais preuve de plus de modestie que le commun des grands et des sages, qui, par une pudeur perverse subornent un rhéteur courtisan ou un poète bavard, et le soudoient pour l’entendre réciter leurs louanges, c’est-à-dire un pur mensonge. Néanmoins, l’humble personnage, tel un paon, fait la roue et dresse sa crête, en écoutant le flatteur impudent égaler aux dieux cet homme de rien, le proposer en modèle accompli de toutes les vertus, en sachant fort bien qu’il en est l’antipode, parer la corneille de plumes d’emprunt, blanchir le nègre, et faire d’une mouche un éléphant.38

30Les chiffres d’une précision exagérée sont donc bien entendu d’ordre burlesque ou carnavalesque ; ils appartiennent à coup sûr aux manies d’un chroniqueur de fiction, servant de masque comique à l’auteur ; enfin, la moquerie à l’égard de l’historiographie a peut-être un rôle plus général, celui d’une distance prise par rapport à l’activité d’écrivains de cour, qui, contrairement à un Erasme jaloux de son indépendance d’intellectuel avant la lettre, ne pouvaient faire de leurs revendications d’objectivité qu’une clause rhétorique.

31De façon assez indiscutable, d’autre part, l’un des effets produits par les précisions superflues dans les données chiffrées, c’est l’allongement de l’expression, qui paraît ainsi mimer la grande quantité ou le grand nombre, mieux que ne le ferait un chiffre rond : à signifié abondant, signifiant abondant aussi. Parfois, tandis que le rythme perd en fermeté, l’intention de surcharge apparaît nettement, comme lorsque le texte passe, d’une édition à l’autre, de « quatorze cents pippes de lait pour chacune fois » à « quatorze cent deux pippes neuf poters de lait pour chacune fois ». L’ordre de grandeur n’est pas ce qui intéresse Rabelais à lui seul, pas plus que la clausule de sa phrase, plus nette et plus élégante – un hendécasyllabe – dans la version initiale.

  • 39 Selon la formule de G. Defaux : « Abrité derrière son masque comique – le narrateur –, notre auteur (...)
  • 40 Ed. cit., p. 3, et la note 6 de la page 2.
  • 41 Ibid., p. 207.
  • 42 Ibid., p. 210.

32Si l’on tient compte, enfin, des contextes et des thèmes, on est tout de même étonné de constater la présence du procédé aussi bien lorsqu’il s’agit de vanter la taille ou l’appétit démesurés du jeune géant que de ridiculiser l’éducation de la fin du Moyen Age : l’éloge et la dérision emprunteraient-ils les mêmes voies ? La difficulté, c’est que, ayant confié son récit à un narrateur tantôt ridicule, tantôt peu digne de foi, Rabelais montre rarement « le bout de l’oreille39 ». Peut-on trouver une intention derrière le masque, un « plus hault sens » ? On a constaté que les grands nombres étaient associés à la naissance et plus généralement à la joie de vivre dans le chapitre VI de Gargantua. Cet élément ne peut être négligé de la part d’un auteur qui place au seuil de son livre le précepte pantagruélique et évangélique « VIVEZ JOYEUX40 ». Quant au chapitre VII, « Comment on vêtit Gargantua », c’est l’un de ceux qui contiennent le plus de données chiffrées, mais aussi la fameuse comparaison entre la braguette de Gargantua et la corne d’abondance. Commentant cette comparaison et les autres occurrences de la corne d’abondance dans l’œuvre de Rabelais, T. Cave a montré qu’une correspondance existe entre le chapitre VII de Gargantua et le chapitre VIII de Pantagruel – la lettre de Gargantua à Pantagruel. Dans le Gargantua, le narrateur loue la taille et l’ornementation de la braguette du jeune géant, mais aussi « la vigueur sexuelle et la fécondité de son contenu41 », et avec raison car « au temps de la rédaction puis de la diffusion du chapitre 8 [VII] de Gargantua, la fécondité de la braguette du héros était déjà avérée, sur le plan narratif comme sur le plan textuel : Pantagruel a paru avant Gargantua ; le fils a été engendré avant le père42 ». Il est exact que l’on trouve deux mentions directes de la fécondité masculine – et plus généralement humaine – dans la lettre de Gargantua à Pantagruel, c’est-à-dire dans un contexte parfaitement sérieux, rassemblant une réflexion théologique et une réflexion sur le progrès culturel et moral de l’humanité :

  • 43 Ed. cit., p. 343.

Très cher fils, Entre les dons, grâces et prérogatives, desquelles le souverain plasmateur Dieu tout puissant a endouairé et orné l’humaine nature à son commencement, celle me semble singulière et excellente, par laquelle elle peut en état mortel acquérir espèce de immortalité, et en décours de vie transitoire perpétuer son nom et sa semence. Ce que est fait par lignée issue de nous en mariage légitime. Dont nous est aucunement instauré ce que nous fut tollu par le péché de nos premiers parents, esquels fut dit, que parce qu’ils n’avaient été obéissants au commandement de Dieu le créateur, ils mourraient ; et par mort serait réduite à néant cette tant magnifique plasmature, en laquelle avait été l’homme créé. Mais par ce moyen de propagation séminale demoure es enfants ce que était déperdu es parents, et es neveux ce que dépérissait es enfants, et ainsi successivement jusques à l’heure du jugement final [...]43

  • 44 Op. cit., p. 210.

33Comme le remarque T. Cave, « le thème de l’engendrement prédomine au cours des premiers chapitres de Pantagruel et de Gargantua. Dans ces deux ouvrages, l’exubérance et la productivité de l’acte générateur sont indispensables à l’épiphanie du monde des géants (et, par conséquent, de toute la fiction rabelaisienne44) », et ceci malgré des registres variables. Néanmoins, dans la lettre de Gargantua à Pantagruel, le thème de l’engendrement s’accompagne de celui de l’enfant et de ce qu’il représente pour ses parents et pour l’humanité :

  • 45 Ed. cit., p. 345.

Donc [...] je rends grâces à Dieu mon conservateur, de ce qu’il m’a donné pouvoir voir mon antiquité chanue refleurir en ta jeunesse. Car quand [...] mon âme laissera cette habitation humaine, je ne me réputerai totalement mourir, ains passer d’un lieu en autre, attendu que en toi et par toi je demeure en mon image visible en ce monde [...] Parquoi, ainsi comme en toi demeure l’image de mon corps, si pareillement ne reluisaient les mœurs de l’âme, l’on ne te jugerait point être garde et thésor de l’immortalité de notre nom [...] A laquelle entreprise [l’éducation de Pantagruel] parfaire et consommer, il te peut assez souvenir comment je n’ai rien épargné ; mais ainsi te y ai secouru comme si je n’eusse autre thésor en ce monde, que de te voir une fois en ma vie absolu et parfait [...]45

  • 46 J. Delumeau, La Civilisation de la Renaissance, Paris, Arthaud, « Les grandes civilisations », 1984 (...)
  • 47 Ed. cit., p. 553.

34Le thème de la filiation et de la paternité, celui de l’éducation et du progrès d’une génération à l’autre, celui de la valeur de l’enfant et de l’affection que lui portent ses parents, au-delà de leur fonction littéraire, sont aussi un écho de ce que certains historiens ont appelé « la découverte de l’enfance » à la Renaissance46. Chez Rabelais, l’enfance est associée à la joie : joie et sérénité du père vieillissant, joie de vivre de l’enfant lui-même. On a constaté que la joie de vivre de l’enfant (géant) n’allait pas sans la profusion, tandis que le prologue du Tiers Livre établit un rapport étroit entre la profusion et la joie. Rabelais y définit en effet son livre comme « un vray Cornucopie de joyeuseté et raillerie47. »

35 Profusion, enfance et joie paraissent donc étroitement liées, voire indissociables. Le terme de raillerie ajoute pourtant un élément nouveau : l’idée d’un rire, non joyeux, mais moqueur. T. Cave a bien remarqué l’ambivalence de la corne d’abondance telle que la présente Rabelais. Cette ambivalence est perceptible dès le chapitre VII de Gargantua, dans l’évocation de la braguette :

  • 48 Ed. rit., p. 47.

D’un cas vous avertis, que si elle était bien longue & bien ample, si était-elle bien garnie au dedans & bien avitaillée, en rien ne ressemblant les hypocrites braguettes d’un tas de muguets [galants], qui ne sont pleines que de vent, au grand intérêt [préjudice, détriment] du sexe féminin48.

36Tout comme il y a la joie de la profusion, il y a la raillerie à l’égard de la fausse profusion, celle qui ne tient pas ses promesses et qui est vide ou pleine de vent. N’en va-t-il pas de même des contenus de l’éducation scolastique dans le chapitre XIII, où les précepteurs de Gargantua sont de « vieux tousseux » ? Les nombreuses durées soigneusement consignées par le narrateur-chroniqueur sont vides de contenu, puisque l’élève y exerce sa mémoire d’une façon formelle, récitant à l’envers ou prouvant « sus ses doigts ».

  • 49 Ibid., p. 148, note 16.

37Ainsi, le même élément grammatical et stylistique exprimant la profusion – les numéraux cardinaux extrêmement précis et abondamment développés – paraît avoir un rôle variable selon le contexte, et être au service, tantôt de la « joyeuseté », tantôt de la raillerie, tantôt de l’éloge de la vie et de la joie de vivre, tantôt de la satire du formalisme, de la bêtise ou de l’hypocrisie. Quant aux chiffres ronds, ils interviennent dans un contexte sérieux, celui de la guerre et du bon gouvernement, dans les chapitres consacrés à la guerre picrocholine, c’est-à-dire, selon G. Defaux, à « une mise en fiction du pacifisme d’Erasme49 ».

  • 50 Édition séparée du Gargantua, Paris, Le livre de Poche, « Bibliothèque classique », 1994, Introduct (...)
  • 51 Ed. cit., p. 335-341.
  • 52 Ibid., p. 79 et 81.

38La profusion que nous avons appelée « qualitative », quant à elle, fait une place à la diversité, à la multiplicité. Elle consiste essentiellement dans les énumérations, ou, quand celles-ci prennent des proportions particulières, dans les catalogues ou dans les « listes », appellation correspondant au choix de certains éditeurs, qui en présentent le contenu verticalement, contrairement à la disposition pratiquée du temps de Rabelais. Comme les numéraux cardinaux, les énumérations peuvent se rencontrer en contexte euphorique aussi bien qu’en contexte dysphorique. G. Defaux a évoqué à leur propos une véritable « joie de l’énumération50 », mais il s’agit tantôt d’une joie de nommer les uns après les autres des éléments agréables ou enthousiasmants comme autant de richesses offertes par l’existence, tantôt d’énumérer des sujets de raillerie. Il n’est que de penser au catalogue de la librairie de Saint-Victor, au chapitre VII du Pantagruel, pour envisager ce cas51. La bibliothèque de cette abbaye hostile aux idées nouvelles, particulièrement à Erasme, était riche en ouvrages scolastiques. Dans le catalogue satirique qu’en fait Rabelais, telle une corne d’abondance, elle regorge d’ouvrages ridicules et rétrogrades, beaucoup plus nombreux d’une édition à l’autre. Le développement exponentiel de ce catalogue, de l’édition de 1532 à celle de 1534, va de pair avec l’apparition de la mention de la librairie dans le titre. Fleurs et fruits du comique et de l’inventivité rabelaisienne, plaisanteries multipliées, satire insistante jusqu’à l’étourdissement du lecteur – tel est le contenu de cette « Cornucopie de [...] raillerie ». Les énumérations d’ouvrages réels, méprisés par les humanistes, ou de commentateurs aux noms burlesques, existent aussi dans le Gargantua52. Inversement, l’éducation humaniste du père de Pantagruel est régulièrement décrite grâce à des énumérations. Celles-ci ont souvent pour fonction de recenser des possibilités, parmi lesquelles les écoliers choisissent, plutôt que les étapes obligées d’une journée interminable : le lien logique entre les termes mentionnés doit plutôt se comprendre comme un ou que comme un et. Ainsi, dans le chapitre XXII, « Comment Gargantua employait le temps quand l’air était pluvieux » :

  • 53 Ibid., p. 125-127.

[...] ils demeuraient en la maison et étudiaient l’art de painctrie, & sculpture ; ou révoquaient en usage l’antique jeu des taies [...] ; ou allaient voir comment on tirait les métaux, ou comme on fondait l’artillerie ; ou allaient voir les lapidaires, orfèvres & tailleurs de pierreries, ou les Alchimistes & monnayeurs, ou [...]53

39Et la longue énumération qui suit doit certainement se comprendre de la même manière. La liberté de l’élève est mentionnée clairement à plusieurs reprises, comme dans l’évocation du début du déjeuner :

  • 54 Ibid., p. 115-117.

Au commencement du repas était lue quelque histoire plaisante des anciennes prouesses, jusques à ce qu’il eût pris son vin. Lors (si bon semblait) on continuait la lecture, ou commençaient à deviser joyeusement ensemble [...]54

  • 55 Ibid., p. 115.

40ou, de façon encore plus explicite, dans le paragraphe précédent : « Tout leur jeu n’était qu’en liberté, car ils laissaient la partie quand leur plaisait55. »

  • 56 Ibid., p. 129.

41Malgré cette insistance sur les alternatives qui s’offrent et sur la possibilité de choisir, le lecteur n’est-il pas presque aussi étourdi par ces énumérations que par le catalogue de la librairie de Saint-Victor ? C’est toute la diversité du monde – de la nature, des techniques humaines, et des livres – qui paraît se refléter dans cette éducation qu’on a qualifiée d’encyclopédique. On peut même ajouter que la nature et les livres se complètent, comme lors de la sortie mensuelle à la campagne, à la fin du chapitre XXII, où l’énumération des divertissements de plein air, après une phrase de transition : « Mais encore que icelle journée fût passée sans livres & lectures, point elle n’était passée sans profit » trouve son pendant littéraire dans l’énumération de poètes et de poèmes récités ou composés56.

42De même, dans la découverte des aliments servis à table :

  • 57 Ibid., p. 117.

[...] ou commençaient à deviser joyeusement ensemble, parlant pour les premiers mois de la vertus, propriété, efficace et nature de tout ce qui leur était servi à table : du pain, du vin, de l’eau, du sel, des viandes, poissons, fruits, herbes, racines, et de l’apprêt d’icelles. Ce que faisant apprit en peu de temps tous les passages à ce compétents en Pline, Athénée, Dioscorides, Galien, Porphyre, Opian, Polybe, Heliodore, Aristoteles, Ælian, et autres. Iceux propos tenant faisaient souvent, pour être plus assurés, apporter les livres susdits à table57.

  • 58 Essais, I, XXVI, éd. P. Villey, Paris, PUF, « Quadrige », 1992, p. 164.

43Les deux énumérations, de longueur comparable, se répondent, comme pour mieux inscrire dans le texte la proximité recherchée entre les mots et les choses. La dernière phrase, pareille à un emblème, véritable nature morte aux livres, symbolise ce double apprentissage, cette double multiplicité des nourritures terrestres et des nourritures intellectuelles. Pour le dire autrement, l’éducation n’est pas séparée de la vie. On pourrait imaginer que Montaigne commente à sa manière le texte de Rabelais dans l’essai « De l’institution des enfants » : « Au nostre, un cabinet, un jardin, la table et le lit, la solitude, la compaignie, le matin et le vespre, toutes heures luy seront unes, toutes places luy seront estude [...]58. »

44C’est donc toute la diversité du monde, toutes les joies de l’existence, que recensent et recèlent les énumérations rabelaisiennes en contexte euphorique ; c’est la joie des possibles, jusqu’à l’ivresse – et il serait facile de montrer que la joie est omniprésente dans l’éducation humaniste imaginée par Rabelais.

  • 59 F.C. Bevilacqua, « « Rinascimento » et Renaissance », Renaissances européennes et Renaissance franç (...)
  • 60 Clément Marot, Œuvres poétiques, éd. de G. Defaux, Paris, Bordas, « Classiques Garnier », vol. I, I (...)
  • 61 F. Rigolot, Louise Labé Lyonnaise ou la Renaissance au féminin, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 19
  • 62 Cf. l’éloge qu’en fait Erasme dans l’adage « Festina lente », Erasme, éd. cit., p. 109-141.

45On a souvent souligné le caractère idéal et utopique de cette éducation. Elle repose notamment sur l’idée d’une harmonie – harmonie entre les volontés particulières et la volonté générale, harmonie entre la volonté du précepteur et celle des élèves, harmonie entre une nature et une culture. Pour ce qui est de son caractère « encyclopédique », il faut le concevoir dans une époque marquée par l’enthousiasme des humanistes, et par des mentalités et des pratiques souvent différentes des nôtres. D’une part, certaines personnalités – hors du commun, c’est vrai – réalisaient l’idéal de diversité proposé par Rabelais. Ainsi, comme le rappelle E C. Bevilacqua, Leon Battista Alberti (1404-1472) était « l’une des figures capables d’incarner totalement, à travers la diversité de ses activités multiformes, l’idéal de l’homme-artiste nouveau. Alberti était doué de capacités extraordinaires sur le plan intellectuel ainsi que sur le plan physique, car il était aussi, en fait, un athlète apprécié. Il fut à la fois moraliste, artiste, écrivain, latiniste, helléniste, linguiste, architecte, théoricien de la perspective en peinture, archéologue, mathématicien et physicien59 ». De façon plus générale, la profusion de talents, d’activités, de disciplines, de centres d’intérêt, formulée dans les énumérations, surprend les lecteurs des XXe-XXIe siècles, habitués qu’ils sont à croire aux vertus de la spécialisation et du cloisonnement, à croire en la supériorité des activités intellectuelles sur les activités manuelles, en la supériorité de l’art sur l’artisanat, à croire à l’opposition radicale entre ceux qui travaillent avec leur esprit et ceux qui travaillent avec leurs mains ou leurs bras. Or le cloisonnement des disciplines, les dichotomies et les hiérarchies qui nous sont familières sont inconnues des hommes de la Renaissance. Ils lisent Les Géorgiques pour la beauté des vers, mais aussi comme un traité d’agriculture. Ils ne trouvent pas surprenant qu’un chapelier de Cahors devienne poète officiel du Roi de France (Jean Marot)60 ; que la fille d’un artisan cordier devienne la grande poétesse lyonnaise, la nouvelle Sapho (Louise Labé)61. On était broyeur de couleurs avant d’être peintre, orfèvre avant d’être peintre et graveur (Dürer) ; les humanistes fréquentaient les ateliers d’imprimerie, s’y rencontraient, y relisaient des épreuves, s’y tachaient les doigts à l’encre, et des imprimeurs étaient eux-mêmes des humanistes, à l’exemple d’Alde Manuce, auteur d’une grammaire grecque et d’une grammaire latine, fondateur d’une académie où l’on ne parlait que le grec62.

  • 63 F.C. Bevilacqua, art. cit., p. 81.

46Joie de l’énumération, joie de la diversité du monde : le précepte « Vivez joyeux » paraît donc avoir trouvé une forme adéquate. Rabelais semble reprendre à son compte, voire traduire sous la forme d’un conseil, la formule de Lorenzo Valla : « Juvat vivere ». Dans les deux cas, l’épicurisme n’est pas un paganisme, il se trouve intégré au christianisme, parce que l’homme est « fils privilégié de Dieu qui participe de sa divinité, avec la pleine conscience de ses droits et de ses responsabilités », et que « le premier des droits est celui qui touche au bonheur et donc le but des actions humaines est la joie, non la vertu63 ».

  • 64 Ed. cit., p. 129.

47Dans cette pensée inspirée de Valla, l’éloge de la diversité du monde va de pair avec l’éloge de la liberté. De façon significative, à la fin des chapitres consacrés à l’éducation de Gargantua, les élèves se livrent à diverses expériences de physique : « En banquetant, du vin aisgué séparaient l’eau [...], faisaient aller l’eau d’un verre en l’autre, bâtissaient plusieurs petits engins automates, c’est-à-dire soi mouvant eux-mêmes64. »

48Les tout derniers mots du Gargantua sur l’éducation consistent dans l’introduction d’un mot grec en français, accompagné, comme c’est l’usage, d’un synonyme ou d’une définition. Rêve de machines, comme ceux de Léonard de Vinci ? L’image, le mot et sa définition nous paraissent ressortir davantage à l’emblème, en cette place stratégique de clôture d’un épisode. Il s’agirait en quelque sorte de l’emblème de l’autonomie de l’élève, de sa liberté et de sa responsabilité.

  • 65 Ibid., p. 115.
  • 66 Cette possibilité est écartée par Rabelais au chapitre X de Pantagruel, éd. rit., p. 361-363, et, à (...)

49 Cependant, Rabelais nous aide-t-il à répondre à la question initiale, celle de la contradiction entre l’unité et la profusion ? A la lumière des mentalités et des pratiques humanistes, la profusion des compétences et des savoirs nous est apparue comme la garantie d’une complétude, d’un équilibre, comme un moyen d’éviter les excès de la spécialisation et du verbalisme. A ce titre, les spécialistes de la disputatio universitaire ou du droit sont brocardés par les chapitres X à XII du Pantagruel, tout entiers constitués d’un charabia incompréhensible, c’est-à-dire « plein[s] de vent(s) » : les noms des plaideurs, Baisecul et Humevesne, évoquent sous une forme scatologique le vide de la braguette « hypocrite » des « muguets » dans le Gargantua. Les autres écueils de l’éducation dite « encyclopédique », le dilettantisme et le pédantisme, sont-ils écartés pour autant ? Ce serait sans compter la dimension éthique et religieuse de cette éducation : l’humanisme chrétien est d’abord une éthique, et une éthique indissociable de la foi. L’évangélisme de Rabelais transparaît à plusieurs reprises dans les chapitres consacrés à l’éducation de Gargantua, notamment lorsque sont mentionnées les lectures de la Bible, et les discussions qu’elles suscitent65. Dans ces conditions, la joie n’est pas la désinvolture, la curiosité n’est pas le dilettantisme, et le savoir n’est pas le pédantisme66, cette forme de la philautie érasmienne. Au contraire, la profusion des curiosités et des savoirs apparaît comme un des aspects de la générosité.

  • 67 M. Edwards, Le Rire de Molière, Paris, éd. de Fallois, 2012, p. 221.
  • 68 Ed. cit., p. 148, note 16.
  • 69 L’éducation humaniste est souvent conçue en fonction de futures responsabilités politiques. Cela es (...)

50Les deux formes privilégiées de la profusion dans l’enfance et l’adolescence des héros rabelaisiens – les quantités démesurées, formulées par des chiffres énormes et d’une précision excessive, les possibilités innombrables, figurant dans des énumérations, voire dans des listes – sont donc repérables en contexte euphorique comme en contexte dysphorique. D’une part, l’ampleur du style et le souci de l’exactitude sont des caractéristiques de l’écriture en prose des Grands Rhétoriqueurs, en particulier lorsqu’ils assument auprès des princes leur fonction de « chroniqueurs et historiographes » : il n’est donc pas étonnant que le narrateur, qui se prévaut d’un tel rôle auprès de Pantagruel, leur emprunte certains traits stylistiques. D’autre part, dans certains cas, la naïveté ou l’impassibilité de ce narrateur frise la satire de la servilité des écrivains de cour, ou bien cette fonction domestique du narrateur permet à l’auteur de pratiquer l’ironie. Les deux marques principales de la profusion, telles que nous les avons repérées, offrent donc une grande plasticité à Rabelais, lui permettant d’exprimer l’appétit, l’élan vital, la joie de vivre de l’enfant, sa curiosité insatiable, la diversité des aliments, des savoirs, des lieux et des milieux, la richesse inépuisable de la nature comme celle des disciplines et des techniques humaines ; inversement, les catalogues ou les énumérations burlesques procurent une autre joie de l’énumération, les chiffres inutilement précis tournent en dérision des apprentissages eux-mêmes inutiles et fastidieux, des ouvrages ridicules, pédants et abrutissants. C’est que, chez Rabelais comme chez Molière, la joie de vivre, la « joyeuseté », ne peut complètement se passer de son revers, la « raillerie », sans toutefois s’identifier avec elle. Ainsi M. Edwards, dans son livre Le Rire de Molière, nous invite-t-il à distinguer « le rire profond de la comédie », « un rire joyeux et salutaire », « le rire de la vie qui triomphe », d’un rire moqueur ou satirique67. C’est que, comme la santé – comparaison que Rabelais n’eût pas désavouée –, le rire du « triomphe de la vie » ne peut s’imposer que s’il est l’ensemble des forces qui luttent contre la mort, toutes les formes de mort que sont le formalisme, la bêtise, l’hypocrisie, l’égoïsme, la cruauté, la tyrannie, sans oublier cette forme particulière qu’est l’étouffement de l’individu réduit à être une fonction : l’éducation de la fin du Moyen Age formait des spécialistes – de droit, de médecine ou de théologie ; l’éducation humaniste, se donnant pour mission de former des hommes et des hommes libres, se devait de rejeter une telle finalité en lui opposant la diversité, la richesse inépuisable du monde, la complémentarité des savoirs et des activités. La profusion, loin de s’opposer à l’accomplissement de l’individu, en est même la condition, si elle est accompagnée de la liberté et de la responsabilité, et du sens de la valeur de la vie, de chaque vie68 : la faculté de comprendre autrui, de comprendre des situations et de prendre de bonnes décisions69 ne peut être fondée sur une éducation procédant par limitation ou par élimination, c’est-à-dire par étroitesse ou par mépris. La conception du voyage, chez Montaigne, va dans le même sens. Telle pourrait être la leçon de l’humanisme de Rabelais sur la profusion et sur l’unité.

51Notre collègue Françoise Haffner, par la diversité de ses centres d’intérêt, par l’ampleur et la précision de sa culture, incarnait une certaine profusion des savoirs et des curiosités, alliée à un jugement sûr et à une personnalité libre et affirmée – autant de qualités, une forme d’humanisme, qui nous étaient précieuses, en cette époque de spécialisation et de cloisonnement, et dont le souvenir reste vivant.

Notes

1 Ronsard, Œuvres complètes, éd. J. Céard, D. Ménager et M. Simonin, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1993, vol. I, p. 1175.

2 Rabelais, Les Cinq Livres, éd. critique de J. Céard, G. Defaux et M. Simonin, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche, La Pochothèque », 1994, p. 46-47 (Gargantua, chap. VIII) et p. 553 (Prologue du Tiers Livre). Les citations du Pantagruel et du Gargantua seront conformes à cette édition, qui procure le texte du Pantagruel de 1534, et celui du Gargantua de 1535, mais aussi les variantes, dont nous aurons à tenir compte. Sur la corne d’abondance, cf. T. Cave, The Cornucopian Text : Problems of Writing in the French Renaissance, Oxford, Clarendon Press, 1979 (Trad. française par G. Morel : Cornucopia : figures de l’abondance au XVIe siècle, Paris, Macula, 1997).

3 Ed. rit., p. 39.

4 Sur le sens de la parturition par l’oreille, cf. F. Dolto, La Cause des enfants, Robert Laffont, 1985, p. 30, et I. Dubois, « Figures d’enfants dans l’œuvre de Molière », Retours vers les enfances méditerranéennes, Actes du colloque des 15-17 octobre 2008, textes réunis par I. Dubois avec le concours de F. Haffner, PUP, 2011, p. 123-142, et plus précisément III, 3, « Le rôle de l’oreille », p. 138-140.

5 Cf. I. Dubois, « Donner corps à l’enfance : entre plasticité d’une représentation et histoire d’un thème : quelques repères », Le Corps dans les cultures méditerranéennes, Actes du colloque des 30-31 mars et 1er avril 2006 à l’Université de Perpignan, textes réunis par P. Carmignani, M. Courrént, T. Eloi, J. Thomas, PUP, 2007, p. 259-281.

6 Iliade, V, 785-786, trad. P. Mazon.

7 Ibid., v. 782-783.

8 Ed. cit., p. 43.

9 Cf. Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’A. Rey, Paris, Le Robert, 2006, s. larigot. Les dates données par ce dictionnaire sont tardives par rapport au Gargantua (1534).

10 Cf. Normandie, Paris, Hachette, « Guides bleus », 1994, p. 508.

11 Ed. cit., p. 43, var. E de la l. 11.

12 Ed. cit., p. 42, note 6.

13 Ed. cit., p. 43, var. E de la l. 16.

14 M. Bakhtine, L’Œuvre de François Rabelais et la Culture populaire au Moyen Age et à la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970, p. 459-461.

15 Ed. cit., p. 43, var. E de la l. 17.

16 Ibid.

17 Pour une comparaison entre la sensibilité de la fin du Moyen Age, inspirée d’innocent III, et celle de Rabelais sur cette question, cf. I. Dubois, « Donner corps à l’enfance [...] », art. cit., p. 275-278.

18 Ed. cit., p. 43.

19 Comme le rappelle G. Defaux dans son édition, la division en paragraphes est le fait des éditeurs actuels.

20 Ed. cit., p. 43.

21 Ibid.

22 Selon l’expression de Bakhtine dans le titre de son chap. VI « Le « bas » matériel et corporel chez Rabelais », op. cit., p. 366.

23 Ed. cit., p. 45-51.

24 Ed. cit., p. 77-81.

25 Op. cit., p. 459-461.

26 Ed. cit., p. 79.

27 Ainsi que l’a montré G. Defaux dans l’introduction de son édition séparée du Gargantua, Paris, Le livre de Poche, « Bibliothèque classique », 1994.

28 πολυτρόπος, πολυμήτις, « aux nombreux tours » ou « aux nombreuses ruses », épithètes souvent traduites en français « aux mille tours », « aux mille ruses ».

29 Op. cit., p. 460.

30 Iliade, II, 494-785.

31 Ed. cit., p. 297.

32 Ed. cit., p. 299.

33 Ed. cit., p. 511, et p. 510, note 21.

34 Les Illustrations de Gaule et Singularités de Troie, dans les Œuvres de Jean Lemaire de Belges, éd. J. Stecher, Louvain, J. Lefever, 1882-1891 (Genève, réimp. Slatkine, 1969), vol. I, p. 120. Nous avons modernisé la graphie et la ponctuation afin de faciliter la lecture.

35 Ibid., p. 64-65.

36 Source écrite : « Par les anciennes pantarches [documents, registres] qui sont en la chambre des comptes à Montsoreau, je trouve qu’il fut vêtu en la faczon que s’ensuit. » (Ed. cit., p. 45). Source orale : « Une de ses gouvernantes m’a dit, que de ce faire il était tant coutumier [...] » (Ed. cit., p. 43). Nous avons déjà relevé un exemple de comparaison et de discussion des sources à propos de la quantité de lait produite par Gargamelle. Ce type d’indication rappelle là encore le travail des « chroniqueurs » ou « historiographes », tels un Lemaire de Belges mentionnant ses sources, les comparant et les discutant parfois, les recensant à la fin des Illustrations.

37 Ed. cit., p. 510, note 21.

38 Erasme, Eloge de la Folie, Adages..., éd. CL Blum, A. Godin, J.-CL Margolin et D. Ménager, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1992, p. 11-12.

39 Selon la formule de G. Defaux : « Abrité derrière son masque comique – le narrateur –, notre auteur laisse difficilement entrevoir ici le bout de l’oreille » (éd. cit., p. 46, note 15).

40 Ed. cit., p. 3, et la note 6 de la page 2.

41 Ibid., p. 207.

42 Ibid., p. 210.

43 Ed. cit., p. 343.

44 Op. cit., p. 210.

45 Ed. cit., p. 345.

46 J. Delumeau, La Civilisation de la Renaissance, Paris, Arthaud, « Les grandes civilisations », 1984, chap. XII, « L’enfant et l’instruction », p. 359 sq.

47 Ed. cit., p. 553.

48 Ed. rit., p. 47.

49 Ibid., p. 148, note 16.

50 Édition séparée du Gargantua, Paris, Le livre de Poche, « Bibliothèque classique », 1994, Introduction.

51 Ed. cit., p. 335-341.

52 Ibid., p. 79 et 81.

53 Ibid., p. 125-127.

54 Ibid., p. 115-117.

55 Ibid., p. 115.

56 Ibid., p. 129.

57 Ibid., p. 117.

58 Essais, I, XXVI, éd. P. Villey, Paris, PUF, « Quadrige », 1992, p. 164.

59 F.C. Bevilacqua, « « Rinascimento » et Renaissance », Renaissances européennes et Renaissance française, sous la direction de G. Gadoffre, Institut Collégial Européen, Montpellier, éd. Espaces 34, 1995, p. 77.

60 Clément Marot, Œuvres poétiques, éd. de G. Defaux, Paris, Bordas, « Classiques Garnier », vol. I, Introduction, p. XXVII.

61 F. Rigolot, Louise Labé Lyonnaise ou la Renaissance au féminin, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 19.

62 Cf. l’éloge qu’en fait Erasme dans l’adage « Festina lente », Erasme, éd. cit., p. 109-141.

63 F.C. Bevilacqua, art. cit., p. 81.

64 Ed. cit., p. 129.

65 Ibid., p. 115.

66 Cette possibilité est écartée par Rabelais au chapitre X de Pantagruel, éd. rit., p. 361-363, et, à propos de Panurge qui devient « glorieux », au début du chapitre XIV, où il est encore question de la braguette du personnage, mais aussi de ses déboires amoureux. Dans l’essai I, XXV, « Du pédantisme », Montaigne établit fermement le lien entre l’éloquence vide et la vanité, entre le verbalisme et le pédantisme.

67 M. Edwards, Le Rire de Molière, Paris, éd. de Fallois, 2012, p. 221.

68 Ed. cit., p. 148, note 16.

69 L’éducation humaniste est souvent conçue en fonction de futures responsabilités politiques. Cela est vrai pour Erasme, Rabelais, et dans une certaine mesure Montaigne, par exemple.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search