Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

Babel

En quête de cohérence dans la multiplicité : profusion et unité dans “The Last Tortilla” de Sergio Troncoso

Diane Sabatier

Texte intégral

Les pistes de (re)lectures que Françoise m’a suggérées sur cet écrivain n’ont cessé de nourrir ma réflexion.

1Sergio Troncoso est né en 1961 à El Paso au Texas, de parents originaires du Mexique. Ses nouvelles, parues dans le recueil The Last Tortilla and Other Stories en 1999, dépeignent les contradictions mais également la richesse que représente le fait de vivre à la frontière avec le pays de ses ancêtres. Les deux romans The Nature of Truth (2003) et From This Wicked Patch of Dust (2011) et le recueil d’essais Crossing Borders (2011) mettent en lumière la volonté de cet auteur d’explorer les multiples facettes de l’entre-deux. Ses pages révèlent une écriture attachée à débusquer les mensonges que les personnages (se) racontent et les vérités qu’ils taisent. Afin d’étudier le rapport entre profusion et unité, notre regard portera sur la première publication de Sergio Troncoso. Dans ce recueil de textes empreints d’une attention au quotidien des Chicanos dans les années 1990, les protagonistes n’entendent pas se laisser piéger par le foisonnement de stéréotypes dévastateurs que voudrait imposer une partie de l’Amérique anglo-saxonne. Au contraire, en quête d’eux-mêmes, ils sondent la culture hybride d’une minorité majoritaire. Faisant entendre leurs myriades de voix sans le filtre de la caricature, ces êtres de papier recherchent une unité. À travers l’analyse de la nouvelle qui donne son titre à The Last Tortilla and Other Stories, on verra dans quelle mesure les protagonistes de S. Troncoso découvrent leur cohérence. Celle-ci s’offre sous la forme d’un paradoxe, celui d’une culture mexicaine américaine aussi hétéroclite que féconde. La question centrale que pose ce recueil s’inscrit dans le doute jeté sur le terme d’unité – qu’elle soit culturelle, identitaire, sociologique ou géographique. Dans le corpus de cet auteur, l’espace américain contemporain se révèle comme un lieu de profusion dans toutes ces aires. Le prétendu centre n’existerait que comme un ensemble de marges et de périphéries où vibrerait la créativité linguistique et culturelle des Chicanos. Comment « The Last Tortilla » met-elle en œuvre un exercice d’équilibriste entre profusion de signes divergents et unité de soi, multiculturalisme et cohérence identitaire ?

  • 1 Toutes les pages des citations de The Last Tortilla and Other Stories font référence à l’édition pa (...)

2Situé à Ysleta, près d’El Paso, c’est-à-dire à la frontière texane qui sépare les États-Unis du Mexique, le récit « The Last Tortilla » suit le regard de ses deux personnages principaux, Juanito, onze ans, et sa sœur, Alejandra, âgée de trente ans. À travers leurs yeux, le lecteur est d’abord confronté à un large miroir rectangulaire, à l’encadrement doré « tape-à-l’œil » (1241). Celui-ci ne semble flatter que lui-même et ne réfléchir que sa propre prétention à la beauté. Pourtant, cet objet annonce une singulière profusion de surfaces miroitantes où les personnages voient leurs visages et leurs corps se refléter à l’infini, jusqu’au vertige. Par la récurrence de ces diverses glaces, le narrateur extradiégétique, à la posture omnisciente, introduit une surface réfléchissante aussi obsédante qu’inquiétante. Que peuvent y lire Alejandra et Juanito Marquez sur eux-mêmes ? Depuis le décès de sa mère deux ans auparavant dans des circonstances troubles (le lecteur est incité à penser qu’elle s’est jetée sous les roues d’un camion en découvrant la tromperie de son époux avec une dénommée Ofelia) et les secondes noces rapides de son père avec cette dernière, Alejandra fait office de figure maternelle pour son frère. Toutefois, la profusion de miroirs, de verres et de surfaces polies dans son foyer, en ville, à l’entrée de l’école de Juanito et dans la boutique où elle est employée l’empêche de s’oublier tout à fait. Qu’il s’agisse du chrome de sa voiture (129), de lunettes (138), de comptoirs lustrés (133), des innombrables portes en verre (132) ou de la scrutation d’autrui, la jeune femme ne peut échapper à cet œil externe farouchement omniprésent. Elle semble contrainte de tourner son regard vers elle-même : « Alejandra regarda le miroir, avec une vue complète d’elle-même cette fois. » (124-125). Investie dans une maternité par procuration, la jeune femme n’en désire pas moins quitter la maison de son enfance. Le lecteur la rencontre à la croisée des chemins, lorsque son amie Carmen et elle projettent de s’installer ensemble dans un appartement.

3Faisant intervenir une multitude de miroirs à l’omniscience anxiogène, le grand magasin, dans une ville « au milieu de nulle part » (134), où travaille Alejandra donne lieu à un sentiment de claustrophobie. Les dynamiques de profusion et de miniaturisation s’inscrivent naturellement dans ce temple de la consommation.

Les comptoirs éclairés au néon brillaient d’or, d’ambre et d’émeraude. Des miroirs, certains petits et ronds, certains sur des bras pivotants, d’autres rectangulaires dans des cadres en chrome, réfractaient l’omniprésente lumière, pourtant tamisée, dans tous les sens (131).

4Découverts dans chaque recoin, ils deviennent toujours plus nombreux, petits et oppressants. Mise à nu par cet examen intérieur et extérieur, Alejandra est faite prisonnière d’un espace aux ouvertures en trompe-l’œil. Bien que cherchant à « éviter le miroir sous le comptoir » (133), elle n’échappe pas à son reflet ni, en cela, à sa dualité. « Elle eut un aperçu de son propre visage dans un autre miroir. Quel spectacle affreux ! » (133). Ces glaces soulignent ses deux visages : mexicain et américain, intime et social. En plus de morceler son corps, elles encombrent Alejandra sur la route de sa rencontre avec elle-même et vers une image sereine de son hybridité. Ces objets exacerbent son sentiment d’inadéquation, voire d’altérité. Alors que sa belle-mère Ofelia prétend que son corps est « la croix qu’felle] doi[t] porter » (155), Alejandra est rattrapée par la réflexion du sien dans un dédale de miroirs. Ces derniers reflètent autant ses angoisses face à son image que l’obsession de la société américaine envers le corps de l’autre, tout particulièrement celui d’une descendante de migrants qui entend l’incorporer.

5Contrairement à l’Alice de Lewis Carroll, Alejandra semble ne pas pouvoir s’échapper de l’autre côté du miroir. Aucun monde fantasmatique ne peut l’éloigner du prisme identitaire accru à la frontière texane où se mêlent les cultures de deux pays inextricablement liés. Son reflet constant dans ces miroirs la pousse en substance à s’interroger sur ses racines. En effet, bien qu’Alejandra tente de se soustraire à un tel examen, il lui est difficile d’ignorer les regards que la société américaine porte sur elle en tant que « Mexicana » (129). En outre, les nombreuses surfaces transparentes (souvent vides de sens) ou réfléchissantes (porteuses d’une réalité tronquée) ne proposent pas de point d’ancrage. Alejandra est livrée à elle-même dans une continuelle réverbération, trompeuse, du monde qui l’entoure. La profusion omniprésente de miroirs renforce son angoisse, peut-être celle qui naît de l’illusion d’un reflet mobile, instable et évanescent. En effet, le verre efface les traits de celle qu’il aura affichée. Montrant tout sauf les visages des absents et des morts (à l’instar de celui de sa mère), l’univers miroitant qui cerne Alejandra arrête facticement le temps. Il l’emprisonne dans une fixité de signes contradictoires. Ces derniers l’interrogent autant sur sa féminité que sur son identité en lisière des sphères mexicaine et américaine. Lorsque les miroirs se miniaturisent, Alejandra en paraît presque décapitée. Tandis que sa belle-mère, immigrée du Mexique, éprouve une perpétuelle punition corporelle (« Mon dos et ma tête souffrent, mon corps tout entier, » clame Ofelia, 155), la réflexion physique d’Alejandra la hante partout où elle tente de fuir un instant. Elle est confrontée à la question qui la taraude en tant que nouvelle mestiza, pour reprendre les termes de Gloria Anzaldùa. À quelle mascarade doit-elle se plier afin que les États-Unis l’acceptent comme la citoyenne à part entière qu’elle est ?

6La jeune femme est cernée par des surfaces miroitantes qui altèrent son reflet. Aux miroirs et aux verres succèdent des flacons de parfums (142). Elle prend la mesure de l’étrange familiarité, et de l’inquiétante étrangeté quasi freudienne, des objets réfléchissants qu’elle semble devoir braver. Alejandra se demande si le visage réverbéré à travers ces pléthores de vitres lui appartient vraiment. Est-il celui de sa mère dont « tout le monde disait qu’[Alejandra] était la jumelle plus jeune » (133) ? Ou bien constitue-t-il le reflet déformé de l’image d’une Chicana vue par ses compatriotes craintifs ? Dans la profusion de surfaces qui s’escriment à la réfléchir, la jeune femme s’y découvre elle-même comme une autre, pour paraphraser le titre du célèbre ouvrage de Paul Ricœur. Or, elle désire rencontrer, à travers le sien, le visage de sa mère perdue. Cependant, Alejandra n’est confrontée qu’au chatoiement de ses peurs. La profusion de champs miroitants ne crée aucun écho d’outre-tombe. En se regardant, Alejandra tente de recomposer la frêle image qu’elle garde de sa mère, une expatriée, et, ce faisant, du Mexique en elle-même. Elle s’y révèle comme autant Américaine que la descendante d’une lignée de Mexicaines. À cet égard, elle questionne le rôle qui lui échoit en tant qu’héritière de leurs traditions : quelle place dans le foyer patriarcal et dans la société frontalière peut s’approprier une Chicana à l’orée du vingt-et-unième siècle ?

7Le miroir symbolise ici une quête de (re)connaissance ambiguë car tronquée par la fuite du regard de celle qui se regarde avec une certaine appréhension. Lorsqu’elle se mire (et non lorsqu’elle est soumise involontairement aux psychés), Alejandra étudie le reflet qu’elle offre aux autres. Elle a conscience qu’en se maquillant, en s’habillant et en adoptant deux comportements différents dans les villes de Juárez et d’El Paso, sa construction identitaire est contrariée. Ce personnage juge que la richesse couplée de ses cultures reste en suspens, en attente d’une concrétisation. De plus, sa belle-mère Ofelia est une femme-miroir, un double féminin honni, une traîtresse qui rejette son pays natal et, ce faisant, reflète les alarmes de sa belle-fille : Alejandra va-t-elle, elle aussi, faire disparaître sa mère et, avec elle, toute possibilité de laisser croître ses rhizomes deleuziens ? À l’approche du dîner de Noël (la cena), la jeune femme cherche une réponse dans des allers-retours réguliers à Juárez ainsi que dans ses souvenirs. Afin d’escamoter son anxiété, Alejandra fait perdurer les rites culinaires ancestraux que sa mère lui a transmis. Elle trouve une échappatoire dans la confection d’un repas traditionnel, en se consacrant à la préparation d’un festin de tortillas avec du blé mexicain. Elle y guette des traces d’un passé qui s’effiloche sous l’impulsion de sa belle-mère. De fait, Alejandra n’ignore pas que cette dernière méprise toute forme de rituel prenant sa source dans la culture mexicaine qu’elle efface de son quotidien. Aux yeux d’Ofelia, ce réveillon doit être l’ultime repas (pour ne pas dire la última cena) à honorer la mémoire de la mère décédée de ses beaux-enfants et, de manière métaphorique, la terre mère du Mexique dont elle est pourtant elle aussi originaire. Elle contraint son beau-fils à manger « une dernière tortilla pour aujourd’hui » (160), celle du titre du recueil The Last Tortilla. Or, Alejandra observe son frère, brillant en histoire américaine et amateur de pizzas. Elle le juge susceptible de se disperser dans le chaudron américain qui voudrait dissoudre leurs origines.

8Néanmoins, comme elle se le prouve à elle-même, un autre tamal peut être cuisiné, puis encore un autre, pour produire « des étages et des étages de tamales empilés parfaitement les uns sur les autres » (153). Ce plat de petits pains de maïs, qui aurait plus de cinq mille ans, réactualise un rituel maternel que leur belle-mère aimerait voir disparaître. Pour son frère et elle-même, Alejandra part en quête d’un ancrage culturel hybride. Elle contre sa tristesse de préparer ce repas dans l’indifférence de ses proches, par une affluence de mets. Elle a, de surcroît, conscience de la volonté d’assimilation qui pousse sa belle-mère à refuser que Juanito en consomme autant qu’il le désire. Seulement, elle prend le parti de l’abondance. Ces tamales et tortillas sont les vestiges d’un plaisir gustatif mexicain non encore assimilé ni digéré par la culture américaine. Sans restreindre sa citoyenneté à ses racines, Alejandra fait le pari de compter sur son biculturalisme pour discerner qui elle est. En accommodant les tortillas conformément aux instructions de sa mère, Alejandra affirme la survivance du Mexique dans son foyer américain. Mais lorsque la cena s’achève, elle s’échappe de la maison familiale. Elle souhaite retrouver son amie Carmen avec qui elle va bientôt partager un logement et à qui elle a promis d’amener des tortillas. Par sa réappropriation de coutumes transmises (et réadaptées) de génération en génération et l’affirmation de son indépendance de jeune Américaine, elle trouve sa propre voie. Au cœur de la multiplicité de ses facettes culturelles, et ce malgré une profusion de pistes identitaires, elle se perçoit une cohérence : celle de son unité de Chicana.

9Toutefois, dans sa précipitation à rejoindre Carmen, Alejandra oublie qu’elle a laissé de la nourriture sur le feu. Les tortillas qui brûlent dans les dernières lignes du récit signifient-elles qu’un accord harmonieux entre profusion et unité ne serait pas réellement possible ? Rendu attentif à l’importance de gestes et mots du quotidien d’apparence anodine, le lecteur est invité à poursuivre sur la piste des objets miroitants. De fait, les postes de télévision du foyer d’Alejandra et de Juanito constituent une autre surface réfléchissante importante du texte. Ce fil d’Ariane livre peut-être une des clés de la nouvelle. Plongée dans ce qu’il est convenu de nommer la télé poubelle, la belle-mère d’Alejandra est vampirisée par « le scintillement vacillant des images sur l’écran » (138). L’émission voyeuriste américaine immobilise la téléspectatrice par des plans successifs de visages. Sans doute espère-t-elle ne pas se reconnaître dans ce faux miroir, point de convergence des lignes de fuite du récit. Commandant un redimensionnement artificiel de son espace, la lucarne télévisuelle nourrit Ofelia. Elle se laisse subjuguer par un simulacre, contrairement à sa belle-fille qui sait distinguer le leurre des miroirs. Quant à la telenovela mexicaine que Juanito suit dans une autre pièce car elle était la favorite de sa mère, il exacerbe son sentiment de perte. Le garçon demeure dominé par son attente nostalgique d’un souvenir maternel. La télévision ne lui offre pas la même fenêtre d’introspection que les glaces d’Alejandra. Pourtant, son frère cherche lui aussi à y retrouver le visage de leur mère. Seulement, Juanito se rend prisonnier de l’écran où la profondeur de champ est illusoire : « La lumière sereine du soleil scintille sur les draps blanchis comme un film projeté sur un écran plastique. » (141). Porté par un exotisme de pacotille et des personnages stéréotypés, le feuilleton Los Ricos También Lloran (1979) ne soulage pas l’enfant. Au contraire, Juanito étouffe sous le poids de clichés sur un Mexique qui lui semble hors de portée (tout en étant seulement à une poignée de kilomètres de son domicile).

10En posant en contre-exemples ces motifs galvaudés, le récit met en exergue l’apparence ordinaire de ses propres personnages. Il place résolument sa voix narrative dans les frontières poreuses qui donnent le ton du recueil. Celles-ci se situent à la lisière entre la profusion et l’absence, le foisonnement de signes culturels et le manque d’un centre de ralliement, le marginal et la norme, l’oppression et l’indépendance, la rébellion et le consentement, l’héritage de traditions et l’aspiration à une indépendance culturelle. Comment débusquer une quelconque vérité de soi dans le labyrinthe identitaire de la frontière entre le Mexique et les États-Unis ? s’interroge la fratrie des Marquez. Les entre-deux se multiplient à chaque pas sans qu’il soit aisé d’y distinguer une voie vers le troisième espace vanté par Homi K. Bhabha. Une autre de leurs sœurs, Rosanna (de passage pour Noël), questionne le choix de leur père de refaire sa vie avec une Ofelia dickensienne, cette « vieille veuve stérile et son méchant chien noir » (135). Toujours très affectée par le décès de leur mère, elle ferait presque d’Ofelia une Miss Havisham dans un Satis House « hanté » (135) par le Mexique. Des grandes espérances, Alejandra et son frère (échos lointains des personnages Estella et Pip du roman de Charles Dickens) n’en manquent en tout cas pas, à l’instar du narrateur. En effet, le palimpseste que suscite le prénom d’Ofelia avec l’Ophélie shakespearienne réfute tout écrasement du corpus mexicain américain par les classiques de la littérature anglo-saxonne. Figure du désenchantement remise à la mode par les poètes préraphaélites anglais, Ophélie est ici citée sans inquiétude bloomienne. Plus endormie que morte, Ofelia ferme les yeux devant son écran de télévision.

11Œuvrant à contrarier le vide d’une ville où tout semble « mort » (130), Alejandra, son frère et sa sœur s’escriment à discerner la trace de leurs racines et ce qu’elles disent sur eux. Or, leur quête s’effectue dans le méandre de fausses empreintes laissées par des commentateurs (telle Ofelia) aux propos mensongers. Les repères identitaires d’Alejandra, grâce auxquels elle se construit en tant que Chicana, s’offrent sous la forme de visions aussi fugaces et altérées que les reflets qu’elle croise sur chaque surface réfléchissante. À cet égard, lorsqu’elle entreprend de questionner sa belle-mère sur la ville natale de celle-ci, Ofelia professe que :

Juárez est un tel cauchemar. Plein de voleurs et de mendiants. [...] C’est sale, dégoûtant. Les gens dans la rue, oh my God ! Je ne peux pas les supporter quand ils sont ici, à El Paso. Tu sais que ce sont eux qui volent la plupart des voitures et des camionnettes au centre commercial. [...] Ici, il y a des lois, il y a un ordre. Là-bas, rien qu’esos Mexicanitos qui mendient de la nourriture et qui posent leurs sales pattes sur ton pare-brise. (127)

12Ofelia semble aussi amnésique qu’un des miroirs à travers lesquels sa belle-fille n’obtient aucune réponse stable. Ce personnage mime la rhétorique d’idées reçues qui opposent aveuglément les valeurs américaines à celles d’un Mexique fantasmé. Révélant sa volonté farouche d’une assimilation qui renie ses racines, l’exclamation anglaise d’Ofelia détone. Quant à son vocabulaire espagnol, il dénote son mépris pour son pays natal. Pourtant, les autres personnages emploient cette langue pour exprimer un sentiment de cohésion fantôme avec leurs racines. Le mélange d’espagnol et d’anglais d’Alejandra (qui, parlé à la frontière, se distingue de celui du reste du pays) contrecarre les souvenirs falsifiés de sa belle-mère. Alejandra réfute les travestissements d’Ofelia, fruits de discours caricaturaux. La jeune femme est en quête d’une unité culturelle qui accepterait la diversité en son sein. Elle rejette toute mystification sur des Mexicains dont elle se sent aussi proche qu’éloignée. La richesse du Spanglish d’Alejandra et de Juanito est amarrée au monde nourricier de l’enfance. Utilisée principalement pour se référer à leurs proches et à l’alimentation, cette langue hybride leur tient lieu de trait d’union consolateur entre le passé et le présent, les morts et les vivants, le Mexique et les États-Unis. Héritée de la terre natale de leurs parents, cette langue, florissante des mille et une pistes offertes par sa dualité, devient en un sens le troisième espace bhabhaien. Alejandra et son frère font résonner cette source culturelle qui les relie à leur mère. Ce lien est d’autant plus fort lorsque la religion ne parvient pas à faire office de pont dans les identités en pointillés des personnages. Lors d’une reconstitution de la Nativité, on découvre Jésus représenté, comme un nouveau-né, par une douille d’ampoule recouverte d’une chaussette. À ce titre, le narrateur confronte, avec une certaine espièglerie, l’horizon d’attente du lecteur sur la foi catholique des Chicanos au ressentiment que ressent Juanito envers le dieu « manipulateur et cruel » qui, pense-t-il, a « assassiné sa mère » (147).

13La réponse aux multiples questions que se posent Alejandra et Juanito se dessine davantage à l’extérieur de leur église. Elle se profile par le biais d’un taureau déchaîné que des hommes tentent de rattacher et de museler. La description de cet animal évoque le Charging Bull – incarnation de la puissance et de l’agressivité des États-Unis – créé et installé dans le quartier des affaires new-yorkais par l’artiste Arturo Di Modica. Juanito observe ce double symbole d’une aspiration américaine à la liberté et d’une vigueur mexicaine fantasmée. Néanmoins, ici, le taureau finit par se laisser remettre en cage après avoir succombé à des carottes. Cette scène suggère que, dans une société frontalière contaminée par un modèle consumériste, le risque est grand de se laisser engourdir par les promesses trompeuses d’un melting pot. Ce dernier tait la réalité brutale du chaudron où vont fondre les caractéristiques culturelles du passé de chacun. Dès lors, on comprend à quel point la nouvelle est sous-tendue par la question du rapport de chacun à un absolu, qu’il s’agisse ici de sa foi, de la mort d’une mère ou de l’absence du Mexique, dont il tente de circonvenir l’emprise sur le quotidien. Craignant une forme d’égarement identitaire, les protagonistes le déconstruisent comme un mythe fondateur mais pernicieux, apprenant à retourner sans fin leur interculturalité tel un Rubik’s Cube. Juanito et Alejandra se savent être autant de l’ici que de l’ailleurs.

14Or, à force de voir leurs visages et leurs corps réfractés, Alejandra et son frère ont pris conscience que leur identité d’apparence morcelée entre El Paso et Juárez n’en possède pas moins une cohérence, celle singulièrement nichée au cœur des entre-deux et autres interstices culturels, tel in-betweenness décrite par Homi K. Bhabha. Savourant la pile de tortillas cuisinées selon les traditions recueillies de leur mère, ces deux personnages se devinent capables de panser leurs plaies. Ils ressoudent leurs identités métissées que le silence de leur père sur le Mexique et le deuil de leur mère n’ont pas entièrement scindées. À l’instar d’Alice trouvant une réponse à ses interrogations par ses pérégrinations à travers le miroir carrolien, Alejandra appréhende la société frontalière comme une mise en scène de codes. Elle se les réapproprie en plongeant son regard plus loin qu’à la surface du verre. Elle embrasse les non-sens (vérité et illusion sont concomitants dans le reflet du miroir), les tourments mais également les joies contenues dans l’abondance culturelle de son hybridité. Sans renier la prodigalité de ses formes, Alejandra et son frère voient une unité au sein de la profusion, celle de leur identité-relation (pour utiliser le vocabulaire glissantien). De même, leur dualité forme leur unicité. Jouant des apparences de la dispersion et de la fragmentation, la culture des Chicanos se sait riche de ses contradictions. Grâce aux moments d’introspection qu’offre chaque surface réfléchissante rencontrée, Alejandra a remis en question ce qu’elle tenait pour acquis. Elle se sent capable d’affronter, avec sérénité, les interrogations incessantes de sa sœur Rosanna : « Mais pourquoi ? » (135), « Pourquoi ? » (157). Dans la profusion de routes que la frontière propose, Alejandra découvre la trace d’un chemin empruntable non pas uniquement vers le passé de sa famille mais vers son avenir.

15De recueil en essai, d’essai en roman, Sergio Troncoso peaufine inlassablement les traits d’une fratrie de Chicanos. Les protagonistes, aux prénoms et histoires distincts, font partie d’un vaste arbre généalogique qui fait écho à celui de la propre famille de son auteur. Viser l’exhaustivité pour appréhender ce qui caractériserait l’identité contemporaine des Chicanos serait une gageure. Toutefois, s’il ne recherche pas une approche totalisante, cet écrivain ne restreint pas son propos à des cas uniques. Dans un jeu de miroirs, ses personnages présentent le portrait aussi fouillé que cohérent de plusieurs générations de Mexicains Américains. Le lecteur pousse une porte d’interprétation après une autre, sans jamais que la cohérence du dispositif narratif en soit amoindrie. Il y réapprend l’instabilité de tout jugement, à accepter la nécessité du doute, à varier les points de vue et à savourer le plaisir paradoxal de relectures infinies sur un même sujet : des êtres communs, sans épiphanie ni pathos, mais non dénués de lumière. La voix narrative bâtit l’unité de son propos en se nourrissant de la variété des facettes d’une population frontalière à l’orée du 21ème siècle. Après avoir investi l’entre-deux chicano dans son recueil de nouvelles, les romans de Sergio Troncoso accentuent la profondeur de champ de son exploration en donnant des voix polyphoniques à l’hybridité. Entre la poussière d’ancêtres mexicains parfois méconnus et, quelques kilomètres plus loin, la terre du quotidien américain, un troisième espace s’ouvre à l’imagination. Les personnages, qui ne savent quelle image d’eux les miroirs reflètent, s’y retrouvent portés dans un voyage vers les autres. Si les Marquez de “The Last Tortilla” annoncent les Martínez de From This Wicked Patch of Dust, ils se révèlent, au détour d’une virgule, subtilement différents. Chez Sergio Troncoso, la diversité de l’humanité fait, dans sa profusion, figure d’unité.

Bibliographie

Anzaldúa, Gloria. Borderlands / La Frontera : The New Mestiza. San Francisco : Spinsters / Aunt Lute, 1987.

Anzaldúa, Gloria. “La Conciencia de la Mestiza : Towards a New Consciousness” in Feminist Theory Reader : Local and Global Perspectives (MCCANN, Carole R., éd.). New York : Routledge, 2003.

Bhabha, Homi K. “Cultures In-Between” in Questions of Cultural Identity (HALL, Stuart, éd.). London : Sage Publications, 1996.

Bhabha, Homi K. “Cultural Diversity and Cultural Différence” in The Post-colonial Studies Reader (ASHCROFT, Bill, éd.). London : Routledge, 1995.

Bhabha, Homi K. The Location of Culture. London : Routledge, 1994.

Bhabha, Homi K. (éd.). Nation and Narration. New York : Routledge, 1990.

Deleuze, Gilles, GUATTARI, Félix. Capitalisme et Schizophrénie IL. Mille Plateaux. Paris : Minuit, 1980.

Glissant, Édouard. Poétique de la Relation – Poétique III. Paris : Gallimard, 1990.

Ricœur, Paul. Soi-même comme un autre. Paris : Seuil, 1990.

Rutherford, Jonathan (éd.). “The Third Space. Interview with Homi

Bhabha” in Identity : Community, Culture, Difference. London : Lawrence and Wishart, 1990.

Troncoso, Sergio. Crossing Borders : Personal Essays. Houston : Arte Público Press, 2011.

Troncoso, Sergio. From This Wicked Patch of Dust. Tucson : University of Arizona Press, 2011.

Troncoso, Sergio.  The Nature of Truth : A Novel. Evanston : Northwestern University Press, 2003.

Troncoso, Sergio. The Last Tortilla and Other Stories. Tucson : University of Arizona Press, 1999.

Notes

1 Toutes les pages des citations de The Last Tortilla and Other Stories font référence à l’édition parue en 1999 chez University of Arizona Press. Les traductions françaises sont de Diane Sabatier.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search