Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

La profusion des bibliothèques

Unitas multiplex : de la barque de Catulle au Bateau Ivre

Rimbaud, lecteur de Catulle

Joël Thomas

Texte intégral

  • 1 Cf. récemment, entre autres, D. Robert, Le Livre de Catulle de Vérone, Paris, Actes Sud, 2004 ; O. (...)
  • 2 L’expression est dans Marianne, n° 481, d’après le livre de D. Robert.
  • 3 Ch. Baudelaire, « Franciscae mae laudes », notice préliminaire, citée dans l’édition de Ch. Baudela (...)
  • 4 Cf. M.-F. David – de Palacio, « Les ciselures de l’amertume : Catulle fin de siècle », in Romantism (...)
  • 5 Cf. E. Noulet. Le premier visage de Rimbaud, Bruxelles, Palais des Académies, 1953 (sources du Bate (...)
  • 6 Cette embarcation légère et rapide tire son nom du haricot, faseolus (faséole, fayot), dont elle a (...)

1Catulle est toujours bien vivant, à travers les nombreuses et récentes traductions de ses poèmes1. Cette influence ne date pas d’hier, et à vrai dire, on trouve des traces littéraires du Catulli Veronensis Liber tout au long de l’histoire européenne. En particulier, sa marque sur la poésie symboliste, puis sur les poètes du décadentisme au XIXe siècle est bien connue, et a été étudiée avec acribie. Rimbaud n’y échappe pas. Il pouvait difficilement en être autrement, du fait des affinités entre ces deux tempéraments et ces deux formes de génie poétique. On s’est plu, encore récemment, à associer les deux hommes, jusqu’à nommer joliment Catulle « le Rimbaud de Vérone2. » Il est vrai que bien des traits les rapprochent : même façon de vivre dans une combustion rapide et éphémère, même virtuosité, même culture, mêmes audaces, même façon de choquer et aussi de séduire. Tous les poètes de la deuxième moitié du XIXe siècle n’y ont pas été sensibles : on se souvient de la phrase célèbre de Baudelaire parlant de « Catulle et sa bande de poètes brutaux3. » Mais Rimbaud, lui, a dû, après bien d’autres, être en connivence avec les accents de révolte, d’audace et de liberté du poète de Sirmione. La critique l’atteste4. M.-F. David-de Palacio repère par exemple les nombreuses « réécritures » à partir du thème catullien du Moineau. Mais, en ce qui concerne le Bateau ivre, à notre connaissance, on n’évoque pas le nom de Catulle parmi les sources possibles5. Dans son étude sur les sources du Bateau ivre, E. Noulet passe en revue de nombreuses influences vécues, et livresques (citons dans le désordre Th. Gautier, Baudelaire, la littérature de voyage pour les enfants, les Aventures d’Arthur Gordon Pym d’E. Poe, Les Natchez de Chateaubriand, Jules Verne, V. Hugo) ; Catulle n’apparaît pas. Pourtant, il est une source catullienne possible du Bateau ivre : le poème IV, dit Phaselus (le Canot)6 :

Phaselus ille quem videtis, hospites,
Ait fuisse navium celerrimus,
Neque ullius natantis impetum trabis
Nequisse praeterire, sive palmulis
Opus foret volare sive linteo.
Et hoc negat minacis Adriatici
Negare litus insulasve Cycladas
Rhodumve nobilem horridamve Thraciam
Propontida trucemve Ponticum sinum,
Ubi iste post phalesus antea fuit
Cornata silva ; rum Cytorio in jugo
Loquente saepe sibilum edidit coma.
Amastri Pontica et Cytore buxifer,
Tibi haec fuisse et esse cognitissima
Aitphalesus : ultima ex origine
Tuo stetisse dicit in cacumine,
Tuo imbuisse palmudas in aequore,
Et inde tot per impotentia freta
Herum tulisse, laeva sive dextera
Vocaret aura, sive utrumque Iuppiter
Simili secundus incidisset in pedem ;
Neque ulla vota litoralibus diis
Sibi esse facta, cum veniret a marei
Novissimo hunc ad usque limpidum lacum.
Sed haecprius fuere : nunc recondita
Senet quiete seque dedicat tibi,
Gemelle Castor et gemelle Castoris.

Ce canot que vous voyez, passants, fut, à l’entendre, le plus rapide des navires. Jamais aucun vaisseau ne put le devancer de son étrave, soit que les voiles, soit que les rames le fissent voler sur l’onde. Il vous défie de le nier, rivages de l’Adriatique menaçant, îles Cyclades, illustre Rhodes, horrible Propontide de Thrace, et vous, golfe sauvage du Pont : oui, les sommets du Cytore ont souvent retenti du sifflement de sa sonore chevelure ! Amastris du Pont, Cytore couronné de buis, vous avez connu, dit le canot, vous connaissez encore cette histoire. Dès l’origine du monde il se dressait, dit-il, sur vos rives, il plongeait ses rames dans vos flots. C’est de là qu’à travers tant de mers en furie, il a porté son maître, soit que le vent l’appelât à gauche ou à droite, soit que Jupiter propice vînt frapper d’un coup ses deux flancs. Jamais on ne fit de vœux pour lui aux dieux des rivages, quand il quitta la mer pour finir sur les bords de ce lac limpide.
Mais cela, c’est le passé ; maintenant, il vieillit dans une calme retraite, et se consacre à toi, Castor jumeau, à toi, jumeau de Castor. (trad. M. Rat).

2Clairement, le poème de Catulle s’inscrit dans un topos de la tradition stoïcienne et épicurienne : c’est un éloge de la sérénité, de la galéné grecque, de l’œquanimitas latine. Le parcours du bateau est alors une métaphore de la vie : après les voyages et les agitations, les découvertes aussi, le phaselus a trouvé le calme et l’équilibre qui, pour le philosophe, vont avec l’âge mûr puis avec la vieillesse.

  • 7 De même que la prosopopée du bateau racontant ses aventures était un topos de la poésie alexandrine

3Le Bateau ivre relève bien sûr d’une autre tonalité. Allégorie de la révolte adolescente et de l’expérience du créateur (la deuxième se nourrissant de la première), il se situe dans un autre contexte : celui des « poètes maudits » de la génération romantique, qui se construisent contre la société, et non pas dans la société. Pour une part de sa personnalité, Catulle s’inscrivait dans cette révolte : pas tellement sur le plan politique (les invectives contre César et Mamurra, ces « débauchés infâmes », improbis cinaedis (poème 57, v. 1), sont plus traditionnelles et convenues qu’il n’y paraît pour nous7), mais plutôt dans la façon de crier sa révolte d’amoureux déçu. Mais le poème IV est, comme nous le disions, sur un autre mode : éloge de la mesure et de la sérénité. Il suffit de relever les trois derniers vers, assez énigmatiques,

Sed haec priusfiere : nunc recondita
Senet quiete seque dedicai tibi,
Gemelle Castor et gemelle Castoris.

4Pourquoi Castor et Pollux ? On se souvient de la légende des Dioscures : lorsque Pollux mourut, il ne voulut pas accepter l’immortalité que lui offrait Zeus, si son frère Castor restait aux Enfers. Il obtint donc qu’ils demeureraient chacun un jour sur deux parmi les dieux. En ceci, ils incarnent l’alternance, dont on sait qu’elle est un des rythmes fondamentaux prônés par la sagesse antique : elle est la base même de l’équilibre de l’âme. En rendant un culte aux Jumeaux, le phaselus, cette métaphore de l’homo viator, confirme qu’il a trouvé l’équilibre en lui, au terme du voyage de la vie.

5Ce n’est certainement pas cette leçon philosophique qui a séduit le jeune Rimbaud. Par contre, il pourrait bien avoir eu de l’admiration pour cette image de la barque voyageuse, comme métaphore de la vie, pas tellement pour son originalité (on l’a dit, c’est un topos, dans l’Antiquité, comme au XIXe siècle), mais pour la façon brillante dont Catulle l’avait traitée. Le phaselus a du panache, le sens du défi, celui du risque. Il éclabousse le monde de son audace adolescente. Certains passages du poème de Catulle sont bien en résonance avec le Bateau ivre, même si Rimbaud nous fait entrer dans un monde onirique étranger à Catulle :

Phaselus ille quem videtis, hospites,
Ait fiiisse navium celerrimus
Neque ullius natantis impetum trabis
Nequisse praeterire, sive palmulis
Opus foret volare sive linteo.

6On peut pousser plus loin le rapprochement. D’abord, le principe même d’une influence de Catulle sur Rimbaud n’est pas étonnant. Comment le jeune collégien féru de latin et de grec n’aurait-il pas été séduit par le plus scandaleux des écrivains latins ? Il le connaissait, scolairement, par le célèbre poème 64, chantant à la manière alexandrine les noces de Thétis et Pélée, et les plaintes d’Ariane. Mais la partie interdite et érotique de l’œuvre ne lui avait certainement pas échappé, sans doute avec la complaisance de son mentor Izambard. Rien d’étonnant donc à ce que, dans son exégèse érudite, M.-F. David-de Palacio trouve bien des traces d’une influence de Catulle sur Rimbaud.

7Ensuite, le mouvement même des deux poèmes est le même : une trajectoire qui part de la jeunesse, atteint un point de combustion, d’incandescence, puis un retour au calme. On a vu que chez Catulle, c’est sans doute l’expression d’un idéal philosophique. Rien de tel chez Rimbaud. La critique est divisée sur les interprétations de ce retour à la « flache » et au pays natal : pressentiment de l’échec à venir ? sentiment complexe de plusieurs postulations rimbaldiennes, l’une vers le mouvement, et l’autre vers le calme ? Toujours est-il que Rimbaud a pu être séduit par le canevas catullien, qui donnait un cadre et un support à ses propres constructions.

8Catulle avait d’ailleurs réussi un coup de maître, lié à son enfance et à ses attaches familiales à Sirmione : il nous fait passer de la mer au lac, d’un monde ouvert et dangereux à un univers clos, celui du lac de Garde. Comment le canot passe-t-il de la mer Adriatique aux lacs italiens ? C’est un autre problème, mais le poète ne se soucie pas de ces détails... On remarquera que ce lac, symbole de calme et de sérénité à l’automne de la vie, s’est miniaturisé chez Rimbaud, jusqu’à devenir un espace dérisoire et navrant : la « flache », la flaque d’eau où les enfants poussent les bateaux de leurs chimères. La vision rimbaldienne est donc bien plus pessimiste que celle de Catulle : comme dans le roman de chevalerie, ce « retour au château de la Mère » et au monde de l’enfance est un symbole d’échec, de régression, d’abandon des ambitions et de la quête initiatique entreprise. Catulle, lui, inscrit son détachement de l’action dans la lignée de Lucrèce et du Virgile des Géorgiques : le renoncement à l’action, ou au moins aux fruits de l’action, c’est cela, la sagesse :

Suave, mari magno turbantibus arequora ventis,
E terra magnum alterius spectare laborem ;
Non quia vexari quemquamst jucunda voluptas,
Sed quibus ipse malis careas quia cernere suavest.

Quand les vents font tourbillonner les plaines de la mer immense, il est doux de regarder de la terre ferme le grand effort d’autrui ; non parce que le tourment de quelqu’un est un plaisir agréable mais parce qu’il est doux de discerner les maux auxquels on échappe soi-même. (Lucrèce, De Rerum Natura, II, 1-4, trad. A. Ernout).

9Rien de tel dans le sentiment de frustration de Rimbaud, qu’on rapprocherait en ceci du Baudelaire de la fin du Port :

Et puis, surtout, il y a une sorte de plaisir mystérieux et aristocratique pour celui qui n’a plus ni curiosité ni ambition, à contempler, couché dans le belvédère ou accoudé sur le môle, tous ces mouvements de ceux qui partent et de ceux qui reviennent, de ceux qui ont encore la force de vouloir, le désir de voyager ou de s’enrichir.

10Nous sommes bien dans le spleen et dans la poésie de fin de siècle : l’aventure est toujours fascinante, mais on n’a plus assez de force pour le voyage. D’où l’amertume, la frustration des trois dernières strophes du Bateau ivre :

Mais, vrai, j’ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
Toute lune est atroce, et tout soleil amer :
L’âcre amour m’a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j’aille à la mer !

Si je désire une eau d’Europe, c’est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de coton,
Ni traverser l’orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

11Dans le Bateau ivre comme dans le poème IV de Catulle, on est frappé par le déséquilibre entre ces images du retour, et celles du voyage : 3 strophes sur 25 pour le Bateau ivre ; 3 vers sur 27 pour le poème IV. On le voit, la proportion est à peu près la même ; cela pourrait nous conforter dans une forme de réflexivité entre les deux poèmes, jusque dans la façon dont ils sont composés.

12Ainsi, Rimbaud aurait emprunté à Catulle l’idée, la forme, la structure, et quelques images flamboyantes. Le rapprochement s’arrête là. Le poète de Charleville a rajouté tout ce qui lui appartient, et ce qui appartient à son monde, tout ce qui, bien sûr, était étranger à Catulle. On le sait, le monde de l’Antiquité est organisé autour de la mimesis, et cette idée même d’une correspondance entre l’art et l’Artiste suprême, le dieu, ou la Nature (sive deus sive natura...), interdit toute possibilité de seulement penser à un art abstrait : la plus grande beauté à laquelle vise l’artiste ne peut être qu’une approche asymptotique de la beauté parfaite manifestée dans la Nature. Preuve de cette appartenance de l’homme à un cycle cosmique élargi, Catulle insiste sur l’idée que le canot est en bois, et ce bois est taillé dans les troncs de pins du Cytore : il y a déjà en l’homme une substance antérieure, immémoriale, qui ne se limite pas à lui, et dont il est composé. La Renaissance, elle, avait déjà affirmé la dimension démiurgique de l’artiste, son unicité de créateur. Rimbaud, lui, inverse totalement la perspective, et revendique ce statut de démiurge, pour le poète, avec une fureur, une audace, une insolence qui n’appartiennent qu’à lui. Ainsi, il a su repérer dans Catulle ce que, malgré la différence des univers culturels, il pouvait trouver de résonances avec sa propre révolte, et en faire le soubassement d’un édifice proprement original : celui de l’aventure rimbaldienne. Cette unitas multiplex qui associe deux génies dans leurs ressemblances et leurs différences, nous parle du dialogue subtil entre imitation et originalité. C’était un des domaines de compétence de notre amie Françoise Haffner, trop tôt disparue, et à qui nous souhaiterions dédier ces quelques pages, en hommage à sa générosité, sa culture et son humanité.

Notes

1 Cf. récemment, entre autres, D. Robert, Le Livre de Catulle de Vérone, Paris, Actes Sud, 2004 ; O. Sers. Le roman de Catulle, Paris, Les Belles Lettres, 2004 ; Th. Barbaud, Catulle. Une poésie de l’indicible, Leuven, Peeters, 2006.

2 L’expression est dans Marianne, n° 481, d’après le livre de D. Robert.

3 Ch. Baudelaire, « Franciscae mae laudes », notice préliminaire, citée dans l’édition de Ch. Baudelaire, Vers latins, par J. Mouquet, Paris, Mercure de France, 1933, p. 85.

4 Cf. M.-F. David – de Palacio, « Les ciselures de l’amertume : Catulle fin de siècle », in Romantisme, 2001, vol. 31, n° 113, p. 105-106. – Antiquité latine et décadence, Paris, Champion, 2001 – Reviviscences romaines. La latinité au miroir de l’esprit fin-de-siècle, Peter Lang, 2005.

5 Cf. E. Noulet. Le premier visage de Rimbaud, Bruxelles, Palais des Académies, 1953 (sources du Bateau ivre : p. 201-249). – H. de Bouillane de Lacoste, « Recherches sur les sources du Bateau ivre et de quelques autres poèmes de Rimbaud », Mercure de France, 1935. – R. Etiemble, « Les sources littéraires du Bateau ivre », Revue d’Histoire littéraire de France, juillet-septembre 1947. – R. Caillois, « La source du Bateau ivre », N.R.F., 1er juin 1959.

6 Cette embarcation légère et rapide tire son nom du haricot, faseolus (faséole, fayot), dont elle a la forme.

7 De même que la prosopopée du bateau racontant ses aventures était un topos de la poésie alexandrine.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search