Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

La profusion des bibliothèques

Unité et profusion du savoir, l’exemple de Gabriel Peignot

Brigitte Denker-Bercoff

Texte intégral

1La profusion et l’unité ne semblent pas de prime abord entrer en opposition : abondance ne signifie pas dispersion, pas plus qu’unité ne signifie restriction. Cependant, la profusion a rapport à l’excès : elle désigne le seuil où l’abondance devient luxe, où la générosité tourne à la prodigalité. Son origine latine la lie à ce qui se répand, s’écoule (profundere) – tandis que l’unité renvoie non seulement à ce qui forme un tout cohérent et homogène, mais aussi à ce qui « se tient ».

  • 1 La matière elle-même demeure dans un état indéterminé : seule la perception admet un seul état. Mer (...)

2Voilà donc la relation entre unité et profusion rapportée à une alternative d’ordre physique, celle des états solide et liquide. Peut-on être à la fois solide et liquide ? La perception de la matière reste exclusive1 : lorsqu’on observe un corps, il est soit dans un état, soit dans l’autre ; mais qui observe l’état des connaissances et cherche à en faire le tour, pourrait bien évincer cette alternative : le savoir, tel qu’il se présente à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, continue d’être envisagé sous le sceau de l’unité, tout en étant matière profuse. C’est en tout cas ce qui apparaît aux yeux du lecteur de Gabriel Peignot, bibliologue de renom et auteur de pléthore d’ouvrages de toutes sortes : son oeuvre fait concomitamment honneur à la tenue et au débordement du savoir.

3Héritier de l’entreprise encyclopédique de son siècle, Gabriel Peignot lui donne une dimension singulière, par une profusion des genres et des recueils publiés, qui ne cesse, paradoxalement, de réaffirmer l’unité du savoir. L’unité ne s’y laisse appréhender que par le biais de la variété ; quant à la profusion, elle y est livrée par le biais de petites entités.

  • 2 Hélène Joannelle, Mémoire de DEA, Ecole Nationale Supérieure des Bibliothécaires, Université Jean M (...)

4Né en 1767 à Arc-en-Barrois, d’un père avocat dijonnais, sa scolarité brillante achevée à 15 ans, et « dès lors n’ayant pas passé un seul jour sans travailler, ayant dès ce temps contracté l’habitude de lire la plume à la main », Gabriel Peignot est le protégé du Duc de Penthièvre, et le boute-en-train des salons arcois. Avocat au barreau de Besançon en 1789, il devient membre de la garde de Louis XVI en 1791, puis, par un revirement, membre de la Garde Nationale en 1793. Devenu suspect quant à ses positions politiques, il fuit à Vesoul en 1794, où il devient bibliothécaire de la Haute Saône puis de l’Ecole Centrale. Gabriel Peignot fait partie de ces « hommes de bonne volonté attelés à l’inventaire et au traitement des nombreuses collections placées “sous la main de la Nation” et à l’origine des bibliothèques françaises2. » Démis de ses fonctions en 1813, il devient Inspecteur de la Librairie et de l’Imprimerie à Dijon, où il est reçu membre de l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon et de Besançon. Il termine sa carrière en 1838, comme Inspecteur de l’Académie de Dijon, et Président de l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres.

Quantité, variété, détail

5La profusion de son œuvre tient non seulement au nombre d’ouvrages (on en dénombre cent quarante) mais à la quantité de sujets abordés ; c’est l’œuvre d’un bibliographe de la période charnière qui voit se constituer les bibliothèques de l’Etat : œuvre elle-même composée de Catalogues, de Dictionnaires, de Précis historiques, de Documents authentiques, d’Essais chronologiques ou analytiques, de Dissertations et de Remarques, d’Histoires diverses, elle touche à tous les domaines et à tous les genres.

6Quelques exemples de titres savoureux suffiront à le montrer :

  • Dictionnaire critique, littéraire et bibliographique des principaux livres condamnés au feu, supprimés ou censurés,

  • Abrégé de l’histoire de France,

  • Amusements philologiques, ou variétés en tous genres,

  • Les Bourguignons salés : diverses conjectures des savans sur l’origine de ce dicton populaire, recueillies et publiées avec notes historiques et philologiques,

  • Des comestibles et des vins de la Grèce et de l’Italie, en usage chez les Romains,

  • Elémens de morale,

  • Essai chronologique sur les hivers les plus rigoureux, depuis 396 avant J.C. jusqu’en 1820 inclusivement,

  • Manuel du bibliophile, ou traité du choix des livres,

  • Notice exacte de toutes les personnes nées ou domiciliées dans le département de la Côte-d’Or, qui ont péri sur l’échafaud soit à Paris, soit à Dijon, soit à Lyon, pendant le régime révolutionnaire, du 23 frimaire an II au 9 thermidor an II.

7La profusion ici n’implique pas seulement l’abondance, d’opuscules comme de pavés : elle a partie liée avec la variété et la singularité. Cette caractéristique, qui prévaut parmi les différents ouvrages, est particulièrement patente à l’intérieur des recueils intitulés Mélanges ou Variétés, ou encore dans le Livre des singularités. L’anatomie, la botanique, l’économie y ont leur part, aussi bien que l’histoire, les sciences, ou la philologie : la profusion de savoir y rime avec une extraordinaire diversité.

8Voici, résumé, le sommaire de ce dernier livre :

Premier Objet : Antégénésie ou Quelles étaient les occupations de Dieu avant la Création.
Second Objet : Création de l’Homme. [anatomie]
Troisième Objet : Onomatographie amusante. Préliminaire. Sur la nécessité des noms.
Quatrième Objet : Rêveries renouvelées des Grecs ou Symboles et préceptes de Pythagore.
Cinquième Objet : Singularités numériques.
Sixième Objet : De la Gastronomie.
Septième Objet : Quelques Lettres singulières écrites par des Papes, des Rois, des Princes, etc.
Huitième Objet : Quelques éléments singuliers empruntés aux Anglais. Neuvième Objet : Variétés.
Dixième Objet : Le Chant du Rossignol. Texte pur, écrit sous sa dictée, et traduit en français.
Onzième Objet : Variétés bibliographiques.
Douzième Objet : Pièces religieuses.
Additions

9Le principe des variétés est de n’avoir point de cohérence ni d’ordre assuré : ce qui fait leur unité n’est rien d’autre que leur appartenance au savoir humain et leur commune présence dans un même recueil. Si le savoir encyclopédique hésite entre un ordonnancement thématique et l’ordre alphabétique, voire l’ordre chronologique, les variétés sont un genre qui réunit le divers sous diverses catégories.

10En effet, la détermination de ces catégories est elle-même soumise au principe de variation, comme le montrent les titres de chapitres du Livre des singularités : elle est tantôt relative au thème (anatomie, mathématique, gastronomie), tantôt au document (dans son genre – lettre – ou dans sa provenance – Angleterre), ou mieux, elle place la variété en puissance, puisqu’elle se trouve par deux fois en tête de chapitre (voici donc des variétés impossibles à classer selon les variétés). L’œuvre de Gabriel Peignot témoigne de la variété qu’implique la profusion du savoir, variété qui, classée ou non, défie l’idée de cohérence.

11La profusion habite aussi les livres au sujet unique et bien identifié, tant elle semble inhérente au savoir et à sa divulgation : elle prend alors la forme de développements et de détails qui assurent le bon usage de ce savoir. Regardons de plus près le titre complet du Manuel du bibliophile :

  • 3 Chez Victor Lagier, 1823.

Manuel du bibliophile, ou traité du choix des livres, contenant des développemens sur la nature des ouvrages les plus propres à former une collection précieuse, et particulièrement sur les chefs-d’œuvre de la littérature sacrée, grecque, latine, française, étrangère ; avec les jugemens qu’en ont portés les plus célèbres critiques, une indication des morceaux les plus saillans de ces chefs-d’œuvre, la liste raisonnée des éditions les plus belles et les plus correctes des principaux auteurs, anciens et modernes, avec les prix ; la manière de disposer une bibliothèque, de préserver les livres de toute avarie ; avec des détails sur leurs formats, sur les différens genres de reliure, etc. etc. et une ample table des matières. Par Gabriel Peignot, inspecteur de l’académie royale de Dijon3.

12Comme souvent chez Gabriel Peignot, le titre détaille le contenu de l’ouvrage : il ne s’agit pas ici uniquement d’une liste des chefs d’œuvre de la littérature, de tous les lieux et de tous les temps, mais d’un canon comportant sa justification (il est constitué par le jugement d’hommes illustres). En outre, cet ensemble n’est pas considéré dans sa seule virtualité, mais dans sa matérialité, selon les éditions et les conditions de son juste emploi et de sa bonne conservation. Le titre comporte donc profusion d’informations, parce qu’un sujet appelle sa légitimation et les conditions de sa divulgation. On reconnaît là le souci du penseur, du professeur, et du bibliothécaire.

13Qu’il y ait unité ou variété dans le sujet de l’ouvrage, il semble que Gabriel Peignot ne puisse ou ne souhaite éviter la profusion, comme si cette quantité, toujours augmentée, était inhérente au savoir – et faisait partie de son plaisir propre.

Quelle unité ?

14La période, aussi bien que l’entreprise de Peignot, sont à l’esprit encyclopédique : recenser et classer les connaissances humaines implique que le savoir ne peut qu’être, dans sa conception et dans sa visée, exhaustif et universel. La profusion des savoirs, qui pourrait sembler apparentée à l’éparpillement, n’y existe que sous le signe de l’unité du savoir. En témoigne la préface à son Dictionnaire raisonné de Bibliologie :

  • 4 Dictionnaire raisonné de bibliologie, contenant. 1°, L’explication des principaux termes relatifs à (...)

La Bibliologie, embrassant l’universalité des connaissances humaines, s’occupe particulièrement de leurs principes élémentaires, de leur origine, de leur histoire, de leur division, de leur classification et de tout ce qui a rapport à l’art de les peindre aux yeux et d’en conserver le souvenir par le moyen des signes, soit hiéroglyphiques ou épistoliques, soit manuscrits ou imprimés. On voit, par cette définition, que la Bibliologie peut être considérée comme une espèce d’encyclopédie littéraire-méthodique, qui, traitant sommairement et descriptivement de toutes les productions du génie, assigne à chacune d’elles la place qu’elle doit occuper dans la bibliothèque universelle4.

15Sous cet angle, la profusion, et la variété qui en est l’un des avatars, sont paradoxalement cela même qui témoigne de l’unité du savoir. Les variétés et singularités ont leur place dans l’enregistrement des connaissances humaines, voire une place centrale chez Gabriel Peignot, parce qu’elles permettent la conservation de la totalité, d’une totalité présupposée : elles ne sont pas le dehors du savoir ou le chaos qui l’excède mais bien ce qui le constitue – à travers la diversité des ouvrages et des sujets. Ainsi, tout ce qui est singulier et donc en quelque façon inclassable, réintègre, grâce à la profusion, l’unité du savoir comme totalité de ses productions. L’Abrégé de l’Histoire de France dont on aurait pu penser qu’il se concentre sur les grands faits est, dit la suite du titre, « composé de recherches curieuses la plupart négligées par les historiens ». Le désir de totalité de Gabriel Peignot s’attache en premier lieu à la (re-) découverte ou à la mise en lumière de connaissances inaperçues ou délaissées, parce que non-significatives pour les savants de son époque. Ainsi paraît-il se concentrer sur le curieux, le bizarre, l’extraordinaire, tant parmi les faits que parmi les savoirs : sur ce qui n’entre dans aucune classification et fait néanmoins partie des connaissances humaines.

16Sa conception de l’unité dissocie totalité et cohérence : l’idée de totalité ne se fonde pas ici sur celle d’homogénéité, ni sur celle de relations ordonnées entre les parties – encore moins sur celle de systématicité. Son ordre demeure celui, moins arbitraire selon Peignot qu’un ordre imposé par son seul esprit, de l’alphabet ou de la chronologie. En revanche, cette unité-là repose sur l’idée de totalité, comme ce qui à la fois se conçoit et ne se conçoit pas, « tient » et déborde, parce qu’elle excède l’esprit qui néanmoins la pense. L’esprit encyclopédique propose un tour complet des connaissances qui intègre potentiellement leur infinie profusion. Gabriel Peignot met en œuvre cette potentialité de façon enthousiaste et humble, érudite et toujours émerveillée, par l’abondance et la variété de ses ouvrages et de ses intérêts : il montre que le savoir est matière qui défie les lois de la physique, qu’il « tient » parce qu’il se répand, et que sa profusion constitue son unité.

Notes

1 La matière elle-même demeure dans un état indéterminé : seule la perception admet un seul état. Merci à Jérémy Bercoff pour cette précision quantique.

2 Hélène Joannelle, Mémoire de DEA, Ecole Nationale Supérieure des Bibliothécaires, Université Jean Moulin, Lyon III, Sciences de l’information Le Bibliographe Gabriel Peignot, 1990.

3 Chez Victor Lagier, 1823.

4 Dictionnaire raisonné de bibliologie, contenant. 1°, L’explication des principaux termes relatifs à la bibliographie, à l’art typographique, à la diplomatique, aux langues, aux archives, aux manuscrits, aux médailles, aux antiquités, etc. 2°, Des notices historiques détaillées sur les principales bibliothèques anciennes et modernes ; sur les différentes sectes philosophiques ; sur les plus célèbres imprimeurs, avec une indication des meilleures éditions sorties de leurs presses, et sur les bibliographes, avec la liste de leurs ouvrages. 3°, Enfin, l’exposition des differens systèmes bibliographiques, etc. Ouvrage très utile aux bibliothécaires, archivistes, imprimeurs, libraires, etc. Par G. Peignot, bibliothécaire de la Haute-Saône, membre correspondant de la société libre d’émulation du Haut-Rhin. – an X, 1802.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search