Version classiqueVersion mobile

La profusion et l’unité

 | 
Anne-Lise Blanc
, 
Anne Chamayou
, 
Mireille Courrént
, 
et al.

L’auteur multiplié

Équipée, texte kaléidoscope

Isabelle Combes

Texte intégral

  • 1 Ce projet de collaboration avec Debussy restera inachevé.
  • 2 Cf. Catalogue de l’exposition de la Bibliothèque Nationale de France de 1999 sur Victor Segalen, vo (...)

1Victor Segalen était l’un des auteurs préférés de Françoise Haffner qui admirait en l’homme la multiplicité des compétences et en l’écrivain la diversité des thèmes et genres traités au cours d’une existence certes courte mais riche. Issu d’une famille bretonne dont la mère était farouchement défenseuse de la religion catholique pendant la période troublée de la séparation de l’Église et de l’État, Segalen a su se libérer de ce giron familial pesant en devenant médecin de marine, métier qu’il a exercé toute sa vie sans passion mais grâce auquel les nouveaux horizons de la Polynésie française et de la Chine se sont ouverts à lui. La découverte de ces deux sphères culturelles, diamétralement opposées à celle de sa terre natale, insuffle vitalité et richesse à la plus grande passion de Segalen, celle d’écrire. Ses grands textes, Les Immémoriaux, Stèles, Peintures, Odes, Équipée, témoignent que l’intérêt porté à la culture de l’autre en constitue le fondement et l’originalité. Le cycle polynésien et le cycle chinois, dénominations qu’a choisies Henry Bouiller pour classer les œuvres de Segalen, révèlent d’autres facettes de l’auteur. Il était musicien, jouant du violon, notant des chants maoris ou chinois et allant jusqu’à rencontrer à maintes reprises Debussy pour un projet d’Opéra sur Orphée1. Il avait également un bon coup de crayon, comme le prouvent ses dessins d’après les sculptures et les tableaux de Gauguin2. De plus, les écrits du peintre ont profondément influencé sa manière de voir le monde maori. Ethnologie, archéologie et cartographie sont d’autres disciplines qui l’attiraient. C’est d’ailleurs en obtenant un financement d’état pour une mission archéologique qu’il a pu partir en Chine pour son deuxième voyage à côté de Jean Lartigue et Auguste Gilbert de Voisins. C’est durant cette mission que le fameux site des soldats en terre cuite de l’empereur Qin Shi Huang à Xi An a été repéré pour la première fois. Outre ces nombreuses cordes à son arc, il faut encore signaler ses connaissances en sinologie. Il a été élève des sinologues Vissière et Chavannes et s’intéressait notamment aux textes de la littérature chinoise dite classique qui constituera un élément clef de sa propre création littéraire.

  • 3 Victor Segalen, Équipée (1929), in Œuvres complètes, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », vol (...)

2Si Françoise Haffner aimait tant les écrits de Segalen, c’est que – je le pense avec conviction – il y a un effet de miroir entre le mode de pensée si riche, si divers et si généreux de Françoise et celui de Segalen. Parmi les qualités qu’elle partageait avec Segalen, sa curiosité et sa capacité à mener de front plusieurs recherches m’impressionnaient particulièrement. Combien de fois n’ai-je pas vu Françoise travaillant à une analyse génétique sur Valéry tout en ayant deux autres dossiers ouverts, un sur son cher Bousquet et un sur le cinéma de Pasolini par exemple. Françoise était également très consciente du danger que pouvait représenter l’excès de la diversité et de la profusion et se rappelait à elle-même, comme à nous ses élèves, la nécessité de se centrer sur une unité donnée pour éviter la confusion et la démesure. L’équilibre pourrait s’avérer délicat et Françoise en connaissait la difficulté. C’est probablement pour cette raison qu’elle affectionnait particulièrement un petit texte de Segalen, Équipée3, dont il sera question ici.

  • 4 Carnet de notes de l’expédition de 1909.
  • 5 Carnet de notes de l’expédition de 1914.

3Segalen fit en tout trois séjours en Chine, en 1909, 1914 et 1917. Le premier manuscrit d’Équipée date de l’été 1914, le déclenchement de la première guerre mondiale ayant interrompu à la fois l’expédition et l’écriture. Le second manuscrit d’Équipée a été rédigé au début de 1915. On se tromperait en y voyant un journal poétique de la Mission d’archéologie à laquelle l’auteur prit part en 1914. Segalen y a condensé l’expérience de ses deux voyages en Chine, celui de 1909 et celui de 1914. Plus de quatre cents pages de notes de voyage, réunies sous les noms de Briques et tuiles4 et Feuilles de route5 ont été relues par l’auteur au moment où il écrivait Équipée, comme l’attestent ces lignes :

  • 6 Victor Segalen, Feuilles de route, in Œuvres complètes, op.cit., vol. 1, p. 1160 sqq.

J’ai relu quelques pages de Briques et Tuiles. – Il me faut le reprendre en entier, le pressurer, l’écraser ; – le jeter ensuite, inutile ; – Il faut que ce Voyage enferme tous les Voyages. Mes voyages. Il y aura le Départ et l’Arrivée. Je suis voyageur. Je parlerai une fois de moi – mais couler dans quelle forme6 ?

4Dès les premiers instants, Segalen se lance un défi « impossible » : ne rien négliger de la profusion du vécu tout en lui conférant une unité. Le résultat est fascinant. Le « Voyage » d’Équipée, relaté en à peine une cinquantaine de pages organisées en vingt-huit étapes, ressemble à un kaléidoscope : un texte aux beautés multiples, lesquelles se révèlent au fur et à mesure au lecteur s’il en saisit les principes organisateurs.

5La prise de distance extrême par rapport à l’histoire, comme le suggère l’image de pressurage, est inséparable de la recherche de la forme et de l’interrogation sur le genre du récit de voyage. Segalen rejette le modèle que la tradition littéraire a transmis et consacre les premiers mots d’Équipée à proclamer la double identité du narrateur : le « je » voyageur et le « je » poète.

J’ai toujours tenu pour suspects ou illusoires des récits de ce genre : récits d’aventure, feuilles de route, racontars – joufflus de mots sincères – d’actes qu’on affirmait avoir commis dans des lieux bien précisés, au long de jours catalogués. (265)

6Le prosaïque est rejeté au profit de ce qui est essentiel pour l’auteur, c’est-à-dire répondre à cette interrogation qui est à la base de toute création artistique : « l’imaginaire déchoit-il ou se renforce quand il se confronte au réel ? » (265). Autrement dit, a-t-on le droit de se servir de mots qui ne sont pas passés par le creuset du réel ? Pour Segalen, la Chine, comme l’indique le sous-titre, est le « Pays du Réel » par excellence. La confrontation entre l’imaginaire et le réel constitue le fil rouge du voyage d’Équipée, conçu comme un ensemble de moments et d’expériences essentiels permettant cet examen esthétique et littéraire.

  • 7 Ibid., op. cit., vol. 1, p. 1193.

7Ainsi, des voyages de 1909 et de 1914 sont tirés vingt-huit chapitres, numérotés et « ayant pour titre à la table : LES PREMIERS MOTS DU CHAPITRE, CARACTÉRISTIQUES7 ». Les chapitres représentent à la fois des étapes du voyage et des étapes de réflexions. Chaque élément, dans les moindres détails, doit être double. L’auteur explicite sa double visée dans l’incipit :

Ce livre ne veut donc être ni le poème d’un voyage, ni le journal de route d’un rêve vagabond. Cette fois, portant le conflit au moment de l’acte, refusant de séparer, au pied du mont, le poète de l’alpiniste, et, sur le fleuve, l’écrivain du marinier, et, sur la plaine, le peintre et l’arpenteur ou le pèlerin du topographe, se proposant de saisir au même instant la joie dans les muscles, dans les yeux, dans la pensée, dans le rêve, – il n’est ici question que de chercher en quelles mystérieuses cavernes du profond de l’humain ces mondes divers peuvent s’unir et se renforcent à la plénitude.
Ou bien, si décidément ils se nuisent, se détruisent jusqu’au choix impérieux d’un seul d’entre eux, – sans préjuger duquel d’entre eux, – et s’il faut, au retour de cette Équipée dans le Réel, renoncer au double jeu plein de promesse sans quoi l’homme vivant n’est plus corps, ou n’est plus esprit. (266)

  • 8 Ibid., p. 1161.
  • 9 Paul Claudel, Connaissance de l’Est, Paris, Mercure de France, 1900, pour la section 1895-1900 ; Pa (...)

8Les chapitres-étapes d’Équipée sont pour la plupart des étapes paradigmatiques qui condensent en elles les expériences du même ordre tout en illustrant les différents types d’affrontement entre l’imaginaire et le réel. « En donner beaucoup à certaines heures, et plus encore à certains Moments8 », écrit Segalen dans ses notes préparatoires. En effet, l’auteur privilégie des moments forts d’un voyage quintessencié : la partance, la marche, l’ascension, la navigation fluviale, la rencontre de l’autre et de soi... et le retour. Les noms géographiques sont volontairement effacés au profit des noms à valeur générique, tels que la montagne, le col, le fleuve..., ce qui n’est pas sans rappeler les poèmes claudéliens9. Pour Segalen, il importe que les lieux retrouvent leur pureté générique, afin que le corps à corps de l’imaginaire et du réel ait lieu dans des conditions équitables, car sinon « [les mots] crèveront de rire d’avoir été gonflés de tant de sens encombrants... » (273). Si toutefois deux toponymes sont présents dans le récit, le fleuve Yang-tseu et la ville de Tch’eng-tou, c’est qu’ils représentent « des points où le Réel et l’Imaginaire ne s’opposent pas, véritablement, mais s’accordent » (276). Leurs noms méritent d’être dits.

  • 10 Le plus souvent, il s’agit d’une forme d’emprunt, une sorte de mimétisme qui prend l’apparence d’un (...)

9Les unités spatio-temporelles d’Équipée sont synthétiques. En apparence, elles s’organisent à la manière d’un journal de voyage qui se caractérise par la synchronisation entre la progression chronologique et la progression spatiale10. L’écriture, prise en charge par le présent de narration, est supposée se dérouler au jour le jour : « Mais qu’on le sache : le voyage n’est pas accompli encore. Le départ n’est pas donné. Tout est immobile et suspendu » (265), commence ainsi l’auteur d’Équipée. En profondeur, ce dernier s’oppose à la pratique d’un diariste qui exposerait les données disparates d’un voyage sans les subordonner à une construction de sens, tâche laissée au soin du lecteur. Au contraire, le voyage d’Équipée est avant tout un espace de méditation personnelle.

10Le départ est donc multiple, pris en charge par un présent qui est à la fois celui de la narration, celui du commentaire, celui de l’écriture et celui de la lecture. Ce présent de narration s’inscrit dans un mode itératif dans de nombreuses étapes (« LES PAS SUR LA ROUTE », « LE REGARD PAR-DESSUS LE COL », « LE FLEUVE DISPUTE À LA MONTAGNE »...) qui condensent les expériences répétitives. Dans d’autres étapes, le présent de narration s’inscrit dans un mode ponctuel, puisqu’il se réfère à un événement unique. Par exemple, de l’assassinat en juin 1914 du père Monbeig, dont Segalen a examiné le corps sur la demande de l’évêque Giraudeau, est tirée l’étape 16 « UNE CHAIR GLORIEUSE » ; de son passage dans le pays du mandarin Fong-k’ouen en avril 1914 est tirée l’étape 24 « DE L’HOMME OU DU DIEU ». Dans les propos sarcastiques de ces étapes, on reconnaît chez l’auteur sa rancune contre la religion catholique et toutes les religions coupables d’anthropomorphisme, mais on assiste surtout au divorce entre le réel ignoble et l’imaginaire sucré.

11Quelle que soit la nature du présent, il est toujours soumis à la réflexion interprétative du « je » poète tout au long du récit. La prépondérance du poète est particulièrement lisible pour les étapes du départ et celles du retour. Dès la première étape, le débat entre l’imaginaire et le réel est lancé, alors que le voyage est présenté comme encore en suspens. Le départ du poète précède le départ du voyageur. Dans la deuxième étape, le lecteur assiste moins aux préparatifs matériels du voyageur qu’aux réflexions préparatoires du poète. La troisième étape concentre toutes les tensions du débat : le poète veut se départir de l’imaginaire, incarné par la chambre aux porcelaines, dans l’espoir d’un retour enrichi après s’être soumis à « l’emprise du bon gros Réel » (268). L’étape 4 est un moment d’angoisse face au réel imaginé. Il faut attendre la fin de ces quatre étapes, propres au poète, pour enfin voir le voyageur se mettre en route. Le déroulement double, du voyage et du débat, occupe les vingt et une étapes centrales. Le dénouement s’annonce également en deux temps : la fin du voyage précède celle du débat. L’étape 26, « PEINT SUR LA SOIE MOBILE DU RETOUR », et l’étape 27, « UN AMI TROP FIDÈLE », développent la thématique du retour et ne cachent pas la déception du poète : « le retour est frappé de stérilité et d’ignorances » (315) ; « le moment du retrouver est ambigu et aigu [...]. La déception. L’escompté » (316). Mais c’est le poète qui aura le dernier mot. À l’étape ultime, la vingt-huitième, le poète fait le bilan du voyage pour conclure le débat :

POUR CONCLURE... car il faut oser conclure. Ce voyage, imaginaire d’abord, est devenu un fait, avec son départ et l’hypothèse mouvante. Il a marché. Il s’est déroulé ; comme un fait, il est arrivé. [...] Le voyage a donc marché de son pas implacable. Il faut reconnaître que là, le réel s’est laissé bien entourer. J’ai eu raison contre les doutes, les tâtonnements, les ignorances. Parti de ce point, je suis arrivé à celui-là, et de retour, dans cette immobilité acquise, je puis maintenant expertiser ce que j’ai vu et chercher un sens à l’aventure. [•••] (317)

12Si ce double je/jeu du voyage, dans le réel et dans la pensée, a conféré une concision à la narration, il n’en a pas pour autant empêché qu’existe à l’intérieur du texte une profusion d’images et de symboles.

13Au fil des étapes, on retrouve les multiples facettes de l’auteur. Il est tour à tour marcheur humble dans « LES PAS SUR LA ROUTE », pilote improvisé dans « LE FLEUVE DISPUTE À LA MONTAGNE », joyeux baigneur dans « DANS LE GROS TORRENT », dessinateur et archéologue dans « IMAGINER SUR LA FOI DU TEXTE », et même victime d’une expérience d’autoscopie dans « MOI-MÊME ET L’AUTRE ».

  • 11 Le terme désigne le plateau poussiéreux de Loess, dans le nord-ouest de la Chine.

14Segalen sait également voir et faire voir l’autre. La Chine d’Équipée est vue à travers ses paysages dans sa diversité, les sommets enneigés, les tièdes vallées suantes, les provinces désertes et les gros bourgs populeux. La beauté de la Terre Jaune11 a tellement ébloui le poète qu’il consacre une étape entière à ce qu’il appelle ironiquement l’un des « devoirs du voyageur » : la description. Segalen reproche au récit de voyage de transformer trop facilement le paysage en un « plaisant chromo verbal » qui inhibe la force d’une « vision pure » (306). Ni montagne ni vallée, ni plateau ni falaise, la Terre Jaune est un paysage minéral qu’aucune littérature occidentale n’a encore transformé en cliché : « des étendues pleines d’espace, de dessins, de plans colorés, et d’autres choses, indicibles avec des mots ; – sans que jamais imaginées telles... » (306). La description de la Terre Jaune est un hommage rendu à la force du regard, puisque « l’inattendue beauté du spectacle » (307) vient finalement de deux regards répondants, celui du voyageur et celui d’une aborigène. C’est en relevant le défi de faire une description que Segalen mène sa critique de la description paysagiste, à l’image de sa démarche globale qui est de faire d’Équipée un récit de voyage qui bouleverse les rubriques attendues du genre.

15La Chine est également perçue à travers sa population, du porteur de charge le plus humble à la figure exotique par excellence, la femme. La femme chinoise est rejetée car devenue un lieu commun. Ce sont les femmes des ethnies non-chinoises, la Neissou, la Mosso et la Tibétaine qui attirent l’attention du poète qui voit en elles les incarnations du divers. Pour Segalen, il convient non pas de séduire, mais de préserver : « On peut songer qu’elle, au moins, comme son pays indépendant, est restée vierge ; sinon de l’assaut de ses mâles, du moins des romans d’amour distillés par nos voyageurs français » (300).

16La Chine n’est pas moins présente à travers son histoire et sa littérature. La chambre aux porcelaines, la petite statue d’un sage taoïste en cristal fumé doré, les statues archaïques de pierre de l’époque des Han et, enfin, le linteau portant un dragon et un tigre en relief, ces objets d’art et d’archéologie constituent autant de symboles empruntés à la Chine antique pour « faire incessamment éclater ce débat » (267) entre l’imaginaire et le réel. L’image ultime hautement symbolique qui clôt le débat est incarnée par une monnaie chinoise dont la forme appelle de nombreuses interprétations :

C’est un cercle... qu’encastre un carré. Quadrature ? Un anneau, un serpent symbolique, un symbole géométrique, le Retour éternel ? L’équivalence de tout, l’impossible, l’Absolu ? Tout est permis... Je crois plutôt à la figuration d’une simple monnaie, la sapèque chinoise, ronde, percée d’un trou carré... Mais ceci est l’interprétation historique grossière... L’objet que ces deux bêtes se disputent, – l’être en un mot – reste fièrement inconnu. (320)

  • 12 Essai sur l’exotisme que Segalen n’a pas eu le temps d’achever.

17Outre les vestiges tangibles, l’un des principaux courants de pensée, la pensée taoïste, marque également la Chine d’Équipée. Segalen a découvert le texte fondateur de Lao-tseu, Tao-te-king, dès ses premières années d’apprentissage du chinois. Cette pensée métaphysique, sacrée mais non religieuse, avec sa définition par renversement et non par filiation, a de quoi séduire Segalen qui, à la même époque, élaborait une théorie esthétique. « De l’exotisme comme une esthétique du Divers », écrit-il en 1908 dans un essai12 dont les notes s’échelonnent de 1904 à 1918, période qui inclut ses trois séjours en Chine. Sauvegarder et exacerber la différence, que ce soit dans l’espace ou dans le temps, car l’exotisme se dégrade, telle était l’idée directrice de cette esthétique, conçue comme une mission de sauvetage civilisationnelle :

  • 13 Essai sur l’exotisme, in Œuvres complètes, op. cit., vol. 1, p. 771.
  • 14 Ibid., p. 776.

Exotisme : qu’il soit bien dit que moi-même je n’entends par là qu’une chose, mais universelle : le sentiment que j’ai du Divers ; et par esthétique, l’exercice de ce même sentiment ; sa poursuite, son jeu, sa plus grande liberté ; sa plus grande acuité ; enfin sa plus claire et profonde beauté13.
 – Remède à la Dégradation du taux d’exotisme : exalter les valeurs exotiques partielles qui demeurent14.

  • 15 Ibid., p. 778.

18La loi de l’exotisme selon Segalen présente bien des points communs avec la pensée taoïste : chaque chose, pour être ce qu’elle est, doit non seulement être quelque chose, mais encore n’être pas quelque chose. Comme le Yin qui se définit par son inversion par rapport au Yang, Segalen nomme « Divers » « tout ce qui est Autre15 ». Le principe des contraires non exclusifs, commun à la pensée taoïste et à la conception ségalénienne de l’exotisme, se retrouve dans le thème majeur d’Équipée. Comme le monde s’équilibre avec le Yin et le Yang, il importe que, dans l’opposition entre l’imaginaire et le réel, il n’y ait ni vainqueur ni vaincu, faute de quoi tout tomberait dans l’indifférenciation. Le symbole taoïste, « l’enroulement réciproque des deux virgules du Tao, l’une blanche, l’autre noire, égales, symétriques, sans que l’une l’emporte jamais sur l’autre » (282) est évoqué dans l’étape 10. Le non-agir est annoncé dès la troisième étape comme ce vers quoi le voyageur s’efforcera de tendre : « Plus tard, revenu dans ma maison luisante, je songerai sans doutes, alors, qu’immobile, j’ai acquis mes droits au non-agir » (268).

  • 16 Poète taoïste (365-427). L’un de ses textes les plus connus est La Source des fleurs de pêcher (挨 豣 (...)
  • 17 Cf. Isabelle Combes, « Équipée de Segalen et la voie taoïste », in Déclinaisons de la voie, Perpign (...)

19L’auteur d’Équipée ne se considère pas comme un commentateur ni comme un disciple du taoïsme. C’est un taoïsme « refondu » avec sa conception de l’exotisme que Segalen met en scène particulièrement dans l’étape 20 d’Équipée. Tout en empruntant à Tao Yuan-ming16 son « Récit de la source aux fleurs de pêcher », Segalen construit une allégorie de l’exotisme dans le temps et de l’exotisme à l’envers, deux conceptions clefs de son esthétique du divers17.

  • 18 Cf. Isabelle Combes, « De l’art de naviguer à l’art poétique », actes du colloque « Héros voyageurs (...)

20 À travers le débat sur l’imaginaire et le réel, c’est sur la question plus globale de la création poétique que Segalen propose de réfléchir. L’étape 20 qui met en scène la plongée dans le blanc de la carte peut s’interpréter comme une allégorie du parcours créatif du poète qui se détourne des poncifs littéraires afin de trouver sa propre voie. À ce titre, l’étape 20 est à rapprocher de l’étape 9, consacrée à la navigation sur le fleuve Yang-tseu. Toujours dans une démarche double qui allie l’expérience avec l’allégorie, le voyageur triomphe des tourbillons des rapides dans un processus créatif du même ordre : c’est en abandonnant l’appris et le rationnel et en se laissant guider par son intuition que le poète-pilote réussit à atteindre l’illumination créative et salvatrice18. Un autre lien encore permet de relier ces deux étapes : le recours au texte d’un tiers. Il s’agit du texte déjà cité de Tao Yuan-ming pour l’étape 20 et d’un récit de voyage, Dans les Rapides du fleuve bleu, d’Émile Hourst pour l’étape 9 de la navigation, deux intertextes dont la présence est implicite. La découverte d’un village que tout le monde croyait disparu ou celle d’une passe vitale au milieu des tourbillons du rapide constituent à chaque fois une métaphore de la quête du poète qui se doit d’être inventif pour éviter le fourvoiement ou le naufrage qui précipitent tant de livres dans l’oubli.

21La profusion des valeurs métaphoriques témoigne de l’importance du processus de symbolisation constamment mis en œuvre dans Équipée. Cette attention particulière aux symboles passe par deux démarches distinctes. Segalen fait la critique des symboles devenus stéréotypes littéraires et tente de leur redonner une virginité. L’étape 12 est consacrée à cette « re-symbolisation » de la sandale et du bâton, « des ex-voto du réel accrochés en les cryptes d’un imaginaire désuet » auxquels il convient de « rendre un peu de leur jeunesse élastique d’autrefois, un peu de leur en-allée ailée » (285). La même attitude critique est étendue aux mots, comme ceux d’« ascension, assomption » dans l’étape 7. « Quel jeu médiocre de mots » (273) ! À ces symboles trop sollicités, Segalen préfère les siens propres, inspirés par la Chine. Il ne saurait être question de dragon ou de phénix, car l’Asie offre également son lot de clichés.

22Dans l’étape 5 consacrée à la poétique de la marche qui met en opposition la distance qui se mesure dans l’abstraction avec celle que le marcheur conquiert pas à pas dans son effort concret, l’auteur introduit un système métrique chinois, érigé en symbole :

Il ne peut être question de mesures rigides, ni de jalonner la route de segments équivalents. Le système occidental serait à la fois ici un manque de goût d’exotisme, et une raison d’erreurs locales : il ne faut pas compter en kilomètres, ni en milles ni en lieues, mais en « li ».
C’est une admirable grandeur. Souple et diverse, elle croît ou s’accourcit pour les besoins du piéton. Si la route monte et s’escarpe, le « li » se fait petit et discret. Il s’allonge dès qu’il est naturel qu’on allonge le pas. Il y a des li pour la plaine, et des li de montagne. Un li pour l’ascension, et un autre pour la descente. Les retards ou les obstacles naturels, comme les gués ou les ponts à péage, comptent pour un certain nombre de li. – Ceci n’a donc point d’équivalent dans la longueur géométrique, mais se conçoit fort bien dans la mesure humaine du temps et du jour : « dix li » c’est à peu près ce qu’un homme, ni hâtif ni lent, abat à son pas en une heure, dans la plaine. (270-271)

23La rêverie ou la liberté poétique ont indéniablement pris le pas sur la vérité tangible. La mesure chinoise devient le symbole de l’harmonie rêvée qui résoudrait l’opposition entre le réel et l’imaginaire dans une synthèse, une sorte de tiers inclus.

24Dans l’étape 9, l’instrument de navigation chinois, le sao fait l’objet d’un même processus de symbolisation et incarne la notion d’intuition, une sorte de métis poétique. C’est le sao qui apprend au pilote à lire les signes secrets du rapide et lui transmet un art de naviguer tout en finesse. C’est par l’intermédiaire du sao que le poète apprenti réussit à se transformer en poète créateur.

25 Équipée est un bijou aux éclats kaléidoscopiques. Tout en s’imposant des problématiques d’ordre poétique et esthétique, l’auteur ne se détache jamais du vécu. Deux dynamismes principaux s’opèrent dans l’écriture. D’une part, un extrême resserrement qui condense et qui synthétise les souvenirs de voyage dans un court volume. D’autre part, un formidable déploiement de sens et de valeur métaphorique qui fait que chaque mise en scène, chaque phrase, voire chaque mot, sont à interpréter sur un double plan. Les choses vues et vécues, les méditations sur l’art, sur l’écriture et sur la création artistique, l’expression du retentissement de ces expériences dans l’âme du poète, et surtout « Dix années d’Imaginaire »– comme il l’écrit à la dernière page du manuscrit –, tout est réuni dans une cinquantaine de « pages mesurées, mises bout à bout comme des étapes » (265). Le monde chinois n’est pas appréhendé à partir de son paraître, mais saisi de l’intérieur. Ce passage du paraître à l’être constitue un moyen de défense contre la crise de l’exotisme telle qu’elle était ressentie par Victor Segalen. Grâce à l’exploration de cet exotisme essentiel qui érige le réel en symbole, l’auteur parcourt son propre espace intérieur tout en faisant le tour du monde.

Notes

1 Ce projet de collaboration avec Debussy restera inachevé.

2 Cf. Catalogue de l’exposition de la Bibliothèque Nationale de France de 1999 sur Victor Segalen, voyageur et visionnaire.

3 Victor Segalen, Équipée (1929), in Œuvres complètes, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », volume II, 1995. Tous les chiffres entre parenthèses qui suivent les citations renvoient à cette édition.

4 Carnet de notes de l’expédition de 1909.

5 Carnet de notes de l’expédition de 1914.

6 Victor Segalen, Feuilles de route, in Œuvres complètes, op.cit., vol. 1, p. 1160 sqq.

7 Ibid., op. cit., vol. 1, p. 1193.

8 Ibid., p. 1161.

9 Paul Claudel, Connaissance de l’Est, Paris, Mercure de France, 1900, pour la section 1895-1900 ; Paris, Mercure de France, 1907, pour la section 1900-1905-

10 Le plus souvent, il s’agit d’une forme d’emprunt, une sorte de mimétisme qui prend l’apparence d’un journal de voyage authentique afin de créer l’illusion de la spontanéité. C’est sous cette forme qu’apparaît en 1835 le Voyage en Orient de Lamartine.

11 Le terme désigne le plateau poussiéreux de Loess, dans le nord-ouest de la Chine.

12 Essai sur l’exotisme que Segalen n’a pas eu le temps d’achever.

13 Essai sur l’exotisme, in Œuvres complètes, op. cit., vol. 1, p. 771.

14 Ibid., p. 776.

15 Ibid., p. 778.

16 Poète taoïste (365-427). L’un de ses textes les plus connus est La Source des fleurs de pêcher (挨 豣豷), qui décrit un village vivant loin du monde dans une vallée cachée.

17 Cf. Isabelle Combes, « Équipée de Segalen et la voie taoïste », in Déclinaisons de la voie, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, coll. « Études », 2006, p. 239-250.

18 Cf. Isabelle Combes, « De l’art de naviguer à l’art poétique », actes du colloque « Héros voyageurs », Presses Universitaires de Perpignan, à paraître.

© Presses universitaires de Perpignan, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search