Version classiqueVersion mobile

Le rire européen

 | 
Alastair B. Duncan
, 
Anne Chamayou

Chapitre V. Europe - Afrique (et retour)

Caricatures de noirs dans la presse humoristique européenne : 1879 à 1958

Alastair B. Duncan

Texte intégral

1La représentation caricaturale des noirs en Europe à l’époque coloniale, a-t-elle connu une évolution dans le temps ? Voilà la question principale à laquelle cet article tente de répondre : nous nous pencherons sur la période qui va de la ruée sur l’Afrique par les puissances européennes à la fin du 19e siècle jusqu’à la veille de l’indépendance des états africains à la fin de années cinquante du 20e siècle. La réponse à notre question sera nécessairement incomplète parce que nos recherches ont porté presque exclusivement sur des revues et des journaux humoristiques et satiriques. Nous avons dans une certaine mesure vérifié nos résultats en jetant un regard sur cartes postales et publicités ; nous n’avons pas pris en compte les bandes dessinées. À ce choix de supports il y avait des raisons pratiques –en premier lieu, le temps limité dont nous disposions pour faire la recherche–, et une raison méthodologique : pour suivre une éventuelle évolution dans le temps, des revues, surtout des hebdomadaires, permettaient de rester le plus près possible de l’actualité.

  • 1 Voir Maurice Wynants, Des ducs de Brabant aux villages congolais. Tervueren et L’exposition interna (...)

2Encore fallait-il circonscrire la recherche en la limitant à un certain nombre de pays et en jetant des sondes dans le temps. Les expositions universelles et coloniales semblaient se prêter à cet exercice. À partir de l’exposition de Paris en 1878, les expositions des puissances coloniales étaient caractérisées par la présence de noirs issus de leurs colonies1. Les « villages nègres » ou « noirs » ou « sénégalais » attiraient la foule, parfois dans le cadre officiel de l’exposition, parfois dans des emplacements payés par des imprésarios. Mais l’épluchage de quelques périodiques dans les six mois autour de certaines de ces expositions n’a pas donné tous les résultats escomptés. Certaines expositions ont trouvé un écho dans la presse, notamment celle de Paris en 1931, dans Le Charivari (1832-1937), Le Journal amusant (1856-1933), et surtout dans Le Rire (1894-1940) et Le canard enchaîné (1915-). Mais la presse parisienne, ayant largement passé sous silence l’exposition à Marseille en 1906, fait relativement peu de cas de l’exposition dans la même ville en 1922, et elle avait d’autres préoccupations lors de l’exposition internationale de Paris en 1937. La couverture des expositions dans d’autres pays colonisateurs s’avérait tout aussi inégale. Punch, le grand journal humoristique anglais, n’a pas réagi à l’exposition anglo-britannique de 1908 ; les quelques dessins de noirs qui accompagnaient une série d’articles sur l’exposition de 1924 à Wembley manquaient tristement de punch. Nous n’avons pas trouvé d’écho dans la presse allemande de l’exposition coloniale de Berlin en 1900. Dans la presse belge francophone, nous n’avons trouvé de traces que de l’exposition universelle d’Anvers en 1885, de l’exposition coloniale de Paris en 1931 et de l’exposition internationale de Bruxelles en 1958. Face à cette pénurie relative, nous avons donc eu recours à d’autres revues et à d’autres périodes : pour l’Allemagne, des revues de longue haleine, Kladderadatsch (1848-1944) et Simplicissimus (1896-1944) ; pour la Grande Bretagne, des hebdomadaires qui florissaient à la fin de 19e siècle et jusqu’au début du vingtième : Judy (1876-1907), Moonshine (1879-1902), et Pick-me-up (1888-1909) ; pour la France, L’Assiette au beurre (1901-1912) ; pour la Belgique, principalement La Trique, pour les années trente, et Pan, pour les années cinquante. En tout, cette recherche a été ponctuelle, plus compréhensive pour la France que pour l’Allemagne, la Belgique ou la Grande Bretagne. Aucune des revues n’a été lue du premier au dernier numéro. À partir de ce corpus limité, toute conclusion doit rester provisoire.

LE CONTEXTE HISTORIQUE2

  • 2 Pour l’information dans les paragraphes qui suivent, nous sommes redevables aux sources suivantes : (...)
  • 3 Par mandat de la Société des Nations en 1919, l’Afrique du Sud-ouest allemand passe sous le contrôl (...)
  • 4 Joseph Ki-Zerbo, Histoire de l’Afrique noire, p. 444.

3Le choix des pays pour cette étude –l’Allemagne, la Belgique, la France et la Grande Bretagne– a été dicté par des ressemblances et des contrastes dans leur histoire de colonisateur, surtout en ce qui concerne l’Afrique subsaharienne. Au cours des vingt dernières années du dix-neuvième siècle la France et la Grande Bretagne ajoutent maints peuples noirs à leurs empires, peuples de l’Afrique subsaharienne, de la Corne de l’Afrique, de Madagascar, de la Nouvelle Calédonie. La Belgique ne possède qu’une seule mais précieuse colonie, le Congo, arraché aux puissances européennes par le roi Léopold II au congrès de Berlin en 1884-85, et qui sera quitté en catastrophe en 1960. L’Allemagne participe à la même ruée ; mais elle perd toutes ses colonies africaines à la fin de la Grande Guerre3. L’idéologie colonialiste est également différente de pays en pays. Pour la Belgique, la mission civilisatrice se conçoit largement comme une œuvre d’évangélisation. L’éducation des Africains, limitée à des formations pratiques, est confiée presque exclusivement à des missionnaires catholiques et protestants. Les Britanniques laissent largement en place les structures sociales des ethnies colonisées ; mais ils les encadrent strictement et règlent le commerce en leur propre faveur. Comme dans le Congo belge, l’éducation est largement l’œuvre de missionnaires ; elle permet peu à peu à une élite d’accéder à la culture européenne. La troisième république française hérite de l’universalisme de la déclaration des droits de l’homme. D’où le but de l’assimilation des noirs. Mais l’éducation est très variable dans les colonies françaises subsahariennes ; elle est en partie l’œuvre de l’église, en partie laïque, proposée d’abord aux fils des chefs. Dès 1848, les Sénégalais des quatre « vieilles communes » obtiennent la nationalité française et élisent « au compte-gouttes »4 des députés à l’assemblée nationale ; les autres indigènes restent des sujets français aux droits limités. La France forme ainsi une élite d’assimilés, mais elle s’empêtre dans les contradictions de sa condition de colonisateur : liberté, au moins de l’esclavage, fraternité –mais suprématie à long terme de l’administration française et des Français de souche. Face aux difficultés pratiques, les tenants de l’association gagnent peu à peu du terrain sur ceux de l’assimilation.

  • 5 Mais la vogue des « villages noirs » assure une présence africaine aux futures expositions en Belgi (...)
  • 6 Les publicités pour Banania en témoignent. Voir Raymond Bachellot, Jean-Barthélemi Debost, Anne-Cla (...)
  • 7 Hégésippe Légitimus, député de la Guadeloupe. Voir Pascal Blanchard, Eric Deroo et Gilles Manceron,(...)
  • 8 Et pourtant l’Allemagne avait aussi des troupes coloniales qui attiraient la sympathie du public. S (...)

4Les idéologies différentes expliquent en partie les différences en ce qui concerne le contact entre blancs et noirs. La Grande Bretagne et la France se distinguent toutes les deux à cet égard de la Belgique et de l’Allemagne ; mais les écarts entre la France et les autres pays continentaux sont les plus frappants. Pour l’exposition de Tervueren en 1897, la Belgique fait venir 267 noirs du Congo ; sept d’entre eux vont mourir dans le courant de l’été pluvieux. Par la suite, on ne fait plus venir officiellement des noirs du Congo dans les expositions, jusqu’à celle de Bruxelles en 19585. La Force publique du Congo contribuera en Afrique à la victoire sur les forces allemandes en Afrique du Sud-est en 1918, mais on n’invite pas ces troupes africaines à combattre en Europe. En général, la politique de la Belgique est de décourager toute assimilation en gardant les indigènes chez eux. En France, par contre, les contacts entre noirs et blancs se multiplient par vagues successives. La participation des troupes coloniales noires dans la Grande Guerre infléchit la perception des noirs en France dans un sens positif. Le sauvage devient un combattant valeureux, souriant et bon enfant6. Puis arrivent les 370 000 noirs de l’armée américaine, dont une certaine proportion reviendra s’installer en France après la guerre, souvent comme musiciens, chanteurs, danseurs ou maîtres-danseurs. Des noirs arrivent aussi des colonies : en 1909, le premier député noir7 ; dans les années vingt et trente, des élites qui poursuivent leurs études en France. Le peu de contact entre blancs et noirs en Allemagne s’explique par la perte des colonies. Mais surtout la perception des noirs est différente. À l’inverse de ce qui se passe en France, les Tirailleurs sénégalais s’attirent en Allemagne, pendant la Grande Guerre et lors de l’occupation de la Rhénanie, la réputation de bêtes sauvages8. Les théories raciales des nazis avaient beau jeu de les présenter comme des sous-hommes. D’où la gêne réputée d’Hitler face aux quatre médailles d’or de Jesse Owens aux jeux olympiques de Berlin en 1936.

  • 9 Christian Schütze, Das Beste aus dem Simplicissimus, Munich, 197 ?, p. 167. Dans l’introduction, p. (...)

5Dans les revues de l’époque, nous avons trouvé relativement peu de traces de ces différences. Dans un numéro du Simplicissimus en 1920, sous le titre, « La justice française », trois militaires noirs, jetant chacun une ombre encore plus noire, entourent un homme qui s’adresse à un officier français. L’officier lui dit : « Vous vous plaignez que nos noirs aient violé votre sœur. Vengez-vous – Engagez-vous dans la légion étrangère »9. Encore plus intéressant : deux réactions contrastées à la nomination de Blaise Diagne, député du Sénégal, au poste de sous-secrétaire d’état aux Colonies en 1931. Dans Le Canard enchaîné du 4 février, sous le titre « M. Diagne sous-secrétaire d’état », figure le portrait caricatural de deux hommes en costume de ville, chacun s’appuyant sur une canne. Commentaire : « –Avec Maginot, ça fait deux noirs dans le ministère ». Le caricaturiste vise en première ligne André Maginot qui vient d’être nommé ministre de la Guerre. Par contre, il ne fait pas grand cas de l’arrivée d’un homme politique noir à un poste de ministre. Et pour cause : M. Diagne, né au Sénégal en 1872, boursier du gouvernement français, fonctionnaire de l’administration coloniale au Dahomey, au Congo français, à la Réunion, à Madagascar, en Guyane, avait déjà occupé un poste élevé –haut-commissaire avec rang de gouverneur général– en 1917 ; il avait été largement responsable du recrutement de milliers de Sénégalais dans les forces coloniales. La réaction en Allemagne est tout autre. Le 2 mai 1931, Le Rire reproduit une caricature publiée dans Kladderadatsch. Sous le titre « Ministre noir dans le gouvernement français », trois images successives montrent « Les ministres en 31 », « les ministres en 41 » et « les ministres en 51 » : en 31, un noir ; en 41, plusieurs noirs ; en 51, tous sont noirs, avec des têtes de sauvage. Dans la revue allemande, l’image du noir sert à représenter une France décadente qui sombre dans la barbarie.

6La plus grande différence entre les pays, c’est que les noirs figurent plus souvent dans la caricature française que dans les revues allemandes, belges ou britanniques.

PERSISTANCE ET ÉVOLUTION DES STÉRÉOTYPES

  • 10 Pour l’histoire des stéréotypes de noirs dans l’imaginaire occidental, voir Jan Nederveen Pieterse,(...)
  • 11 La même idée exactement figure dans une caricature parue dans Le Patriote illustré, Bruxelles, le 4 (...)

7Certaines caricatures britanniques datant des premières années de l’expansion des colonies en Afrique montrent que tous les traits de la représentation stéréotypique des noirs à l’époque colonialiste ne sont pas encore en place. En 1879 la guerre contre les Zoulous défraie la chronique. Dans Judy or the London Serio-comic Journal du 5 février 1879 on voit un Zoulou en tenue de guerre, maîtrisé par le bouledogue britannique qui lui mord la cheville et par John Bull, tranquillement assis dans son fauteuil, en pantoufles, qui lui tient le bras par une seule main. La légende relève d’un stéréotype romantique : « Drôle de conduite pour un sauvage noble »10. Le premier octobre dans la même revue, un officier apporte à la reine Victoria l’annonce d’un « Settlement in Zululand » ; la légende déclare : « Subjugation des Zoulous. Triomphe de la Civilisation ». Ce triomphe se manifeste dans un jeune couple zoulou, souriant et détendu, habillé très correctement à l’européenne. Seuls indices de sauvagerie : leur petit garçon qui s’enrage et un oreiller en os que porte le jeune mari. Les caricaturistes de l’époque pouvaient donc concevoir des noirs autrement qu’en sauvage, comme le confirme une caricature publiée dans Pick-me-up, autre hebdomadaire humoristique, une vingtaine d’années plus tard, le 26 octobre 1901. Deux gentlemen observent et admirent une jeune fille, joliment vêtue, vue de dos. Elle se retourne. Consternation : c’est une négresse11.

  • 12 Voir plus loin l’analyse de cette caricature.

8Mais déjà, par exemple dans le Judy Almanac de juillet 189412, s’annoncent des motifs et des thèmes qui reviendront pendant toute la période coloniale. Une caricature de W.N. Grove, parue dans Le Rire du 17 janvier 1931 les illustre en plein épanouissement.

  • 13 Notre Congo/Onze Congo, Françoise De Moor et Jean-Pierre Jacquemin (dir.), Bruxelles, Coopération p (...)

9L’Afrique sauvage est signifiée ici, conventionnellement, par le palmier, par les cases et par des jupes en herbe (mais l’herbe ressemble à des bananes : on verra pourquoi). L’autorité traditionnelle est représentée par la couronne du roitelet. La figure du roi africain était depuis longtemps familière aux Belges et aux Français. Léopold II reçoit chez lui à Laeken le roi Massala de Vivi (Bas-Congo) après la présence de ce dernier à l’exposition d’Anvers en 188513.

Figure 1 : La femme coupée en morceau

Figure 1 : La femme coupée en morceau

10À la conclusion de la guerre de Dahomey en 1894, le roi Béhanzin, déchu et exilé, figure avec ses femmes sur d’innombrables cartes postales. Mais l’intérêt principal de cette caricature est de réunir deux thèmes récurrents. Le noir anthropophage est un lieu commun des caricatures partout en Europe, depuis, dans notre corpus, le Judy Almanac pour juillet 1894, jusqu’à la couverture du Moustique, Bruxelles, le 9 mai 1948. Ce thème est relié ici à un autre : l’inadaptation du noir à la civilisation occidentale. Il s’agit le plus souvent de choses pratiques : le noir ne sait pas porter des vêtements européens (Judy, janvier 3, 1883) ; il est incapable d’utiliser des allumettes (Le Canard enchaîné, 24 juin 1931) ; le roitelet se fait porter sur les épaules de ses sujets –dans sa voiture (Le Rire, 27 juin 1931). Dans ce cas précis, c’est une pratique culturelle qui lui échappe, l’administration de la justice : « Bigre ! Voilà le juge d’instruction qui bouffe les pièces à conviction ».

11Il manque à cette caricature un élément conventionnel : l’utilisation du petit nègre. On en trouve des exemples dès la fin du 19e siècle, aussi bien en français qu’en anglais, et l’usage n’atteint son apogée que dans les années trente. Le 4 mars 1931, un prêtre blanc se tient face à un noir qui, assis devant sa case, finit de manger une femme blanche dont il ne reste que la tête et les jambes. Le prêtre s’étonne : « —Ça, un crime passionnel ? » ; réponse : « Vi !... Moi y en avoir vraie passion pour la viande blanche ». Parue dans Le Canard enchaîné, cette caricature montre que le thème de l’anthropophagie était commun aux revues d’une large gamme d’obédiences politiques. Ces caricatures faisaient rire aux dépens des noirs. Elles renforçaient un message idéologique : les noirs sont des sauvages, la mission civilisatrice est donc nécessaire et justifiée.

  • 14 Reproduites dans Ann Taylor Allen, Satire and Society in Wilhelmine Germany. « Kladderadatsch » and (...)

12Le « Crime passionnel » que nous venons de commenter introduit un autre thème qui persiste pendant toute l’époque coloniale, mais qui se nuance et se développe : l’attraction sexuelle des noirs pour les blancs et des blancs pour les noirs. Nous avons déjà rencontré la femme noire, défendue mais désirable, dans le Pick-me-up du 26 octobre 1901. Elle figurait plus tôt, par exemple dans Judy du 16 avril 1879. Dans la cinquième image d’une bande dessinée, « l’envoyé spécial » de Judy rapporte un incident survenu lors de la guerre contre les Zoulous : « I started to my feet and found, when too late, that I was completely surrounded by the enemy, whose strength entirely overpowered me, and I was, after a brief resistance, forced to surrender unconditionally ». L’image montre l’envoyé spécial qui résiste faiblement à l’embrassade d’une jeune noire. En mai 1904, Kladderadatsch publie un ensemble de quatre images intitulé « Puissances coloniales »14. La France se conforme à son image stéréotypée dans l’imaginaire allemand : sur fond de palmiers et au nez d’un petit Africain, deux militaires français font des yeux doux à deux jeunes noires complaisantes, vêtues l’une d’un pagne, l’autre de rien du tout.

13La même attraction se retrouve mais devient plus problématique dans une caricature plein page d’un « village nègre » parue dans le numéro spécial du Rire du 31 mai 1931 consacré à l’exposition coloniale (dessins d’Albert Dubout, texte d’André Dahl) :

  • 15 Copyright © Jean Dubout, www.dubout.fr.

Figure 2 : Les femmes à plateau15

Figure 2 : Les femmes à plateau15
  • 16 Voir Zoos humains, de la vénus hottenhote aux reality shows, Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gill (...)
  • 17 Voir aussi Joël Dauphine, Canaques de la Nouvelle-Calédonie à Paris en 1931, Paris, L’Harmattan, 20 (...)

14On remarquera d’abord les femmes à plateau. Or, il n’y en avait pas à l’exposition de 1931. Le commissaire général, Lyautey, voulant donner une autre image de l’œuvre civilisatrice, les avait expressément interdites16. Mais le caricaturiste avait peut-être en mémoire le groupe de négresses à plateau qui avait fait un tabac au Jardin d’Acclimatation en 192917. Ici elles s’adaptent de façon incongrue à la civilisation européenne : l’une s’applique du rouge à lèvre, une autre se renseigne sur la mode à Paris en lisant une revue. Et le rire de deux beaufs ? La légende l’explique, ne serait-ce que par ellipse. « —Tu parles Marius, si elle te faisait un baiser sur la bouche, elle t’aplatirait la langue, peuchère !— Ah ! Vaï ! le baiser, ce n’est rien, je pense si elle... Mais té, je préfère me taire... ». La sexualité de la femme noire attire et menace l’homme blanc : débordante, elle est potentiellement castratrice. Un autre aspect de cette scène doit nous retenir. Au fond, une indigène noire est représentée en admiration devant un noir habillé élégamment à l’occidentale.

Figure 2a. Les femmes à plateau (détail)

Figure 2a. Les femmes à plateau (détail)

15Voilà l’autre face du thème sexuel : la puissance d’attraction de l’homme noir. Elle s’exerce ici sur une femme noire : l’Afrique confrontée à l’Amérique. Mais elle s’exerce plus souvent sur la femme blanche. Une autre caricature d’Albert Dubout dans Le Rire du 31 mai 1931 la représente sans façons. Une grande jeune fille, gauche, gênée, mais résolue, demande à un gardien : « —Pardon, pour être possédée de force par un nègre ? ». Lui, nonchalant, répond : « —Bois de Vincennes, 3e allée à droite ». D’autres caricatures de la même année montrent à la fois la puissance d’attraction du noir et la déconvenue du blanc. Dans Le Rire du 21 février, un grand noir, habillé à l’européenne, se tient derrière un lit sur lequel est assise une jeune femme blanche, seins nus. La légende : « La nuit de la Parisienne. "Passe-moi ma chaussure" (mais celui qui aide à la mettre n’est pas toujours celui qui la retirera) ». Un autre caricaturiste revient à la charge dans le Le Rire du 2 mai. Une série de cinq images trace l’histoire de « Ducognot et sa conquête ». La jeune femme n’apprécie pas la culture africaine ; Ducognot l’emmène à l’Exposition, lui fait voir « cette architecture si naïve et pourtant d’une harmonie indéniable », lui fait admirer « ce fétiche sorti des mains d’un artiste », lui demande si elle n’est pas « troublée par ces danses sauvages dont le rythme, etc. ». Il arrive ce qui devait arriver. « Vers le soir, cependant, Ducognot s’aperçut qu’il avait l’éloquence persuasive » : la belle s’en va avec un noir en costume et cravate, certes, mais aux lèvres exagérément épaisses.

16Dans Le Journal amusant du 20 mai 1931, une caricature de Charleno donne l’initiative au noir :

Figure 3 : Tentation

Figure 3 : Tentation

17On ne sait pas si cette jeune fille de bonne famille va céder à la proposition, mais la présence d’une deuxième femme au fond de l’image laisse entendre que la tentation est générale. D’autres caricatures vont plus loin dans le même sens. Le 6 mai 1931, Le Canard enchaîné allie une critique des organisateurs de l’exposition aux conséquences d’une liaison. Une sage-femme présente un bébé noir au mari blanc : « —Heureux papa, c’est un garçon. —Diable... Et on disait que l’exposition coloniale était en retard ».

  • 18 Maréchal Lyautey, « Le sens d’un grand effort », Introduction à L’Illustration, numéro spécial sur (...)

18Dans ces revues –Le Rire ou Le Journal amusant– des lecteurs bourgeois retrouvaient toutes les semaines un thème qui faisait aussi leurs délices au théâtre : le rire aux dépens du cocu. Mais introduire le noir dans cette thématique infléchit le topos. Dans toutes ces caricatures les noirs sont habillés à l’européenne (ou peut-être plutôt à l’américaine). L’œuvre civilisatrice est donc en train de faire son chemin ; c’est exactement le message que voulait faire passer le commissaire général de l’exposition de 1931 : « En montrant l’immense labeur déjà accomplie par les nations colonisatrices, l’Exposition montrera, par surcroît, qu’il reste encore beaucoup à faire »18. Mais les caricatures mettent en garde contre l’idée d’un progrès accompli. Le rire aux dépens du cocu est assorti d’une satire qui vise l’engouement pour l’art africain ou d’une parodie du discours officiel (« les positions colonialistes »). Intellectuels, artistes et administrateurs se leurrent : la civilisation du noir n’est qu’à fleur de peau –ou plutôt de vêtement. L’habit ne fait pas l’homme. La bête pointe sous les apparences de l’homme civilisé ; on rit inconfortablement en jetant un œil inquiet sur la femme blanche, impressionnable et volage.

CRITIQUE DU COLONIALISME ET ÉVOLUTION D’UNE TECHNIQUE

  • 19 Voir G. Lambert, « L’Assiette au beurre ». Les illustrateurs de « L’Assiette au beurre » (1901-1906 (...)
  • 20 Jean Villemot, Le cimetière libre du Congo, couverture de L’Assiette au beurre, n° 376, 1908. Copyr (...)

19La critique du colonialisme la plus virulente se manifeste dans les premières années du vingtième siècle. Partout en Europe, comme aux États-Unis, on dénonce en particulier le colonialisme belge et les sévices de la Force publique au service du roi Léopold II au Congo. Entre 1903 et 1908, L’Assiette au beurre mène campagne contre les méfaits du colonialisme français et les abus au Congo. C’est une revue de qualité où différents caricaturistes s’expriment à tour de rôle. Certains d’entre eux choisissent le colonialisme comme thème principal : Grandjouan dans le no. 110, 1903, « Colonies » ; Naudin et Willette dans le numéro 206, 1905, « Les bourreaux des noirs » ; et Villemot dans le numéro 376, 1908, « Le cimetière libre du Congo ». L’apport de la civilisation occidentale est constamment remis en question. Dans le numéro 110 un marin embrasse une indigène. Légende : « Civilisation et syphilisation ». On dénonce aussi des incidents précis : en 1906, le crime de deux fonctionnaires français, Gaud et Toqué, qui avaient fait sauter un nègre à la dynamite parce qu’il avait commis un attentat19. Le numéro 376 de 1908 prend comme cible précise le roi des Belges. C’est l’année même où, sous la pression de l’opinion publique internationale, « L’État libre de Congo », propriété personnelle du roi Léopold, passe sous le contrôle du gouvernement belge. Voici la couverture de ce numéro fait par Jean Villemot20 :

  • 21 Voir des caricatures de Steinlein (dans le n° 47, 1902), Jassot (no 144, 1904 : « Deux d’un coup... (...)

20« Sa majesté Léopold, roi du Congo, dans le costume national » : cette caricature est typique en ce que le « costume national » du roi le représente un pied et une main coupés, souvenir du sort réservé aux indigènes qui revenaient de la jungle sans apporter le caoutchouc que leur exigeaient les serviteurs du roi. Y manque un motif qui revenait souvent dans les caricatures de L’Assiette au beurre : le négrillon embroché au bout d’une baïonnette21. Dans les caricatures de L’Assiette au beurre le rire cède la place à une satire engagée.

Figure 4 : Le cimetière libre du Congo

Figure 4 : Le cimetière libre du Congo

21Telle est également l’impression qu’on ressent à la lecture d’une seule page du Kladderadatsch, celle qui en 1904 caractérise par quatre images le colonialisme des « Puissances coloniales ». La série commence dans le rire avec des images qui montrent, reproduits en Afrique, des traits allemands stéréotypiques. Un officier introduit la tête d’un crocodile dans une muselière ; un autre inspecte des girafes alignées et numérotées qui lèvent simultanément la patte ; une affiche apposée à un palmier interdit le dépôt d’ordures ou de neige. Apprivoiser la sauvagerie et mettre de l’ordre : telle est par implication la mission civilisatrice de l’Allemagne, représentée ici en l’absence commode de tout indigène, justement au moment où couve en Afrique du Sud-ouest la révolte des Hereros, durement réprimée (1904-07). La deuxième image, plus acerbe, reste pourtant dans le registre de l’humour noir. Un indigène gît allongé –c’est le cas de le dire– sous un pressoir actionné vigoureusement par un militaire à casque colonial. Un gentleman habillé en tweed verse du whisky dans la bouche grande ouverte de l’indigène. À l’autre bout du pressoir sortent des pièces de monnaie qui s’accumulent dans une caisse. À côte, un clergyman fait mine de lire sa bible –tout en lorgnant le tas d’argent. « Ainsi colonise l’Anglais » : dégradation, extorsion et hypocrisie. La troisième image est celle que nous avons déjà commentée : des militaires français fraternisent avec des indigènes. Quatrième image : on ne rit plus. Le roi des Belges dîne seul à la belle étoile sur fond de palmiers. Derrière lui, le corps d’un indigène, embroché et décapité, cuit à grand feu. La tête se trouve déjà sur une des assiettes du roi.

22Cette image nous amène à commenter une technique qui connaîtra une évolution importante dans la période coloniale. Le roi des Belges devient anthropophage : on surprend le spectateur en invertissant ce qu’il prend pour la réalité. Or, d’après Kant, la déception de l’attente est une des sources principales du comique ; l’inversion en est souvent l’exemplification parfaite. Le cas du roi des Belges prouve que l’inversion n’est pas en lui-même une condition satisfaisante pour provoquer le rire. Mais d’autres caricatures, plus frivoles, utilisent le même principe.

  • 22 C’est exactement ce qui est arrivé à l’image des indigènes de Simplicissimus. Elle sera repiquée pa (...)

23L’inversion apparaît dès le début du siècle comme une petite mise en doute des bienfaits de la civilisation occidentale. Dans Simplicissimus, n° 6 de l’année 1904-1905, sous le titre « Le but de la civilisation », trois indigènes regardent des pierres blanches. L’un dit aux autres : « Il faut vite re-ensevelir l’or, sinon les Européens vont nous apporter leur culture ». Même son de cloche dans Pick-me-up, le 9 juin 1906, p. 175. Sous le titre « The white man’s burden », un chasseur européen s’adresse à un indigène. Traveller : "You’re sure my luggage will be all right here. It won’t get stolen ?". Native : "Oh, dey won’t get stole, massa. Dere ain’t no udder white man about here cepting yourself" ». Dans ces deux cas, l’inversion doit tout à la légende. Les images auraient pu servir à bien d’autres fins22.

24Parfois, l’inversion qui touche l’image reste très partielle. Elle est faite simplement pour faire rire par un effet d’incongruité. C’est le cas de cette caricature de Charleno parue dans Le Rire du 21 février 1931.

Figure 5 : Casino Jousifine Baker

Figure 5 : Casino Jousifine Baker
  • 23 En fait, cette caricature reprend exactement une idée qui avait amusé les lecteurs du Judy Almanac (...)

25On nous invite à rire aux dépens de cette version blanche de Joséphine Baker –dont les formes amples contrastent si plaisamment avec la svelte Américaine– et également de son piètre compagnon attaché au poteau. Mais on rit aussi aux dépens des Africaines. Leur maîtrise des gestes et du langage des salons parisiens est d’autant plus comique que ces jeunes femmes restent, comme les autres membres de la tribu, des cannibales. D’autres détails insistent encore sur l’inadaptation imparfaite des indigènes aux normes civilisées : l’orthographe défectueux, les entrées qui se paient en bananes, la jupe en bananes de Jousifine –détail également emprunté au costume de Joséphine Baker et qui explique le pagne en bananes de maintes caricatures de l’époque23.

  • 24 Dans Nègres blancs. Représentations de l’autre autre, Paris, L’Harmattan, 1995, Pl. 12 et 13, Roger (...)
  • 25 Voir Roger Little, op. cit., p. 21 et 47-68.

26Il reste que dans cette caricature il y a un changement de perspective : les noirs parlent et deviennent spectateurs. C’est ce qui arrive dans plusieurs caricatures de la même époque mais de façon un peu plus conséquente. Dans Le Charivari du 2 mai 1931, sous le titre « À l’exposition coloniale », deux indigènes, un homme et une femme (à plateau, naturellement) sont assis devant leur case à côté d’une pancarte « Village nègre ». Ils regardent la foule de blancs en face. La légende : « –Et ça, ti vois, c’est ce qu’on appelle une exposition de blancs ». Dans Le Rire du 31 mai, il s’agit d’un échange de regards. Un grand indigène en pagne croise un petit monsieur blanc qui lit son journal et dont le visage est dominé par un nez proéminent et une immense barbe noire. La légende : « Réciprocité —Quelle sale gueule !— Quelle sale gueule ! », Ainsi s’instaure une égalité par le bas : ce petit employé –car l’absence de nez crochu exclut tout autre interprétation– devient, pour ainsi dire, un nègre blanc24. Mais dans Le Canard enchaîné de cette même année, le 23 mai 1931, une caricature intitulée « Vieux jeu » donne l’avantage au noir sans faire de son interlocuteur un nègre blanc, c’est-à-dire grosso modo, un pauvre type25. Devant un fond de bâtiments de l’exposition –case et fétiches et palmier mais aussi maisons mauresques– un bourgeois s’adresse à un noir habillé en short, cape et portant un fez. « Toi y en être vini à Paris, pitit nègre... Toi y en être content ? —Pardon, monsieur, vous ne pouvez pas parler comme tout le monde ? ».

27C’est exactement ce genre d’inversions qui prévaut dans une série de caricatures occupant une page entière de la revue belge Pan, caricatures publiées au moment de l’exposition de Bruxelles en 1958. À chaque fois, des noirs en costume européen renversent une image stéréotypée de l’époque coloniale.

  1. Assis au café –on voit à l’arrière plan le garçon qui est un blanc–, ils regardent passer une femme blanche. Commentaire : « Très peu pour moi !... Elles sentent mauvaises et ont toutes sortes de maladie ».

  2. Quatre blancs en loques, y compris un religieux, peinent à porter un homme et une femme noirs dans un palanquin, lui fumant un cigare, elle portant un parasol : « Au fond, dit l’homme au cigare, ce ne sont que de grands enfants ».

  3. Des blancs, torses et seins nus, se prosternent ou dansent frénétiquement devant un fétiche. Le noir s’adresse à une figure grotesquement habillée et masquée : « Je ne nie pas l’œuvre civilisatrice de vos missions, mon révérend, mais ces conversions sont-elles sincères ? ».

28Ces caricatures reconnaissent l’évolution historique des noirs d’Afrique. Mais enfin, renverser les stéréotypes ne représente qu’un pas vers une émancipation définitive. À cet égard une caricature exceptionnelle de Guarlac parue dans Le Canard enchaîné du 6 mai 1931 paraît anticiper l’avenir de façon plus prometteuse.

Figure 6 : André Tardieu

Figure 6 : André Tardieu

29La caricature illustre un article qui décrit une cérémonie la veille de l’ouverture de l’exposition. Selon le journal, André Tardieu, ministre de l’agriculture et Pierre Laval, Président du Conseil, visiblement peu amis, se seraient donnés l’accolade à cette occasion. Représenter des noirs n’est donc pas l’objet principal de cette caricature. Justement, l’intérêt est de voir des noirs figurer parmi une foule d’autres personnes. L’un se distingue par son short. Cela a longtemps été le signe d’un statut d’inférieur. Nelson Mandela raconte dans son autobiographie que, lors de son premier emprisonnement, on l’a obligé à mettre un short, costume du « boy ». Mais le plus intéressant est l’autre, parfaitement à l’aise dans son habillement d’européen et dans son métier de photographe : image qui transcende les stéréotypes.

CONCLUSION

  • 26 Mythologies, Paris, Seuil, coll. Points, 1970 (1957).

30Nous avons constaté la persistance de certains thèmes et de certains motifs à travers toute cette époque. Le noir apparaît comme un être sauvage et sexuel, à la fois attirant et menaçant, qu’il vienne de l’Afrique ou des États-Unis, qu’il s’habille à l’africaine ou à l’européenne. Il est investi, dirait-on, de l’essentialisme d’un mythe, tel que Roland Barthes le définissait dans l’œuvre qui est parue peu avant la fin de cette époque26. On serait tenté de souscrire à l’analyse freudienne de Homi K. Bhabha et de voir un lien fonctionnel entre la fixation du fétiche et le stéréotype :

  • 27 Homi K. Bhabha, The Location of Culture, London, Routledge, 1994, p. 76. On pourrait pourtant objec (...)

Fetishism is always a "play" or vacillation between the archaic affirmation of wholeness/similarity –in Freud’s terms: "All men have penises" ; in ours: "All men have the same skin/race/culture" –and the anxiety associated with lack and difference– again, for Freud, "Some do not have penises"; for us "Some do not have the same skin/race/culture27".

31Le noir est perçu comme l’autre. Sa différence inquiète. Serait-ce que nous autres Européens manquons de quelque chose ? D’où le besoin de réaffirmer encore et encore le stéréotype du noir, et notamment son infériorité aux êtres civilisés. Ce travail a été largement l’œuvre des caricaturistes.

  • 28 Voir Zoos humains, p. 67.
  • 29 Voir Maurits Wynants, Des ducs de Brabant aux villages Congolais, p. 129.
  • 30 Voir la liste des villes et des dates des villages noirs établie par Jean-Michel Bourgougniou, Rémi (...)
  • 31 Pour une belle documentation de la présence des noirs à Paris, voir Pascal Blanchard, Eric Deroo et (...)
  • 32 Je voudrais remercier The Carnegie Trust for the Universities of Scotland d’avoir subventionné des (...)

32Mais nous avons remarqué également une évolution dans le temps. Le mythe de l’infériorité du noir est peu à peu miné par l’histoire. Sans doute, l’imaginaire populaire a été influencé par l’évolution des idéologies ambiantes. Bien avant la fin du 19e siècle, l’anthropologie physique est déconsidérée ; les anthropologues ne mesurent plus les crânes des « types dahomiens, sénégalais, etc. »28. Le discours colonialiste change également d’accent. Déjà lors de l’exposition de Tervueren en 1897, l’abbé Van Impe s’était opposé à la venue de Congolais « sauvages » ; ses jeunes ouailles, modestement habillés, étaient tenues strictement à part des autres indigènes29. Un peu plus de trente ans plus tard, en 1931, nous l’avons vu, le sauvage n’a plus de place à l’exposition de Paris. Le discours colonialiste qui prêchait naguère la nécessité de combattre la barbarie, prône maintenant les réussites de la mission civilisatrice. Les caricaturistes, au moins en France, prennent aussi certainement en compte des changements visibles dans la société. À partir du début des années trente, les villages noirs ne sont plus à la mode, ne font plus de tournées dans les villes de France30 : on ne voit plus de noirs sauvages, réputés cannibales –sauf peut être au cinéma. Mais déjà depuis la guerre des noirs habillés à l’occidentale fréquentent les rues de Paris : tirailleurs sénégalais en permission, gens du spectacle américains, étudiants des colonies, même des hommes politiques31. Toutes ces évolutions favorisent une tendance inhérente à l’art de l’humoriste : aller à l’encontre de l’attente du spectateur en faisant rire par la technique de l’inversion. C’est ainsi que les caricaturistes proposent aux spectateurs, timidement au début, de s’identifier à la perspective de l’autre. On invite le spectateur à imaginer le regard que poserait le noir sur le blanc. Mais, on reste dans l’alternative : soit noir, soit blanc. La couleur reste la ligne de partage définitive. Seule exception à cette règle : quelques caricatures dans Le canard enchaîné : pour ce journal, ce que l’on fait est parfois plus important que l’apparence, le visible. Il en résulte que, vers 1931 en France, la caricature parle avec une multitude de voix discordantes : discours colonialiste, critique du colonialisme par des inversions partielles ou totales, même de rares caricatures qui ignorent la couleur de la peau. Dans ce concert, il manque pourtant quelques voix essentielles : tout d’abord celle du noir, mais aussi celle de la femme, qu’elle soit noire ou blanche32.

Notes

1 Voir Maurice Wynants, Des ducs de Brabant aux villages congolais. Tervueren et L’exposition internationale de 1897, Tervueren, Musée royale de l’Afrique centrale, 1997, p. 55.

2 Pour l’information dans les paragraphes qui suivent, nous sommes redevables aux sources suivantes : Marc Ferro, Histoire des colonisations, Paris, Seuil, 1994 et Joseph Ki-Zerbo, Histoire de l’Afrique noire, Paris, Hatier, 1978.

3 Par mandat de la Société des Nations en 1919, l’Afrique du Sud-ouest allemand passe sous le contrôle de l’Afrique du Sud, l’Afrique du Sud-est allemand –le Tanganyika– sous le contrôle de la Grande Bretagne, et le Cameroun allemand sous le contrôle partagé de la Grande Bretagne et de la France.

4 Joseph Ki-Zerbo, Histoire de l’Afrique noire, p. 444.

5 Mais la vogue des « villages noirs » assure une présence africaine aux futures expositions en Belgique. Par exemple, les imprésarios Bouvier et Tournier installent un « village sénégalais » de 150 ressortissants de colonies françaises à l’exposition de Liège en 1905 ; et « L’école » du « Village Sénégalais » est représentée sur des cartes postales des expositions de Bruxelles en 1910 et de Gand en 1913.

6 Les publicités pour Banania en témoignent. Voir Raymond Bachellot, Jean-Barthélemi Debost, Anne-Claude Lelieur et Marie-Christine Payrière, Négripub, l’image des noirs dans la publicité, Paris, Somogy, 1994, p. 156-57. Mais l’admiration vouée aux troupes africaines n’était pas sans nuance. Une carte postale dont l’image signée Paul Dufresne date de 1914 montre un tirailleur sénégalais hilaire assis sur un banc à manger et à boire tandis qu’à l’arrière-plan ses compagnons chassent des Boches en pleine retraite. La légende commente : « Le dos au feu, le ventre à table » Martin Adam, qui a envoyé cette carte à sa sœur le 16 mai 1918, a ajouté à cette légende « et pas content ».

7 Hégésippe Légitimus, député de la Guadeloupe. Voir Pascal Blanchard, Eric Deroo et Gilles Manceron, Le Paris noir, Paris, Hazan, 2001, p. 21.

8 Et pourtant l’Allemagne avait aussi des troupes coloniales qui attiraient la sympathie du public. Sur une carte postale vendue aux bénéfices d’une œuvre charitable en faveur de ces troupes figure en couleur la reproduction d’un tableau de Fritz Grotomesser de 1918. Deux militaires noirs soutiennent un officier blanc blessé qu’ils mènent à l’arrière ; à l’arrière-plan, des troupes noires combattent dans une bataille rangée sous le commandement d’un officier allemand.

9 Christian Schütze, Das Beste aus dem Simplicissimus, Munich, 197 ?, p. 167. Dans l’introduction, p. 27, Schütze commente : « Après la guerre, il fallait être "positif", donner dans des formules ce que beaucoup sentaient ou pensaient ». Voir aussi l’affiche allemande de 1920, « Protestation des femmes allemandes contre l’occupant de couleur sur le Rhin », Négripub, p. 135.

10 Pour l’histoire des stéréotypes de noirs dans l’imaginaire occidental, voir Jan Nederveen Pieterse, White on Black : Images of Africa and Blacks in Western Popular Culture, Newhaven, CT, Yale University Press, 1992.

11 La même idée exactement figure dans une caricature parue dans Le Patriote illustré, Bruxelles, le 4 février 1897 : « Quelle élégante petite personne. Tâchons de la voir de face ». « Oh là là !... Une congolaise. Pour l’exposition de Tervueren, sans doute ».

12 Voir plus loin l’analyse de cette caricature.

13 Notre Congo/Onze Congo, Françoise De Moor et Jean-Pierre Jacquemin (dir.), Bruxelles, Coopération par l’Éducation et la culture, 2000, p. 14.

14 Reproduites dans Ann Taylor Allen, Satire and Society in Wilhelmine Germany. « Kladderadatsch » and « Simplicissimus » 1890-1914, Lexington, Kentucky, Presses universitaires de Kentucky, 1984, p. 124.

15 Copyright © Jean Dubout, www.dubout.fr.

16 Voir Zoos humains, de la vénus hottenhote aux reality shows, Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boetsch, Eric Deroo et Sandrine Lemaire (dir.), Paris, La Découverte, 2002, p. 11 et 405. Mais a-t-on suivi à la lettre la consigne de Lyautey ? Dans Le Rire du 31 mai 1931 consacré à l’exposition on trouve sous le titre « Les Négresses à plateau » un article qui commence : « Ces charmantes jeunes filles qui ont conquis si vite le cœur des Parisiens quand elles furent au Jardin d’Acclimatation sont revenues plus nombreuses. On les trouvera derrière le pavillon du Cameroun (section C, groupe A 14) ».

17 Voir aussi Joël Dauphine, Canaques de la Nouvelle-Calédonie à Paris en 1931, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 66. Dans Cannibales, Didier Daeninckx laisse entendre que des Canaques sont venus à Paris en 1931 dans le cadre de l’exposition et qu’ils étaient logés à Vincennes. En fait, le village canaque, organisé en-dehors de l’exposition, se trouvait au Jardin d’Acclimatation.

18 Maréchal Lyautey, « Le sens d’un grand effort », Introduction à L’Illustration, numéro spécial sur l’Exposition Coloniale, 23 mai 1931, pages non numérotées.

19 Voir G. Lambert, « L’Assiette au beurre ». Les illustrateurs de « L’Assiette au beurre » (1901-1906), Mémoire de l’École du Louvre. Cours histoire de la gravure, t. 1, 1974.

20 Jean Villemot, Le cimetière libre du Congo, couverture de L’Assiette au beurre, n° 376, 1908. Copyright © Adagp Paris, 2009.

21 Voir des caricatures de Steinlein (dans le n° 47, 1902), Jassot (no 144, 1904 : « Deux d’un coup... C’est superbe ! Tu auras la croix »), Gris (n° 382, 1908). Cité par G. Lambert, « L’Assiette au beurre », p. 170.

22 C’est exactement ce qui est arrivé à l’image des indigènes de Simplicissimus. Elle sera repiquée par une revue britannique pendant la Grande Guerre, Satire, t. 1, n° 2, janvier 1917, pour accompagner un poème qui dénonce l’utilisation de portiers africains à la place de blancs partis combattre au front.

23 En fait, cette caricature reprend exactement une idée qui avait amusé les lecteurs du Judy Almanac for 1894 –July, p. 14. De jeunes indigènes invitent un explorateur à ne pas partir avant le dîner : « Oh, please don’t go– You really must stay to dinner » « Oh do stop : it will be quite too lovely ! ». À côté, les cuisiniers de la tribu aiguisent leurs couteaux...

24 Dans Nègres blancs. Représentations de l’autre autre, Paris, L’Harmattan, 1995, Pl. 12 et 13, Roger Little reproduit des caricatures publiées dans la presse américaine au 19e siècle qui déprécient ainsi des Irlandais en les confrontant à égalité avec des noirs.

25 Voir Roger Little, op. cit., p. 21 et 47-68.

26 Mythologies, Paris, Seuil, coll. Points, 1970 (1957).

27 Homi K. Bhabha, The Location of Culture, London, Routledge, 1994, p. 76. On pourrait pourtant objecter à la théorie de Bhabha que, en voulant définir le discours colonialiste à l’aide de Freud et de Lacan, elle tend à ignorer l’histoire.

28 Voir Zoos humains, p. 67.

29 Voir Maurits Wynants, Des ducs de Brabant aux villages Congolais, p. 129.

30 Voir la liste des villes et des dates des villages noirs établie par Jean-Michel Bourgougniou, Rémi Clément et Philippe David dans « Villages Noirs » et visiteurs aftricains et malgaches en France et en Europe (1970-1940), Paris, Karthala, 2001, p. 286-87.

31 Pour une belle documentation de la présence des noirs à Paris, voir Pascal Blanchard, Eric Deroo et Gilles Manceron, Le Paris noir, Paris, Hazan, 2001.

32 Je voudrais remercier The Carnegie Trust for the Universities of Scotland d’avoir subventionné des voyages de recherche à Paris et à Bruxelles ; et Jean-Michel Bergougniou d’avoir généreusement mis à ma disposition sa bibliothèque et ses cartes postales. Malgré nos recherches, il ne nous a pas été possible d’identifier les titulaires des droits de tous les documents reproduits dans cet article. Droits réservés en regard des titres des documents dont les ayants droit n’ont pas été retrouvés.

Auteur

« Senior Honorary Research Fellow » à l’Université de Stirling. Ses recherches ont porté sur le roman français du 20e siècle, sur l’apprentissage des langues étrangères et sur l’histoire de la publicité. En collaboration avec Jean H. Duffy, il a dirigé le premier volume de l’œuvre de Claude Simon dans la Bibliothèque de la Pléiade (2006). Il en prépare actuellement le deuxième volume

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search