Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

Le dialecto montañés en Cantabrie : un discours en creux

Karine Ballaneda

Texte intégral

1Depuis la fin du franquisme, la Communauté Autonome de Cantabrie, comme l’ensemble des régions espagnoles, connaît une résurgence de sa culture locale. Néanmoins, l’absence d’une histoire forte (exceptées peut-être les grottes d’Altamira), l’espace réduit sur lequel elle se confine (1 % du territoire espagnol), son faible pouvoir économique et l’absence d’une langue officielle font que la Cantabrie a beaucoup de mal à trouver sa place, écrasée par les régions qui ont suivi la « voie rapide » pour accéder à l’autonomie. La « voie lente » qu’elle a été contrainte d’emprunter ne lui a conféré son autonomie qu’en 1981 (cf. Ley Orgánica 8/1981, Estatuto de Autonomía para Cantabria). Son manque de notoriété et la carence de références culturelles et historiques ont poussé alors la Cantabrie à rechercher des éléments primordiaux singuliers, susceptibles de fixer les bases de son identité.

  • 1 Dénonciation du drapeau actuel, jugé trop semblable à celui de Santander, et revendication du « lá (...)
  • 2 Article 143 : « [...] las provincias con entidad regional histórica podrán acceder a su autogobier (...)
  • 3 « fluvium Hiberum ; is oritur ex Cantabris ; magnus atque pulcher pisculentus » (l’Èbre naît sur l (...)
  • 4 Selon José Luis Casado Soto, directeur du Museo Marítimo del Cantábrico, qui argumente ses propos (...)

2Elle a ainsi récupéré des objets traditionnels (costumes, sabots, instruments divers) et des récits oraux (aujourd’hui écrits) comme les contes et les mythes ; elle s’est également dotée d’un drapeau (qui ne va pas sans laisser indifférent1) et d’un hymne officiels. Par le biais de cet hymne, El himno a La Montaña, elle a récupéré ses deux noms dits historiques : celui de « La Montaña », qui figure dans le titre, et celui de Cantabrie qui apparaît dès le premier vers (« Cantabria querida te voy a cantar... »). Cette dernière dénomination s’est par ailleurs imposée lors de l’attribution du nom officiel de la Communauté autonome adopté dans son Statut. Cette récupération vaut légitimation, l’ancienneté des noms induisant un passé historique qui inscrit la région dans le cadre établi par la Constitution de 19782. En effet, ce terme de Cantabria remonterait au iie siècle av. J-C. puisque la première mention du peuple cantabre dans l’histoire vient de Caton l’Ancien qui la cite dans son ouvrage Les origines3. C’est pourquoi il a été choisi comme dénomination de substitution à celle de Provincia de Santander en vigueur sous le franquisme. Quant au nom de La Montaña, attribué par antonomase à son relief (40 % de sa superficie se situe à plus de 700 m d’altitude), il daterait au moins du xvie siècle4, voire du Moyen Âge (González, Días, 2001).

  • 5 « Mi tierruca siempre ha de ser bella aurora del corazón... ».

3Cet hymne cantabre est en outre l’occasion de mentionner une troisième désignation de la région puisque la Cantabrie y est également dénommée « tierruca »5, – le suffixe diminutif aux connotations affectives – uco, – uca étant le trait le plus significatif du « dialecto montañés » ou « dialecte » cantabre (appelé aussi le « montañés » et que nous baptiserons le « cantabre »). Le fait que Tierruca soit le seul mot cantabre de tout l’hymne, est le parfait reflet du très faible usage de ce dialecte dans la région, mais sa présence n’en témoigne pas moins de la volonté de conserver le montañés qui tend à disparaître. Un élan de revendication linguistique se fait en effet de plus en plus sentir en Cantabrie : des associations demandent à ce qu’il bénéficie du statut de Bien d’Intérêt Culturel (BIC), d’autres organismes plus revendicatifs souhaitent qu’il soit reconnu en tant que langue propre.

4Quelle que soit la force de la protestation, elle a pour origine l’absence totale de référence au dialecto montañés dans le Statut d’Autonomie de Cantabrie. Or, bien qu’il ne soit plus d’usage courant, il n’a pas complètement disparu pour autant de la culture régionale, puisqu’il est notamment revalorisé par la réédition d’ouvrages costumbristas, la publication de manuels d’ethnographie (terminologie vestimentaire, agricole), la récupération de chants traditionnels, etc. Cependant, les problématiques autour de son origine, de sa désignation et de son utilisation posent la question de sa légitimité.

STATUT D’AUTONOMIE ET LANGUE

5Alors que l’article 3 de la Constitution Espagnole de 1978 autorise la protection des « différentes modalités linguistiques de l’Espagne », le dialecto montañés est curieusement absent du Statut d’Autonomie. Il n’est donc reconnu ni comme langue ni comme dialecte, et ne bénéficie pas non plus de protection, contrairement au bable qui est préservé sur le territoire asturien. Si nous avons choisi la comparaison entre le cantabre et l’asturien, ce n’est pas sans raison : d’une part, en tant que voisine de la Cantabrie, la Principauté des Asturies fonctionne comme un modèle par « contagion identitaire » ; d’autre part, la ressemblance entre le bable et le montañés pourrait jouer en faveur de l’obtention du statut de protection.

6Lorsque nous mettons en parallèle les deux « modalités linguistiques », il est aisé de voir à quel point elles sont similaires. Les comparaisons que nous avons établies en nous appuyant, d’une part, sur le manuel des Normes ortográfiques de l’Academia de la Llingua Asturiana (A.Ll.A.) et, d’autre part, sur le mémoire de maîtrise de María del Carmen Lásen Pellón, El dialecto montañés en los escritores costumbristas de Cantabria (1984 : 11-22) ainsi que sur le chapitre « El lenguaje popular de Cantabria y su identidad » du Manual de etnografía cántabra de Joaquín González Echegaray et Alberto Días Gómez (2001 : 38-39), font apparaître de fortes ressemblances (usage commun des démonstratifs esti, esi et aquelli, du double /l/ initial, de la terminaison en /–u/ des noms masculins singuliers, de certains préfixes et suffixes, etc.).

  • 6 Ce n’est qu’en 1981 que la Province de Santander a pris le nom de Cantabrie ; étant donné la date (...)

7Cette parenté viendrait du fait que le montañés est défini, selon le Diccionario de términos filológicos de Fernando Lázaro Carreter ([1953] 1999 : 282), comme un dialecte dérivant du léonais. Il y est décrit comme un « dialecte du groupe léonais parlé dans la partie occidentale de la province de Santander6 ». D’autre part, Alonso Zamora Vicente, dans sa Dialectología española, délimite ce groupe comme trouvant son origine dans la zone de l’ancien royaume de Léon (1967 : 84-89). Il précise que les provinces des Asturies, de Santander, Léon, Zamora, Salamanque, Cáceres, Badajoz présentent encore des restes de ce vieux dialecte mais à des degrés différents de vitalité selon la région considérée. Les particularités morphologiques de ces dialectes sont donc facilement compréhensibles pour des hispanophones. Toutefois, le lexique est parfois plus difficilement abordable.

8Puisque le montañés est considéré comme un dialecte, il manque, comme tel, de l’uniformité et de la stabilité propres à une langue codifiée. Il possède de ce fait une forte variabilité régionale, notamment pour ce qui est du vocabulaire. En effet, les auteurs du Manual de Etnografía Cántabra expliquent dans le chapitre « Dialecto y comarcalización » (González, Días, 2001 : 39-41) qu’il existe diverses variantes du dialecte et précisent, entre autres, que les influences de l’asturien sur le cantabre se font sentir jusqu’à Santander. De ce fait, le dialecto montañés ne serait donc pas véritablement une langue propre à la région. D’un autre côté, le fait que la variante galicienne de l’asturien (ou la variante asturienne du galicien), l’asturo-galicien, ait un statut de protection sur le territoire asturien oriente les esprits vers la possibilité d’une préservation de la variante cantabre de l’asturien en Cantabrie. Toutefois, la différence est de taille entre ces deux variantes. Tout d’abord, nous savons qu’une Communauté autonome ne peut protéger sa « modalité linguistique » en dehors de ses frontières. Ensuite, il est probable que le statut officiel du galicien dans sa propre Communauté autonome a pu jouer en faveur de la protection du gallego-asturiano dans la Communauté voisine. C’est justement cette raison qui pousse de nombreuses personnes et associations à espérer qu’une telle décision puisse jouer en la faveur du montañés.

RECONNAISSANCE ET PROTECTION

9ADIC, l’Association pour la Défense des Intérêts de la Cantabrie, a été créée en 1976, c’est-à-dire dès les débuts de la Transition, alors même que le Pays basque et la Catalogne ne se voyaient octroyer qu’une pré-autonomie. D’ailleurs, elle a joué un rôle très important dans l’insertion de la Cantabrie dans ce processus de Transition, avec en premier lieu le problème de l’assignation territoriale de la région. ADIC dirigea en effet le débat devant toutes les autres organisations politiques et sociales. En outre, c’est avec elle que le nationalisme cantabre a réellement commencé à se cristalliser. Bien que minoritaire, le « cantabrisme » (cantabrismo) a bel et bien précédé la reconnaissance officielle, en 1981, de la Communauté autonome de Cantabrie. L’appui sur la tradition à travers les symboles régionaux (stèles, labarum, etc.) s’est révélé une condition nécessaire à la possibilité d’entrevoir un avenir spécifiquement cantabre et d’utiliser ces éléments en fonction des besoins.

10Parmi les objectifs et activités de l’association, « la recuperación, difusión y defensa del "habla" cántabra o montañesa » va dans le sens de revendication de la reconnaissance du dialecte ou « parler » montañés.C’est pourquoi ADIC sollicite du Gouvernement de Cantabrie sa déclaration en tant que Bien d’Intérêt Culturel dans le but d’éviter son abandon total. Conscients de la faible représentativité du dialecte tant à l’oral qu’à l’écrit, les membres de l’association ne demandent pas qu’il soit reconnu comme langue mais qu’il puisse bénéficier d’une protection en tant que patrimoine oral. L’exemple de sa présence dans des œuvres de José María de Pereda (entre autre, El sabor de la tierruca) constitue une référence prisée.

11Par ailleurs, ADIC contribue à la revalorisation du montañés par la réédition d’ouvrages ou encore par la publication de dictionnaires. Une de ses actions les plus remarquables est sa participation, aux côtés du Gouvernement de Cantabrie, à l’édition du Diccionario Castellano-Cántabro de Daniel Estrada Gómez-Acebo (2007). Ce dictionnaire a été conçu comme un outil d’apprentissage du montañés. Il offre les équivalents cantabres de quelque 5 000 mots espagnols et propose les différentes acceptions des termes, agrémentées d’exemples du parler courant, de locutions et de proverbes, avec une spécification des lieux où ils ont été recueillis. Il comporte également une partie grammaticale qui explique les aspects les plus spécifiques du montañés.

12D’autres actions vont dans le sens de la défense et de la diffusion du cantabre. C’est le cas de la mise en circulation d’une brochure, publiée en février 2008, sous la forme d’un triptyque et comportant soixante-dix mots cantabres, dont certains sont reconnus par la Real Academia de la Lengua Española (marqués par une astérisque, parce qu’ainsi officialisés) mais pas nécessairement comme étant d’origine et d’usage cantabre. Cette initiative est née du constat que certains mots et tournures linguistiques sont utilisées quotidiennement en Cantabrie sans que les locuteurs soient conscients qu’ils sont d’origine cantabre, d’où le slogan « Son cántabras, son tuyas, úsalas ».

13Dans la même veine, nous pouvons citer la création de l’affiche « En Cantabria se llaman así », éditée en mars 2008 par ADIC et la Consejería de Cultura, sur laquelle sont représentées vingt et une espèces de poissons qui vivent dans les eaux de la Mer Cantabrique. Ces poissons sont accompagnés de leur nom traditionnel en usage dans la communauté autonome, de leur dénomination scientifique ainsi que de leur nomenclature commune en castillan. Cette initiative est née de l’observation de la perte de l’emploi des noms traditionnels dans les poissonneries, restaurants et bars, où ils ont été remplacés par les noms communs espagnols. Ainsi, l’affiche – à laquelle ont collaboré biologistes et confréries de pêcheurs – a été distribuée dans les poissonneries et même dans les supermarchés que Bernardo Colsa, président d’ADIC, accuse de contribution à l’« homogénéisation » culturelle. Cette affiche a également fait l’objet d’une distribution dans les écoles, bibliothèques et centres culturels de la région.

14ADIC n’est pas la seule association à défendre le montañés dans le but d’éviter sa totale disparition. D’autres associations, telles que Aicion Pol Cantabru (ApC –Action pour le Cantabre), se mobilisent pour donner des cours de montañés dans la région ou du moins dans ses principales villes. De même, l’association Mozandá (en espagnol « mocedad », c’est-à-dire « jeunesse ») dispense elle aussi des cours de montañés, pour sa part à Santander. Il s’agit d’une organisation de jeunesse politiquement marquée à gauche, créée en décembre 2005, qui plaide en faveur du droit à l’autodétermination du « Peuple Cantabre ». L’organisation tente de se distinguer par des initiatives particulières comme l’organisation de cours de cantabre donnés par le chercheur et musicien Marco Antonio Robles Bárcena, auteur par ailleurs du Primer diccionario castellano-cántabro (2006), directement issu de ses cours, tout comme un livre-CD de contes (2007), puis un disque de musique populaire (2008).

15Aux côtés de ces associations, il nous semble important de citer la création de l’Acurrie pola Lingua Cántabra (Académie de la langue cantabre), « collectif populaire » qui veille aux intérêts linguistiques du « cantabru », ainsi qu’à son enseignement, sa diffusion, sa normalisation et sa reconnaissance. Le projet est né « à la suite du déni et du mépris manifestés par les oligarchies régionales envers cette langue autochtone », selon les propos des membres de l’Académie, qui s’indignent – disent-ils – de la tendance à toujours défendre les intérêts politiques et économiques étrangers. Cette attitude semble trouver sa justification dans les propos tenus par le président du Gouvernement de Cantabrie, Miguel Ángel Revilla Roiz, en août 2007, lors d’une de ses interventions à Punto Radio, où il affirmait que le cantabre « sólo es castellano mal hablado »7, lui déniant ainsi toute existence autonome. Aussi, ses organisateurs ont décidé de créer des cours de cantabre et ont choisi de les donner à Torrelavega, principale ville de la comarca de Besaya, située au cœur géographique de la Cantabrie, où la défense de ce qui est autochtone connaît plus de vigueur que dans la plupart des localités de la région.

16C’est pourquoi l’Acurrie pola Lingua Cántabra organise depuis octobre 2005 un cours de cantabre (cursu de Lingua Cántabru), tout au long de l’année scolaire qui, malgré tous les efforts fournis, ne connaît guère le succès. Il est en effet difficile d’inciter la population à sortir du stéréotype selon lequel le cantabre n’est que du castillan dont les mots se terminent en [u] au lieu de [o], ou, comme le prétendait le président régional Revilla, « du castillan mal parlé ».

17Un autre exemple, très significatif dans la défense du parler cantabre, est celui de la plate-forme Esclave (ce mot cantabre signifie « pas, empreinte ») et son Manifiesto por el patrimonio lingüístico cántabro8. Cette plate-forme, née en 2006 de l’union de diverses associations culturelles (Argayu, Rede, Aición pol Cántabru, Asubiu), a élaboré un document de référence commune pour la défense et la promotion du patrimoine linguistique régional – dont le premier souhait était que le cantabre soit déclaré « Bien d’Intérêt Culturel » – base du Manifeste, qui revendique « la reconnaissance historique et philologique d’une réalité linguistique patrimoniale apparentée au tronc asturo-léonais qui est menacée par l’uniformisation culturelle et le désintérêt des institutions de la région » et exige l’application de la Ley 11/1998, de 13 de octubre, de Patrimonio Cultural de Cantabria9 qui signale cette réalité linguistique comme partie intégrante du patrimoine culturel immatériel de la Communauté.

18Esclave en appelle à la société cantabre en général et à ses institutions en particulier, pour qu’elles s’impliquent de manière décisive dans « l’étude, la promotion et la divulgation de ce legs culturel de valeur singulière, en mettant en avant cet aspect de la nécessité de sa déclaration comme Bien d’Intérêt Culturel ». Cela supposerait donc une obligation de la part des pouvoirs publics d’adopter toutes les mesures nécessaires pour garantir sa transmission aux générations à venir. Mais le problème auquel reste confrontée la plate-forme est le silence de la part du monde politique, voire son hostilité. Le malaise est donc grand au sein des associations qui se sentent ignorées, même si elles trouvent un encouragement dans l’adhésion – il est vrai, seulement à titre individuel – de certaines personnalités politiques. Pour Esclave, la lutte reste claire : la langue populaire de la Cantabrie se trouve « soumise à un très dur processus récessif » qu’il est nécessaire de freiner pour « récupérer et transmettre aux générations à venir le patrimoine linguistique de la Cantabrie ».

19Nous terminerons cette présentation des « défenseurs » du cantabre par la mention des partisans du nationalisme cantabre (cantabrisme) le plus exacerbé, qui ne se contentent pas d’une simple demande de protection mais souhaiteraient que le montañés soit reconnu comme langue propre. C’est le cas de Regüelta, la mozandá rebeldí cántabru (la jeunesse rebelle cantabre), une organisation de jeunesse cantabre de gauche née en 1998 en milieu populaire et qui a pour objectif de contribuer à la construction et à la dynamisation d’un groupe de jeunes « insoumis, rassembleur, critique, solidaire, cantabre et combatif » capable d’organiser la jeunesse cantabre.

  • 10 Créé en 1998, ce parti politique participe pour la première fois aux élections de l’Assemblée Régi (...)
  • 11 Autre organisation politique de gauche non institutionnelle, anti-capitaliste, indépendantiste, in (...)

20Les activités de ses membres se déclinent sous différentes formes : mobilisations étudiantes, conseil contre la Guerre d’Irak, mouvements antiracistes et altermondialistes, soutien aux peuples minoritaires (kurde, asturien, palestinien, etc.), opposition à l’Europe capitaliste, défense de la liberté d’expression, luttes ouvrières, protection de l’environnement cantabre, etc, et bien sûr la reconnaissance du montañés. Dans cette optique, Regüelta a créé aux côtés de Conseju Nacionaliegu Cántabru (CNC)10 et Abora11, la « Journée Nationale de Cantabrie » (el Día Nacional de Cantabria) qui a pour devise : « Pola decensa de la muestra tierra » (Pour la défense de notre terre) et durant laquelle des chanteurs et des musiciens (piteros, gaiteros) viennent se produire tandis que sont pratiqués des sports traditionnels autochtones. Les manifestations festives populaires de cette célébration ne font toutefois pas oublier le caractère avant tout revendicatif de la journée.

21Nous voyons donc à quel point et dans quelles limites la donnée linguistique joue de son poids dans la question identitaire en Cantabrie. Nous en terminerons avec un autre type de revendication, qui joue lui aussi en la faveur de la revalorisation du cantabre : la polémique au sujet du « berceau du castillan ».

CANTABRIA, CUNA DE LA HUMANIDAD ?

22Malgré le point de vue de nombreux linguistes, tels que Lázaro Carreter que nous avons cité plus haut, certains pensent que le dialecto montañés n’est pas une variante du léonais mais une sorte de castillan archaïque, qui se trouve à la base de ce qui deviendra le castillan évolué de Burgos. Aussi bien Ramón Menéndez Pidal (1906 ; [1926] 1976), que Rafael Lapesa (1942 ; 1985) et Emilio Alarcos Llorach (1950 ; 1994) se sont déclaré convaincus que l’origine du castillan se situe en Cantabrie, et que les formes actuelles dialectales du montañés peuvent être les vestiges du castillan primitif. Ceci conférerait alors une nouvelle dimension à ce parler et à la Cantabrie même. Ce point de vue coïncide avec celui exprimé par Jorge María Ribero Meneses, philologue et préhistorien santandérin, dans ses ouvrages au titre explicite : Cantabria, cuna de la humanidad (1985) et El fraude de la cuna riojana del castellano : las raíces del castellano y de las lenguas « romances », documentadas arqueológicamente en Cantabria, hace 40 000 años (2004). Ses arguments, on le voit, mêlent judicieusement la primauté d’Altamira et le prestige des linguistes de l’« École de Madrid ».

23Il partage cette idée avec un chercheur américain qui est sur le point de publier un livre, ainsi qu’en témoigne un article paru dans El Mundo en août 200812. Selon le professeur Gregory Kaplan, de l’Université du Tennessee, l’espagnol serait né dans la municipalité cantabre de Valderredible (comarca de Campoo) alors que le « berceau du castillan » est traditionnellement situé dans le Monastère de San Millán de la Cogolla, dans la région de La Rioja. Cette origine repose sur les Glosas Emilianenses, notes explicatives datant du xie siècle, écrites en marge du codex latin Aemilianensis 60 (Millán ou Emiliano vient du latin Aemilianus), qui sont vraisemblablement les annotations manuscrites d’un moine (probablement San Millán de la Cogolla, qui a donné son nom au monastère) qui rencontrait des difficultés à comprendre le sens du texte latin. Ces traductions, rédigées en langues romane, basque et latine, sont considérées comme l’un des premiers témoignages du castillan. C’est ainsi que le nom de « cuna del castellano » a été donné à San Millán de la Cogolla et, par extension, à La Rioja. À tort selon Gregory Kaplan, qui prétend que San Millán ne vécut pas dans ledit monastère mais qu’il travailla quasiment toute sa vie à Valderredible, ses restes ayant été transportés au monastère de La Rioja qui porte son nom.

24Malgré les polémiques induites par une telle affirmation, les Cantabres pourraient y trouver un nouvel élan dans leur demande de protection du montañés. Toutefois, ce prestige induirait une nouvelle problématique qui n’irait pas forcément en faveur de la reconnaissance du montañés comme langue spécifique puisque, en tant qu’origine du castillan, elle n’aurait plus de particularisme propre et serait considérée, au même titre que le léonais ou l’aragonais, comme un « dialecte historique » du castillan. Les partisans de cet argument s’appuient bien évidement sur les parallélismes entre le cantabre et le vieux castillan, par exemple la présence de l’article défini devant l’adjectif possessif et le nom (« la mi casa »), l’emploi des pronoms « nos » et « vos » au lieude« nosotros » et « vosotros », ou encore la postposition au verbe du pronom atone, tout spécialement en début de phrase (« vilos » au lieu de « los vi »). Malgré tout, le faible écho de la controverse dans les médias espagnols ne semble pas remettre réellement en doute l’origine riojana du castillan. Par ailleurs, il est à craindre que cette polémique se retourne contre la Cantabrie et la desserve car, faute de preuves décisives, elle pourrait être accusée d’excès de zèle voire d’usurpation.

25Ainsi, malgré cette possible notoriété encore sujette à débat, et malgré les efforts les plus acharnés des défenseurs du dialecto montañés, ce parler reste largement minoritaire et peu prisé en Cantabrie. Dans le langage courant, il se limite au diminutif – uco (voire – ucu) et – uca, ainsi qu’à quelques spécificités lexicales telles que albarcas (les sabots). Le montañés ne se trouve de manière significative que dans les ouvrages de folkloristes ou de costumbristas. De ce fait, la revendication de reconnaissance du cantabre en tant que langue de la part des nationalistes les plus « optimistes » ne semble pas pouvoir avoir de débouchés. En revanche, la demande de protection de la langue semble légitime et s’inscrit dans une politique de dialectalisation de la langue. La reconnaissance de certains mots cantabres par la Real Academia Española pourrait être un pas dans ce sens.

26L’absence de mention, dans la Constitution espagnole de 1978, des « autres langues espagnoles » bénéficiant de la coofficialité (article 3.2.) ou des « modalités linguistiques » jouissant de « protection » (article 3.3.) autorise sans aucun doute la Cantabrie à espérer une reconnaissance du cantabre. Néanmoins, le fait que les raisons de cette absence de légitimation soient multiples pose de nombreuses barrières à cette reconnaissance. Non seulement, il est très peu parlé en Cantabrie mais l’émergence d’une conscience identitaire a été assez tardive chez les Cantabres, comparée à celle en vigueur aux Asturies voisines.

27Il n’en reste pas moins que le dialecto montañés s’est aujourd’hui affirmé comme un trait important de l’identité cantabre et est instrumentalisé au profit de revendications historiques, culturelles et identitaires. Le fait qu’une langue ne soit pas coofficielle, ou a fortiori reconnue comme langue locale, entre dans la logique du rapport de dominant / dominé avec la langue nationale (dans le cas espagnol : « officielle de l’État »). Ce rapport de force peut entraîner un complexe d’infériorité qui est susceptible d’engendrer par compensation une survalorisation abusive d’un dialecte en voie de disparition, comme c’est le cas en Cantabrie. Même si les besoins identitaires ont réveillé des composantes anciennes et désuètes, à savoir même si leur choix a probablement été fait par défaut, il n’en reste pas moins que la Cantabrie base sa culture sur ces éléments-là et aspire à une meilleure reconnaissance. Le fameux « café para todos » induit que tout groupe territorialisé est susceptible de revendiquer les mêmes droits à l’autonomie, à la culture et à la langue.

28Par ailleurs, les déficiences du processus d’identification nous paraissent dessiner une sorte de spirale : ainsi, le manque de revendication linguistique prompte (ou pas assez forte pour avoir été être entendue) peut être considéré aussi bien comme la cause que la conséquence de la faible et tardive conscience identitaire de la Cantabrie. La proximité linguistique entre l’espagnol et le dialecto montañés n’a sans doute pas non plus encouragé la normalisation de ce dernier. En outre, la question de l’absence de la question linguistique et la faible place accordée à la culture dans la loi d’autonomie révèle – et en même temps implique – une perte plus facile de repères, de sources, d’histoire. On observe néanmoins que la non reconnaissance de ce dialecte comme modalité linguistique de la région n’induit pas pour autant que les Cantabres (ou pour le moins une partie d’entre eux) n’en ressentent pas la réalité. Ainsi, de nombreuses associations militent pour la protection de cette langue en voie de disparition.

29Entre oubli et prestige, entre non usage et revendication linguistique, le dialecto montañés arrivera-t-il à trouver sa place au sein de la Communauté Autonome de Cantabrie, au cœur du débat concernant le discours sur les langues en Espagne ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alarcos Llorach, Emilio (1950), Fonología española, Madrid, Gredos.

Alarcos Llorach, Emilio (1994), Gramática de la lengua española, Madrid, Espasa-Calpe.

Estrada Gómez-Acebo, Daniel (2007), Diccionario Castellano-Cántabro, Torrela vega, Cantabria Tradicional.

González Echegaray, Joaquín, Días Gómez, Alberto ([1998] 2001), Manual de Etnografía Cántabra, Santander, Ediciones Estudio.

Lapesa, Rafael (1942), Historia de la lengua española, Madrid, Escelicer.

Lapesa, Rafael (1985), Estudios de historia lingüística española, Madrid, Paraninfo.

Lásen Pellón, María del Carmen, El dialecto montañés en los escritores costumbristas de Cantabria, cité par Sanemeterio Cobo, M. (1984), Publicaciones del Instituto de Etnografía y Folklore « Hoyos Sainz », Santander, Artes gráficas Resma, vol. VIII, 11-22.

Lázaro Carreter, Fernando, ([1953] 1999), Diccionario de términos filológicos Madrid, Gredos, Biblioteca románica hispánica.

Menéndez Pidal, Ramón (1906), « El dialecto leonés », Revista de archivos, bibliotecas y museos, 14, Madrid.

Menéndez Pidal, Ramón ([1926] 1976), Orígenes del español, Madrid, Espasa-Calpe.

Robles Bárcena, Marco Antonio (2006), Primer diccionario castellano-cántabro, Santander, Ediciones Tantín.

Ribero Meneses, Jorge María (1985), Cantabria, cuna de la humanidad Vallado lid, Ediciones de Cámara.

Ribero Meneses, Jorge María (2004), El fraude de la cuna riojana del castellano : las raíces del castellano y de las lenguas « romances », documentadas arqueológicamente en Cantabria, hace 40 000 años, Santander, Ediciones de Cámara.

Zamora Vicente, Alonso (1967), Dialectología española, Madrid, Gredos.

Notes

1 Dénonciation du drapeau actuel, jugé trop semblable à celui de Santander, et revendication du « lábaro cántabro », qui daterait de la Rome Impériale d’Auguste.

2 Article 143 : « [...] las provincias con entidad regional histórica podrán acceder a su autogobierno y constituirse en Comunidades Autónomas [...] ».

3 « fluvium Hiberum ; is oritur ex Cantabris ; magnus atque pulcher pisculentus » (l’Èbre naît sur la terre des Cantabres ; grand et beau, abondant en poissons).

4 Selon José Luis Casado Soto, directeur du Museo Marítimo del Cantábrico, qui argumente ses propos grâce aux passeports délivrés par la Casa de Contratación de Séville aux personnes voulant voyager aux Indes.

5 « Mi tierruca siempre ha de ser bella aurora del corazón... ».

6 Ce n’est qu’en 1981 que la Province de Santander a pris le nom de Cantabrie ; étant donné la date de la première édition du dictionnaire de Fernando Lázaro Carreter, nous comprenons pourquoi il utilise ce nom. Cette remarque est valable pour la dénomination des autres provinces.

7 http://www.eldiariomontanes.es/20070820/cantabria/revilla-niega-existencia-idioma_200708201325.html

8 Les données concernant ce thème sont tirées du site : http://esclave.wordpress.com/

9 Cf. http://noticias.juridicas.com/base_datos/CCAA/ct-l11-1998.html

10 Créé en 1998, ce parti politique participe pour la première fois aux élections de l’Assemblée Régionale mais il s’éteint quelques années plus tard, en 2003, du fait de sa non obtention de sièges ni au Parlement de Cantabrie ni à l’échelon municipal.

11 Autre organisation politique de gauche non institutionnelle, anti-capitaliste, indépendantiste, internationaliste et écologiste.

12 Article consultable en ligne : http://www.elmundo.es/elmundo/2008/08/20/cultura/1219243575.html

Auteur

Karine BALLANEDA - karine.ballaneda@univ-perp.fr - est actuellement ATER d’espagnol à l’Université de Perpignan Via Domitia. À la suite d’une Maîtrise et d’un D.E.A., elle vient d’y soutenir une thèse intitulée La quête d’identité à travers les mythes en Cantabrie (2009). Elle a jusqu’ici publié quelques articles sur ce même thème, en particulier : « La place de l’imaginaire dans la réélaboration de la mémoire collective en Cantabrie » (2009).

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540