Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rire européen

 | 
Alastair B. Duncan
, 
Anne Chamayou

Prologue

Anne Chamayou

Texte intégral

1À moins que l’on n’adopte la devise de Figaro qui s’empresse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer, force est d’avouer que la rumeur du monde est plus terrifiante que gaie. C’est à elle pourtant que l’on doit ce livre sur le rire européen dont l’actualité a fourni l’idée. Publiées le 30 septembre 2005 dans un journal danois, 12 caricatures avaient enflammé le monde, soulevant partout les mêmes scènes d’indignation et de fureur. Peu importe à la vérité de l’histoire que ces protestations aient obéi à une prohibition religieuse visant le fait même de la représentation du Prophète plutôt qu’à l’irrévérence de quelques dessins en particulier. Le sens qu’allaient prendre ces événements, de drapeaux piétinés en ambassades brûlées, devait fixer une ligne de position idéologique où s’affrontaient apparemment deux visions incompatibles de la vie. Les caricatures du « Jyllands Posten », relayées par de très nombreux journaux européens, semblèrent exaspérer un conflit décisif entre civilisation du rire et civilisation de la croyance. Pour la première qui inventa la caricature et en particulier la caricature politique, le rire s’affirmait comme exercice de la raison critique. Pour la seconde, il était une intolérable agression contre les valeurs sacrées d’une communauté de croyants.

  • 1 Pour les besoins de la cause, nous ne tenons compte ici ni des sensibilités individuelles qui peuv (...)

2En Europe, l’incompréhension fut totale et unanime. Dans l’aire géographique qui vit naître Aristophane, Rabelais ou Cervantès, Dino Risi et les Monty Python, le rire a trouvé depuis toujours de fervents zélateurs : ses fondements philosophiques, ses ressorts psychologiques, son utilité sociale ne cessent de susciter de nouveaux théoriciens, de Ben Jonson à Freud, de Bakhtine à Buckley, de Bergson à Duvignaud ou Minois1. Ses formes se déploient dans la gamme ultrasensible qui va du burlesque à la satire, de la farce au mot d’esprit et dans les registres les plus variés. Parmi d’autres rites populaires, le carnaval, principe de libération des antagonismes sociaux, lui laisse un aussi beau jeu que les pratiques de civilité qui, dans la grande tradition de l’esprit français, de l’humour anglais ou du « piropo » espagnol, l’associent au commerce et à la conversation. Presque toutes les figures d’autorité ayant fait depuis longtemps en Europe l’épreuve contestataire du rire, presque tous les démons de l’histoire ayant trouvé en lui des formes d’exutoire, il paraissait inconcevable que dans d’autres parties du monde on pût maintenir l’option révérencieuse de la gravité ou du sérieux.

  • 2 Le Rire européen, échanges et confrontations, Université de Perpignan Via Domitia-Vect Mare Nostru (...)

3Y avait-il donc, dans cette unanimité de réaction, l’indice qu’il puisse exister une Europe du rire ? Et si elle existait, se borne-t-elle à faire front commun contre les puissances établies ou les institutions vénérables, en héritière de Voltaire ou de Swift, et sous les formes de la contestation laïque ? Se veut-elle plus largement, selon les vues de Kundera dans L’Art du roman, un garant du relativisme et un instrument essentiel pour l’exploration ludique du réel ? Une fois formulées, ces questions en suggéraient tant d’autres que la totalité qu’elles visaient a éclaté en autant de tonalités, de nationalités, d’événements, de références. Si une telle profusion obligeait à reconnaître que notre ambition à vouloir saisir une éventuelle essence du rire européen était immense, elle nous assurait en même temps de l’intérêt passionnant qu’il y avait à mener une telle enquête. Pour la conduire, l’Université de Perpignan Via Domitia (France) et l’Université de Stirling (Écosse) ont organisé en octobre 2007 un colloque2 –il ne pouvait être qu’européen– qui a réuni des intervenants –ils ne pouvaient qu’être de disciplines diverses, son objet étant par nature transdisciplinaire. Le présent volume réunit donc les actes de ce colloque auxquels se sont ajoutées les contributions de plusieurs autres spécialistes.

  • 3 G. Minois : Histoire du rire et de la dérision, Fayard, 2000, p. 509, cité par C. Reig.

4Y a-t-il un rire européen ? L’hypothèse avait en Milan Kundera un pionnier sur lequel il s’imposait d’ouvrir ce volume. Dans son dictionnaire personnel, en effet, à l’article « Rire (européen) », Kundera soutient l’union indéfectible du roman et du rire européens, marque d’un même esprit de l’Europe. Ce rire est pluriel, comme le montre l’article d’Alain Badia, même s’il dessine une filiation romanesque continue qui passe par Rabelais, Cervantès, Sterne et Diderot. Sa nature est de triompher de la lourdeur des choses, de l’insignifiance de tout, du mal, de l’oppression, de sa propre faiblesse. Mais Kundera croit que cette histoire est en train de s’éteindre. Déjà affaibli par la mélancolie de Gogol, ce rire européen aurait été miné par les horreurs d’un siècle qui fut, en Europe, si riche d’atrocités. Dans son Histoire du rire et de la dérision, G. Minois a bien justement qualifié le XXe siècle de « siècle d’Ubu ». parce que le rire permet d’y « survivre à [la] honte [...], de camoufler la perte du sens »3. Plusieurs auteurs de ce volume, ont voulu examiner cette question fondatrice, parfois légèrement modulée à la suite de Kundera.

5Y a-t-il (encore) un rire européen ? Oui, répond Jean-Louis Olive, et c’est un trait essentiel des rituels des religions du salut où les larmes alternent avec le rire comme la « face diurne d’un système rituel ancré dans le nocturne méditerranéen ». Oui, pour Christophe Reig qui, éclairant le polyglottisme de l’OuLiPo, montre que « l’écriture à contrainte [...] constitue [...] une réponse à une certaine crise de la littérature européenne d’après-guerre ». En déployant l’ensemble des littératures européennes comme un seul et vaste intertexte et en s’appuyant sur la mathématique, les oulipiens tentaient en effet « une reconstruction langagière par delà les cicatrices des nations et l’irréductibilité des langues européennes ». Oui, absolument, pour Margareta Gyursick, et c’est l’Europe elle-même qui en est à la fois le sujet et l’objet, l’espace et le motif, comme on le voit dans la trilogie du romancier Dimitru Tsepeneag. L’étude qu’elle lui consacre montre que le rire européen est à bien des égards comparable à « l’Hôtel Europa » mis en scène par l’écrivain (Hôtel Europa, 1996). À Budapest, à Strasbourg, à Moscou, les mêmes « Hôtels Europa » accueillent la même humanité interlope de voyageurs et de migrants poussés sur les routes d’Europe par la transhumance post-communiste. « La perspective carnavalesque et ce qu’on pourrait nommer l’ironie de l’Histoire occultent le cliché de la "maison commune" européenne, en le remplaçant par l’image de l’hôtel, avatar de l’auberge espagnole où l’on est toujours de passage ». Voilà donc bien des appuis à la thèse de Kundera. Le point de vue de Paul Gifford est plus nuancé, et si nous ne voulions compliquer les choses, nous dirions volontiers « normand ». Y a-t-il un rire européen ? Oui et non, selon lui. En médecin des âmes, un médecin spécialisé dans l’auscultation des nains de jardin comme on le verra, scrutant le pouls de l’Europe, Paul Gifford écoute dans toutes leurs variations les diverses « sensibilités culturelles » à la fois travaillées par des valeurs et des représentations communes et en même temps irréductibles à toute uniformisation.

  • 4 F. Moore Colby, Essays, I, 1926, cité par T. Chapman & H. Foot (eds.), Humour and Laughter : Theor (...)

6Car les identités culturelles constituent le substrat de tous les phénomènes de communication sociale et par conséquent l’idiolecte des différents rires européens. Appuyé sur tout un univers ethno-socioculturel qui secrète stéréotypes et connivences multiples (Christian Lagarde), pris dans la langue et si indissociable d’elle que la traduction en est presque impossible (Christelle Burban), ce rire soude les communautés nationales. Avec légèreté et fantaisie ou par la dérision et la discrimination satirique, que ce soit dans la communion des concerts populaires (Adeline Cordier) ou les cartoons de la presse britannique (Pauline Tee Anderson), ces rires façonnent les peuples d’Europe autant que les structures de leur gouvernement ou les formes de leur législation. L’Angleterre n’a-t-elle pas réussi à s’arroger le meilleur d’entre eux en faisant de l’adjectif « britannique » l’épithète homérique du mot « humour » ? Comme l’écrit Frank Moore Colby (cité par Pauline Tee Anderson) : « Les [Anglais] sont prêts à avouer qu’ils ont trahi, assassiné, qu’ils portent un dentier ou une moumoute. Combien d’entre eux sont-ils prêts à reconnaître qu’ils manquent d’humour ? »4.

7Non seulement ces identités culturelles éclairent les pratiques nationales mais elles conditionnent la manière dont les peuples d’Europe rient les uns des autres –à qui mieux mieux et parfois à tort et à travers. Car sur la cartographie du rire européen, l’espace est largement ouvert et les voyages se font en tous sens. La même connivence qui fonde à l’intérieur du territoire, les principes du rire national, s’exerce en dehors de lui contre les autres peuples d’Europe et même, après les succès plus ou moins heureux du Traité de Maastricht, contre l’Europe elle-même auquel le fameux « plombier polonais » aura servi un temps d’allégorie. De quoi rient en effet les Européens ? La première réponse qui s’impose pour qui écoute quelque peu le discours rieur de chaque nation est : les uns des autres, et ensemble du reste du monde. Le discours sur les nationalités né avec la Renaissance et les premiers voyages européens, la croyance dans les tempéraments nationaux, tous les vieux ressentiments, toutes les sournoises hiérarchies, tous les sentiments inavouables de suprématie trouvent dans le rire leur meilleur moyen d’expression, la source la plus féconde de toutes les plaisanteries.

  • 5 Nous traduisons : En archivant le contemporain, les caricatures font mémoire du présent en faisant (...)

8Sur ce sujet, ce volume ne manque pas d’ouvrir d’intéressantes perspectives. À travers les dessins de presse publiés dans les deux pays, William Kidd revient sur le couple terrible que forment la France et Angleterre, dans une trilogie éloquente, « Entente-mésentente-détente »... À travers de savoureux traits de mauvaise foi mutuelle, il montre comment l’humour, au cœur même de l’actualité que les caricaturistes commentent, obéit à des implicites historiques qui puisent dans le long passé relationnel des deux nations. « Archiving the contemporary, cartoons memorialise the present by resurrecting the past »5. Car l’on parle bien souvent d’autre chose que de l’objet dont, apparemment, on rit. « De qui se moque-t-on », en effet ? Nathalie Solomon s’intéresse au traitement que réservent aux touristes étrangers les romans français du XIXe siècle : cible privilégiée, « à la fois proches et lointains, ils ne font pas rêver, ils prêtent à rire [...] L’excentricité britannique, la lunatique disposition allemande, la nature passionnée des Italiens, sont donc d’inépuisables sujets de plaisanterie ». Mais cette satire, souvent caricaturale, n’est pas pure fantaisie ou féroce règlement de comptes, elle permet en effet à une France que la rupture de la Révolution a mise à l’écart de l’Europe, de retrouver une image claire et définitive d’elle-même. Rire des autres pour se rassurer sur soi... C’est également à partir d’une identité problématique que la question du rire se pose chez Henri Michaux : écrivain belge en refus de nationalité, écrivain naturalisé français mais voyageur « barbare » en Asie, Michaux souffre d’une carence identitaire féconde : c’est à elle que l’on doit les formes particulièrement insolites d’un humour qui renverse toutes les arrogances et se joue de tous les stéréotypes (Anne Chamayou).

9Derrière le rire européen se tient donc aussi parfois l’inquiétude. L’éclat du rire (peut-être même est-ce là l’une de ses constantes européennes) sait jaillir de l’ombre la plus noire : les échecs et les doutes, les inconforts de la marginalité, les douleurs de la captivité et jusqu’aux angoisses de la maladie et de la mort trouvent en lui des formes de riposte, des moyens d’allègement incomparables, comme le manifestent bien des auteurs comiques et bien des humoristes de la communauté européenne. Il est donc aussi, à l’échelle d’une histoire des peuples qui a connu, hélas !, bien des soubresauts, la marque du relèvement des vaincus, le salut des opprimés et souvent la hantise de leurs oppresseurs. Il peut être encore, de façon plus subtile et plus rare, une arme de propagande des tyrans, lorsqu’il s’agit de désigner au peuple la victime ou l’ennemi du moment, et d’agiter en lui cette part terrible du rire qui est toute proche de la haine.

10Car le rire n’est pas étranger à la guerre : guerre des peuples, guerres des idéologies, guerre des sexes à l’occasion. Dans l’ordre de ces situations de conflits et de troubles, Mike Rapport s’attache à la Révolution française que tout, semble-t-il, oppose au rire ; pourtant ses leaders politiques comme les journalistes qui voulaient la servir ont pu tenter d’en user comme d’une arme au service des idéaux révolutionnaires. Moins pédagogique et d’un cynisme plus pragmatique, l’Union soviétique a connu aussi des formes d’humour mises au service de la Révolution. Iain Lauchlan explore l’humour brutal des caricaturistes sur lequel la propagande stalinienne s’appuyait pour éteindre toute tentative de contestation ; mais il montre aussi comment cette tyrannie finit par faire naître ce que précisément elle voulait écraser en déclenchant, à travers la peur, l’éclosion irrépressible de la plaisanterie politique : dans de telles circonstances, l’expression hilare du désespoir constitue déjà les prémices de sa conjuration. C’est cette même Union Soviétique que découvre à trois reprises l’écrivain français Claude Simon ; son expérience, telle que l’analyse Jean-Yves Laurichesse, inscrit dans le palimpseste d’une vie ces récits qui s’enrichissent d’une réflexion du narrateur sur lui-même. Ce rire « démystifie, et en même temps libère de l’angoisse d’être ainsi aliéné par le réel. Car le rire simonien n’oublie jamais les horreurs de l’Histoire, et c’est pourquoi il est un rire souvent grinçant et noir ». Pour clore cette rubrique « Politiques du rire » qui rappelle des épisodes sombres de la mémoire européenne, on a confié à Siân Reynolds et à Henning Eichberg le soin de visiter les formes d’autres affrontements. Sous le rire facile et plutôt bon enfant de la traditionnelle guerre des sexes, Siân Reynolds distingue un humour pratiqué généreusement par des femmes et des hommes qui dénoncent l’oppression machiste en la ridiculisant. En mettant les rieurs de leur côté les femmes obtiennent des victoires définitives qu’aucun argumentaire ou qu’aucune polémique ne leur assurerait. Le rire réagit en effet à la fois comme le symptôme des conflits et comme leur remède. A contrario sa disparition signale une aggravation des enjeux et des représentations collectives. Henning Eichberg le montre en esquissant une phénoménologie du rire à partir de l’histoire du sport. Alors qu’il était omniprésent dans les jeux populaires, le rire a été progressivement exclu des pratiques sportives et, comme elles, il s’est vu soumis au régime du mesurable et du perfectible. On peut donc déplorer avec lui que, dans ce domaine, l’Europe ne profite plus du potentiel du rire pour atténuer la différence entre échec et réussite, déplacer les conflits, apaiser les rivalités.

11Identité/altérité : le territoire du rire européen s’étend donc entre ces deux pôles. Les sentiments de distanciation et de reconnaissance, de rejet et d’appropriation qui, selon les théoriciens du phénomène, participent à la dynamique du rire s’expérimentent dans le contexte particulier de l’Europe, ses valeurs, ses malheurs, son histoire. La colonisation est un moment capital de cette histoire et l’on se doute que les attendus idéologiques sur lesquels elle a cru asseoir sa légitimité ont eu des incidences sur ce sujet. C’est du côté de l’Afrique que les études qui suivent ont porté leur intérêt. L’Afrique dont les formes du rire servent de contrepoint au rire caricatural qu’elle a pu déclencher en Europe, se déploie au long des dessins satiriques des journaux (allemands, français, anglais, ou belges) qu’Alastair Duncan a étudiés. Le parcours est édifiant : paresseux, immatures, arriérés, sauvages, voire anthropophages, en même temps d’une étrangeté désirable, les noirs sont accablés sous une avalanche de poncifs plus lourds les uns que les autres. C’est qu’il s’agit de conférer à l’entreprise la valeur d’une mission civilisatrice qui la légitime. Plus les doutes se feront jour dans la bonne conscience des nations et plus le rire européen se nuancera, jusqu’à la disparition tardive de la fameuse icône Banania. Heureusement, le rire est à tout le monde. Et l’on trouvera ici deux témoignages intéressants d’un rire de l’Afrique à nos dépens. Juste retour du boomerang quand a sonné le temps des indépendances, satire du colonisateur et en même temps intégration subtile de son discours, naissance d’une autodérision qui assume la maturité d’un regard autonome sur son propre destin, l’Afrique, à travers ses cinéastes et ses romanciers (David Murphy et Aedín Ní Loingsigh) invente librement les formes de son rire. Ce rire ne se limite pas à une riposte : il est la construction d’un « rire partagé » pour une histoire partagée (Antoinette Tidjani Alou) ; il est aussi la recherche d’une vraie voix personnelle où le rire, dépassant les seules blessures de l’histoire, marque la plénitude d’une identité artistique ayant pour horizon le cinéma lui-même, la littérature elle-même.

  • 6 Dans le contexte de sa propre sémiotique et de l’incertitude introduite par la sémiotique de Peirc (...)

12Enfin, il fallait faire ici la part aux aspects d’un rire qui, né en Europe, indissociable des courants philosophiques, culturels, esthétiques qui l’ont traversée, cherche en même temps à rejoindre l’homme dans son universalité. Cette dernière section –est-ce vraiment un accident ?– est essentiellement italienne. La modernité européenne, si elle est bien née à la Renaissance, plonge ses racines dans une Italie qui a servi longtemps, au moins jusqu’à la naissance germanique du Romantisme, de modèle culturel (éventuellement contesté) à l’Europe. Les études sur lesquelles s’achève le parcours de ce volume s’intéressent à des aspects très variés de cette italianité mais en l’inscrivant dans une recherche plus large concernant des positions esthétiques ou philosophiques globales : Ruggero Compagnoli, en travaillant sur « le rire des formes », en saisit les convergences avec d’autres éléments des codes esthétiques qui organisent alors (XVIe-XVIIIe siècles) la pensée européenne. À partir des stances de l’écrivain français Marc Papillon, il relève les antagonismes entre sprezzatura baroque et attillatura maniériste, et propose de les rattacher à d’autres conflits notionnels qui traversent la réflexion de plusieurs théoriciens européens, de l’Italien Castiglionne aux Français Joubert et Poinsinet de Sivry. Au XXe siècle, c’est au Bolognais Umberto Ecco d’ajouter sa contribution à ce faisceau de théories. Il aborde le rire en philosophe et en sémioticien d’une part mais aussi en romancier, dans une vaste synthèse personnelle des traditions de l’Antiquité et des théories modernes du signe. Christian Pentzold reprend le fil complexe de ses analyses : le rire aussi bien que l’humour y apparaissent comme instruments de connaissance de la vérité, d’une vérité à l’opposé de tout dogmatisme. « Against the background of Eco’s semiotics and the incertitude introduced by Peirce’s semiosis, humour and laughter present, for Eco, viable ways of understanding the world and his fellow human beings »6.

13Enfin pour conclure cette dernière section, la figure de Pasolini, figure passionnante et ambigüe d’une italianité à la fois assumée et contestée, viendra répondre à celle de Milan Kundera que nous avons placée à l’orée de ce livre. Si Kundera fonde la conviction initiale d’une européanité du rire, Pasolini en propose le dépassement pour une célébration de la joie. Parcourant la trilogie comique qui met en scène le couple des fameux acteurs Totò et Ninetto Davoli, Françoise Haffner montre comment Pasolini, en s’appuyant sur la tradition des pupi siciliens ou napolitains, traverse le tragique. « Du rire de la fable à la poésie du réel », il dessine une autre voie au sein même du tragique, de la nostalgie ou de la mort, « celle qui ouvre sur le rire émerveillé ou le sourire, celle qui ouvre à la joie ».

14Ainsi Pasolini rappelle que la question du rire, si elle est linguistique, culturelle, politique ou philosophique, est avant tout existentielle. À la fin de ce livre, place sera donc laissée, avec lui, à l’Homme et à la Joie.

15Nous aurions pu finir plus mal.

Notes

1 Pour les besoins de la cause, nous ne tenons compte ici ni des sensibilités individuelles qui peuvent exister dans le monde musulman ni d’une tradition anti-rire qui a longtemps rassemblé en Europe philosophes, moralistes et religieux.

2 Le Rire européen, échanges et confrontations, Université de Perpignan Via Domitia-Vect Mare Nostrum et Université de Stirling, Perpignan, 24, 25, 26 et 27 octobre 2007.

3 G. Minois : Histoire du rire et de la dérision, Fayard, 2000, p. 509, cité par C. Reig.

4 F. Moore Colby, Essays, I, 1926, cité par T. Chapman & H. Foot (eds.), Humour and Laughter : Theory, Research and Applications, London, John Wiley & Sons, 1976, p. 1. Nous traduisons.

5 Nous traduisons : En archivant le contemporain, les caricatures font mémoire du présent en faisant ressurgir le passé.

6 Dans le contexte de sa propre sémiotique et de l’incertitude introduite par la sémiotique de Peirce, l’humour et le rire représentent, pour Eco, des modalités pertinentes pour comprendre le monde et ses congénères (nous traduisons).

Auteur

Professeur de littérature française à l’Université de Perpignan-Via Domitia et responsable de l’Axe 3 du VECT. Ses domaines de recherche comportent les correspondances et les formes épistolaires, Jean-Jacques Rousseau, les écrits à la première personne, la littérature française des 17e et 18e siècles. Elle a publié L’Esprit de la lettre au XVIIIe siècle (1999) ; à chacun son maître : Jacques le Fataliste et son maître (2000) ; Jean-Jacques Rousseau ou le sujet de rire (2009)

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540