Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

« Balear y Catalán ¿un mismo idioma ? »1. Analyse de la contribution de Miguel Garau Rosselló au débat sociolinguistique sur le statut juridique des langues aux Baléares

Sandrine Sintas

Texte intégral

  • 1 Michael Braveheart (pseudonyme de Miguel Garau Rosselló) : Garau Rosselló, 2006 : 231-281.
  • 2 Centre Culturel Majorquin (1979), et Association Culturelle Mossèn Alcover (ACMA) (1989) tous deux (...)

1La publication en 1978 de la Constitution espagnole et notamment son article 3 qui reconnaît la diversité linguistique de l’Espagne a permis la promulgation en 1983 du Statut d’Autonomie de l’archipel baléare. Cet archipel, dans lequel sont parlés le majorquin, le minorquin, l’eivissenc et le formenter, connaissait un processus de substitution de sa « langue propre » au profit de la langue officielle de l’État, le castillan. Aussi, la promulgation du Statut d’autonomie et l’institutionnalisation de la langue catalane comme langue propre et coofficielle en son article 3.1 vont-ils permettre de mettre en place une campagne de Normalisation Linguistique et d’engager un combat de récupération de l’usage normal de la langue des îliens. Mais... le choix de la dénomination linguistique « catalan » pour référer à la langue des habitants de l’archipel va susciter des réactions conflictuelles. Certes, les rédacteurs de la Carta Magna insulaire ont cru bon de considérer les variétés insulaires comme réductibles à un diasystème minimal du catalan mais ce choix a provoqué l’émergence de nombreux discours épilinguistiques polémiques qui ont été relayés par des centres ou associations pour la défense de l’idiosyncrasie îlienne2.

  • 3 Le Baléare ou langue baléare est une dénomination unitaire qui englobe l’ensemble des variétés ins (...)
  • 4 Parmi ses écrits, quelques articles et ouvrages sont rédigés en castillan : Son Cabrit y san bassà (...)

2Parmi l’ensemble de ces discours, nous avons retenu celui de Miguel Garau Rosselló, « Balear3 y catalán : ¿un mismo idioma ? » qui est, comme nous serons amenée à le démontrer, exemplaire à bien des égards. Notre choix s’est porté sur cet homme, qui se définit lui-même comme historien, parce qu’il œuvre activement à la sauvegarde de l’idiosyncrasie insulaire. Rencontré entre 1992 et 2000 à l’occasion de travaux de recherches en vu de l’obtention d’une thèse de doctorat, il s’est présenté comme « un adepte de la transparence et de la vérité » qui consacre sa vie à combattre les « mensonges » véhiculés sur l’histoire de son île et sa langue. Dans le cadre de ses actions, outre son appartenance à l’association ACMA et la création en 1991 de deux « Académies » – « S’Acadèmi de sa Lléngo baléà » et « S’Acadèmi d’Estudis Històrichs Baléàrichs » – auxquelles il appartient toujours, il a contribué à la rédaction d’une grammaire de la langue majorquine. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages historiques et linguistiques4 rédigés en castillan ou en « baléare ».

3Ces quelques éléments permettent de considérer l’auteur de « Balear y catalán ¿un mismo idioma ? » comme engagé, ce qui laisse augurer d’un discours polémique, épilinguistique et performatif qui verra s’affronter deux idéologies : celle de l’auteur et celle « des Autres », considérés comme catalanistes. En effet, l’ensemble du discours est construit sur une opposition entre une troisième personne du pluriel qui renvoie aux agissements et à l’idéologie des « catalanistes » qui ont réussi à faire reconnaître le catalan langue propre et officielle de l’archipel, et une première personne du pluriel qui exprime les aspirations d’un « nosotros » à voir la langue « baléare » obtenir le statut juridique qu’elle mériterait en concourant à la création d’un processus d’individuation sociolinguistique (cf. Marcellesi, 2003 : 278). Enfin, pour que ce projet puisse avoir une chance, même infime, de réussir, il faut conscientiser les lecteurs, ce que tentera de faire Miguel Garau en les interpellant à diverses reprises.

1. DÉNONCIATION DE L’IDÉOLOGIE NATIONALO-CATALANISTE AUX BALÉARES

4Miguel Garau Rosselló dans ce discours qui s’interroge non seulement sur la parenté linguistique des langues catalane et baléare mais également sur leur statut sociolinguistique, nous permet de prendre conscience du processus de construction de l’identité îlienne qui opère par différenciation, par opposition à l’identité catalane. En somme, le nous îlien trouve sa définition, par une sorte de jeux de miroirs, dans une confrontation à l’Autre, catalan. C’est parce qu’« un groupe d’intellectuels îliens » aurait adhéré à l’idéologie du mouvement nationalo-catalaniste que la langue catalane bénéficie aujourd’hui d’un statut juridique dans l’archipel et que le sentiment identitaire de certains a été exacerbé. Aussi, consacre-t-il toute une partie de son argumentaire à expliquer comment l’approbation du Statut d’Autonomie a été rendue possible pour présenter ensuite, de son point de vue, la situation sociolinguistique îlienne.

A. Des origines du mouvement à l’approbation du Statut d’Autonomie en 1983

5Selon l’auteur, trois facteurs auraient permis l’approbation du Statut d’Autonomie : l’adhésion politico-idéologique d’un « groupe d’intellectuels îliens » au mouvement catalano-nationaliste, l’analphabétisme et la soumission des habitants et enfin l’absence de consultation populaire, de référendum.

6En ce qui concerne les « intellectuels îliens », l’auteur envisage tout d’abord sous cette appellation générique les historiens auxquels il associera ensuite les linguistes puis, les suiveurs et décideurs que sont, selon lui, les politiques. Tous auraient plus ou moins participé par leurs discours ou leurs actes à la rédaction et/ou à l’approbation du Statut. Ainsi, les linguistes qui auraient assimilé les conceptions de Ramón Muntaner, chroniqueur catalan du xive s, selon lesquelles « les Catalans auraient reconquis et repeuplé les royaumes de Majorque, Valence et Murcia y apportant lo bell cathalanesc » (p. 232), auraient entrepris de démontrer que les variétés insulaires sont des dialectes du catalan. Or, l’auteur récuse cette affirmation qu’il considère comme une aberration puisque históricamente se ha demostrado que no hubo ninguna repoblación catalana. Y no habiendo habido repoblación no hay lengua catalana que valga (p. 251). Lorsqu’il écrit ici « se ha demostrado », Miguel Garau fait en réalité référence à lui-même, puisqu’il a tenté dans les pages antérieures de son livre de démontrer qu’il ne put y avoir de reconquête ni de repeuplement catalan en 1228 par les troupes de Jacques Ier parce qu’elles étaient constituées d’hommes provenant des régions du sud de la France jusqu’à Valence (en Espagne), lesquels s’exprimaient en « romans llemosí [...], romans aragonês y romans castellà » et non en catalan et que de plus, la Catalogne à proprement parler n’existait pas ! Dans ces quelques lignes, nous pouvons déjà appréhender les reproches qui seront faits aux historiens. Ainsi, ils soutiendraient les idées du mouvement nationalo-catalaniste sans les remettre en question, sans en vérifier la véracité, en abandonnant tout esprit critique pour mieux servir leurs desseins politiques, lesquels consisteraient à instaurer la « Cataluña grande » d’Enric Prat de la Riba, dont l’unité linguistique et culturelle serait le moteur privilégié. Néanmoins, pour que ce grand projet aujourd’hui dénommé des « Pays catalans » puisse voir le jour, il faut une volonté politique et glottopolitique affirmée, visant à faire admettre la langue catalane langue propre de la Communauté Autonome des Iles Baléares, et à la normaliser. Ce rôle sera celui des politiques, qui s’inspireront des discours du « groupe d’intellectuels îliens » pour faire aboutir ledit projet en lui donnant une forme et un statut juridique au travers de la promulgation et de l’approbation non seulement du Statut d’Autonomie mais aussi de la Loi de Normalisation Linguistique (LNL) qui sera ratifiée en 1986.

  • 5 Le terme « gonellisme » est un courant idéologique, politique et culturel qui doit son nom à une s (...)
  • 6 Ainsi, l’auteur interpelle-t-il ses lecteurs dans un registre de langue oralisant, pour les faire (...)

7Mais, si ces textes législatifs représentent un danger à la fois pour la langue et l’identité insulaires, comment expliquer qu’ils n’aient pas suscité de manifestations d’opposition massive de la part des habitants de l’archipel ? L’auteur apporte trois éléments de réponse à cette question qui reposent tous sur l’exacerbation d’un sentiment victimaire. Dans son premier argument, il tente d’expliquer que 90 % des insulaires étant analphabètes jusqu’au milieu du xxe s., ils étaient dans l’impossibilité de débattre du statut sociolinguistique des langues de l’archipel et ne pouvaient que courber l’échine devant les théories des politiciens et autres « intellectuels ». De plus – c’est là son deuxième élément de réponse –, ces derniers auraient exercé une véritable pression psychologique sur leurs concitoyens en ne laissant aucune place à la confrontation des points de vue et en accusant les « frondeurs » d’être « sinon des ignorants, tout au moins des partisans du gonellisme5 » (p. 233), ce qui contribuait à les mettre au banc des accusés et à les discréditer aux yeux de tous. Enfin, nous dit l’auteur, pour s’assurer que rien ne viendrait perturber la bonne marche du projet et sa réussite, l’approbation du Statut d’Autonomie n’a pas été soumise au référendum populaire. Ce dernier point est celui qui soulève le plus d’indignation de la part de Miguel Garau Rosselló qui n’hésite pas à accuser le gouvernement insulaire de mener un régime « néodictatorial »6. Ce choix terminologique est ici investi d’une charge émotionnelle et symbolique forte car il craint de voir disparaître l’identité baléare selon un phénomène d’assimilation et d’acculturation, et souhaite dénoncer ce qu’il considère comme une imposition linguistique aux travers de lois et de décrets.

B. La situation sociolinguistique depuis l’approbation du Statut d’Autonomie

8La situation sociolinguistique insulaire en 1986, date à laquelle fut organisée une enquête par l’Université des Iles Baléares, révèle une situation diglossique patente au profit de la langue de l’État espagnol, le castillan. En effet, 88 % des Majorquins âgés de plus de 18 ans étaient alors analphabètes dans leur langue. Cette situation peut s’expliquer par le fait que la langue catalane (ou ses variétés insulaires) n’était pas utilisée dans la société hors du cadre familial et qu’elle n’était pas enseignée. Averti en décembre 1986 de la gravité de la situation, le Gouvernement Baléare qui venait d’approuver le 29 avril la Loi de Normalisation Linguistique va décider de créer une institution constituée d’un Patronat (composés de hauts-représentants du Govern Balear, des Conseils Insulaires, du Maire de Palma et d’un membre de l’Université), d’une Commission technique (regroupant des linguistes et sociolinguistes et présidé par Aina Moll), de groupes de travail et d’un secrétariat chargé de la Campagne de normalisation linguistique (CNL) qui verra le jour le 21 novembre 1989. Parmi les multiples actions ou campagnes que cette « Institution » organisera l’une d’elle « No et mosseguis la llengua... parlà català » se déroulera en 1991 et aura pour objectif de faire prendre conscience aux îliens que les modalités linguistiques dans lesquelles ils s’expriment ne sont que des dialectes d’une seule et même langue, le catalan, et que ce nom ne doit pas être uniquement perçu comme une simple dénomination « unitaire ». Mais, aux dires de l’auteur, cette campagne ne fut pas couronnée de succès.

  • 7 Voici les dernières informations relatives à la situation sociolinguistique de la CAIB consultable (...)

9En effet, s’appuyant sur deux enquêtes, l’une réalisée en février 1991 à l’initiative du Conseil Insulaire de Majorque (dont les résultats furent partiellement publiés dans le journal Diario de Mallorca) et l’autre le 4 novembre 1993 (avec l’aide du journal Última Hora, que l’auteur juge « catalaniste »), il démontre que, malgré les diverses campagnes, 80 % des îliens donnent toujours à leur langue le nom de leur île d’appartenance et souhaitent que l’enseignement imparti le soit dans la langue de l’île et non en catalan. Afin d’asseoir la véracité de ses propos, il fournit 9 réponses à la question « ¿es usted partidario de que se imparta la enseñanza en mallorquín ? » reproduites dans le journal Última Hora et publiées entre le 4 et le 6 novembre 1993. Dans toutes les réponses choisies, les personnes interviewées reconnaissent le bien-fondé d’un enseignement en majorquin mais précisent que cet enseignement doit effectivement être effectué en majorquin et non en catalan. En somme – comme le mentionne l’auteur –, certains individus se méfient de la formulation des questions de l’enquête et de l’amalgame fait par les politiques entre catalan et majorquin. Certes, si les exemples retenus ne représentent qu’une partie des réponses obtenues et publiées, elles se révèlent néanmoins symptomatiques de la situation sociolinguistique. Miguel Garau sur la base de ces témoignages qui refusent un enseignement en langue catalane, affirme de nouveau que les pouvoirs publics font fi de l’opinion de leurs concitoyens. Cette affirmation est quelque peu péremptoire, puisque le secrétariat de la CNL répond aux questions des îliens concernant la situation sociolinguistique de l’archipel et publie même les questions/réponses les plus fréquentes dans des recueils intitulés Línia directa. De plus, si la scolarisation en catalan s’est accélérée et si de nouvelles campagnes d’information ont été organisées, c’est justement pour modifier les représentations sociolinguistiques des îliens et leur faire prendre conscience, selon les propos d’Aina Moll (sociolinguiste et présidente de la commission technique de la CNL) que : « le catalan est le nom officiel de la langue mais qu’au sein des territoires de langue catalane à Majorque, nous parlons majorquin ». Ainsi, les autorités insulaires prennent bien en considération les « conflits de dénomination linguistique » et leurs implications, mais les décisions glottopolitiques adoptées ne sont pas conformes à ce que l’auteur aurait souhaité. En effet, il aurait préféré que les efforts déployés pour faire augmenter les connaissances de la langue catalane dans l’archipel7 fussent consacrés à la normativisation de la langue baléare et à sa normalisation. Aussi, décidera-t-il de prendre les choses en main et, dans une perspective d’individuation sociolinguistique, de définir le statut de la variété linguistique baléare (langue ou dialecte ?) et d’œuvrer à une tentative de « reconnaissance ».

2. UN PROCESSUS D’INDIVIDUATION SOCIOLINGUISTIQUE

10Si la situation sociolinguistique actuelle constitue la traduction d’un projet politique visant à promouvoir et idéaliser la communauté linguistique catalane – celle des « Pays Catalans » –, il n’existerait pas aux yeux de Miguel Garau d’unité linguistique, et le « catalan » ne saurait donc être le nom « unitaire de la langue ». Pour lui, la langue n’appartient ni aux linguistes ni aux politiques mais à ses locuteurs. Nous retrouvons là une idée défendue par Louis-Jean Calvet :

les langues appartiennent à ceux qui les parlent, elles sont leur produit, elles répondent à leurs besoins et ils la transforment selon ces besoins : l’histoire des langues et des situations linguistiques est d’abord l’histoire des locuteurs (Calvet, 2002 : 17).

11Et c’est en se basant sur ce principe que l’auteur va remettre en cause la catégorisation « dialecte » pour le baléare.

A. Le statut linguistique du baléare : « langue ou dialecte » ?

12Alors que Louis-Jean Calvet considère que, pour la langue corse, la question « langue ou dialecte ? » est dénuée de sens parce que :

l’on sait que les notions de langue et de dialecte sont très relatives. Si pour le sens commun, un dialecte est quelque chose comme une sous-langue, les linguistes considèrent pour leur part qu’un dialecte est une forme de langue, avec un lexique, une syntaxe et une phonologie propres et distinguent entre des dialectes régionaux [parlés dans une zone géographique plus restreinte que celle de la langue] et des dialectes sociaux [parlés par une catégorie de la population] (Calvet, 2002 : 54).

13Miguel Garau Rosselló estime au contraire que cette distinction est fondamentale car, c’est parce que les variétés insulaires ont été catégorisées comme « dialectes » (ces variétés étant la manifestation du caractère polynomique de la langue baléare) que les autorités ont choisi le terme « catalan » pour désigner leur langue propre et qu’elles véhiculent au travers de l’enseignement et des médias le « català normatiu » élaboré par Pompeu Fabra. Aussi, va-t-il non seulement remettre en cause les conceptions diachroniques qui font du baléare un dialecte du catalan en niant notamment le repeuplement de l’archipel lors de la reconquête en 1228, mais il démontrera aussi l’antériorité du qualificatif « langue » attribué à sa variété linguistique, parce que cette dernière disposait de nombreux ouvrages normatifs tels qu’une grammaire (Amengual, 1835 ; 1872), des dictionnaires (Figuera, 1840 ; Amengual, 1870), un manuel orthographique (Servera Mínimo, 1812), un ouvrage didactique (Boatella, Bosch, 1889) pour l’enseignement du castillan aux locuteurs majorquins ainsi que des ouvrages littéraires, les « Rondayes », contes populaires.

14Ainsi, Garau considère que, puisque « las gramáticas marcan la fecha de nacimiento de una lengua como idioma » (248), il est parfaitement scandaleux (et il prend à témoin son lecteur avec un « significativo ¿no ? ») que la langue catalane, qui ne dispose d’une grammaire que depuis la publication de la Gramàtica catalana de Pompeu Fabra en 1918, ait été élevée au rang de langue alors que la langue baléare, qui pourrait s’en prévaloir avec une plus grande antériorité, s’en trouve spoliée. Pour étayer ces propos, il recourt à un argument d’autorité en mentionnant que Carles Arribau (sic), dans sa poésie « Oda a la Pàtria », publiée dans le journal El Vapor de Barcelone le 24 août 1833 a écrit qu’il parlait, écrivait et priait en Lemosín » (249). Or, dit-il :

Creen ustedes que Arribau y el resto de intelectuales catalanes, conociendo además como conocemos, el gran aprecio que éstos tienen a todo lo que marca su identidad, que si hubiese existido en esa época el idioma catalán, no se hubiesen vanagloriado de ello, y hubiesen afirmado y reafirmado que ellos hablaban, escribían, amaban y rezaban en catalán ?... ! (249)

15Ainsi, une fois encore, l’auteur prend à parti son lecteur pour l’inciter à se rallier à ses conclusions en lui offrant un raisonnement déductif construit à partir d’un syllogisme : « tous les intellectuels catalans de cette époque sont attachés aux éléments constitutifs de leur identité », « la langue catalane est un élément constitutif de leur identité », donc « tous les intellectuels catalans sont attachés à la langue catalane ». Or, dans la mesure où Carles Aribau ne dit pas être attaché à la langue catalane alors, le syllogisme ne fonctionne pas. Pourquoi ? Soit parce que la Majeure est fausse, soit parce que la langue catalane n’est pas considérée comme un marqueur d’identité, soit, et c’est cette conclusion qui sera retenue : elle n’existe pas !

  • 8 « De todo ello nosotros sacamos las siguientes definiciones : Denominamos lengua, a la forma en qu (...)

16Donc, pour conclure, l’auteur affirme que le baléare est bien une langue ou plus précisément un idiome (« un idioma »), ce qui correspondrait dans sa nomenclature8 à une langue codifiée. Puis, désireux d’aller encore plus loin dans sa définition et de répondre à sa problématique : « balear y catalán ¿un mismo idioma ? » il écrit :

Podríamos poner fin aquí diciendo que el Balear y el Catalán, aun teniendo raíces comunes, cada cual a (sic) evolucionado dentro de su propio entorno y ámbito de uso por la comunidad hablante, independientemente el uno del otro, puesto que cada pueblo ve y ordena el mundo que le rodea según la lengua que habla. Lo que no impide que ámbos (sic) tengan palabras iguales y con igual significado, al ser ramas de un mismo tronco. (252)

17En résumé, les deux langues seraient deux branches d’un même tronc mais susceptibles de présenter de nombreux points de convergence parmi lesquels le lexique. Aussi, afin d’éviter un amalgame entre elles, l’auteur va entreprendre d’ériger certaines différences relevant du lexique, de la structure linguistique ou de la sémantique en écarts significatifs procédant ainsi à la reconnaissance de la langue baléare.

B. Une tentative de reconnaissance du baléare : des décisions symboliques

  • 9 L’auteur précise que les règles orthographiques qu’il utilise sont celles qui furent préconisées l (...)

18L’élément selon lui le plus important a trait au lexique, car « nombreux sont ceux » qui s’imaginent que la catégorisation « dialecte-langue » repose sur la présence d’un lexique commun. Aussi, pour couper court à de telles affirmations, il décide d’entreprendre une comparaison lexicale de l’espagnol, du catalan et du baléare. Pour établir cette étude contrastive, Miguel Garau effectuera un relevé de 105 mots tirés du Diccionari manual VOX. Castellano-catalán/catalàcastellà, 1997. Il en dressera un listing sur trois colonnes indiquant en caractères gras, les termes orthographiquement et sémantiquement identiques en espagnol et en catalan et proposant pour la langue baléare ses propres traductions9.

19En voici un extrait :

20Sur ces 105 termes, 74 sont identiques en espagnol et en catalan (même si la prononciation varie), alors que les termes proposés en baléare ne présentent aucune concordance avec les deux autres langues. Il apparaît donc clairement que l’auteur a voulu prouver que les deux langues catalane et baléare étaient distinctes, et il s’agit bien là d’une construction linguistico-identitaire. En effet, une analyse des termes retenus nous apprend que, dans son désir de différenciation, l’auteur a eu recours à divers procédés : une modification du registre de langue (ainsi abdomen appartient principalement au domaine de l’anatomie et de la zoologie alors que panxa appartient à un registre de langue courant [panza/barriga en espagnol et panxa en catalan]) ; le recours à la synonymie comme par exemple pour abjurar/renegà (on retrouve également le terme renegar en espagnol et en catalan) ; des changements phonétiques tels que l’aphérèse (abocar/bocà), la syncope (camisa/camía (chute du « s » [intervocalique]), la sonorisation (acre/agre), etc. Ces quelques explications permettent de mieux cerner que, bien que les exemples choisis ne présentent pas de preuves linguistiques susceptibles d’infirmer la catégorisation « dialecte catalan » pour le baléare, l’auteur survalorise symboliquement certaines variantes lexicales dans ce but. Mais, comme il l’exprime lui-même (257), cette approche serait incomplète sans une analyse de la structure linguistique.

21Cette fois, l’auteur utilise vraisemblablement les travaux des linguistes (Moll, Veny) qui ont démontré que la langue baléare présentait un certain nombre de variantes morphologiques et syntaxiques par rapport à la langue catalane pour les sacraliser. Ainsi mentionne-t-il la présence de l’article « salat » issu de IPSA, IPSE et IPSU ; de l’article personnel issu de DOMINU (« En, na, n’) et de certaines désinences verbales spécifiques (pour le présent de l’indicatif : absence de désinence à la 1re personne, conservation des désinences –am et – au aux 4e et 5e personnes des verbes en – ar, les terminaisons – eim et – eis de ces même personnes pour les verbes caure, creure, dir, dur, fer, riure, seure, treure et veure (l’auteur considérant que le phonème –ei est une diphtongue d’origine indo-européenne) pour le futur et le conditionnel ; pour les subjonctifs présent et imparfait : les désinences –àsassis, etc. pour les verbes du premier groupe à l’imparfait du subjonctif, les formes analogiques –iguem, –igueu pour la conjugaison au présent du subjonctif des 4e et 5e personnes de verbes en – ir).

22Enfin, pour confirmer et prouver que catalan et baléare sont deux langues distinctes, l’auteur rappelle à son lecteur que, pour que deux personnes puissent se comprendre, il est indispensable, soit qu’elles parlent la même langue, soit qu’elles connaissent la langue de l’Autre. Or, il tente de démontrer à l’aide de trois exemples que ce n’est pas le cas entre un Catalan et un Insulaire. En effet, pour des raisons sémantiques, les uns et les autres ne se comprendraient pas. Sur les trois exemples qu’il propose, deux peuvent être particulièrement marquants pour le lecteur, qui est amené à sourire, car les traductions présentent un caractère salace. Si cette dimension n’a aucune importance pour la démonstration même (d’autre exemples auraient pu être retenus), elle indique que l’auteur, dans un souci didactique, a voulu marquer les esprits et prendre des exemples qui par leur aspect ludique sont susceptibles d’être mémorisés. En voici ces exemples :

Español : tengo un regalo para ti. Catalán : Ting un regal per a tú. Balear : Teng un regalo per tú. La frase dicha en catalá, para un balear significa : tengo un pubis para ti. Pues la palabra « regal » tiene distinta semántica en las dos lenguas. Mientras para un balear « regal » es el pubis, para un catalán es un regalo, un presente.
Español : el papá se levanta a las ocho y a las nueve la mamá. Catalán : El papa es lleva a les vuit y a les nou la mama. Balear : Es papá se xéca a las vuyt y a las nou sa mamà. La semántica de la frase catalana escuchada por un balear, a éste le dice que : El Papa se quita a las ocho y a las diez hace una felación. Pues « el papa/Øl pápә/ en Balear es : el Papa ; "es lleva" en Balear quiere decir "se quita", y "la mama", quiere decir que alguien está haciendo una felación ; siendo " la" pronombre ». (253-257)

23Une fois encore, l’auteur surinvestit ce phénomène d’écart sémantique entraînant une « incompréhension » car, dans un processus de communication normal, en contexte, le locuteur baléare aurait effectué les ajustements nécessaires à la bonne compréhension des propos de son interlocuteur même si cela eût prêté à rire. Quoi qu’il en soit, une fois encore, cette démonstration proposée par l’auteur ainsi que les exemples fournis sont révélateurs de sa volonté d’amener son lectorat et ses concitoyens non seulement à reconnaître les particularités de la langue baléare mais aussi de donner naissance de manière symbolique à une nouvelle langue.

24Pour conclure, la reconnaissance à l’article 3 relatif à la pluralité linguistique de l’Espagne, tout en laissant à chaque communauté autonome la possibilité de choisir sa langue propre, a eu pour effet aux Baléares de nourrir un conflit linguistique reposant sur un problème de dénomination. Ainsi, les rédacteurs du Statut d’Autonomie insulaire, en inscrivant que le « catalan est la langue propre de la CAIB » se sont heurtés aux représentations sociolinguistiques de leurs concitoyens, qui se sont sentis dépouillés symboliquement de leur langue et ont vu dans l’avènement de la langue catalane se dresser le spectre du nationalisme catalan et de l’avènement des Pays catalans ; de « la Cataluña grande » d’Enric Prat de la Riba. Aussi, certains îliens impliqués dans la défense de l’idiosyncrasie baléare, parmi lesquels Miguel Garau Rosselló, conscients que baléare et catalan sont des systèmes linguistiques proches, ont-ils entrepris un processus d’individuation sociolinguistique, cherchant à démontrer que la langue baléare n’est pas un dialecte du catalan, qu’elle est bel et bien une langue et une langue distincte du catalan, comme deux branches d’un même tronc. Pour parvenir à cette reconnaissance, l’auteur a surinvesti, sacralisé certains traits linguistiques pour les ériger en écarts significatifs par rapport à la langue catalane. Cette reconnaissance passe donc par une opposition et une négation de l’Autre, ce que Miguel Garau exprime parfaitement lorsqu’il conclut sa problématique sur cette phrase : « El Balear NO es ni ha sido nunca ningún dialecto del Catalán ».

25N.D.A. : Si les théories développées par Miguel Garau Rosselló trouvent un écho favorable auprès des associations de l’idiosyncrasie îlienne et participent au renforcement du nationalisme espagnol, elles n’ont qu’une résonance faible au sein de la population baléare dans son ensemble. S’il existe indéniablement un conflit de dénomination linguistique au sein de la société baléare, le sentiment anti-catalan est, somme toute, peu exacerbé.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amengual, Juan José (1835), Gramática de la lengua mallorquina, Palma, Guasp y Pascual, 283 p.

Amengual, Juan José (1872), Gramática de sa llengo mallorquina, Palma, Imprenta de P.J. Gelabert, 2eed. (corregida y aumentada), 226 p.

Amengual, Juan José ([1870] 1978), Nuevo diccionario mallorquín-castellano-latín, Palma, J. Colomar, 2 vol. , 748 i 592 p.

Amengual, Juan José, Diccionario Mallorquín y Castellano, Alacant, Biblioteca Virtual Joan Lluís Vives, 2005, (título de serie : Abadia de Montserrat. Nota : Reproducció digital del manuscrit de l’Abadia, Ms. 1275. http://www.cervantesvirtual.com/servlet/SirveObras/abad/06921733155748751032268/thm0000.htm)

Boatella, D . Damián, Bosch, D. Matías (1889), Enseñanza Práctica del castellano en las Baleares : obra destinada a facilitar el conocimiento de la lengua nacional en estas islas, sexta edición, Palma, Tipografia de Viuda e hijos de P. J. Gelabert.

Calvet, Louis-Jean (2002), Le marché aux langues. Les effets linguistiques de la mon dialisation, Paris, Plon.

Figuera, Don Pere Antoni (1840), Diccionari Mallorquí-castellà y el primer que se ha donad a llum, Palma, Imprenta y Llibreria de Esteva Trias.

Garau Rosselló, Miguel [Braveheart, Michael] (2006), « Balear y catalán ¿un mismo idioma ? », in Garau Rosselló, Miguel ed., Nacionalismo catalán, una gran farsa. La historia es la que hay no la que quisiéramos, 231-281.

Marcellesi, Jean-Baptiste (2003), Sociolinguistique, épistémologie, langues régionales, polynomie, Paris, L’Harmattan.

Moll, Francesc de Borja (1990), El parlar de Mallorca, Palma, Moll.

Moll, Francesc de Borja (1990), Gramática catalana referida especialment a les Illes Balears, 11ed, Palma, Moll.

Moll, Francesc de Borja (1990-1991), La Llengua de les Balears, Palma, Moll, 2 t.

Servera Mínimo, Fray Antonio Ma. (1812), Nueva ortografía de la lengua mallor quina, explicada en español para su más fácil inteligencia, Palma, Imprenta de Sebastián García, vive al lado del horno Frau.

Veny, Joan (1991), Els parlars catalans : sintesi de dialectología, Palma, Moll.

Notes

1 Michael Braveheart (pseudonyme de Miguel Garau Rosselló) : Garau Rosselló, 2006 : 231-281.

2 Centre Culturel Majorquin (1979), et Association Culturelle Mossèn Alcover (ACMA) (1989) tous deux disparus, la Sociedad Cultural Círculo Balear (1999) (URL : http://www.circulobalear.com consulté le 02/09/08) et la Plataforma cívica en defensa de sa llengo balear y por la igualdad de derechos lingüísticos en Baleares/Academia de sa llengo balear (2002). L’intitulé « plataforma... » est le nom sur la toile de « Academia de sa llengo balear » dont l’URL est : http://www.sallengobalear.com consultée le 02/09/08.

3 Le Baléare ou langue baléare est une dénomination unitaire qui englobe l’ensemble des variétés insulaires (dialectes et sous-dialectes). Cette dénomination est peu employée par les îliens qui donnent toujours à leur langue le nom de leur île d’appartenance (majorquin, minorquin, etc.).

4 Parmi ses écrits, quelques articles et ouvrages sont rédigés en castillan : Son Cabrit y san bassà o el orgullo de ser mallorquín y balear (1992) ; La bandera catalana (1992) ; Nacionalismo catalán, una gran farsa (2003) ; Balear y catalán no son un mismo idioma (2006) et à notre connaissance plusieurs articles en « balear » dont « Aproximació a s’històri y evolució de sa lléngo baléà » ; « Històri d’es Réys de Mallorca » (1991) et une contribution à un ouvrage grammatical : Gramàtica d’es baléà publiée en 2005 par S’Acadèmi de Sa Llengo Baléà.

5 Le terme « gonellisme » est un courant idéologique, politique et culturel qui doit son nom à une série d’articles polémiques dénonçant la « catalanisation de la langue baléare » apparus en 1972 dans le journal Diario de Mallorca et signés du pseudonyme « Pep Gonella », nom qui évoque le personnage principal d’une chanson traditionnelle insulaire. Ce courant désigne aujourd’hui tout mouvement de réaffirmation de l’identité et de l’idiosyncrasie baléare. Ainsi, englobe-t-il des positions diverses pouvant aller de la reconnaissance de l’unité de la langue catalane mais de la remise en cause de l’attitude des pouvoirs politiques qui ne chercheraient pas à promouvoir les variétés insulaires, jusqu’à un mouvement sécessionniste pour lequel il s’agit de démontrer que les langues catalane et baléare, bien que se ressemblant, sont totalement indépendantes.

6 Ainsi, l’auteur interpelle-t-il ses lecteurs dans un registre de langue oralisant, pour les faire participer à ses réflexions et tenter de les convaincre du bien-fondé de la dénomination « néo-dictature » retenue : « ¿Qué, que no me creen ?, ¿Qué exagero ?... ; contesten ustedes a la siguiente pregunta : ¿qué nombre darían ustedes al tipo de gobierno en España, si la Carta Maga (sic) no se hubiese expuesto a refrendo del Pueblo ?..., Dictadura ¿Verdad ?. Pues la Carta Magna de Baleares, su Estatuto de Autonomía, ¡ no fue presentado al refrendo del pueblo balear ! Luego en baleares hay una Dictadura. Sin embargo, a la situación política de Baleares no se la puede llamar Dictadura con toda la semántica que conlleva, porque el Estatuto ha sido supervisado y signado por los órganos directores de la Democracia Española. De ahí que yo le llame Neodictadura ; porque este tipo de nuevo gobierno admite el pluripartidismo político y sindical. Aunque luego, mediante leyes y decretos la clase política no tenga en cuenta para nada la voluntad del pueblo ». (234-235)

7 Voici les dernières informations relatives à la situation sociolinguistique de la CAIB consultables à l’adresse suivante : http://dgpoling.caib.es/user/menuweb/enquesta%20socilinguistica%202003/enquesta_sociolinguistica_2003.htm Ainsi, les résultats de l’enquête conduite à l’initiative de la Direction générale de la politique linguistique du Gouvernement baléare, qui repose sur des entretiens téléphoniques réalisés entre le 5 novembre 2003 et le 16 janvier 2004, indiquent que la compréhension de la langue catalane atteint 93,1 % de la population(92,4 % lors de l’enquête menée en 1998 par le Centre de Recherche Sociologique [CIS]), que la capacité des îliens à la parler est de 74,6 % (contre 71,7 % en 1998) et à l’écrire de 46.9 % contre (31,1 % en 1998). On peut donc constater des progrès dans les trois domaines précédents entre 1998 et 2003, notamment pour les capacités relatives à l’écriture et à la production orale. Néanmoins, ces progrès importants ne sont pas identiques pour les habitants nés dans l’archipel et ceux nés hors de la CAIB. Ainsi, la capacité à écrire est plus de 3 fois supérieure pour un natif (64,5 % contre 20,7 %) et celle qui consiste à parler, 2 fois plus importante (96,8 % contre 41,6 %). Un effort doit donc encore être fourni pour permettre aux « immigrés » d’augmenter leurs connaissances linguistiques. Ceci, d’autant plus que les populations « immigrées » représentaient en 2003, 13,4 % de la population totale de l’archipel alors que ce pourcentage n’était que de 5,07 % en 1998.

8 « De todo ello nosotros sacamos las siguientes definiciones : Denominamos lengua, a la forma en que se expresa la mayoría de los hablantes de una nación. Denominamos idioma, a la estructuración de esa misma lengua hablada, es decir, idioma es toda aquella lengua que tiene gramática propia que la diferencia de las demás. Denominamos dialecto, a la forma que tienen de expresarse los hablantes de una región, un pueblo, un barrio, e incluso a nivel individual, de un mismo idioma ». (250)

9 L’auteur précise que les règles orthographiques qu’il utilise sont celles qui furent préconisées lors du « Ier Congrès de Langue et de Philologie Baléare » qui s’est tenu en 1992-1993 à Palma. Ce congrès réunissait les membres des différentes associations pour la défense de l’idiosyncrasie îlienne dont « s’Academi de sa llengo baléà ». Ceci explique l’absence du « r » final pour les infinitifs des verbes et autres adjectifs. En effet, ne se prononçant pas, il n’est pas retranscrit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

Auteur

Sandrine SINTAS - Sandrine.Sintas@univ-nantes.fr - est maître de conférences d’espagnolà l’Université de Nantes et membre du CRINI. Sociolinguiste, elle s’est spécialisée dans l’analyse du discours et la jurilinguistique. Elle s’intéresse aux revendications linguistiques et nationalo-identitaires, tout particulièrement dans le domaine des Pays Catalans et des Baléares. À côté d’articles dans la ligne sa thèse De la "langue baléare" à la (micro)nation baléare ? (2000) (« Les Îles Baléares entre « Pays Catalans » et (micro)nationalisme » [2002] ; « Du statut juridique des langues dans l’archipel baléare au devenir de la langue catalane » [2004] ; « Le bilinguisme, cheval de bataille du Parti Populaire dans l’archipel baléare : du slogan politique à la réalité sociolinguistique » [2005] ; « Mémoire de la langue ou langue de la mémoire ? Des textes normatifs du xixe siècle à nos jours ou comment les défenseurs de l’idiosyncrasie îlienne veulent faire de la "langue baléare", une "langue parfaite" » [2008]), elle en a également publié au sujet de la langue de l’étiquetage commercial.

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540