Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du taureau et de la tauromachie

 | 
Henri Boyer

Présentation

Henri Boyer

Texte intégral

1Cet ouvrage rend compte en premier lieu des travaux présentés aux XXIIes Rencontres de Béziers (Béziers, 19 novembre 2011), organisées par l’association URBI tenues au Centre Du Guesclin, site biterrois de l’Université Paul Valéry-Montpellier III sur le thème « Du taureau et de la tauromachie, hier et aujourd’hui ». Outre quatre des contributions présentées à cette occasion (celles de J. Thomas, F. de la Bretèque, A. Maillis, C Bernié-Boissard) le volume présenté recueille trois autres études (celles de J. Sagnes, J. B. Maudet, J. Issorel) apportant des regards complémentaires sur la thématique retenue.

2Nous tenons à remercier l’ensemble des contributeurs d’avoir accepté de nous fournir leur texte dans les délais impartis. Nous remercions également tous ceux qui ont participé à la journée d’étude du 19 novembre : Michel Bourret, directeur du site de Béziers de l’Université Montpelllier III, Raymond Couderc, sénateur-maire de Béziers et continuateur de la tradition tauromachique biterroise, sans oublier Didier Bresson, directeur de l’École Taurine de Béziers-Méditerranée et Robert Margé, Empresa des Arènes de Béziers et éleveur de taureaux de combat, qui ont apporté le témoignage d’acteurs de la vitalité tauromachique biterroise.

3L’ensemble des études présentées ici vise à considérer le taureau (de combat) et la tauromachie comme des objets d’étude au sens que donnent à cette qualification les sciences humaines et sociales. Et à proposer un questionnement plurifocal à propos d’une matière complexe observable sur un espace discontinu (discontinu en Espagne, mais aussi dans le Sud de la France et jusqu’aux Amériques). Une matière dont le traitement requiert bien évidemment une perspective historique mais également économique, sociologique, géographique, sémiotique, esthétique, philosophique... sans oublier la prise en compte d’une forte dimension identitaire. On ne s’étonnera donc pas que certaines de ces perspectives (et d’autres) manquent ici à l’appel. Mais tel qu’il est ce recueil propose, du moins nous l’espérons, un parcours transdisciplinaire cohérent.

4Joël Thomas nous propose en ouverture un parcours historique depuis la préhistoire d’où surgit le mythe du taureau à Lascaux et en d’autres lieux jusqu’à l’époque contemporaine qui a vu s’épanouir la mythologie tauromachique et la figure du torero en passant par le culte de Mithra et celui de Dionysos. Jean Sagnes complète la dimension historique des objets ici examinés par un rappel de l’« importation à partir de 1850 de la corrida ou plutôt de la course de taureaux à la mode d’Espagne », de la naissance donc et du développement de la tradition tauromachique française, avec ses péripéties conflictuelles mais aussi son incontestable popularité.

5Une deuxième séquence est consacrée à deux éclairages : l’un, plutôt sociologique, qui vise à cerner les publics des spectacles taurins en Languedoc (Catherine Bernié-Boissard) et un autre qui observe la géographie taurine aux Amériques, en considérant « la corrida comme relevant de la même famille que le rodéo » (Jean Baptiste Maudet). En Languedoc, on constate que le public de la corrida (à Nîmes par exemple) n’a pas la même identité sociale que celui de la course camarguaise. Aux États-Unis, le rodéo est le produit d’un double héritage, anglo-saxon et hispanique (plus spécifiquement mexicain).

6Enfin une troisième série de contributions est consacrée aux relations entre le taureau, la tauromachie et la création artistique. Annie Maïllis nous fait pénétrer dans l’œuvre de Picasso au travers de deux « thèmes fétiches » de l’œuvre du Maître : le toro et la femme. François de la Bretèque observe à travers l’exemple du célèbre dessin animé Senor Droopy de Tex Avery « La déclinaison comique du thème tauromachique » au cinéma. Enfin Jacques Issorel nous livre sa lecture du poème de F. Garcia Lorca Llanto por Ignacio Sanchez Mejias, écrit quelques jours après la mort dans l’arène du célèbre matador, ami du poète.

7Évidemment, ce modeste ensemble, dont nous espérons néanmoins qu’il apporte au lecteur une série de repères rigoureux, n’épuise pas l’approche des réalités complexes que constituent le taureau et la tauromachie et de leurs représentations en tous genres.

Auteur

Professeur à l’Université Paul Valéry-Montpellier III

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540