Version classiqueVersion mobile

Questions de santé sur les bords de la Méditerranée

 | 
Gilbert Larguier

La contribution des médecins languedociens à la genèse de la méthode médico-climatique au XVIIIe siècle : les exemples de Bouillet, Razoux et Barthez

Patrick Fournier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le prestige de l’université de médecine de Montpellier et la position dominante qu’elle occupe dans l’espace français pour la formation des médecins au XVIIIe siècle ne suffisent pas à définir une « école de Montpellier ». Au cours du XVIIIe siècle, le solidisme, l’animisme et le vitalisme y eurent successivement ou concurremment de puissants défenseurs1. Toutefois, la contribution du bas-Languedoc aux innovations médicales du XVIIIe siècle se fonde sur de multiples atouts qui ne tiennent pas seulement à la présence de l’université et à son rayonnement scientifique mais aussi à un réseau académique et hospitalier particulièrement dense. Lors de la fondation de la Société royale de médecine entre 1776 et 1778, la liste des associés régnicoles compte plusieurs figures languedociennes dont le choix relève d’une logique à la fois institutionnelle, académique et scientifique2 : parmi les cinquante-huit personnalités élues à cette fonction d’août 1776 à mars 1778 –deux places restent alor...

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search