Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

Le catalan à Alacant/Alicante. Un discours militant utile

Josep Forcadell Saport

Texte intégral

1. QUAND NOUS PARLONS DU CATALAN À ALACANT1, DE QUOI PARLONS-NOUS ?

  • 1 Quand nous les Valenciens, faisons référence à la langue que nous parlons, depuis la fin du xve si (...)

1Nous commencerons par quelques données concrètes concernant la connaissance du valencien à Alacant et nous tenterons de décrire les contextes précédents et les normes de comportement qui nous aident à comprendre la réalité actuelle, quelles sont les fonctions du valencien dans cette ville et dans son environnement proche, d’où nous venons, dans quelle voie nous nous trouvons et quelle serait l’attitude à adopter.

  • 2 L’Université d’Alacant (UA) compte quelque 26 500 étudiants, dont un quart sont de la ville d’Alac (...)

2À l’Université d’Alacant, comme dans le reste des universités publiques de la Communauté valencienne, on demande aux étudiants, au moment de formaliser leur inscription, d’indiquer le niveau de compétence qu’ils pensent avoir en valencien. Nous considérerons ces données comme un indicateur ou un exemple permettant une description sommaire de la réalité sociolinguistique de la ville d’Alacant et des contrées méridionales du Pays Valencien dont sont originaires la plupart des étudiants qui s’inscrivent à l’Université d’Alacant2.

Compétences en valencien des étudiants de l’UA. Évolution (en %)

Compétences en valencien des étudiants de l’UA. Évolution (en %)

Note **
Source : données des dossiers d’inscription3.

Compétences déclarées en valencien des étudiants de l’UA

Compétences déclarées en valencien des étudiants de l’UA

Source : dossiers d’inscription des 26.378 étudiants inscrits en 2008/2009.

3Ces données, bien que partielles, peuvent constituer un point de départ pour formuler les questionnements susceptibles de nous aider à comprendre la situation sociolinguistique de l’Université d’Alacant et de son environnement ; c’est un instrument qui nous permet de connaître la réalité sociale sur laquelle elles reposent ou qui les motivent. Nous n’entrerons pas pour l’heure dans les détails.

4Les faits linguistiques sont des faits sociaux et les comportements sociaux sont le fruit d’une histoire, de nombreuses histoires qui se croisent, et de l’interaction quotidienne au sein d’une société, ces derniers temps, très dynamique et en proie à de profonds changements sociaux.

2. D’OÙ PARLONS-NOUS ? LE CATALAN À ALACANT DEPUIS LES ANNÉES 80 (et un peu avant)

5Parler de thèmes sociaux et tout particulièrement, sociolinguistiques, ce n’est rien d’autre, on le sait bien, que parler sur la base d’une option personnelle, idéologique. Et à Alacant, parler en valencien, parler du valencien ou de l’histoire de la langue et de la culture des Valenciens, n’est rien d’autre qu’un engagement éthique et citoyen, militant et, selon ma propre expérience, toujours gratifiant et chargé d’espoir dans l’avenir.

  • 4 La « comarca » (contrée) de l’Alacantí est formée des communes d’Alacant, el Campello, Sant Joan d (...)

6C’est en 1980 que je suis venu travailler à Alacant. Auparavant j’avais travaillé quelques années à Valence, où j’avais complété ma licence en Filosofia i Lletres commencée deux ans plus tôt au Collegi Universitari de Castelló, ville dont je suis originaire. Depuis lors, à quelques mois près, j’ai toujours vécu dans la région de l’Alacantí4.

7Au cours de ces premières années de transition et de démocratie, le valencien était une langue que l’on n’entendait déjà plus parler normalement dans les rues d’Alacant, en dehors du Mercat Central (du fait de la présence des vendeurs venus des environs) et de quelques établissements publics de deux ou trois quartiers populaires. Mais on pouvait encore en faire usage dans la plupart des commerces du centre. Dans l’administration publique, il faisait l’objet de tensions, mais on pouvait toujours trouver quelque personne du pays susceptible de le parler ou de le comprendre. En public, c’était une langue officiellement inexistante.

  • 5 Le général Franco mourut en 1975. En juin 1977 eurent lieu les élections constituantes du Congrès (...)

8À Alacant, au cours des années 80, il était mal vu d’employer le valencien ; vos interlocuteurs, du haut de leur position de domination et de sécurité linguistique, le considéraient comme une insulte : on vous considérait comme un ignorant parce que vous ne parliez pas castillan, ou comme un « foraster » (« de Valence » ou « catalan ») ou bien, pauvre de vous, comme un bouseux (alicantin, mais « de poble »). Dans les bars et les commerces traditionnels, seuls l’utilisaient – et seulement entre eux – les vieilles connaissances, à tel point qu’il semblait impertinent qu’un nouveau venu s’adresse en valencien aux employés ou aux patrons. Malgré cela, au sein d’une certaine génération de jeunes d’Alacant, la récuperation du valencien constituait une valeur qui allait de pair avec la récuperation des libertés, un élément associé à la construction de l’autonomie et des nouvelles municipalités démocratiques5.

9Cependant, peu à peu, avec la transition, est venue à disparaître la vieille habitude de nombreux fonctionnaires et des « bons » Espagnols qui, quand on s’adressait à eux en valencien, répondaient, suffisants et offensés, par un « a mi, hábleme en cristiano » ou « en español ».

  • 6 Manuel Alcaraz Ramos, alicantin, castillanophone, apprit le valencien lorsqu’il était conseiller m (...)

10Tout au long de ces années 70 et 80, la langue propre allait récupérant force et prestige. Ou plus exactement, les Alicantins se défaisaient peu à peu de leurs différentes couches de préjugés et d’oppression. Ce moment-là était indispensable pour changer l’avenir. Toutefois, malgré ces changements individuels, il paraissait encore étrange d’entendre parler valencien au cours de cérémonies publiques. Les programmes et les cérémonies de présentation des Fogueres ont été les domaines dans lesquels le valencien a pu se glisser avec le plus de facilité. Et cela était l’œuvre de personnes bien concrètes, avec pour nom, entre autres, Raül Baeza, président de la première Gestora de Fogueres démocratiquement élue, et Manuel Alcaraz, responsable de la Culture6.

11Le défi était donc de savoir si les Alicantins valencianophones allaient se montrer capables d’inverser la situation de langue minorée, pratiquement résiduelle, uniquement utilisée par des personnes nées avant les années 50 et qui l’avaient apprise dans la rue, au milieu de leurs amis, puisque dans la plupart des cas, ils ne l’avaient même plus apprise dans leur famille.

12La transmission intergénérationnelle était défaillante depuis la fin du xixe siècle (cf. Montoya, 1996) et passé la Guerre d’Espagne, le silence s’était imposé à tous les Valenciens, et davantage encore à Alacant, dernière ville occupée par les troupes franquistes et italiennes. Ville qui, en outre, avait osé traîner en justice le fondateur de la Falange Española, José Antonio Primo de Rivera. L’occupation militaire et fasciste s’était acharnée sur la ville au cours des années suivantes avec l’arrivée d’une armée de fonctionnaires, de militaires et de personnes acquises au régime qui réprimèrent l’usage public de la langue propre et parvinrent à en restreindre l’usage jusque dans les familles et les relations amicales.

13Les vagues ultérieures d’immigrants castillanophones de la Mancha, de l’intérieur de Murcia ou des provinces orientales de l’Andalousie ( Jaén et Grenade, spécialement) et de Madrid, allaient constituer un complément à une balance linguistiquement et culturellement déjà déséquilibrée par la force des armes et la répression, mais aussi par l’adaptation à la langue et à la culture de l’État des couches sociales favorisées, puisque le castillan était la seule langue enseignée à l’école et dans laquelle étaient publiés livres et journaux, depuis bien longtemps déjà. Comme seule langue enseignée et à ne pas créer de difficultés ni de problèmes, le castillan était donc la langue des sphères dirigeantes, des fonctionnaires et des militaires, de la culture et des affaires.

  • 7 « Els valencians del segle xviii, privats de tot poder i del mínim marc institucional propi, van f (...)

14Au cours de ces temps gris et tristes des années 40 et 50, il était en effet nécessaire de s’adapter aux vainqueurs de la Guerre d’Espagne. Aussi péremptoirement que cela avait été, deux-cents trente ans auparavant, à compter du 19 avril 1707, deux ans après la Bataille d’Almansa, au cours de laquelle les troupes alliées et les milices populaires qui y avaient résisté livrèrent le château d’Alacant aux forces des Bourbons et des Castillans. Cette défaite avait supposé la perte des furs et la dissolution des institutions et du Royaume de Valence, qui allait être soumis aux lois de Castille et gouverné militairement durant 75 ans par les Bourbons et les Castillans : travailler et se taire, payer ses impôts, était la seule chose permise alors aux Valenciens7.

  • 8 Dans les années trente à Alacant, on pouvait lire un hebdomadaire satirique, El Tio Cuc, (1914-193 (...)

15À Alacant, dans l’après-guerre, le valencien disparut définitivement de la presse, même de celle satirique mineure8, et des spectacles. Le valencien ne pointait le nez ou n’était toléré que dans quelques textes de relatifs aux Fogueres de Sant Joan. Peu à peu, cependant, furent récupérées quelques représentations de théâtre populaire, des saynètes, tout comme on les avait tolérées dans les autres villes de la région valencienne, entre autre parce qu’il s’agissait de textes inoffensifs et que, habituellement, ils moquaient ou tournaient en ridicule les Valenciens qui tentaient de parler castillan sans y parvenir. Mais les représentations de saynètes n’atteignirent jamais l’audience ni le nombre de représentations qu’avait connus ce genre mineur dans les années 20 ou 30 à Alacant.

16Le régime franquiste occupa la vie culturelle et sociale avec la radio, le théâtre de bonnes mœurs et les opérettes, les corridas et les processions religieuses. Tout, cependant, en castillan, comme dans toutes les stations de radio : du « Movimiento », de l’Église (Popular) ou de la SER, et la télévision espagnole (créée en 1956 ; Canelobre, 1989 : 214). Le cinéma constitua un espace de liberté, pas toujours contrôlé, par lequel s’insinuaient la culture et le rêve américain d’Hollywood.

3. ALACANT ET SES ALENTOURS. DES RÉALITÉS HÉTÉROGÈNES

17La région d’Alacant ou les contrées méridionales du Pays Valencien, constituent un ensemble hétérogène à bien des égards. C’est une région qui présente une grande diversité d’activités économiques : tourisme, résidences secondaires et services sur la côte ; industrie de la chaussure à Elx (Elche), Elda, Petrer et Villena ; agriculture intensive et d’exportation dans le Bas Segura et dans le Vinalopó Moyen, et viticulture dans les Vallées du Vinalopó ; industrie du marbre à Novelda dans les Vallées du Vinalopó, et de la ceramique à Agost.

18La région d’Alacant comprend la contrée de l’Alacantí, celles du Vinalopó (Alt Vinalopó, Vinalopó Mitjà, les Valls del Vinalopó i el Baix Vinalopó, avec des villes comme Villena, Elda, Novelda i Monòver, o Elx, respectivement) et le Baix Segura, avec des villes comme Oriola (Orihuela), siège d’évêché et vieille capitale « forale » du gouvernorat méridional, et Torrevella (Torrevieja), ville au développement incontrôlé en bord de mer. Au total, ces contrées représentent plus d’un million d’habitants permanents, résidents temporaires ou vacanciers non compris.

19On y trouve également une diversité linguistique et culturelle entre communes, pour des raisons historiques, motivées par l’expulsion des morisques et les repeuplements ultérieurs, et du fait des modalités de création des provinces espagnoles au milieu du xixe siècle. Les communes des contrées de l’Alt Vinalopó et du Baix Segura sont considérées comme à predominance linguistique castillane. Les raisons en seraient les repeuplements par des Castillans et des Murciens consécutives à l’expulsion des morisques, il y a tout juste 400 ans, en 1609, qui affectèrent tout particulièrement les localités seigneuriales (Elda, Asp et Montfort) ou les territoires du Baix Segura. Il convient de rappeler que l’expulsion des morisques a représenté une perte de quelque 130 000 habitants, soit un tiers de la poulation valencienne.

20Quand en 1833-50 furent créées les actuelles provinces espagnoles à l’image des départements français – Javier de Burgos était un libéral « afrancesado » –, à la province d’Alacant furent rattachées trois localités castillanophones de l’ancien Royaume de Murcie : Villena, Saix et Salines, dans la haute vallée du Vinalopó.

4. MALGRÉ TOUT, LE VALENCIEN EST ENTRÉ À L’ÉCOLE

21Avec la démocratie et la Constitution espagnole de 1978 s’est ouverte la voie de la récupération de l’autogouvernement et des langues propres qui avaient été interdites et pourchassées auparavant par l’État franquiste. Une des premières grandes mesures du Gouvernement valencien, qualifiée de fondamentale ou de révolutionnaire par beaucoup, fut la loi valencienne de normalisation linguistique (cf. Pitarch, 2005). Quand fut approuvée la Llei d’Ús i Ensenyament del Valencià (LUEV)9 au Palau de la Diputació d’Alacant, le 23 novembre 1983, la société réagit rapidement. Au cours de l’année scolaire suivante, la Conselleria commença à dépêcher des maîtres et des professeurs de valencien pour tenter de gagner les autres professeurs et les élèves à une matière dépourvue de tradition scolaire et encore socialement marquée. Peu à peu, mais en progression régulière, en cinq ou six ans, le valencien fit son entrée en tant que matière dans les écoles publiques et dans les classes post-bac, et par la suite dans les établissements privés lorsqu’un examen de valencien fut inclus parmi les épreuves donnant accès à l’université. Il y eut des résistances, des campagnes dirigées contre le « conseller » Ciscar, une manifestation hostile en mai 1985 suivie d’une autre de soutien, en décembre de la même année.

22La LUEV rendait obligatoire l’enseignement du valencien pour tous les élèves residant dans des communes considerées valencianophones et donnait la possibilité d’organiser des cursus dans lesquels la totalité ou la majorité des enseignements prenait le valencien comme langue véhiculaire : Programa d’Ensenyament en Valencià (PEV), ou Programa d’Immersió Lingüística (PIL). En outre, ceux qui ne choisissaient aucune de ces deux options, avaient l’obligation de suivre le Programa d’Incorporació Progressiva de l’ensenyament en valencià (PIP) qui stipulait qu’à partir de 7 ans une matière fondamentale devait être enseignée en valencien (Connaissance de l’Environnement ou Mathématiques, par exemple).

23C’est à ce moment-là que furent créées les associations de parents et les associations citoyennes en faveur du valencien, ou pour la normalisation linguistique, destinées à garantir un environnement social et familial susceptible de renforcer le travail des maîtres et des enfants. Même en s’appuyant sur la loi, les débuts furent difficiles et cette voie demeure toujours très difficile à développer. Ces associations – parmi lesquelles La Cívica d’Alacant et El Tempir d’Elx méritent d’être mentionnées – se sont par la suite fédérées en Escola Valenciana10.

5. L’ENSEIGNEMENT DU VALENCIEN À ALACANT ET DANS L’ALACANTÍ

24Vingt-cinq ans après l’approbation de la Llei d’Ús o Ensenyament del Valencià, au cours de l’année scolaire 2008/2009, à Alacant, il n’est possible de suivre un enseignement en valencien que dans 12 écoles publiques et une école privée (sur les 34 établissements privés de la ville). Si nous considérons les pourcentages, 6 % des élèves de maternelle et de primaire d’Alacant étudient en valencien – 12 % pour les seuls établissements publics. Le secondaire est à des pourcentages encore plus bas, et en fait la poursuites des études dans un programme en valencien n’est même pas garantie dans les collèges ou lycées situés dans les quartiers ou les secteurs zones scolaires correspondants.

25En revanche, dans les autres localités de la contrée de l’Alacantí, les pourcentages d’élèves de primaire qui suivent un programme d’enseignement en valencien dépasse largement les 30 %. Pour poursuivre notre panorama général du système éducatif, ajoutons qu’à l’Université d’Alacant ont été créés dernièrement des cursus en valencien destinés à garantir une offre minimale dans un plus grand nombre de spécialités. Actuellement, 6 % des crédits (ECTS) délivrés par l’UA sont donnés en valencien.

26Dans les localités que la LUEV considère à prédominance linguistique castillane, le valencien est une matière qui permet l’augmentation de la compétence passive en valencien. Quand on interroge sur leur niveau de compétence en valencien les élèves des localités castillanophones qui arrivent à l’université, commencent à apparaître des îlots de 5 à 8 % d’élèves qui déclarent être capables de parler valencien. Il faudrait néanmoins distinguer entre les localités castillanophones proches des communes valencianophones (comme c’est le cas du Vinalopó et de quelques communes de l’intérieur du Baix Segura) des localités côtières ou de celles où s’est produite une arrivée massive et hétérogène d’élèves de tous âges et conditions culturelles, sociales et familiales, difficile à assimiler sans moyens ni politiques adéquats (Torrevella).

27Quelques initiatives d’enseignants favorables à l’enseignement du valencien donnent de bons résultats. Malgré tout, tant que l’on créera autant de difficultés vis-à-vis l’enseignement du valencien et en valencien, que l’on ne mettra pas véritablement en œuvre la Llei d’Ús et que l’on accordera autant d’exemptions du valencien comme matière au bac dans les zones castillanophones (les exemptions ne peuvent avoir de sens que pour les élèves nouveaux arrivants), le désintérêt des élèves et les faibles résultats seront source de désillusion pour les enseigants et de frustation pour la société valencienne. Il faut donc qu’avec toutes les adaptations méthodologiques et de cursus nécessaires, on traite de la même manière tous les élèves du Pays Valencien dans la formation de base obligatoire et au bac.

28La Conselleria d’Educació doit veiller sur les droits de tous les citoyens et garantir une formation de base égale pour tous, indépendamment de l’origine linguistique, de l’établissement choisi ou de la localité dans laquelle se déroulent les études. La Llei d’Ús fixait l’objectif que tous les jeunes valenciens parviennent au terme de l’enseignement secondaire à acquérir une bonne maîtrise des deux langues officielles, le castillan et le valencien, et elle établissait que l’administration se devait de garantir le droit d’étudier en valencien. Or, au terme de vingt-cinq ans de la promulgation de la LUEV, la réalité est que les élèves qui sortent du système éducatif valencien, particulièrement ceux qui ont étudié dans des établissements privés, n’ont pas une maîtrise similaire des deux langues. La majorité d’entre eux sont incapables de s’exprimer avec une bonne fluidité en valencien.

  • 11 Au cours de l’année scolaire 2008/2009, selon la Federació Escola Valenciana, dans l’ensemble du P (...)

29Les rapports du STEPV et de la Federació Escola Valenciana, démontrent clairement que le système d’enseignement valencien tel qu’il est, rend impossible que plus des 12 % d’élèves qui en ont fait explicitement la demande puissent suivre en intégralité un enseignement en valencien11 ; qu’il existe un déséquilibre préoccupant entre les territoires, qui s’accentue encore davantage si l’on considère les données par contrées ; et qu’il existe un déséquilibre scandaleux entre les établissements publics et privés financés par la Generalitat (en prenant en compte toutes les nuances possibles, selon la localité ou la contrée où ils sont implantés). De telles fractures et inégalités ne favorisent pas et ne faciliteront pas l’évolution collective de la societé valencienne.

30Et nous ne parlons là que d’enseignement, pas d’usage. Sans usage, sans présence dans la vie publique, dans les médias, dans les loisirs et la culture, l’apprentissage n’est pas assimilé et la langue ne devient pas véhicule de communication ni de création. Si les élèves, au delà de leurs obligations scolaires, ne voient pas le valencien utilisé dans un environnement où il leur permette de faire quelque chose de gratifiant ou d’utile, ils ne parviendront pas à l’apprendre et, dans l’état actuel des choses, ils ne le parleront pas.

31Dans le domaine de l’enseignement, il faut donc continuer à se poser des questions et tenter d’y apporter des solutions. Il faut tout repenser, faire preuve d’imagination, renforcer les expériences interdisciplinaires qui facilitent l’apprentissage et l’usage du valencien, avec des contenus et des objectifs susceptibles d’intéresser les élèves. Il faut mener à bien et développer des expériences de plurilinguisme ou de bilinguisme enrichi, avec le valencien et l’anglais comme instruments d’apprentissage. Il faut, là où c’est nécessaire, mettre de côté les manuels scolaires et travailler sur la réalité concrète et s’efforcer d’atteindre avec imagination les objectifs de base dans l’apprentissage de secondes ou troisièmes langues, de sorte que les élèves soient capables de parler valencien (et les autres langues dont ils auront besoin). Il faut que soient écoutés les enseignants et tous ceux qui mettent en œuvre des dynamiques et des expériences qui marchent. La société se doit d’aider les professionnels novateurs et les maîtres passionnés par l’enseignement de la langue et le travail en valencien. Dans le cas d’Alacant, tout comme dans les localités à prédominance linguistique castillane, il faudra mettre en application avec détermination des méthodes communicatives, déjà expérimentées dans l’enseignement pour adultes des langues étrangères, afin de garantir les objectifs fixés par la LUEV, et si nécessaire adapter les examens d’accès à l’université.

32Il faut exiger de l’administration l’application de la loi, un niveau de compétence suffisant en valencien (C1) de tous les enseignants désireux d’intégrer le système éducatif et garantir, au minimum, autant de places de secondaire dans le Programa d’Ensenyament en Valencià qu’il y a d’élèves qui l’ont suivi en primaire.

33Malgré toutes les critiques et suggestions possibles en vue d’une amélioration, soulignons qu’il n’y a jamais eu jusqu’ici autant de Valenciens en capacité d’écrire le valencien, autant de citoyens capables de le parler. Il faut en revanche reconnaître qu’au cours des dix dernières années, les vagues d’immigrants et de résidents européens, n’ont pas contribué à la baisse des pourcentages de valencianophones seulement sur la côte (pour ce qui est des résidences, le front de mer arrive jusqu’à 30 à 40 kilomètres). Ainsi, à Alcoi et dans l’Alcoià, ou aux Ports de Morella, ces mêmes pourcentages baissent du fait de la présence de Sud-américains dans le premier cas, de Roumains dans l’autre.

  • 12 Nous voudrions mentionner ici quelques-uns de ceux qui se sont fortement impliqués dans la rénovat (...)

34Les Valenciens n’ont eu ni avec la Renaixença, épidermique et jeux-floralesque, ni avec la Deuxième République, la possibilité de commencer une alphabétisation en valencien, en dépit des publications populaires imprimées à l’époque, ou des initiatives, épisodiques, mises en route. La Guerre d’Espagne a coupé court aux espérances d’une puissante génération d’intellectuels qui s’étaient impliqués concrètement dans la diffusion de la norme et dans l’usage de la langue valencienne12. À Alacant, la Renaixença a été considérée comme un phénomène très lointain et dans les années 30 les revues et les publications valenciennes parvenaient au compte-gouttes dans quelques rares librairies où le jeune Enric Valor achetait par exemple El Camí ou la Taula de Lletres Valencianes. C’est à Valence et à Castelló, avec la Societat Castellonenca de Cultura, que les contributions les plus lucides et les plus intéressantes pour l’avenir de la langue naquirent au long des années 20 et 30.

6. L’ENSEIGNEMENT D’UNE LANGUE, ÇA N’EST PAS TOUT

35Nous l’avons déjà dit, sans usage, on n’apprend pas une langue. Et sans usage, son enseignement n’a pas de sens. L’administration valencienne ne s’est dotée ni de Direction générale ni d’unité administrative dotée de pouvoir pour élaborer sa politique linguistique. Une année après l’autre, sont cependant organisés des cours et des examens de niveau de valencien ; on peut bénéficier d’un programme gratuit de traduction (Salt) ; on finance un bon service d’études et de recherches sociologiques (SEIS) et on fournit une aide aux municipalités, chambres de commerce, syndicats et universités dans leurs activités de promotion du valencien13.

36La Corporation de radio et télévision valenciennes (RTVV) compte deux chaînes de télévision (Canal 9 et Punt Dos) et une autre d’informations 24 h/24 en phase d’expérimentation ; deux stations de radio (Ràdio 9 et Sí Ràdio), minoritaires et sous contrôle du parti au gouvernement depuis leur création en 1989.

37Deux ans auparavant, sous l’impulsion d’Acció Cultural del País Valencià et grâce à de nombreuses contributions individuelles, TV3 et Catalunya Ràdio étaient arrivées à Alacant et dans la quasi totalité de sa région. Pour de nombreux alicantins, ce fut la première expérience de voir et d’entendre des films en valencien. Et pour beaucoup d’enfants qui commençaient alors à apprendre le valencien à l’école, les matches du Barça et les programmes pour enfants ont constitué le complément idéal des cours de valencien. Étudier le valencien prenait un sens, ne serait-ce que pour regarder la télévision !

38Or, aujourd’hui, on ne peut plus regarder TV3, parce que le Gouvernement valencien a supprimé les relais de TV3 et, en revanche, on peut regarder sans problème toute une panoplie de chaînes appartenant à des groupes de communication madrilènes conservateurs ou proches de la ligne du parti majoritaire au Pays Valencien (Intereconomia, Popular, El Mundo, Las Provincias etc.) généreusement autorisées sans prendre en compte l’intérêt collectif. Il s’agit de chaînes, pour la plupart basées à Madrid, qui n’utilisent en aucun cas le valencien, et qui plus est, qui ne perdent aucune occasion de dénigrer les autonomies, la diversité linguistique et culturelle et les problèmes qui s’ensuivent pour les Espagnols castillanophones.

7. LE BILINGUISME, UNE VOIE INDISPENSABLE DE CONSTRUCTION DU PAYS VALENCIEN ET DU PLURILINGUISME

39Considère-t-on positif que tous les Valenciens soient au minimum bilingues ? Pour l’heure, les Valenciens qui comme moi avons appris le valencien en famille, dont c’est la langue naturelle, sommes au minimum bilingues dans les deux langues officielles. Non seulement nous avons le castillan comme langue seconde, mais la majorité d’entre nous – surtout ceux qui ont moins de 35 ans, qui ont pu étudier en primaire et en secondaire dans des cursus en valencien – possèdent une plus grande richesse lexicale dans des usages formalisés et dans le domaine des loisirs en castillan. Étant donné la présence prédominante et dans certains cas exclusive du castillan dans les médias et les produits destinés aux loisirs, dans l’environnement scolaire et dans les familles, c’est l’école qui constitue le milieu le plus efficace pour l’apprentissage et l’usage du valencien.

40Nous, les valencianophones, pour bien des raisons, nous avons besoin que tous les Valenciens comprennent et soient capables de parler le valencien. Sans eux, nous ne pourrons pas bâtir un pays moderne pour tous, à partir d’une réalité aussi hétérogène et diverse linguistiquement qu’elle l’est à l’heure actuelle. C’est pourquoi nous devons faire en sorte d’aider les Valenciens qui ne parlent pas encore le valencien à le considérer comme étant aussi leur langue, une langue qui est celle de tous les Valenciens, quelle que soit leur origine.

41Nous devons faire en sorte que se l’approprient également les vieux Valenciens, ceux des localités actuellement castillanophones et les descendants de ceux qui, parmi les dernières générations, l’avaient abandonné par autoodi ou du fait de toutes sortes de circonstances personnelles ou familiales. Nous ne pouvons certes pas prétendre que tous les Valenciens aient la même considération pour la langue propre du Pays, ni que tous partagent le même degré d’identification à la langue, à la culture, au pays ou à la nation. Néanmoins, comme peuple, nous avons droit à ce que la langue propre du territoire soit connue et valorisée par tous ses habitants et que ceux-ci l’utilisent plus ou moins, à leur convenance, sans qu’ils aient pour autant à renoncer à leurs multiples identités ou à leurs racines linguistiques ou culturelles. Fort heureusement, aussi bien en tant qu’individus que comme groupes, nous pouvons avoir de multiples identités non excluantes.

42Dans la mesure où nous en faisons un usage naturel en toute situation, avec conviction mais sans ignorer les autres, nous pourrons donner à penser aux Valenciens nouveaux-venus que le valencien est une langue présente dans les relations sociales et qu’il peut être utile pour eux de la parler. Apprendre une langue du pays où l’on vient vivre et travailler est toujours une voie d’intégration sociale et de promotion personnelle, même là où cette langue est minoritaire. Il y a toujours des contextes personnels ou professionnels concrets dans lesquels une telle compétence est appréciée. Une tout autre chose serait que nous exigions, aujourd’hui, à Alacant, que le valencien soit la seule langue d’accueil ou d’intégration sociale. À Alacant, les immigrants surtout les castillanophones des années 60, n’apprenaient pas le valencien : pour la première génération, les pourcentages n’atteignaient même pas les 5 %. Aujourd’hui, en revanche, nous pouvons compter sur l’école comme véhicule permettant d’enseigner le valencien aux enfants d’immigrants.

43La responsabilité de diriger un tel processus incombe et devrait incomber au Gouvernement valencien. Mais la réalité est que la Generalitat est incapable de garantir des places dans les écoles pour tous ceux qui demandent un enseignement en valencien, et par voie de conséquence, sans moyens suffisants, il sera plus difficile d’intégrer linguistiquement les enfants des nouveaux arrivants.

44C’est la société valencienne actuelle, en dernier recours, qui devrait tirer bénéfice du fait que tous les Valenciens puissent connaître et utiliser les deux langues officielles. Cela exige beaucoup de bon sens de la part de tous, et tout particulièrement de ceux qui militent en faveur de la langue ou de ceux qui ont le valencien comme langue usuelle. Ils pourraient ainsi renforcer l’expression de cette fidélité à leur langue et à leur identité culturelle, leur fierté d’être valenciens et la vivre sans complexe, en l’associant à l’aimable invitation faite à ceux qui ne parlent pas valencien, de l’apprendre au quotidien et pouvoir parvenir à le parler à leur convenance.

45Bon sens ne signifie pas pour autant reproduire les normes de bonne éducation apprises et intériorisées après tant de générations qui ont subi la répression et l’autocensure. Bon sens signifie maintenir un certain équilibre d’intérêts, résoudre ou satisfaire les nécessités du moment, sans renoncer par système à sa langue propre. Il serait temps d’en finir avec la soumission et la complaisance. L’enjeu est donc de créer de nouvelles normes de comportement linguistique. Et c’est l’œuvre des individus, de la société et des administrations. Le volontarisme bien intentionné ne sera pas suffisant et il peut devenir frustant pour les gens trop pressés ou ceux qui présument de leurs forces et prétendent assumer toutes les responsabilités.

46C’est à la société civile, aux mouvements et associations structurés – la « ment pensant » (tête pensante) comme le dit Josep Murgades – qu’il revient de créer ces nouvelles normes d’usage social, de dessiner les espaces susceptibles d’atteindre ce double objectif d’élargir les usages et de développer le corps de la communauté catalanophone (Murgades, 2003). Et de tirer profit des moyens dont on dispose déjà et d’en créer de nouveaux. Une grande partie des élèves qui sortent du secondaire et du bac et ont appris le valencien à l’école, sont des enfants de familles qui ne parlaient pas valencien, ou des enfants de couples mixtilingues qui ne leur ont peut-être pas parlé valencien quand ils auraient pu le faire. Ces nouvelles générations sont la base, l’avenir. Et beaucoup d’entre eux, dans la mesure où le valencien est la première langue dans laquelle ils pensent ou ils créent, sont en train de développer les potentialités de la langue, l’espace symbolique dont parlait cet euskaldunberri intégré au Pays Basque et originaire de Carthagène (Sánchez Carrión, 1981).

47Comment peut-on prétendre que les jeunes en âge scolaire apprennent l’anglais, le français et le chinois mandarin – la dernière idée de génie du Conseller d’Educació de la Generalitat Valenciana – si la société valencienne n’est pas capable de garantir une bonne maîtrise du valencien, langue qui jusque dans les cités ou les quartiers qui comptent le plus d’immigrants, peut être entendue ou vue, ne serait-ce qu’à la télévision valencienne ?

48Peut-être faut-il changer la façon d’enseigner le valencien aux élèves, puisque pour beaucoup d’entre eux le valencien est une langue jamais entendue dans leur environnement familial. Sans doute convient-il d’augmenter la capacité d’accueil dans les programmes d’enseignement en valencien (PEV i PIL).

49Il faut revoir le Programa d’Incorporació Progressiva de l’Ensenyament en Valencià (PIP) – mal nommé « cursus de castillan », qui intègre une ou deux matières en valencien – dans la mesure où il n’a pas pris la forme qui avait été envisagée, l’administration ayant tout fait du reste pour qu’il en soit ainsi.

50Dans les localités considérées par la LUEV comme castillanophones, il faut concevoir et mettre en œuvre une application adéquate du PIP et stimuler l’immersion linguistique (PIL) là où la communauté éducative le décidera. Faute de quoi le valencien demeurera une matière ennuyeuse et sans intérêt, comme ont pu l’être par le passé le latin ou le grec pour la grande majorité des élèves.

51Il est grand temps que les administrations publiques, et tout particulièrement la valencienne, pour qui tout reste à faire, développent le doublage de films et s’attachent à diffuser systématiquement les films en version originale sous-titrée en valencien. Le cinéma en valencien, y compris à la télévision publique, est un terrain encore à défricher, malgré les proclamations selon lesquelles sa raison d’être était précisément la promotion du valencien ! Dans ce domaine, les universités valenciennes et la Federació Escola Valenciana, ont mis en route des cycles de cinéma en valencien destinés au public estudiantin, dans des salles commerciales ouvertes au public, et leur accueil a largement dépassé les espérances des organisateurs. On y combine les films doublés en catalan avec d’autres en version originale sous-titrée, ou des cycles de documentaires en version originale, parfois sous-titrée en valencien14. Cette dynamique, qui a débuté pendant l’année universitaire 2003/2004 à Valence grâce à la collaboration de l’Université de València et de l’Université Politècnia de València, s’est rapidement étendue aux autres universités publiques valenciennes (Alacant, Jaume I de Castelló et Miguel Hernández d’Elx) et aujourd’hui de nombreuses municipalités s’y sont associées et programment un cinéma en valencien (la plupart des films étant doublés par la Generalitat de Catalunya en catalan oriental, ce qui ne suppose aucune difficulté particulière pour le public).

8. COMMENT DÉPASSER LE DÉSÉQUILIBRE LINGUISTIQUE ET CULTUREL ?

  • 15 Llei Orgànica 1/2006, de 10 d’abril, Estatut d’Autonomia de la Comunitat Valenciana.

52De mon point de vue, les administrations se doivent de respecter et de mettre en application les lois, depuis le Statut d’Autonomie15, jusqu’à la Llei d’Ús i Ensenyament del Valencià, et la Llei de creació de la RTVV, pour faire en sorte que, à tout le moins, tous les Valenciens puissent avoir une compétence sufficisante en valencien. C’est là une exigence pour que nous tous les Valenciens, puissions avoir les mêmes droits et les exercer. Comment pourrais-je aller acheter dans ma langue un pantalon ou un téléphone portable, si le vendeur ou la vendeuse ne me comprend pas ?

53Les partis politiques doivent veiller à ce que les lois soient appliquées et en demander des comptes aux gouvernements qui en sont responsables, sans faire un usage partisan de la langue, ni permettre qu’aucun parti s’autoproclame défenseur des essences linguistiques ou identitaires, parce que cela pervertit le débat et les mesures politiques véritablement importantes, concernant les usages linguistiques.

54L’État espagnol et l’État français se sont engagés à protéger les langues de leurs territoires et ont signé la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires. Du moment que leur action sera positive, pour aussi lente ou timide qu’elle soit, elle sera la bienvenue. À mon sens, le fait de croire que les seuls gouvernements autonomes, sans prendre en compte l’État, suffiraient à récupérer le temps perdu et à faire que tous les citoyens de nos territoires puissent parler catalan a été une grave erreur.

55La réglementation récente sur les nouveaux diplômes universitaires de licence, élaborée par le Ministère de l’Éducation, est un exemple de plus des dangers qui nous guettent, nous territoires autonomes dotés d’une langue propre, si nous n’exigeons pas de l’État que, dans le champ de ses compétences, il s’engage à promouvoir l’apprentissage et l’usage du catalan, du galicien et de l’euskera dans le milieu universitaire espagnol, pour des raisons de protection du patrimoine et de la culture et, surtout, à faire en sorte que la mobilité de l’emploi ne vienne pas, entre autres facteurs, compliquer ou mettre à mal les processus de normalisation linguistique. On peut considérer comme une preuve de cynisme assimilationniste le fait que l’État demande ou facilite l’officialité du catalanvalencien ou que celui-ci soit admis pour certains usages devant les institutions de l’Union Européenne, et qu’il ne prévoie aucun plan d’action permettant de l’utiliser, même dans des conditions limitées, devant les institutions de l’État en dehors des territoires où il est langue officielle. L’Europe, c’est important, mais Alacant et Madrid, ou Perpignan et Paris, doivent également être les objectifs de notre militantisme en faveur de la langue et de la culture.

CONCLUSIONS

56Dans un contexte de quasi disparition d’une langue dans ses usages privés et publics sur une partie d’un territoire, en l’occurrence la ville d’Alacant, nous, les représentants de la culture et de la société civile, devons nous engager à renverser un tel processus.

57L’Europe est une mosaïque linguistiquement plurielle et diverse, mais elle possède une culture et des valeurs partagées. Dans le respect de la diversité des origines et des identités, il est nécessaire de garantir que tous les Valenciens puissent faire leur la langue propre du territoire et soient capables d’en faire usage.

58Pour que ce soit une réalité, les administrations doivent garantir cette connaissance de la langue et l’exercice actif et passif du droit d’utiliser le valencien. La société consciente, la société civile vigilante, mais surtout les administrations éducatives, doivent former nos concitoyens à parler le valencien (et le castillan pour les nouveaux arrivants qui ne le parlent pas) et les autres langues, avec les moyens les plus adéquats.

59Nous devons exiger des autorités politiques et éducatives que s’appliquent les lois et conventions internationales permettant la présence normale du valencien dans la vie publique, l’enseignement, les loisirs, les médias, l’étiquetage des produits de consommation, les productions audiovisuelles, etc.

60L’État espagnol et l’État français ont la responsablité de diffuser et de faciliter l’usage des langues sur leurs territoires respectifs, à l’intérieur et au dehors de leur propre territoire. La politique consistant de leur part à faire comme s’ils n’étaient pas concerner et à abandonner toutes les compétences aux mains des gouvernements autonomes, est une irresponsabilité, peut-être voulue, en tout cas inacceptable du point de vue des principes européens propres aux démocraties avancées et coresponsables.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Giménez, Enrique (2006), Los servidores del rey en la Valencia del siglo xviii, València, Institució Alfons el Magnànim.

Lorenzo, Jaime (1984), « El Tio Cuc », Canelobre, 2, Otoño 1984, Diputació d’Alacant.

Mateo, José Vicente ([1966] 1986), Alacant a part (pròleg de Joan Fuster), València, Eliseu Climent.

Mira, Joan Francesc (2006), Almansa 1707. Després de la batalla, Alzira, Bromera.

Montoya, Brauli (1996), Alacant : la llengua interrompuda, Paterna, Denes.

Moreno, Francisco (1989), « La identidad de Alicante. Cultura valenciana, sureste y alicantinidad », Canelobre, 14/15 (« Cultura y sociedad en Alicante en los años cincuenta »), Diputació d’Alacant, p. 198-202.

Murgades, Josep (2003), « Ment pensant en un cos que poc batega ? El català avui », L’Espill, 15, València.

Pitarch, Vicent (2005), « Vint anys de la Llei d’Alacant. Un balanç d’urgències », in Alcaraz Manuel, Isabel Ferran, Ochoa Josep eds. (2005), Vint anys de la Llei d’Ús i Ensenyament del Valencià, Alzira, Bromera.

Sánchez Carrión « Txepetx », José María (1981), El espacio bilingüe, Burlada (Navarra), Eusko Ikaskuntza.

Notes

1 Quand nous les Valenciens, faisons référence à la langue que nous parlons, depuis la fin du xve siècle, nous la dénommons valencien. Les philologues disent que c’est une variété ou une manière de parler la langue catalane ; certains proposent par ailleurs de l’appeler langue catalano-valencienne dans le contexte européen et mondial. Les universités valenciennes dans leurs statuts parlent de valencien, dénommé catalan dans les sphères académiques. Je demande aux lecteurs qui ne seraient pas familiarisés avec la dénomination de valencien de bien vouloir, dorénavant, faire mentalement la permutation des termes, et de nous éviter ainsi une perte de temps.

2 L’Université d’Alacant (UA) compte quelque 26 500 étudiants, dont un quart sont de la ville d’Alacant (Alicante) et un peu moins de la ville d’Elx (Elche). 7 % proviennent d’en dehors des territoires de langue catalane.

3 Pour un panorama de l’offre de formation, cf. : http://www.ua.es/spv/docencia/coneixement.html

4 La « comarca » (contrée) de l’Alacantí est formée des communes d’Alacant, el Campello, Sant Joan d’Alacant, Aigües, Busot, Xixona, la Torre de les Maçanes, Sant Vicent del Raspeig et Agost, et compte un demi-million d’habitants, plus les touristes, estivants et les propriétaires de résidences secondaires sur la côte.

5 Le général Franco mourut en 1975. En juin 1977 eurent lieu les élections constituantes du Congrès qui rédigea et approuva le texte de la Constitution, le 6 décembre 1978. En 1979, en février, furent organisées les premières élections démocratiques du Congrès et du Sénat ; au mois de mai suivant se tinrent les premières élections municipales démocratiques. En février 1981, dans un contexte de crise du gouvernement de l’Union du Centre Démocratique (UCD) présidé par Adolfo Suárez, se produisit une tentative de coup d’État. En 1982 le PSOE remporta les élections générales et Felipe González forma son gouvernement. En juillet 1982 fut approuvé le Statut d’Autonomie de la Communauté Valencienne et en novembre de 1983, la Llei d’Ús i Ensenyament en Valencià (LUEV) avec un Gouvernement de la Generalitat Valenciana présidé par le Partit Socialista del País Valencià (PSOE-PSPV) depuis juin 1983.

6 Manuel Alcaraz Ramos, alicantin, castillanophone, apprit le valencien lorsqu’il était conseiller municipal PCPV d’Alacant (1979). Plus tard, il fut député d’Alacant aux Cortes Generales. Premier directeur du campus principal de l’Université d’Alacant (2000-2007), il s’employa avec conviction à donner au valencien une présence normale dans le cadre de la programmation des activités culturelles. Il est professeur de Droit Constitutionnel à l’UA et l’auteur de nombreux ouvrages et articles, dont certains traitent de la nation et des droits linguistiques.

7 « Els valencians del segle xviii, privats de tot poder i del mínim marc institucional propi, van fer l’única cosa que podien : treballar, créixer, obrir més i més terres al cultiu, produir, comerciar, anar creant a poc a poc una miqueta de benestar i de riquesa. Modestament, però de manera obstinada i constant. [...] Privats de tot això, els valencians només podien treballar i callar » (Mira, 2006 : 118).
Pour une description minutieuse de cette administration militaire de l’ancien Royaume et de toutes les bourgades et villes valenciennes pendant pratiquement tout le xviiie siècle, cf. Giménez, 2006.

8 Dans les années trente à Alacant, on pouvait lire un hebdomadaire satirique, El Tio Cuc, (1914-1936) auquel avait collaboré pendant quelques années comme correcteur l’écrivain et grammairien Enric Valor. Cf. Lorenzo, 1984 : 9-16.

9 http://www.gva.es/cidaj/val/v-normas/4-1983.htm

10 http://www.escolavalenciana.com/associacions

11 Au cours de l’année scolaire 2008/2009, selon la Federació Escola Valenciana, dans l’ensemble du Pays Valencien, ce sont 92 000 élèves qui n’ont pas pu s’inscrire dans les programes d’enseignement en valencien (PEV o PIL) par manque de place. C’est dire si la demande existe ; pour de nombreuses familles, étudier en valencien est considéré comme positif et la meilleure manière de faire acquérir le valencien à leurs enfants.

12 Nous voudrions mentionner ici quelques-uns de ceux qui se sont fortement impliqués dans la rénovation de l’enseignement et la diffusion du catalan, tels Soler i Godes, Carles Salvador, Sanchis Guarner, diffuseurs des Normes de 32 qui adaptaient les normes de l’Institut d’Estudis Catalans et militants déterminés, malgré les exils ou les mesures d’éloignement.

13 Pour les actions et l’organisation de l’Àrea de Política Lingüística, cf. http://www.edu.gva.es/polin/index.asp

14 Cf. le site dédié de l’UA pour 2009 : http://www.ua.es/spv/cinema09.html et celui de la FEV (Cinema a l’escola) : http://www.escolavalenciana.com/categories/index/99/cinema-a-l-escola

15 Llei Orgànica 1/2006, de 10 d’abril, Estatut d’Autonomia de la Comunitat Valenciana.

Notes de fin

* Les réponses possibles sont : correctement, assez bien, avec difficulté, pas du tout, ne répond pas. Nous regroupons dans ce tableau les seules réponses « correctement » et « assez bien ».

Table des illustrations

Titre Compétences en valencien des étudiants de l’UA. Évolution (en %)
Légende Note **Source : données des dossiers d’inscription3.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Compétences déclarées en valencien des étudiants de l’UA
Légende Source : dossiers d’inscription des 26.378 étudiants inscrits en 2008/2009.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

Auteur

Josep V. FORCADELL SAPORT - JOSEPV.FORCADELL@UA.ES - est directeur technique du Secretariat de Promoció del Valencià de la Universitat d’Alacant et a occupé les fonctions de directeur de l’Observatoire de la Langue de cette même université. On lui doit à ce titre la co-édition avec Ferran Isabel de El valencià a Alacant. Observatori de la Llengua (2002/2003), 2004 et de A Alacant, en valencià. Observatori de la Llengua (2003/2005), 2007. Il avait auparavant collaboré à la traduction en catalan du Coran (l’Alcorà) de Míkel de Epalza, 2001 (Premi Ciutat de Barcelona i Premio Nacional de Traducción 2002) et publié « Una (altra) política língüistica per alvalencià », L’Espill, 15, 2003, Institut Alacantí de Cultura Juan Gil-Albert (Diputació d’Alacant).

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540