Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les plafonds peints médiévaux

 | 
Philippe Bernardi
, 
Monique Bourin

Conclusion

Philippe Bernardi

Texte intégral

1L’histoire qu’amorce ce volume est celle d’images fragiles, ne survivant pas toujours aux multiples restructurations des bâtiments, d’images dédaignées, n’ayant pas accédé au statut d’œuvres d’art, d’images méconnues, parce que trop souvent arrachées à un ensemble. Ces images, les contributions rassemblées nous invitent, en premier lieu, à en découvrir la richesse et la diversité. L’étude, menée à l’échelle d’une région, frappe, en effet, par le nombre de vestiges qu’elle met en lumière. Les plafonds peints conservés se retrouvent dans l’ensemble du Languedoc, dans les villes comme dans les villages ; à l’intérieur de châteaux comme de maisons, du XIIIe au XVIe siècle. Nous saisissons ce décor à travers ce que nous en montre une série d’ensembles majeurs plus ou moins bien étudiés jusqu’à ce jour, comme à Lagrasse, Capestang ou Perpignan, mais nous en percevons également la diffusion à l’aune des mentions ou des vestiges épars, démembrés que peuvent recueillir les archéologues ou les amateurs éclairés.

2Encore faut-il noter qu’une partie de ce patrimoine nous demeure inconnue parce que dans le domaine privé ou masqué par un plafond plus récent. L’objet d’étude s’avère ainsi pour partie encore à dégager de sa gangue et, plus qu’à la synthèse, c’est à cette découverte et à une dynamique de mise en valeur de ce patrimoine que nous invitent les contributions réunies ici.

  • 1 L. Bruguier-Roure, « Les plafonds peints du XVe siècle dans la vallée du Rhône », Congrès archéolo (...)

3La richesse de ce décor, au-delà de la mise au jour, de l’inventaire, réside également dans sa diversité. Scènes de la vie quotidienne, thèmes religieux ou obscènes, êtres réels ou fantastiques nous introduisent alors à la culture d’une époque. Une culture où se mêlent, de manière parfois déconcertante pour nous, ce que nous désignerions comme le savant et le populaire. C’est là l’intérêt, disons le plus immédiat, d’images dont l’identification n’est pas toujours aisée. Si l’on s’arrête à cette identification, considérant les figures indépendamment les unes des autres, une partie de leur sens nous demeure toutefois inaccessible et elles peuvent n’apparaître, telles des illustrations de magazine, que comme « mille sujets qui chassent l’ennui »1.

4Les auteurs de ce volume montrent que ces images sont à (re) découvrir, à (re) connaître, mais aussi à (ré) assembler. À Capestang comme à Pont-Saint-Esprit, de véritables programmes iconographiques raisonnés, avec un sens de lecture et une hiérarchie entre les éléments, émergent ainsi si l’on prend soin d’envisager ces figures dans leur ensemble. Le décor des plafonds nous donne alors à entendre des discours plus ou moins complexes qui débouchent sur un autre niveau d’appréhension de la raison d’être de chaque image ou des fonctions que ces dernières peuvent assumer.

5Les closoirs, assimilés à de petits tableaux peints, ont été considérés isolément.

6Le démembrement des plafonds peints médiévaux s’est trop longtemps accompagné d’une sorte d’abstraction intellectuelle qui a conduit à en envisager les éléments de manière indépendante et chaque closoir comme un petit tableau peint. Le présent ouvrage nous engage à adopter la démarche inverse, à ne pas refermer l’étude sur son objet mais à l’ouvrir le plus largement possible. Cette ouverture amène, au fil des contributions, à replacer les closoirs dans une structure charpentée dont ils ne sont pas toujours (loin s’en faut) les seuls éléments décorés. Il suffit, pour s’en convaincre de penser, par exemple, aux corbeaux de la loggia de la reine au palais des rois de Majorque, à Perpignan, aux poutres à engoulants du château de Gabian ou de la maison située au numéro 23 de la rue des docteurs Bourguet, à Béziers, et aux poutres-femmes ou femmes-poutres du château de Capestang. Du plafond, nous sommes également invités à passer à la charpente de toit qui, comme dans le cas de la maison des chevaliers de Pont-Saint-Esprit, en est fort proche, en matière de décor.

7La peinture des plafonds ne peut, de la même manière, s’envisager indépendamment d’autres formes d’art. Ceci en raison des correspondances qui ont pu exister, dans un même espace, entre, par exemple, le traitement des plafonds et celui des murs ; parfois confiés à un même atelier comme cela semble être le cas pour l’Hostal des Carcassone, à Montpellier. Mais également à cause des comparaisons qui peuvent être établies entre, notamment, les figures visibles au plafond du château de Capestang, celles qui illustrent les marges des manuscrits ou celles qui ornent les gargouilles des églises.

8Les comparaisons dégagent les contours d’une culture commune et d’influences qui ouvrent l’étude des plafonds peints languedociens sur le domaine français comme sur l’Espagne, d’où proviennent les origines mudéjars que l’on décèle dans le traitement de quelques charpentes (Perpignan et Montpellier), et l’Italie de la Renaissance qui marqua de son style les plafonds de la maison des chevaliers de Pont-Saint-Esprit.

9Ces remises en perspective amènent les auteurs à poser les bases d’une réflexion sur les conditions de production et les contextes d’élaboration de telles œuvres. Les interrogations formulées sur la technique de réalisation ou la commande demeurent, il est vrai, encore largement pendantes et appellent à compléter et à élargir l’enquête. L’apport de ce qui apparaît comme un premier volet d’un travail plus ample sur l’ornementation des charpentes réside alors pour partie dans la mise en place d’une méthodologie dont nous tenterons, ici, de dégager les grands principes.

10Au fondement de cette démarche se trouve un indispensable repérage ou inventaire des sources. Des sources qui se composent bien sûr des plafonds eux-mêmes mais également des éléments épars ou des vestiges de ces plafonds, qu’ils soient simplement déposés dans les musées, les monuments, les dépôts archéologiques, chez des particuliers ou remis en œuvre en réemploi. Les charpentes ont aussi fait l’objet de contrats ou d’enregistrements comptables, lors de leur construction, de leur ornementation ou de réfections ultérieures. Elles étaient mentionnées dans les inventaires, ce qui engage à ne pas négliger l’apport des documents écrits, qu’ils soient contemporains de la mise en œuvre ou postérieurs à celle-ci. C’est par ce biais que nous pouvons appréhender un certain nombre de plafonds aujourd’hui détruits. Enfin, il ne faut pas négliger l’apport éventuel de l’iconographie jusqu’ici peu sollicitée.

11Cet inventaire apparaît comme la seule manière de prendre la mesure de l’importance de ce type d’ornementation, de sensibiliser le public à son intérêt et, partant, de tenter de protéger et de conserver ce fragile patrimoine. Le repérage doit ensuite s’accompagner d’un enregistrement aussi détaillé que possible de l’ensemble du décor (des images) et de la structure dans laquelle il prend place. C’est, ici, à une véritable archéologie des charpentes qu’il faut en appeler. Une archéologie prenant en considération les traces de mise en œuvre (marquages, traces d’outils...) qui nous renseignent sur les techniques de confection de l’ensemble (structure et décor). Une archéologie mettant aussi en évidence les transformations subies au cours des siècles et qui ont pu modifier profondément l’organisation initiale de l’ensemble. L’analyse dendrochronologique, menée de manière concertée avec l’étude historique, permet d’affiner considérablement notre appréhension de la structure envisagée. La date d’abattage des bois est une indication déjà fort précieuse mais l’intérêt de la dendrochronologie va bien au-delà avec la caractérisation fine des bois qu’elle peut proposer et qui nous renseigne sur leur nature (essence, âge des arbres…) comme sur la ou les zones probables de provenance.

12Chaque charpente, chaque plafond a une histoire faite de multiples événements qui vont de sa construction jusqu’à, parfois, sa destruction, voire sa reconstruction, mais qui passe aussi par des réfections (quelquefois sous la forme de repeints ou de décapages radicaux) et par des restaurations. Cette histoire intéresse le chercheur, d’un point de vue monographique, par ce qu’elle permet d’apprendre sur une structure précise. Elle renseigne aussi, de manière plus large, sur l’évolution du goût et des principes de restauration.

13Les restaurations sont des étapes à saisir dans l’évolution d’une structure, elles offrent aussi l’occasion de mieux appréhender certains aspects du décor à partir de l’analyse des couches picturales elles-mêmes c’est-à-dire par la mise en évidence d’éventuels repeints mais également par la détermination des techniques picturales employées (préparation ou non du support, nature des pigments…).

14Mieux saisir l’objet dans sa réalité et sa complexité doit ainsi permettre, pour reprendre les termes de Pierre-Olivier Dittmar et Jean-Claude Schmitt, de « construire des comparables » sur une base solide, efficace. Ce n’est qu’à cette condition que l’on peut prétendre dégager d’éventuelles influences et/ou spécificités.

15L’enjeu, à travers cette démarche, est d’atteindre à une certaine maturité de la recherche et de passer en quelque sorte de l’étude de peintures sur plafonds à celle de l’ornementation des charpentes pour, redonnant ainsi sa plénitude à l’objet, aller vers plus d’Histoire. Une histoire multiple : une histoire de techniques (constructives ou décoratives) encore bien mal connues ; une histoire culturelle perceptible à travers les programmes restituables et les fonctions assumées au Moyen Âge par l’ornementation mais également à travers l’évolution des goûts ou de la perception que l’on a pu avoir de ces décors au cours des siècles suivants ; une histoire économique et sociale, celle d’artisans ou d’artistes dont les figures les plus éminentes commencent à se dessiner mais dont les conditions de vie et de travail nous échappent encore dans leur ensemble ; une histoire artistique, enfin, qui redonne toute sa place à des œuvres sous certains aspects « marginales » mais dont la richesse et l’intérêt ne sont à présent plus à démontrer.

16Le patrimoine languedocien a, dans ce domaine, suscité des travaux pionniers qui ont largement ouvert la voie aux études actuelles. Plus qu’ailleurs en France, des initiatives se font jour pour mettre en valeur et préserver ces témoins fragiles du passé. Ce n’était que justice d’en faire le point de départ d’une entreprise ayant pour objet l’étude scientifique et la mise en valeur des plafonds peints médiévaux.

Notes

1 L. Bruguier-Roure, « Les plafonds peints du XVe siècle dans la vallée du Rhône », Congrès archéologique de France, Montbrison, 1885, 52, Caen, 1886, p. 309-352

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540