Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les plafonds peints médiévaux

 | 
Philippe Bernardi
, 
Monique Bourin

Restauration immobilière, histoire de l’art et fiscalité : un plafond peint du xve siècle découvert à Carcassonne

Jean-Michel Martin

Texte intégral

1C’est en 2006 que des travaux de restauration immobilière d’un immeuble situé au 51 rue de Verdun à Carcassonne, dans le secteur sauvegardé de la ville basse, ont révélé la présence de deux importants plafonds peints au rez-de-chaussée et au 1er étage d’un immeuble patricien de la bastide Saint Louis.

2L’architecte des bâtiments de France à émis une prescription de conservation et de restauration dans son visa pour l’autorisation spéciale de travaux qui a nécessité une étude complète du contexte de la découverte, à savoir une étude archéologique du bâti et une recherche archivistique.

3Cette opération de restauration immobilière s’inscrit donc géographiquement dans le secteur sauvegardé de la bastide Saint Louis de Carcassonne et fiscalement dans le contexte de la loi Malraux. Cette loi incitative, créée à l’initiative de l’ancien ministre du Général de Gaulle, fait appel à l’initiative privée pour réhabiliter les centres des villes et permet aux propriétaires bailleurs d’un immeuble situé dans un « secteur Malraux » de défiscaliser la totalité du montant des frais d’achat et de travaux de restauration de cet immeuble.

4C’est la rencontre de ces deux mondes, apparemment opposés, de l’histoire de l’art et de la fiscalité, réunis le temps d’une opération immobilière et financière pour la sauvegarde du patrimoine, que le lecteur va pouvoir découvrir.

Contexte historique

  • 1 Le plafond peint du 1er étage n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie

5Fondée en 1248 par saint Louis, la prospérité de la bastide de Carcassonne reposera du XIVe au XVIIIe siècle sur une industrie drapière florissante. Cette aisance financière modèlera l’architecture de la ville-basse, en particulier celle de l’ancienne carrière Mage (actuelle rue de Verdun), dans laquelle de nombreux hôtels particuliers, propriétés de riches marchands, de clercs, de consuls ou d’officiers de la sénéchaussée, vont être édifiés au cours des siècles. L’immeuble du 51 rue de Verdun appartient dès 1470 à Pierre de Belissen dont la famille est originaire de Trèbes (Aude). Ce dernier était un commerçant aisé, négociant en denrées alimentaires et produits agricoles ; il était également propriétaire, avec son frère, d’une hôtellerie située à Barbaira. Il est possible que la demeure du 51 rue de Verdun ait servi d’hôtellerie, ce qui expliquerait peut-être la présence de scènes paillardes représentées sur les plafonds peints du rez de chaussée et du 1er étage1

Figure 11.1 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Plan de l’état actuel du rez-de-chaussée et du plafond peint

Configuration générale de l’hôtel particulier

6L’hôtel s’étire du nord au sud dans une bande relativement étroite. L’accès principal se faisait au nord par la carrière Mage et une entrée de service devait compléter la desserte grâce à l’existence d’une ruelle, aujourd’hui disparue, située au sud. Si l’on sait à présent, grâce aux plafonds peints, que l’hôtel existait au moins au milieu du XVe siècle, la date de sa création, ainsi que celle des constructions qui ont pu le précéder, ne nous est pas connue.

7De nos jours, l’hôtel comprend deux cours intérieures séparées par deux corps de logis accessibles par deux étroits couloirs piétonniers : le premier donnant sur la rue de Verdun et le deuxième, plus retiré, situé entre les deux cours. Les décors peints sur plafonds se situent dans le deuxième corps de logis au rez-de-chaussée et au premier étage (seuls les plafonds du rez de chaussée ont fait l’objet d’une étude approfondie).

Les façades sur rue du 51 et 49 rue de Verdun

8L’étude du bâti se limite, au-delà de la structure générale de l’immeuble, au rez-de-chaussée et à une partie du 1er étage du 51.

9- n° 49 : façade à pans de bois à trois étages en encorbellement, sa datation (XVI-XVIIe ?) est difficile car elle est entièrement crépie, avec des croisées sub-contemporaines (XIXe).

10- n° 51 : façade en pierre à deux étages comprenant en rez-de-chaussée une porte d’accès étroite menant au couloir d’entrée et une grande arche en pierre de taille abritant l’entrée d’un magasin. Le premier étage comprend de larges baies dont l’appui repose sur des corniches en pierre et des garde-corps en fer forgé ouvragé. Le second étage offre des baies identiques mais d’une hauteur moindre pour ménager la perspective ; les garde-corps en fer présentent un décor d’arcs brisés néo-gothique (XIXe).

La cour 1

11Le couloir d’accès conduit à une première cour de forme rectangulaire (6,50 m x 4,00 m) qui dessert les étages supérieurs grâce à un grand escalier auquel on accède par une galerie de vaste proportion, munie de deux arcades en plein cintre (figure 11.1). La cage d’escalier occupe un grand espace supérieur à celui de la cour (6,50 m x 5,00 m).

12En règle générale l’ensemble paraît stylistiquement et chronologiquement homogène. Le format des baies, le style de l’escalier et de sa rampe, la présence des arcs de décharge en brique permettent de proposer une mise en œuvre au XIXe siècle.

13Le décrépissage de la façade ouest a permis de mettre au jour une arcade voûtée en anse de panier ignorée jusque-là et condamnée probablement durant les travaux de transformation au XVIIIe et au XIXe siècle. L’exploration du faux plafond situé au dessus du magasin a permis d’observer sa mise en œuvre. L’intrados massif et bien appareillé est intact, mais une partie du sommier et du claveau nord a été enlevée anciennement.

Le couloir entre la cour 1 et 2

14Ce passage permet d’accéder aux bâtiments situés dans la cour 2. De création récente (XIXe siècle), il traverse de part en part la pièce aux plafonds peints qui au milieu du XVe siècle ne faisait qu’une. Il est constitué, à l’ouest d’une cloison fine montée en briques foraines posées de champs, et à l’est d’un mur de mœllons plus épais.

La cour 2

15Cette deuxième cour est légèrement plus grande que la cour 1 (8,40 m x 4,00 m). Elle est composée au sud d’un mur aveugle mitoyen, riche en informations architecturales, au nord d’un mur à deux étages assez remanié, et à l’est et à l’ouest de deux autres bâtiments étroits.

16Tous ces éléments reliés à l’arche retrouvée dans la cour 1 (noté H) et à l’arceau (noté G) attestent avec certitude l’existence, au moins au XVIIe siècle, d’une grande galerie nord-sud qui permettait de desservir les différents corps de logis.

Le rez-de-chaussée

17Les observations que l’on peut faire dans l’espace occupé par le magasin sont assez limitées à cause de la présence de ce commerce en activité. Toutefois une grande partie du plafond correspondant a pu être explorée. La première partie du magasin, située sur rue, comporte un faux plafond ancien (XVIIIe-XIXe siècles) fait d’un lattis plâtré qui cache un plafond primitif constitué de poutres brutes et de solives placées côte à côte sans entrevous. Ce plafond ne présente aucun décor peint et il est datable aussi de la même époque.

18Dans l’espace compris entre le plafond et le faux plafond, on observe le cintre de l’arcade H et celui de l’arcade G fait de pierres de tailles bien appareillées.

19Dans la deuxième partie du magasin, donnant sur la cour 2, le plafond du XVe siècle est bien présent, mais sa reconnaissance intégrale n’a pas pu être réalisée à cause de la présence d’un faux plafond récent qui n’est pas accessible.

Le plafond décoré du rez-de-chaussée

Technique, mise en œuvre, datation

  • 2 Partie horizontale du plafond entre les solives.
  • 3 Dans la majorité des cas, sauf sur la poutre A et D du rez-de-chaussée, les corniches ont été enlev (...)

20Le plafond décoré du rez-de-chaussée est implanté dans ce qui était au XVe siècle une très vaste salle de 12,50 m x 6,00 m, soit 75 m2. Il est installé sur 4 poutres moulurées en pin, espacées de 3,00 m en moyenne et munies à l’origine de corniches rapportées3 sur lesquelles reposent les solives également en pin (largeur 13,00 cm, hauteur 25,00 cm). Le merrain2 proprement dit est recouvert de couvre-joints décorés placés perpendiculairement aux solives. Les poutres et les solives portent des moulures pleines et creuses de type tore à profil semi-circulaire et cavet. Ces poutres et solives ont fait l’objet d’une datation par dendrochronologie sur 7 échantillons qui ont donné une date d’abattage en 1451-1452, d’après le rapport dressé par le laboratoire Archeolabs.

21L’état général du plafond est très correct, on note cependant des perturbations dues à la construction des deux cages d’escalier du XIXe siècle situées dans la réserve du magasin et à l’extrémité méridionale du magasin.

Inventaire descriptif des ais d’entrevous

22Les ais d’entrevous sont des panneaux de bois décorés de peintures placés obliquement dans une rainure ménagée entre deux solives. Leur dimension moyenne est de 30,00 cm de côté. Ces panneaux étaient peints au sol, avant la pose, et découpés à la demande, au fur et à mesure que le plancher était mis en place, d’où l’existence fréquente d’imperfections dans le sciage des panneaux : partie de décor amputé ou motif partiellement caché par un couvre-joint.

  • 4 Ch. de Mérindol, La maison des chevaliers de Pont-Saint-Esprit, Les décors peints. Corpus des décor (...)

23Les thèmes abordés reprennent les sujets courants de l’époque, propres à l’imaginaire et au répertoire iconographique gothique. À savoir principalement, le bestiaire fantastique composé d’animaux imaginaires, auxquels s’ajoutent de nombreuses représentation de chiens lévriers et de cygnes. Des références religieuses nombreuses représentant des diables ou diablotins, de nombreux anges ailés, des apôtres, et le monogramme IHS. Plusieurs phylactères contiennent des maximes ou sentences en latin ou occitan ancien. Des scènes de la vie quotidienne représentent plusieurs artisans au travail. Plus parcimonieusement, des scènes galantes, voire carrément scabreuses ou de débauche parsèment les décors. Un seul thème, lié probablement au carnaval, représente une tête d’homme affublée d’un soufflet. On notera l’absence de référence au pouvoir royal ou local comme c’est le cas dans la maison Mora située à proximité, au 34 rue Jules Sauzède4 et dont le plafond peint présente de grandes similitudes avec le 51 rue de Verdun, bien que postérieur de cinquante ans environ (1503-1509).

24Les ais sont répartis sur 4 poutres, dont une poutre de rive. La partie ouest a probablement été remaniée et l’intervalle compris entre les poutres A et B n’a pu être que partiellement observé. De ce fait l’étude spatiale de la répartition des décors n’a pas été abordée pour l’instant. Les fonds des ais sont bleus, ou rouge vif avec, des décors fins de rameaux et de fleurs à quatre pétales, appliqués au pochoir.

25Poutre D (du sud vers le nord). Les 3 premières métopes n’ont pas pu être identifiées car elles ont été recouvertes de peinture, vraisemblablement au XIXe siècle. Elles semblent cependant intactes.

261 : tête et buste d’ange regardant de côté, vêtu d’un pourpoint rouge vif.

272 : homme baissé, vu de dos, braies baissées et pourpoint relevé présentant irrévérencieusement son postérieur.

283 : phylactère contenant un texte occitan en lettres gothiques :… pour moula. Une pause dans les scènes représentées : mòla signifie un arrêt, une relâche.

294 : animal fantastique, palmipède à gueule de chien grande ouverte (figure 11.2).

305 : palmipède posé sur l’eau, genre cygne, aux ailes rouges déployées.

316 : animal fantastique, oiseau à deux corps et une seule tête humaine à oreilles de félin ou de canidé.

327 : lévrier assis sur son arrière-train à l’allure élégante et regardant de côté.

338 : animal fantastique, oiseau à ailes déployées rouges et tête humaine à oreilles arrondies. 9 : figure de diable sur fond rouge, portant un bonnet pointu assimilable à un bonnet de fou.

3410 : figure de dame portant une coiffe, la tête tournée de côté et regardant en l’air, dans une posture d’attente.

Figure 11.2 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Animal fantastique, palmipède à gueule de chien grande ouverte

Poutre C (du sud vers le nord)

35Face Est. Deux métopes ont disparu lors du sciage de la poutre pour la construction de l’escalier moderne et une a été badigeonnée.

361 : lion vu de profil, la langue sortie.

372 : phylactère tenu par un homme revêtu d’un pourpoint vert et de poulaines. Le texte est écrit en lettres gothiques : ave regina celorom, allusion au début d’une prière catholique à la Vierge.

383 : animal fantastique, homme revêtu d’un pourpoint rouge à pattes de chien et tête de cygne aux ailes déployées.

394 : animal fantastique, homme-chien à pattes d’oiseau revêtu d’un pourpoint vert.

405 : animal fantastique, félidé à deux corps, aux ailes déployées, surmonté d’une tête humaine aux oreilles pointues.

416 : centaure tourné vers la droite.

427 : centaure tourné vers la gauche ; les deux métopes, volontairement affrontées, figurent une scène de combat entre des centaures.

438 : cygne vu de profil sur un fond rouge.

449 : panier en osier tressé contenant des fleurs rouges et brunes à cinq pétales réalisées au pochoir.

4510 : chien du genre lévrier, la tête et le cou tournés à droite, la langue tirée et portant un collier rouge.

4611 : scène identique.

47Face Ouest. Deux métopes disparues.

481 : dame de qualité coiffée d’un bonnet et vêtue d’une tunique rouge à revers en hermine. La main gauche est posée sur la hanche, tandis que le bras droit présente une fleur coupée.

492 : gentilhomme vêtu d’un pourpoint de couleur brune et coiffé d’une toque dans la même attitude que la scène précédente ; ces deux métopes constituent une frise évoquant une scène galante.

503 : scène de tournois. Gentilhomme coiffé d’une toque brandissant un cimeterre et un petit bouclier.

514 : idem, ces deux scènes sont liées et figurent deux combattants affrontés.

525 : IHS en lettres gothiques, abréviation latine de « Jésus sauveur des hommes ».

536 : Tête d’homme contenue dans un soufflet de cuisine. Le souffle produit est suggéré à l’extrémité du soufflet. Il s’agit vraisemblablement d’une scène carnavalesque, le buffo-li.

547 : scène d’artisanat ; un homme revêtu d’une tunique rouge taille une pièce avec un tranchet sur un comptoir en bois. La scène est surmontée d’un texte en lettres gothiques : jeg talle….. quir large forma (je taille cuir). On remarquera le mélange des mots occitan ieu et latin ego (figure 11.3).

558 : un homme debout, vêtu d’un pourpoint vert et de poulaines, tient une balance chargée d’outres. Un texte gothique partiellement effacé, visible au-dessus du bras droit du personnage, laisse apparaître le mot vin (figure 11.4).

569 : scène d’artisanat ; un homme assis sur un tabouret à trois pieds, revêtu d’un pourpoint rouge et d’un tablier blanc redresse le fil d’une faucille sur une enclume posée sur un billot. La scène est agrémentée d’un texte gothique : jeg fai tout (je fais tout) (figure 11.5).

5710 : scène d’artisanat ; un homme debout revêtu d’un pourpoint vert et de chausses rouges façonne une flèche à l’aide d’un rabot sur une bille de bois. La scène est légendée d’un texte en lettres gothiques : je fais droyt (figure 11.6).

5811 : scène érotique figurant deux jeunes hommes vêtus de pourpoints verts et marron. Les deux hommes sont l’un derrière l’autre, le regard tourné vers le ciel d’où tombent des rayons de lune ; l’un des hommes pose ses mains sur les épaules du second qui pratique l’onanisme.

5912 : ange aux ailes rouges revêtu d’une bure marron et présentant un écu (la forme de l’écu est bien synchrone du XVe siècle). La croix contenue dans l’écu n’a pas été identifiée pour l’instant : marque de marchand ou de maison, simple croix ?

Figure 11.3 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Scène d’artisanat : un homme revêtu d’une tunique rouge taille une pièce de cuir avec un tranchet sur un comptoir en bois

Figure 11.4 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Scène d’artisanat : un homme debout revêtu d’un pourpoint vert et de chausses rouges façonne une flèche à l’aide d’un rabot sur une bille de bois. La scène est légendée d’un texte en lettre gothiques : je fais droyt

Figure 11.5 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Un homme debout, vêtu d’un pourpoint vert et de poulaines, tient une balance chargée d’outres. Un texte gothique partiellement effacé, visible au dessus du bras droit du personnage, laisse apparaître le mot vin

Figure 11.6 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Scène d’artisanat ; un homme assis sur un tabouret à trois pieds, revêtu d’un pourpoint rouge et d’un tablier blanc redresse le fil d’une faucille sur une enclume posée sur un billot. La scène est agrémentée d’un texte gothique : jeg fai tout (je fais tout

Figure 11.7 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Animal fantastique, sorte de chameau à mâchoire de carnassier, au corps ponctué de tâches rouges et bleues

Figure 11.8 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Animal fantastique, sorte de bigorne, dont le corps est recouvert d’écailles, les pattes munies de sabots, la queue longue ; la tête et le bec sont ceux d’un rapace à longues oreilles pointues

Figure 11.9 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Animal fantastique, genre d’escargot ou d’ammonite contenant une sorte de crustacé menaçant, la gueule ouverte avec des antennes sur la tête

Poutre A (du sud vers le nord)

Face Est

601 : ange ailé revêtu d’une robe de bure de couleur claire présentant une couronne tressée et tenant dans l’autre main une lance.

612 : centauresse affrontée tenant une lance et un petit bouclier. 3 : centaure affronté tenant une lance et un bouclier en forme d’écu. L’avant-train du cheval est constitué de serres d’oiseau. L’écu présente un probable blason qui reste à identifier, « de gueules à une croix de sable ».

624 : lévrier au repos assis sur son arrière-train et représenté tourné à gauche. Il porte un collier muni d’un anneau.

635 : personnage vêtu d’une tunique rouge représenté la tête en bas, les jambes prises dans la gueule d’un animal fantastique, un loup peut-être ?

646 : animal fantastique, sorte de chameau à mâchoire de carnassier, au corps ponctué de taches rouges et bleues (Figure 11.7).

657 : animal fantastique à groin en forme de flûte dont l’échine supporte une tour bâtie. 8 : animal fantastique, sorte de bigorne, dont le corps est recouvert d’écailles, les pattes munies de sabots, la queue longue ; la tête et le bec sont ceux d’un rapace à longues oreilles pointues (figure 11.8).

669 : phylactère présentant un texte en lettres gothiques : segneur escarnaval laisama pasar sivous plait.

6710 : homme d’arme revêtu d’une cotte de maille surmontée d’un pourpoint rouge et d’une salade. Il est muni d’une lance, d’une épée et d’une arbalète.

6811 : animal fantastique, genre d’escargot ou d’ammonite contenant une sorte de crustacé menaçant, la gueule ouverte avec des antennes sur la tête (figure 11.9).

6912 : phylactère présentant un texte en lettres gothiques : parle qul dedieu…

7013 : un homme s’adonnant à la boisson est en position debout, tourné vers la droite, vêtu d’un pourpoint vert et de chausses marron ; il tient un pichet et un verre à boire.

7114 : femme ou courtisane en position debout tournée vers la gauche et relevant ses jupes devant elle. La scène s’inscrit dans un texte en lettres gothiques : Ne boit point sul… Cette figure fait pendant à la précédente puisque les deux personnages se regardent et semblent évoquer les thèmes de la débauche et de la luxure. On note la présence de rayures pudiques et postérieures à la réalisation du décor.

Face Ouest

72Cette partie étant occupée par un magasin, seuls deux sondages ont été réalisés au niveau des toilettes. Deux métopes ont été découvertes. Il est très probable que les ais d’entrevous se prolongent au-delà vers le nord.

731 : tête d’apôtre auréolé avec une inscription incomplète en lettres gothiques : mar…

742 : tête d’apôtre barbu et auréolé avec une inscription en lettres gothiques : flip…

75Cette travée est sans doute dédiée à une frise religieuse représentant le Christ et ses douze apôtres. On compte 14 entrevous sur la poutre A, comme c’est le cas dans la maison Mora, rue Jules Sauzède.

Poutre B (du sud vers le nord)

76L’observation des ais sur la poutre B est partielle, car l’accès est rendu difficile, voire impossible à cause de la présence d’un faux plafond situé au niveau du magasin « Z ». La face ouest de la poutre B ne présente pas a priori de panneaux peints. Mais cette hypothèse ne repose que sur la reconnaissance de deux entrevous. De même on notera l’absence de poutre de rive et de métopes sur le mur contigu à la maison « Bousquet ». Il est donc vraisemblable que l’espace compris entre la poutre B et le mur mitoyen a été remanié au niveau du plafond.

Face Est

771 : d’après une prise photographique de mauvaise qualité sur la face est de la poutre B, on reconnaît la présence d’un ais peint représentant peut-être une figure de diable. Il est probable que les ais sont conservés sur cette face tout le long de la poutre.

La restauration des plafonds, protocole et mise en œuvre

  • 5 Les conditions de la découverte des plafonds peints et les impératifs matériels en terme d’accessib (...)

78La découverte inattendue des plafonds du rez-de-chaussée et du 1er étage a entrainé un certain nombre de contraintes et une adaptation du projet de réhabilitation de l’immeuble5.

79En premier lieu et rapidement l’immeuble a fait l’objet d’une procédure d’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques ; actuellement une procédure de classement est en cours, portant sur les deux plafonds.

  • 6 L’augmentation du budget travaux n’est jamais bien perçu, cela va de soit, par les copropriétaires (...)

80L’architecte a dû ensuite prendre en compte ce nouveau facteur (nécessité de conservation et de restauration, valorisation en recréant les volumes d’origine qui ne correspondait pas nécessairement à la nouvelle distribution des pièces) ; adapter l’intervention travaux et la décoration des volumes aux plafonds découverts ; modifier le budget de travaux et faire voter en assemblée générale des copropriétaires le surcoût6 ; déposer un nouveau permis de construire soumis à l’avis de la CRMH.

81Une fois les copropriétaires informés de la découverte, des réunions préparatoires à la restauration des plafonds ont été organisées avec le Service départemental d’architecture et du patrimoine, la Conservation régionale des monuments historiques et la maîtrise d’ouvrage, pour établir dans les meilleures conditions un protocole d’intervention faisant appel à des restaurateurs spécialisés et reconnus par la CRMH.

82Dans le cas du plafond peint du 1er étage qui était en mauvais état (badigeons multiples au lait de chaux, ais manquants, corniches enlevées, couche picturale fragile, appliquée sans apprêt, poutres et solives buchées) il a été décidé conjointement avec la CRMH et le maître d’ouvrage de réaliser dans un premier temps des tests afin de déterminer l’état de conservation des peintures médiévales (figures 11.10 à 11.14) et adapter l’intervention ultérieure à la situation. Ces tests réalisés avec succès, il a été décidé de poursuivre entièrement la restauration. Cette intervention a duré environ 3 semaines à deux personnes pour une surface de plafond à traiter d’environ 40 m²

83Voici un aperçu du protocole d’intervention du restaurateur :

  • élimination des badigeons modernes par application de compresses humides et enlèvement au scalpel.

  • fixation de la couche picturale par application d’une résine

  • restauration mesurée des lacunes picturales sans restitution d’éléments disparus

  • mise en teinte des bois neuf et anciens

  • traitement des bois attaqués par un produit consolidant et anti-xylophage

  • ragréage des bois anciens, sur poutre par ponçage des éléments saillants, sur solives ragréage des modénatures

Figures 11.10 et 11.11 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Expertise réalisée sur les plafonds de l’étage mettant en évidence l’existence d’un décor peint. Vues de la partie dégagée

Figures 11.12, 11.13, 11.14 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Expertise réalisée sur les plafonds de l’étage mettant en évidence l’existence d’un décor peint. Détails : personnage, éléments floraux

84Pour conclure, on peut se demander ce que seraient devenus ces plafonds remarquables sans la bonne volonté des copropriétaires du 51 rue de Verdun, soutenue par le dispositif fiscal ingénieux et motivant de la loi Malraux. On sait (de source sûre !) que plusieurs plafonds décorés ont ainsi disparu à Carcassonne du fait de l’ignorance ou de la crainte (mais souvent les deux vont de pair…). Le coût de ces restaurations est bien sûr élevé et ne peut s’inscrire que dans un dispositif fiscal adéquat, voire un subventionnement des pouvoirs publics. Il reste que ce patrimoine unique qui est comme un livre ouvert, une fenêtre vivante sur le Moyen Âge doit être préservé, entretenu et pour cela mieux connu.

Notes

1 Le plafond peint du 1er étage n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie

2 Partie horizontale du plafond entre les solives.

3 Dans la majorité des cas, sauf sur la poutre A et D du rez-de-chaussée, les corniches ont été enlevées et réutilisées pour soutenir les faux plafonds créés plus tard.

4 Ch. de Mérindol, La maison des chevaliers de Pont-Saint-Esprit, Les décors peints. Corpus des décors monumentaux peints et armoriés du Moyen Âge en France. T. 2, Pont-Saint-Esprit, 2001.

5 Les conditions de la découverte des plafonds peints et les impératifs matériels en terme d’accessibilité et de priorité font que les plafonds du rez-de-chaussée que nous venons de décrire n’ont fait l’objet pour l’instant d’aucune restauration ; à l’inverse, les plafonds du 1er étage ont dû être entièrement restaurés.

6 L’augmentation du budget travaux n’est jamais bien perçu, cela va de soit, par les copropriétaires et nécessite des négociations particulières. D’où l’intérêt de réaliser un état des lieux complet en amont de l’opération immobilière.

Table des illustrations

Légende Figure 11.1 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Plan de l’état actuel du rez-de-chaussée et du plafond peint
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-1.jpg
Fichier image/, 568k
Légende Figure 11.2 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Animal fantastique, palmipède à gueule de chien grande ouverte
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-2.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Figure 11.3 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Scène d’artisanat : un homme revêtu d’une tunique rouge taille une pièce de cuir avec un tranchet sur un comptoir en bois
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-3.jpg
Fichier image/, 204k
Légende Figure 11.4 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Scène d’artisanat : un homme debout revêtu d’un pourpoint vert et de chausses rouges façonne une flèche à l’aide d’un rabot sur une bille de bois. La scène est légendée d’un texte en lettre gothiques : je fais droyt
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-4.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Figure 11.5 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Un homme debout, vêtu d’un pourpoint vert et de poulaines, tient une balance chargée d’outres. Un texte gothique partiellement effacé, visible au dessus du bras droit du personnage, laisse apparaître le mot vin
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-5.jpg
Fichier image/, 216k
Légende Figure 11.6 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Scène d’artisanat ; un homme assis sur un tabouret à trois pieds, revêtu d’un pourpoint rouge et d’un tablier blanc redresse le fil d’une faucille sur une enclume posée sur un billot. La scène est agrémentée d’un texte gothique : jeg fai tout (je fais tout
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-6.jpg
Fichier image/, 204k
Légende Figure 11.7 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Animal fantastique, sorte de chameau à mâchoire de carnassier, au corps ponctué de tâches rouges et bleues
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-7.jpg
Fichier image/, 192k
Légende Figure 11.8 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Animal fantastique, sorte de bigorne, dont le corps est recouvert d’écailles, les pattes munies de sabots, la queue longue ; la tête et le bec sont ceux d’un rapace à longues oreilles pointues
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-8.jpg
Fichier image/, 168k
Légende Figure 11.9 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Closoir - Animal fantastique, genre d’escargot ou d’ammonite contenant une sorte de crustacé menaçant, la gueule ouverte avec des antennes sur la tête
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-9.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Figures 11.10 et 11.11 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Expertise réalisée sur les plafonds de l’étage mettant en évidence l’existence d’un décor peint. Vues de la partie dégagée
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-10.jpg
Fichier image/, 180k
Légende Figures 11.12, 11.13, 11.14 : Maison au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, XVe siècle. Expertise réalisée sur les plafonds de l’étage mettant en évidence l’existence d’un décor peint. Détails : personnage, éléments floraux
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3110/img-11.jpg
Fichier image/, 164k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540