Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les plafonds peints médiévaux

 | 
Philippe Bernardi
, 
Monique Bourin

Structures des plafonds, xive-xvie siècles, dans la France méridionale d’après les relevés du Centre de recherche sur les monuments historiques

Jannie Mayer

Texte intégral

« Le plafond n’était donc, pendant le Moyen Âge, que le plancher. C’était la construction du plancher qui donnait la forme et l’apparence du plafond ; il ne venait jamais à l’idée des maîtres de cette époque de revêtir le dessous d’un plancher de voussures, de compartiments et caissons de bois ou de plâtre, n’ayant aucun rapport avec la combinaison donnée par la construction vraie. »
E. Viollet-le-Duc

  • 1 Ce service fait partie de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine au ministère de la Cult (...)

1Les études sur les plafonds apparents en bois du Moyen Âge et de la Renaissance concernent essentiellement leur décor peint et ne s’attardent pas sur leur structure. Cependant le Centre de Recherche sur les Monuments Historiques1 crée en 1930 pour conserver la mémoire du bâti ancien, s’est intéressé, dès le début des années 1940 à l’architecture, aux structures des plafonds et a réalisé des relevés graphiques, accompagnés de campagnes photographiques, photographies d’une cinquantaine de plafonds répartis sur tout le territoire, dont dix-sept méditerranéens. Ce travail a été effectué lors de chantiers de restaurations, les échafaudages permettant un accès facile à ces œuvres dont certains éléments étaient démontés. Cette contrainte explique le type de plafonds pris en compte, plafonds d’apparat, et le petit nombre de plafonds relevés par rapport à l’existant.

  • 2 La grande majorité des relevés étudiés ont été publiés dans les Albums du CRMH : Plafonds en bois, (...)

2Ces relevés détaillent les diverses pièces qui les composent, les éléments porteurs, poutres et solives, les assemblages : pièces simplement juxtaposées sans assemblages ou assemblages à tenons et mortaises, pièces clouées sur la structure, sans oublier le décor architectural pris dans la masse ou rapporté. Cette documentation permet, malgré un corpus restreint, de montrer les différences et les points communs entre les plafonds étudiés et de suivre leur évolution, des plafonds à petits compartiments du XIVe siècle aux plafonds à grands caissons du XVIe siècle. Les relevés, normalisés dès l’origine, ont fait l’objet de plusieurs publications2.

Les exemples du XIVe siècle

3Au XIVe siècle les structures des plafonds sont très proches tout en présentant quelques variantes comme le montrent les relevés. Leur importance varie en fonction des types d’édifices et de la hiérarchisation des pièces. On trouve des plafonds à trois niveaux au palais des Papes à Avignon ou au château du roi René de Tarascon et des plafonds à deux niveaux dans les hôtels ou maisons plus modestes à Avignon ou à Béziers. Les décors peints de ces plafonds, souvent de très grande hauteur, répondaient aux peintures murales des salles.

  • 3 Ces peintures représentant des scènes de chasse et de pèche ont été mises au jour en 1910.
  • 4 Le décor peint de la Chambre du Cerf est réalisé sur des toiles marouflées.
  • 5 Relevé CRMH n° 4259.

4Le plafond de la chambre du Cerf situé dans le palais des Papes d’Avignon, au troisième étage de la tour de la Garde robe, au dessus des appartements des papes, est daté de 1343. Il est représentatif de ces grands plafonds peints à trois niveaux qui couronnent de vastes salles aux murs peints3. Pour compenser l’irrégularité de la pièce, dont le mur nord est en biais, le charpentier diminue peu à peu la longueur des solives jusqu’à les faire disparaître lorsqu’il retrouve la trame générale du plafond. Il se compose de deux poutres maîtresses est-ouest et de deux poutres secondaires nord-sud sur lesquelles reposent les solives. Deux sablières sont engagées dans les murs nord et sud, les poutres principales et les solives prennent appui sur des corbeaux en pierre peints. Cette disposition forme un quadrillage de trois travées irrégulières ; l’écartement entre les solives varie de 30 à 37 cm. Ces vides sont fermés par des planchettes inclinées, les closoirs, qui sont glissées dans des encoches ménagées dans les solives et les poutres principales. Ces closoirs, qui sont une constante dans les plafonds à plusieurs niveaux, ont deux fonctions, l’une structurelle, solidariser les solives entre elles, l’autre décorative puisque ces closoirs reçoivent un décor peint qui se lit d’autant mieux qu’ils sont inclinés4. Une fois fermés, les espaces situés entre les solives ou entre les poutres selon le cas, forment des caissons fermés qui reçoivent des couvre-joints moulurés et peints cloués sur la structure ; ces éléments contribuent aussi à la stabilité du plafond5.

  • 6 B. Sournia et J.-L Vayssettes, Villeneuve-les-Avignon, histoire artistique et monumentale d’une vil (...)

5Les vestiges du plafond à trois niveaux du premier étage de la livrée de Thurroye à Villeneuve-lès-Avignon sont très proches du plafond contemporain de la chambre du Cerf. À l’origine, ce plafond couvrait une salle de 20 m de long sur 7 m de large et se composait de cinq travées de 3,80 m. Lors du relevé réalisé en 1946 il ne subsistait plus que trois poutres maîtresses la trace d’une quatrième, deux poutres secondaires de 16 m et des restes de solives de 11 à 12cm. L’ensemble reposait sur des consoles en bois. Le relevé montre que les closoirs qui mesurent 45 cm dans leur plus grande largeur sont fixées dans les poutres maîtresses par des broches et maintenus à leurs extrémités par des encoches de 1 cm. taillées dans les poutres secondaires et les solives. Les couvre-joints sont cloués tous les 30 cm environ6 (figure 10.1).

Figure 10.1 : Villeneuve-les-Avignon, ancienne livrée de Thurroy, relevé partiel du plafond de la grande salle de l’étage, Lestienne, 1943, inv. 4267

6Le plafond de la Maison dite de la « Notairie » à Béziers, ancienne salle de justice des évêques de Béziers, a été élevée dans les des années 1350 à 1371, comme le montrent les armes de l’évêque d’Hugues de la Jugie dont l’épiscopat correspond à ces dates. Elle conserve deux plafonds peints : celui étudié au rez-de-chaussée et un autre au premier étage.

  • 7 Relevés n° 961.

7Ce plafond à deux niveaux qui mesure 8 m de long présente une trame générale proche des deux plafonds précédents. Elle est composée d’une poutre maîtresse centrale qui reçoit les solives écartées de 41 cm. Ces dernières saillent de 30 à 40 cm et reposent sur des consoles et leurs abouts sont sculptés de têtes humaines et animales. Comme précédemment, les vides sont fermés par des closoirs. Le plafond est complété par un système de planches latérales moulurées formant deux redents, clouées sur les solives et les consoles7.

Figure 10.2 : Béziers, maison de la Notairie, Axonométrie du plafond su rez-de-chaussée, Lalemand, 1968, inv. N° 9007

  • 8 Relevés CRMH 9.004 à 9.009.

8On retrouve ce type de plafond notamment à Mirepoix, mais là les abouts des solives ne sont pas sculptés et à l’hôtel Lacoste de Pézenas qui n’est ni peint ni sculpté8 (figure 10.2).

  • 9 A. Girard, « La charpente de la cour royale de justice de la maison des chevaliers de Pont-Saint-Es (...)

9Au moment où s’édifient ces plafonds à poutres et solives, un autre type de charpente plafond s’élabore à la maison des Chevaliers à Pont-Saint-Esprit. En 1343 Raymond de Piolenc fait surélever son hôtel pour créer une vaste salle destinée à une cour royale de justice ; les travaux s’achèvent en 1347. Il s’agit d’une charpente apparente sur arcs diagrammes qui couvre une salle de 15 m de long sur 7 m de large. Ce plafond-charpente, qui permet de dégager un espace de 110m2, ne possède ni entrait apparent, ni poinçon, ni faîtières. Il est divisé en six travées par cinq arcs diaphragmes sur lesquels s’appuient les solives. Les fermes extrêmes se composent uniquement d’arbalétriers adossés aux murs et ne sont soutenus ni par des aisseliers ni par des jambes de force ; les pannes sont maintenues par de longues broches fichées dans les arbalétriers. Il en est de même de l’ensemble des plate-bandes décorées qui courent entre les arcs diaphragmes et des panneaux peints qui ferment les espaces. On rencontre ce type de plafond dans la vallée du Rhône et en Languedoc en particulier9.

10Plus au nord, dans la tour du Palais épiscopal de Valence élevée au tournant des XIVe et XVe siècles, on rencontre deux plafonds de structures différentes réalisés à la même époque. L’un est soulagé par des consoles l’autre, traditionnel, est à petits caissons. Bien que situés en dehors de la zone géographique étudiée, ils méritent d’être signalés.

11Le plafond à deux niveaux de la salle ouest du rez-de-chaussée qui mesure 5,46 m. de haut est composé d’une poutre horizontale rectangulaire de la longueur de la pièce, 8,64 m, posée de chant ancrée dans les murs et de solives. Cette poutre est soulagée à ses extrémités par des consoles courbes composées de trois éléments : un potelet qui repose sur des corbeaux de pierre portant les armes de Jean IV de Poitiers, évêque de Valence de 1390 à 1447, un aisselier et un écoinçon. Ces pièces s’assemblent avec la poutre au moyen de chevilles. Les triangles formés par la poutre et les bois courbes sont traditionnellement fermés par des closoirs moulurés. Ce plafond, daté par dendrochronologie de 1402, est aujourd’hui le seul connu de ce type, mais cette mise en œuvre est proche de celle de certaines charpentes de toit de la moyenne vallée du Rhône comme celle de Pont-Saint-Esprit (figure 10.3).

  • 10 Mémoire de palais, archéologie et histoire du groupe épiscopal de Valence, 2006, p. 214-217. Relevé (...)

12Le plafond à caissons qui couvre la salle ouest de l’étage est à deux niveaux. Il est formé de quatre poutres principales, d’une poutre secondaire et de solives. Ce plan détermine trois travées de deux caissons, soit six caissons de 2,90 m de coté pour l’ensemble du plafond. Les poutres nord et sud sont appliquées sur les murs. Comme ailleurs, le second niveau de poutre permet d’augmenter la profondeur des caissons et de développer les moulures. Les solives sont toujours fermées par des closoirs et des couvre-joints. La hauteur de la poutraison, 7,65m, annonce les plafonds à grands caissons du siècle suivant, comme celui du palais du Roure à Avignon10.

Figure 10.3 : Valence, ancien évêché, relevé partiel du plafond du rez-de-chaussée, Lestienne, 1947, inv. 4133

Les exemples du XVe siècle

  • 11 Dictionnaire raisonné de l’Architecture, Paris, 1864, p. 198-205.

13Si au XVe siècle, les techniques de construction et de mise en œuvre des plafonds du siècle précédent perdurent, elles se complexifient : les caissons sont de plus en plus larges et profonds et l’on voit apparaître des assemblages et une surabondance de décor rapporté. Ces évolutions sont rendues possibles par l’adoption de ce que Viollet-le-Duc appelle les « plafonds rapportés »11, dont la structure, poutres et solives, est complétée par des planches cloués à l’aide de clous à têtes carrées. Ces planches qui forment des compartiments servent aussi de supports aux moulures. Ce procédé, très utilisé aux XVe et XVIe siècles, est plus léger et les moulures peuvent se développer à l’infini.

14Les plafonds des salles ouest, est et celui de la tour nord-est du château de Tarascon élevé de 1447 à 1449 par le roi René, illustrent cette évolution. La salle ouest, qui mesure 17,35 m de long sur 8,37m de large, est couverte d’un plafond à trois niveaux divisé en six travées de 2,85 m de large sur 2,52 m de haut ; les espaces entre les solives sont de 42 cm. Les vides entre les rangs de poutres et de solives sont toujours fermés par des closoirs qui forment des caissons. Les poutres maîtresses s’ancrent de 45 cm dans le mur. Le décor cloué sous les pièces porteuses est composé de jeux de moulures dont les relevés donnent plusieurs exemples. Par ailleurs, un ensemble de plinthes et de moulures était fixé au mur par des broches sous les poutres maîtresses, disposition dont il restait encore quelques vestiges dans cette salle et celle située à l’est lors du relevé de 1943. Ces plinthes se trouvaient aussi bien en partie haute du plafond qu’en partie basse.

15Le plafond de la salle est, qui mesure 10,70 m de long sur 7 m de large, présente le même plan mais à deux niveaux. Il est composé de trois travées dont les solives sont espacées de 49,5 cm. Les poutres maîtresses sont aussi ancrées dans les murs. Quatre rangs de moulures sont clouées sous la structure.

16Le plafond hexagonal de la Tour nord est réalisé avec des bois courts qui s’adaptent à la forme de la pièce et reposent sur des solives. Il est composé de trois niveaux de poutraison dont les éléments, poutres principales, secondaires et solives sont soit posés les uns sur les autres comme aux siècles précédents, soit encastrés de 35 cm les uns dans les autres et assemblés à tenons et mortaises, les vides entre les niveaux étant toujours fermés par des closoirs. Les abouts des poutres principales sont encastrés dans les murs.

  • 12 Relevés CRMH 1039 à 1065

17Cette disposition forme trois caissons centraux et six caissons latéraux triangulaires. Les poutres et solives sont ici aussi complétées par plusieurs rangs de planches supportant divers types de moulurations et de frises découpées, superposées ; la moulure 1 est clouée sous la deuxième poutraison, la moulure 2 sur la première poutraison la moulure 3 sur la première et la quatrième poutraison, qui forme une sorte de guirlande, est clouée sur la deuxième plinthe qui court à 7 cm environ le long des murs12. On retrouve le même type de frises découpées formant des guirlandes sur le plafond de la maison des Consuls à Saint-Pons-de-Mauchiens (figure 10.4).

  • 13 Relevés du CRMH n° 8.997 à 9003.

18Le plafond de la salle haute du château de Gabian, demeure des évêques de Béziers, a succédé à une charpente de toit sur arc diaphragme dans les années 1440-1451. Seule la partie accessible du plafond a pu être relevée. Ce plafond à deux niveaux, de 14 m sur 8 et de 7 m de haut, couronne une salle peinte. Il se compose d’une poutre principale longitudinale et de solives qui reposent sur des consoles engagées ornées, pour les unes d’une fleur de lys, pour les autres de motifs géométriques. Comme les plafonds du château de Tarascon dont il est contemporain, celui de Gabian se caractérise par une grande variété de moulures et de frises clouées sur des planches le long des murs, ainsi que les poutres, les solives et les consoles13.

  • 14 Relevés MH 15051 à 12057.

19Le plafond de la maison des Consuls de Saint-Pons-de-Mauchiens présente une structure similaire. Ici les poutres principales reposent sur des consoles sculptées à motifs floraux. Les moulurations et frises sont aussi très abondantes14.

Figure 10.4 : Tarascon, château, tour nord est, coupe transversale, julien, 1943, inv. 1060

20Le plafond de la salle haute de l’aile sud du Palais du Roure à Avignon à trois niveaux réalisé entre 1484 et 1498, a une structure à deux niveaux dont les poutres et les solives déterminent de grands caissons moulurés. Il présente des traces de confortation, greffes et tirants cloués sur les solives, sans que l’on puisse en déterminer la date.

Les exemples du XVIe siècle

  • 15 Le grand plafond du premier étage a été altéré par un incendie. C’est à cette occasion que le CRMH (...)

21Au XVIe siècle les caissons augmentent encore de volume et le décor prend, encore plus qu’au siècle précédent, le pas sur la structure pas toujours bien lisible. L’Hôtel Belli à Avignon, 119 rue du Vieux Sextier et 8 rue des Fourbisseurs, présente plusieurs exemples de cette évolution dans les années 1540. Il s’agit du grand et du petit plafond du premier étage et du grand plafond du second étage, actuellement divisé en plusieurs pièces et en partie caché sous de faux plafonds15.

22La grande salle du premier étage, donnant sur la rue du Vieux Septier qui mesure près 30 m de long sur 6,96 m de large est couverte d’un plafond à trois niveaux d’éléments porteurs qui déterminent 18 grands caissons de 1,23 m de profondeur, divisés chacun en quatre caissons plus petits, fermés par des closoirs posés perpendiculairement aux poutres secondaires, assemblés dans une rainure de la poutre principale et masqués par des couvre-joints cloués. Les pièces moulurées sont également clouées sur la structure. Les relevés montrent les planches qui forment le plancher du second étage avec le mortier qui sert de support au carrelage.

23Le petit plafond du premier étage et celui du second étage à deux niveaux ont une structure comparable de six grands caissons abritant chacun quatre petits caissons ; ceux du premier étage mesurent 79 cm de profondeur et ceux du second étage 85 cm. Le doublement des poutres dans la partie médiane du plafond du second étage laisse supposer qu’il s’agit d’un cloisonnement d’origine.

24À Marseille, l’espace entre les solives du plafond à deux niveaux du premier étage de la maison de la maison Diamantée n’est que de 13 à 15 cm. Cette disposition annonce déjà les plafonds à la Française du siècle suivant.

25Les quelques exemples présentés montrent la lente évolution des plafonds en bois médiévaux. Relevés par des architectes, ces documents sont indispensables aux architectes et aux entreprises lors des restaurations.

Les relevés aquarellés de plafonds peints

26La Médiathèque de l’architecture et du patrimoine conserve dans ses archives des relevés aquarellés à l’échelle 1de fragments de plafonds peints, le plus souvent des closoirs, commandés par le service des monuments historiques pour conserver la mémoire d’œuvres en danger. C’est le cas pour les châteaux de Capestang, Tarascon, Pomas, du palais des archevêques de Narbonne, et d’un fragment d’un plafond de Montpellier, non localisé, déposé à la société archéologique de cette ville. Henri Revoil réalise vers 1855 12 relevés de détails du plafond du château de Capestang, personnages, éléments de décor et armoiries. A Pomas, le peintre P. Jannot exécute, en 1984, 13 aquarelles représentant des armoiries dont celles de Savoie, de France et d’Albret et des personnages grotesques. En 1962, Elisabeth Faure relève quelques closoirs représentant des animaux fantastiques au château de Tarascon et en 1977, P. Jannot donne sept aquarelles d’animaux fantastiques du plafond du palais épiscopal de Narbonne.

Figure 10.5 : Pomas, château Relevé d’une scène peinte du plafond, P. Jannot, 1984, inv. 60532

27Cette documentation conserve la mémoire d’œuvres qui peuvent avoir disparu ou être aujourd’hui altérées. Elle est utile aussi bien aux historiens et aux architectes qu’aux artisans chargés de leur restauration. Lorsqu’elle se substitue à l’original dans une exposition, elle permet, mieux que la photographie, d’appréhender aussi bien l’iconographie de l’œuvre que sa technique (figure 10.5).

Notes

1 Ce service fait partie de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine au ministère de la Culture et de la communication.

2 La grande majorité des relevés étudiés ont été publiés dans les Albums du CRMH : Plafonds en bois, vol. 1, du XIVe au XVIe siècle, vol. 2 du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, s. d. La recherche des relevés peut aussi se faite sur la base médiathèque du patrimoine et pour les photographies sur la base mémoire au nom de la commune et de l’édifice.

3 Ces peintures représentant des scènes de chasse et de pèche ont été mises au jour en 1910.

4 Le décor peint de la Chambre du Cerf est réalisé sur des toiles marouflées.

5 Relevé CRMH n° 4259.

6 B. Sournia et J.-L Vayssettes, Villeneuve-les-Avignon, histoire artistique et monumentale d’une villégiature pontifi cale, Paris, 2006, p. 187-189. Relevé CRMH n° 4267.

7 Relevés n° 961.

8 Relevés CRMH 9.004 à 9.009.

9 A. Girard, « La charpente de la cour royale de justice de la maison des chevaliers de Pont-Saint-Esprit », dans Forets alpines et charpentes de Méditerranées, Ph. Bernardi dir., L’Argentière-La Bessée, 2007, p. 211-218. Relevés du CRMH n° 4262 4265.

10 Mémoire de palais, archéologie et histoire du groupe épiscopal de Valence, 2006, p. 214-217. Relevés du CRMH n° 4132 à 4141.

11 Dictionnaire raisonné de l’Architecture, Paris, 1864, p. 198-205.

12 Relevés CRMH 1039 à 1065

13 Relevés du CRMH n° 8.997 à 9003.

14 Relevés MH 15051 à 12057.

15 Le grand plafond du premier étage a été altéré par un incendie. C’est à cette occasion que le CRMH a pu en faire le relevé.

Table des illustrations

Légende Figure 10.1 : Villeneuve-les-Avignon, ancienne livrée de Thurroy, relevé partiel du plafond de la grande salle de l’étage, Lestienne, 1943, inv. 4267
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Figure 10.2 : Béziers, maison de la Notairie, Axonométrie du plafond su rez-de-chaussée, Lalemand, 1968, inv. N° 9007
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Figure 10.3 : Valence, ancien évêché, relevé partiel du plafond du rez-de-chaussée, Lestienne, 1947, inv. 4133
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 10.4 : Tarascon, château, tour nord est, coupe transversale, julien, 1943, inv. 1060
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 10.5 : Pomas, château Relevé d’une scène peinte du plafond, P. Jannot, 1984, inv. 60532
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3108/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540