Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les plafonds peints médiévaux

 | 
Philippe Bernardi
, 
Monique Bourin

Autour de Pézenas, les plafonds peints médiévaux de la moyenne vallée de l’Hérault. État de la question

Jean Nougaret

Texte intégral

  • 1 Le terme le plus adéquat serait, comme il a été dit lors du colloque tenu en 2008 à Capestang, « c (...)
  • 2 Nos remerciements iront toutes les personnes qui nous ont apporté leur concours, MM Yvon Comte, do (...)

1Cette communication n’a pas d’autre prétention que de dresser un état de la question sur les plafonds1 peints médiévaux de la moyenne vallée de l’Hérault à la lumière des publications antérieures et des découvertes récentes2.

2Deux de ces plafonds, ceux de Saint-Pons de Mauchiens et Gabian, ont fait l’objet d’une étude détaillée de la part de Jacques Peyron (à qui l’on est redevable de la première synthèse sur le sujet), reprise et complétée par M. Christian de Mérindol. Les autres ensembles qui vont être évoqués ici, en particulier celui de l’hôtel de Brignac, à Montagnac, et celui de l’« avescat » de Gabian méritent une étude approfondie qui reste à faire.

3La présentation qui va suivre est établie selon l’ordre chronologique de mise en place des plafonds, dans la mesure où il est possible d’assigner une date précise pour chacun de ces décors.

Saint-Pons-de-Mauchiens, église Saint-Pons de Cimiez

4Nous commencerons par quelques éléments de charpente décorée provenant d’un édifice religieux, l’église Saint-Pons de Cimiez à Saint-Pons-de-Mauchiens. M. Yvon Comte, en effet, a bien voulu nous signaler l’existence dans l’église paroissiale de ce village de quelques éléments de charpente peints et décorés.

  • 3 A Bessan, dans la basse vallée de l’Hérault, l’église paroissiale Saint-Pierre-aux-liens conserve (...)

5Ces poutres et planches que l’on peut vraisemblablement dater de la fin du XIIIe siècle proviennent de la charpente primitive. Elles ont été réutilisées au XIXe siècle dans la couverture des collatéraux puis déposées lors d’une restauration récente de l’édifice. Le décor est composé de rinceaux de larges feuilles avec, de place en place, des palmettes3.

Saint-Pons-de-Mauchiens, maison dite des consuls4

  • 4 J. Peyron, Les plafonds peints gothiques en Languedoc. Thèse de IIIe cycle d’Histoire. Montpellier (...)
  • 5 Sans méconnaître les autres sens du mot « buget » (cloison, pierre équarrie d’un format défini, et (...)

6La demeure est adossée à l’enceinte fortifiée. Elle a été construite au XIVe siècle en réunissant plusieurs parcelles. Le plafond décoré est celui de la grande salle du rez-de-chaussée, longue de 16 m pour une largeur de 5,50 m. Il comprenait 120 bugets5. 117 d’entre eux ont été conservées, 3 ont disparu lors de la construction d’un escalier. Les quatre poutres maîtresses sont portées sur des corbeaux dont le profil est celui d’un tore en amande. Les planches présentent des accolades découpées très largement surbaissées.

  • 6 Y. et F. Cranga, « L’escargot dans le midi de la France, approche iconographique ». Mémoires de la (...)

7Le décor faisait alterner des écus armoriés disposés dans des quadrilobes et des scènes à personnages. Les scènes historiées regroupent des représentations de divertissements, comme le jeu de boule ou la quintaine, et des travaux des champs. On note également la figure d’un homme apeuré devant un énorme escargot, allégorie de la couardise sans doute, mais peut être aussi celle, chère aux imagiers du Moyen Âge, du « monde à l’envers »… Ce thème figure aussi, à la même période, sur l’un des médaillons sculptés du soubassement de la cathédrale Saint-Jean de Lyon. On retrouve aussi l’escargot à Capestang, mais cette fois ci affronté par un homme, dans une interprétation plus facétieuse que moralisatrice6.

8Jacques Peyron a relevé la présence des armes de Simon de Cramaud, évêque de Béziers de 1383 à 1385 (d’azur à la bande d’or, à la bordure de gueules chargée de besants d’argent) et de celles de son prédécesseur immédiat, Guy de Malsec de Châlus, évêque en 1383 (d’or au lion de gueules, au chef d’azur chargé de trois étoiles d’or). L’héraldique permet donc de resserrer la chronologie et de proposer pour la construction du plafond de Saint-Pons de Mauchiens les années 1383-1384.

Clermont l’Hérault, maison

9M. Serge Ivorra a fait en 2000 l’acquisition de quatorze panneaux peints provenant du vestibule d’une maison de Clermont-l’Hérault, alors en cours de rénovation intérieure. Sur cet ensemble, dix ont fait l’objet entre 2004 et 2006 d’une restauration par les élèves de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon et deux ont été restaurés en 2003 par les soins de M. Dumonnet, restaurateur de Montagnac. L’état de dégradation des deux derniers n’a pas permis leur restauration.

10Selon M. Ivorra chaque panneau, peint à la détrempe sur bois de pin est fait d’une seule planche découpée dans le sens longitudinal au moyen d’une scie à refendre. Les tranches latérales ont été biseautées de manière à s’encastrer dans une rainure. Les dimensions moyennes varient selon la nature des sujets : L. : 41, 5 cm. – l. : 15, 5 cm pour les représentations animales réelles ou imaginaires, 23,5 cm sur 15, 5 cm pour les figures humaines.

11L’inventaire établi à l’occasion de la restauration des années 2004 – 2006 est le suivant : numéros 281 A (chien), 281 B (animal fantastique), 281 C (grenades sur fond bleu), 281 D (Coq ?), 281 E (lion ?), 281 F (grenades sur fond rouge et fleur de lys centrale), 282 A (personnification de la Mort) (figure 9.1), 282 B (figure masculine), 282 C (figure humaine tournée vers la droite), 282 D (tête masculine tournée vers la gauche). Il faut y ajouter les deux panneaux restaurés en 2003 : animal fantastique et animal fantastique à tête humaine.

Figure 9.1 : La Mort, ais d’entrevous provenant de Clermont-l’Hérault, XVe siècle. Pézenas, collection S. Ivorra (Pézenas, Musée de la porte). Photo J. Nougaret

12La datation de ces planchettes est difficile à déterminer : fin du XIVe – début du XVe siècle ? Leur style très fruste ne permet pas de les comparer aux autres éléments présentés ici, notamment les plafonds de Saint-Pons-de-Mauchiens, Gabian et Montagnac. La seule originalité à signaler est la présence d’une évocation de la Mort (282 A) et la représentation à deux reprises de grenades ouvertes (symboles de fécondité ?).

  • 7 A. Huser, « Les maisons médiévales de Clermont-l’Hérault entre découverte et destruction ». Archéo (...)

13La maison dont elles proviennent n’est pas située dans l’îlot dit d’Enoz, détruit récemment pour cause d’insalubrité, et qui a fait l’objet en 1997 d’une campagne d’archéologie du bâti7. Selon un renseignement oral, quelques bugets provenant, selon toute vraisemblance, de la zone démolie, auraient été retrouvés dans une décharge publique et seraient passés dans le commerce des antiquités de Pézenas. Leur datation reste imprécise. Cependant, compte tenu des périodes d’occupation de l’îlot, elle pourrait être semblable à celle des panneaux aujourd’hui conservés à Pézenas.

Gabian, château des évêques, 12, rue de l’Evêché8

  • 8 J. Peyron, op. cit., p. 121-128 ; J. Peyron et A. Robert, 1978 op. cit., p. 7-12 ; Ch. de Mérindol (...)
  • 9 En 1227, Bernard de Cuxa, évêque de Béziers (1215 – 1242), devient, par achats successifs des dire (...)

14Dominant la rivière de Thongue, la demeure, appelée l’« avescat » (l’évêché), était l’ancienne résidence d’été des évêques de Béziers, seigneurs de Gabian depuis 12309. Construite au XIIIe siècle, elle était, comme la maison des consuls de Saint-Pons-de-Mauchiens, intégrée à l’enceinte fortifiée communale et participait à la défense du village.

  • 10 A. Fabre, Histoire de Gabian, précédée d’une Histoire générale du canton de Roujan. Mâcon, Protat, (...)

15Le plafond peint est celui de la salle du premier étage, longue de 14 m pour une largeur de 8 m, couverte à l’origine, comme à Capestang, d’une charpente sur arc-diaphragme. Ce premier état a été désigné sous le nom de Gabian I. Il en subsiste des traces de peintures murales. Le plafond décoré rajouté ultérieurement définit un second état appelé Gabian II. En 1894, Albert Fabre avait, le premier, perçu l’intérêt artistique de cette charpente, qu’il datait du XVIe siècle. Il en donne une brève description et en souligne déjà l’état de dégradation : « Malheureusement, la fumée à noirci ces peintures et, dans quelques mois, il ne sera même plus possible de les voir, le propriétaire actuel voulant établir un plafond en dessous »10. Il ajoutait : « Une autre salle du même genre a été détruite. L’une et l’autre ont servi longtemps de salle de bal ».

Les bugets

  • 11 Estimation de M. Serge Sotos.
  • 12 Construit en 1912 pour François Marie Anatole de Roverié de Cabrières, évêque de Montpellier depui (...)

16Le plafond actuellement visible a été dépouillé de très nombreux panneaux. Sur les 112 bugets que comptait le plafond de Gabian11, douze seulement sont restés in situ, quatorze sont conservés dans une collection particulière et six sont connus par une gravure de la fin du XIXe siècle. Selon une tradition locale, rapportée par Jacques Peyron, quatre-vingt-dix d’entre eux auraient été arrachés et vendus, pour 500 francs or, à Mgr de Cabrières, évêque de Montpellier, « au début du XXe siècle » (1904), « pour faire une armoire ». L’inventaire récent (2008) des œuvres d’art de l’archevêché de Montpellier12, dressé par la Conservation régionale des Monuments Historiques, ne comporte aucun meuble de ce type ni aucun élément provenant d’un plafond médiéval. De même, les « papiers Cabrières » conservées aux archives diocésaines, ne font pas état de cette transaction. Réalité pour les uns (qui affirment aussi que la somme mentionnée, tout à fait considérable pour l’époque, n’aurait jamais été versée), cette tradition orale reste pour d’autres sans fondement réel.

  • 13 Le contexte général du décor ne permet pas de voir dans cette figure le symbole de l’évangéliste M (...)
  • 14 A. Fabre, op. cit., pl. XI et p. 32 – 33. Gravure de Lucien Gauthier. L’auteur qualifie ces vêteme (...)

17Il faut ajouter à ces éléments encore en place quatorze panneaux récupérés par l’arrière-grand-père de l’un des propriétaires précédents de l’immeuble. En bois de résineux et d’une longueur moyenne de 39 cm pour une largeur de 19 cm, ils représentent des armoiries encore non identifiées à l’exception de deux premières (1 et 2 : d’argent au chêne de sinople qui est de Lauzières ; 3 et 4 : de gueules au griffon passant d’or, bordure denticulée de sable et d’argent ; 5 et 6 : d’azur (ou de sinople ?) à quatre fasces vivrées d’argent ; 7 et 8 : parti d’or et de gueules, au chef de sable chargé de trois besants d’or ; 9 : de gueules à l’aiglette d’or ? Paraît repeint), ou des animaux réels (10 : lévrier courant vers la gauche ; 11 : chien courant vers la droite ; 12 : chien dévorant un animal indéterminé ; 13 : Licorne (figure9.2). 14 : lion ailé13). Signalons enfin qu’en 1894 l’historien Albert Fabre avait publié une vue partielle d’une poutre reposant sur une console. La gravure où sont visibles, entre les solives, cinq bugets, est accompagnée du détail de six planchettes représentant deux musiciens (ou musiciennes ?) jouant du rebec et de la chalémie, ainsi que quatre personnages féminins en costume du XVe siècle14.

Le décor des poutres

18Le plafond est soutenu par cinq poutres dans le sens est-ouest. La poutraison a reçu un décor peint formé, comme à Capestang et Pont-saint-Esprit, par exemple, de pyramides à degrés blanches sur fond noir, de feuilles de houx et de petites fleurs jaunes à cinq pétales. Les poutres maîtresses, que paraît rejeter un monstre engoulant peint, reposent sur des corbeaux découpés avec un tore en amande.

19Jacques Peyron distingue deux ateliers, l’un qui aurait exécuté les armoiries, et un autre à qui l’on serait redevable des scènes figurées et des représentations animales.

  • 15 Identification par Jacques Peyron et Philippe Huppé.

20Là encore, les armoiries15, disposées sur les sablières, constituent la partie la plus importante du décor : France (Charles VII), Marie d’Anjou, fille de Louis II d’Anjou, roi de Sicile et de Yolande d’Aragon, épouse de Charles VII en 1413, dauphin Louis, futur Louis XI, mis en possession du Dauphiné en 1440, famille non identifiée mais qui blasonne aux lys de France et à la comète des Baux, maison des Clermont-Lodève… On trouve aussi les armes du duc de Bourbon, Charles 1er, familier du roi Charles VII, de Jean d’Orléans, comte de Dunois, (dit le Bâtard d’Orléans), de Jean V de Bretagne, beau-frère de Charles VII… D’autres armoiries n’ont pas été identifiées, notamment l’écu portant parti d’or et de gueules, au chef de sable chargé de trois besants d’or, répété plusieurs fois et que nous avons déjà rencontré parmi les panneaux déposés.

Figure 9.2 : Licorne, ais d’entrevous provenant de l’« avescat » de Gabian, milieu du XVe siècle. Collection particulière. Photo Serge Sotos

21Le reste du décor de la poutraison représente des animaux fantastiques, les plus nombreux (dragons, hybrides oiseau/reptile…) ou réels (levrette, loup, chien, renard, biche ( ?), oiseaux…). La figure humaine est aussi présente : deux figures masculines caricaturales, autant que peut le laisser deviner l’état de dégradation de la peinture, figure masculine grotesque coiffée d’un bonnet blanc, répétée deux fois mais avec des variantes, dialogue animé entre deux personnages masculins, sans doute un laïc et un moine (figure 9.3)

22La chronologie du plafond de Gabian établie par Jacques Peyron, diffère un peu de celle proposée par Christian de Mérindol. Pour Jacques Peyron, la construction du plancher se situe entre 1440, date à laquelle le dauphin Louis prend possession du Dauphiné, et 1456, date de la mort de Charles de Bourbon, familier de Charles VII. Cette période correspond grosso modo à l’épiscopat biterrois de Guillaume de Montjoie (1424-1451), conseiller du roi Charles VII et du dauphin. Montjoie avait reçu également, en 1442, dans son château de Gabian, la reine Marie d’Anjou. Le plafond et son décor auraient été exécutés à l’occasion de cette visite. Pour Christian de Mérindol, par comparaison avec les plafonds de Capestang et de Pont-Saint-Esprit (Gard), cet « hommage au roi Charles VII victorieux » dans sa reconquête du royaume alors aux mains de l’alliance anglo-bourguigonne, aurait été conçu vers 1449-1450,

Figure 9.3 : Scène à personnages, Gabian, l’« avescat », milieu du XVe siècle. Photo Yvon Comte (D. R. A. C.-L. R., Conservation régionale des Monuments Historiques)

Pézenas, hôtel de Graves, 9, rue du Château16

  • 16 Ch. de Mérindol, « Nouvelles observations ». Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de F (...)

23Le plafond, peu étendu, couvre la salle du premier étage de la demeure construite vraisemblablement un peu avant 1470. Les 25 bugets sont décorés d’armoiries et de figures diverses, dont un dragon, des musiciens, une sirène et une scène érotique.

24C’est à nouveau à Jacques Peyron que l’on doit la datation de ce plancher par l’héraldique : parmi les armoiries représentées figurent celles de Jean de Calabre, fils aîné du roi René et d’Isabelle, la fille de Charles II de Lorraine, duc de Lorraine en 1466 et comte de Pézenas entre 1466 et 1471, pour son fils Nicolas, marquis de Pont-à-Mousson.

Pézenas, hôtel de Wicque, 7-9, rue de la Foire, et maison, rue Alfred-Sabatier

25M. Denis Népipvoda nous a également signalé l’existence dans la même ville, de deux autres plafonds peints médiévaux.

26Le premier a été repéré au premier étage de l’hôtel dit de Wicque, dans un passage d’environ 2 m sur 3 m, correspondant à la loge du rez-de-chaussée reliant la cour et l’escalier en vis. Le badigeon blanc qui le recouvre laisse deviner des armoiries peintes dont le dégagement éclairerait l’histoire de cette demeure que l’on peut situer, sur des critères uniquement stylistiques, aux alentours de 1500-1510. Le second, au premier étage d’une maison de la rue Alfred-Sabatier, a lui aussi été badigeonné de blanc, mais des assurances auraient été données sur le caractère réversible de cette peinture !

27Les travaux effectués dans le cadre du Secteur Sauvegardé de Pézenas et de la protection des immeubles au titre des Monuments Historiques permettront certainement de nouvelles découvertes de plafonds médiévaux dissimulés sous les habillages de l’époque classique et du XIXe siècle.

Caux, maison, 8, rue Notre-Dame17

  • 17 Renseignement communiqué par M. Denis Népipvoda.

28À Caux, commune voisine de Pézenas, la maison portant le n° 8 de la rue Notre-Dame, conserve un plafond peint médiéval, aujourd’hui dissimulé sous un faux-plafond, mais dont les poutres et les consoles à cavet et tore en amande, très proches de celles de Gabian, sont encore visibles. Ce plafond à découvrir pourrait être daté du XVe siècle.

Montagnac, hôtel de Brignac, 12-18, rue Lafayette18

  • 18 Sur l’hôtel de Brignac, voir le dossier établi dans le cadre de l’Inventaire architectural et urba (...)
  • 19 M. Escande et A. Calvier, Réhabilitation de l’hôtel de Brignac, Montagnac. Etude historique prélim (...)

29Nous terminerons ce rapide tout d’horizon par un ensemble de deux plafonds peints conservés à Montagnac, à l’hôtel de Brignac, numéros 12 à 18, rue Lafayette, et récemment dégagés19. Cette demeure, démembrée en plusieurs parcelles entre 1783 et 1835, a conservé les dispositions qu’elle présentait au XVe siècle : un passage couvert voûté donnant accès à la cour et à l’escalier en vis situé à la jonction des deux corps de bâtiment sur rue et sur cour.

30Les deux plafonds décorés sont situés au premier étage. Celui de la galerie a été en grande partie repeint par le précédent propriétaire. La plupart des panneaux ont disparu, il n’en subsiste en place que dix-huit. Le décor peint est constitué d’armoiries (dont celles des maisons de Rochemore, Montlaur et Olargues, les autres n’ayant pas encore été identifiées), d’animaux fantastiques et de scènes figurées. Sur l’une d’entre elles, un personnage barbu, en apparence âgé, montre ou remet à un jeune couple une pièce de monnaie qui pourrait être un florin. Sur une autre, deux enfants, montés sur des chevaux de bois, se font face.

  • 20 Description dans D. Népipvoda, op. cit.

31Dans la grande salle (10 m. sur 10 m environ), un faux-plafond en treillis léger dissimulait jusqu’à présent la charpente médiévale. Celle-ci comporte 100 panneaux encore in situ sur 10420. La technique de peinture est celle de la tempera sur gesso partiellement recouvert d’un badigeon de chaux. Une frise à motifs floraux complète la décoration.

  • 21 Note dactylographiée, 2007 et Ph. Huppé, « L’apport de l’héraldique dans l’étude des plafonds pein (...)
  • 22 La famille de Brignac possédait des biens dans le Clermontais, à Montagnac, Pézenas et Conas. Ph. (...)

32L’héraldique est ici très abondante et une trentaine de blasons ont été répertoriés et en partie identifiés par M. Philippe Huppé21 : armes de France, du Dauphin, des maisons d’Orléans et de Bourgogne, des Brignac22 (de gueules au lévrier rampant d’argent colleté de gueules), plusieurs fois répétées, des familles alliées ou amies, de la noblesse locale (Guilhem de Clermont, Arpajon, Roquefeuil-Blanquefort, Castelnau de Guers et les familles alliées - Guers-Montlaur et Guers-Olargues, Narbonne-Talairan, Montlaur, Thézan…).

  • 23 Comme à Capestang, Lagrasse et Pézenas (hôtel de Graves).
  • 24 Cranga, op. cit..

33Le reste du décor regroupe des animaux réels (chiens chassant, hibou saisissant un rat…) et des figures hybrides : homme/animal, sirène tenant un miroir et un peigne23, un animal étrange, muni de sabots et d’une queue de saurien, que l’on a appelé « biche-serpent », comme on a désigné sous le nom de « loup-escargot » un canidé sortant à mi-corps d’une coquille, comme à Albi, à la maison Saunal, au début du XVIe siècle. C’est d’ailleurs un thème récurrent durant tout le Moyen Âge que celui des animaux ou des hommes sortant d’une coquille d’escargot24

  • 25 Le même thème est visible à Capestang.

34Le plafond présente aussi des scènes historiées dont un dialogue entre deux personnages (figure 9.4). Les oreilles démesurées de l’écouteuse, car il s’agit d’une femme, montre l’intérêt qu’elle porte au propos que tient son vis-à-vis, un homme à la tête couverte d’un chaperon. Ailleurs, un personnage masculin offre un cœur à une femme (la scène est répétée deux fois)25, un couple s’embrasse, une femme tient une quenouille.

  • 26 J. Peyron et A. Robert, « Les plafonds peints et gothiques d’Albi », Albi, 1982, p. 33 ; Ch. de Mé (...)
  • 27 Ph. Huppé, op. cit., p. 39.

35Christian de Mérindol a repris la datation d’Annick Robert et Jacques Peyron, c’est-à-dire le début du XVe siècle26, mais il ajoute « sans certitude » et « sans autre précision ». Il est vrai que l’ensemble décoré n’avait pas encore été dégagé dans sa totalité et que l’héraldique n’était à ce moment ni reconnue ni étudiée. Selon la récente analyse donnée par Philippe Huppé, la mise en place des plafonds pourrait se situer vers 1470 et être attribuée à Philippe de Brignac, seigneur de Brignac, qui s’affirmait également co-seigneur de Conas, hameau dépendant de Pézenas. Toutefois, un écu parti porte les armes des Brignac et celle des Lauret. Le plafond pourrait alors être attribué à Jean de Brignac, co-seigneur de Pignan et bayle de Montagnac, époux, avant 1485, de Lucie de Lauret, d’une importante famille de Pézenas et Aumes. La datation de l’ensemble pourrait alors être repoussée vers 1480. Il n’est pas non plus exclu, comme le souligne M. Philippe Huppé, que le plafond ait été peint initialement au début du XVe siècle puis retouché avec ajouts d’armoiries dans le courant du troisième quart du siècle27.

Figure 9.4 : Scène à personnages, Montagnac, hôtel de Brignac, grande salle, v. 1470-1480. Photo Christophe Emier/François Nos

36En conclusion, cet « état des lieux » dressé sur une petite partie du territoire héraultais est l’antithèse de tout ce qui a été présenté lors du colloque ! Les plafonds objets de cette communication sont « dans tous leurs états » : à l’abandon, badigeonnés, démembrés parfois, repeints voire « restitués » par des propriétaires trop zélés, évidemment non restaurés.

37Ce tour d’horizon des charpentes décorées de la moyenne vallée de l’Hérault est avant tout révélateur de quelques uns des problèmes posés par la découverte, la protection (aussi bien matérielle que réglementaire), la conservation et la mise en valeur de tels ensembles. En premier lieu, l’impossibilité pour les propriétaires - pour qui l’acquisition de ce patrimoine est le plus souvent un « cadeau empoisonné » - de faire face aux indispensables travaux de préservation ; la désaffection ensuite de certaines communes incapables (ou refusant) de concevoir et soutenir un projet culturel permettant la réhabilitation et la réutilisation des immeubles concernés et de leur décor.

38D’autre part, si l’on excepte les plafonds de la maison des consuls à Saint-Pons-de-Mauchiens et de l’hôtel de Graves à Pézenas, l’état de ces ensembles décorés, badigeonnés de blanc, au mieux couverts de suie, exposés aux risques d’inondation par les toitures mais aussi d’incendie, est le plus souvent alarmant, même si la mise en place de faux plafonds a pu contribuer un temps à leur préservation. Beaucoup de travaux restent à faire. La restauration de ces décors doit s’accompagner impérativement, avec l’indispensable protection au titre des Monuments Historiques, de la réhabilitation de l’immeuble qui les abrite et que seul un projet culturel cohérent et soutenu par les pouvoirs publics peut permettre de mener à bien.

39Un inventaire photographique systématique de chacun de ces planchers et l’étude de ces ensembles devront être entrepris, étude technique (analyse des supports et des pigments, dendrochronologie…) aussi bien qu’historique et stylistique. Si l’héraldique a déjà fait l’objet de recherches avancées, en particulier de la part de Jacques Peyron, Christian de Mérindol, Philippe Huppé et a permis de resserrer la chronologie de ces charpentes, une étude iconographique complète mettant ces décors en relation avec l’imaginaire et la symbolique du Moyen Âge n’a pas encore été conduite. Il appartient à notre future association de tenir compte dans ses objectifs de ces impératifs de la recherche.

Notes

1 Le terme le plus adéquat serait, comme il a été dit lors du colloque tenu en 2008 à Capestang, « charpente de plancher ». Toutefois, pour des raisons de commodité, nous utiliserons au cours de ces pages, l’appellation de « plafond peint ».

2 Nos remerciements iront toutes les personnes qui nous ont apporté leur concours, MM Yvon Comte, documentaliste à la Conservation régionale des M. H., Philippe Huppé, historien et héraldiste, Serge Ivorra, ébéniste à Pézenas, promoteur du « Musée de la porte », Jacques Lavit, ancien propriétaire de l’« avescat » de Gabian, Jean-Pierre Mailhé, pour qui le patrimoine gabianais n’a plus de secrets, Denis Népipvoda, du Service Patrimoine de la communauté de communes Pézenas – Val d’Hérault, Emmanuel Pena-Ruiz, qui nous a facilité l’acces à l’« avescat » de Gabian dont il est le propriétaire actuel, Serge Sotos, historien, auteur d’un très précieux inventaire photographique du décor de l’« avescat » de Gabian qu’il a bien voulu nous communiquer.

3 A Bessan, dans la basse vallée de l’Hérault, l’église paroissiale Saint-Pierre-aux-liens conserve aussi des éléments de poutres peintes, réutilisés notamment dans le tambour.

4 J. Peyron, Les plafonds peints gothiques en Languedoc. Thèse de IIIe cycle d’Histoire. Montpellier, Université Paul Valéry – Montpellier III, 1977, p. 189-200 ; J. Peyron et A. Robert, « Les plafonds peints médiévaux de la région de Pézenas ». Etudes sur Pézenas et l’Hérault, 1978, n ° 1, p. 3-13 [p. 3-6] ; Ch. de Mérindol, La maison des Chevaliers de Pont-Saint-Esprit. Tome 2 : Les décors peints. Corpus des décors monumentaux peints et armoriés du Moyen Âge en France. Nîmes, Conseil Général du Gard, 2000, p. 385-388.

5 Sans méconnaître les autres sens du mot « buget » (cloison, pierre équarrie d’un format défini, etc.), nous emploierons ici volontairement ce terme (propre à la France du sud et à la Catalogne) en tant que synonyme de « closoir », tout en y substituant parfois, à seule fin d’éviter des répétitions, le mot « panneau ». Le terme « paredal », dérivé de « paret » (langue d’oc : mur, cloison), est également employé par certains auteurs. Il désigne proprement, selon Louis Alibert dans son Dictionnaire occitan-français (1966), une « pièce de bois, en haut d’un mur, sur laquelle on fixe la première volige ». Il ne peut donc s’agir ici d’un closoir ou d’un buget. L’abbé de Sauvages (Dictionnaire languedocien-françois, 1766) ignore le terme et ne définit, par ailleurs, le « bujhë » que comme une mince cloison de planches séparant deux pièces.

6 Y. et F. Cranga, « L’escargot dans le midi de la France, approche iconographique ». Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, tome LVII, 1997. [En ligne sur le site www.societes-savantes-toulouse.asso.fr/samf/memoires/T57/cranga.htm– non paginé]. Notons aussi quel la figure de l’homme-escargot est un thème récurrent au Moyen-Age.

7 A. Huser, « Les maisons médiévales de Clermont-l’Hérault entre découverte et destruction ». Archéologia, n ° 346, juin 1998, p. 46-55.

8 J. Peyron, op. cit., p. 121-128 ; J. Peyron et A. Robert, 1978 op. cit., p. 7-12 ; Ch. de Mérindol, 2000 op. cit., p. 253-255.

9 En 1227, Bernard de Cuxa, évêque de Béziers (1215 – 1242), devient, par achats successifs des directes à différents coseigneurs, « gouverneur » de Gabian puis seigneur du lieu en 1230. Les évêques de Béziers conserveront la seigneurie de Gabian jusqu’à la Révolution.

10 A. Fabre, Histoire de Gabian, précédée d’une Histoire générale du canton de Roujan. Mâcon, Protat, 1894, p. 32 – 33. Le faux plafond projeté en 1894 a été effectivement réalisé. Sa suppression récente a permis de restituer une vision globale de l’ensemble.

11 Estimation de M. Serge Sotos.

12 Construit en 1912 pour François Marie Anatole de Roverié de Cabrières, évêque de Montpellier depuis 1874, qui venait d’être créé cardinal en 1911.

13 Le contexte général du décor ne permet pas de voir dans cette figure le symbole de l’évangéliste Marc mais plutôt une représentation animale fantastique. Il ne s’agit pas non plus pour nous d’un bœuf ailé, comme le pensait Jacques Peyron.

14 A. Fabre, op. cit., pl. XI et p. 32 – 33. Gravure de Lucien Gauthier. L’auteur qualifie ces vêtements de « costumes […] des plus bizarres » !

15 Identification par Jacques Peyron et Philippe Huppé.

16 Ch. de Mérindol, « Nouvelles observations ». Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, année 1979 [paru en 1981], p. 126 ; Ch. de Mérindol, « Le roi René et la seconde maison d’Anjou ». Emblématique, art, histoire. Paris, 1987, p. 79 ; J. Nougaret, Pézenas. Hérault. Montpellier, Association pour la Connaissance du Patrimoine en Languedoc-Roussillon. Coll. Images du Patrimoine, n ° 180, 1998, p. 54 ; Ch. de Mérindol, 2000 op. cit., p. 335.

17 Renseignement communiqué par M. Denis Népipvoda.

18 Sur l’hôtel de Brignac, voir le dossier établi dans le cadre de l’Inventaire architectural et urbain de la Communauté d’agglomération Hérault-Méditerranée. A. Nos, Trésors secrets du patrimoine de Montagnac (Hérault). Montagnac, Les Amis de Montagnac, 2004, p. 35-60 ; D. Népipvoda, « L’hôtel de Brignac et ses plafonds peints ». Bulletin des Amis de Montagnac, n ° 74, octobre 2008, Spécial Montagnac, centre ancien, p. 25 – 31.

19 M. Escande et A. Calvier, Réhabilitation de l’hôtel de Brignac, Montagnac. Etude historique préliminaire. Document provisoire. Juillet 2005.

20 Description dans D. Népipvoda, op. cit.

21 Note dactylographiée, 2007 et Ph. Huppé, « L’apport de l’héraldique dans l’étude des plafonds peints : le plafond peint de l’hôtel de Brignac ». Bulletin des Amis de Montagnac, n ° 74, octobre 2008, Spécial Montagnac, centre ancien, p. 32-42.

22 La famille de Brignac possédait des biens dans le Clermontais, à Montagnac, Pézenas et Conas. Ph. Huppé, op. cit., p. 36.

23 Comme à Capestang, Lagrasse et Pézenas (hôtel de Graves).

24 Cranga, op. cit..

25 Le même thème est visible à Capestang.

26 J. Peyron et A. Robert, « Les plafonds peints et gothiques d’Albi », Albi, 1982, p. 33 ; Ch. de Mérindol, « Jeux d’enfants et société à la fin de l’époque médiévale d’après le témoignage des plafonds peints ». À quoi joue – t’on ? Pratiques et usages des jeux et jouets à travers les âges.[Actes du festival d’Histoire de Montbrison, 26 septembre – 4 octobre 1998]. Montbrison, Ville de Montbrison, 1999, p. 117-141 [p. 118] ; Ch. de Mérindol, 2000 op. cit., p. 284.

27 Ph. Huppé, op. cit., p. 39.

Table des illustrations

Légende Figure 9.1 : La Mort, ais d’entrevous provenant de Clermont-l’Hérault, XVe siècle. Pézenas, collection S. Ivorra (Pézenas, Musée de la porte). Photo J. Nougaret
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3106/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Figure 9.2 : Licorne, ais d’entrevous provenant de l’« avescat » de Gabian, milieu du XVe siècle. Collection particulière. Photo Serge Sotos
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3106/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Figure 9.3 : Scène à personnages, Gabian, l’« avescat », milieu du XVe siècle. Photo Yvon Comte (D. R. A. C.-L. R., Conservation régionale des Monuments Historiques)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3106/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Figure 9.4 : Scène à personnages, Montagnac, hôtel de Brignac, grande salle, v. 1470-1480. Photo Christophe Emier/François Nos
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3106/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

Auteur

Conservateur en chef honoraire du Patrimoine

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540