Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les plafonds peints médiévaux

 | 
Philippe Bernardi
, 
Monique Bourin

Quelques exemples de plafonds peints médiévaux et tardo-médiévaux à Béziers

Elian Gomez

Texte intégral

1Voilà plus de quinze ans qu’été créé à Béziers un très vaste secteur sauvegardé (235oilà ha) pour répondre aux besoins de réhabilitation du centre-ville riche en vestiges antiques, bâtis médiévaux, modernes (hôtels particuliers) et contemporains (artères hausmanniennes, Allées P.-P. Riquet, jardin des Poètes...).

2Ces dernières années, l’accélération des programmes de réhabilitations et l’engagement croissant en faveur du patrimoine bâti ont favorisé la mise au jour de nombreuses élévations médiévales parmi lesquelles la problématique des plafonds peints tient une place de choix.

3Je présenterai ici quelques exemples de plafonds peints médiévaux et tardo-médiévaux (re) découverts ces derniers temps dans le cadre de missions dévolues au Service Archéologique Municipal de Béziers, soit au cours de simples visites de travaux (à l’invitation des aménageurs et/ou maître d’ouvrage) ou à la demande de l’Architecte des Bâtiments de France, ou encore sur prescription archéologique (diagnostic de bâti) motivée par le Service Régional de l’Archéologie.

4Le secteur sauvegardé de Béziers comprend prioritairement l’importante emprise de la ville médiévale organisée en bourgs. Elle se délimitait sur l’acropole par ses murailles (à l’est le long des Allées P.-P. Riquet, à partir du XIIe siècle, elles s’agrandissent vers le nord pour enserrer les bourgs de Saint-Aphrodise et du Cap-Nau, puis suivent la rupture de pente à l’ouest et n’englobent au sud le bourg Saint-Jacques qu’au XVe siècle) mais s’étendait aussi en faubourgs vers le nord et au bas de la ville à proximité de l’Orb et de son passage obligé : le Pont-Vieux.

5Ainsi, au regard de la vaste étendue de la ville médiévale, le potentiel architectural du Moyen Âge est particulièrement fort. C’est aussi ce que laisse entrevoir le début de nos investigations dans la mesure où la majorité d’entre elles mettaient au jour la conservation d’élévations médiévales en différents secteurs (figure 8.1) : dans le bourg Saint-Louis (5 rue du Général Crouzat et rue Maître Gervais), dans le bourg de la Salvetat (impasse de la Notairie), dans le bourg de Lespignan (23 rue des Dr Bourguet), et dans le bourg de Saint-Aphrodise (34 rue E. Dolet).

6L’objectif de cette communication n’est pas de présenter une étude exhaustive des plafonds abordés mais se veut plus simplement une invitation à la recherche (ou plus encore aux chercheurs) dans l’esprit de la dynamique créée par l’association internationale de recherche sur les charpentes et plafonds peints médiévaux.

Figure 8.1 : Carte de localisation des plafonds peints médiévaux repérés à Béziers

Le n° 5 de la rue du Général Crouzat

7Situé dans le bourg Saint-Louis qui concentrait les pouvoirs (épiscopal, vicomtal puis royal) et attirait une population aisée, l’immeuble n° 5 de la rue du Général Crouzat (anciennement rue de Lignan qui donnait accès à la porte Tourventouse) présente actuellement une façade du XVIIIe siècle, meurtrie de multiples remaniements postérieurs. Elle masque en réalité un bâti des XIVe et XVe siècles, caractérisé par de puissants murs dotés d’arcs brisés de décharge. Le bâtiment, toujours desservi par son escalier à vis hexagonal, conserve une certaine unité jusqu’à la base du troisième niveau. C’est au deuxième niveau, l’étage noble, qu’est apparu en sondant des plafonds plâtrés du XIXe siècle, un plafond à la française blanchi de lait de chaux.

8Malgré une évidente unité de construction du plafond (particulièrement évidente au regard de la poutre qui supporte la totalité du niveau), le cloisonnement intérieur a permis un traitement différents des espaces. La pièce centrale, au débouché de l’escalier présente le plus de soins tandis que la pièce orientale (amoindrie par l’emprise de la cage d’escalier) démontre un réel souci d’économie (closoirs mono-chromes, doublis non chanfreinés, absence de planchettes et de corniches). Quant à la pièce occidentale, nous observons une qualité intermédiaire (les doublis ne sont pas moulurés mais les peintures plus soignées malgré l’absence de motifs historiés, les corniches sont décorées de bandes obliques rouges et vertes, et les planchettes de motifs végétaux sur leur sous-face, de damiers sur leur tranche).

9S’agissant de la pièce centrale (33 m2), le plafond à la française s’organise de la sorte :

  • une poutre centrale chanfreinée, parallèle au mur de façade (à ossature bois), soutient dix solives. Sa sous-face est peinte en rouge tandis que ses joues, vert foncé, portent des décors végétaux vert clair soulignés de jaune (figure 8.2). Au centre, se trouve un écu orné du monogramme du chapitre Saint-Nazaire et Saint-Celse (alpha et oméga entrecroisés) auquel s’entrelace un B majuscule. Les recherches en archives de l’un d’entre nous1 indiqueraient la propriété de la maison entre 1487 et 1512 à Johan Bernagon, ce qui s’accorderait bien avec l’association du B sur l’écu. Plus loin, sur la même face est peint un phylactère où se lie une devise latine en lettres gothiques « Sit nomen domini », abréviation de « que le nom du seigneur soit béni... ».
  • Une corniche, aujourd'hui disparue ornait le raccord entre la poutre et les solives chanfreinées. Les solives espacées de 52 cm étaient peintes alternativement en rouge et en vert et portaient de fins motifs végétaux.
  • Entre ces dernières, des closoirs historiés formaient un registre décoratif d'exception. Malheureusement tous ne sont pas conservés eu égard à des remaniements ponctuels du plafond et à des dégâts des eaux. Il sera donc bien difficile d'en restituer une logique ornementale. En position centrale figure un couple en buste. À sa gauche le closoir est orné d'un phylactère où une devise en lettre gothique n'a pu être traduite avec exactitude « Sans mal pracet » (ou « pruret ») (figure 8.3). Plus encore à gauche, un closoir porte la peinture d’un chien (de race lévrier) à collier rouge.
  • À la droite du couple, nous trouvons deux closoirs (sur quatre) qui ont conservé leur ornementation originelle. Ils fonctionnent ensemble et se lisent de gauche à droite. Sur le premier figure un homme nu (vraisemblablement un malade) courant, verge dans une main pour uriner dans une fiole (figure 8.4). Dans sa main gauche, au devant de lui, l’homme tient une fiole identique qu’il semble présenter au personnage qui lui fait face sur le closoir voisin. Manifestement, il s’agit d’un médecin, richement vêtu, qui inspecte une fiole en verre (d’urine ?) semblable à celles dont dispose son patient (figure 8.5).
  • Au fond de la même pièce, contre le mur arrière (donnant anciennement sur une cour intérieure), d'autres closoirs se sont avérés lisibles malgré les couches de chaux qui les recouvraient. Il s'agit d'un lion sorti du registre de l'héraldique (figure 8.6) et d'une sirène également traitée avec talent. Son reflet dans le miroir qu'elle tient est parfaitement lisible, tout comme les détails du peigne avec lequel elle se coiffe. Elle semble correspondre à l'iconographie de la fée Mélusine dont on connaît la popularité à cette période (cf. « Les très riches heures du Duc de Berry » par Jean d'Arras).

Figure 8.2 : Béziers (XIVe -XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, face latérale de la poutre médiane, décor végétaux (détail)

Figure 8.3 : Béziers (XIVe -XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, closoir orné d’un phylactère

Figure 8.4 : Béziers (XIVe-XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, closoir, homme nu courant et urinant dans une fiole

Figure 8.5 : Béziers (XIVe -XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, closoir, médecin inspectant une fiole de verre

Figure 8.6 : Béziers (XIVe -XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, closoir portant un lion sorti du registre héraldique

La maison du 23 rue des docteurs Bourguet

10Au 23 rue des docteurs Bourguet (anciennement Bourg de Lespignan), la réhabilitation d’un immeuble modeste nous a conduit à découvrir les restes d’un plafond à la française fortement endommagé mais conservant quelques beaux restes. Trois poutres chanfreinées traversent la pièce noble (au premier étage). Leurs extrémités sont pourvues de corbeaux en bois sur lesquels débordent des représentations d’engoulants aux dents acérées.

11Des piliers en bois peints engagés dans une cloison en parefeuille et ossature bois supportent les extrémités orientales des poutres. Aussi, pouvons-nous fermement envisager la continuité du plafond dans la pièce contiguë, désormais propriété voisine.

12Les doublis qui ont un espacement de 39 centimètres ne sont pas chanfreinés mais conservent quelques restes de peinture uniforme. Seuls trois closoirs restent lisibles et s’ornent d’écus dont l’identification n’a pas encore abouti (figure 8.7 et 8.8). Les espaces vides du cartouche y sont décorés de fins rinceaux végétaux comme sur les corniches, planchettes et baguettes couvre-joint. Ces dernières ont un fond rouge et vert en alternance. Quant aux baguettes couvre-joint en quart de rond, elles sont décorées de chevrons noirs, jaunes et rouges. Les merrains, peints en rouge ne semblent pas avoir reçu de décors.

13Enfin, l’ensemble de la structure a connu un deuxième état dans la mesure où elle a été intégralement repeinte en jaune et la sous-face des poutres fleur-de-lysée au pochoir en blanc. La deuxième moitié du XVIe siècle est envisagée pour le deuxième état.

Figures 8.7 et 8.8 : Béziers (XVe s. ?), maison au n° 23 de la rue des docteurs Bourguet (anciennement Bourg de Lespignan) closoirs ornés de blasons

14Le niveau du sol actuel correspond à celui de l’époque tardo-médiévale, contemporain du plafond. La hauteur sous poutre est de 3,18m, celle sous merrains de 3,58m. Le sol tardo-médiéval (du XVe siècle ?) se situe à 1,80m au-dessous du plancher médiéval primitif (du XIIe, XIIIe siècle) qui a disparu et au niveau duquel reposent les pieds d’un arc de décharge en plein cintre sis mur Nord.

L’impasse de la Notairie

  • 2 Peyron J. « Deux charpentes décorées de Béziers », Bulletin de la Société Archéologique Scientifiq (...)

15Le caractère exceptionnel du plafond de l’impasse de la Notairie lui a valu une inscription par les Monuments Historiques depuis 1944. En 1970 il faisait l’objet d’une restauration et en 1990 Jacques Peyron en publiait sa partie visible2. Nous nous trouvons en présence d’un plafond hors normes du troisième quart du XIVe siècle (à en juger par les armoiries peintes et par le répertoire iconographique) qui ornait la salle de justice de l’évêque. Située dans le bourg de la Salvetat, à proximité immédiate du bourg Saint-Louis, cette salle en rez-de-chaussée disposait d’un beau volume : 80 m2 au sol pour une hauteur sous poutres de 4,70 mètres et 5,50 mètres sous merrains.

16Quatre imposantes poutres chanfreinées sont supportées par des corbeaux en pierre figurant des têtes fantastiques. Ces poutres sont décorées d’engoulants, volutes végétales et florales sur leurs joues. Elles ne supportent pas directement les solives mais une rangée de corbelets anthropomorphes en bois sculpté (à l’exception d’une gueule de dragon) (figure 8.9). Ainsi, ce n’est pas une mais deux rangées de closoirs qui ont été aménagées, multipliant par conséquent le nombre de supports pour les décors peints. Cela explique en partie la diversité des thèmes iconographiques : héraldique, vie quotidienne, animaux fantastiques, hybrides, objets liturgiques, lignes géométriques sur les planchettes et motifs floraux.

Figure 8.9 : Béziers (3e quart du XIVe s.), maison impasse de la Notairie, corbelet à gueule de dragon

17Les extrémités des solives sont agrémentées de planchettes dont la découpe ouvre largement la gueule des engoulants qui y sont peints (figure 8.10).

18La rangée inférieure de planchette sous closoirs est décorée d’une succession de motifs végétaux encadrés de feuilles cordiformes tandis que les rangées supérieures (sous l’autre rangée de closoirs et sous merrains) portent des motifs géométriques (juxtaposition de losanges et triangles).

19Des motifs floraux stylisés par des points soulignent corniches et sous-faces des solives. Tous les merrains sont peints, alternativement en rouge et en vert, et s’ornent d’un soleil ou d’une patène.

20Enfin, précisons que environ un tiers du plafond médiéval reste actuellement masqué par un lattis de bois plâtré du XIXe siècle. De plus, nous avons également pu mettre en évidence la présence de plafonds à la française peints à l’étage supérieur, dans ce qui devait correspondre aux appartements du viguier.

Figure 8.10 : Béziers (3e quart du XVe s.), maison impasse de la Notairie, extémités des solives du plancher

La maison du 34 de la rue E. Dolet, au bourg Saint-Aphrodise

21Dans le bourg Saint-Aphrodise, au n° 34 de la rue E. Dolet, nous avons également eu l’opportunité de découvrir un plafond à la française, certes plus tardif (fin du XVIe siècle) mais au registre décoratif soigné. La sous-face des poutres porte des motifs floraux, végétaux ou géométriques peints, alors que les joues s’ornent d’une toile marouflée (figure 8.11). Les motifs végétaux et floraux s’écartent au tiers de la longueur de la poutre pour faire place à un cartouche où sont représentés en ombres chinoises des scènes de la vie quotidienne (chasse, pêche, activité marchande...), tandis qu’en position centrale nous trouvons en médaillon un portrait de profil, alternativement d’un homme et d’une femme figurés à l’antique (figure 8.12).

22Les motifs floraux présents sur les joues des poutres se prolongent en frise sur les murs. Les corniches sont traitées avec moins de finesse par des bandes obliques rouges et vertes. Enfin, solives et merrains sont peints en jaune, rehaussés sur leur pourtour d’une fine ligne brune. Précisons que l’espacement réduit entre les solives (comme cela est généralement le cas pour les plafonds de cette période) ne permet pas aux closoirs d’accueillir un registre iconographique. Recherchant la continuité des décors sur les murs, nous avons eu l’heureuse surprise de découvrir une stratigraphie plus ancienne : la peinture murale d’un christ en majesté et d’un orant attribuable au XIVe siècle.

23Si l’on veut bien considérer le nombre restreint de nos interventions en matière de bâti (14) et la part élevée de plafonds à la française que nous avons eu l’opportunité de recenser (10 plafonds découverts, généralement masqués par des lattis de bois plâtrés des XVIIIe – XIXe siècles ; en plus des exemples présentement abordés, nous pouvons mentionner la découverte de plafonds à la française peints rue Maître Gervais, square Saint-Aphrodise, rue Cordier, rue de l’Argenterie, rue Fabregat, rue Saint-Jacques) force est de constater l’extraordinaire potentiel de la cité biterroise. Qu’il soit un encouragement et une invitation à la recherche pour les bonnes volontés soucieuses de ne pas voir disparaître ce patrimoine sans qu’à minima une étude en soit réalisée.

Figure 8.11 : Béziers (fin XVIe s.), maison au n° 34 de la rue E. Dolet, vue du plafond peint

Figure 8.12 : Béziers (fin XVIe s.), maison au n° 34 de la rue E. Dolet, poutre, vue de détail du décor central, profil d’homme à l’antique

Notes

1 Lionel Rodriguez, Service Archéologique Municipal de Béziers, dans les compoix aux archives municipales de Béziers, CC10, f ° 70, 73, 97.

2 Peyron J. « Deux charpentes décorées de Béziers », Bulletin de la Société Archéologique Scientifique et Littéraire de Béziers, 1989-1990, p. 19-29. Plus récemment, en 2003, suite à l’engagement de travaux dans l’immeuble, une évaluation archéologique d’urgence a été prescrite par le Service Régional de l’Archéologie : A. Huser, Service Archéologique Municipal de Béziers et C. Olive, Béziers, impasse de la notairie, parcelle MN 66. Évaluation archéologique d’un ensemble de bâtiments, 12 p., notice déposée au SRA.

Table des illustrations

Légende Figure 8.1 : Carte de localisation des plafonds peints médiévaux repérés à Béziers
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Figure 8.2 : Béziers (XIVe -XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, face latérale de la poutre médiane, décor végétaux (détail)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Figure 8.3 : Béziers (XIVe -XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, closoir orné d’un phylactère
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Figure 8.4 : Béziers (XIVe-XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, closoir, homme nu courant et urinant dans une fiole
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 8.5 : Béziers (XIVe -XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, closoir, médecin inspectant une fiole de verre
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Figure 8.6 : Béziers (XIVe -XVe s.), maison au n° 5 de la rue du Général Crouzat, pièce centrale, closoir portant un lion sorti du registre héraldique
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Figures 8.7 et 8.8 : Béziers (XVe s. ?), maison au n° 23 de la rue des docteurs Bourguet (anciennement Bourg de Lespignan) closoirs ornés de blasons
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Figure 8.9 : Béziers (3e quart du XIVe s.), maison impasse de la Notairie, corbelet à gueule de dragon
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Figure 8.10 : Béziers (3e quart du XVe s.), maison impasse de la Notairie, extémités des solives du plancher
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Figure 8.11 : Béziers (fin XVIe s.), maison au n° 34 de la rue E. Dolet, vue du plafond peint
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Figure 8.12 : Béziers (fin XVIe s.), maison au n° 34 de la rue E. Dolet, poutre, vue de détail du décor central, profil d’homme à l’antique
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3104/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 285k

Auteur

Archéologue municipal de Béziers

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540