Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les plafonds peints médiévaux

 | 
Philippe Bernardi
, 
Monique Bourin

Décor et support : quelques éléments de terminologie relatifs aux charpentes peintes médiévales

Philippe Bernardi

Texte intégral

1En près d’un siècle, l’étude des plafonds peints médiévaux - d’abord concentrée sur les sujets figurés – a évolué vers une approche pluridisciplinaire tâchant de tirer parti aussi bien de l’analyse stylistique et iconographique du décor que de la dendrochronologie, de la documentation écrite ou de l’étude technique de la structure. Ainsi s’est progressivement construite et affûtée une méthode nous donnant les moyens de mieux cerner l’œuvre peinte, replacée dans une époque, un programme iconographique, une évolution technique ou un contexte de commande.

  • 1 L. Bruguier-Roure, « Les plafonds peints du XVe siècle dans la vallée du Rhône », Congrès archéolo (...)

2Parallèlement, de nombreuses découvertes sont venues enrichir notre connaissance des plafonds peints. Nous sommes loin aujourd’hui de la dizaine de sites que pouvait inventorier Louis Bruguier-Roure en 18851, au point que l’on peut dresser à présent, comme le propose Christian de Mérindol, une cartographie et une chronologie de ce type de décor.

3Si nous disposons, à ce jour, d’une expérience certaine concernant la manière d’appréhender les plafonds peints, et si la richesse du Midi de la France dans ce domaine a été largement démontrée, quel état des lieux pouvons-nous dresser en 2009 de l’étude des plafonds peints médiévaux en France méridionale ?

  • 2 J. Peyron, « La charpente peinte de la maison des Chevaliers de Pont-Saint-Esprit », École antique (...)
  • 3 J. Peyron, « Des peintures médiévales ont été sauvées de la décharge, à Roquemaure », Les Cahiers (...)
  • 4 Sur ce plafond voir B. Sournia et J.-L. Vayssettes, « La Grand-chambre de l’Hostal des Carcassonne (...)

4Il faut bien constater que ces « fragiles témoins du cadre de vie médiéval »2 sont fortement menacés. Les destructions survenues à Roquemaure (Gard) dans les années 19703 en attestent amplement. Et les récents (1999) déboires du plafond de l’hôtel de Gayon, à Montpellier4 montrent bien que la nécessaire prise de conscience de l’intérêt de ce type de vestiges demeure encore très partielle.

  • 5 A. Möhlenkamp, U. Kuder et Ch. Albrecht (dir.), Geschichte in schichten. Wand-und Deckenmalerei im (...)
  • 6 L. Giordano (dir.), Soffitti lignei. Convegno internazionale di studi, Pise, 2005 (Quaderni di Art (...)

5L’étude de ces plafonds ne s’avère, elle-même, pas encore à la hauteur de la richesse des témoins architecturaux ou archivistiques conservés. En France, aucun colloque, jusqu’à ce jour, n’avait été organisé autour de cet objet particulier. Et si l’expérience a été tentée à l’étranger, ce n’est que récemment, avec la rencontre de Lübeck sur les « Murs et plafonds peints des habitations urbaines entre Moyen Âge et époque moderne »5, en 2000, ou celle de Pavie sur les plafonds de bois6, l’année suivante.

  • 7 M. D. Aguilar Garcia, « La pintura en la techumbre de la Catedral de Teruel », Actas. III Simposio (...)
  • 8 J. Fuguet i Sans et M. Mirambell i Albancó, L’església de Sant Miquel de Montblanc i el seu tegina (...)
  • 9 A. Satolli, « Soffitti lignei a Orvieto tra Rinascimento e Manierismo », dans L. Giordano (dir.), (...)
  • 10 M. Rossi, « I soffitti decorati di palazzo dei Pio a Carpi », dans Soffitti lignei. Convegno inter (...)
  • 11 C. Dumas, Plafond peint du cloître de Fréjus, Mémoire de Maîtrise sous la dir. de Paul Albert Févr (...)
  • 12 M.-L. Fronton-Wessel, « Le plafond de la Grand’Chambre de la Cour d’Appel de Toulouse (fin du XVe (...)
  • 13 B. Sournia et J.-L. Vayssettes, « La Grand-chambre de l’Hostal des Carcassonne à Montpellier », Bu (...)
  • 14 J.-L. H. Bonnet et J.-M. Martin, « Un plafond peint du XVe siècle découvert à Carcassonne », in Bu (...)

6Au cours des dernières décennies la production scientifique relative aux plafonds peints du Midi méditerranéen a surtout adopté la forme de monographies publiées le plus souvent à la suite de découvertes ou de restaurations. Et cela aussi bien en Espagne qu’en Italie ou en France. C’est le cas, par exemple, des travaux de Maria Dolores Aguilar García sur la charpente peinte de la cathédrale de Teruel7 ou du bel ouvrage consacré à la charpente de l’église Sant Miquel de Montblanc8, mais également des publications d’Alberto Satolli sur Orvieto9, de ceux de Manuela Rossi sur le palais des Pio à Carpi10, des recherches de Colette Dumas sur Les plafonds peints du cloître de Fréjus11, de Marie-Laure Fronton-Wessel sur « Le plafond de la Grand’Chambre de la cour d’appel de Toulouse »12, de Bernard Sournia et Jean-Louis Vayssettes sur « La grand-chambre de l’hostal des Carcassonne à Montpellier »13, ou de Jean-Louis Bonnet et Jean-Michel Martin sur « un plafond peint découvert à Carcassonne »14, etc.

7La liste n’est évidemment pas close avec ces quelques titres, mais l’on notera que, côté français, les recherches sur les charpentes peintes sont beaucoup plus actives en Languedoc qu’en Provence, où l’étude sur Fréjus fait ces dernières années figure d’exception.

  • 15 J. Peyron, Les plafonds peints gothiques en Languedoc, Thèse de 3e cycle de l’Université Paul Valé (...)
  • 16 M.-L. Fronton-Wessel, Plafonds et charpentes ornés en Bas-Languedoc (diocèses de Narbonne et Carca (...)
  • 17 Ch. de Mérindol, « Murs et plafonds peints à la fin de l’époque médiévale. L’état de la question e (...)
  • 18 M.-Cl. Léonelli, « Le décor de la maison », dans Cent maisons médiévales en France (du XIIe au mil (...)
  • 19 A. Robert-Peyron, « Les jardins sur les plafonds peints gothiques languedociens », Jardins et verg (...)
  • 20 A. Boato, Costruire « alla moderna ». Materiali e tecniche a Genova tra XV et XVI secolo, Florence (...)
  • 21 A. Conejo et J. Domenge, « Charpente et décor », dans Forêts alpines et charpentes de Méditerranée (...)

8À la suite de la thèse que Jacques Peyron soutint, en 1977, sur Les plafonds peints gothiques en Languedoc15, l’intérêt pour des entreprises plus larges, comparatives, ne s’est toutefois pas éteint ainsi qu’en atteste, par exemple, la thèse relativement récente de Marie-Laure Fronton Wessel16. Et l’on constate que l’ensemble de ces travaux donne petit à petit droit de cité aux charpentes peintes dans diverses synthèses consacrées au Château et société castrale au Moyen Âge17, à la maison médiévale18, aux Jardins et vergers en Europe occidentale19, à la construction génoise des XVe – XVIe siècles20 et, plus récemment encore, aux charpentes de Méditerranée21.

  • 22 Outre l’article de L. Bruguier Roure, déjà cité, mentionnons notamment L. Barthélémy, « Les plafon (...)
  • 23 Citons simplement les récentes publications de P. Hoffsummer, Les charpentes de toitures en Wallon (...)

9Bien que les plafonds peints aient, assez tôt, suscité l’intérêt des historiens22, il faut bien constater qu’ils peinent à devenir un thème de recherche à part entière. Alors que l’on ne compte plus les travaux consacrés aux voûtes et que les études sur les charpentes de toit se développent enfin23, les charpentes de plancher sont demeurées dans une sorte d’angle mort des études sur l’architecture.

10La plupart des études disponibles lient les plafonds peints à une autre thématique : plafonds peints et art baroque, pour les pays germaniques ; plafonds peints et art mudéjar, pour l’Espagne ; voire, de manière plus large, plafonds peints et décor ou plafonds peints et peinture.

  • 24 L. Bruguier-Roure, art. cit., p. 352.
  • 25 Ibidem, p. 321.

11C’est bien souvent comme une manifestation parmi d’autres que le plafond peint est envisagé et, en cela, le décor paraît prendre le pas sur la structure ; ce que pose déjà Louis Bruguier-Roure lorsqu’il souligne la sujétion de l’architecture qui, dans ce cas, se fit, selon lui « la complice de la peinture »24. Plus que de plafonds peints il est souvent question de peintures sur plafonds. D’où, peut-être, la facilité avec laquelle les parties peintes de nombreuses charpentes ont été déposées et présentées au public comme des œuvres à part entière (figure 3.1). Et il est vrai que le fait de désigner ces parties décorées comme des « lambris rapportés »25 gomme en partie le caractère destructeur de leur dépose.

  • 26 Ch.-M. Pérouse de Montclos (dir.), Architecture. Vocabulaire et méthode, Paris, 1972 (Coll. Princi (...)

12Parler de plafond peint revient de fait à ne considérer qu’une surface (ou plutôt une sous-face dans ce cas) et pas une structure. Cette appellation revêt, en effet, une certaine ambiguïté. L’expression est, en quelque sorte, consacrée par un usage de plus d’un siècle, ce qui justifiait de la reprendre pour ce colloque. Mais si l’on considère que (suivant la définition qu’en donne le volume des Principes d’analyse scientifique consacré à l’Architecture et édité par l’Inventaire général)26 le plafond est la « face inférieure plane et dégagée d’un plancher, d’une voûte plate ou d’une voûte déprimée, formant couvrement », force est alors de constater que nos plafonds peints ne sont pas toujours des plafonds stricto sensu. D’une part, ils ne sont pas toujours des surfaces planes et dégagées. De l’autre, l’appellation, limitée à la face inférieure des planchers et des voûtes paraît exclure les charpentes de toit qui, dans le Midi, reçurent dans bien des cas le même traitement décoratif que les planchers – divers exemples en sont présentés dans ce volume, à commencer par celui de la Maison des Chevaliers de Pont-saint-Esprit.

13Plus que de « plafonds peints », il conviendrait de parler – comme le fait du reste Jacques Peyron de « charpentes peintes ».

  • 27 Ce que l’on retrouve également dans les plafonds dits « en fougère » du Forez étudiés par N. Mathi (...)

14La structure même de la charpente (qu’il s’agisse d’une charpente de toit ou de plancher) tient une place importante dans l’analyse que l’on peut faire de son décor et, pour le moins, sa description s’avère un passage obligé pour toute étude de « plafond peint ». Elle ne se borne pas à un rôle passif, en quelque sorte, de simple support, mais peut, au-delà, participer pleinement d’un jeu ornemental complexe27.

15Pour avoir une chance de saisir ce rôle, il convient toutefois, en premier lieu, de restituer son intégrité à la charpente, de remettre en place, en quelque sorte, des pièces que l’on a trop tendance à isoler sinon à déposer. L’appellation de « lambris rapporté » dont usa Louis Bruguier-Roure a déjà été évoquée, ainsi que ce qu’elle paraît induire. La planchette peinte acquiert, une fois déposée ou simplement isolée, une autonomie. Sa fonction ou son identité technique s’estompe au point que l’on peut en oublier jusqu’au fait qu’elle provient d’une charpente, d’un ensemble fait de diverses pièces recevant pour beaucoup une ornementation. Un ensemble – notamment ornemental – dans lequel elle tenait un rôle en liaison ou en résonance avec les autres pièces.

Figure 3.1 : Closoir faisant partie d’un ensemble de 12 pièces conservées au Musée du Petit Palais à Avignon, sous l’appellation « Ecole d’Avignon XVe siècle. Anonyme, inv. 13. 12 Panneaux peints provenant du plafond d’une maison gothique à Avignon »

16Il semble alors nécessaire, en préliminaire à ce volume, de chercher à replacer ces pièces, à les identifier. Soulignons, en outre, que l’étude du vocabulaire technique demeure, malgré son caractère ingrat, l’une des rares voies d’accès à des œuvres qui, pour beaucoup, ont disparu.

  • 28 Ce projet dirigé par Philippe Bernardi, Anna Boato et Joan Domenge, réunit le Laboratoire d’Archéo (...)

17Ce travail sur le vocabulaire a été engagé collectivement de manière large au sein d’un Projet de coopération scientifique internationale sur « Les charpentes méditerranéennes », baptisé LIGNA, dont les travaux ont été financés pour une partie par la Direction du Développement de l’Économie Régionale, Service Enseignement Supérieur-Technologies-Recherche de la région Provence, Alpes, Côte-d’Azur28. Nous en proposerons ici une première application en relation étroite avec ce qui constitue le centre d’intérêt majeur de ce volume sur « Les plafonds peints en Languedoc » : les éléments décorés de la charpente.

  • 29 J. Laforgue, « Le plafond peint de la salle Vinas du Château d’En-bas à Poussan (Hérault) », Étude (...)
  • 30 C’est la formule employée par Agnès Vinas sur le site www.mediterranees.net/moyen_age/jaume/iconog (...)
  • 31 S. Clarinval, « Le plafond peint du château de Capestang », Études héraultaises, 33-34, 2002-2003, (...)
  • 32 J. Peyron, « La charpente peinte de la maison des Chevaliers... », art. cit., p. 133.

18Toutes les pièces de charpente ne seront cependant pas envisagées. Seule l’une d’elles retiendra notre attention car elle apparaît, dans bien des cas, comme le support privilégié du décor peint. Il s’agit de la planchette placée verticalement, légèrement inclinée, dans l’espace laissé entre les solives, chevrons ou poutres de la charpente (figure 3.2). Elle peut être tour à tour désignée, selon les auteurs, comme « ais d’entrevous », « lambris rapporté », « métope », « closoir » ou « parédal ». La diversité du vocabulaire ne simplifie pas les échanges et nous observons qu’assez fréquemment, la désignation se trouve redoublée sous la forme « closoirs (ou ais d’entrevous) »29, « paredal ou ais d’entrevous »30, « entrevous ou métopes »31 ou bien encore « ais d’entrevous [qui] se glissent en métopes entre les solives »32. Il est possible de voir dans cette pratique une volonté de se faire mieux comprendre en usant, à côté d’un terme rare ou plus technique, d’une appellation relativement plus commune (ais d’entrevous). Mais l’association montre également que le seul « ais d’entrevous » n’est pas considéré, dans bien des cas, comme suffisamment précis. Ce dernier présente, en effet, une certaine ambiguïté.

Figure 3.2 : Le closoir, d’après A. Boato, Costruire « alla moderna ». Materiali e tecniche a Genova tra XV et XVI secolo, Florence, 2005 (Biblioteca di archeologia dell’architettura 4), particulièrement p. 72, fig. 60

  • 33 Op. cit.

19Le Vocabulaire de l’architecture édité par l’Inventaire général33 aurait pu régler la question mais il n’évoque pas précisément cet élément. La définition qu’il donne des ais d’entrevous (« planches formant le fond de l’espace entre les solives ») laisse à penser que l’appellation pourrait s’y appliquer. Par « espace entre les solives » il est toutefois possible d’entendre aussi bien l’intervalle laissé dans le plan horizontal entre les solives, que le vide formé verticalement entre les solives, la poutre et, précisément, l’entrevous. La nécessaire précision du vocabulaire employé dans les descriptions d’architecture impose, à notre sens, de réserver cette appellation aux seules planches posées horizontalement entre (ou sur) les solives.

20Retournons alors vers les autres mots employés.

  • 34 E. Levy, Petit dictionnaire provençal-français, Heidelberg, 1909.
  • 35 F. Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige, [1879-1886] nouvelle édition Aix-en-Provence, 1979, 2 vol.
  • 36 Il est employé notamment dans A. Marin, « Le palais des archevêques de Narbonne à Capestang (Hérau (...)

21Parédal est un mot occitan qui désigne, selon Emil Levy34, un « mur de soutènement » ; définition donnée également par Frédéric Mistral qui ajoute toutefois qu’il peut aussi s’agir d’une « pièce de bois posée au bout d’un mur sur laquelle on fixe la première solive »35. Nous ignorons d’où vient l’usage de ce terme pour les charpentes de plancher36. Il ne se trouve assurément pas attesté en Provence.

  • 37 M.-Cl. Léonelli, « le décor peint de la maison », art. cit., p. 267-268. Le ton que nous souhaiton (...)

22Nous conservons, pour cette dernière région, divers textes d’archives des XIVe-XVIe siècles qui énoncent les différentes pièces des charpentes et évoquent leur décor. Or si une partie d’entre elles s’identifie assez aisément deux termes, employés souvent simultanément, paraissent – comme l’a, la première, noté Marie-Claude Léonelli37 – pouvoir désigner les planchettes qui nous intéressent. Il s’agit des mots « buget » (buget, bouget, bosge, bujat, boetum) et « feuille » (folium, fulha, feullis, foles, feulhe, fellette, foeulhat).

23Arrêtons-nous un instant sur ce vocabulaire, en commençant par le mot « feuille ». Ce terme désigne indéniablement une planche mais quel rôle tenait-elle dans les charpentes ? Il nous faut, pour le saisir, partir de contrats de construction qui, dans un premier temps, nous éloignent un peu des planchers.

  • 38 Archives départementales de Vaucluse : 3 E 56/392, fol 229, le 3 mars 1495, coperire seu coperiri (...)
  • 39 Archives départementales des Bouches-du-Rhône : 351 E 488, 7 XII 1475, Primo (...) quod dictus mag (...)

24Le premier des textes proposé envisage, en 1495, la confection du toit d’une maison à Pertuis (Vaucluse). Le charpentier est alors chargé de « couvrir ou faire couvrir » ladite maison « d’un bon et suffisant fulhat aplani et de bons et suffisants chevrons ainsi que d’une poutre de sapin. Et de bien et dûment charpenter ledit toit de cette maison et de bien joindre ledit fulhat ». Plus loin, le commanditaire précise encore que « qu’il faudra poser ou faire poser les tuiles qui se trouvent actuellement en toiture de cette maison sur ledit fulhat »38. C’est, on le voit, sur le fulhat que sont posées les tuiles, ce qui permet de restituer une structure assez courante composée d’une poutre surmontée de chevrons sur lesquels est placé un voligeage (le fulhat) formant une surface plane où sont disposées les tuiles. L’idée de ce platelage ou plancher est renforcée par la référence au fait que les « feuilles » doivent être jointives (bene jungere). Nous la voyons confirmée dans un autre contrat, de 1475, par lequel un charpentier de Marseille se voit chargé de poser, sous les tuiles de la toiture d’une maison, des planches « feuillées » (sclapis fulhatis) ou des cannisses39.

  • 40 Archives départementales des Bouches-du-Rhône : 309 E 404, fol. 183, le 9 avril 1483, Item soleriu (...)

25Les planches reçoivent bien, en effet, un traitement particulier comme nous pouvons le lire dans un prix-fait de charpente de plancher passé au Puy-Sainte-Réparade (Bouches-du-Rhône), en 1483, et dans lequel il est question de couvrir les solives des planches nécessaires (postis necessariis) et de fulhare bien et décemment40. En quoi consistait ce traitement ? Les textes ne le disent pas mais il est vraisemblable qu’il se soit agit d’une taille permettant l’assemblage des planches (un rainurage ? une feuillure ?). Par « feuilles », les scribes provençaux paraissent désigner tout à la fois des planches d’un type particulier et l’aire qu’elles composaient. Et l’ultime élément que nous apporterons à ce dossier est l’association fréquente faite entre ces feuilles et les couvre-joints (listel).

  • 41 Archives départementales de Bouches-du-Rhône : B 1450, fol. 350, « Item sera tenu led. prisfachier (...)
  • 42 Archives départementales de Vaucluse : 3 E 36/70, fol. 129v, Scilicet ponere unum bonum saumerium (...)

26Quant au buget, le terme revêt dans les textes provençaux de la fin du Moyen Âge, une multitude de sens liés pour la plupart à la notion de cloisonnement. Notons, pour ce qui nous intéresse, que ces pièces pouvaient trouver place dans des planchers de plâtre, c’est-à-dire à entrevous de plâtre. C’est le cas, par exemple, en 1540, au Palais Comtal d’Aix-en-provence, dont le contrat de réfection précise qu’il faudra « faire le plancher de plâtre bon et suffisant de l’épaisseur de quatre grands doigts et, au-dessus des poutres, faire les bugetz de bois comme ceux du plancher de la grande audience »41. Il n’est pas sans intérêt de noter alors que les bugets sont à poser sur les poutres (et non sur les solives). Il en va de même dans un autre texte daté, lui, de 1516 et concernant l’édification du plancher d’une maison à Cucuron (Vaucluse). Il est alors question de poser une poutre et dix solives ainsi que des planches (postis) « jointes et avec couvre-joints par-dessous » et de faire sur la poutre un buget (boetum) de planches42.

  • 43 Voir E. Mira et A. Zaragozá Catalán (dir.), Una arquitectura gótica mediterránea, Valence, 2003, v (...)

27Ce terme buget se trouve, en outre, très proche du mot botger que les textes catalans médiévaux emploient sans ambiguïté pour désigner les planchettes placées verticalement pour boucher l’espace laissé libre entre les solives. C’est du moins ce que l’on peut constater à la lecture du contrat de construction de la couverture sur arcs diaphragmes de l’église d’Olocau del Rey, en 1296. Le texte précise, en effet, que les charpentiers placeront les botgers « de chevron à chevron, sur les poutres »43.

  • 44 Généralement, la peinture du buget est donnée à l’unité alors que celle des autres pièces l’est à (...)
  • 45 Cf. note supra.

28Enfin, lorsque nous possédons le détail de l’ornementation, c’est le buget qui reçoit la plus riche et qui porte notamment les armes du commanditaire44. C’est le cas lors de la décoration des nouveaux planchers exécutés en 1457 pour le palais du cardinal Alain de Coëtivy, alors évêque d’Avignon. Il est, en effet, question dans le prix-fait des peintures, daté du 3 novembre 1457, de « faire les bugets avec des blasons (armis) et autres [motifs] nécessaires »45. Or les plafonds en place portent encore les armes d’Alain de Coëtivy (« fascé d’or et de sable, de 6 pièces »), visibles précisément sur les planchettes venant boucher l’espace laissé libre aux extrémités des solives, au-dessus des poutres (figure 3.3).

Figure 3.3 : Plafond du Petit Palais, Avignon (détail)

  • 46 M.-Cl. Léonelli, « le décor peint de la maison », art. cit., p. 268.
  • 47 Compagnons passants charpentiers du devoir, « Le glossaire du charpentier », dans La charpente et (...)

29Si le mot buget désignait bien les éléments de charpente qui nous intéressent, l’adoption d’un terme provençal peut poser problème pour d’autres aires géographiques. Le terme « métope » pose pour sa part quelques problèmes d’utilisation. Marie-Claude Léonelli souligne qu’il ne semble correspondre ni à la fonction de ces planchettes ni au système décoratif auquel elles participent46. Ajoutons que son usage courant pour l’architecture de pierre antique gêne un peu dans ce contexte. C’est pourquoi nous proposons de recourir pour ces planchettes à un autre mot, peu usité chez les historiens mais employé par les charpentiers eux-mêmes : celui de « closoir ». La définition que les Compagnons passants charpentiers du devoir donnent du « closoir » dans le « glossaire du charpentier »47 publié en 1980 n’est pas des plus limpides pour un profane : « Clausoir ou closoir n. m. (du latin claudere : fermer, clore). Type de cache-moineaux que l’on place en contre-profil des matériaux de couverture, pour en clore les raccords avec le bardage ». Un schéma du « cache-moineaux », dans le même glossaire, permet, heureusement d’y voir plus clair (figure 3.4) et les dessins faits par ces mêmes compagnons des plafonds de la Chambre du Cerf, au Palais des Papes d’Avignon, lèvent toute ambiguïté (figure 3.5).

  • 48 L’idée de clôture semble être celle sur laquelle insistent particulièrement les termes méridionaux (...)
  • 49 J. Laforgue, art. cit., p. 50.
  • 50 A. Boato et A. Decri, « Planchers et plafonds », dans, Forêts alpines et charpentes méditerranéenn (...)
  • 51 L’usage du buget, en charpente, est attesté au moins jusqu’au XVIIe siècle en Provence.

30Au terme de cette étude terminologique, il paraît important de replacer notre propos dans une double perspective. Le fait d’isoler ainsi le closoir ne doit, en premier lieu, pas gommer le fait qu’il s’agit d’une pièce de charpente dont la raison d’être ne se réduisait pas à proposer un support pour l’ornementation peinte. Le closoir ne recevait du reste pas toujours de décor et l’on peut considérer qu’il servait (aussi ? d’abord ?), comme le note Jean Laforgue, à « fermer les extrémités des entrevous48 et à s’opposer au gauchissement des solives »49. Un rôle esthétique et fonctionnel auquel s’ajoute, à en juger par certaines appellations, un usage disons pratique. C’est du moins ce que laisse entendre la dénomination de « couvre ou cache-poussière » (copripolvere) employée en dialecte toscan50. L’étude du décor des charpentes méridionales ne peut ainsi pas faire l’économie d’un questionnement sur l’origine (et le devenir)51 du closoir et sur les éventuelles modifications ou adaptations que son utilisation à des fins décoratives a pu entraîner.

  • 52 Nous n’en citerons à titre d’exemples que quelques travaux français, polonais et tchèque : J. Peyr (...)

31Enfin, l’usage de peindre les charpentes n’a rien de spécifique à la Méditerranée occidentale52. Il ne serait alors pas sans intérêt de s’interroger sur la place dévolue au closoir – s’il existe – dans ces programmes ornementaux et de chercher à cerner, par ce moyen, ce qui fait l’originalité des charpentes peintes méridionales.

Figure 3.4 : Le Cache-Moineaux, d’après Compagnons passants charpentiers du devoir, « Le glossaire du charpentier », dans La charpente et la construction en bois, tome 2-1, Paris, 1980, p. 31 (coll. Encyclopédie des métiers)

Figure 3.5 : Plafond de la chambre du Cerf au Palais des Papes. En G : « Closoir posé de biais dans la chambrée des solives et au droit des poutres secondaires », d’après Compagnons passants charpentiers du devoir, « Les plafonds et les planchers », dans La charpente et la construction en bois, tome 6bis-3, Paris, 1990 (coll. Encyclopédie des métiers)

Notes

1 L. Bruguier-Roure, « Les plafonds peints du XVe siècle dans la vallée du Rhône », Congrès archéologique de France, Montbrison, 1885, 52, Caen, 1886, p. 309-352

2 J. Peyron, « La charpente peinte de la maison des Chevaliers de Pont-Saint-Esprit », École antique de Nîmes (Bulletin), nouvelle série, 14, 1979, p. 131-159 (p. 131).

3 J. Peyron, « Des peintures médiévales ont été sauvées de la décharge, à Roquemaure », Les Cahiers du Gard Rhodanien, 6, 1977, p. 130-134.

4 Sur ce plafond voir B. Sournia et J.-L. Vayssettes, « La Grand-chambre de l’Hostal des Carcassonne à Montpellier », Bulletin monumental, 160-I, 2002, p. 121-131.

5 A. Möhlenkamp, U. Kuder et Ch. Albrecht (dir.), Geschichte in schichten. Wand-und Deckenmalerei im städtischen Wohnbau des Mittelalters und der frühen Neuzeit. Internazionales Symposium 2000 in Lübeck, Lübeck, 2004 (Denkmalpflege in Lübeck 4).

6 L. Giordano (dir.), Soffitti lignei. Convegno internazionale di studi, Pise, 2005 (Quaderni di Artes/1).

7 M. D. Aguilar Garcia, « La pintura en la techumbre de la Catedral de Teruel », Actas. III Simposio Internacional de Mudejarismo (Teruel 1984). Teruel, Instituto de Estudios Turolenses, 1986, p. 571-592.

8 J. Fuguet i Sans et M. Mirambell i Albancó, L’església de Sant Miquel de Montblanc i el seu teginat, Valls, 2006 (Col. lecció El Bagul 8).

9 A. Satolli, « Soffitti lignei a Orvieto tra Rinascimento e Manierismo », dans L. Giordano (dir.), Soffi tti lignei. Convegno internazionale di studi, Pise, 2005 (Quaderni di Artes/1), p. 89-110.

10 M. Rossi, « I soffitti decorati di palazzo dei Pio a Carpi », dans Soffitti lignei. Convegno internazionale di studi, L. Giordano dir., Pise, 2005 (Quaderni di Artes/1), p. 59-76.

11 C. Dumas, Plafond peint du cloître de Fréjus, Mémoire de Maîtrise sous la dir. de Paul Albert Février, Université d’Aix-Marseille, 2 vol. 1989. C. Dumas et G. Puchal, L’imagier de Fréjus. Les plafonds peints du cloître de la cathédrale, Paris, 2001.

12 M.-L. Fronton-Wessel, « Le plafond de la Grand’Chambre de la Cour d’Appel de Toulouse (fin du XVe siècle) », (Actualité), in Bulletin Monumental, 158-4, 2000, p. 361-362.

13 B. Sournia et J.-L. Vayssettes, « La Grand-chambre de l’Hostal des Carcassonne à Montpellier », Bulletin monumental, 160-I, 2002, p. 121-131.

14 J.-L. H. Bonnet et J.-M. Martin, « Un plafond peint du XVe siècle découvert à Carcassonne », in Bulletin de la Société d’Études scientifi ques de l’Aude, CIV (2004), p. 89-102.

15 J. Peyron, Les plafonds peints gothiques en Languedoc, Thèse de 3e cycle de l’Université Paul Valéry, Montpellier, 1977, 2 vol.

16 M.-L. Fronton-Wessel, Plafonds et charpentes ornés en Bas-Languedoc (diocèses de Narbonne et Carcassonne), Thèse de doctorat, Université de Toulouse le Mirail, 2000.

17 Ch. de Mérindol, « Murs et plafonds peints à la fin de l’époque médiévale. L’état de la question et première synthèse », dans Château et société castrale au Moyen Âge, J.-M. Pastré dir., Rouen, 1998, p. 79-105.

18 M.-Cl. Léonelli, « Le décor de la maison », dans Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus, une esquisse, J.-M. Pesez et Y. Esquieu dir., Paris, 1998, p. 127-134 ; Idem, « le décor peint de la maison », dans La maison au Moyen Âge dans le Midi de la France. Études réunies par la Société Archéologique du Midi de la France, Actes des journées d’étude de Toulouse, Hôtel d’Assézat, 19-20 mai 2001, Toulouse, 2002, p. 265-270.

19 A. Robert-Peyron, « Les jardins sur les plafonds peints gothiques languedociens », Jardins et vergers en Europe occidentale, Flaran, 9, 1987, p. 245-250.

20 A. Boato, Costruire « alla moderna ». Materiali e tecniche a Genova tra XV et XVI secolo, Florence, 2005 (Biblioteca di archeologia dell’architettura 4), particulièrement p. 118-120.

21 A. Conejo et J. Domenge, « Charpente et décor », dans Forêts alpines et charpentes de Méditerranée, Ph. Bernardi dir., L’Argentière-La Bessée, 2007, p. 232-243.

22 Outre l’article de L. Bruguier Roure, déjà cité, mentionnons notamment L. Barthélémy, « Les plafonds de l’hôtel de Vento à Marseille », Congrès Archéologique de France. Montbrison, 1885, 52, Caen, 1986, p. 353-358 ; M. de Pano y Ruata, « La techumbre de la Catedral de Teruel », Revista de Aragón, V, 1904, p 53-59, 103-108, 152-157, 214-217, 304-308 et 475-478 ; M. de Monsalud, « Las torres del Salvador y de San Martín y techumbre de la catedral de Teruel », Boletín de la Real Academia de la Historia, LII, 1908, p. 336-339 ; A. Byne et M. Stapley, Decorated wooden-ceilings in Spain, New-York – Londres, 1920 ; C. Martinell, « L’enteixinat gòtic de Sant Miquel de Montblanc », Vell i Nou (Barcelone), 58 (1 janvier 1918), p. 3-5.

23 Citons simplement les récentes publications de P. Hoffsummer, Les charpentes de toitures en Wallonie, typologie et dendrochronologie XIe -XIXe siècles, Namur, 1995, Idem (dir.), Les charpentes du XIe au XIXe siècle, typologie et évolution en France du Nord et en Belgique, Paris, 2002 (Cahier du Patrimoine 62) ; B. Phalip, Charpentiers et couvreurs. L’Auvergne médiévale et ses marges, Lyon, 2004 (DARA 26) ; F. Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Évolution des techniques et des structures de charpenterie aux XIIe et XIIIe siècles, Caen, 2007.

24 L. Bruguier-Roure, art. cit., p. 352.

25 Ibidem, p. 321.

26 Ch.-M. Pérouse de Montclos (dir.), Architecture. Vocabulaire et méthode, Paris, 1972 (Coll. Principes d’analyse scientifique).

27 Ce que l’on retrouve également dans les plafonds dits « en fougère » du Forez étudiés par N. Mathian, « Les plafonds en fougère », Saint-Étienne. Histoire et mémoire, 199-200, 2000, p. 12-18.

28 Ce projet dirigé par Philippe Bernardi, Anna Boato et Joan Domenge, réunit le Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne d’Aix-en-Provence (remplacé aujourd’hui dans cette recherche par le LAMOP de l’université de Paris I), le Laboratorio di Archeologia dell’Architettura del Dipartimento di Scienze per l’Architettura de l’Université de Gênes et le Departament d’Història de l’Art de l’Université de Barcelone. Le présent article doit, en ce sens, beaucoup aux travaux d’Anna Boato, Anna Decri, Joan Domenge, Antoni Conejo et Émilien Bouticourt que nous souhaitons remercier pour leur aide.

29 J. Laforgue, « Le plafond peint de la salle Vinas du Château d’En-bas à Poussan (Hérault) », Études héraultaises, 33-34, 2002-2003, p. 43-56 (p. 50).

30 C’est la formule employée par Agnès Vinas sur le site www.mediterranees.net/moyen_age/jaume/iconographie/roi_chasseur.htm présentant un closoir du XIIIe sur lequel est peint le roi Jaume 1er.

31 S. Clarinval, « Le plafond peint du château de Capestang », Études héraultaises, 33-34, 2002-2003, p. 57-68 (p. 57).

32 J. Peyron, « La charpente peinte de la maison des Chevaliers... », art. cit., p. 133.

33 Op. cit.

34 E. Levy, Petit dictionnaire provençal-français, Heidelberg, 1909.

35 F. Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige, [1879-1886] nouvelle édition Aix-en-Provence, 1979, 2 vol.

36 Il est employé notamment dans A. Marin, « Le palais des archevêques de Narbonne à Capestang (Hérault) », Mémoires de la Société archéologique du midi de la France, t. LXVI, 2006, p. 73-88.

37 M.-Cl. Léonelli, « le décor peint de la maison », art. cit., p. 267-268. Le ton que nous souhaitons donner à ce propos est celui d’une discussion aussi constructive que possible et non celui d’une polémique avec un auteur pour lequel nous avons un amical et sincère respect.

38 Archives départementales de Vaucluse : 3 E 56/392, fol 229, le 3 mars 1495, coperire seu coperiri facere quandam eiusdem Andree Diane domum [...] videlicet de bono et suffi ciente fulhato aplanato ac bonis et suffi cientibus cabrionis et de uno saumerio sive saumier de sappo et dictam coperturam eiusdem domus bene et decenter infustare et fulhatum ipsum bene jungere [...] necnon tegulos in tegulissia eiusdem domus presentialiter exeunti supra dictum fulhatum apponere seu apponi facere.

39 Archives départementales des Bouches-du-Rhône : 351 E 488, 7 XII 1475, Primo (...) quod dictus magister Johannes teneatur infustare duo soleria ad rationem de gip et teguliciam de sclapis fulhatis de subtus vel de arundinibus ad libitum dicti Constantii. Le terme de sclapa désigne une planche obtenue en fendant le bois.

40 Archives départementales des Bouches-du-Rhône : 309 E 404, fol. 183, le 9 avril 1483, Item solerium quod est supra penus dicte domus in quo jam dicti mater et fi lius apponi fecerant unum saumerium infustare teneatur trabetis neccessariis et ipsum solerium coperire postibus neccessariis et illas fulhare bene et decenter ut convenit.

41 Archives départementales de Bouches-du-Rhône : B 1450, fol. 350, « Item sera tenu led. prisfachier fere led. planchier de plastre bon et souffisant de l’especeur de quatre grans droictz et au dessus des saumiers fere les bugetz de boys comme ceulx du planchier de l’audiance ».

42 Archives départementales de Vaucluse : 3 E 36/70, fol. 129v, Scilicet ponere unum bonum saumerium de sap bene et suffi cienter bordonatum et ponere decem cabrionos de sapi bordonatos et de postibus de sap junctas, listelatas de subtus, bene et decenter et ad cognitionem espertori et facere supra saumerio boetum de postibus [...].

43 Voir E. Mira et A. Zaragozá Catalán (dir.), Una arquitectura gótica mediterránea, Valence, 2003, vol. I, p. 122. Le 19 novembre 1296, Et la cuberta de la església que sie feyta de fusta, en aquesta manera : Que age en cada arcada V lomeres de meliz ben planegades, e que agen I palm d’alna de gros a tots cayres. Et los cabirons de la cuberta, que sien de bon meliz, e que sien serradizs e ben planegats, e que agen mig peu d’alt e la palmada de gros. Et en la cuberta de la església, que agen dels dits cabirons aytants com obs n · i age, en axí que age de cabiró a cabiró I palm d’alna. Et que age de cabiró a cabiró sobre les lumeres botgers, aytantes com obs n i age, a conexença dels bons hòmens.

44 Généralement, la peinture du buget est donnée à l’unité alors que celle des autres pièces l’est à la longueur (la canne). Et les tarifs sont sans commune mesure puisque, quand les comparaisons sont possibles, on constate que la peinture du buget vaut en gros 30 fois plus que celle de la feuille. Notons que le contrat de peinture des plafonds du palais épiscopal d’Avignon (actuel Petit Palais) comporte, à notre sens, une coquille qui a induit Marie-Claude Léonelli en erreur dans l’interprétation qu’elle fait des termes buget et folium. Dans ce texte, le prix de la peinture des bugets (avec les armes du commanditaire), de 6 patacs à la canne, paraît aberrant si l’on considère que celui des cimaises atteint 14 patacs la canne. Il est plus probable que le prix indiqué l’était à l’unité mais que le scribe a reproduit mécaniquement en quelque sorte le mode de paiement indiqué à l’article précédent. Archives départementales de Vaucluse : 3 E 9 (1)/1386, fol 328, acte publié par P. Pansier, Les palais cardinalices d’Avignon aux XIVe et XVe siècles, III Le Petit Palais, Avignon, 1932, p. 98-101. Et primo dictus Albericus promisit nomine suo et dicti sui patris facere dictas picturas bene et decenter videlicet quemlibet canam de simassis juxta formam per eumdem dominum vicarium ibidem sibi monstratis et quem idem dominus vicarius habet videlicet pro XIIII patacis pro qualibet canna. Item facere bugetos necessarios cum armis et aliis necessariis pro qualibet canna sex patacos. Item promisit facere et pingere folia omni neccessaria bene et decenter pro XXX grossis pro quolibet miliari.

45 Cf. note supra.

46 M.-Cl. Léonelli, « le décor peint de la maison », art. cit., p. 268.

47 Compagnons passants charpentiers du devoir, « Le glossaire du charpentier », dans La charpente et la construction en bois, tome 2-1, Paris, 1980, p. 36 (coll. Encyclopédie des métiers).

48 L’idée de clôture semble être celle sur laquelle insistent particulièrement les termes méridionaux de buget et de parédal.

49 J. Laforgue, art. cit., p. 50.

50 A. Boato et A. Decri, « Planchers et plafonds », dans, Forêts alpines et charpentes méditerranéennes, Ph. Bernardi dir., L’Argentière-La Bessée, 2007, p. 155-164 (p. 161).

51 L’usage du buget, en charpente, est attesté au moins jusqu’au XVIIe siècle en Provence.

52 Nous n’en citerons à titre d’exemples que quelques travaux français, polonais et tchèque : J. Peyron et A. Robert, « Fragments de plafonds peint du XIVe siècle au Puy, Haute Loire », dans Archéologie du midi médiéval, t. IV, 1986, p. 75-81 ; B. Renaud et G. Séraphin, « La charpente peinte d’une demeure du XIIIe siècle à Riom », Bulletin Monumental, 157, 1999, p. 210-216 ; K. Dąbrowski et S. Żaryn, « Polichromowany strop kasetonowy w kamienicy warszwskiej Rynek Starego Miasta 34 », Ochrona zabytków, VIII, 1955, p. 116-124 ; I. Šperling, « Malowané dřevĕné stropy v Praze », Umĕni, XVI, 1968, p. 502-515.

Table des illustrations

Légende Figure 3.1 : Closoir faisant partie d’un ensemble de 12 pièces conservées au Musée du Petit Palais à Avignon, sous l’appellation « Ecole d’Avignon XVe siècle. Anonyme, inv. 13. 12 Panneaux peints provenant du plafond d’une maison gothique à Avignon »
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Légende Figure 3.2 : Le closoir, d’après A. Boato, Costruire « alla moderna ». Materiali e tecniche a Genova tra XV et XVI secolo, Florence, 2005 (Biblioteca di archeologia dell’architettura 4), particulièrement p. 72, fig. 60
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3091/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Figure 3.3 : Plafond du Petit Palais, Avignon (détail)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3091/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Figure 3.4 : Le Cache-Moineaux, d’après Compagnons passants charpentiers du devoir, « Le glossaire du charpentier », dans La charpente et la construction en bois, tome 2-1, Paris, 1980, p. 31 (coll. Encyclopédie des métiers)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3091/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Figure 3.5 : Plafond de la chambre du Cerf au Palais des Papes. En G : « Closoir posé de biais dans la chambrée des solives et au droit des poutres secondaires », d’après Compagnons passants charpentiers du devoir, « Les plafonds et les planchers », dans La charpente et la construction en bois, tome 6bis-3, Paris, 1990 (coll. Encyclopédie des métiers)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3091/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540