Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les plafonds peints médiévaux

 | 
Philippe Bernardi
, 
Monique Bourin

Les plafonds peints : État de la question et problématique

Christian de Mérindol

Texte intégral

1La volonté de paraître s’exprime par l’architecture, les volumes, la distribution des salles, le décor sculpté et, notre propos, le décor peint, en particulier les plafonds. La problématique essentielle est la lecture de ces décors.

Quelques repères géographiques et chronologiques

2Le sud de la France est la région la plus riche en décors peints. Deux périodes dominent, la seconde moitié du XIIIe siècle et la première moitié du siècle suivant, puis la seconde moitié du XVe siècle et le demi siècle suivant. Les conséquences de la Guerre de cent ans sont nettes.

3Les limites de la partie méridionale de la France sont, à l’ouest, Toulouse, Carcassonne, Albi, Lagrasse et Pomas, et, à l’est, Fréjus – ce point est encore négligé. Citons entre ces deux extrêmes, la plupart des villes, Narbonne, Béziers, Capestang, Gabian, Pézenas, Nîmes et Montpellier, Avignon, Villeneuve-lès-Avignon, Tarascon et Beaucaire ; puis en remontant le Rhône, Pont-Saint-Esprit, Viviers et Orange, enfin, plus au nord, Lyon, le Puy et Brioude. Le Midi est le pays des villes.

4Le plafond est un support majeur pour l’héraldique dans le sud, que ce soit chez les laïcs ou les clercs.

5Dans le nord, les plafonds paraissent sans décor peint. Une problématique apparaît : une France du nord, davantage représentée par les armoriaux, et une seconde France, la France du sud, où règneraient les décors peints armoriés, notamment les plafonds. Une hypothèse : l’éloignement du sud par rapport au pouvoir royal, le sud pays des villes où dominent les jeux entre les affirmations, les alliances et les oppositions.

6La référence principale dans le sud, tout au moins au XIIIe et au XIVe siècle, est Majorque, la Catalogne, l’Espagne et plus généralement l’aire hispano-mauresque. Quelques exemples : la technique du plafond du palais archiépiscopal de Narbonne évoque celle du palais de l’Almudaina à Palma de Majorque ; la structure et le style des motifs dans le cloître de la cathédrale de Fréjus – ce point est encore négligé – se retrouvent à Barcelone, au palais de l’Almudaina et au palais royal de Perpignan ; la thématique sur les plafonds de Narbonne ou de Montpellier se développe également en Catalogne et au royaume de Majorque : scènes de combats, joutes, chasses, rencontres courtoises, musiciens, danseurs, acrobates, montreurs d’animaux ou fous. Quelques relais peuvent être cités : la chapelle palatine de Palerme au XIIe siècle, et, précédemment, les décors sculptés de l’époque fatimide du Xe et XIe siècles : végétaux, animaux, musiciens, chasseurs, festins, cavaliers, combats et sirènes.

Espace et hiérarchie dans une demeure par le décor

7Dans les résidences à deux ou plusieurs niveaux, le plus fréquemment le décor se trouve à l’étage, ou à un niveau plus élevé, définissant ainsi un espace hiérarchique majeur. De beaux exemples sont la maison des Piolenc, la maison des chevaliers, à Pont-Saint-Esprit – la salle de justice royale – au XIVe siècle, ou le château de Pomas à la fin du siècle suivant. Les exemples sont multiples. La maison des Piolenc offre l’intérêt d’associer, au milieu du XVe siècle, une salle au plafond peint à chacun des deux niveaux.

8Le décor majeur se trouve parfois en effet au rez-de-chaussée ou au niveau inférieur. Cet espace est davantage destiné à une relation privilégiée avec le public. On peut citer, vers 1300, la salle de pouvoir des comtes de Forez à Montbrison, La Diana, puis, au XIVe siècle, la salle de la maison des notaires à Béziers, qui serait peut-être la salle de justice de l’évêque. Au XVe siècle, ce sont, par exemple, la grande salle du Parlement de Toulouse dans le château narbonnais, la maison Mora à Carcassonne, où des écus armoriés des consuls et des autorités locales – l’évêque de Carcassonne, le juge mage, le juge criminel, le sénéchal, les consuls, des familles patriciennes – accompagnent les écus du roi et de la reine. Ce décor héraldique oriente vers une relation étroite avec la vie de la cité. C’est aussi le cas au château de l’archevêque de Narbonne à Capestang ou en la salle rue Camille-Desmoulins à Beaucaire.

9Au XVe siècle les dimensions des salles se réduisent. Les rapports trois pour un et deux pour un sont rares. Le rapport un et demi pour un, dimensions proches d’une salle dite « urbaine » (10,20 sur 7 à 8 m), est le plus fréquent.

10L’ordonnance des espaces suit progressivement l’accès aux appartements. D’autres cheminements ont été relevés, notamment vers la salle peinte en l’hôtel de Gayon à Montpellier, à l’extrémité d’une longue salle, ou en la tour de Palmata à Gaillac, de date sensiblement comparable, la fin du XIIIe siècle, la salle peinte étant située à la fin du cheminement en provenance de la salle, l’aula, via un vestibule, une pièce intermédiaire voûtée.

11La supériorité hiérarchique de la dextre, la gauche, sur la senestre, la droite, est à souligner. Ainsi en l’hôtel de Gayon à Montpellier, à dextre de l’entrée dans l’édifice, la cour et l’escalier permettent d’atteindre le premier étage ; l’entrée dans la longue salle est à dextre ; à l’extrémité de cette salle, l’entrée dans la salle peinte se trouve à dextre de cette salle. A l’autre extrémité de la longue salle, l’entrée dans deux chambres secondaires est à senestre. Enfin dans la salle peinte la frise historiée commence à dextre.

Espace et hiérarchie dans une salle : les éléments du décor

12Les couleurs. Le rouge est la couleur dominante, le blanc est la seconde couleur fondamentale. L’opposition blanc-rouge est une opposition de densité. Elle peut aussi révéler d’autres aspects. Le noir est la troisième des couleurs fondamentales. Il est souvent utilisé comme fond sur lequel jouent les motifs. Le noir est le contraire du rouge et du blanc. L’opposition blanc-noir et l’absence de rouge, et l’opposition rouge-noir et l’absence de blanc peuvent avoir une forte signification, nous en connaissons des exemples.

13Les jeux de polychromie s’accentuent au XVe et au XVIe siècle aux châteaux de Gabian et de Capestang, comme en l’hôtel des Baroncelli à Avignon et en la commanderie de Rayssac.

14Les motifs. Quelques observations. Le motif des pyramides à degrés semble apparaître au milieu du XVe siècle dans le sud. Il apporte une vibration particulière qui allège la riche décoration polychrome du plafond aux châteaux de Gabian, de Capestang et de Tarascon, en la demeure des Piolenc à Pont-Saint-Esprit, en l’hôtel des Trésoriers de France à Montpellier, en la maison déjà citée de Beaucaire, en l’édifice claustral près de la cathédrale d’Aix-en-Provence, ou en la Carnourgue Saint-Salvi, passage de la prévôté, à Albi.

15Les motifs géométriques permettent des jeux dynamiques, souvent peu perçus, notamment avec les motifs végétaux, qui se révèlent souvent d’une grande subtilité, notamment sur les plafonds des châteaux de Capestang, de Gabian et de Pomas ainsi que sur les plafonds de la salle capitulaire de l’abbaye de Saint-Hilaire dans l’Aude et de la maison de la famille Gontier de l’Ange à Embrun, vers 1500.

16La valeur symbolique des motifs varie suivant les espaces, les espaces civils ou les espaces des clercs. Voici quelques exemples dans les espaces civils. L’aspect régulier, géométrique, quadrillé du plafond de la grand’chambre du parlement de Languedoc à Toulouse semble en écho à l’univers de la justice. Chaque caisson est divisé en quatre carrés identiques par deux couvre-joints disposés en croix, chaque carré est timbré de fleurs de lis disposées en diagonale sur un fond azur. La géométrie est l’expression de l’ordre.

17La confusion du gland et du fruit de forme phallique sur un plafond de Montpellier au XIIIe siècle, en l’ancienne maison Sicart, est en écho à l’alliance qui y est évoquée. La fécondité est suggérée dans plusieurs décors. Sur le plafond de la maison de Beaucaire, précédemment citée, des grenades sont représentées fermées, entrouvertes, et ouvertes suivant leur position par rapport aux écus du couple royal ; elles accompagnent un couple s’embrassant, une scène de bain – peut-être un symbole de paix –, une scène de battage du blé – un signe de prospérité – et un hommage au roi et à la dynastie. Cet ensemble exprime l’attente de prospérité après la victoire de Charles VII.

18Dans les espaces de clercs, le cercle semble davantage utilisé. Par exemple le motif du ruban enroulé, qui est rare dans les demeures civiles, dans un premier temps, paraît plus fréquent dans les demeures de clercs à Gabian, à Capestang et à Aix-en-Provence, en l’édifice claustral ouest de la cathédrale. Un motif circulaire lu comme une patène est répétée plusieurs fois sur les closoirs (ou « bugets ») du plafond de la maison de Béziers, déjà citée, qui servait sans doute de cour de justice à l’évêque. Ce motif ne semble souligner que l’écu du prélat. A Aix, en l’édifice claustral, l’Agnus Dei est inscrit dans un cercle.

19Les motifs végétaux ont également une forte valeur symbolique. Au début du XIVe siècle, sur le plafond du palais archiépiscopal de Narbonne (figure 2.1), où domine une psychomachie – un décor à l’intention moralisante qui convient à un espace de clercs –, des oliviers sont représentés à l’est, vers le centre du plafond. La vigne est évidemment à l’honneur : au château de Capestang, le flanc de la deuxième poutre qui fait face à la troisième, où dominent les thèmes religieux et moraux, est couvert de pampres de vigne. A Aix, le décor à caractère symbolique très fortement marqué, qui comprend notamment l’Agnus Dei, est peint dans un décor végétal.

20Une hiérarchie significative apparaît parfois entre les motifs qui accostent un écu armorié sur un plafond. Ils peuvent âtre associé à l’écu sur la même métope, ou bien être distribués sur les deux métopes qui encadrent celle qui est timbrée de l’écu. Les deux exemples existent en la maison des Piolenc à Pont-Saint-Esprit, l’un au XIVe siècle, en la salle de justice royale, l’autre au XVe siècle, en les deux salles peintes. Dans la première salle, la majorité des motifs sont dans l’ordre, en premier lieu des végétaux, puis des animaux hybrides et des oiseaux ; quelques motifs particuliers les complètent. Le choix de ces motifs minoritaires a une signification hiérarchique – l’écart peut être un procédé valorisant. En effet ces motifs minoritaires encadrent les écus du propriétaire, de son épouse, du sénéchal, représentant du roi, et de deux familles importantes accompagnées de plusieurs alliances. Dans les salles postérieures la hiérarchie entre les motifs est également soulignée. Des centaures au corps de lion encadrent les écus majeurs du roi, du propriétaire et d’une famille importante de la ville ; les autres centaures encadrent des écus de personnes ou de familles hiérarchiquement moins élevées ou non identifiées. Si les centaures encadrent les écus, les autres animaux, chiens, dromadaires et licornes sont chacun dirigés vers un écu différent. Tous ces écus sont ceux de familles hiérarchiquement inférieures.

Figure 2.1 : Plafond du palais archiépiscopal de Narbonne

Figure 2.1 : Plafond du palais archiépiscopal de Narbonne

A = animal ; a. h = animal hybride ; h = homme ; m. g. = motif géométrique

21Des animaux hybrides très proches sont reproduits au cours du XVe siècle sur les plafonds du château de Tarascon, en la maison du roi René à Avignon, vraisemblablement en l’hôtel d’Arlan à Arles, et en la Grand’chambre du Parlement de Languedoc à Toulouse. Ce dernier point semble être resté inaperçu. Au palais comtal d’Aix-en-Provence, on mentionne, à la même époque, des « bestes estranges d’Alexandrie », qui ont été peintes par Roumier en 1477.

22La valeur symbolique des animaux est particulièrement développée dans les espaces de clercs. Sur le plafond de la Chambre du cerf, au Palais des Papes (figure 2.2), la ville de Rome est représentée par la louve et les jumeaux, qui est disposée bien en vue, face à l’entrée principale. Le symbole de l’Eglise veillant sur ses enfants, la poule et les sept poussins, suit la ville de Rome.

23Les poissons et les oiseaux abondent dans les décors des espaces de clercs. Ces deux motifs sont associés à un espace attenant à une chapelle ou à une thématique religieuse, respectivement dans le « paradis de la reine » au palais des rois de Majorque à Perpignan et dans la maison Saunal à Albi. Ils jouent un rôle important dans le décor fortement symbolique, déjà cité, de la salle sud de l’édifice claustral à Aix. Dans deux maisons canoniales d’Albi, proches de la collégiale Saint-Salvi, parmi les oiseaux et les poissons, motifs dominants, deux poissons sont présentés en sautoir dans l’une, et trois poissons sont disposés en croix dans l’autre. Ce motif se retrouve dans l’un des cloîtres de l’église Saint-Nicolas-de-Tolentin à Brou. Les oiseaux sont particulièrement abondants sur le plafond du palais archiépiscopal à Narbonne (figure 2.1) où ils sont plus nombreux du côté est que du côté ouest. Ils jouent également un rôle dans la partie religieuse de la thématique déployée sur le plafond au château de Capestang.

24Les animaux hybrides à tête humaine sont particulièrement fréquents dans les espaces de clercs. On les trouve à Béziers dans la salle qui pourrait être celle où l’évêque rendait la justice, ainsi que dans le château de Capestang et l’édifice claustral d’Aix déjà cité. Les têtes de monstre engoulant les poutres ne semblent représentées que dans ces espaces. On peut citer la livrée Gaillard de la Mothe et la livrée Ceccano, au premier niveau, à Avignon, les châteaux archiépiscopaux de Gabian et de Capestang et la commanderie de Rayssac. On les trouve également dans la maison de Béziers ainsi que dans la salle de l’édifice claustral à Aix, déjà mentionnée. Parfois une psychomachie est particulièrement développée. Sur le plafond du palais archiépiscopal de Narbonne (figure 2.1), ce sont des combats entre deux animaux, au choix hautement symbolique – un lion contre un léopard, un lion contre un griffon ou un dragon, un lion contre un bouc – et des combats entre un homme et un animal réel ou hybride. C’est dans ce décor que des oliviers sont placés du côté est où dominent les oiseaux.

Figure 2.2 : Plafond de la Chambre du cerf, Avignon, Palais des Papes

Figure 2.2 : Plafond de la Chambre du cerf, Avignon, Palais des Papes

25Pour accroître l’aspect maléfique de certains motifs, des animaux et des personnages sont représentés tirant la langue, comme dans la salle de Béziers, ou hurlant – signe particulièrement négatif – au château de Capestang.

26Les affrontements guerriers, les joutes et les tournois sont représentés, comme dans les décors du nord et du centre de la France. La scène de deux cavaliers s’affrontant est présente en la maison (hôtel de ville) de Saint-Antonin-Noble-Val, et en la maison, 7 place du Marché-aux-fleurs, à Montpellier. Plus fréquemment on trouve une suite de cavaliers ou bien des cavaliers dans une « histoire » ou une série de motifs : suite de dix cavaliers en l’église de Frontignan – peut-être un réemploi du château –, aux écus particulièrement reconnaissables de proches de la maison d’Aragon ; suite à Narbonne, sur deux planches conservées au musée des Beaux-arts, dont les écus armoriés sont partiellement attribuables à des personnages de la cité, ou proches ; des cavaliers dans une « histoire » en la maison Sicart, à Montpellier, qui évoque l’alliance de deux familles ; deux cavaliers joutant, parmi d’autres motifs, sur un closoir du plafond de l’hôtel Mirman à Montpellier, avec un écu armorié, et, sur un autre closoir, deux femmes cavaliers s’affrontant, aux écus marqués d’armoiries peut-être réelles. Ce type de décor doit beaucoup au style « mudéjar ».

27Des hommes d’armes sont peu représentés. On les trouve dans le logis de la rue Tournante à Pont-Saint-Esprit vers 1400 – ils sont coiffés du bacinet à mezal, un heaume à visière mobile, alors en usage – ainsi que sur le plafond d’Aigueperse, vers 1450, où deux bustes coiffés d’un casque accostent un écu. A la même époque, à Pont-Saint-esprit, en la maison Piolenc, ce sont les centaures à buste d’homme, et non des hommes d’armes, qui portent une armure.

28Des « jeux d’enfants » se multiplient au XVe siècle, ils évoquent en priorité l’apprentissage à la vie militaire, à la formation d’un homme de guerre, d’un chevalier. On les trouve sans doute à Montagnac, avec certitude à Gannat en l’hôtel Graulier, à Aigueperse, en une maison qui a pu contenir une salle des Etats, à Pont-Saint-Esprit en la maison Piolenc, enfin, à la fin du siècle, au château de Pomas, où cette image est atténuée. Ainsi se reflètent les aspirations d’une société patricienne, sa participation à l’effort du roi et du royaume, sous Charles VII, à la fin de la reconquête, notamment à Aigueperse et à Pont-Saint-Esprit. Ces images associent réalité et imaginaire et, comme sur d’autres supports, participent à la nouvelle idée de l’enfant.

29Le thème de la chasse est relativement représenté dans les espaces civils ; ainsi que celui de la fête. Sur le plafond de la maison Sicart à Montpellier, au XIIIe siècle, des personnages dansant, accompagnés de musiciens, participent, avec des scènes de chasse et de tournoi, à l’évocation de l’alliance Conques et Roch. Des musiciens sont également figurés sur le premier plafond de la maison Piolenc à Pont-Saint-Esprit. Dans cette même demeure, au siècle suivant, le thème est largement développé : acrobate et fou, homme-sauvage et têtes de géant – plus ou moins mores – musiciens et danseuses et autres personnages évoquant l’accueil du visiteur et le salut au propriétaire et à son héritier. Ce thème de la fête se retrouve, plus ou moins développé, sur plusieurs plafonds à Beaucaire, au château de Pomas et, peu après, en la maison Mora à Carcassonne.

30Des têtes humaines, peut-être parfois des portraits ou des effigies évoquant, par des marques iconographiques précises, des personnages réels, apparaissent vers 1450 à Pont-Saint-Esprit. Cette iconographie est un écho à des besoins nouveaux de la société, en l’occurrence le portrait « sur le vif », dont l’importance est soulignée par Léon Battista Alberti. Ce thème se développe à la fin du siècle en Avignon, à Pomas, à Albi et à Embrun. Parfois ces bustes sont présentés en couple comme à Pont-Saint-Esprit, place de l’hôtel de ville ; ils échangent un baiser à Beaucaire et à Carcassonne, en la maison Mora.

31La position exceptionnelle de la femme, à la place d’honneur, dans un couple, à gauche, à dextre, pour le spectateur renforce le message de paix qu’accompagne l’inscription « paix et amour » à Aigueperse. Il en est de même, à la même époque, en l’hôtel Jacques-Cœur à Bourges. Trois têtes d’hommes évoquent la Prudence à Pont-Saint-Esprit, en la maison Piolenc, et à Albi en la maison Saunal, la demeure d’une famille de riches marchands de pastel d’Albi, le thème majeur étant un hommage au roi François 1er.

32Les motifs religieux ne sont pas absents dans les espaces civils. Ils sont évidemment présents dans les espaces de clercs notamment à Capestang, à Albi et en la commanderie de Rayssac. Les symboles sont peu fréquents. Le cœur percé de deux flèches est retenu par les Augustins à Albi en une maison canoniale. La représentation d’un livre – qui est plutôt rare – est prioritairement associé aux membres de l’Eglise dans cette maison. La pêche et la chasse figurent dans la Chambre du cerf au palais des Papes, en respectant l’ordre hiérarchique des chasses (figure 2.2), et dans des livrées cardinalices, ainsi qu’à la fin du siècle suivant en une maison canoniale à Albi. Quant à la chasse, elle est présente dans les salles de livrées cardinalices et de demeures de prélats.

33Le thème de la fête, de la réception est plus ou moins développé, avec des nuances diverses, dans les châteaux de prélats à Gabian et à Capestang, dans les demeures de chanoines à Albi et en la commanderie de Rayssac.

34Le thème de la mort est particulièrement retenu à la fin du XVe siècle et au début du siècle suivant à Albi et à Rayssac, comme il l’est également dans les espaces civils. La représentation du thème de la danse macabre que l’on relève dans les demeures canoniales d’Albi, fut un instrument de prédication des Ordres Mendiants. Louis 1er d’Amboise relaie dans Albi l’autorité monarchique. Il fait de sa ville et de son diocèse le premier champ d’application de la réforme ecclésiastique promue dans le royaume. Albi devient le siège d’une custodie de l’observance franciscaine et le chef-lieu de congrégation réformée de France pour les Prêcheurs et les Carmes.

35Les sources littéraires sont peu employées. Dans la maison Saunal, à Albi, vers 1515-1520, un renard et une cigogne buvant dans un grand plat participent à la part religieuse du décor. On peut sans doute retenir plusieurs scènes sur le plafond de Capestang ainsi que sur le plafond du presbytère de Lagrasse, dans les décennies suivantes. On ne peut que regretter la disparition récente des panneaux historiés qui timbraient un plafond dans l’hôtel dit des Infirmières à Avignon, que datait la présence des armes du pape Martin V (1417-1431). Ils ont été heureusement publiés par Hervé Aliquot en 1993. Outre des animaux réels ou hybrides et des personnages, étaient multipliées des scénettes.

36Les décors à scène sont statistiquement très rares. A Montpellier, en l’ancien hôtel Mirman, une frise a été peinte sous le plafond en la seconde moitié du XIIIe siècle ou à la fin du siècle. Le bréviaire d’amour, Lo Breviari d’Amor, de Mathé Ermengaud de Béziers, composé dans les années 1288-1292, a été cité à propos de cette frise. C’est à cette époque que la salle de l’hôtel de Gayon a été peinte. Une frise présente, sous le plafond, la vie de saint Eustache, patron des drapiers. En utilisant la Légende dorée de Jacques de Voragine, on reconnaît plusieurs scènes. Sur le premier mur quatre séquences, de Rome à l’Egypte, la conversion et les épreuves, puis sur le deuxième mur, le séjour en Egypte. Un point est passé inaperçu. Près du coin, sur le premier mur, à la fin de l’épisode romain, un chien est orienté vers la gauche, ensuite, au début de l’épisode égyptien, un cerf est orienté vers la droite. Il s’agit d’une suite séquencée. La valeur symbolique du cerf ne peut être négligée.

37A la fin du XIVe siècle, puis, principalement au XVe et au siècle suivant, les inscriptions jouent peu à peu un rôle propre, autonome, parfois indépendantes d’images. Nous en avons rencontré des exemples notamment dans des bibliothèques.

38A l’issue de l’étude de ces thèmes, une réponse partielle peut être apportée à la question des exempla, dont les auteurs sont des membres des ordres mendiants. Un sondage dans les recueils publiés et dans d’autres travaux montre un rôle limité, malgré certaines affirmations. Les thèmes généraux sont cependant communs : la Passion, la Vierge, les anges, la mort, les personnages historiques, les prélats et leurs défauts, les vices et les vertus des nobles – tournoi, combat singulier et chasse – enfin charge contre le bailli, le juge et l’avocat. Ces thèmes sont particulièrement présents dans les demeures de chanoine à Albi.

L’héraldique et l’emblématique

39L’héraldique joue un rôle prioritaire sur les plafonds. Une quelconque organisation de ce décor héraldique a été encore récemment refusée. Une relation entre les motifs et l’héraldique est souvent négligée. Un contraste est souligné : des cycles peints sur les murs composés d’épisodes enchaînés, et, en revanche, l’absence de thème narratif continu, une série de motifs indépendants, compartimentés, sur les plafonds peints et les charpentes. En fait un langage très riche de l’héraldique a souvent été établi, notamment des ordonnances hiérarchisées, des séquences, des structures de listes, des dialogues entre motifs et écus armoriés. Nous avons précédemment montré quelques exemples.

40La datation par l’héraldique est encore méconnue. Voici quelques exemples. Le premier plafond de la maison des Piolenc à Pont-Saint-Esprit a été daté de 1337-1343 par l’héraldique ; la dendrochronologie a confirmé cette datation, révélant ainsi le rôle très vraisemblable du passage du roi Philippe VI en 1336 en la ville à la veille de la création de cette salle de justice royale.

41On peut également citer les deux plafonds postérieurs de cette demeure en 1449-1450, et celui du château de Gabian à la même date. C’est un hommage au roi Charles VII victorieux qui est développé sur ces plafonds. En le château de Pomas, le plafond peint et armorié a été daté également avec précision de 1492-1494 par les écus représentés. Il révèle l’écho à un épisode vécu alors à la cour de France entre les Beaujeu et les Orléans. On notera dans ces exemples la rapidité et la précision de l’information ainsi que les réactions à travers le royaume.

42La datation par l’héraldique permet des corrections, en particulier pour les monuments de mémoire comme au château de Ravel ou en la commanderie de Rayssac. Un problème du même ordre existe à Sens, en la maison Garnier des Prés. Nous l’avons vraisemblablement résolu.

43Des écus sont parfois représentés inversés au XIIIe et au XIVe siècles. Cette présentation répond souvent à des besoins de symétrie. D’autres intentions sont sans doute également retenues. Nous en connaissons des exemples.

44Les emblèmes, signes exprimant davantage la personnalité – l’écu étant par excellence un insigne familial – sont rares sur les plafonds. Un très bel exemple est le plafond de la salle dite « Le Parloër aux bourgeois » de Brioude dont le décor emblématique – les emblèmes du roi Charles VI et du duc Jean de Berry – nous a permis de reconnaître avec la plus grande vraisemblance une salle de justice d’appel.

Espace et hiérarchie dans une salle. Les critères topographiques

45Dans un espace qui n’est pas nécessairement une « salle », des critères topographiques dans la répartition du décor sont multiples. Ils varient suivant les cas et s’associent, s’opposent ou se complètent : l’entrée principale et l’axe majeur de pénétration ; la priorité de la gauche, la dextre, sur la droite, la senestre, pour celui qui pénètre dans la salle ou le spectateur ; un pôle, une place d’honneur, qui oriente l’ensemble du décor ; le retour vers la sortie, point toujours négligé ; enfin d’autres jeux, notamment, point majeur, l’existence de plusieurs programmes et de plusieurs axes de lecture dans la même salle. Le décor d’un plafond tient également compte d’autres critères : le centre des poutres et des solives ; le coin – ce point appartient aussi au premier groupe – ; la hiérarchie entre les poutres (solives) et le plafond proprement dit ; les jeux entre les armoiries, alternance, superposition, écho ou réponse à distance, fréquence ; la hiérarchie entre les motifs qui accompagnent l’héraldique, point déjà évoqué ; enfin l’animation par l’orientation des motifs, un espace rythmé.

46Le plus souvent l’entrée principale se trouve sur le petit côté de la salle, ou à proximité, sur le grand côté, près du coin. On peut citer la livrée Gaillard de la Mothe et la Chambre du cerf au Palais des Papes (figure 2.2), en Avignon, le château de Capestang (cf fi g. 4.13 p. 86), l’hôtel des Baroncelli en Avignon (figure 2.3), le château de Pomas ou la commanderie de Rayssac par exemple. Parfois, mais rarement, l’entrée est située au centre du grand côté avec une signification particulière, les relations entre les deux espaces ainsi définis. En la maison des Piolenc à Pont-Saint-Esprit, la salle de justice royale, à l’étage, présente une entrée centrale définissant ainsi, à droite de l’entrée, devant la cheminée, l’espace de la justice royale. Au Parlement de Rouen, au siècle suivant, l’entrée dans la grande salle est également au centre, définissant les pouvoirs en présence, le roi et le Parlement à droite, près de l’accès à la Grand’chambre, et la ville à gauche. Exceptionnellement deux accès parallèles sont aménagés sur le grand côté, permettant ainsi un même jeu de dialogue entre entrées et espaces et entre les espaces eux-mêmes. Un bel exemple est la Diana de Montbrison.

Figure 3.3 : Plafond de l’hôtel des Baroncelli (hôtel du Roure), Avignon

Figure 3.3 : Plafond de l’hôtel des Baroncelli (hôtel du Roure), Avignon

47La priorité de la gauche sur la droite est la plus fréquente. Par exemple le premier écu disposé à l’extrême gauche, en tête d’un plafond, est, selon l’usage, celui du roi ou d’un personnage important. Dans le domaine retenu, on peut citer par exemple la Diana de Montbrison, le château de Gabian, la maison Piolenc à Pont-Saint-Esprit vers 1450, ainsi timbrés de l’écu du roi, et une demeure à Pézenas, 7 rue du château, ainsi marquée du dernier écu du roi René.

48L’ordonnance générale des écus armoriés sur un plafond permet de définir dans une salle un espace hiérarchiquement supérieur. En la livrée Gaillard de la Mothe à Avignon – un décor créé, selon toute vraisemblance, à l’occasion d’une assemblée pour un projet de croisade en 1335 -, seule la travée extrême est timbrée d’écus. Sur les murs, court une frise de scènes de chasse orientées vers cette travée et disposées suivant leur hiérarchie. L’ouverture initiale de la salle a été décelée à l’opposé de l’ensemble armorié. Un double axe de lecture de l’entrée vers la travée armoriée et de cette extrémité vers l’accès est ainsi défini.

49En une seconde salle, de petites dimensions, en l’hôtel dit des Infirmières à Avignon, contiguë à la salle dont le plafond a disparu, un plafond a été récemment en partie déposé. Il est également timbré de l’écu du pape Martin V. La marque du propriétaire apparaît dès l’entrée dans la salle, l’hommage au pape à l’autre extrémité. L’ensemble armorié réunit des membres de la famille du propriétaire commanditaire et des membres d’autres familles. Le thème de la fête, danse et musique, est développé aux deux extrémités de la salle et à dextre, à gauche, place d’honneur. L’ensemble est fortement ponctué et animé par le choix, la distribution et l’orientation des autres motifs. Cette lecture est totalement nouvelle.

50L’espace autour de la cheminée est hiérarchiquement supérieur dans une salle. Les exemples sont multiples. On peut citer l’hôtel Castan à Montpellier, la maison Piolenc à Pont-Saint-Esprit, la maison Saunal à Albi ou la commanderie de Rayssac. Ceci nous a permis de comprendre la disposition inversée des thèmes littéraires en la célèbre galerie du château d’Oiron.

51Le retour vers la sortie est illustré par exemple au château de Sérignan à la fin du XVe siècle ou au début du siècle suivant. Le décor du plafond est distribué suivant les deux axes de lecture. L’écu armorié de Poitiers-Orange et le mot « sans nombre » sont disposés dans l’entrepoutre alternativement dans un sens puis dans le sens inverse, afin qu’ils puisent être lus quelle que soit la position du lecteur. Jean de Poitiers, comte de Saint-Vallier, est le père de Diane de Poitiers. Le double axe de lecture s’observe sur d’autres plafonds à Béziers, à Pont-Saint-Esprit, à Pomas, à Albi et à Avignon, en l’hôtel de Belli. Autre bel exemple de subtilité, au palais du Roure, l’hôtel des Baroncelli, à Avignon (figure 2.3) : à l’aller l’origine florentine de la famille et la première alliance du propriétaire, les Pazzi, sont à l’honneur ; au retour c’est la seconde alliance, les Sade, tout en soulignant l’origine florentine. La représentation d’un couple accompagne ces écus au retour.

52Un rythme est créé sur le plafond du château de Capestang (cf. fig. 13 de l’article de P.-O. Dittmar et J.-Cl. Schmitt), par la direction des corps, et parfois des têtes, des personnages sur les panneaux. Ce rythme qui anime l’ensemble du plafond, point resté ignoré, contraste avec la présentation statique des écus verticaux sur la dernière poutre et ainsi en souligne l’importance. D’autres exemples peuvent être cités.

53Des jeux d’écho, de croisement, de réponses à distance existent sur des plafonds ; de beaux exemples au château de Pomas ou en l’hôtel de Belli en Avignon.

La signification des décors

54L’interprétation des décors, et par suite, la destination des espaces, est le plus souvent difficile.

55Iconographie et pouvoir. La Diana de Montbrison présente un décor armorié monumental qui reflète la position du pouvoir comtal à la fin du XIIIe siècle. Ce mouvement est général en Europe, on assiste à un regroupement de la petite et moyenne noblesse autour de grands seigneurs.

56Le contexte politique est également présent. Ainsi à Montbrison sont soulignés les rapports avec la maison de France qui est à l’honneur ; à Lyon, en la maison Thomassin, les Fuers marquent le plafond de leur demeure de leur politique pour un rattachement de la ville au royaume ; le passage du roi Philippe VI en 1336 à Pont-Saint-Esprit, nous l’avons dit, n’est sans doute pas étranger à la création entre 1337 et 1343 de la salle de justice royale.

57L’expression d’un événement a été retenue pour le décor de la livrée Gaillard de la Mothe en Avignon, selon toute vraisemblance la préparation d’une croisade.

58Des salles de pouvoir sont ainsi marquées. La Diana de Montbrison servit de lieu de réunion des Etats du Forez ; la salle d’Aigueperse a pu également être la salle des Etats ; une salle de justice a été proposée pour la maison dite « des notaires », à Béziers ; une salle de justice royale a été reconnue en la maison des Piolenc à Pont-Saint-Esprit ; la salle au plafond timbré des emblèmes et des écus du roi Charles VI et de Jean de Berry à Brioude est vraisemblablement un espace voulu par le prince pour exercer la justice d’appel. On peut également citer le parlement du Languedoc à Toulouse.

59Le roi, ses représentants et ses proches sont présents. Outre Montbrison, Lyon ou la livrée Gaillard de la Mothe à Avignon, c’est une allusion au traité de Paris qui amena la paix, qui semble être retenue en la maison Muratet à Saint-Antonin-Noble-Val ; l’expédition de Charles d’Anjou en Sicile a été proposée en la salle du doyenné à Brioude ; des relations privilégiées avec le roi de France ont été soulignées à Ravel.

60Au siècle suivant l’évocation des victoires du roi Charles VII, l’hommage au roi victorieux dans sa reconquête du royaume sont présents au château de Gabian, en la demeure des Piolenc à Pont-Saint-Esprit. Une demande de paix est exprimée à Aigueperse ; une attente de prospérité à Beaucaire. C’est dans ce contexte que sont apparus de nouveaux thèmes, la femme messagère de paix et les « jeux d’enfants » évoquant en priorité l’apprentissage à la vie militaire, à la formation d’un homme de guerre, d’un chevalier notamment.

61Des relations privilégiées avec la cour, avec le roi, s’expriment à Pont-Saint-Esprit – le camp angevin et Jacques Cœur – ainsi qu’à Pomas – la séquence politique Orléans-Beaujeu -.

62La cité et le pouvoir local s’affirment tardivement dans des décors peints. La présence des écus de plusieurs pouvoirs dans la cité est forte à Béziers, en plusieurs maisons à Pont-Saint-Esprit, à Pomas, à Carcassonne, en la maison Mora, nous l’avons vu, et à Embrun, en la maison des Gautiers de l’Ange. A Pomas, qui est situé à 11 km au sud de Carcassonne sont présents, sous la forme de leurs écus armoriés, l’évêque de Carcassonne, le conseiller du présidial de Carcassonne, le trésorier du domaine de la sénéchaussée, le sénéchal de Carcassonne, le consulat de Carcassonne, puis sont ajoutés les écus du maître d’hôtel du roi et du prévôt et connétable de Carcassonne.

63Les exemples de Gabian, de Pomas et d’Albi illustrent les rapports étroits entre l’Eglise et la société aristocratique.

64Du privé à la promotion sociale. Les écus des propriétaires dominent dans les exemples cités que ce soit à Montpellier, à Avignon, à Pont-Saint-esprit, à Pomas, à Albi ou à Sérignan.

65Les alliances sont soigneusement évoquées. A Montpellier en la maison Sicart, l’alliance Conques et Roch est accompagnée d’une riche iconographie, notamment, nous l’avons évoqué, une jeune femme tenant un fruit de forme phallique recevant le roi d’armes portant les armoiries des deux familles. A Avignon, en l’hôtel des Baroncelli, sont soulignées l’origine florentine de la famille et les deux alliances Pazzi et Sade (figure 2.3). A Pont-Saint-Esprit, c’est l’alliance Piolenc et Clari, qui est reprise sur les murs de la salle supérieure ; à Pomas Rabot et Delpont ou Montfaucon, accompagnée d’une séquence exprimant la fécondité et l’amour.

66La présence d’écus prestigieux peut ne refléter que l’histoire familiale, par exemple en l’hôtel de Belli à Avignon.

67Les exemples de promotion sociale sont multiples, les Baroncelli auprès du pape ; les Piolenc auprès de Jacques Cœur et du camp du roi ; Rabot receveur diocésain à Pomas ; les Saunal, marchands de pastel à Albi ; les Bellisens, une famille d’origine marchande anoblie en 1490, à Carcassonne ; les Mora, à Carcassonne, jouant sans doute, d’après le décor héraldique, un rôle dans la ville.

68Cette étude s’achève par des décors récemment publiés, certains ici partiellement évoqués, qui ouvrent de nouvelles perspectives sur la société au XIIIe siècle. A Montpellier, la famille des Carcassonne, en voie de reconnaissance, expose son rang social et ses activités par une héraldique non fixée et par la référence au patron des drapiers. C’est le temps présent qui est retenu. En revanche c’est la mémoire qui est sollicitée par des familles reconnues, les Lalo, vraisemblablement, en la tour d’Arles de Caussade, en évoquant la croisade, les Gaillac, en la tour de Palmata à Gaillac, en représentant un épisode de la croisade albigeoise, que nous avons identifié, le siège victorieux de Beaucaire, enfin les familles Conques et Roch en l’ancienne maison Sicart à Montpellier qui, par l’écu de Bouchard I de Marly, resté incompris, souligne selon toute vraisemblance un événement majeur qui associait Montpellier aux croisés, le concile tenu dans la ville en 1211, qui excommunia Raymond de Toulouse.

69Nos travaux parus depuis le Corpus des décors monumentaux peints et armoriés du Moyen Âge en France (Maison des Chevaliers de Pont-Saint-Esprit, t. 2, Nîmes, Pont-Saint-Esprit, Musée d’art sacré, 2001) sont en cours de publication dans le Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France de 2006 puis de 2007, dans la Revue française d’héraldique et de sigillographie de 2007, dans les actes de journées d’étude qui se sont tenues en l’Université de Lyon en janvier 2007, et les actes d’un colloque sur les décors organisé par le conseil général du Morbihan en septembre 2007 au fameux château de Suscinio.

Table des illustrations

Titre Figure 2.1 : Plafond du palais archiépiscopal de Narbonne
Légende A = animal ; a. h = animal hybride ; h = homme ; m. g. = motif géométrique
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Figure 2.2 : Plafond de la Chambre du cerf, Avignon, Palais des Papes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Figure 3.3 : Plafond de l’hôtel des Baroncelli (hôtel du Roure), Avignon
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/3089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540