Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les plafonds peints médiévaux

 | 
Philippe Bernardi
, 
Monique Bourin

Préface

Alain Girard

Texte intégral

1À regarder un édifice en état d’abandon, il semble que le bois ne soit pas un matériau de construction. Et pourtant ! Qu’est un monument en ruine, sinon un objet patrimonial résiduel, un squelette ? Le plus souvent, il n’est plus constitué que de ce qui n’est pas de bois, ce matériau ne se signalant plus que par son absence : empreinte en négatif du mur-pignon d’une toiture, trous alignés dans les murs ou corbeaux tendus vers le vide, fantômes de planchers effondrés… La ruine cache deux œuvres distinctes en elle-même, celle qu’elle était, celle qu’elle est devenue. La seconde n’a presque plus rien de commun avec le dessein de son architecte. Dans cet écart jouent deux regards différents : celui du scientifique qui redécouvre l’intégrité de l’édifice et qui sent qu’elle est indispensable à la beauté, celui du philosophe et du romantique qui lisent dans ces lignes improbables la mort et le temps et dont l’imagination reconstruit le monument lorsque la vision s’évanouit.

2La perte de matière semble inexorable. Pour l’enrayer, on a pu la renouveler mais l’édifice a alors perdu un peu de son authenticité. On estimait néanmoins que le bois, considéré comme périssable, devait être remplacé. Parfois, pour éviter de nouveaux déboires, le bois d’origine a cédé la place à un autre matériau, le béton armé à la cathédrale de Rouen ou la fonte à celle de Chartres, pour réparer les dommages causés par la guerre.

3Revient en mémoire un récit de Plutarque dans ses Vies parallèles. Les Athéniens conservaient précieusement le vaisseau sur lequel s’était embarqué Thésée, leur roi légendaire. Ils en enlevaient les vieilles planches au fur et à mesure qu’elles s’abîmaient et les remplaçaient par de nouvelles, qu’ils fixaient solidement aux anciennes. Les philosophes étaient divisés, ajoute Plutarque. Pour les uns, l’embarcation était toujours la même. Pour d’autres, c’était un bateau différent.

4Le bois ne serait-il qu’un matériau secondaire, interchangeable ? Parce qu’il est éphémère, son authenticité n’a-t-elle pas d’importance ? Mais un bâtiment, dont les matériaux ont été remplacés peu à peu, reste-t-il un véritable objet patrimonial ? Il était inévitable qu’un colloque sur les charpentes et plafonds peints aborde en préambule ce type de question. Car, bien qu’ancien, le débat reste d’actualité.

5En fait, avec le temps, nos connaissances technologiques et archéologiques se sont accrues, ce qui permet à la fois de restituer un élément manquant avec plus de sûreté et de prolonger la vie de l’existant. Nos champs d’incertitude sont ainsi mieux déterminés qu’hier. Il n’en demeure pas moins que le problème de conservation reste récurent et se pose avec une acuité particulière. On sait désormais qu’il convient de conserver non seulement l’authenticité de la forme mais aussi l’authenticité de la matière. Le bois garde en effet des informations extrêmement utiles à l’historien. Riches d’enseignements sont la date d’abattage de l’arbre et son origine géographique que fournit la dendrochronologie. Cette science permet de préciser la chronologie du bâtiment et de la comparer, voire de la confronter, à celle que propose l’étude stylistique. L’exactitude, certes, n’est pas la vérité, pour reprendre l’heureuse formule d’Henri Matisse. Aussi importe-t-il de garder en mémoire, comme partout ailleurs, que la forme et la matière ne constituent que des supports. Ils supposent la présence de l’homme, qui est au cœur de l’histoire, comme aimait à le rappeler Marc Bloch.

6Le public a trop souvent tendance à limiter le patrimoine à son aspect monumental et imposant : cathédrales, châteaux… Il en déduit que c’est un patrimoine public et désincarné et qu’à ce titre, il n’a pas personnellement à veiller sur son intégrité. C’est l’affaire de la collectivité, pense-t-il communément. Or il existe également des bâtiments à usage privatif qui appartiennent à des particuliers, eux aussi légués par les générations passées. Ils constituent à part entière notre patrimoine. Hélas pour eux, on ne sait pas toujours les voir. Et même si on sait les regarder, est-on enclin à les respecter ? On a plutôt tendance à les asservir à notre mode de vie. C’est regrettable car les planchers et les charpentes de nos maisons, même sous une apparence modeste, revêtent une importance encore trop souvent insoupçonnée, tant au niveau de la technique de construction que du décor. Les transformations des demeures pour les adapter à la vie d’aujourd’hui détruisent ces ensembles pour faire la place à des planchers en béton, beaucoup plus résistants et résolument « modernes ». La revitalisation par une ossature de substitution entraîne inévitablement de graves altérations. Le patrimoine s’accommode mal de cette mondialisation, signe de la paupérisation d’une connaissance faite de particularismes.

7Pourtant l’attention a été attirée depuis longtemps par les chercheurs. En l’état actuel de notre savoir, Léon Alègre paraît être l’un des tout premiers dans cette région à reconnaître l’intérêt de ce que l’on nomme communément les plafonds peints. Dès 1863, il étudie la charpente de la maison des chevaliers de Pont-Saint-Esprit, avec une méticulosité qui aurait dû faire école, tant elle est exemplaire. Il dessine chaque élément de la structure et du décor qu’il restitue en couleur sur un album. Il les décrit et analyse chaque forme. Il se rend compte qu’un plancher intermédiaire est venu diviser l’élévation qu’il reconstitue dans son état initial, croquis à l’appui. Il date la salle et en retrouve la fonction originelle avec une grande précision. Il lui redonne son identité alors qu’elle avait été transformée en grenier depuis plus de trois cents ans. Mais l’étude de ce pionnier reste manuscrite, après avoir été lue au congrès des sociétés savantes. Elle est classée sans suite. Ainsi en va-t-il des sociétés comme des hommes : On n’est curieux qu’à proportion qu’on est instruit, estimait Jean-Jacques Rousseau. Louis Bruguier-Roure, qui reprend cette étude en 1885 en l’élargissant à la Vallée du Rhône, ne voit que des œuvres d’art destinées à l’instruction du petit peuple, guidé qu’il est par sa vision de royaliste et de fervent catholique.

8Si l’administration des monuments historiques protège des charpentes tout au long du XXe siècle, pour leur aspect « extraordinaire », en revanche les historiens de l’art ne s’y intéressent guère. Ils ont alors pour habitude de fonder leurs observations sur les chefs d’œuvre d’artistes en renom. Le genre n’est pas assez noble et les productions maladroites ne méritent pas leur attention. Pourtant, comme ailleurs, leur restauration peut être un moment privilégié, non seulement de la connaissance des édifices mais aussi de la série à laquelle ils appartiennent, qu’ils soient édifices civils, religieux ou militaires, publics ou privés. On sait aujourd’hui que les peintres qui les ornèrent ont enregistré précocement les mutations profondes de la Renaissance. Il faut attendre 1977 avec la thèse magistrale de Jacques Peyron pour que la communauté scientifique, à la suite de Marcel Durliat, prenne conscience de l’importance de ce matériau, comme élément à part entière de la construction du discours historique. Mais il s’en tient encore à l’étude d’éléments qu’il isole à l’intérieur des constructions. Qu’importe : Jacques Peyron a donné ses lettres de noblesse à ce patrimoine délaissé. Sa thèse a les accents d’un discours de la méthode, qui était déjà celle de Léon Alègre. Désormais l’examen des vestiges en place prend le pas sur les connaissances livresques, qui constituent un contrepoint de l’analyse.

9Le développement de l’archéologie, grâce notamment à la pratique de l’observation sur le terrain, favorise grandement l’essor de la discipline et stimule la recherche. De la pratique de cette science auxiliaire de l’histoire, le chercheur sait qu’il doit croiser son regard avec celui qu’apportent d’autres disciplines, comme notamment l’héraldique. On sait par exemple qu’un écu peint sur une charpente signale un individu en vie. L’information donne donc des séquences chronologiques strictes. Celles-ci, croisées les unes avec les autres, permettent de cerner la chronologie, déjà affinée à partir de l’apport de la dendrochronologie. Si aucune discipline n’est en mesure de proposer une datation fiable, le croisement des informations que révèle chacune des sciences sollicitées peut aboutir à proposer une date précise. D’emblée, la recherche actuelle ne peut être qu’interdisciplinaire. L’application de cette méthode a livré des premiers résultats tangibles. Au cours de ces dernières années, ils ont tellement renouvelé l’approche traditionnelle qu’il a paru utile de faire le point sur nos nouvelles connaissances.

10Le colloque sur les plafonds peints en France méridionale et Méditerranée occidentale est fort de ces constats. Pendant trois journées, il a réuni sur le terrain des historiens, des architectes, des conservateurs et des techniciens. Tant à Capestang qu’à Narbonne et à Lagrasse, le monument est apparu comme un objet et non comme un principe. Il est toujours resté au centre des préoccupations. La confrontation des apports des différents participants, consignés dans les pages qui suivent, est d’une exceptionnelle richesse qui n’a d’égal que l’intérêt des sujets traités, ainsi que la variété et la complémentarité des interventions. De l’une à l’autre de ces dernières, s’est précisé un code d’action exemplaire.

11On a dit, répété et même martelé que, suite à une découverte ou préalablement à un projet de restauration, l’analyse doit toujours précéder l’action pour éviter qu’elle ne soit trop mutilante. Avec un principe de prudence chevillé au corps : est-on certain d’appréhender et de comprendre toute la richesse d’un édifice ? Comment préserver ce dont on n’a pas encore conscience ? Comme dans le domaine de la spiritualité, il faut avoir présent à l’esprit que l’invisible n’est pas l’au-delà du visible mais sa source. Ce n’est que par un relevé précis et méticuleux de l’existant que l’on peut établir l’authenticité et identifier le système de construction, comprendre et suivre les modifications qu’il a subies ; puis, à partir de l’examen de la pathologie, proposer une restauration respectueuse. Le travail de l’historien, fort de l’apport des sciences auxiliaires, s’appuie sur ces constats et s’en nourrit dans la diversité de ses composantes et des sensibilités des personnes. Il en va de même pour le décor, inséparable de la structure. L’exemple de la restauration du plafond de la Diana de Montbrison doit continuer à nous alerter. Elle a été réalisée au XXe siècle avec des matériaux semblables à ceux du XIIIe siècle. C’est un travail remarquable. Trop, en fait. L’intention était louable, à n’en pas douter. Mais on ne sait plus aujourd’hui distinguer l’original des parties repeintes. Or, avec le temps, les métaux et les couleurs s’étaient altérés et modifiés. Par exemple, comme l’argent, le vert a pu virer au noir. Un fond d’écu de sable ne désigne pas le personnage qui a choisi de poser ses meubles sur un fond de sinople, et inversement. Au-delà de l’identité de la personne, c’est l’univers social et culturel dans lequel il vit qui est déformé et faussé.

12Les étudiants et le public ont partagé ces soucis et se sont nourris des connaissances apportées par les spécialistes qui ont répondu à l’attente des organisateurs de la rencontre. Ils ont été aussi nombreux qu’attentifs à écouter les communications, à suivre les débats et à y prendre une part active. Car, à l’opportunité des découvertes, répond désormais la demande du public, certes des propriétaires des maisons ayant un caractère historique, mais aussi des sociétés savantes locales, relais indispensables de proximité dans cette politique patrimoniale et de tous les curieux qui plus largement recherchent l’émotion du voyage dans le temps. Enfin, il est particulièrement agréable de souligner la participation active d’élus locaux, départementaux et régionaux, tant au niveau de l’organisation matérielle qu’aux discussions. Leur présence témoigne d’un intérêt croissant face à ce patrimoine dont la fragilité n’a d’égal que la beauté. Insérer un édifice dans la vie d’une collectivité territoriale en le respectant est désormais un véritable enjeu pour eux. Ainsi le point des connaissances et l’état des recherches en cours dans l’aire méridionale ont-il intégré avec bonheur les problèmes de politique et de gestion du patrimoine, dont rend compte cet ouvrage.

13Le colloque a donc amplement atteint le but fixé d’établir un bilan des apports les plus récents, pour tracer ensemble de nouvelles pistes d’investigation au service du patrimoine et du public. La meilleure preuve en est dans le choix d’un vocabulaire qui s’est enrichi et précisé, signe d’une recherche renouvelée et en marche. C’est ainsi que les termes de parclose ou d’ais d’entrevous ont été rejetés pour préférer ceux de buget ou de closoir afin de désigner les panneaux peints inclinés entre les solives d’un plancher. La remarque peut paraître anodine. Elle ne l’est pourtant pas. Toute discipline parvenue à maturité se reconnaît dans un vocabulaire qui lui est propre, dès lors que tous les membres de la communauté scientifique en partagent l’usage.

14Parole de « xylophile » !

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540