Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

Un discours polémique sur la politique linguistique en Catalogne : La hipòtesi de la independència, d’Albert Branchadell

Christian Lagarde

Texte intégral

1Je vais prendre ici le risque de formuler un jugement qui pourra sembler empreint de subjectivité en considérant, outre le Foro Babel (1997-1998 ; cf. Santamaría, 1999) qui est une démarche collective, les écrits de deux auteurs, Joan Lluís Marfany d’une part, et Albert Branchadell d’autre part, comme des jalons critiques substantiels – et discutables, parce que polémiques – vis-à-vis du déploiement, à partir de la conception d’une identité catalane basée sur la langue, caractéristique de la période pujolienne (1980-2003), d’une politique de « normalisation » depuis la Direcció General de Política Lingüística de la Generalitat Catalunya. La question est en effet de savoir ce que les pouvoirs publics autonomes catalans se sont véritablement fixé comme objectif, en d’autres termes si l’idéal visé est ou non de parvenir à une société monolingue catalanophone. Avec La cultura del catalanisme, Marfany avait démonté en 1995, documentation à l’appui, le socle identitaire du nationalisme catalan tel qu’il s’est forgé au cours du xixe siècle (Marfany, 1995), et tel qu’il a pu par exemple être mis en scène en 1993 par l’exposition « Símbols de Catalunya » (cf. Lagarde, 2008 a : 79-82), en démontrant, à la suite de Hobsbawm, que la « tradition » qui s’y incarne est « inventée » (Hobsbawm, [1983] 1988), tressée à partir d’éléments hétéroclites. L’historien catalan, qui exerce à l’université de Liverpool, récidive en 2001 avec la publication de La llengua maltractada où – quoique « fic[ant-se] allà on no [el] demanen » (Marfany, 2001 : 9) –, il met en cause « la "normalitat" a la que voldrien tornar els "normalitzadors" » comme une réécriture purificatrice et essentialiste de l’histoire sociolinguistique de la Catalogne qu’il compare rien moins qu’à « una operació de "neteja ètnica" retrospectiva » (86).

2De son côté, Albert Branchadell, considéré comme « polemista brillant » en tant que « un dels crítics més lúcids i ben informats de la realitat sociolingüística del país » (selon la 4e de couverture de son ouvrage de 2001), a consacré trois essais à la question de la normalisation linguistique en Catalogne. En 1996, avec La normalitat improbable (Branchadell, 1996), il avise l’opinion publique et la classe politique catalanes des faibles chances que lui paraît avoir la normalisation de parvenir à ses fins – si celle-ci consiste à reléguer le castillan au second plan, dans toutes les fonctions sociales de la langue. L’année suivante, avec Liberalisme i normalització lingüística (Branchadell, 1997), il s’attaque au paradoxe que constitue selon lui, d’une part l’acceptation d’un modèle économique et social libéral et d’autre part l’adoption du concept juridique de « llengua pròpia » en tant que forme d’imposition du catalan, entre autres dans l’éducation. En 2001, avec La hipòtesi de la independència (Branchadell, 2001), Albert Branchadell « alerta del perill de supeditar la normalitat a la sobirania », c’est-à-dire de voir dans l’indépendance de la Catalogne le seul et unique moyen de parvenir à la pleine et entière normalisation linguistique du catalan.

3La bibliographie critique sur le thème de la langue est abondante en Catalogne – à la mesure de l’importance accordée de manière récurrente depuis plus d’un siècle et demi au catalan comme « fait différentiel » par excellence de ce territoire (Lagarde, 2008b). Or, dans le cas de ces deux auteurs, le « coup » ne vient pas de l’adversaire espagnoliste, mais précisément de l’intérieur même du catalanisme. Branchadell « no escriu des de la militància càndida pròpia de molts sobiranistes ni des de la talaia escèptica, cínica o resignada de l’intel·lectual postmodern ». Il ne serait donc ni un porte parole de plus du « discours autorisé » ou « légitime », comme dirait Bourdieu, ni un dénigreur blasé voire indifférent à son objet d’étude. Branchadell dérange aussi bien les espagnolistes que les nationalistes, et ici, plus particulièrement les indépendantistes catalans, chacun étant en situation de lui reprocher d’être du bord opposé. Branchadell est à la fois au milieu et ailleurs et les instruments chirurgicaux qui ornent la couverture de La hipòtesi de la independència semblent inciter le lecteur à y voir un constat clinique et pourquoi pas l’autopsie du sujet traité. Le paradoxe est donc que, contrairement à de nombreux écrits polémiques guidés par une subjectivité plus ou moins exaltée – par exemple, du côté catalan, le Jo no sóc espanyol, de Víctor Alexandre (1999 ; 2001) ou du côté espagnol, les écrits de Gregorio Salvador (1987) ou de son disciple Juan Ramón Lodares (1999 ; 2002 ; 2006 ; Lagarde, 2007), pour ne pas dire les chroniques radiophoniques incendiaires de Jiménez Losantos ( Jiménez Losantos 1995 en étant le préalable) – avec Branchadell, la polémique naît sur la base d’une démonstration froide aux lourdeurs parfois académiques. C’est ce que je vais tenter de montrer à partir du texte. Je ne chercherai pas tant à juger de la validité des arguments et donc de la position de Branchadell, qu’à mettre en évidence les éléments qui permettent ou non de rendre crédible son discours, d’emporter l’adhésion de son lecteur par la rationalité et non par l’émotion et la subjectivité qui prévaut dans la « littérature » que je viens de mentionner.

1. DE L’ART DE TRAITER UN THÈME POLÉMIQUE

4La ligne politique de Jordi Pujol et de Convergència i Unió, qui a marqué cette longue période de démocratie recouvrée a fait de la langue catalane l’élément principal du « fait différentiel » catalan. Elle s’est illustrée aussi bien par la défense opiniâtre des intérêts majoritaires de la Catalogne (ou plus précisément de cette Catalogne extra-métropolitaine, viscéralement attachée à sa langue et à sa culture, au travail et à l’épargne) que sur un discours affirmant l’existence d’une « nation [catalane] sans état » assise sur le « fait différentiel ». Nous avons affaire en l’espèce à un double discours typique du pujolisme, flottant entre les prurits d’indépendance et le respect du pacte de 1978 avec l’Espagne en tant qu’« État des autonomies ». La note 3 de l’introduction fait mention d’un nombre conséquent de citations émanant de Pujol ou de dirigeants de CiU se défendant d’être indépendantistes (p. 8-9). Rétroactivement, on loue aujourd’hui Pujol pour son habileté manœuvrière mais on le blâme d’avoir conduit les Catalans dans le « comme si... » (Puigverd, 2006), c’est-à-dire dans l’illusion d’une quasi indépendance que les âpres négociations puis les coupes sombres madrilènes du nouveau Statut d’autonomie – 2005 pour la version votée par le Parlament, 2006 pour la version définitive adoptée par les Cortes generales (IEA, 2006 ; Burban, Lagarde, 2008) – ont mise particulièrement en évidence plus récemment.

5La hipòtesi de la independència – achevé d’imprimer à la date symbolique du 11 septembre, fête nationale catalane, et qui plus est, pure coïncidence, en 2001 – est précisément une réflexion qui, objectivement, anticipe cette phase de renégociation du Statut, antérieure aussi à la fin de l’ère Pujol et de la domination de CiU sur la politique catalane fin 2003. Albert Branchadell, sur la base de la thèse exposée par Bernat Joan (1994 : 42), qui considère « ingenu o malintencionat suposar que sense la independència i l’establiment del català com a única llengua nacional es podrà assolir la normalització », y pousse le raisonnement du « comme si » en matière de normalisation linguistique : que se passerait-il si la Catalogne accédait à l’indépendance, c’est-à-dire une fois levés en principe les obstacles que lui oppose de longue date à travers son inclusion – y compris dans le cadre d’une large autonomie – l’État espagnol ? Branchadell définit son propos comme celui de croiser deux problématiques, celle d’une éventuelle accession de la Catalogne à l’indépendance (p. 7-10), et celle de la réussite de la normalisation linguistique (p. 10), en se demandant si la pleine réalisation de cette dernière (condition nécessaire) est ou non conditionnée par la réalisation de la première (condition suffisante). L’auteur dévoile assez vite ses conclusions (p. 16) selon deux formulations successives :

On ne voit pas clairement jusqu’à quel point l’indépendance de la Catalogne offrira des conditions pour la normalisation du catalan meilleures que celles qu’offre la Catalogne autonome actuelle. [Et] L’indépendance de la Catalogne non seulement n’est pas une condition nécessaire à la normalisation du catalan, mais pourrait en venir à constituer un obstacle sérieux à son accomplissement définitif.

6Le plan de l’ouvrage de 226 p. de texte, outre une introduction et un épilogue, s’articule autour de 6 chapitres. Le premier est présentatif de l’hypothèse de l’indépendance ; le deuxième entend démontrer qu’elles est « fausse » au regard de l’exemple d’autres territoires et en raison des caractéristiques de la démographie catalane ; les deux suivants la qualifient de « perverse », le chap. 3, de manière externe, au motif que « la sécession n’est pas possible », le chap. 4, de manière interne, parce qu’elle « n’est pas souhaitée » ; les deux derniers se placent dans la prospective en imaginant « la politique linguistique de l’état catalan indépendant », tout d’abord du point de vue des principes et des conditions de la « reconnaissance de la minorité castillanophone » (chap. 5), puis de ses conséquences (chap. 6). Avant même d’examiner plus en détail les contenus, apparaît de manière manifeste à ce simple survol synoptique la volonté de l’auteur de produire une argumentation solidement charpentée et documentée, ce qui est parfaitement légitime puisque Branchadell est conscient d’aller à l’encontre d’une opinion largement répandue. Que faut-il penser de son « no cal ofendre el lector fent explícit que no es tracta d’una crítica que es fonamenti en l’antisecessionisme previ de l’autor » (p. 11) ? : allant à contre-courant, il lui faut se donner les moyens de convaincre ; employant dans un premier temps un discours de dénégation (fausse, perverse, impossible, non souhaitée), il lui faut ensuite prouver – en quelque sorte par l’absurde – l’inopportunité de la voie de l’indépendance en vue d’assurer un meilleur avenir au catalan.

7Un autre élément remarquable de la rédaction de La hipòtesi de la independència est la forte concaténation du discours argumentatif, d’une part à l’intérieur même de chaque chapitre, entre une brève introduction (3/4 de p. à 1 p.½ ) axée sur la problématisation (par ex. chap. 1 : « La finalitat d’aquest capítol és... ») et une conclusion partielle (de 1 à 2 p.) – dans ce même chap. 1 : « En aquest capítol hem començat de presentar... » ; d’autre part, d’un chapitre à l’autre, toujours de manière prospective, sur le mode de la transition (toujours chap. 1 : « Com hem anunciat a la introducció, dedicarem els tres capítols següents a... »). La dynamique argumentative s’en trouve ainsi soulignée et soutient le parcours de lecture du destinataire de l’essai. La récurrence du procédé et le soin formel qui y est apporté, qui facilitent le repérage, n’en constituent pas moins un recours pesant, qui trahit la rigueur que s’impose le discours universitaire.

8Universitaire, Branchadell l’est, c’est indubitable, de par sa formation et sa profession, et il reconnaît à son essai « un aire inevitablement acadèmic » (11). Il lui a en effet été sans doute plus aisé de se couler dans ce moule rhétorique acquis, reproduit et transmis, que d’en adopter ou d’en créer un autre, mais n’entendait-il pas par là se démarquer le plus nettement possible du discours polémique frappé au coin de l’émotionnel et de la subjectivité qui caractérise nombre d’essais publiés – en castillan ou dans une autre « langue espagnole » (pour reprendre les termes de l’art. 3 de la Constitution) – en Espagne, singulièrement sur la/les langue(s) ? La rigueur, même pesante, du moule formel, est alors censée accréditer la rigueur argumentative et au delà, la justesse du point de vue exprimé capable d’emporter l’adhésion : En outre, importe ici l’adéquation des moyens mis en œuvre et du public cible, en somme le « pacte de lecture » : qui lit (lira, a lu) La hipòtesi de la independència, si ce n’est le lecteur catalan cultivé, intéressé par les questions linguistiques et politiques, que ne rebuteront pas plus de 200 p. d’un exposé serré ? Ce public-là partage avec l’auteur un même niveau de formation ; il appréciera la rigueur du discours et saura passer outre les redondances formelles pour mieux s’attacher au fond.

9Autre trait caractéristique de l’écriture d’Albert Branchadell : la documentation qu’il met à contribution dans son analyse. En témoigne une bibliographie conséquente, qui, s’agissant de politique linguistique, associe aux ouvrages de linguistique et de sociolinguistique, d’autres relevant des sciences politiques et du droit. En bon universitaire, Branchadell tente de se garantir au maximum des effets pervers de l’impressionnisme et du subjectivisme en comparant et contrastant des données statistiques abondantes et d’origines variées ; il veille à se prémunir contre la tentation du vase clos en faisant référence et en citant, souvent dans leur langue originale, des textes issus de contextes géopolitiques différents. Ces précautions confèrent ainsi à son propos une plus grande crédibilité.

2. « INDÉPENDANCE »ET « NORMALISATION » : UN ÉTAT DES LIEUX

10Je m’attarderai sur le premier chapitre, dont le titre reprend mot pour mot celui de l’essai dans son ensemble, qui est une brève et efficace synthèse des positions exprimées sur le sujet au cours de deux décennies, entre 1979 et 1998. Fin 1979, presque un an après la promulgation du Statut d’autonomie, un ensemble de contributeurs de la revue Els Marges réunis autour de Joan A. Argenter, s’interrogeaient dans un article intitulé « Una nació sense Estat, un poble sense llengua ? », pour conclure « com ha de ser possible [...] d’aconseguir que perduri i es desenvolupi la llengua [...] d’una nació mancada d’Estat ? » (Argenter, 1979). Peu de temps après, un article collectif de la revue Nous Horitzons leur répliquait que le Statut d’autonomie « conté les línies generals d’una política lingüística democràtica per a la plena normalització del català » (López del Castillo, 1980). 1998 correspond à la date de publication de l’essai Un espai per a una llengua de Bernat Joan ( Joan, 1998), où il reprend les arguments déjà cités avancés dans sa thèse.

11Branchadell renvoie à quelque 24 titres d’ouvrages et d’articles significatifs du débat durant la période mentionnée, preuve qu’il suscite de manière presque continue l’intérêt. Par ailleurs, leur langue de rédaction (exception faite d’un article du québécois Jacques Maurais publié en catalan) démontre qu’il est de nature interne à la Catalogne, au mieux aux Pays Catalans. Un autre élément de constat va dans le même sens : la définition, particulière à la sociolinguistique catalane, de « normalisation linguistique » semble aller de soi, sans nécessité d’explicitation. Or, ce concept n’est pas neutre dans le débat, puisqu’il pose de manière tranchée l’alternative du contact –considéré nécessairement conflictuel sur la base des écrits d’Aracil ([1965] 1982) – soit comme débouchant sur la « normalisation » de la langue minorée, soit sur sa « substitution » par la langue dominante. Et l’on sait bien les critiques faites à un tel modèle par les sociolinguistes d’autres terrains (suisses et anglo-saxons), plus enclins à prêter l’attention aux pratiques et aux représentations bilingues sous la forme d’échanges interindividuels, c’est-à-dire d’interactions verbales qui passent par la reconnaissance de l’autre à travers la négociation qui constitue une possibilité de convergence. Dans le débat qui nous occupe, il y aurait donc, sous-jacent et informulé, un consensus théorique en faveur du modèle conflictuel, qui conditionne les points de vue.

12Cependant, Branchadell montre dans la deuxième partie du chapitre, que le concept de normalisation n’est pas aussi universel qu’il pourrait y paraître, tantôt débouchant sur un véritable monolinguisme exclusif du castillan (comme dans la conception que s’en fait Joan Marti), tantôt sur une ouverture assez large aux choix individuels, comme le proposait dans un premier temps (1988) Francesc Vallverdú, interprétation par la suite révisée (1990) en réservant au catalan les usages prioritaires (preferents) dans la sphère publique et plus particulièrement de la part des organismes publics. Branchadell dit adopter la position de Bernat Joan, dans laquelle

la llengua pròpia d’una determinada comunitat lingüística serveix com a vehicle general d’intercomunicació, en el si de la pròpia comunitat lingüística, a tots els nivells (Joan, 1996 : 223, note 126).

13Mais, objectera-t-on, la Catalogne doit-elle être considérée comme une « communauté » linguistique ou, précisément comme une société en hébergeant plusieurs, à tout le moins deux ?... C’est apparemment sur la base du faux consensus sur la « normalisation linguistique » que les prises de position concernant la nécessité de l’indépendance divergent. À moins que ce ne soit plutôt l’inverse, c’est-à-dire que le présupposé indépendantiste ou autonomiste ne vienne informer le contenu accordé à la normalisation...

14Voyons pour l’instant les positionnements par rapport à l’indépendance. D’un côté se trouvent les partisans d’un indépendantisme clairement affiché, que ce soit par les participants à la Convenció per la Independència Nacional, comme Carles Bonet, qui écrit en 1997 : « Si volem culminar el procés de normalització lingüística [...] està clar que necessitem un Estat » (Bonet, 1997) ou du Congrés de Cultura Catalana, comme Ramon Vila-Abadal, qui déclare la même année que

el nostre problema no és de nombre, sinó de manca d’una estructura de poder i d’administració específica, això és, d’un estat, en qualsevol de les modalitats possibles (Vila-Abadal, 1997).

15Dans l’autre camp se trouvent ceux qui, comme Francesc Vallverdú, voient dans l’autonomie au sein de l’Espagne, qui « no és un fre per la normalització, sinó el contrari » un espace suffisant et estiment que, à la condition que le principe de territorialité prime sur celui de personnalité, « la independència política, per ella sola, no és cap garantia per a una eficaç normalització lingüística ». Ou bien ceux qui, comme Aina Moll, ont foi dans l’intégration européenne où, espère-t-elle, « les fronteres estatals siguin progressivament afeblides » (Moll, 1991 : 6).

16Mais il y a surtout, selon Branchadell, des positions intermédiaires dans lesquelles le positionnement en faveur de l’indépendance est modalisé, comme déjà dans l’article cité de Els Marges, de 1979 (l’indépendance étant « una possibilitat històrica viable », ou dans un article de 1984 du même Joan A. Argenter, ou encore dans l’ouvrage co-signé par Prats, Rafanell et Rossich, de 1990, intitulé El futur de la llengua catalana, qui avait en son temps fait rebondir la polémique, et où Branchadell dit ne pas voir la ligne indépendantiste. Il y a certes une différence de modalité entre une phrase citée du trio gironí : le catalan « ha de ser la marca d’un desig [...] de sobirania, amb un programa integrador d’emancipació nacional i de progrés » et celle que leur prêtent Casassas et Termes : « sense independència política seria impossible salvar la llengua » (Casassas, Termes, 1997), mais nous pouvons observer que l’objectif reste cependant le même. Revenons à La hipòtesi de la independència pour dresser le constat que Branchadell se situe, dans l’ensemble, dans la ligne exposée par Vallverdú et dans la critique de celle des indépendantistes, et qu’il ressort de son tour d’horizon 1979-1998 des propositions généralement plutôt vagues quant aux moyens d’accéder à l’indépendance. Pour y parvenir, il faudrait, dit-on, que sbroche

17e dessine une claire majorité de forces indépendantistes au sein du Parlement catalan, que cette ligne soit, ou bien ratifiée par un référendum populaire, ou bien suivie de la proclamation unilatérale de l’indépendance.

3. LES ÉLÉMENTS DE LA RÉFUTATION DE BRANCHADELL

18S’étant positionné, comme nous l’avons vu dès son introduction, Branchadell va dérouler son argumentaire de manière méthodique au cours des 5 chapitres suivants. Le chapitre 2, qui vise à démontrer que l’hypothèse de la nécessité de l’indépendance pour parvenir à la pleine normalisation, est fausse, est bref. Il repose sur deux études de cas en Europe, l’un connu mais assez marginal, l’autre très célèbre. Le premier est celui des îles Åland, disputées entre la Suède et la Finlande, devenues finlandaises en échange d’une large autonomie. Le suédois, par ailleurs langue officielle conjointement avec le suomi en Finlande, y est, depuis les années 1920, langue unique, tant du point de vue des usages officiels que privés, sans que cela ait provoqué soit l’indépendance de l’archipel, soit son intégration à la Suède. Le second est celui, plus délicat, des Flandres et de Bruxelles. Branchadell considère (nous sommes en 2001) que, même si l’indépendance de la Flandre est inéluctable, pour l’heure, la normalisation linguistique a pu s’y opérer sans y recourir. Bruxelles, de plus en plus francophone, échappe à ce processus, et l’organisation administrative belge qui lui réserve un traitement spécifique en prend acte. Branchadell souligne ensuite que les dynamiques démographiques, loin d’être indifférentes, contribuent à la résolution dans un sens ou dans l’autre de la double problématique.

19Ce chapitre 2, même lorsqu’il évoque le cas des États baltes, pèche par sa brièveté. Premièrement, au motif général que comparaison n’est pas raison (les contextes sont toujours singuliers) ; ensuite, plus précisément, parce que les exemples choisis le sont toujours de manière sélective, en tant que susceptibles de corroborer la thèse avancée. Le cas de la République d’Irlande constitue, pour ce qui est de l’Europe, le talon d’Achille fréquemment cité de ce type de raisonnement. L’insularité et la faible population des Åland d’une part, la fragilité grandissante de l’État belge d’autre part, ne constituent pas des preuves irréfutables de la validité de la position – acceptable en soi – de Branchadell, et, sur la base de ces seuls arguments, il n’est pas véritablement démontré que « l’hypothèse de l’indépendance » soit pour autant fausse.

20Autrement plus probants sont les deux chapitres suivants où l’auteur entend montrer qu’une telle hypothèse est perverse, d’abord parce que non réalisable ni « moralement permissible », puis parce que non souhaitée. Le chapitre 3 suppose un infléchissement important de la visée argumentative. Le recours qui y est fait à des positionnements théoriques extra-catalans vise à faire de la distance contextuelle et culturelle un élément d’universalisation du point de vue et par voie de conséquence de distance critique par rapport à l’implication et aux biais que suppose la qualité d’analyste natif – tout le contraire du débat catalano-catalan présenté au premier chapitre. Le recours aux modèles théoriques externes correspond bien à une volonté d’objectivation de l’analyse de la part de l’essayiste. Il en appelle tout d’abord à la réflexion du politologue canadien Stéphane Dion au sujet du souverainisme québécois, selon laquelle, dans des démocraties dites « bien établies », il ne peut y avoir de volonté sécessionniste que basée sur la peur du vivre ensemble et la confiance dans un bénéfice résultant de la sécession. Appliquée à la Catalogne, la grille d’analyse de Dion, pensée en fonction du cas du souverainisme québécois, révèle selon Branchadell que « ni la unió amb la resta d’Espanya inspira por ni la secessió inspira realment confiança », et du coup, que l’option indépendantiste catalane s’en trouve fragilisée.

21Branchadell s’outille ensuite chez le théoricien de la sécession Buchanan, qui distingue le « droit de réparation » destiné aux groupes ayant subi des injustices, du « droit primaire », lui-même scindé en « droit d’adscription », s’appliquant chaque fois qu’il y a conscience collective en tant que peuple ou nation, et « droit d’association », sur une base non motivée par ces critères. Branchadell récuse l’idée de la « réparation » en écartant l’application à la Catalogne de la notion de génocide ou de violation des droits de l’homme fondamentaux perpétrés par l’État espagnol, de même que l’idée d’une occupation injuste du territoire par celui-ci (au motif que la Catalogne n’a jamais été au cours de son histoire un état juridiquement indépendant). Un autre argument exigeant réparation serait que la culture soit réellement menacée. Branchadell s’emploie par la suite à démontrer que le catalan – du moins en Catalogne – n’est pas en danger de disparition ; que « non seulement il ne recule pas mais qu’il est expansion » ; qu’il en est de même des « indicateurs de vitalité linguistique subjective en Catalogne et de la perception que l’on a du catalan à l’échelle internationale ».

22La démonstration est crédibilisée dans la mesure où elle est faite à partir de données statistiques recueillies par 7 sources différentes et d’obédience différente (officielles catalanes, officielles d’État ou privées) au cours de la période 1986 (année des premiers recensements incluant des données sociolinguistiques) et 1998 (dernières données disponibles au moment de la rédaction de l’ouvrage). Branchadell conclut que tous les indicateurs sont positifs, tout en reconnaissant que la comparaison des enquêtes du CIS de 1993 et 1998 y apporte un bémol. À la question de savoir si au cours des 10 dernières années le catalan a été davantage, autant ou moins parlé, les « plus » sont à 70 % en 1993 et 55 % en 1998 ; les « autant », respectivement, 23 % et 34 % ; les « moins », 3 % et 7 %. À la même question, mais cette fois prospective, pour les 10 années à venir, les « plus » sont de 72 % en 1993 et 57 % en 1998 ; les « autant », respectivement, de 17 % et 24 % ; les « moins », de 2 % et 6 %. Même si l’auteur a raison de souligner le faible niveau des valeurs négatives, il n’en demeure pas moins que la baisse significative des opinions positives se fait au profit d’un équilibre ou d’une diminution.

23Le chapitre 4, destiné à démontrer lui aussi la supposée « perversité » de « l’hypothèse de l’indépendance », s’intéresse aux souhaits exprimés par les Catalans à cet égard. Après avoir brièvement rappelé que la tradition indépendantiste catalane s’inscrit dans la voie du « faute de mieux » imposé par les carences et incuries du système politique espagnol, tradition qu’il voit se perpétuer aussi bien à CDC et chez Pujol que chez des auteurs récents, Albert Branchadell examine des données chiffrées, en l’occurrence les résultats électoraux obtenus par les formations indépendantistes, soit aux élections générales espagnoles (entre 1977 et 2000), soit aux élections « autonomiques » catalanes (entre 1980 et 1999). ERC et des formations représentées épisodiquement oscillent entre 2,7 et 5,7 % aux élections générales (pour 0 ou 1 siège) et entre 5,6 et 11 % aux élections catalanes (pour 5 à 14 sièges). Tant en voix qu’en sièges, avec des scores irréguliers d’une consultation à l’autre, l’indépendantisme apparaît donc marginalement représenté politiquement. Branchadell avance que cette caractéristique peut ne pas correspondre à la représentation sociologique, raison pour laquelle il met à contribution différentes enquêtes d’opinion.

24Avant même d’analyser les données, d’un point de vue méthodologique, il met l’accent sur l’équivoque terminologique entre « autodétermination » et « indépendance », en tant que source d’erreur au moment du recueil des données puis de leur interprétation. Concernant la « préférence quant à l’organisation politique de l’État » entre 1976 et 1996, l’option centraliste baisse régulièrement (de 33 à 7 %), l’autonomiste et la fédérale regroupées oscillent entre 60 % et 70 %, l’indépendantiste, irrégulière, se renforce de 2 à 21 %, dans un mouvement inverse de celle du centralisme. Ensuite, Branchadell passe en revue les résultats de 7 enquêtes réalisées entre 1988 et 1999. L’option indépendantiste atteint des niveaux irréguliers, les points hauts étant 1988 (39,8 %, 44,5 %) et 1996 (34 %), le point le plus bas,1992 (10 %). Les enquêtes réalisées par l’IPCS entre 1991 et 1998 traduisent une plus grande stabilité des opinions, que ce soit quant au statut politique par rapport à l’Espagne (indépendance, entre 16 et 23 %), ou dans l’accord avec la perspective de l’indépendance (entre 31 et 36 %). Par ailleurs, l’« identification nationale subjective » strictement catalane et double, avec prépondérance catalane, ajoutées, varie selon les enquêtes et les années (entre 1984 et 2001) entre 30 et 40 %. Enfin, la définition de la Catalogne comme « région » l’emporte sur celle de « nation » (de 34 à 38 % pour cette dernière, entre 1996 et 2001), et seul le tiers des citoyens préférerait avoir un passeport catalan. L’ensemble de ces données permet à Branchadell d’affirmer que l’indépendantisme, quoique vivace et récurrent, est toujours minoritaire dans l’opinion, et que, par voie de conséquence, ni une majorité parlementaire ni une majorité à un référendum populaire ne sont susceptibles de se dégager et d’ouvrir la voie à une indépendance démocratiquement validée.

4. LES ÉLÉMENTS DE LA SUPPOSITION

25Notre auteur se place aux chapitres 5 et 6 dans l’hypothèse où, la démonstration probante qu’il vient de réaliser ne se produisant pas, la Catalogne s’engagerait dans la voie de l’indépendance. Que changerait pareille évolution, dans la mesure où le nouvel État catalan se trouverait en principe chargé d’assurer ses droits à sa minorité castillanophone ? Ces deux chapitres me paraissent constituer l’apport le plus original de Branchadell à la thématique analysée. En effet, sa formation de politologue vient ici en renfort de celle de sociolinguiste pour faire intervenir un ensemble de références (ouvrages théoriques, documents de travail émanant d’organismes internationaux tels que l’ONU ou l’OSCE) qui sont autant d’éléments de réflexion et d’objectivation à partir de la situation fictive donnée pour réalisée. De la lecture de plusieurs spécialistes, Branchadell dégage que la « minorité » suppose l’existence d’un groupe minoritaire en nombre, présentant des caractéristiques distinctives, ayant la citoyenneté du pays, en position de dominé et désireux de sauvegarder ses traits identitaires. Au vu des textes internationaux invoqués, la question épineuse de l’historicité des droits, liée à l’ancienneté de la présence du groupe sur le territoire, est en revanche déclarée sans objet, et même une « croyance » et non pas un droit. Après avoir posé les éléments théoriques nécessaires, l’auteur en vient à l’étude de cas. Branchadell démontre à partir de là sur la base des enquêtes disponibles, que les castillanophones d’un État catalan à venir rempliraient tous les critères pour être reconnus non seulement comme minorité linguistique mais comme minorité nationale, et obtenir les bénéfices et protections liés à un tel statut.

26La reconnaissance de ces droits serait, selon Branchadell, la meilleure garantie contre l’exode des populations minoritaires, marginalisées par un usage exclusif et imposé de la langue majoritaire devenue nationale. L’auteur cite à cet égard le cas des minorités russes dans les républiques d’Asie centrale. Par ailleurs, le sécessionnisme couronné de succès peut avoir un effet d’engrenage et encourager la même attitude de la part des minorités et il serait alors moralement mal venu que le groupe majoritaire refuse à ces groupes ce qu’il aurait revendiqué puis obtenu pour lui-même. Enfin, à partir de l’exemple de la Lettonie, Branchadell met en évidence le danger de boycott de la part de l’État devenu voisin, surtout lorsqu’il est puissant.

27Le chapitre 6 envisage les conséquences de la reconnaissance. La méthode employée par Branchadell est ici celle de la citation d’extraits de textes portant, au niveau mondial, reconnaissance par les instances internationales telles que l’ONU et l’UNESCO, des droits de l’homme et de l’enfant. Ces droits, on le voit, sont avant tout individuels mais ils ne manquent pas de lier l’individu à son groupe d’appartenance, et mettent l’accent sur le droit à l’éducation, que ce soit à sa culture, à sa religion ou à sa langue. Au niveau européen, malgré le caractère vague et non contraignant de la plupart des textes émanant du Conseil de l’Europe ou de l’OSCE, les droits à recevoir un enseignement de sa langue et dans sa langue sont mentionnés. Il existe donc un arsenal juridique susceptible de devenir la base d’une revendication fondée des droits des minorités. Branchadell montre, si besoin était, que la communauté castillanophone, aidée par des groupes d’intellectuels tels que le Foro Babel (1997-1998), se trouve ainsi en situation de manifester de manière récurrente et légitime pour faire valoir ces droits. D’autant qu’il faut selon lui prêter attention aux risques de partition de la société du nouvel État : au moment où est écrit l’essai, les partisans de l’indépendance sont avant tout des catalanophones (57 % pour, 29 % contre) et non des castillanophones (16 % pour, 72 % contre). Or, pour parvenir à un niveau d’adhésion général à l’indépendance, il est indispensable que les populations castillanophones y trouvent un intérêt, d’où la nécessité de leur accorder des concessions supérieures à celles dont elles jouissent dans le cadre en vigueur de l’autonomie. Et, suprême habileté, ce n’est pas Branchadell qui le dit, mais plusieurs leaders indépendantistes (comme Colom ou Carod Rovira) qu’il cite. La boucle est alors bouclée : quel serait, en terme de normalisation linguistique du catalan, les gains à escompter du passage de l’autonomie à l’indépendance ?

CONCLUSION

28Avec La hipòtesi de la independència, on voit comment Albert Branchadell se livre à une démonstration, me semble-t-il rigoureuse et habile, susceptible d’accréditer l’idée selon laquelle une autonomie consolidée est plus favorable à la pleine normalisation du catalan que ne le serait une indépendance envisagée d’un point de vue démocratique – et non autoritaire – c’est-à-dire devant faire toute sa place aux droits de la minorité castillanophone. Branchadell use pour cela d’un discours méthodiquement construit autour d’un argumentaire dont l’explicitation sombre davantage dans la lourdeur que dans l’escamotage. Il crédibilise son point de vue en l’asseyant aussi bien sur le débat interne à la Catalogne que sur des apports théoriques externes à vocation universelle et des dispositions juridiques, émanant d’organismes internationaux, mondiaux et européens, dont l’élaboration repose sur de larges consensus autour des droits de l’homme. A-t-il raison ou tort ? À chacun son opinion, et tel n’était pas le but visé ici... En tout cas, le retentissement de son essai au moment de sa publication, témoigne du fait que son intention polémique servie par la rigueur universitaire plutôt que par l’emphase pamphlétaire, a constitué un choix stratégique efficace. Son discours, construit sur la confrontation d’autres discours, différents et contradictoires, s’est donc révélé une arme puissante pour propager son point de vue au sein de la société catalane, y porter le débat contradictoire et la contraindre à la réflexion. En cela, il est véritablement un acte de langage, dans toute sa dimension performative.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alexandre, Víctor (1999), Jo no sóc espanyol, Barcelona, Proa.

Alexandre, Víctor (2001), Despullant Espanya, Barcelona, Proa.

Argenter, Joan A. et al. (1979), « Una nació sense estat, un poble sense llengua », Els Marges, 15, p. 3-13.

Bonet, Carles (1997), La falsa ruta. Una crítica independentista, Barcelona, Flor del Vent.

Branchadell, Albert (1996), La normalitat improbable, Barcelona, Empúries.

Branchadell, Albert (1997), Liberalisme i normalització lingüística, Barcelona, Empúries.

Branchadell, Albert (2001), La hipòtesi de la independència, Barcelona, Empúries.

Burban, Chrystelle, Lagarde, Christian (2008), « Le nouveau Statut : les limites de l’autonomie catalane et l’état de la démocratie » in Lagarde, Christian éd., Les défis de la Catalogne au tournant du siècle (1996-2006), Marges 30, Perpignan, PUP - CRILAUP, p. 169-210.

Casassas, Jordi, Termes, Josep (1997), El futur del catalanisme, Barcelona, Proa.

Hobsbawm, Eric ([1983] 1988), « L’invent de la tradició » in Hobsbawm, Eric, Ranger, Terence eds., L’invent de la tradició, Vic, Eumo, p. 13-25.

Institut d’Estudis Autonòmics (2006), La distribució de les competències en el nou estatut : seminari, Barcelona 4 d’octubre de 2006, IEA, 52.

Jiménez Losantos, Federico (1995), Lo que queda de España, Madrid, Temas de hoy.

Joan, Bernat (1994), La llengua i el Leviathan, Vilassar de Mar, Oikos-Tau.

Joan, Bernat (1996), Les normalitzacions reeixides, Vilassar de Mar, Oikos-Tau.

Joan, Bernat (1998), Un espai per la llengua, València, 3 i 4.

Lagarde, Christian (2007), « Un argumentaire castillanocentriste tendancieux : El paraíso políglota, de Juan Ramón Lodares », in Boix Christian (dir.), Argumentation, manipulation, persuasion, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 157-174.

Lagarde, Christian (2008a), Identité, langue et nation, Perpignan, Trabucaire.

Lagarde, Christian (2008b), « Le "fait différentiel". Représentations croisées Catalogne-Espagne » in Lagarde, Christian éd., Les défis de la Catalogne au tournant du siècle (1996-2006), Marges 30, Perpignan, PUP - CRILAUP, p. 29-60.

Lodares, Juan Ramón (1999), El paraíso políglota, Madrid, Taurus.

Lodares, Juan Ramón (2002), Lengua y patria, Madrid, Taurus.

Lodares, Juan Ramón (2006), « Un diagnóstico sociolingüístico de España », in Castillo Lluch, Mónica, Kabatek, Johannes, eds. (2006), Las lenguas de España. Política lingüística, sociología del lenguaje e ideología desde la Transición hasta la actualidad, Madrid / Frankfurt-am-Main, Iberoamericana / Vervuert, p. 19-32.

López del Castillo, Lluís, Martí i Castell, Joan, Vallverdú, Francesc, Viaplana, Joaquim (1980), « Resposta a Els Marges », Nous Horitzons, 61, p. 9-12.

Marfany, Joan Lluís (1995), La cultura del catalanisme, Barcelona, Empúries.

Marfany, Joan Lluís (2001), La llengua maltractada, Barcelona, Empúries.

Moll, Aina (1989), « Llengua i nació » in El nacionalisme català a la fi del segle xx. II Jornades, Barcelona Edicions 62 / La Magrana.

Moll, Aina (1991), « La normalització lingüística i el recobrament de la identitat nacional », Revista de Catalunya, 49, p. 3-8.

Prats, Modest, Rafanell, August, Rossich, Albert (1990), El futur de la llengua catalana, Barcelona, Empúries.

Puigvert, Antoni (2006), « Els deus abandonen el lloc », in Llu, La rectificació, Barcelona, Destino, p. 13-66.

Salvador, Gregorio (1987), Lengua española y lenguas de España, Barcelona, Ariel.

Santamaría, Antonio, ed. (1999), Foro Babel. El nacionalismo y las lenguas en Cataluña, Barcelona, Altera.

Vallverdú, Francesc (1990), L’ús del català : un futur controvertit, Barcelona, Edicions 62.

Vallverdú, Francesc (1998), Velles i noves qüestions sociolingüístiques, Barcelona, Edicions 62.

Vila-Abadal, Ramon (1997), Com és que sóc separatista, Barcelona, Columna.

Auteur

Christian LAGARDE - christianlagarde@orange.fr -, membre du CRILAUP, est professeur à l’Université de Perpignan Via Domitia où il enseigne la linguistique et sociolinguistique espagnoles. Ses recherches portent sur l’immigration espagnole en France, le bilinguisme individuel, les politiques linguistiques, les identités, les nationalismes et les écritures « bilingues », principalement sur les terrains catalan, occitan, hispanophones et francophones. Outre de nombreux articles, il a entre autre publié : Le parler « melandjao » (1996), Des écritures « bilingues » (2001), Identité, langue et nation (2008), co-dirigé L’Espagne et ses langues (2002) et Le catalan au nord des Pyrénées (2002), édité Écrire en situation bilingue (2004) et Les défis de la Catalogne au tournant du siècle (2008).

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540