Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books Presses universitaires de Perpignan Études Exils Du rêve à l’« exil » : les Britan...

Exils

 | 
Hyacinthe Carrera

Du rêve à l’« exil » : les Britanniques en France et en Espagne des années 1960 à nos jours

Pauline Tee Anderson

Texto completo

  • 1 Chantal Bordes-Benayoun, « L’exil, figure littéraire, figure sociologique » (Introduction au chapit (...)

1Emigrés, réfugiés, expatriés, errants, expulsés, nomades, bannis, relégués, exclus, déracinés cette liste d’épithètes, utilisées dans des contextes juridiques, administratifs ou littéraires pour faire référence aux personnes qui quittent leur lieu de résidence afin de s’installer ailleurs, reflète bien la diversité des circonstances qui mènent à ce résultat. En outre, la liste « en dit long sur l’infinie capacité humaine à jeter des peuples sur les routes à la recherche d’un sort meilleur1 ». Alors que certains de ces termes rendent compte de la situation dramatique dans laquelle se trouve une grande partie de ces personnes, et notamment les exilés, il est clair que ce sont les plus neutres – émigrés, expatriés – qui s’appliquent aux Britanniques qui décident de se jeter sur les routes (ou dans les avions) dans l’espoir de trouver à l’étranger une meilleure qualité de vie. En effet, il s’agit là du motif principal de leur décision de quitter leur pays, donc de s’exiler en quelque sorte, et de se lancer à la quête de nouveaux horizons.

  • 2 Le Grand Robert de la Langue Française, 2ème édition, 1992, revue et enrichie par Alain Rey.

2Après avoir étudié le contexte général des Britanniques face à l’émigration, nous examinerons le choix de l’Espagne et de la France qui sont leurs deux premières destinations non anglophones, ainsi que les conséquences pour certains de leur installation dans ces deux pays. Dans quelle mesure sont-elles comparables à l’exil, dans le sens de « Obligation de séjourner hors d’un lieu, loin d’une personne qu’on regrette2 » ? L’objectif de notre analyse est d’apporter quelques éléments de réponse à cette question.

Les Britanniques et l’émigration

3Les motifs qui conduisent les Britanniques à émigrer ne leur sont pas forcément particuliers : ils peuvent être économiques, affectifs et/ou familiaux ; la décision dépend également de la réglementation en vigueur dans le pays cible. Dans les cas qui nous intéressent ici, il est clair que l’installation des Britanniques dans ces deux pays a été facilitée par l’adhésion du Royaume-Uni à la CEE en 1973, par celle de l’Espagne en 1986 et par le traité de Maastricht qui, depuis sa mise en application en 1993, permet aux ressortissants de l’UE de résider librement dans les autres pays de l’union. Toutefois, ils n’ont pas attendu ces nouvelles circonstances –nous le verrons plus loin– pour emménager en France et en Espagne.

  • 3 Gildas Simon, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin, 2008, p. 55.
  • 4 – Ce terme est utilisé dans la sociologie américaine des organisations et en particulier par l’écon (...)
  • 5 Ibid., p. 103.

4Les pays développés constituent l’un des quatre types de pays de départ évoqués par le géographe Gildas Simon, les dynamiques de mondialisation conduisant à de nouvelles mobilités internationales à l’intérieur des économies les plus avancées : « [...] le cas du Royaume-Uni est l’un des plus emblématiques de ces migrations complexes3 ». Nous n’avons pas pour ambition d’identifier ici tous les facteurs dont dépend cette question, mais nous tenterons de fournir quelques éclaircissements sur les particularités de l’expatriation des Britanniques qui peuvent être considérés comme de bons candidats à l’émigration. En raison du statut insulaire de leur pays, les voyages ont toujours joué un rôle primordial dans son histoire économique et sociale. Est-il nécessaire de rappeler l’étendue de son Empire de jadis, sur lequel le soleil ne se couchait jamais, ainsi que ses richesses, grâce aux échanges commerciaux avec ses colonies ? Ce statut a sans doute participé à l’une des caractéristiques culturelles des Britanniques : le fait qu’ils soient prêts à se lancer dans l’aventure et à prendre des risques, que ce soit pour des raisons personnelles ou économiques. Ces aspects de la mentalité collective sont confirmés par certaines études concernant les différences culturelles entre les sociétés. Par exemple, selon les travaux de Geert Hofstede et de ses collaborateurs, la Grande-Bretagne fait partie des pays à faible contrôle de l’incertitude4, dimension culturelle qui évalue « le degré de tolérance qu’une culture peut accepter face à l’inquiétude provoquée par des événements futurs », concept qui rappelle la distinction faite par les anthropologues entre les sociétés ouvertes et les sociétés fermées5. Parmi les caractéristiques de ce type de culture, il nous semble utile d’en souligner quatre :

  • L’incertitude inhérente à la vie s’accepte plus facilement ;

  • Le changement ne crée pas d’émotions ;

  • On prend plus de risques personnels ;

    • 6 Ibid. p. 110-112.

    Beaucoup de gens sont prêts à vivre à l’étranger6.

5Il est donc permis de penser que les éléments évoqués donnent aux Britanniques un certain penchant pour l’expatriation qui peut se concrétiser si d’autres circonstances y sont favorables.

  • 7 Dhananjayan Sriskandarajah & Catherine Drew, Brits Abroad. Mapping the Scale and Nature of British (...)

6En effet, l’émigration britannique est frappante par son importance quantitative et son étendue géographique. Selon un rapport publié par l’Institute for Public Policy Research (IPPR) en 2006, environ 5,5 millions de citoyens britanniques seraient installés définitivement à l’étranger, c’est-à-dire 9,2 % de la population du Royaume-Uni ; si l’on y ajoute les quelque 500 000 Britanniques qui partageraient leur temps entre le Royaume-Uni et un autre pays, presque 1 Britannique sur 10 passe au moins une partie de l’année à l’étranger. Les trois-quarts des émigrés britanniques vivraient dans 10 pays (l’Australie, l’Espagne, les Etats-Unis, le Canada, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, la France, l’Allemagne et Chypre) ; plus de 1000 Britanniques seraient installées dans environ 112 pays du monde, et, parmi ces derniers, 41 accueilleraient plus de 10 000 britanniques7.

  • 8 Office of National Statistics (ONS), « Emigration from UK reaches 400,000 in 2006 », National Stati (...)
  • 9 – Philip Johnston, « Emigration soars as Britons desert the UK », www.telegraph.co.uk, 15 novembre (...)

7Il n’est pas exagéré d’affirmer que l’expatriation britannique, ayant pris une ampleur énorme depuis quelques années, est devenue un véritable phénomène de société, point qui est illustré par le fait que le site internet de la plupart des journaux nationaux comporte des rubriques destinés aux « expats ». A titre d’exemple, 207 000 Britanniques auraient quitté le Royaume-Uni en 2006, c’est-à-dire le plus grand nombre enregistré depuis l’introduction en 1991 du système actuel britannique du traitement des statistiques sur la migration internationale8. L’annonce de ce chiffre record, ainsi que la publication du rapport de l’IPPR, a donné lieu à de gros titres alarmistes dans la presse, comme par exemple « Emigration soars as Britons desert the UK » (c’est-à-dire, « L’émigration monte en flèche suite à l’abandon du Royaume-Uni par les Britanniques ») ; cet article indique notamment qu’un citoyen britannique quitterait le pays toutes les trois minutes, que 1, 8 millions seraient partis depuis la prise du pouvoir du parti travailliste de Tony Blair en 1997 et que l’émigration serait au plus haut niveau depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale9.

  • 10 Everett S. Lee, « A theory of migration », Demography, vol. 3, n° 1, 1966, p. 45-47 cité par Hania (...)
  • 11 Christopher Nye, « What’s driving Brits abroad ? », A Place in the Sun, n° 47, novembre 2007, p. 10 (...)
  • 12 A Place in the Sun, n° 47, novembre 2007, p. 25.

8Qu’est-ce qui a provoqué cet exode ? Nous donnerons quelques indications sur cette question mais, alors qu’il existe de nombreuses études sur l’immigration au Royaume-Uni, il en existe peu sur l’émigration de ce pays, point qui est souligné dans le rapport que nous venons de mentionner. Nous évoquerons d’abord les motifs correspondant à l’approche proposée par Everett Lee, selon laquelle la décision de migrer dépend d’éléments beaucoup plus variés que ce que pourraient donner à croire les théories économiques de l’émigration. En effet, le lieu de départ comme le lieu de destination comportent différents facteurs positifs, ou forces d’attraction ou de rétention (pull factors), et différents facteurs négatifs, ou forces de répulsion (push factors). Plus grande est la différence perçue entre les forces d’attraction nette des deux lieux (aspects positifs moins aspects négatifs), plus la migration est probable10. Ce sont surtout les facteurs négatifs qui font l’objet de nombreux articles publiés dans la presse britannique et de commentaires sur des forums internet, donnant ainsi l’impression qu’il ne fait plus bon vivre dans la perfide Albion. Toutefois, les recherches qui constituent le rapport publié par l’IPPR révèlent que les attributs positifs des lieux de destination (forces d’attraction) jouent un rôle beaucoup plus important dans la décision d’émigrer que les aspects négatifs du Royaume-Uni (forces de répulsion) : seules 12 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles voulaient quitter le pays parce qu’elles n’aimaient pas la façon dont il évolue. Un résultat similaire a été obtenu par un sondage réalisé par le promoteur La Vanta lors de l’édition de 2007 d’A Place in the Sun Live !, salon consacré à l’acquisition de résidences à l’étranger qui se tient à Londres chaque année : parmi les 500 visiteurs à qui l’on a demandé « Pourquoi souhaitez-vous quitter le Royaume-Uni ? », presque les deux tiers ont évoqué des raisons positives, c’est-à-dire qu’ils sont attirés par un mode de vie plus détendu, un meilleur climat et le goût de l’aventure, ces réponses correspondant aux raisons affectives de l’émigration. Les trois réponses négatives principales mentionnées étaient le prix élevé de l’immobilier, la criminalité et l’accroissement des incivilités. Un sondage analogue effectué par la société Foreign Currency Direct a suscité les réactions suivantes : le comportement antisocial, l’impolitesse dans les lieux publics, le démarchage téléphonique, le politiquement correct, l’immigration incontrôlée, les impôts et taxes élevés ainsi que les infrastructures en mauvais état, donneraient envie aux personnes interrogées de faire leur bagages et de quitter le pays11. D’ailleurs, cette entreprise – spécialisée dans le change et le transfert de devises – a joué sur la peur des gens dans une publicité intitulée « Bail Out Britain » (« Abandon du navire ») qui donne les statistiques concernant les tués ou blessés par balle ainsi que les cambriolages12.

9Il n’est pas étonnant que le prix de l’immobilier soit souligné par une grande partie des répondants à l’un des sondages car il constitue un facteur-clé dans la décision de s’expatrier. Il est donc important de comprendre la mentalité des Britanniques face à cette question. Il n’est pas exagéré d’affirmer qu’ils sont obsédés par l’accession à la propriété et par tout ce qui touche au marché de l’immobilier qui, d’ailleurs, sert de baromètre de l’état de l’économie du pays. Au niveau individuel, les caractéristiques de la maison ou de l’appartement visé ont leur importance, bien entendu, mais le choix dépend également du prix de revente potentiel : le bien doit représenter un bon investissement. Par rapport aux Français, notamment, les Britanniques déménagent souvent afin d’acquérir un meilleur logement lorsqu’ils ont les moyens de le faire, par exemple une maison plus grande ou située dans un quartier plus prisé ; le fait que la maison ou l’appartement (et même le fait d’être propriétaire tout court) reflète le statut social n’est pas à négliger. Plusieurs facteurs, dont la très forte demande et l’irresponsabilité des banques et autres prêteurs, ont conduit à une véritable flambée des prix jusqu’en 2007-2008, élément qui a joué à deux niveaux dans l’exode de ces dernières années. Tout d’abord, certains propriétaires ont pu vendre leur bien à un prix beaucoup plus élevé que le prix d’achat, et acquérir à l’étranger une maison nettement moins chère et souvent de meilleure qualité, l’excédant leur permettant de vivre au moins quelque temps. Ensuite, de nombreuses personnes, par exemple de jeunes ménages, se sont trouvées dans l’impossibilité d’accéder à la propriété au Royaume-Uni ; certaines d’entre elles ont donc pris la décision de s’expatrier afin d’acquérir une maison. Ce type de décision correspond donc à l’émigration pour motif économique mais aussi, et surtout dans le second cas, pour motif affectif : il ne faut pas oublier le plaisir procuré par l’achat de son premier Home Sweet Home, étape de la vie quasi-essentielle aux yeux des Britanniques.

  • 13 Ces trois dernières émissions ont été produites par la société Ricochet, dont le slogan « TV that c (...)

10La télévision et autres média peuvent jouer un rôle important dans la décision de s’expatrier et c’est bien le cas au Royaume-Uni. Il existe non seulement d’innombrables émissions sur l’immobilier au Royaume-Uni, mais aussi à l’étranger, la première et la plus connue – A Place in the Sun – ayant vu le jour en 2001. Son titre comporte l’idée de se faire une place au soleil mais surtout celle d’y acheter une maison ou un appartement ; elle montre des personnes à la recherche d’un bien dans un pays donné, aidées par la présentatrice de l’émission. Diffusée aux heures de grande écoute par l’une des chaînes terrestres, Channel Four, elle a remporté un succès immédiat, donnant lieu a de nombreuses variantes ainsi que des « produits dérivés » sous forme d’un mensuel du même nom et du salon annuel déjà évoqué (A Place in the Sun Live !). D’autres revues spécifiques ainsi que d’autres salons ont le même objectif : faciliter l’achat d’un bien immobilier à l’étranger et, éventuellement, l’installation permanente de l’acquéreur dans le pays concerné. En outre, il existe des émissions qui permettent au téléspectateur de suivre les progrès et parfois les tracas de Britanniques créateurs d’entreprise à l’étranger, par exemple No Going Back (c’est-à-dire Point de non-retour) dont la première des six séries a été diffusée sur Channel Four en 2002, et Living in the Sun (Vivre au soleil) diffusée par la BBC à partir de 2004. Housetrapped in the Sun (Bloqués au soleil par leur maison), diffusée par Channel 4 pour la première fois en 2004, montre des expatriés se trouvant dans l’impossibilité de vendre leur bien (pour cause de malfaçons, par exemple) et de rentrer au pays13. Ces émissions de téléréalité, qui font toujours l’objet de multiples rediffusions notamment sur des chaînes satellites, couvrent donc toutes les étapes de l’aventure, depuis l’éclosion du rêve jusqu’à la fin éventuelle de celui-ci. On notera également l’importance du soleil, mot très accrocheur pour les Britanniques et devenu synonyme de l’étranger dans ce contexte. En effet, un bon climat et le mode de vie qui l’accompagne constituent des composantes essentielles du rêve.

Les Britanniques en France et en Espagne

  • 14 Dhananjayan Sriskandarajah & Catherine Drew, op. cit., p. 2.
  • 15 Cf. note n° 11.
  • 16 Observatorio Permanente de la Inmigración, Boletín estadístico de extranjería e inmigración, n° 19, (...)
  • 17 Corinne Régnard, Immigration et présence étrangère en France en 2005. Raport annuel de la direction (...)

11L’Espagne occupe la deuxième position et la France la huitième en ce qui concerne les dix premiers pays d’adoption des émigrés britanniques14. Parlons chiffres. Les statistiques dont nous disposons concernant l’Espagne illustrent bien la difficulté d’évaluation de la migration que nous avons évoquée plus haut15. Alors que le rapport publié en 2006 par l’IPPR évalue le nombre de Britanniques dans ce pays à 760 000, les chiffres donnés dans une étude menée sous les auspices du ministère espagnol du travail et de l’immigration sont bien inférieurs : selon cette étude, le Royaume-Uni était le cinquième pays d’origine des résidents étrangers au 31 décembre 2007 (198 638 Britanniques) comme au 31 décembre 2008 (219 738 Britanniques), derrière la Roumanie, le Maroc, l’Equateur et la Colombie. En 2008, les Britanniques représentaient 4,92 % de la population étrangère, dépassant de loin les résidents italiens (3,12 %), portugais (2,73 %) allemands (2,29 %) ou polonais (1,95 %)16, par exemple. Il est à souligner que ces statistiques tiennent compte des seuls résidents étrangers en règle, qui se sont inscrits à la mairie comme résidents permanents ou qui sont titulaires d’une carte de séjour, ce qui n’est pas forcément le cas d’autres études. Pour ce qui est de la France en 1999, les Britanniques étaient en quatrième position des ressortissants de l’Union européenne installés dans ce pays, derrière les Portugais, les Italiens et les Espagnols ; mi-2004, ils étaient en cinquième position derrière ces mêmes résidents plus les Allemands. Alors que le nombre des trois premières nationalités a baissé de 100 000 entre ces deux années (en partie parce que beaucoup de Portugais et d’Espagnols prennent la nationalité française), le nombre des ressortissants des autres pays de l’UE a augmenté de 100 000, les Britanniques étant à l’origine de presque la moitié de cette hausse (+ 47 000)17. Le rapport publié par l’IPPR en 2006 évalue le nombre de Britanniques résidant en France à 200 000.

  • 18 L’importance de la proximité dans la migration est soulignée notamment par Gildas Simon, op. cit., (...)

12Quelles sont les raisons du choix de ces deux pays ? Il est clair que la proximité18 a joué un rôle primordial dans la présence britannique en France, alors que les vols charter vers l’Espagne ont « rapproché » ce pays du Royaume-Uni à partir des années 1960, en gros ; le développement plus récent de lignes aériennes « low cost » a rendu les deux pays encore plus facilement accessibles. Un autre facteur est à prendre en compte : il est très rare que les Britanniques possèdent une maison secondaire dans leur pays, en grande partie en raison du prix élevé de l’immobilier. Or, la France et l’Espagne offrent depuis longtemps la possibilité d’acquérir une telle résidence à un prix tout à fait abordable, beaucoup de ces résidences étant devenues plus tard des résidences principales.

  • 19 Ville de Nice, « La Promenade des Anglais, image mondiale de Nice », www.nice.fr ; site consulté le (...)
  • 20 Gildas Simon, op. cit., p. 128.
  • 21 Jacques Barou & Patrick Prado, Les Anglais dans nos campagnes, Paris, Harmattan, p. 26, 76, 138-139 (...)

13Quelles sont les particularités de chacun de ces pays ? Nous traiterons d’abord du cas de la France, qui se trouve en première position du point de vue chronologique. En effet, la ville de Nice a été adoptée comme station d’hiver par les riches Anglais à partir des années 1760, le quartier de la Buffa étant familièrement appelé « Newborough » ou « la petite Londres » au 19ième siècle ; le nom donné en 1844 à son avenue la plus célèbre – la Promenade des Anglais – très innovante à l’époque et construite grâce à leur initiative19, témoigne également de leur forte présence dans cette ville. En fait, ce sont les Anglais qui ont mis à la mode la Côte d’Azur20. Mais il a fallu attendre les années 1960 pour que le tourisme et les longs séjours des Britanniques en France se transforment en installations permanentes. Leur présence en Dordogne est légendaire et daterait du milieu de cette décennie ; les années 1970-1980 ont vu l’arrivée d’un certain nombre de jeunes retraités aisés qui avaient fait l’essentiel de leur carrière outre-mer, et les années 1980 l’installation d’une seconde catégorie de résidents britanniques, de jeunes ménages ayant des ressources plus limitées et, souvent, des enfants en bas âge. On trouve ce même type de population en Normandie et en Bretagne, les acquisitions « en masse » en Basse Normandie et dans le Morbihan, par exemple, ayant commencé vers la fin des années 1980 (période où le prix de l’immobilier était particulièrement élevé au Royaume-Uni) ; d’ailleurs, parmi les ressortissants de la CEE, les Britanniques ont représenté l’augmentation la plus forte au cours de la période 1982-1990 (+ 47,3 %, c’est-à-dire 16 000 personnes)21.

14On peut considérer que l’année 1989 a marqué le début du tournant dans le destin de la Provence en raison de la publication au Royaume-Uni d’un best-seller dont la couverture donne le ton :

Au milieu des vignes se trouvait un vieux mas en pierre qui, par l’action du vent et du soleil, avait pris une couleur entre celle du miel et le gris pâle. Sous le soleil de l’après-midi, ses volets en bois entr’ouverts comme des paupières de quelqu’un sur le point de s’endormir, il était irrésistible.

  • 22 Peter Mayle, A Year in Provence, Londres, Pan Books, 2ème édition, 1990, 4ème de couverture. Nous t (...)

15D’abord, le rêve de vivre en Provence ensuite une maison qui correspondait au rêve. L’aménagement dans un vieux mas, au pied des montagnes du Lubéron entre Avignon et Aix, marquait le début d’une nouvelle vie exotique et déroutante pour Peter Mayle et son épouse – le début d’Une Année en Provence22.

16Les descriptions idylliques du paysage provençal, des villages avec leurs marchés et petits commerces, des gens d’une autre époque, des apéritifs et des longs repas au soleil le tout raconté avec humour, pourraient faire croire que la vie en Provence, même si elle comporte d’importants travaux de rénovation, s’apparente au paradis. L’auteur a donc rendu la Provence tout aussi irrésistible que son futur mas, le livre ayant déclenché ou renforcé chez ses lecteurs – ou téléspectateurs, le récit ayant été porté au petit écran en 1993 – le rêve de vivre au soleil. Un an après la parution de la première édition, Peter Mayle écrit :

  • 23 Ibid., préface, p. ii. La première phrase pourrait induire les Britanniques en erreur car la commis (...)

A l’heure actuelle, le seul nuage à l’horizon est petit, pas plus grand que la commission d’un agent immobilier. Il court un bruit affreux, comme quoi il va se produire ce que nos amis du coin appellent « un boum ». D’ici 1992, disent-ils, la Provence sera fermement établie comme la Californie de l’Europe23.

17Toutefois, ce « bruit affreux » ne l’a pas empêché d’écrire Toujours Provence (1992) et Encore Provence (2000), également des best-sellers.

  • 24 Gildas Simon, op. cit., p. 69.
  • 25 Jacques Barou & Patrick Prado, op. cit., p. 138.
  • 26 Ibid., p. 11.

18Il est à souligner que les Britanniques, tout en étant attirés par les stations balnéaires et de sports d’hiver, optent surtout pour des zones rurales24. Parmi ceux qui ont fait ce choix, certains ont créé des petits hôtels, des chambres d’hôte ou des gîtes, activités qui ont eu un effet de « boule de neige » en faisant découvrir à leurs compatriotes la campagne française25, si différente de celle du Royaume-Uni, où l’agriculture est très mécanisée et très intensive. Cette situation a conduit à l’apparition d’une véritable « industrie » outre-Manche, celle de la « vente » de la France, avec la création d’agences immobilières spécialisées, de cabinets de notaires spécialisés, de salons spécialisés et une presse spécialisée (par exemple France Magazine, Living France, French Property News, Chez Nous). C’est vers la fin des années 1980 que la presse française a commencé à créer la polémique concernant l’« invasion » rurale, les titres dramatiques comme « Les étrangers se paient la France » (Le Point, 1988) étant conçus pour susciter l’émoi des Français, si attachés à leur terre26.

  • 27 No Going Back : Chaos in the Castle (2004) et No Going Back : More Chaos in the Castle (2006).

19Comme nous l’avons déjà vu, la télévision britannique a réagi à cette tendance au début des années 2000 ; la série la plus connue, A Place in the Sun, montre souvent des Britanniques à la recherche d’une maison ou d’un appartement dans différentes régions de France. Le format de sa variante A Place in France, diffusée pour la première fois en 2002, est différent : elle donne à voir les péripéties d’un journaliste, Nigel Farrell, et d’un couple de ses amis, qui ont acheté ensemble une vieille maison de village en Ardèche, transformant au fur et à mesure des 25 épisodes la quasi-ruine en une maison de vacances de rêve. Par la suite, les téléspectateurs ont pu suivre les hauts et les bas de la tentative de Mr Farrell de créer le premier restaurant indien dans ce coin de France, qui s’est soldée par un échec (A Place in France : An Indian Summer, 2004), suivie par l’ouverture plus réussie de son bed and breakfast (Nigel’s Place in France, 2005). Une autre émission déjà mentionnée a des variantes françaises, par exemple deux séries qui donnent à voir un couple de juristes qui ont abandonné un métier très bien rémunéré pour transformer en hôtel de luxe un château digne d’un conte de fées27. Il est permis de penser que le fait que l’installation des Britanniques en France ait atteint de nouveaux sommets au cours de la période 1999-2005 (+ 47 000), n’est pas étranger à ces programmes.

  • 28 Observatorio Permanente de la Inmigración, op. cit., p. 2, 4.
  • 29 Ibid., p. 2. Cette tendance s’applique à un moindre degré aux résidents allemands.

20L’émigration des Britanniques en Espagne est très différente. Comme les Allemands, la grande majorité vit sur la côte méditerranéenne et dans les îles, presque 50 % d’entre eux ayant élu domicile dans les provinces d’Alicante et de Malaga28, ce qui donne une indication importante concernant les motifs de leur décision de s’installer dans ce pays. Alors que des touristes britanniques se rendaient en Espagne à la fin du 19ème siècle déjà, ce sont les voyages tout compris qui sont à l’origine du tourisme de masse et de l’émigration britannique dans ce pays, les package holidays vers les Costas ayant commencé à remporter un vif succès parmi les Britanniques au cours des années 1960-1970. Cette nouvelle forme de tourisme très avantageuse a rendu les rivages de la Méditerranée – jusqu’alors le domaine privilégié de gens aisés – accessibles à des budgets relativement modestes. Aux yeux de ces nouveaux touristes, tous les ingrédients des vacances parfaites étaient présents (soleil, mer et boissons alcoolisées bon marché, le tout accompagné de flamenco, corridas et autres touches exotiques), à tel point qu’a commencé l’acquisition de résidences principales ou secondaires en Espagne, de nombreux propriétaires de cette dernière catégorie de résidence ayant l’intention de s’y installer de manière permanente ou semi-permanente le moment de la retraite venu, bénéficiant ainsi d’un coût de la vie nettement inférieur à celui du Royaume-Uni. Cette tendance a continué jusqu’à nos jours car, parmi les étrangers installés en Espagne en 2008, les Britanniques retraités représentaient le groupe le plus important29.

  • 30 Housetrapped in the Sun, Ricochet South, 2006 (épisode rediffusé par la chaîne satellite DMax le 24 (...)
  • 31 www.ricochet.co.uk

21Il existe pour l’Espagne l’équivalent du livre de Peter Mayle : Driving Over Lemons de Christopher Stewart, publié en 1999 par Sort of Books et suivi, lui aussi, par d’autres livres à succès qui relatent la vie à la campagne de l’auteur. Ces ouvrages ont sans doute suscité un certain intérêt chez les Britanniques pour l’Espagne rurale, bien que minoritaire par rapport à leur engouement pour les zones touristiques. Comme c’est le cas pour la France, on peut penser que les séries de télévision A Place in the Sun, ainsi qu’A Place in Spain, aient encouragé l’émigration vers ce pays. Cette dernière, produite par la chaîne satellite The Lifestyle Channel, a tendance à perpétuer la différence d’image qu’ont les Britanniques de la France et de l’Espagne. Alors qu’A Place in France met en scène des gens cultivés, les protagonistes d’A Place in Spain sont plutôt des gens ordinaires ayant comme ambition la création d’un élevage d’escargots ; leur manque d’organisation, d’esprit de décision et de connaissance du pays, ainsi que leurs problèmes de couple, frôlent le burlesque. En effet, aux yeux des Britanniques, la France a beaucoup plus de cachet que l’Espagne dont les prix bas, pendant très longtemps, constituaient un grand attrait. L’émission Living in the Sun (quatre séries comportant un total de 300 épisodes de 50 minutes) est consacrée entièrement à l’Espagne ; certains épisodes concernent des Britanniques installés ou cherchant à s’installer au fond de la campagne, mais la plupart donnent à voir des gens souhaitant vivre dans des régions touristiques. En effet, même dans ces zones, et malgré le boom de l’immobilier en Espagne, les prix sont restés très avantageux par rapport à ceux du Royaume-Uni : par exemple, en 2006 il était possible d’acquérir une villa à cinq chambres à Malaga pour le même montant qu’un appartement à une chambre à Manchester30. D’ailleurs, les créateurs d’entreprise britanniques se spécialisent surtout dans des activités liées au tourisme (bars, restaurants, excursions, sorties en mer, sports nautiques, etc.), ou au bâtiment, mais il est à noter que certains produits et services sont plus originaux : cartes de vœux, accessoires pour chien, toilettage, clubs de comédie et agences matrimoniales ne constituent que quelques exemples31.

22Nous avons vu qu’il existe des parallèles indéniables entre l’émigration des Britanniques en France et en Espagne, mais il paraît clair que les divergences sont plus nombreuses que les convergences.

Du désenchantement à l’« exil »

23La France et l’Espagne ne sont pas à égalité non plus en ce qui concerne les conséquences d’un tel choix pour les Britanniques. En gros, le genre de problèmes qui les conduisent à envisager de retourner au Royaume-Uni sont les mêmes dans les deux pays mais, dans la plupart des cas, ils sont plus graves en Espagne. L’impossibilité éventuelle de concrétiser ce désir crée ce qu’on pourrait appeler la condition d’un exil.

  • 32 Gildas Simon, op. cit., p. 116.
  • 33 Jacques Barou & Patrick Prado, op. cit., p. 26-27.

24Nous avons vu que la télévision joue un rôle important dans la décision d’expatriation ; on sait qu’elle perpétue le mythe de l’Eldorado, permettant aux habitants de pays pauvres de comparer leur propre situation à celle (réelle ou imaginée) des pays riches, et de s’y projeter32. A la vue de nombre de leurs compatriotes ayant adopté une nouvelle vie dans ces pays de rêve – dorés par le soleil – combien de téléspectateurs britanniques ont eu cette réaction : « Pourquoi pas nous ? ». Ils ne sont donc pas si différents des populations pauvres évoquées supra car, même si les émissions qu’ils regardent relèvent de la télé-réalité, elles en projettent une image fortement idéalisée. En outre, la plupart des résidents britanniques interrogés par J. Barou et P. Prado ont déclaré avoir lu et avoir été très influencés par le livre de Peter Mayle, A Year in Provence33, qui renforce leur rêve de la France rurale ; en effet, dans l’imaginaire d’un grand nombre de Britanniques, ce pays symbolise les grands espaces, le retour aux sources, le calme et une échappatoire par rapport au rythme de vie effréné d’outre-Manche. Mais il arrive que les lendemains déchantent. Certains villages si appréciés en été, lorsqu’ils sont animés par les touristes et les festivités, sont d’un ennui mortel en hiver et, découvre-t-on, il peut y faire très froid. De même, la vie estivale très trépidante en Espagne se calme-t-elle hors saison au point que certaines stations se vident presque totalement ; c’est à ce moment-là que l’on se rend compte que les résidences ne sont pas forcément conçues pour l’occupation à l’année. « Ca passe ou ça casse » : et même dans le second cas de figure, la situation n’est pas très grave si les personnes concernées peuvent revendre leur maison et rentrer au Royaume-Uni ; mais nous verrons plus loin que cette possibilité n’est pas offerte à tous les expatriés.

  • 34 Fever Media 2006 et 2008, www.fevermedia.co.uk.
  • 35 Une semi ou semi-detached house (maison à trois faces) symbolise une certaine médiocrité au Royaume (...)

25Même chez les émigrés qui ont été très heureux pendant quelque temps, le mal du pays peut se faire sentir après un certain nombre d’années. Une fois de plus, la télévision est là pour refléter cette tendance ou, éventuellement, pour l’encourager ou même la provoquer. Une émission relativement récente, intitulée No Place Like Home ? (On n’est bien que chez soi ?) et diffusée par la chaîne terrestre ITV1, montre des émigrés qui hésitent entre le pays d’adoption et le retour au Royaume-Uni. Il est significatif que la première série, montrée à l’écran en 2007, n’ait comporté que quelques épisodes, alors que la suivante, diffusée pendant l’été 2009, en comporte 3034. Les candidats au retour passent une semaine au Royaume-Uni, accompagnés de la présentatrice qui leur montre les avantages et les inconvénients du lieu d’installation envisagé (maisons, écoles, emplois, entreprises à vendre ou à créer, etc.). Ils sont souvent choqués par le type de maison qu’ils pourraient acquérir comparée à celle qu’ils possèdent en France ou en Espagne, par exemple : « Je voudrais habiter ici mais pas s’il s’agit de vivre dans une maison trois faces à côté d’une voie rapide35 » est une réaction fréquente. Toutefois, la présentatrice arrive invariablement à dénicher une maison acceptable et la décision finale dépend donc d’autres critères comme le rapprochement de la famille et des amis, ainsi que sur les possibilités de carrière de la femme, qui a souvent l’impression de s’ennuyer dans le pays d’adoption ; dans de nombreux cas, ces motifs constituent un mélange de forces d’attraction et de répulsion. L’émission montre donc la dimension humaine du problème, qui en est vraiment un lorsque les deux membres du couple ne sont pas du même avis. La difficulté est que, s’ils optent pour le retour, il n’est pas certain qu’ils en auront la possibilité.

  • 36 Sondage de 1 200 personnes sélectionnées au hasard commandé par la revue A Place in the Sun (« The (...)
  • 37 Le fait de changer d’employeur relativement fréquemment, comme c’est le cas des salariés britanniqu (...)

26Malgré la grande quantité d’informations disponibles sur les deux destinations, il existe chez une partie des émigrants britanniques une naïveté certaine qui peut entraver la réussite de l’aventure. Selon un sondage, 80 % des Britanniques considèrent que la langue ne constitue pas un obstacle en ce qui concerne l’acquisition d’un bien immobilier à l’étranger36, et ce malgré le fait qu’ils auront à traiter, selon le cas, avec des administrations, des artisans du bâtiment, des établissements scolaires et des médecins. En outre, certains ne sont pas conscients des différences de mentalité qui peuvent engendrer incompréhension et frustration, voire colère. Le mot « mañana » est utilisé par les anglophones pour indiquer que quelque chose se fera ultérieurement, à une date incertaine, mais les Britanniques semblent oublier cet aspect auparavant jugé pittoresque de l’esprit espagnol (par exemple), et de la vie plus détendue qu’ils recherchent, lorsqu’il s’agit de faire venir un artisan, d’attendre un document qui leur permettra de brancher l’électricité dans leur future maison ou restaurant, ou encore d’obtenir l’autorisation nécessaire pour mettre en route leur activité. Ce manque de connaissances peut concerner tout autant les personnes instruites que les autres. Par exemple, il nous est arrivé de rencontrer des professeurs qui se sont installés en France en pensant pouvoir obtenir un poste dans un établissement scolaire ou universitaire : les concours n’existant pas au Royaume-Uni, les enseignants sont recrutés comme tout autre salarié, c’est-à-dire regardent les annonces dans la presse et soumettent leur candidature aux établissements qui les intéressent. Plus généralement, étant habitués à un marché du travail très souple37, les Britanniques ont tendance à penser qu’ils trouveront un emploi sans grande difficulté, ce qui n’est pas forcément le cas en Espagne et surtout pas en France.

  • 38 Jacques Barou & Patrick Prado, op. cit., p. 112-113.

27Pour ceux qui ignorent la réglementation et la législation, la situation peut devenir très grave lorsqu’ils sont artisans (dans le bâtiment, par exemple) ou entrepreneurs. Dans les deux pays, la complexité administrative constitue une grande difficulté pour les Britanniques, accoutumés à un environnement économique où l’esprit d’entreprise est encouragé et où il existe un minimum d’obstacles à la création d’entreprise, une « culture capitaliste » qui est encore peu enracinée dans les pays latins38. En France, les difficultés auxquelles sont confrontés les entrepreneurs ne s’arrêtent pas là. En effet, il leur faut également faire face aux charges sociales qui sont nettement supérieures en France qu’au Royaume-Uni. Nombre de Britanniques sont choqués de découvrir cette divergence, qui peut faire toute la différence entre la réussite –ou au moins la survie– et l’échec de l’activité. Dans ce dernier cas, comme en Espagne, certains abandonnent leur entreprise ou optent pour une vie « à mi-temps » dans le pays d’adoption, solution qui peut être choisie également en cas de chômage : l’un des parents (en général le père) travaille soit au Royaume-Uni, soit dans un pays tiers, et rejoint sa famille lorsqu’il le peut ; cette catégorie de personnes porte un nom, les « semigrators ». Dans tous les cas, c’est la fin du rêve d’une vie familiale de meilleure qualité, que recherchent les expatriés britanniques dans leur nouveau pays. Certains préfèrent ne pas accepter ce compromis et rentrent au Royaume-Uni, s’ils en ont les moyens.

  • 39 En janvier 2007, £1 valait €1,50 ; en décembre 2008, £1 valait €1 environ (Christine Toomey, « Sun, (...)
  • 40 Ce mot est composé du verbe stay (rester) + le nom (vac)ation (vacances).
  • 41 http://eurostat.ec.europa.eu ; site consulté le 31 août 2009.
  • 42 Graham Keeley, « The pain in Spain proves too much as expat Britons pack their bags », The Times, 1 (...)

28Dès 2006, la presse française a commencé à rendre compte du départ des Britanniques : Ouest-France, par exemple, a évoqué le fait qu’ils quittent les campagnes bretonnes et normandes dans un article intitulé « Fin de l’idylle, les Britanniques repartent ». La couverture journalistique devient plus abondante à compter de 2007, le boom immobilier ayant montré ses premiers signes d’affaiblissement cette année-là ; peu après, l’exode transmanche des Britanniques a changé de sens. Ce retournement de situation est intimement lié à l’effondrement de la livre sterling, qui a eu des conséquences désastreuses pour les émigrés vivant de revenus payés en livres (retraites, salaires des semigrators travaillant au Royaume-Uni, investissements, etc.) : ces personnes ont perdu environ un tiers de leur pouvoir d’achat39, problème qui est aggravé lorsqu’ils ont un crédit immobilier à rembourser en euros. Ces éléments ont des effets dévastateurs pour les émigrés dont le revenu dépend de produits et de services conçus pour une clientèle britannique désormais moins nombreuse et nettement moins aisée : par exemple, les bars et restaurants créés en Espagne par des Britanniques et pour des Britanniques sont durement frappés par les économies que doit faire leur clientèle. En outre, les touristes britanniques deviennent plus rares, non seulement en raison d’un taux de change défavorable mais également du fait que la crise mondiale actuelle est particulièrement grave au Royaume-Uni ; en effet, le nouveau terme « staycation » a été créé pour désigner les vacances passées à la maison ou dans le pays40. Il est clair que les très nombreux propriétaires britanniques de gîtes en France, et d’entreprises touristiques en Espagne, voient leurs revenus dégringoler. En général, trouver un emploi sur place ne représente pas une solution réaliste pour les entrepreneurs en difficulté car le marché du travail des deux pays est, comme ailleurs, dans une mauvaise passe (le taux de chômage en Espagne – 17, 2 % au mois de mars 2009 – est actuellement deux fois supérieur à la moyenne européenne41), les Britanniques ne parlant pas la langue concernée étant encore plus mal lotis que les autres émigrés. De plus, il est très difficile d’obtenir des aides des états, espagnol en particulier, car le système est si complexe que même les autochtones ne le comprennent pas42.

  • 43 British Consulate in Alicante, Care of the Elderly : The British Community on the Costa Blanca Alic (...)
  • 44 Gemma Bowes, « British expats trapped in the sun », The Observer, 29 October 2006 (www.guardian.co. (...)
  • 45 Christopher Nye, « What’s driving Brits Abroad ? », A Place in the Sun, n° 47, novembre 2007, p. 10 (...)
  • 46 Age Concern España, www.acespana.org ; site consulté le 29 août 2009.
  • 47 Christine Toomey, « Sun, sea and debt », The Sunday Times, 26 avril 2009 (www.timesonline.co.uk). L (...)
  • 48 Irene Hardill et al., « Severe health and social care issues among British migrants who retire to S (...)

29Certains seniors se trouvent dans des situations bien plus catastrophiques que ceux qui sont en âge de travailler. Les très nombreux retraités qui se sont installés en Espagne pendant les années 1980 sont maintenant très âgés et n’ont pas forcément prévu l’organisation pratique de leurs vieux jours. Depuis quelque temps, certains n’arrivent pas à subvenir à leurs besoins fondamentaux car leurs retraites n’ont pas progressé au même rythme que l’augmentation des prix en Espagne où, au moment de leur installation, le coût de la vie était nettement inférieur à celui au Royaume-Uni ; de plus, le décès du conjoint entraîne très souvent une perte de revenus. Dès 1995, des assistants sociaux espagnols et le consulat britannique ont attiré l’attention sur des cas de citoyens britanniques retrouvés morts, seuls, chez eux43 ; la sonnette d’alarme a été tirée à nouveau en 2006, toujours bien avant la crise actuelle et la chute de la livre sterling, lorsque le consulat britannique en Andalousie a découvert seule chez elle une veuve de 73 ans, qui était tombée dans la pauvreté et qui n’avait pas mangé depuis des semaines44. Ce cas a donné lieu à plusieurs articles de presse sur des retraités britanniques qui vivraient dans des hôpitaux espagnols dans des conditions sordides, trop malades pour s’occuper d’eux-mêmes et sans les moyens nécessaires pour retourner au Royaume-Uni45, donc véritablement « exilés ». Bien que l’on soit en droit de s’interroger sur la part de sensationnalisme de certains articles, ils comportent néanmoins une grande part de vérité. Par exemple, en Espagne, la famille d’une personne hospitalisée s’occupe de certains soins de base qui sont prodigués par des infirmiers au Royaume-Uni. Il existe des agences d’infirmiers qui peuvent effectuer ces soins mais, en général, le coût n’est couvert par aucune assurance, même privée46. Il est significatif qu’ait été créé, en 1994, Age Concern España, le seul organisme en dehors du Royaume-Uni fédéré à Age Concern, œuvre charitable d’aide aux personnes âgées ; en janvier 2009, pour la première fois, les bénévoles ont distribué de la soupe et des repas chauds dans certains de leurs centres en Espagne. Ces retraités faisant partie de la génération qui ne se plaint pas, qui ne proteste pas, qui a honte d’accepter de l’aide (de qui que ce soit, Etat ou œuvre charitable) et qui cache ses difficultés, ils ont été bouleversés par certains gros titres comme « Costa del Soup Kitchen » (« Costa del Soupe populaire ») et « Helldorado » (« L’Enferdorado »)47. Il est impossible d’évaluer le nombre de ces émigrés qui souffrent en silence mais qui se trouvent parmi les plus grandes victimes de la crise, parce qu’ils ne s’attendaient pas à avoir des difficultés financières, après une vie de travail et d’épargne. Certaines personnes, dont des veuves et des veufs, ne savent pas (ou ne peuvent plus) conduire et se trouvent donc isolées dans des enclaves britanniques non desservies par les transports en commun. En outre, l’aide à domicile est très rare en Espagne car la tradition veut que les familles espagnoles s’occupent de leurs aînés48, alors qu’au Royaume-Uni il existe une grande gamme de services destinés à permettre aux personnes âgés de rester autonomes. Pour survivre, les émigrés d’âge avancé doivent compter sur l’aide des bénévoles d’Age Concern España et d’autres œuvres charitables, ainsi que sur la solidarité de voisins et d’amis plus jeunes.

  • 49 Giles Tremlett, « End of the dream for British expats in Spain », The Guardian, 24 juillet 2009 (ww (...)
  • 50 Irene Hardill et al., « Severe health and social care issues among British migrants who retire to S (...)
  • 51 Giles Tremlett, « End of the dream for British expats in Spain », The Guardian, 24 juillet 2009 (ww (...)

30Une partie du problème vient du fait que la majorité des citoyens britanniques ne s’inscrivent pas auprès des autorités espagnoles : selon les estimations de l’ambassade britannique de Madrid, sur le million de Britanniques vivant en Espagne pendant toute ou la majeure partie de l’année, seuls 375 000 sont inscrits à leur mairie comme résidents permanents49. Dans de nombreux cas ils ignorent la réglementation ; dans d’autres cas, il s’agit d’une certaine désinvolture envers la paperasserie, à laquelle les Britanniques sont moins habitués que les Français et les Espagnols ; à titre d’exemple, les cartes d’identité n’existent pas au Royaume-Uni et sont considérées comme une entrave à la vie privée, si chère aux Britanniques. Ils peuvent également préférer être domiciliés officiellement au Royaume-Uni pour des raisons fiscales. D’autre part, l’attribution de la carte de séjour dépend des revenus, et la retraite payée par le Royaume-Uni est considérée comme insuffisante par beaucoup de Communautés autonomes50. Dans tous ces cas, l’Espagne ne reçoit pas du Royaume-Uni le forfait mensuel prévu pour chaque retraité britannique. Les conséquences potentielles sont très graves : les autorités espagnoles peuvent facturer aux retraités en situation irrégulière le coût des soins reçus et, de plus, ils n’ont pas droit aux aides sociales auxquelles peuvent prétendre les résidents en règle. En outre, les consulats n’apprennent l’existence de personnes devenues vulnérables que lorsque ces dernières font face à de très sérieux problèmes51. Même ceux qui ont fait toutes les démarches nécessaires peuvent passer à côté de ces aides car ils ne savent pas comment les obtenir, et ils ne se rendent pas toujours compte que la protection sociale fournie par l’Etat ou les Communautés autonomes d’Espagne ne couvre pas tous les besoins.

  • 52 Peter Pallot, « Don’t take the Spanish authorities for a ride », www.telegraph.co.uk, 28 novembre 2 (...)

31Pour ce qui est des émigrés n’ayant pas l’âge de la retraite et vivant de leurs rentes, pendant de longues années certains se faisaient passer pour des touristes au lieu de souscrire une assurance privée ; les autorités espagnoles, par exemple, connaissent désormais la supercherie et facturent les soins reçus52. La décision prise par la Cour européenne de justice en mars 2007 vise à mettre fin aux situations ambiguës : les citoyens de l’Union Européenne installés dans un autre état membre doivent se munir d’une couverture médicale et posséder des ressources suffisantes pour ne pas avoir recours à l’assistance du pays d’adoption. La France applique cette décision à tous les résidents européens non retraités et non actifs qui se sont installés dans le pays à partir de mars 2008, alors qu’auparavant les autorités françaises obligeaient cette catégorie d’émigrés à s’inscrire à la CMU (Couverture Maladie Universelle), les cotisations de 8 % du revenu imposable couvrant toute la famille. Les nouveaux expatriés doivent donc souscrire une assurance maladie privée, qui peut atteindre de 2500 à 3000 euros par personne et par an, ce qui accroît les difficultés financières déjà évoquées.

32Compte tenu des différentes circonstances analysées, il est facile de comprendre pourquoi de nombreux Britanniques souhaitent rentrer au pays. Mais certains changements au Royaume-Uni laissent une partie de ces expatriés dans une sorte de « no man’s land » au niveau de leur couverture sociale, ce qui rend leur retour encore plus difficilement envisageable. Désormais, les émigrés qui rentrent au Royaume-Uni doivent y résider pendant un minimum de six mois avant de bénéficier de cette couverture ; au cours de cette période, c’est le pays d’adoption qui les couvre pour les traitements médicaux d’urgence, comme il couvre pendant un certain temps ses propres ressortissants installés dans un pays de l’UE. Or, les Britanniques – y compris les retraités – qui ne sont pas en règle dans leur pays d’adoption ne peuvent prétendre à cette protection sociale. La perte du droit automatique de bénéficier des soins fournis par le système de santé publique du Royaume-Uni (National Health Service) constitue un choc énorme pour les Britanniques, habitués qu’ils sont à son principe fondamental, à savoir l’accès aux soins gratuits pour tous, concept visionnaire lors de sa création après la Seconde Guerre mondiale.

  • 53 Charles Bremner, « Britons head back across the Channel as French good life comes to an end », The (...)
  • 54 Laurence Allard, « Les Anglais repassent la Manche », Le Point, n° 1894, 1er janvier 2009 (www.lepo (...)

33D’autres éléments rendent le retour au pays impossible : la crise financière s’accompagne d’une crise immobilière, liée à la faiblesse de la livre sterling. Par exemple, les ventes des maisons de pierre qu’affectionnent les Britanniques ont chuté de 50 % en Dordogne ; l’un des directeurs de l’entreprise de déménagement Anglo-French Euro Removals, qui a constaté un boom dans les déménagements vers le Royaume-Uni depuis le début de l’année 2008, ne mâche pas ses mots : « Il faudrait être fou pour acheter en France en ce moment53 ». Alors que certains propriétaires réduisent fortement le prix de leur bien et arrivent ainsi à le vendre, ce qui leur permet de profiter du taux élevé de l’euro par rapport à la livre pour acquérir un bien au Royaume-Uni, où les prix immobiliers sont en chute libre54, d’autres se trouvent dans l’impossibilité de vendre leur résidence et se voient obligés de rester en France, la location de leur maison ou de leur appartement étant peu réaliste dans les régions à forte population britannique où l’offre dépasse largement la demande. La situation est aggravée si le montant du crédit est supérieur à la valeur du bien, ce qui est le cas des acquéreurs récents ayant acheté au prix fort.

34Cependant, de l’autre côte des Pyrénées, la situation dans certaines zones touristiques est encore plus dramatique :

  • 55 Tom Rawstorne, « Pound plunge ends the Costa dream », The Daily Mail, 22 décembre 2008 (www.thisism (...)

Ce qui rend les choses [très] graves est le fait qu’il n’y existe pas de solution [au] cauchemar. Le marché immobilier s’effondre, et il est très fréquent que la valeur du bien soit inférieure au montant du crédit. Il arrive que les propriétaires réduisent le prix de 50 % sans pour autant trouver d’acquéreur. [...] Nombre d’expatriés se trouvent dans l’impossibilité de quitter l’Espagne, l’argent qu’ils ont mis de côté pendant toute leur vie étant investi dans une résidence qu’ils n’arrivent pas à vendre55.

  • 56 Ibid.
  • 57 Zoe Dare Hall, « How to get ahead on the Med », The Sunday Times, 5 avril 2009 (www.timesonline.co. (...)

35C’est le cas par exemple d’un couple de retraités qui ont acheté une maison traditionnelle près de la Costa Blanca en 2000 et qui, pour des raisons familiales et parce qu’ils ne se sont pas habitués à la vie en Espagne, souhaitent retourner au Royaume-Uni : « Dans l’état actuel des choses, la maison de nos rêves n’a aucune valeur commerciale56 ». Mais le malheur des uns peut faire le bonheur des autres. La maison en question se trouve à Xatavia où, selon une agence spécialisée dans la recherche de biens immobiliers, les acheteurs peuvent désormais décrocher une bonne affaire : « Il y a deux ans, il était impossible d’y trouver quoi que ce soit pour moins de £150 000, mais aujourd’hui on trouve des maisons traditionnelles dans la vieille ville pour £60 00057 ».

  • 58 « Spain : Paradise Lost », Studio Lambert Ltd., 2009 (1ère partie, diffusée par ITV1 le 17 juin 200 (...)
  • 59 « Urbabanización » en espagnol.

36D’autres propriétaires britanniques se trouvent dans des circonstances encore plus désespérantes. Une émission de télévision récente58 donne à voir des gens qui ont acheté une villa sur plan il y a deux ans, vendant leur maison au Royaume-Uni pour la financer. Le lotissement59 sur la Costa Blanca où le problème se situe, commercialisé sous le slogan « Heaven on Earth » (« Le paradis sur terre »), devait comporter jardins tropicaux, piscines, saunas, bains turcs, gymnases, service de sécurité, etc. ; en outre, au moment de la remise des clés, la valeur des villas était censée être bien supérieure au prix d’achat. Toutefois, la réalité est très différente en raison du krach du marché immobilier espagnol en 2008, le constructeur ayant abandonné le lotissement non achevé, suite à la faillite du promoteur. La première phase est finie mais jouit d’une vue panoramique sur la troisième phase abandonnée, ce qui suffit à rendre les villas invendables. Celles de la deuxième phase se trouvent en plein milieu d’un véritable chantier (système électrique dangereux, piscine vide habitée par des moustiques, égouts qui débordent, etc.). En outre, la fourniture en eau et en électricité de tout le lotissement est intermittente, le promoteur étant très endetté vis-à-vis des compagnies concernées. Le Conseil municipal a récemment obtenu une aide pour améliorer les égouts mais, autrement, les nombreuses démarches entreprises par les résidents auprès de la mairie, de ministères et de divers avocats n’ont donné aucun résultat ni même suscité le moindre intérêt. De plus, l’un d’entre eux – pourtant très posé et courtois – est désormais traité comme un indésirable à la mairie, où il lui est officiellement interdit d’entrer. Il est évident que les propriétaires n’ont aucun espoir de vendre leurs « maisons en enfer », comme ils les appellent, et de rentrer au Royaume-Uni, car l’achèvement du lotissement semble exclu. Et ces personnes sont loin de faire exception, représentatives qu’elles sont d’innombrables émigrés se trouvant dans une situation analogue sur la Costa Blanca et dans bien d’autres régions du pays.

  • 60 Tom Rawstorne, « Au revoir le dream… British expats in ‘Dordogneshire’ are now desperate to come ho (...)
  • 61 « Spain : Paradise Lost », Studio Lambert Ltd., 2009 (1ère partie, diffusée par ITV1 le 17 juin 200 (...)
  • 62 Christine Toomey, « Sun, sea and debt », The Sunday Times, 26 avril 2009 (www.timesonline.co.uk).

37En France comme en Espagne, de nombreux cas d’« exil » sont donc provoqués par l’impossibilité actuelle de vendre des biens immobiliers personnels ou commerciaux dans lesquels ils ont tout investi. La situation est moins catastrophique en France, où les prix ont baissé de manière moins dramatique qu’en Espagne et où, selon certains spécialistes, il faudrait compter de deux à trois ans pour vendre un bien contre un an en temps normal60 ; la fin de l’« exil » pourrait donc ne pas être si loin. De très nombreux propriétaires en Espagne n’ont pas cet espoir. Au plus fort du boom de l’immobilier qui a transformé les côtes espagnoles au cours des dix dernières années, et auquel ont fortement contribué les acheteurs britanniques, on construisait un million de maisons et d’appartements par an61. A l’heure actuelle, environ un million de biens immobiliers seraient à vendre, la moitié appartenant à des particuliers62. Il est clair que l’offre dépassera de loin la demande pendant de longues années encore, car il convient d’ajouter au futur parc immobilier les innombrables immeubles et autres résidences non achevés ; en effet, il est permis de penser qu’au moment de la reprise, toujours très loin, certains seront terminés et mis sur le marché. Beaucoup des propriétaires « pris au piège » sont des retraités qui ne verront peut-être pas le retour des beaux jours, ni même d’une conjoncture leur permettant de vendre leur bien et de rentrer au Royaume-Uni.

Conclusion

  • 63 Khachig Tololyan, « A General Introduction to Exile » in William Berthomière & Christine Chivallon,(...)

38En traitant le sujet des Britanniques en France et en Espagne par le biais de l’exil, nous ajoutons sans doute à la tendance évoquée par Khachig Tololyan, à savoir la tendance de chercheurs en sciences humaines et en études culturelles à appliquer des termes à connotation précise −exil ou diaspora, par exemple− à des cas qui ne relèvent pas en principe de cette terminologie63, ce qui représente une extension qui peut être jugée excessive du sens de la notion. Certes, les cas traités ici ne figurent pas parmi ceux que nous pouvons considérer comme extrêmes où, par exemple, des gens sont expulsés de leur pays et n’ont pas le droit d’y retourner, ou mettraient leur vie en danger s’ils rentraient chez eux. D’autre part, il serait peu approprié de comparer la situation des Britanniques à celle de ceux qui s’exilent pour échapper à la répression politique ou à une pauvreté insoutenable. C’est pour cette raison que nous avons fait le choix de mettre le terme exil entre guillemets.

39Nous pensons que la véritable détresse de certains Britanniques permet néanmoins d’établir un parallèle entre leur situation et l’exil. Un journaliste évoque le cas d’une mère célibataire qui vit depuis 2006 dans un village du sud-ouest de la France et qui a mis en vente ses affaires personnelles afin de se procurer de l’argent :

  • 64 Tom Rawstorne, « Au revoir le dream… British expats in ‘Dordogneshire’ are now desperate to come ho (...)

Ce sont des gens comme Victoria qui se trouvent au milieu d’un tourbillon économique brutal. Elle n’arrive ni à trouver du travail ni à vendre sa maison, et ne peut plus subvenir aux besoins de sa famille dans un pays où le coût de la vie est monté en flèche. Elle est bel et bien bloquée au paradis64.

  • 65 Khachig Tololyan, « A General Introduction to Exile » in William Berthomière & Christine Chivallon,(...)
  • 66 Giles Tremlett, « End of the dream for British expats in Spain », The Guardian, 24 juillet 2009 (ww (...)
  • 67 Tom Rawstorne, « Pound plunge ends the Costa dream », The Daily Mail, 22 décembre 2008 (www.thisism (...)
  • 68 Cf. l’article « L’exil dans les littéraires africaines postcoloniales ».

40Khachig Tololyan souligne l’importance du sentiment d’exil, qui est très fréquent65. Des expressions comme « pris au piège », « coincés » ou « bloqués » reviennent souvent dans les forums internet où l’on a la possibilité de réagir aux nombreux articles de presse concernant les expatriés britanniques en France et en Espagne, ces expressions reflétant un certain sentiment d’exil, ainsi que le désespoir ou l’amertume des auteurs devant la disparition de leur rêve comme de leurs économies. Ajoutons deux témoignages. « Je pense que la plupart des gens retourneraient [au Royaume-Uni] s’ils le pouvaient », souligne une retraitée installée en Espagne66. Une autre explique : « [...] si l’on doit être fauché, il vaut mieux ne pas l’être en Espagne. Ici nous n’avons personne vers qui nous tourner. Nous sommes toujours des étrangers en Espagne mais désormais nous ne sommes pas chez nous au Royaume-Uni non plus67 ». Combien d’exilés ont l’impression de n’être plus à leur place nulle part ? Comme le dit Jo-Marie Claassen, citée par Désiré Wa Kabwe-Segatti dans le présent ouvrage68, il n’existe pas de retour de l’exil, il n’y a jamais de retour à ce qui est familier.

41Bien que l’on puisse critiquer la naïveté des uns et la cupidité des autres, il est clair que certains Britanniques se trouvant « exilés » en France et en Espagne font partie des nombreuses victimes de la conjoncture actuelle. Nous pouvons évoquer en outre une certaine ironie du sort. Au moment de leur installation, la plupart jouissait d’une situation financière privilégiée par rapport aux gens du pays, surtout dans le cas de l’Espagne mais aussi dans celui de certaines régions rurales de la France. Cette situation correspondait à la caractéristique classique de la migration Nord-Sud. Nous assistons donc à un retournement de situation auquel ne pouvaient s’attendre ni les Britanniques concernés, ni les pays d’adoption.

42Il est à souligner que les problèmes analysés ne concernent pas uniquement la France et l’Espagne mais de nombreux autres pays sur lesquels les Britanniques ont jeté leur dévolu, y compris certains pays de l’Europe de l’Est. Il serait intéressant d’étudier l’évolution de la situation non seulement du point de vue des émigrés, mais aussi de celui des pays d’accueil. Il serait également instructif de suivre le sort des Britanniques qui arrivent à retourner au Royaume-Uni, devenu destination de rêve et peut-être idéalisée par rapport à leur domicile actuel. La réalité peut-t-elle correspondre à leurs attentes ? En effet, il reste de nombreuses questions à élucider.

Notas

1 Chantal Bordes-Benayoun, « L’exil, figure littéraire, figure sociologique » (Introduction au chapitre IV : L’expérience de l’exil sur le temps long), in William Berthomière & Christine Chivallon (dir.), Les diasporas dans le monde contemporain, Paris et Pessac, Editions Karthala et MSHA, 2006, p. 190.

2 Le Grand Robert de la Langue Française, 2ème édition, 1992, revue et enrichie par Alain Rey.

3 Gildas Simon, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin, 2008, p. 55.

4 – Ce terme est utilisé dans la sociologie américaine des organisations et en particulier par l’économiste américain James G. Marche (Geert Hofstede, Vivre dans un monde multiculturel. Comprendre nos programmations mentales, Paris, Les Editions d’Organisation, 1994, p. 147).
– L’échelle du contrôle de l’incertitude va de 0 (faible contrôle) à 120 (grand contrôle). Dans une étude portant sur 53 pays et régions, la Grande-Bretagne obtient un indice de 35 (47-48ème rang), alors que la France obtient un indice de 86 (10-15ème rang). (Daniel Bollinger & Geert Hofstede, Les Différences culturelles dans le management, Paris, Les Editions d’Organisation, 1987, p. 105).

5 Ibid., p. 103.

6 Ibid. p. 110-112.

7 Dhananjayan Sriskandarajah & Catherine Drew, Brits Abroad. Mapping the Scale and Nature of British Emigration, Londres, Institute for Public Policy Research, 2006. (Executive summary, www.ippr.org.uk, p. 2)

8 Office of National Statistics (ONS), « Emigration from UK reaches 400,000 in 2006 », National Statistics News Release, 15 novembre 2007. (Le chiffre de 400,000 concerne tous les résidents ayant quitté le Royaume-Uni en 2006 : Britanniques et étrangers ; le chiffre de 207 000 concerne les seuls citoyens britanniques.)

9 – Philip Johnston, « Emigration soars as Britons desert the UK », www.telegraph.co.uk, 15 novembre 2007. Il est à noter que ce journal fait partie de la presse qui est favorable au parti conservateur.
– Le présent travail ne serait pas complet sans statistiques indiquant l’importance quantitative de telle ou telle tendance. Toutefois, il est important de noter que la collecte de données concernant la migration est extrêmement difficile, par exemple parce que les flux ne sont pas toujours enregistrés et que les méthodes d’enregistrement varient d’un pays à l’autre (Graziella Caselli, « Les migrations internationales au XXe siècle. Le cas des pays occidentaux » (traduit par Jacques Vallin), in Graziella Caselli, Jacques Vallin & Guillaume Wunsch (dir.), Démographie : analyse et synthèse, vol. 4 : Les déterminants de la migration, Paris, Editions de l’Institut national d’études démographiques, 2003, p. 29).

10 Everett S. Lee, « A theory of migration », Demography, vol. 3, n° 1, 1966, p. 45-47 cité par Hania Zlotnik, « Théories sur les migrations internationales » in Graziella Caselli, Jacques Vallin & Guillaume Wunsch (dir.), op. cit., p. 64. Le processus « push-pull » a été identifié par le géographe anglais Ernest Ravenstein (« Laws of Migration », 1899).

11 Christopher Nye, « What’s driving Brits abroad ? », A Place in the Sun, n° 47, novembre 2007, p. 105-106.

12 A Place in the Sun, n° 47, novembre 2007, p. 25.

13 Ces trois dernières émissions ont été produites par la société Ricochet, dont le slogan « TV that changes people’s lives » (« Des émissions qui changent la vie ») affiche l’intention – ou le résultat potentiel – de ses programmes.

14 Dhananjayan Sriskandarajah & Catherine Drew, op. cit., p. 2.

15 Cf. note n° 11.

16 Observatorio Permanente de la Inmigración, Boletín estadístico de extranjería e inmigración, n° 19, février 2009, p. 1 (http://extranjeros.mtin.es).

17 Corinne Régnard, Immigration et présence étrangère en France en 2005. Raport annuel de la direction de la population et des migrations, Ministère de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement, Direction de la population et des migrations, décembre 2006, p. 153, 152. L’étude statistique a été effectuée par Catherine Borrel de l’INSEE. Nos italiques.

18 L’importance de la proximité dans la migration est soulignée notamment par Gildas Simon, op. cit., p. 63-66.

19 Ville de Nice, « La Promenade des Anglais, image mondiale de Nice », www.nice.fr ; site consulté le 20 juillet 2009.

20 Gildas Simon, op. cit., p. 128.

21 Jacques Barou & Patrick Prado, Les Anglais dans nos campagnes, Paris, Harmattan, p. 26, 76, 138-139, 153, 173.

22 Peter Mayle, A Year in Provence, Londres, Pan Books, 2ème édition, 1990, 4ème de couverture. Nous traduisons.

23 Ibid., préface, p. ii. La première phrase pourrait induire les Britanniques en erreur car la commission des agents immobiliers est beaucoup plus élevée en France qu’au Royaume-Uni.

24 Gildas Simon, op. cit., p. 69.

25 Jacques Barou & Patrick Prado, op. cit., p. 138.

26 Ibid., p. 11.

27 No Going Back : Chaos in the Castle (2004) et No Going Back : More Chaos in the Castle (2006).

28 Observatorio Permanente de la Inmigración, op. cit., p. 2, 4.

29 Ibid., p. 2. Cette tendance s’applique à un moindre degré aux résidents allemands.

30 Housetrapped in the Sun, Ricochet South, 2006 (épisode rediffusé par la chaîne satellite DMax le 24 juin 2009).

31 www.ricochet.co.uk

32 Gildas Simon, op. cit., p. 116.

33 Jacques Barou & Patrick Prado, op. cit., p. 26-27.

34 Fever Media 2006 et 2008, www.fevermedia.co.uk.

35 Une semi ou semi-detached house (maison à trois faces) symbolise une certaine médiocrité au Royaume-Uni.

36 Sondage de 1 200 personnes sélectionnées au hasard commandé par la revue A Place in the Sun (« The results are in… », A Place in the Sun, n° 47, novembre 2007, p. 11).

37 Le fait de changer d’employeur relativement fréquemment, comme c’est le cas des salariés britanniques, constitue une caractéristique culturelle des pays à faible contrôle de l’incertitude (Geert Hofstede & Gert Jan Hofstede, Cultures and Organizations. Software of the Mind, New York, McGraw-Hill, 2005, p. 189).

38 Jacques Barou & Patrick Prado, op. cit., p. 112-113.

39 En janvier 2007, £1 valait €1,50 ; en décembre 2008, £1 valait €1 environ (Christine Toomey, « Sun, sea and debt », The Sunday Times, 26 avril 2009 (www.timesonline.co.uk).

40 Ce mot est composé du verbe stay (rester) + le nom (vac)ation (vacances).

41 http://eurostat.ec.europa.eu ; site consulté le 31 août 2009.

42 Graham Keeley, « The pain in Spain proves too much as expat Britons pack their bags », The Times, 16 mai 2009 (www.timesonline.co.uk).

43 British Consulate in Alicante, Care of the Elderly : The British Community on the Costa Blanca Alicante, 1995 ; cité par Irene Hardill, Jacqui Spradbery, Judy Arnold-Boakes & Maria Luisa Marrugat, « Severe health and social care issues among British migrants who retire to Spain », Ageing and Society, n° 25, 2005, (769-783), p. 776.

44 Gemma Bowes, « British expats trapped in the sun », The Observer, 29 October 2006 (www.guardian.co.uk).

45 Christopher Nye, « What’s driving Brits Abroad ? », A Place in the Sun, n° 47, novembre 2007, p. 108.

46 Age Concern España, www.acespana.org ; site consulté le 29 août 2009.

47 Christine Toomey, « Sun, sea and debt », The Sunday Times, 26 avril 2009 (www.timesonline.co.uk). Le terme « Helldorado » est formé de hell (enfer) + (El)dorado.

48 Irene Hardill et al., « Severe health and social care issues among British migrants who retire to Spain », Ageing and Society, n° 25, 2005, (769-783), p. 772.

49 Giles Tremlett, « End of the dream for British expats in Spain », The Guardian, 24 juillet 2009 (www.guardian.co.uk).

50 Irene Hardill et al., « Severe health and social care issues among British migrants who retire to Spain », Ageing and Society, n° 25, 2005, (769-783), p. 772.

51 Giles Tremlett, « End of the dream for British expats in Spain », The Guardian, 24 juillet 2009 (www.guardian.co.uk).

52 Peter Pallot, « Don’t take the Spanish authorities for a ride », www.telegraph.co.uk, 28 novembre 2005.

53 Charles Bremner, « Britons head back across the Channel as French good life comes to an end », The Times, 6 décembre 2008 (www.timesonline.co.uk).

54 Laurence Allard, « Les Anglais repassent la Manche », Le Point, n° 1894, 1er janvier 2009 (www.lepoint.fr).

55 Tom Rawstorne, « Pound plunge ends the Costa dream », The Daily Mail, 22 décembre 2008 (www.thisismoney.co.uk). Nous traduisons ; nos italiques.

56 Ibid.

57 Zoe Dare Hall, « How to get ahead on the Med », The Sunday Times, 5 avril 2009 (www.timesonline.co.uk). Cet article explique aux acquéreurs potentiels comment profiter de la crise actuelle et trouver des biens immobiliers à des prix très avantageux dans divers pays méditerranéens ainsi qu’en Croatie.

58 « Spain : Paradise Lost », Studio Lambert Ltd., 2009 (1ère partie, diffusée par ITV1 le 17 juin 2009).

59 « Urbabanización » en espagnol.

60 Tom Rawstorne, « Au revoir le dream… British expats in ‘Dordogneshire’ are now desperate to come home as the credit crunch hits France », mailonline, article du 21 février 2009 mis à jour le 24 février 2009 (www.dailymail.co.uk).

61 « Spain : Paradise Lost », Studio Lambert Ltd., 2009 (1ère partie, diffusée par ITV1 le 17 juin 2009).

62 Christine Toomey, « Sun, sea and debt », The Sunday Times, 26 avril 2009 (www.timesonline.co.uk).

63 Khachig Tololyan, « A General Introduction to Exile » in William Berthomière & Christine Chivallon, op. cit., p. 202.

64 Tom Rawstorne, « Au revoir le dream… British expats in ‘Dordogneshire’ are now desperate to come home as the credit crunch hits France », mailonline, article du 21 février 2009 mis à jour le 24 février 2009 (www.dailymail.co.uk). Nous traduisons ; nos italiques.

65 Khachig Tololyan, « A General Introduction to Exile » in William Berthomière & Christine Chivallon, op. cit., p. 196.

66 Giles Tremlett, « End of the dream for British expats in Spain », The Guardian, 24 juillet 2009 (www.guardian.co.uk). Nous traduisons.

67 Tom Rawstorne, « Pound plunge ends the Costa dream », The Daily Mail, 22 décembre 2008 (www.thisismoney.co.uk). Nous traduisons.

68 Cf. l’article « L’exil dans les littéraires africaines postcoloniales ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search