Versione classicaVersione mobile

Exils

 | 
Hyacinthe Carrera

Pérégrinations d’un Ulysse japonais dans la Russie de Catherine II. Lire l’exil dans Rêves de Russie de Yasushi Inoué

Laurent Barnabe

Testo integrale

« Nous sommes tous des exilés dans un monde sans centre. »
Carlos Fuentes, Terra nostra.

L’exil est un état de fait

1Parler de l’exil, c’est parler de déplacement, d’errance, de fuite. Un sujet se trouve expulsé de sa patrie par une violence incommensurable ; que cette violence soit politique ou accidentelle, et donc subie, ou bien intentionnelle – une forme de pis aller – importe peu au regard du résultat. L’exil est une épreuve (ou un châtiment) d’autant plus redoutable qu’il ne signifie pas seulement des années d’errance loin de la famille et des lieux familiers, mais une sorte d’exclusion permanente qui condamne l’exilé, d’où qu’il vienne, où qu’il soit, où qu’il aille, à se sentir étranger, toujours en porte à faux, en décalage perpétuel.

2Penser l’exil, c’est tout d’abord penser géographiquement, en ce sens que l’exil met en opposition deux espaces : l’espace de la patrie contre l’espace de l’exil. Mais pour comprendre l’exil, il ne suffit pas seulement d’opposer deux espaces géographiques : le pays d’origine et le (ou les) pays d’accueil. L’exil, en fait, fonctionne comme une mécanique binaire d’exclusion : l’un contre l’autre ; et ce, de manière systématique. L’exil dépasse ainsi très largement la seule problématique spatiale, l’ici contre l’ailleurs. L’exil, c’est le permanent perdu contre le provisoire, l’invariant contre le variable, la mémoire contre l’instantané, le figé contre le mobile, le dialogue possible avec le semblable contre le silence face à l’autre.

3Il y a exil, certes, lorsque l’on est maintenu loin de chez soi, mais aussi, et surtout, lorsque l’on est réduit à rêver du temps d’avant en attendant un avenir hypothétique : l’exil se pense donc comme une expérience ontologique qui s’inscrit tant dans la spatialité que la temporalité. L’exilé est inconsolable quant au passé, amer quant au présent, inquiet quant à l’avenir. L’exilé vit dans une tension temporelle permanente : hier lui est inaccessible, aujourd’hui est instable, demain, incertain.

  • 1 Yasushi Inoué, Rêves de Russie (Oroshia Koku Suimutan, 1968), traduit du japonais par Brigitte Koy (...)
  • 2 Inoue rappelle avec insistance dans la longue préface (pp. 9-24) de son roman cet aspect méconnu d (...)

4Le roman d’Inoué1 relate l’histoire véridique2 de marins japonais naufragés qui, après avoir traversé la Russie, parvinrent, au terme de plus de dix années d’errance, à regagner le Japon.

  • 3 À la fin du XVIIIème siècle, le Japon et la Russie n’étaient encore que deux parfaits étrangers qu (...)

5Le 13 décembre 1782, le Shinshômaru et ses seize hommes d’équipage commandés par le capitaine Daikokuya Kôdayû, tous originaires d’Ise, leva l’ancre pour longer les côtes du Japon. Le cabotage aurait dû être court, le voyage dura huit mois. Poussé par un vent furieux, emporté par les tempêtes et « le courant qui obéissait aux caprices du destin » (28), le Shinshômaru, après avoir été la proie et le jouet des flots durant d’interminables mois, finit par s’échouer et se fracasser sur les récifs d’une île aléoutienne, loin, très loin au nord du Japon. Le capitaine Kôdayu et ses hommes d’équipage, en mettant pied à terre, ignoraient tout de cet endroit, l’île d’Amitchka, au sud du détroit de Béring ; ils ignoraient encore son climat d’une dureté inouïe, sous lequel ne survivaient que quelques Aléoutes plus ou moins exploités par des trappeurs venus de Sibérie ; ils ignoraient tout de leur voisin, pourtant si proche : la Russie3. Véritable Ulysse japonais, après plus d’une décennie d’exil, d’attente et d’espoir, dans un pays au climat qui décima ses compagnons, après un long et dangereux périple à travers le Kamtchatka, la Sibérie et la Russie, de l’île d’Amtchitka à Saint-Pétersbourg, Daikokuya Kôdayû, et un seul de ses hommes, revinrent au Japon, où ils ne connurent cependant pas les heureuses retrouvailles du marin grec. Dans cette Odyssée nippone, le retour n’a pas les accents chaleureux du foyer d’Ithaque : après maintes tribulations et maintes rencontres, après avoir côtoyé les « indigènes » russes, avatars locaux des barbares grecs, après avoir été reçu officiellement par l’impératrice Catherine II, Kôdayu, ayant découvert « tant de choses extraordinaires qu’il [lui] est impossible de les garder pour [lui] » (274) désirait simplement, « plein d’usage et raison, vivre entre ses parents le reste de son âge », mais il fut traité avec méfiance, défiance, interrogé, placé en résidence surveillée, et ne rejoignit jamais sa famille.

6L’exil implique une déterritorialisation première et traumatisante. L’exil se place ainsi sous le signe de la violence : arrachement à la terre natale, à la patrie ; séquelles de cette violence initiale qui a conduit à l’expulsion ou au départ ; perte des êtres chers, des objets aimés, des lieux familiers ; abandon de la langue maternelle mais il est aussi un long chemin à travers de nombreuses épreuves, non moins traumatisantes.

7Plus encore que la découverte d’un nouveau territoire, la première véritable épreuve, qui engendre la première crainte pour la survie de l’exilé, c’est l’autre, cet inconnu nécessairement étrange et inquiétant. Après avoir débarqué, les naufragés se retrouvèrent face à « des hommes étranges » aux « cheveux coupés en brosse autour de leur visage d’un rouge noirâtre, vêtus de plumes d’oiseaux qui leur arrivaient jusqu’aux genoux, [portant] à la main un bâton dont l’extrémité était décorée de quatre ou cinq plumes d’oie sauvage. » (26-27). Le capitaine du navire échoué, lors du premier contact s’interrogea sur l’appartenance à l’espèce humaine même des autochtones : se trouvait-il « face à des hommes ou à des êtres démoniaques » (31) ?

8Pour les naufragés, les femmes indigènes « avec leurs traits bleus sur le visage et les ornements en corne qu’elles portaient entre les narines » n’étaient que difficilement considérées comme des êtres humains. Us, coutumes, vêtements étaient autant d’éléments qui rappelaient aux naufragés qu’ils avaient pénétré dans un autre monde. Ainsi, les exilés furent brutalement plongés au cœur d’un monde ensauvagé, peuplé de barbares – ce dernier terme est à comprendre dans sa force étymologique. Plus tard, les Japonais furent confrontés aux trappeurs russes, plus civilisés à leurs yeux, mais non moins inquiétants :

(le capitaine japonais) ne savait pas [...] quels étaient les sentiments des indigènes et des étrangers [les Russes] à leur égard. Pour le moment ils ne semblaient pas méchants, cependant, ne comprenant ni leur langue ni leur façon de penser, Kôdayû s’en méfiait. (34)

9Ce premier contact fut d’autant plus déroutant pour les Japonais qu’il les renvoyait à plusieurs particularités de la civilisation nippone.

  • 4 De 1641 à 1853.

10La première particularité est d’ordre strictement politique : au moment du naufrage, à la fin du XVIIIème siècle, le Japon vivait en autarcie quasi totale depuis près de cent cinquante ans. En effet, pratiquement durant toute la période dite d’Edo4, les shoguns de la dynastie des Tokugawa ont instauré une politique isolationniste stricte appelée sakoku (littéralement « la fermeture du pays ») qui débuta par l’expulsion des missionnaires catholiques et par la limitation des ports ouverts aux étrangers, pour rapidement se durcir avec l’interdiction pour tout Japonais de quitter le pays sous peine de mort, l’expulsion de tous les occidentaux et la destruction systématique des navires capables de naviguer en haute mer. Kôdayû et ses hommes n’étaient donc pas préparés à leur situation d’exilés, ni à la confrontation avec l’autre. Non seulement, ils se trouvaient loin de chez eux, dans une terre inconnue, victimes innocentes d’un destin cruel, mais, qui pire est, le naufrage avait fait d’eux des hors-la-loi. L’exil est vécu par les naufragés comme la transgression d’un interdit ; que cette transgression fût accidentelle importe peu, seul le résultat compte : le naufrage était la preuve de leur culpabilité. D’autant plus, ainsi que le rappelle Kôdayû, qu’« au Japon, on dit de ceux qui [...] ont été le jouet d’un destin malfaisant et n’ont pu trouver leur chemin que c’est un châtiment qui leur a été infligé pour avoir manqué à leurs devoirs filiaux » (201). La position des naufragés était inconfortable et devint rapidement insupportable en raison d’une autre particularité de leur civilisation.

11En effet, il existe un concept intrinsèque à la civilisation japonaise : uchi et soto. Ce concept permet de marquer l’existence de conceptions spatiales régissant les interactions humaines. Il s’agit d’indiquer la place d’un individu par rapport au groupe (nation, village, foyer, entreprise) : uchi renvoie à ce qui appartient au groupe, soto à tout ce qui en est extérieur. De plus, les membres du groupe perdent, dans une certaine mesure, leur individualité pour se fondre dans l’uchi. Si l’individu n’opère pas de lui-même, inconsciemment ou non, le classement attendu, l’entourage, le groupe, la société l’y poussent d’une façon ou d’une autre.

12La relation entre uchi et soto peut se définir par un certain nombre d’antagonismes définissant un champ sémantique vaste : les miens/les autres, nous/eux, familier/non familier, privé/public, inclus/exclu, intérieur/extérieur, vécu/observé, caché/apparent, sacré/profane

13Le naufrage plaça les marins japonais face à une difficulté inédite pour eux : il s’agissait, s’ils voulaient survivre, de repenser ce concept fondamental de leur inconscient collectif. Ce que le capitaine Kôdayû formula ainsi à ses hommes d’équipage :

14À partir d’aujourd’hui, nous avons le devoir de changer notre façon de penser. J’ignore où nous nous trouvons, mais nous devons nous persuader que nous y sommes nés et y avons été élevés. (36)

15Il s’agissait pour les exilés de refonder un uchi, en se fondant dans ce qui représentait à leurs yeux le soto absolu.

16L’exil est toujours une confrontation à l’autre, à cet autre qui s’impose brutalement en tant que nouveau référent, unique et obligatoire, indispensable, certes, mais irrémédiablement autre. Dans le pays d’origine, à plus forte raison peut-être au Japon, l’individu entretient des relations sociales avec le semblable ; l’exil implique quant à lui une perte de repères identitaires : l’exilé n’a plus d’autre lui-même avec qui communiquer, échanger, partager au sein d’un espace social commun. Ce problème de perte de repères identitaires fait de l’exilé un étranger pour les autres et l’oblige à sans cesse repenser et faire valoir sa propre identité. L’exil se comprend donc en termes de déterritorialisation spatiale mais aussi sociale.

17L’objet pleuré dans l’exil est certes le lieu d’origine, mais ce lieu d’origine est plus qu’une parcelle de terre, qui, de fait, n’appartient plus à l’exilé (si jamais elle lui a appartenu) ; l’exilé pleure en réalité un rapport à l’être qu’il était avant, être désormais perdu, et qui le définissait : l’exil est privation de terre mais aussi privation de soi.

18Cette privation de soi est d’autant plus forte qu’elle se complique d’une privation de la parole. Dans l’exil, il y a en effet perte de la nomination. Le langage maternel rend impossible le devenir des marins. Dès lors, s’en débarrasser correspond à un besoin impérieux, à une nécessité vitale. Après la mort de froid et de malnutrition de six de ses hommes, Kôdayû comprit que « pour survivre, il leur aurait fallu comprendre au moins quelques mots de la langue de ces étrangers qui tenaient leur destin entre leurs mains. » (44) L’exil n’implique pas le choix de la langue, l’exil impose la langue.

19Renoncer à la langue maternelle, c’est renoncer à une partie de soi. L’exil manifeste une tension entre l’effacement de l’être ancien et l’émergence d’un être nouveau. La figure de l’exilé pose donc un être en devenir : à la fois en ouverture vers l’autre et en recherche de lui-même. L’exil tend vers une construction, ou du moins vers une négociation ontologique entre celui que l’on a été et celui que l’on espère retrouver.

20Mais pour se retrouver, encore faut-il savoir où l’on se trouve.

  • 5 Pour les marins Japonais, il s’agit bel et bien de (re)trouver l’orient.

21L’exil, nous l’avons dit, provoque une perte du territoire familier et des repères qui s’y attachent. Après cette perte aussi radicale que brutale, le travail de l’exilé consiste à retrouver son chemin. Il s’agit d’organiser cet espace inconnu ; autrement dit, il s’agit d’apprendre à s’orienter5.

22L’action de se mouvoir devint une nécessité pour les naufragés ; s’ils voulaient survivre, ils étaient condamnés à avancer. L’exil, par conséquent, ne peut être que mouvement. Il n’existe pas d’exil statique. S’il n’est pas dynamique, l’exil devient asile. Les mésaventures des marins sont, à ce titre, explicites et symboliques. Les infortunés naufragés ne pouvaient demeurer immobiles sans connaître de pertes humaines. Sur l’île d’Amitchka, la rudesse du climat et le scorbut eurent raison de onze hommes d’équipage, tandis que l’âpre et périlleuse traversée du Kamtchatka et de la Sibérie en plein hiver se fit relativement sans heurts.

23S’arrêter, en exil, c’est mourir ; telle est la leçon, chèrement payée, que Kôdayû retint de ses six premières années d’exil et d’errance. L’exilé est un être qui est condamné à ne jamais connaître le repos, c’est un homme inquiet, dans la force étymologique de l’adjectif.

24S’adressant aux survivants affaiblis et démoralisés, Kôdayû leur rappela péremptoirement :

Nous ne devons pas mourir en terre étrangère. [...] C’est notre devoir. (108)

25Le capitaine japonais avait compris que le renoncement et le découragement ne pouvaient conduire qu’à l’inertie, et l’inertie, qu’à la disparition.

26Pour les exilés japonais, la disparition revêt deux formes toutes deux redoutables et cruelles.

27La première de ces formes, et la plus simple, c’est la mort ; c’est-à-dire l’absorption définitive dans le grand rien, la disparition du corps dans le permafrost septentrional ; ce qui, pour les Japonais survivants, représentait un moindre mal au regard de la seconde forme de disparition possible ou, plus exactement, de dissipation, de dissolution.

28Pire que la mort, donc : l’assimilation ; c’est-à-dire la fusion, l’osmose plus ou moins consentie avec le nouveau territoire, l’acceptation de nouveaux gestes, d’un nouveau rythme, la dissolution, non plus du corps, mais de l’être, l’intégration des Japonais dans la société russe, la perte de leur nipponité. Tel fut d’ailleurs le sort de trois des six rescapés : convaincus de ne jamais pourvoir retrouver leur pays, dans cet exil qui inexorablement les rapprochait de Saint-Pétersbourg, c’est-à-dire de l’ouest, convaincus d’être à jamais contraints de finir leurs jours en terre étrangère, les plus jeunes marins entamèrent une nouvelle vie, prirent femme et fréquentèrent les églises.

29Kôdayû assista impuissant et quelque peu résigné à la métamorphose de ses compagnons d’infortune qui paraissaient « de moins en moins Japonais » et qui perdaient progressivement leur identité tels « à l’automne les arbres qui se dépouillent de leurs feuilles » (123). Un des marins, hospitalisé suite à une amputation due aux engelures avait vu tout espoir de retour au pays natal irrémédiablement perdu et s’était converti à la religion orthodoxe ; conversion qui se doublait d’un changement patronymique : il y a, à la fois, renoncement à la terre d’origine et renoncement au nom d’origine. Kôdayû, lui rendant visite, constata amèrement que :

(...) depuis qu’il avait été hospitalisé et portait un nom russe [...], il fallait admettre, en effet, que son visage n’était plus celui d’un Japonais. Avec les favoris qu’il s’était laissés pousser, son visage émacié qui reposait sur l’oreiller rappelait celui des martyrs, tels que les icônes accrochés dans les églises les représentent. (158)

30L’asile s’accompagne ainsi d’une métamorphose définitive.

31Nous touchons là à l’un des grands paradoxes de l’exil : que l’exilé avance ou se fixe, il ne peut rester lui-même longtemps. L’inertie, d’une part, conduit à l’assimilation, et le déplacement, d’autre part, engendre une transformation : le transport transforme. L’action de se mouvoir, consciente, volontaire et nécessaire, s’accompagne d’une transformation involontaire et imprévue mais tout aussi nécessaire pour survivre et ainsi poursuivre l’action de migration. Dans l’exil, il y a une double nécessité contradictoire en ce sens que l’exilé avance pour rester lui-même mais, dans le même temps, son mouvement induit obligatoirement des altérations par l’adaptation, l’acclimatation. L’exil est donc un processus qui implique une absence de retour au même en tant qu’impossibilité absolue et intrinsèque. L’exilé, en se confrontant au réel, s’y adapte et change continuellement : l’exil est évolutif.

32Avant de pouvoir retourner dans son pays, Kôdayû devait impérativement s’éloigner d’avantage en direction de l’ouest. L’espace qu’il avait parcouru ne représentait pas, en lui-même, une difficulté : dans l’exil, plus que la maîtrise de l’espace, ce qui prime, c’est la maîtrise du temps ; l’espace étant perçu comme une sorte de temps consolidé. L’exilé n’évalue pas son exil au nombre de kilomètres parcourus, mais en mois et en années.

  • 6 L’impératrice est une Allemande de souche. Elle accède au trône russe par alliance avec la famille (...)
  • 7 Nihon : littéralement, l’origine du soleil.

33Ultime étape des pérégrinations russes du Japonais : Saint-Pétersbourg, où il fut reçu officiellement par Catherine II. Elle aussi exilée6, l’impératrice montra un intérêt particulier à la situation du naufragé, car elle y vit une opportunité politique ; le retour tant espéré des marins survivants au pays du soleil levant7 était assuré et fut organisé dans le cadre de la politique russe en Extrême-Orient.

  • 8 L’anecdote est véridique.
  • 9 Si tant est qu’une telle idée puisse y être pensée aujourd’hui.

34L’ambassade russe reçut un accueil froid, tout juste poli, purement diplomatique. Le retour des exilés, quant à lui, ne fut pas l’occasion de retrouvailles chaleureuses : le gouvernement shogunal se trouvait en effet fort embarrassé par les deux rescapés. Fallait-il les considérer comme uchi, ce qu’ils ont été, ou comme soto, ce qu’ils semblaient être. « Il était difficile de les prendre pour des Japonais ; ils ressemblaient plutôt à des Hollandais » remarqua un haut fonctionnaire qui n’avait pas dû rencontrer beaucoup de Bataves dans sa carrière8. Kôdayû, de fait, n’appartient plus à son pays, il ne participe plus ni de près ni de loin au présent de son pays. Même après son retour, l’exilé reste ancré dans un présent figé et révolu. Pour l’exilé, il y a un temps zéro : celui de l’exil, qui l’inscrit dans une temporalité inerte. Le présent de l’exilé est un passé pour le pays qu’il vient de retrouver. Qui plus est, Kôdayû n’est plus l’homme qu’il pense être ; celui qu’il fut, dans le temps d’avant l’exil, n’est plus : il y a eu métissage, chose que la civilisation japonaise d’alors ne pouvait penser9. Le retour de l’exilé correspond à l’arrivée d’un homme nouveau dans un territoire nouveau : le regard que Kôdayû porte sur son pays est celui d’un étranger.

Il retrouvait sa patrie au bout de dix ans, et tout lui semblait beaucoup trop formel et inutile. Il aurait voulu trouver ce pays beau ; or, malgré son côté martial et imposant, il lui paraissait bien misérable et bien vain [...]. Le paysage manquait d’ampleur, les gens eux-mêmes étaient menus, les représentants du fief, du bakufu, les soldats, tous étaient de petite taille et leurs visages étaient tristes et sans grâce. [...] Il remarqua alors que tout ce qui aurait pu être accompli simplement l’était toujours de manière ennuyeuse et rigide. Rien n’était fait avec simplicité. Il était dans sa patrie et il avait l’impression de se trouver dans un pays étranger. (254-255)

35Et le marin de s’interroger : « Accepteront-ils de nous reprendre ? » (256) La nature même semble indiquer à Kôdayû que sa place n’est plus ici : ainsi que le précise à plusieurs reprises Inoué, depuis qu’ils ont accosté au Japon, le coassement des grenouilles ne cesse de se faire entendre ; en japonais, le mot grenouille est homophone d’un verbe signifiant retourner, repartir.

36Rapidement le marin comprit que :

(...) l’obscurité du chemin, le scintillement des étoiles, la couleur du ciel, le coassement des grenouilles, tous ces éléments ne faisaient plus partie de son monde. S’il en avait été différemment par le passé, la réalité désormais était autre. Même les brèves paroles échangées de temps en temps avec les fonctionnaires dans sa chère langue maternelle lui semblaient étrangères. Il était désormais entouré de gens qui ne pouvaient le comprendre. Il avait assisté à tant de choses que jamais il n’aurait dû voir pour conserver le droit ou la possibilité de vivre ici. Jamais il n’aurait dû découvrir l’Angara, la Neva, la glace et la neige d’Okhotsk, [...] les églises et leurs clochers, la taïga qui s’étendait à perte de vue, le splendide palais impérial. Jamais il n’aurait dû rencontrer l’impératrice, si majestueuse et si magnifiquement parée de pierres précieuses. Et pourtant il avait bien vécu et il avait bien vu tout cela. Il ressentait un incommensurable sentiment de solitude [...]. Il était certain d’être incompris partout où il irait. (262)

37Afin de statuer sur le sort de ces encombrants (presque) compatriotes, le shogun demanda à les recevoir. Mais ceux qui avaient approché Catherine II n’entr’aperçurent pas le shogun dissimulé derrière :

(...) un store en bambou à l’entrée de l’endroit où devait se tenir l’audience afin que le shogun pût de sa place regarder les deux naufragés par les interstices. (268)

38La décision finale correspond à une coutume ancienne : shimanagashi, littéralement « l’envoi dans une île », c’est-à-dire la sanction suprême, et pire que la mort en ce sens qu’il s’agit d’une humiliation, l’exclusion du groupe, l’exil intérieur. Les rescapés furent envoyés dans une plantation d’herbes médicinales et selon les consignes du shogun, ils eurent interdiction absolue de raconter à qui que ce soit ce qu’ils avaient vu à l’étranger. Inoué précise qu’ils ne furent « pas autorisés à retourner dans leur pays natal, mais [durent] résider dans cette plantation » (275), de plus sans pourvoir participer aux tâches agricoles. Cette sentence confirmait ce que Kôdayû savait déjà :

(...) il était revenu dans un lieu où il serait beaucoup plus difficile de vivre qu’à Amtchitka, cette île de glace et de neige, qu’à Nijniekamtchatsk ou à Okhotsk. Il avait commis l’erreur de remettre ses pas où jamais il n’aurait dû. (261-262)

39Après plus de dix années de lutte obstinée afin de retrouver la mère patrie, voilà les deux survivants « sur une nouvelle terre d’exil » (277). Le retour, qui marque la fin de l’errance, la fin du mouvement, engendre une inertie totale et définitive.

40Kôdayû dut passer la seconde moitié de sa vie privé de liberté. Il mourut à l’âge de soixante-dix-huit ans, le 15 avril 1828, dans la plantation.

41Lesté de sa mémoire, fixé dans un présent obsolète, quels que soient ses efforts, même en retrouvant le chemin de son pays, l’exilé ne retrouve jamais l’unité perdue. L’exil est un périple sans véritable retour, bien loin, en définitive, de l’odyssée d’Ulysse – qui fut, certes, un long voyage – en ce sens que les dix années d’errance du marin grec en font un héros épique, tandis que les pérégrinations russes du marin japonais le font basculer dans une dimension véritablement tragique.

Note

1 Yasushi Inoué, Rêves de Russie (Oroshia Koku Suimutan, 1968), traduit du japonais par Brigitte Koyama Richard, Phébus, 2004.

2 Inoue rappelle avec insistance dans la longue préface (pp. 9-24) de son roman cet aspect méconnu de l’histoire (la petite) du Japon.
Le lecteur français se reportera aux pages que Jean-Baptiste Barthélémy de Lesseps consacra à Daikokuya Kôdayû dans son journal : Journal historique du voyage de M. de Lesseps [consul de France, employé dans l’expédition de M. le comte de la Pérouse en qualité d’interprète du roi ; depuis l’instant où il a quitté les frégates Françaises au port Saint-Pierre et Saint-Paul du Kamtchatka jusqu’à son arrivée en France le 17 octobre 1788], Paris, Imprimerie royale 1790, pp. 200-202.

3 À la fin du XVIIIème siècle, le Japon et la Russie n’étaient encore que deux parfaits étrangers qui se tournaient obstinément le dos.

4 De 1641 à 1853.

5 Pour les marins Japonais, il s’agit bel et bien de (re)trouver l’orient.

6 L’impératrice est une Allemande de souche. Elle accède au trône russe par alliance avec la famille Romanov.

7 Nihon : littéralement, l’origine du soleil.

8 L’anecdote est véridique.

9 Si tant est qu’une telle idée puisse y être pensée aujourd’hui.

Autore

Docteur es Lettres

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search