Version classiqueVersion mobile

Exils

 | 
Hyacinthe Carrera

Les exils de l’écrivain Josep Pla

Cristina Badosa

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, L’habitus et l’espace des styles de vie dans La distinction, Les Éditions de Minu (...)

1Lorsque nous parlons d’exil dans l’histoire contemporaine de la Catalogne sous administration espagnole, nous faisons habituellement référence à ce qui fait suite à la retirada républicaine, lors de la victoire du général Franco en février 1939. Rarement nous pensons à d’autres exils, bien moins héroïques, mais qui eurent des effets, quoique moins sévères, plus ou moins perturbateurs pour la vie sociale, professionnelle et économique de milliers de personnes. Ce serait le cas des exils provoqués par la Dictature du Général Primo de Rivera, par la révolution du juillet de 1936, et aussi l’exil intérieur pendant la Dictature du Général Francisco Franco. L’écrivain Josep Pla, aujourd’hui reconnu comme un des classiques de la littérature catalane, un modèle de langue littéraire, a passé par ces trois exils en rendant les aspects divers d’une personnalité littéraire et politique complexe. De l’activisme indépendantiste de la jeunesse à la collaboration avec le gouvernement du général Franco pendant la Guerre Civile, pour aboutir au projet de reconstruction du pays par l’écriture. Homme d’ordre, politiquement possibiliste, adhérent au vitalisme nietzschéen, Josep Pla sait très bien jouer son rôle dans tous les scénarios. De son origine villageoise, de Palafrugell (Gérone), ville particulière grâce à un tissu social très divers, formé par commerçants, paysans, pêcheurs, ouvriers et industriels du liège, souvent descendants d’indians ou americanos, qui avaient fait fortune aux Amériques, notamment à Cuba, Pla acquit tout jeune et de façon naturelle une pratique sociale très transversale qui lui permit de se construire un « habitus » très riche, pour nous servir de la définition de Pierre Bourdieu1. Il fait les études de droit à l’Université de Barcelone pendant la Grande Guerre et entre dans le journalisme, suivant sa carrière d’écrivain, qui lui ouvre un nouveau capital social et culturel qui élargira son habitus. En 1920, à l’âge de 23 ans, il est envoyé comme correspondant du journal « La Publicidad » à Paris. Prenant comme centre la capitale française, il séjourne dans divers pays de l’Europe, jusqu’en 1930 où il se met au service du politicien catalan Francesc Cambó, et fera la correspondance au Parlement espagnol à Madrid pendant la République pour le journal conservateur « La Veu de Catalunya », jusqu’à peu de mois avant le soulèvement du général Franco. Au cours de ces années comme correspondant en Europe il est témoin privilégié de la société parisienne à la fin de la Grande Guerre, de la Marche sur Rome des partisans de Mussolini en 1921, de la dévaluation du marc dans la République de Weimar, en Allemagne en 1923, de la Russie de 1925, de la première grève générale dans la Grande Bretagne en 1925, des tensions et conflits dans les Balkans en 1929, de l’avènement de la République à Madrid en avril du 1931. Depuis l’apparition en 1925 de son premier livre Coses vistes, un recueil de proses littéraires sur ses expériences immédiates, Pla est salué par la critique et les lecteurs comme un écrivain audacieux, de style riche et sensuel, ironique, rebelle, polémique. Il a un grand succès de ventes qui se répétera à l’apparition de chaque nouveau volume.

L’exil sous la dictature du général Primo de Rivera

2Au printemps 1924 Pla est à Paris de retour de son séjour à Berlin et la Ruhr. Dans la Rotonde de Montparnasse un groupe hétérogène d’espagnols d’idéologies diverses, la plupart de ses membres étaient exilés et conspiraient contre la dictature du général Primo de Rivera. Pla s’ajoute au groupe, signe des manifestes contre la dictature, publie des articles d’analyse sur la paralysie de la politique catalane, propose la relève de la bourgeoisie, trop séduite par le sectarisme d’Action Française, et du prolétariat qu’il juge trop irréaliste, par les classes moyennes proches de la république, et propose l’indépendance de la Catalogne. Pla avait abandonné la modération d’Action Catalane pour défendre et collaborer avec Estat Català, un parti activement engagé dans la récupération des libertés de la Catalogne. Un virage, et surtout la manifestation de son caractère possibiliste et vitaliste, modelé avec l’expérience directe du procès fasciste, qui le tournait vers le libéralisme ; une adaptation au nouveau moment politique. Les trois articles qu’il publia dans le journal « El Día » de Majorque en octobre 1925, une dénonciation de la lamentable politique colonialiste du directoire au Maroc, lui valurent un ordre militaire de requête et, ne pouvant se présenter car il était en Europe centrale, il fut déclaré en rébellion. L’impossibilité de rentrer sur le territoire espagnol jusqu’en juin 1927, l’empêcha de passer les vacances estivales avec sa famille à Calella de Palafrugell. Une circonstance qui le plongea dans une certaine mélancolie, mais que sa nouvelle relation avec Adi Enberg qui fréquentait aussi le groupe de la Rotonde, et les nombreux voyages que lui imposait le journalisme de correspondance, lui permirent de surmonter. D’autre part cette période de sa vie est riche en production littéraire, qui le consolide comme écrivain, avec une production qui sera le noyau de son œuvre postérieure. Un exil qui fut productif et quoiqu’il ne lui épargna pas la tristesse, la jeunesse, le goût de l’aventure, une relation sentimentale qui se consolidait, lui permirent de profiter du côté positif : aux yeux de nombreux lecteurs il avait l’auréole du rebelle.

L’exil bourgeois de la révolution du 1936

3Le deuxième exil de Josep Pla fut bien moins glorieux. La révolution du juillet 1936 amena une certaine bourgeoisie conservatrice catalane vers l’exil, fuyant des représailles des milices antifascistes souvent incontrôlables, surtout au début de la rébellion du Général Franco. Malgré l’ordre établi par les différents comités, il ne se put empêcher l’assassinat, le 26 août, de Josep Maria Planas, directeur du périodique satirique « El Be Negre », qui avait écrit dans le journal « La Publicitat » un article critique contre la violence des anarchistes de la FAI. Cela étant, des intellectuels appartenant à une certaine bourgeoisie, qui souvent étaient même proches de la République, envisagèrent de quitter le pays en attendant que la situation s’apaise. Quelques uns rejoignirent le front républicain, d’autres, économiquement aisés, adoptèrent une attitude attentiste, et d’autres encore, plus conservateurs ou simplement profondément émus par les actes de violence commis par des groupes incontrôlés de miliciens anarchistes, se mirent à l’abri et sous la protection des quelques anciens politiciens conservateurs catalans qui avaient entrepris la défense de l’ordre. Notamment le politicien Francesc Cambó, deux fois ministre lors des gouvernements d’Antonio Maura, mais surtout l’avocat Josep Bertran i Musitu, ex-ministre de la monarchie, qui organisa un service d’information à Marseille faisant les fonctions d’un efficace centre d’espionnage au service du Général Franco. Ce service d’information, SIFNE (« Servicio de Información del Nordeste de España »), faisait partie du service d’espionnage franquiste organisé en France lors du coup d’état militaire. Outre Marseille, le SIFNE, dans le sud de la France, avait des antennes à Biarritz, Bayonne, Bordeaux, Pau, Toulouse, Perpignan, Port-Vendres, Sète et Nice. Il avait des informateurs en Grande Bretagne, en Hollande, en Belgique et en Suisse. Les activités de l’organisation furent nombreuses pendant l’année et demi de son existence : tracer des cartes des côtes de la Catalogne, intercepter les communications, s’informer des mouvements de la flotte des ennemis, des effets des bombardements, des activités diplomatiques, déchiffrer des codes, examiner la presse ennemie, surtout l’étrangère, qui était libre de censure, surveiller et contrôler les frontières et déterminer l’importance des cargaisons que transportaient les navires. Telle était la situation de la Guerre Civile hors du territoire espagnol à l’automne 1936. La place occupée par Marseille depuis l’été 1936 jusqu’au mois d’août 1937 fut essentielle pour les deux factions. Pour les républicains c’était le port d’où partaient une bonne part des approvisionnements de guerre, pour les nationaux un emplacement clé pour la surveillance de ces mouvements. L’écrivain et journaliste Josep Pla et sa femme Adi Enberg débarquèrent à Marseille cet été 1936. Dés leur arrivée ils furent tout de suite embauchés par Bertran i Musitu, qui était particulièrement intéressé par les connaissances de langues, de sténographie et de tachygraphie d’Adi Enberg. Outre le salaire, Bertran i Musitu leur proposa d’occuper l’appartement qui était au même étage, juste devant le bureau de l’organisation. Le travail comprenait d’autres responsabilités, telles que la surveillance du bureau central de l’organisation, et aussi l’accueil des réunions qui auraient fait l’objet des soupçons de la préfecture de Marseille, ou des communistes espagnols. Le secrétariat d’Adi Enberg avait un rôle essentiel dans l’organisation, mais Josep Pla accomplit aussi quelques travaux d’information qui contribuèrent à enrichir les dossiers qui étaient envoyés au gouvernement de Franco à Burgos. Ses promenades sur le Vieux Port, les apéritifs dans les glaciers, avaient comme résultat une appréciation assez complète sur la situation et le moral de l’arrière6garde républicaine. Les fugitifs, la plupart encore bouleversés, parlaient volontiers à un journaliste et écrivain de prestige de la situation chaotique qui leur avait fait abandonner le foyer, le travail, l’entreprise, la famille, les propriétés. Pla avait le charme du villageois cosmopolite qui avait l’habitude de côtoyer, avec aisance ou familiarité, une société d’une remarquable diversité. Et c’est ainsi qu’il puisait aussi une information précieuse auprès des marins et capitaines qui faisaient le ravitaillement de la République. Tout autant que son collègue le journaliste Carles Sentís il surveillait les péniches qui naviguaient sur le canal du Rhône et faisaient le transport de l’armement pour la République espagnole entre Le Havre et Marseille, ou par le canal du Midi, entre Sète et Bordeaux. L’aventure d’espionnage s’arrêta brusquement en juillet de 1937 lorsque la police française, qui suivait les activités du bureau depuis le mois de février, démantela l’organisation d’espionnage franquiste. Et alors commença le périple d’Adi Enberg et Josep Pla, qui se séparèrent pour éviter les soupçons : elle reprit son travail de secrétaire dans le site de l’organisation à Biarritz, et peu après rejoignit l’ex-ministre Francesc Cambó qui la réclama auprès de lui, d’abord à la villa Maryland à Montreux et plus tard à Opatija en Yougoslavie, où Cambó débarqua avec toute son équipe, après s’être déplacé à bord de son yacht Catalònia : le conflit l’avait surpris en pleine croisière de vacances et depuis c’était son moyen de déplacement. Josep Pla retrouva Adi Enberg après un long détour par Paris et Rome où il se retrouva avec le groupe d’intellectuels conservateurs, quatre-vingt-dix en tout, soutenus par Francesc Cambó, qui avaient comme tâche d’écrire des livres et diffuser la cause des conservateurs espagnols en Europe. Pla arriva à écrire trois livres, seul ou assisté par Joan B. Solervicens. Quelques mois plus tard, à Biarritz, ils en écrivent encore un quatrième. Aucun de ces livres n’est signé par lui, ou bien parce qu’il travaille pour d’autres, ou bien, et c’est plutôt cette raison, parce qu’il veut se réfugier dans l’invisibilité. Seul un cinquième livre fut publié plus tard : La Historia de la Segunda República qui fut payé par Cambó lorsqu’il séjourna à Opatija chez Adi Enberg, et dont il garda une copie, motif du licenciement du couple, car le mécène avait des idées très particulières à propos de la propriété intellectuelle. Un exil pendant la guerre civile passé sous le silence et l’anonymat. Aucune piste, pas un mot, toute preuve effacée. Bien au contraire des étapes antérieures et postérieures, quoi qu’il partage avec la première le côté aventure.

L’exil intérieur

4Mais l’exil le plus impitoyable pour le moral de Josep Pla fut l’exil “intérieur”. Lors de son entrée dans la zone nationale ou franquiste en octobre 1938 par la frontière d’Irun où l’attendaient les journalistes Eugenio Montes, Augusto Assía et Dionisio Ridruejo, il eut le chemin professionnel ouvert au « El Diario Vasco » grâce a son collègue et ami Manuel Aznar qui en était le directeur. Quoiqu’il ait été un homme de la Lliga Regionalista et donc soupçonné de séparatisme, il crut pouvoir jouer un certain rôle dans le journalisme du front conservateur. Le niveau du « Diario Vasco » était étonnamment élevé, ainsi que les premiers exemplaires de « La Vanguardia Española », pendant les trois mois où les deux journalistes en furent les directeurs, lors de l’occupation du journal à l’entrée à Barcelone, à l’arrière garde de l’armée du Général Franco. Les sujets marqués par l’idéologie franquiste sont présentés dans une perspective plus large, dans la tradition des grands journaux européens, les réflexions sont pleines d’intérêt, les informations bien documentées, et le style est celui du journalisme de la haute culture de l’Europe d’avant la 2ème Guerre Mondiale. Cependant les intérêts du régime franquiste avaient changé ; au moment de l’occupation de Barcelone, don Joaquin Serrano Súñer (« el cuñadísimo » car marié avec la sœur de la femme du Général Franco) avait jugé opportun de placer Manolo Aznar et Josep Pla au premier rang de la direction de « La Vanguardia Española » pour servir le nouvel ordre politique, mais devant la tournure européiste qu’imprimaient les deux journalistes, Juan Ignacio Luca de Tena et Serrano Súñer décidaient envoyer Luis de Galinsoga, qui était directeur du journal « ABC » de Séville (pour « hispaniser » ou « faire Espagne » ?) à Barcelone. Par ailleurs, l’intention de Luca de Tena de nommer Josep Pla correspondant de l’« ABC » à Londres ou Rome échoua.

5Depuis la victoire franquiste Pla avait vécu dans une sorte de deuil, malgré ses relations du côté des vainqueurs et ses critiques contre les communistes, les rojos, les rendant coupables des destructions ; dans un de ses premiers articles à « La Vanguardia » il comprend, devant l’occupation de Gérone par les troupes franquistes, la dimension réelle de la tragédie : rien ne serait comme avant le désastre, toute une tradition, un esprit et une langue avaient été balayés. Le deuil pour le pays perdu fut bref, repris par l’activité de la reconstruction, il revendique encore à « La Vanguardia », deux vertus du caractère catalan : le bon sens, « el seny », et le travail, comme nouveaux mots d’ordre. Mais le régime franquiste n’était point sensible aux qualités catalanes, ni à quoi que ce soit de catalan stigmatisé comme séparatiste, et trois mois après il se retrouve délaissé par ses partenaires. Josep Pla n’était donc bien vu ni par les uns ni par les autres ; le monde intellectuel et politique en exil extérieur et intérieur appartenant à la République vaincue le considérait comme un lâche, pour l’entourage du régime franquiste il était un catalan proche a la Lliga, en somme peu fiable.

  • 2 Selon l’étude de Sigmund Freud, « Deuil et mélancolie », pour le deuil c’est le monde qui est deve (...)
  • 3 Cristina Badosa, Josep Pla, el difícil equilibri entre literatura i política (1927-1939), Ed. Curi (...)
  • 4 Josep Pla, Correspondencia a Pere Pla, Ed. Destino, Barcelona, 1997.

6Vers la fin du mois de mai Josep Pla rentre à Palafrugell, au Mas Pla de Llofriu et renonce à la récupération de l’identité culturelle du pays ; en une sorte d’auto-exil intérieur il décide de se retirer de la vie publique espagnole, barcelonaise et catalane à Fornells (Begur), et plus tard à L’Escala et finalement à Cadaqués. Le retour au foyer familial peut être interprété comme une retraite au pays des origines, la seule qu’il pouvait faire, mais aussi comme un retour aux sources de sa littérature, au peuple appartenant à un vieux littoral méditerranéen. L’impression de solitude (sa femme Adi l’avait laissé) de n’avoir plus de plateforme officielle, somme toute de faire partie du camp des vaincus, le plongent dans un état de mélancolie progressif2, qui se transforme en maladies somatiques : un typhus et une pleurésie, qui l’éloignèrent de la vie publique et professionnelle pendant trois mois (entre février et avril 1942). Pla, homme d’ordre, ressentait la honte d’avoir collaboré à l’ascension d’un régime qui créait un pays qui se refermait sur lui-même, pratiquait l’exclusion, bref, fasciste. A plusieurs reprises, pris de remords, il s’était confessé auprès de témoins3 d’avoir agi pendant la guerre comme « un misérable ». Josep Pla avait une tendance mélancolique depuis tout jeune, son caractère sociable et communicatif était en quelque sorte l’envers d’une personnalité extrêmement sensible et vulnérable, comme on peut le lire dans la correspondance avec son frère Pere4 lors de ses premiers longs séjours à Paris, Berlin, Rome, Londres et Leeds. Si alors l’éloignement de son milieu habituel aurait pu alimenter cette tendance naturelle, maintenant il s’agissait de la disparition même de son pays, de ce qui s’avérera comme un génocide culturel, social, civil. L’identification de Josep Pla avec le pays, sa carrière professionnelle et littéraire entraient ainsi dans une sorte de cul-de-sac. Sa première réaction de retourner au foyer familial, outre le fait de n’avoir plus de raison pour rester dans une Barcelone occupée, est surtout un retour aux racines, à ce pays territoire qui avait été vaincu et officiellement n’existait plus.

7Les contraintes économiques l’amenèrent à collaborer à l’hebdomadaire « Destino » qui depuis sa création à Burgos en 1937, restait lié à la Phalange. Malgré un début vacillant, Pla initia le 24 février de 1940 une section avec le titre « Calendario sin fechas » qui deviendra de plus en plus populaire et tiendra jusqu’à la vente et la transformation de « Destino » en 1976. Jusqu’en 1945 l’hebdomadaire avait le sous-titre Política de unidad marqué par les flèches de la Phalange sur la couverture. La position de Pla fut dans ces débuts marquée par l’ambigüité : d’une part il suivait la ligne idéologique de l’hebdomadaire, mais en même temps il s’éloignait du ton de vengeance et médiocrité qui imprégnait toute la vie culturelle. Cependant, l’adhésion au régime franquiste est bien lisible dans quelques articles ainsi que l’édition de « Historia de la Segunda República » : malgré l’avertissement d’une étude faite dans la perspective de l’objectivité, la rigueur et la sérénité, il n’y épargne pas les républicains, leur excès de verbalisme ainsi que leur incapacité à résoudre les problèmes les plus élémentaires de la politique et l’ordre public Cette incompétence des partis de gauche lui faisait valoriser le Alzamiento Nacional jusqu’à l’élever à la catégorie de légal et louer l’armée du Caudillo qui avait pris la responsabilité de ramener l’ordre dans le pays. Ses sentiments sur la politique des partis de gauche pendant la République n’avaient pas changé depuis ses « chroniques » du journal « La Veu de Catalunya » entre 1932 et 1936, tout simplement il avait exagéré les appréciations négatives. Opportunisme politique pour gagner la faveur des vainqueurs mais aussi preuve que ces arguments lui servaient pour justifier le régime franquiste. Finalement il faut croire aussi en des raisons matérielles : il voulait éditer un livre qu’il avait amené dans sa valise pendant tout son périple après avoir été chassé par Francesc Cambó.

  • 5 Benedict Anderson, Comunitats imaginades, Editorial Afers, Universitat de València, 2005, p. 25.
  • 6 B. Anderson, pp. 37-40
  • 7 Romantisme catalan, qui commença vers 1830, se répandit dans tout le domaine linguistique, jusqu’e (...)

8Une fois la reprise de la collaboration assurée, il fait du pays/territoire l’objet de sa littérature et de son journalisme. A la différence des écrivains de l’exil extérieur qui étaient éloignés de leur public, Pla se construit semaine après semaine un public fidèle, proche et complice, jusqu’à la fin du franquisme en 1976, parallèlement à l’hebdomadaire « Destino », qui était devenu le plus prestigieux de l’Etat Espagnol, après son achat par celui qui deviendra président de la Generalitat de Catalogne, Jordi Pujol. Pendant ces presque trente-six ans de journalisme, Pla retrouve dans une première étape la Catalogne territoire, en un nationalisme romantique, selon la définition de Benedict Anderson5, qui identifie terre avec nation, et peuple avec langue, quoique ce deuxième binôme boite dans ces circonstances politiques. Devant la liquidation de la langue catalane comme langue de culture, Pla n’hésite pas se servir de l’espagnol, farci de catalanismes calculés et bien à propos, autant pour rappeler une identité menacée que pour se moquer des prétentions impérialistes de l’Espagne franquiste (qui prenait le modèle des dynasties qui se déclaraient naturelles en Europe6, comme les Bourbons ou d’autres qui gouvernaient par dispense cosmologique ou divine, comme le Caudillo). Malgré cela, à la fin de sa vie, dans une nouvelle poussée de son principe d’ordre il n’économisa pas les attentions au prince Juan-Carlos, le recevant au Mas Pla de Llofriu, et proclamant le nationalisme populaire contre le nationalisme dynastique, encouragé en Europe par le capitalisme et basé sur les langues vernaculaires. Privé d’écrire en langue catalane il ne se privera pas d’écrire sur le travail des hommes qui avaient construit un modèle de civilité, pour sauver le pays de la destruction du temps et de la misère morale. A partir de 1947 Pla reprend le catalan avec l’édition de « Cadaqués », où l’analyse sociale et l’étude anthropologique sondent le caractère des gens de l’Empordà (Gérone) et donnent un de ses meilleurs livres. L’attention portée au peuple de l’Empordà, son premier habitus, lui permet de reconstruire et récupérer l’essence sociale d’un pays, que d’une part le régime franquiste et d’autre part un peu plus tard le tourisme de masse qui envahira son littoral de la Costa Brava pouvaient dépersonnaliser. Il renforçait ce retour vers un localisme méditerranéen avec des références constantes aux vertus spirituelles de la civilisation de la Grèce classique. Cependant son classicisme grec était dépouillé du sens révolutionnaire et sensuel que lui avaient donné Ernest Renan et Anatole France et soulignait les valeurs de la critique socratique. Une façon de critiquer le dogmatisme d’Etat sans pour cela en être soupçonné. Lorsque Pla se rapprochait d’un barcelonisme encore timide, il avait comme modèle son côté méditerranéen, symbolisé par les Rambles de Barcelone, toujours mouvantes, changeantes, hétérogènes. Mais Pla allait aussi plus loin, et s’éloignait du victimisme et des rédemptoristes et reprenait l’édition des grands reportages sur la politique internationale sous le pseudonyme de Tristan. C’est ainsi qu’en 1947 il publiait des reportages sur Jean-Paul Sartre, des fragments de son livre sur la Russie édité en 1925, le testament du politicien de la Lliga Regionalista Francesc Cambó, qui était exilé en Argentine, de longs articles sur la grande Barcelone, l’agriculture, l’industrie et la démographie de la Catalogne. Le ton était complètement nouveau dans la presse espagnole, il introduisait l’air qui se respirait en Europe et il informait sur les problèmes de la Catalogne et de Barcelone qui intéressaient les lecteurs. Il créait, donc, un état d’opinion toujours soucieux des besoins du pays, que la politique étatiste ignorait. De même, Pla avait aussi repris les ébauches biographiques sur les artistes, écrivains, hommes de science, penseurs, architectes, politiciens catalans, qu’il avait publiés avant la guerre civile et en complétait des biographies. Il travaillait aussi sur les mouvements qui configuraient l’horizon culturel depuis la révolution industrielle et la Renaixença7 et que le régime franquiste s’efforçait de rendre invisibles. Pla sera le premier à nous rappeler les mouvements moderniste, noucentiste, les avant-gardes, antérieurs à cette Barcelone morne et grise de la dictature, et qui avaient placé la culture catalane dans la culture universelle. La nouvelle orientation que, grâce à Josep Pla, prenait « Destino ne passa pas inaperçue auprès de l’exil extérieur : les uns valorisaient la critique de Pla contre le régime franco-phalangiste, mais ils ne pouvaient accepter la solution du groupe de l’hebdomadaire, une sorte de despotisme éclairé sous une monarchie peu parlementaire et pas du tout démocratique ; d’autres, plus radicaux se déclaraient « destinophobes », et accusaient les collaborateurs d’opportunisme, tout en proposant le silence.

9Josep Pla jour après jour réécrit toute l’œuvre publiée avant la guerre et c’est ainsi qu’il accomplit le projet de récupération de la mémoire pour les générations à venir. Une intention qu’il expose, dès la préface dans le premier volume de la première série des trois éditions des œuvres complètes, et qu’il ne cessera de répéter jusqu’à la dernière édition, considérée par lui comme définitive, avec ses 47 volumes et plus de trente mille pages, dont le premier, El quadern gris, son œuvre capitale, est une mosaïque de la vie dans l’Empordà et à Barcelone au début des années vingt. Faisant entendre sa voix, parfaitement identifiable, il s’adresse à un lecteur tout aussi identifié dans un paysage familier et un temps de chronologique. Il lutte contre le perte de mémoire non pas avec la reconstruction d’une mémoire morale, mais avec le travail immense de récupérer un habitus qui n’a pas disparu complètement, et que l’art de sa prose sensuelle, détailliste, pleine d’humour et culture, en inventant des images toujours surprenantes par son originalité, réveille et rend bien réel. Le lecteur averti qui sait mesurer ses opinions politiques, se retrouve avec son milieu naturel, sa culture. Les écrivains des nouvelles générations l’ont pris comme l’un de leur modèles.

  • 8 Gilles Deleuze, Pourparlers (1972-1990), Les Editions de Minuit, Paris, 1990/2003, p. 235.

10Josep Pla aura contribué à la création d’une communauté en lui rendant la mémoire, dans toute sa diversité et complexité. Selon Gilles Deleuze « L’artiste ne peut que faire appel à un peuple, il en a besoin au plus profond de son entreprise, il n’a pas à le créer et ne le peut pas. L’art, c’est ce qui résiste : il résiste à la mort, à la servitude, à l’infamie, à la honte8. » Ainsi Josep Pla rejoindrait cette minorité dont parle Deleuze qui aurait su construire des modèles, avec l’espoir de devenir majoritaire dans la lutte contre la mort ou la disparition.

Notes

1 Pierre Bourdieu, L’habitus et l’espace des styles de vie dans La distinction, Les Éditions de Minuit, Paris, 1979, pp. 196-148.

2 Selon l’étude de Sigmund Freud, « Deuil et mélancolie », pour le deuil c’est le monde qui est devenu pauvre et vide, pour la mélancolie c’est l’« ego » même. Dans Sigmund Freud, Dol i malenconia dans Escrits metapsicològics, Ed. 62, Barcelona, 2005, p. 223.

3 Cristina Badosa, Josep Pla, el difícil equilibri entre literatura i política (1927-1939), Ed. Curial, Barcelona, 1994, pp. 386-7.

4 Josep Pla, Correspondencia a Pere Pla, Ed. Destino, Barcelona, 1997.

5 Benedict Anderson, Comunitats imaginades, Editorial Afers, Universitat de València, 2005, p. 25.

6 B. Anderson, pp. 37-40

7 Romantisme catalan, qui commença vers 1830, se répandit dans tout le domaine linguistique, jusqu’en 1890, qui fut supplanté par le modernisme. Fortement influencé par le romantisme allemand, avec des éléments de l’Illustration, coïncidant avec les débuts de l’industrialisation, la Renaixença redéfinit et redécouvre les éléments constitutifs de l’identité catalane, son esprit national, avec la pensée, la législation, le patrimoine historique et arquéologique, le folklore, la littérature et surtout la langue.

8 Gilles Deleuze, Pourparlers (1972-1990), Les Editions de Minuit, Paris, 1990/2003, p. 235.

Auteur

PR Études catalanes
Université Perpignan Via Domitia

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search