Version classiqueVersion mobile

Exils

 | 
Hyacinthe Carrera

Mout m’alegra douza vos per boscaje. Chanson de départie ou chanson de change ?

Michel Adroher

Texte intégral

  • 1 Je veux donc que vous vous mettiez en route / et que vous retourniez dans votre terre.

« Per so vueil tengas vostra vía E en vostra terra tornes... »1
Flamenca, v. 6784-6785

  • 2 Ou Guilhem de Cabestanh, forme occitane de son nom. Dans cet article je renvoie à l’édition des Cha (...)
  • 3 en peurada (autrement dit d’une sauce au poivre)
  • 4 Décaméron, (1349-1351) 9e nouvelle de la 4e journée.
  • 5 De l’Amour (1829), chap. LII.
  • 6 Dictionnaire des Lettres Françaises (DLF), Fayard, Paris, 1992, article « Guilhem de Cabestany », p (...)
  • 7 Cf. éd. Arthur Långfors, p. 21-23. La chanson et sa traduction sont données en annexe.

1Le troubadour roussillonnais Guillem de Cabestany2 est universellement connu par la légende du coeur mangé3, légende reprise tour à tour par Boccace4 et Stendhal5, qui ont fait de ce modeste chevalier le parangon du fin’amador. Moins connue que sa vida, son oeuvre témoigne du fait que cette réputation n’est en rien usurpée : comme le signale l’article du Dictionnaire des Lettres Françaises qui lui est consacré, ce poète infortuné « qui écrivait de 1180 à 1215, a laissé huit cansos, conformes, dans tous les détails de leurs développements, aux principes de l’amour courtois »6. Mais, pour limpides qu’ils soient dans leur ensemble, examinés de plus près, ses textes réservent parfois quelques zones d’ombre à l’amateur d’énigmes. Quel moderne exégète ne s’est vainement essayé à résoudre l’aimable devinette sous laquelle, en conclusion de sa chanson VII « Mout m’alegra douza vos per boscaje »7, il cache malicieusement le nom de sa bien-aimée ?

  • 8 VII, 5 ; Si vous voulez que je vous dise son nom, / vous ne trouverez pas une aile de pigeon / où v (...)

E si volez qu’eu vos diga son nom,
Ja non trobares alas de colom
O no·l trovez escrig senes falenza;
Mais en lezer en monstre cognoscenza8.

2Or cette pièce pose bien d’autres problèmes. Elle présente en particulier une difficulté d’interprétation qui remet en cause son statut typologique, et invite même à s’interroger sur le sens de l’oeuvre entière : en rédigeant la troisième cobla de sa canso, et tout particulièrement le vers « En autra terra irai penre lengaje », Guillem donne-t-il à ce poème des accents de chanson de departie ou de chanson de change ? Autrement dit, s’agit-il là de l’annonce du départ imminent pour la croisade en Terre Sainte ou d’une manière élégante de prendre congé d’une dame décidément bien encombrante ? Chant d’exil ou de rupture ? Si Cette dernière hypotèse se confirmait, la lecture « romantique » qu’un Stendhal nous propose dans De l’Amour de la vida de Guillem de Cabestany, ne manquerait pas d’en pâtir...

3Voici l’argument de cette chanson, la septième dans l’ordre alphabétique adopté par Långfors : le troubadour évoque à la troisième personne une dame devenue lointaine. Certes, il devrait se réjouir d’entendre chanter le rossignol aux côtés de sa compagne [cobla I], mais ce chant rappelle à l’amant nostalgique son pays et sa dame dont les qualités physiques et morales (« senz es en lei, beutatz e cortesia ») raniment le joi en son coeur [cobla II]. Les médisants et les envieux (li lausengier) l’obligent à s’exiler, sans espoir de retour, dans un pays où la souffrance de la séparation d’avec son amie et le cruel désir auront tôt fait de le tuer (« E· l desirer mi auran tost aucis »/« A pauc no · m muor can de lei me partis ») [cobla III]. Pourtant, dans un sursaut, il nie avoir quitté sa dame : son coeur, en effet, reste avec elle nuit et jour (« Anz es mos cors ab leis e noit e dia ») [cobla IV]. La dernière strophe revient sur les qualités exceptionnelles de la femme aimée qui n’a pas sa pareille « de ci tro a Mesina » (d’ici jusqu’à Messine). Enfin, son identité semble sur le point d’être dévoilée : « Si vous voulez que je vous dise son nom, vous ne trouverez pas une aile de pigeon où vous ne le trouviez écrit sans faute ». Belle et énigmatique formule digne du trobar clus, dont l’élucidation est annoncée pour une fois prochaine, laissant le lecteur sur sa faim... [cobla V].

4C’est dans la troisième strophe de cette canso que se cache la pierre d’achoppement :

  • 9 VII, 3 ; J’irai m’établir dans une autre contrée, / de sorte que jamais plus je ne serai dans celle (...)

En autra terra irai, penre lengaje,
Si que ja mai en aquesta non seia,
E·l lausengier, qui m’an mort per enveia,
N’auran gran joi can me veran salvaje;
E·m menerai com paubres peleris,
E·l desirer mi auran tost aucis,
E se mai non, ben ai Amor servida
E servirai tot lo jorn de ma vida.9

  • 10 Emil Levy, Petit Dictionnaire provençal-français, Raphèle-Les-Arles, 1909.
  • 11 Arthur Långfors, op. cit., p. 22.
  • 12 Montserrat Cots, « Las poesías del trobador Guillem de Cabestany », Boletín de la Real Academia de (...)
  • 13 j’irai demeurer dans une autre terre.
  • 14 La Viole et l’Or, Les Amours véritables de Guillem de Cabestany, 1996, p. 37
  • 15 L. Rossi et A. Zino, Cultura neolatina, 1979, vol. 39. p. 72 : J’irai ailleurs tenter ma chance [jo (...)

5La compréhension et la traduction du vers « En autra terra irai penre lengaje » pose en effet un problème dont témoignent les critiques et les éditeurs successifs de l’oeuvre de Guillem de Cabestany. Tous s’y sont, en quelque sorte, cassé les dents. Que doit-on entendre exactement par le syntagme « En autra terra » ? et surtout, que signifie l’expression « penre lengaje » ? Dans son Petit Dictionnaire provençal-français, Emil Levy donne de lengaje la definition suivante : « s. m. Langage, langue ; pays ; prendre l. Prendre domicile ? »10 En accord avec cette proposition bien incertaine que Levy lui-même assortit d’un point d’interrogation, Arthur Långfors, hasarde la traduction : « J’irai dans un autre pays »11. A sa suite, Montserrat Cots12 donne en espagnol une formulation équivalente : « Me iré a morar a otra tierra »13. De son côté, Renada-Laura Portet, introduit une précision : « Dans un autre pays j’irai assumer une mission »14. Quant à Luciano Rossi, il avance à son tour une traduction inattendue qui éclaire le sens du texte d’un jour nouveau : « Andrò altrove a tentare la sorte [a giocare la posta] »15.

6Ces traductions divergentes s’expliquent par l’énigme que constitue l’expression « penre lengaje », diversement lue et interprétée. Chacune, nous le verrons, possède sa légitimité. Il reste qu’une autre interprétation, bien distincte des deux premières, est rendue possible par un découpage différent des mots. J’en formulerai l’hypothèse avec prudence... Enfin, dans un souci de communion oecuménique autour d’une oeuvre qui repose sur l’amour, valeur universelle qui ne souffre pas la polémique, je tenterai une approche nouvelle de ce vers bien problématique, avec l’ambition d’en synthétiser les différentes lectures. Peut-être alors serons-nous en mesure d’apporter quelques éléments de réponse à la question initiale : Mout m’alegra douza vos per boscaje, chanson de départie ou chanson de change ?

I. Trois lectures d’un même vers

  • 16 A. Långfors éd., op. cit, p. 24-26.

7Pour les scribes médiévaux comme pour l’érudit moderne, la lecture des textes manuscrits (et c’est là un charme puissant) est souvent soumise à interprétation, parfois pour des raisons purement littéraires, plus fréquemment à cause de difficultés matérielles : lacunes dues à un saut du même au même, taches d’humidité, lettres difficiles à déchiffrer... Ainsi, pour nous en tenir au texte de Guillem de Cabestany, peut-on transcrire les vers 28-29 de la chanson VIII « Ogan res qu’ieu vis »16 :

  • 17 Passer son temps à désirer / ne me semble pas chose déplaisante...

D’envejos mestier
No·m par malsabenssa17

8ou bien

  • 18 Passer son temps à s’ennuyer / ne me semble pas chose déplaisante...

D’enueios mestier
No·m par malsabenssa18

9La graphie de v et u, ainsi que celle de j et i se confondant, et en l’absence d’un contexte qui permettrait de trancher, le traducteur pourra lire l’adjectif qui ouvre le premier vers, soit envejos (désireux), soit enueios (ennuyeux). Le sens en est modifié. Le vers qui retient ici mon attention est, de la même façon, susceptible de supporter plusieurs interprétations : on peut conserver la graphie de lengaje (en un seul mot), telle qu’elle apparaît dans le manuscrit, mais on peut aussi y voir un syntagme nominal, et séparer l’article du substantif : l’engatge. Là encore, la signification en est affectée, et substantiellement, comme nous allons le constater.

1) En autra terra irai penre lengaje : l’interprétation traditionnelle depuis Levy et Arthur Långfors

  • 19 A. Långfors éd., op. cit, p. 94.

10Arthur Långfors, dans le glossaire de son édition des chansons de Guillem de Cabestany rend ainsi compte du sens du terme lengaje : « lengaje (penre) [...]. Cette expression ne se rencontre pas ailleurs. E. Levy le traduit dubitativement par « prendre domicile ». Le passage est peut-être corrompu. On pourrait penser à un mot comme logatge, avec le même sens que logar (Levy, SW., IV, 426), « demeure » »19. Fort de ces hypothèses et prenant appui sur la fragile proposition de Levy, A. Långfors avance donc pour les deux vers :

En autra terra irai penre lengaje
Si que ja mai en aquesta non seia

11la traduction suivante :

  • 20 A. Långfors éd., op. cit., p. 22.

J’irai dans un autre pays
de sorte que je ne serai plus jamais dans celui-ci20.

  • 21 Concordance de l’Occitan Médiéval, COM 2, dir. Peter T. Ricketts, Brepols 2005.
  • 22 langage, lengage, lengages, lengagie, lengaige, lengaio, lengaje, lengatge, lengatges, lengatj’, le (...)
  • 23 Publié par Joseph Anglade sous le titre Las Flors del Gay Saber (Institut d’Estudis Catalans, Secci (...)

12Je pense que l’on peut d’ores et déjà faire l’économie du recours à un improbable logatge, terme que Levy donne comme équivalent du français « louage », et qui n’apparaît pas dans le lexique de la Concordance de l’Occitan Médiéval (COM)21. Le recours à cette immense base de données, outil devenu indispensable que l’on doit aux efforts colossaux du professeur Peter Ricketts (et dont ne bénéficiait évidemment pas notre érudit), m’a permis de me reporter à toutes les occurrences de lengage et des autres formes que prend le mot22 dans l’ensemble de l’oeuvre lyrique et des textes narratifs en vers des troubadours. De cette recherche il résulte que l’on ne peut dire, contrairement à ce qu’avance Långfors, que l’expression penre lengaje « ne se rencontre pas ailleurs ». L’art poétique en vers de Guilhem Molinier, membre du Consistoire du Gai Savoir de Toulouse, intitulé Leys d’Amors23, mentionne en effet un type de vers (bordo) appelé biocatz (vers d’une strophe plus court que les autres), et en précise l’origine en ces termes :

  • 24 V. 1550-1551 ; Le vers biocatz prend son sens du terme bioch (cf. E. Levy, bioc : vers d’une stroph (...)

Bordos biocatz pren lengatge
de bioch...24

13On retrouve bien dans ce passage, sous une forme légèrement différente, la locution penre lengaje, mais elle signifie ici « prend son sens de, dérive de », et ne semble donc pas revêtir la même signification que dans la chanson qui nous occupe.

  • 25 Op. cit., p. 301, n. 17.
  • 26 Paulet de Marselha : un Provençal a la cort dels reis d’Aragó, a cura d’Isabel de Riquer ; traducci (...)

14Une autre piste nous est fournie par Montserrat Cots qui, dans son édition des poésies de Guillem25, écrit que le verbe penre pourrait, à la suite de l’aphérèse de la première voyelle, équivaloir à apenre (apprendre), et propose en conséquence de traduire penre lengaje par « apprendre le langage ». Elle rappelle aussi que lengage signifie parfois « communauté linguistique », et renvoie aux vers 69-70 de la chanson de Paulet de Marselha L’autrier m’anav’ab cor pensiu26 :

  • 27 et les expulse hors de notre pays (communauté linguistique).

.......................e· ls gites
de nostre lenguatge for27,

15dans lesquels on retrouve cet emploi particulier du terme.

  • 28 En français dans le texte que je traduis de l’espagnol.
  • 29 D’ordinaire on réserve l’appellation générique de chanson de départie à une chanson de croisade à s (...)
  • 30 Cf. cobla 3, v. 2 : « Si que ja mai en aquesta non seia », que l’on pourra par exemple rapprocher, (...)

16M. Cots dit « interpréter cette expression dans le sens de « s’exiler, s’incorporer dans une autre communauté linguistique », avec une nuance de dépaysement28 total. ». Le contexte général de cette canso ne s’oppose pas à une telle lecture. De la chanson de départie ou de croisade29, Mout m’alegra présente en effet, bien que ponctuellement, toutes les caractéristiques thématiques et motiviques : strophe printanière associée à la nostalgie du pays natal et au regret de la dame aimée (coblas 1 et 2), incertitude du retour30, satisfaction maligne des lauzengier :

  • 31 Cobla 3, v. 19-20 ; et les médisants, qui par jalousie m’ont tué, / se réjouiront beaucoup de me vo (...)

E·l lausengier, qui m’an mort per enveia,
N’auran gran joi can me veran salvaje31,

17jusqu’au topique du « coeur séparable » :

  • 32 Cobla 4, v. 30-32 ; J’ai été près de mourir au moment de me séparer d’elle. / M’en séparer ? jamais (...)

A pauc no·m muor can de lei me partis.
Partis ? Non me·n ei ja ni me partria,
Anz es mos cors ab leis e noit e dia32.

  • 33 R.-Laura Portet, La viole et l’or, p. 37 et Aspects du Moyen Âge en Catalogne Nord 2, p. 51, tradui (...)

18Vers dans lesquels on peut voir l’embryon de la légende du coeur mangé33, et dont on retrouve le motif, exprimé en termes presque identiques, dans la chanson de croisade de Conon de Béthune Ahi, Amours ! com dure departie :

  • 34 Conon de Béthune, Ahi, Amours ! com dure departie, Chansons des trouvères, op. cit., p. 368, v. 6-8 (...)

Las ! qu’ai je dit ? Ja ne m’en part je mie !
Se li cors vait servir nostre Seignour,
Li cuers remaint du tout en sa baillie34

  • 35 Ainsi Guiot de Dijon, dans sa fameuse chanson de femme (et de croisade) Chanterai por mon courage, (...)

19Ajoutons enfin que le syntagme nominal autra terra, qui désigne probablement le pays d’« outre-mer », le substantif peleris (mot qui, à l’époque, signifie « croisé »), et l’adjectif salvaje (souvent présent dans les chansons de croisade pour qualifier la contrée de destination35), entrent en réseau pour donner au moins une couleur de chanson de croisade au poème de Guillem.

  • 36 Cf. P. Bec, op. cit., p. 155.
  • 37 Dans le domaine d’oc, un exemple de ce type de chanson nous est fourni par le fameux « chant du lav (...)

20Au départ la chanson de croisade occitane est une modalité du sirventés, et ce n’est que plus tard qu’elle infléchit son propos vers la lyrique amoureuse36. Pierre Bec distingue deux types de chanson de croisade : l’un est le produit des « propagandistes de la croisade », clercs ou jongleurs37, l’autre émane de « croisés authentiques [...] leur ton est plus personnel et plus dramatique, leur intérêt psychologique plus grand ». C’est selon lui un trait spécifique de la chanson en langue d’oïl que d’avoir pratiqué le mélange des registres lyrique et guerrier jusqu’à glisser, sous l’influence occitane, dans la canso ou grand chant courtois : « le deuxième genre (aristocratisant) vers lequel [...] la chanson de croisade, vers la fin du XIIe siècle, a facilement glissé, est la canso troubadouresque, à la fois dans son cadre formel immuable et dans son contenu (fin’amor). La chanson de croisade devient alors une simple sous-classe de la canso amoureuse, avec une remarquable intersection des motifs lyriques empruntés à l’un et à l’autre genre... ». Or ce glissement lyrique n’était-il pas en germe, dès l’aube du XIIe siècle, dans la magnifique « chanson de pénitence » du premier des troubadours, Guilhem IX, Pos de chantar m’es pres talenz lorsqu’il écrit :

  • 38 Je m’exilerai ; et laisserai mon fils dans la grande peur et le grand péril de la guerre ; ses vois (...)

Qu’era m’en irai en eisil
En gran paor, en gran peril,
En guerra laisserai mon fil ;
Faran li mal siei vezi38 ?

21Et n’est-il pas plus nettement perceptible encore dans la canso de l’autre Guillem ?

22On ne peut relever dans le vaste corpus constitué par l’ensemble des oeuvres des troubadours qu’un seul exemple d’emploi de l’expression penre lengaje dans le sens supposé de « s’établir dans une contrée étrangère », interprétation qui orienterait nettement le texte de Guillem vers la chanson de départie ou de croisade. Mais le fait que nous ayons affaire à un happax, à une attestation isolée, permet d’ouvrir l’éventail des hypothèses. La critique ne s’en est pas privée. Examinons la lecture qui découle d’un nouveau découpage des mots de ce vers sibyllin.

2) En autra terra irai penre l’engaje : l’hypothèse de Luciano Rossi

  • 39 Cultura neolatina, 1979, vol. 39, p. 72-73.
  • 40 pendre, prenre, penrre, prener.
  • 41 Les exemples abondent : penre marit, penre aur, penre gauzimen, penre talen, penre solatz, penre ex (...)
  • 42 penre l’autra part, penre la clau, penre lo comjat, penre la medisina, penre la lenga, etc.
  • 43 On trouve également le terme engaje sous les forme engatge (une seule occurrence en tant que substa (...)

23Comme je le signalais plus haut, L. Rossi, dans un article de la revue Cultura neolatina, sobrement intitulé « Mout m’alegra douza vos per boscaje »39, pense que la graphie lengaje recouvre en fait un déterminant et un substantif et doit donc être trancrite : l’engaje. On n’aurait alors plus affaire à la locution penre lengaje, sans déterminant exprimé, mais au syntagme nominal penre l’engaje, de sens bien différent. Peut-on souscrire à ce découpage ? D’emblée, une objection de type grammatical vient à l’esprit : en vieil occitan comme en ancien français, penre (et les autres formes du verbe « prendre »)40 est le plus souvent, dans nombre d’expressions figées, directement suivi de son complément, sans entremise de l’article41. Mais on trouve aussi, bien que moins fréquemment, la construction penre + article + substantif42. Autre problème : on a beau tenter toutes les combinaisons possibles en fonction des variations de graphie du verbe et du substantif43 (penre l’engaje, prendre l’engatge, pendre l’engage, etc.), le corpus pourtant exhaustif de la COM ne livre aucune autre occurrence de cette expression. Il est vrai qu’il ne se montre guère plus généreux en ce qui concerne penre lengaje.

24Une fois admise, malgré tout, la possibilité d’une transcription sous la forme penre l’engaje, se pose la question essentielle : comment interpréter, sous sa livrée nouvelle, ce vers protéiforme ? :

25« En autra terra irai penre l’engaje »

  • 44 R. L. Portet traduit en effet ainsi le vers problématique : « Dans un autre pays j’irai assumer une (...)
  • 45 Cf. E. Levy, op. cit., et J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, Larousse, Paris, 1968.
  • 46 Cf. E. Levy : « engatjar, v.a., engager, mettre en gage ».

26Bien que le contexte de la croisade y invite, il serait sans doute erroné d’attacher au terme engaje (engatge) une connotation militaire ou guerrière, comme semble le faire Renada Laura Portet44. Au XIIe siècle les mots français gage, et occitan gatge signifient « gage », « caution »45, et engager / engatjar est « l’action de mettre en gage »46. Engager au sens militaire de « recruter par engagement » n’est attesté en français qu’au XVIe siècle, et engatjar n’apparaît pas avec ce sens dans la COM. Les déverbaux engagement (fr.) et engatge (occ.) s’alignent sur cette évolution chronologique et sémantique : Levy donne uniquement pour engatge le sens d’« enjeu ». Quittons donc le domaine de la guerre pour ceux (parfois si proche) du jeu et de l’amour.

  • 47 plus familièrement « j’irai voir ailleurs »...

27En effet, c’est au champ sémantique du jeu qu’appartiennent le mot gatge et son dérivé engatge, et l’on sait que l’amour est un jeu où l’on gagne parfois et où l’on perd souvent. D’où l’explication avancée par L. Rossi : « I termini autra terra (v.17), autre seignoratge (v.28) alludono infatti abbastanza chiaramente, in un clima di chanson de change, a un altro amore cui il poeta è costretto a rivolgersi per colpa dei lausengier. È in sostanza il tema dell’« altra dama » » : L’expression penre l’engaje (s’engager, prendre un engagement) pourrait donc être chargée d’une signification galante et être ainsi rendue : « je m’engagerai auprès d’une autre »47. C’est semble-t-il ainsi que l’a interprétée Bertran de Born fils (Bertran de Born lo filhs, ...1179-1233...), qui dans une tenso-contrafactum bâtie sur le modèle strophique et rimique de la chanson de Guillem, fait apparemment écho à ses vélléités de départ pour le désavouer, opposant en particulier à « me veran salvaje » la formule « ni m’en farai salvatge » :

  • 48 Par ma foi, jamais à cause d’un coeur faible et volage / je ne me séparerai d’elle à laquelle se re (...)

Si m’aiut fes, ja per flac cor volage
Non mi partrai da leis, vas cui sopleia
Tant douzamen mos cors, qi reverdeia
Per leis desse, ni m’en farai salvatge48 !

28Dans cette hypothèse, altra terra pourrait donc constituer une désignation métaphorique de « l’autre dame ». Terre et dame, deux pôles affectifs étroitement associée sous la plume de Guillem :

  • 49 qui me rappelle la douce terre et le pays, / et la perfection de ma gracieuse dame..

Don mi membra·l douza terra e·l pais
E·l benestar de ma domna jausia49

  • 50 Un lieu d’amour ; Arnaut de Marohl, « Dona, genser qe no sai dir », v. 191.
  • 51 Traduction de Jean-Claude Marol, La Fin’Amor, chants de troubadours, XIIe et XIIIe siècles, coll. P (...)

29Le troubadour périgourdin Arnaut de Marohl (1180-1195), n’assimilet-il pas sa dame à un lieu, un « loc de domney »50. Comme lui, Guillem souhaitait-il « quitter la douce lande/en quête d’une joie hors de sa portée »51 ? Allez savoir... Si l’on parcourt avec attention l’oeuvre du chevalier roussillonnais il apparaît que la lecture de L. Rossi ne manque pas de fondement : en matière de fin’amor, Guillem est passé maître dans l’art de cultiver l’ambiguïté. Le critique italien a raison de souligner que la référence à l’altra dama est « un vero e propio topos nella produzione di Guillem ». Dans la canso VI, Lo jorn qu’ie·us vi, dompna, primeiramen, Guillem lui-même avoue qu’il ne se refuse pas à de nouvelles conquêtes :

  • 52 A l’autre, pourtant, il me plaît de faire gentiment la cour : / je crois ainsi écarter de moi la pe (...)

Mas aize·m da c’ab autra cortey gen,
Don cug de me la greu dolor mover52,

30et, dans la chanson IV, En pessamen me fai estar Amors, devant l’intransigeance de sa domna, il la menace à mots à peine couverts et sur un ton sentencieux, de changer de partenaire :

  • 53 parce qu’elle n’avait aucune raison / d’agir de telle sorte que je me tourne vers une autre. / Main (...)

Per tal que jes non avia razo
Qe·m fezes so per q’ie·m vires aillors :
Ar, s’il a sen, pot ben anar pensan
Qu’en pauc d’ora se camja l’aventura...53

  • 54 Augustin Callewaert, « Autotextualité et renommée littéraire à propos des pastourelles du troubadou (...)

31Camja (change), tel est le mot clé de la chanson de change dont, dans un article publié dans La République des Lettres, Augustin Callewaert donne la définition suivante : « abandonné par sa domna, le poète-amant brosse un portrait anticourtois de celle qu’il quitte, opposant les vices et défauts de la dernière aux qualités et mérites de la nouvelle dame qu’il s’apprête à servir »54.

32Au vu de cette définition, il apparaît difficile de voir dans Mout m’alegra une chanson de change à proprement parler. Loin de brosser de celle dont il se sépare un « portrait anticourtois », Guillem, en fait au contraire une peinture élogieuse, en tous points conforme aux codes littéraires de la fin’amor :

  • 55 VII, 2 ; Il faut bien que j’aie dans mon coeur une grande joie, / puisqu’en ma dame s’offrent toute (...)

Ben dei aver gran joi en mon corage,
Pois totz bons pretz en ma dompna s’autreia,
E de beutat nul’autra non enveia,
Tant la fe Deus de covinent estaje;
Car se era entre sos enemis
Non dirien qu’om mais tan bella vis:
Senz es en lei, beutatz e cortesia;
Hom non la vei qui cent tans meill no·n dia55.

33Peut-être, en revanche, peut-on évoquer avec L. Rossi un « climat de chanson de change ». A cette atmosphère-là Bertran de Born lo filh semble effectivement avoir été sensible lorsqu’il dénonce en ces termes, dans le contrafactum déjà cité du texte de Guillem, « cel qi trop si chamja » :

  • 56 Mais celui qui change trop, selon moi, / ne peut goûter les biens du paradis / ni les plaisirs que, (...)

Mas cel qi trop si chamja, zo m’es vis,
non pot aver dels fagz de paradis
ni dels plazers q’Amors fai noig e dia
als fiz verais, q’amon senz tricharia.
Ja son set an q’ieu mis mon cor en gatge
en un chastel, on rics pretz segnioreia,
si qes anc puis no n’agui mas l’enveia,
e·l dezirers m’en fes far homenatge
a leis qi·l ten e son poder assis56

  • 57 Amour de loin et fumée d’étoupe, c’est tout un. Il s’agit de la réponse de la comtesse de Varoic (W (...)

34Réponse évidente à Gillem, qui reprend significativement, en les replaçant dans le contexte positif de l’amour fidèle, partagé et heureux, les syntagme noig e dia (noit e dia chez Guillem), et le substantif dezirers (desirer chez Guillem). Les « plazers q’Amors fai noig e dia » sont les plaisirs véritables auxquels corps et coeur participent, alors que dans Mout m’alegra seul le coeur est « ab leis e noit e dia », et l’on sait comme le dit un personnage de Tirant lo Blanc que « amor de lluny e fum d’estopa tot és u »57 ; Quant au désir (dezirers), c’est pour Bertran le ciment de la relation amoureuse : « e·l dezirers m’en fes far homenatge a leis », et non, comme pour Guillem, un sentiment funeste : « E·l desirer mi auran tost aucis ». Mais surtout, Bertran de Born lo filh oppose à la tricherie, commune au jeu amoureux et au jeu tout court, la félicité de ceux qui « amon senz tricharia », et au prurit de changement de qui va « En autra terra [...], penre l’engaje », la sérénité de celui qui, comme lui-même depuis sept ans, ont mis leur « cor en gatge / en un chastel ». Anthithèses redoublées autra terra / chastel ; metre en gatge / prendre l’engatge, qui synthètisent la confrontation de deux visions de la vie amoureuse : sédentarité et confiance réciproque d’un côté, vagabondage et vie aventureuse de l’autre...

3) En autra terra irai, penre·l en gaje : une nouvelle proposition

  • 58 Et non plus, comme L. Rossi, la forme élidée de l’article défini masculin singulier lo en position (...)

35Sensible à la sollicitation que constitue l’emploi par Bertran de Born lo filh de l’expression « en gatge », je proposerai à mon tour une troisième lecture, moins convenue que la première, plus « romantique » que la seconde, mais, j’en conviens, également sujette à caution. Ne peut-on en effet proposer une autre manière de couper les mots du vers qui nous résiste, de façon à faire surgir le syntagme prépositionnel en gaje, et voir dans le l qui le précède la forme que prend le pronom personnel féminin singulier de troisième personne en position enclitique58 ?

36Il faudrait alors lire : « En autra terra irai, penre·l en gaje »

  • 59 Jean Frappier, La poésie lyrique française aux XIIe et XIIIe siècles. Les auteurs et les genres, Pa (...)
  • 60 Cf. COM : « e de qal terra poyrem pendre », « de lui prendra sa terra ez er seus domengiers », « Ca (...)
  • 61 P. Bec, La lyrique française au Moyen Âge, p. 157.

37Autrement dit : « j’irai dans une autre terre, et je la prendrai (j’en ferai la conquête) en gage (d’amour, bien entendu !) ». Ce vers illustrerait alors magnifiquement l’idée que dans la chanson de croisade, tout chevalier partant oltra mar « cherche à concilier ses deux religions, le service de la dame et le service de Dieu »59. L’expression prendre terra, souvent attestée dans la littérature troubadouresque60, entre en système, dans le texte de Guillem, avec le terme peleris c’est-à-dire « croisé ». Il y aurait là, comme la première interprétation de penre lengaje nous portait à le croire, une réminiscence de la chanson de croisade au coeur d’une canso troubadouresque. Cette modeste interférence registrale permettrait de nuancer quelque peu l’affirmation de Pierre Bec qui constate, au sujet des chansons de croisade, que « les 35 pièces occitanes [...] demeurent dans l’ensemble de purs sirventés. Ces pièces, toutes attribuées [...] aux plus grands troubadours, n’acceptent ni l’amour ni la tristesse de la départie [...] ». Seuls les trouvères du Nord auraient, selon lui, pratiqué le mélange des genres : « Interférence registrale au Nord, autonomie registrale au Midi : c’est là un trait contrastif très caractéristique entre les deux lyriques... »61. En donnant à sa canso de légers accents de chanson de croisade (ou de départie), Guillem de Cabestany prouverait qu’à la franche inflexion lyrique de la chanson de croisade que l’on constate outre-Loire vers la fin du XIIe siècle, répond au Sud une discrète dérive de la chanson d’amour (canso) vers le registre religieux et guerrier. Un chassé-croisé en quelque sorte.

II. Une ambiguíté voulue ?

38La Vida de Guillem de Cabestany a su tirer un parti romanesque des paroles que le troubadour adresse à la dame de son coeur (probablement Sauremonda, épouse de Raimon de Castell Rosselló) dans sa chanson la plus fameuse Lo dous cossire :

  • 62 V, 2 ; aucun homme n’éprouve / de plus grand martyre que moi ; / car, vous, l’être que je désire le (...)

Pus greu martire
Nulhs hom de mi no sen;
Quar vos qu’ieu plus envey
D’autra qu’el mon estey
Desautorc e mescrey
E dezam en parvensa:
Tot quan fas per temensa
Devetz em bona fey
Penre, neus quan no·us vey62.

39Comme ce dezamor feint, la plupart des actions de Guillem sur la scène courtoise sont dictées par la peur : peur d’un mari jaloux, peur des lauzengiers, toujours prêts à médire. Dans ces conditions, si chanson de change il y a, Mout m’alegra est surtout destinée à donner le change pour éloigner les soupçons et le poignard du chasseur qu’est Raimon de Rosselló, pour tenir à distance la meute des lauzengiers continuellement à l’affût, mais également, nous allons le voir, pour apaiser la crainte que la dame ne marque l’égard de son serviteur une cruelle indifférence :

  • 63 II, 5, « Anc mais no · m fo semblan ». Dame, à l’amant le plus parfait, /à celui qui sait le mieux (...)

Don’, al plus fin aman
E al miels sofridor
Et aicel que miels blan
Sa dona e sa valor,
Mandatz senes desman
Per vostra conoixenza
Zo que·us estara be...
Sens o que no me·n te
Nuilla res mas temenza63.

  • 64 une sorte d’annonce du thème de la dame-écran. M. de Riquer, Los trovadores, Historia literaria y t (...)
  • 65 VI, 3 ; A l’autre, pourtant, il me plaît de faire gentiment la cour...

40C’est à juste raison que Martí De Riquer voit « una especie de anuncio del tema de la donna-schermo »64, autrement dit de la femme-écran, dans le vers 17 de la chanson VI de Guillem Lo jorn qu’ie·us vi, dompna, primeiramen : « Mas aize·m da c’ab autra cortey gen »65

  • 66 C’est exactement le rôle que joue dans la Vida IV de Guillem (celle dont Stendhal donne une traduct (...)
  • 67 Le Roman de Flamenca, nouvelle occitane du 13e siècle, texte établi et commenté par Ulrich Gschwind (...)

41L’Altra dona est une machine à double ressort : elle constitue un alibi, un prétexte, une protection contre un mari ombrageux66, mais elle fonctionne également comme un aiguillon destiné à susciter chez la dame courtisée un sentiment de jalousie. En forgeant le vers sibyllin qui inaugure la troisième cobla de la canso Mout m’alegra, Guillem, pleinement conscient du pouvoir de son art, a sans doute joué sur les mots comme aimaient à le faire ces virtuoses du verbe poétique que sont les troubadours. L’auteur anonyme du roman Flamenca67 ne fait pas autre chose, lui qui, avec plus de maestria encore que Guillem, jongle avec les mots et syntagmes gage, en gaje, desgajar, engagar :

  • 68 Flamenca vv. 7148-7157, in R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, t. II, Paris, Desclée de Brouwer (...)

E dis : « Amors, sitot m’estau
De mon amic ara trop luein,
Ges mon cor de lui non deslu[e]in,
Qu’el lo ten, si com dis, en gaje.
E no-us penses ques ie·il desgaje,
Mais si·l pogues mais engajar
Per null plazer que·il saupes far
Qu’ieu autra ves fag non agues,
Ni el ensegnar lo·m pogues,
Ancara l’engajera plus68.

****

42Au terme de cette étude, il ne me semble pas aventureux de proposer que l’on accepte comme également valides les trois lectures du même vers :

En autra terra irai penre lengaje
En autra terra irai penre l’engaje
En autra terra irai, prendre·l en gaje

  • 69 Cf. Luciano Rossi, art. cit., p. 75 : « Per conto mio, son piú propenso a creder che il lieve e sen (...)

43Sans doute Guillem de Cabestany a-t-il choisi de jouer avec les mots, avec les sentiments, avec les situations, et, plus ou moins consciemment, avec les genres aussi. Mout m’alegra douza vos per boscaje est avant tout une canso qui reprend les poncifs de la poésie amoureuse d’oc. Ni chanson de départie, ni chanson de croisade, ni chanson de change, elle participe cependant un peu de tous ces genres, annonçant la vague de fond lyrique qui mêlera bientôt, dans la France du Nord, chanson de croisade et grand chant courtois, amour et guerre. Peut-être aussi peut-on déceler dans l’ambiguïté de la formulation propre au vers qui a retenu notre attention, l’un des signes avant-courreurs d’une crise de l’amour courtois69. Dans tous les cas, Guillem de Cabestany apparaît comme un précurseur dont l’oeuvre, trop longtemps rejetée dans l’ombre par le succès de sa vida, mérite amplement d’être redécouverte.

44Mais revenons-en pour conclure cum grano salis, à l’énigme que je signalais au début de cet article :

E si volez qu’eu vos diga son nom,
Ja non trobares alas de colom
O no·l trovez escrig senes falenza

45Penre lengaje, penre l’engaje, pendre·l en gaje, penre logatge ? Une chose au moins est certaine : croisade ou prétentaine, notre volatile est un de ces pigeons voyageurs dont les ailes multicolores évoquent irrésistiblement celles des papillons...

ANNEXE

Mout m’alegra douza vos per boscaje

I. Mout m’alegra douza vos per boscaje,
Can retentis sobra·l ram qui verdeia,
E·l rossignols de son chantar chandeia
Josta sa par el bosc per plain usaje,
E aud lo chant de l’ausel qui tentis,
Don mi membra·l douza terra e·l pais
E·l benestar de ma domna jausia,
Don mi dei ben alegrar, s’eu sabia.

I. La douce voix dans les bosquets me remplit de joie,
lorsqu’elle retentit sur la verdoyante ramée,
et que le rossignol module joliment son chant
dans le bois, aux côtés de sa compagne, avec douceur.
J’entends résonner le chant de l’oiseau,
qui me rappelle la douce terre et le pays,
et la perfection de ma gracieuse dame,
dont je devrais me réjouir, si je le pouvais.

II. Ben dei aver gran joi en mon corage,
Pois totz bons pretz en ma dompa s’autria,
E de beutat nul’autra non enveia,
Tant la fe Deus de covinent estaje ;
Car se era entre sos enemis
Non dirien qu’om mais tan bella vis :
Senz es en lei, beutatz e cortesia ;
Hom non la vei qui cent tans meill no·n dia.

II. Il faut bien que j’aie dans mon coeur une grande joie,
puisqu’en ma dame s’offrent toutes les qualités.
Elle n’a rien à envier à aucune autre pour la beauté,
tellement Dieu la fit de belle apparence :
même si elle se trouvait parmi ses ennemis,
pas un ne dirait qu’on ait jamais vu femme aussi belle.
Elle possède esprit, beauté et courtoisie ; [moi
.
Jamais home ne la vit, qui ne fût cent fois plus éloigeux que

III. En autra terra irai, penre lengaje,
Si que ja mai en aquesta non seia,
E·l lausengier, qui m’an mort per enveia,
N’auran gran joi can me veran salvaje ;
E·m menerai com paubres peleris,
E·l desirer mi auran tost aucis,
E se mai non, ben ai Amor servida
E servirai tot lo jorn de ma vida.

III. J’irai m’établir dans une autre contrée,
de sorte que jamais plus je ne serai dans celle-ci,
et les médisants, qui, par jalousie, m’ont tué,
se réjouiront beaucoup de me voir devenu sauvage ;
je mènerai la vie d’un pauvre pèlerin,
et le désir m’aura bientôt achevé.
Au moins aurai-je bien servi Amour,
et je le servirai tous les jours de ma vie.

IV. Va te·n, sospir, en loc de fin messatge,
Dreit a mi don o totz bons pretz s’autreia,
E digaz li que autre no m’enveia

IV. va-t’en, soupir, en guise de loyal messager,
droit à ma dame qui réunit en elle toutes les qualités,
dis-lui qu’aucune autre femme ne me désire,

Ni·m stau aclin vers autre seingnoratge,
Can mi membra son bel oill e son vis.
A pauc no·m muor can de lei me partis.
Partis ? Non me · n ei ja ni me partria,
Anz es mos cors ab leis e noit e dia.

et qu’aucune autre seigneurie ne m’attire,
quand je me rappelle ses beaux yeux et son visage.
J’ai été près de mourir au moment de me séparer d’elle.
M’en séparer ? jamais je ne l’ai fait, ni ne le ferais ;
Bien au contraire : nuit et jour, mon coeur est avec elle.

V. Tant es de pretz e de valor enclausa
Que eu non volgra que fos ma cusina !
E vertadiers en roman qui la lausa,
Ni non a par de ci tro a Mesina ;
E si volez qu’eu vos diga son nom,
Ja non trobares alas de colom
O no·l trovez escrig senes falenza ;
Mais en lezer en monstre cognoscenza.

V. Tels sont le mérite et la valeur dont elle est pétrie,
que je ne voudrais pas qu’elle fût ma cousine !
Il ne ment pas celui qui la loue,
et elle n’a pas sa pareille d’ici jusqu’à Messine.
Si vous voulez que je vous dise son nom,
vous ne trouverez pas une aile de pigeon
où vous ne le trouviez écrit, à coup sûr.
Mais à l’occasion, je le ferai connaître.

46Guillem de Castany

Un sirventes voil obrar d’alegratge

Un sirventes voil obrar d’alegratge
per esbaudir totz cels q’Amors gerreia.
Q’ieu vei de plan, si Merces no·s plaideia,
tuit son malmis. Ja no·ls valra·n paratge,
per qe·ls cosseil, si nuls fes mal no dis
vas benestar d’amor, q’enmanentis
totz los suffrens ab fina galliardia
qe si garden d’enoig e de follia.
Bes es razos qe languisc’ et enratge
qui contraditz zo q’Amors vol que seia;
q’il vol q’om gar luec e temps ; pois autreia
al merceian zo qe qier d’agradatge.
Mas cel qi trop si chamja, zo m’es vis,
non pot aver dels fagz de paradis
ni dels plazers q’Amors fai noig e dia
als fiz verais, q’amon senz tricharia.
Ja son set an q’ieu mis mon cor en gatge
en un chastel, on rics pretz segnioreia,
si qes anc puis no n’agui mas l’enveia,
e·l dezirers m’en fes far homenatge
a leis qi·l ten e son poder assis
ni per aizo no·m rendet, ans dis
q’il lo tenra per saber se·il poiria
tolr’o emblar ; mas ges non lo puesc mia!
Cel q’en amor aura mes son coratge,
si deu gardar qe lauzengiers non creia,
car son vilan, enoios, plen d’enveia,
ni ja nul temps non dolhan lur dampnatge.
Anz prec ver Dieu, qi en la crotz fo mis,
qe lur janglars ja no·m sia vezis
e mi s’emble de la lur compagnia
e mi don gaug e plazer de m’amia.
Si m’aiut fes, ja per flac cor volatge
non mi partrai de leis, vas cui sopleia
tant douzament mos cors, qi reverdeia
per leis desse, ni m’en farai salvatge!
Anz l’estarai suffrentz, plantz et aclis,
tro qe Merces, qi franchamen chauzis
los merceianz segon dreg, senz bauzi,
la·m conqeira del tot e ma baillia.
Vai, sirventes, corrent a Flor de Lis
e digas li c’om non es miels assis
ni plus gaillartz com ieu son, ses faillia,
per leis qi m jau de sa bella paria.

47Bertran de Born lo filhs

Notes

1 Je veux donc que vous vous mettiez en route / et que vous retourniez dans votre terre.

2 Ou Guilhem de Cabestanh, forme occitane de son nom. Dans cet article je renvoie à l’édition des Chansons de Guilhem de Cabestanh établie par Arthur Långfors, Librairie Champion, 1924. En ce qui concerne les références, le premier numéro en chiffres romains renvoie à la chanson, le second en chiffres arabes, à la cobla (ou strophe).

3 en peurada (autrement dit d’une sauce au poivre)

4 Décaméron, (1349-1351) 9e nouvelle de la 4e journée.

5 De l’Amour (1829), chap. LII.

6 Dictionnaire des Lettres Françaises (DLF), Fayard, Paris, 1992, article « Guilhem de Cabestany », p. 597.

7 Cf. éd. Arthur Långfors, p. 21-23. La chanson et sa traduction sont données en annexe.

8 VII, 5 ; Si vous voulez que je vous dise son nom, / vous ne trouverez pas une aile de pigeon / où vous ne le trouviez écrit, à coup sûr. / Mais à l’occasion, je le ferai connaître.

9 VII, 3 ; J’irai m’établir dans une autre contrée, / de sorte que jamais plus je ne serai dans celle-ci, / et les médisants, qui, par jalousie, m’ont tué, / se réjouiront beaucoup de me voir devenu sauvage ; / je mènerai la vie d’un pauvre pèlerin, / et le désir m’aura bientôt achevé. / Au moins aurai-je bien servi Amour, / et je le servirai tous les jours de ma vie.

10 Emil Levy, Petit Dictionnaire provençal-français, Raphèle-Les-Arles, 1909.

11 Arthur Långfors, op. cit., p. 22.

12 Montserrat Cots, « Las poesías del trobador Guillem de Cabestany », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, Barcelona, 1986, p. 300.

13 j’irai demeurer dans une autre terre.

14 La Viole et l’Or, Les Amours véritables de Guillem de Cabestany, 1996, p. 37

15 L. Rossi et A. Zino, Cultura neolatina, 1979, vol. 39. p. 72 : J’irai ailleurs tenter ma chance [jouer ma mise].

16 A. Långfors éd., op. cit, p. 24-26.

17 Passer son temps à désirer / ne me semble pas chose déplaisante...

18 Passer son temps à s’ennuyer / ne me semble pas chose déplaisante...

19 A. Långfors éd., op. cit, p. 94.

20 A. Långfors éd., op. cit., p. 22.

21 Concordance de l’Occitan Médiéval, COM 2, dir. Peter T. Ricketts, Brepols 2005.

22 langage, lengage, lengages, lengagie, lengaige, lengaio, lengaje, lengatge, lengatges, lengatj’, lengatje, lengatzges, lenguages, lenguagge, lenguaige, lenguaje, lenguatge, lenguatges, lenguatje.

23 Publié par Joseph Anglade sous le titre Las Flors del Gay Saber (Institut d’Estudis Catalans, Secció Filològica, Memòries, I, 2), Barcelona, 1926. Cf. DLF, art. Leys d’Amors

24 V. 1550-1551 ; Le vers biocatz prend son sens du terme bioch (cf. E. Levy, bioc : vers d’une strophe plus court que les autres).

25 Op. cit., p. 301, n. 17.

26 Paulet de Marselha : un Provençal a la cort dels reis d’Aragó, a cura d’Isabel de Riquer ; traducció del provençal de Jordi Cerdà. Barcelona : Columna Edicions, 1996. En note (70), Isabel de Riquer avance deux autres exemples de cette nuance de sens du substantif lengatge, l’un emprunté à un anonyme, l’autre à Guiraut Riquier.

27 et les expulse hors de notre pays (communauté linguistique).

28 En français dans le texte que je traduis de l’espagnol.

29 D’ordinaire on réserve l’appellation générique de chanson de départie à une chanson de croisade à sujet féminin, sorte de sous-genre de la chanson de femme : la jeune fille y déplore le départ pour la croisade de son ami. Lorsque la voix qui se fait entendre est masculine, on parle plutôt de chanson de croisade. Mais on peut aussi nommer chanson de départie la « canso amoureuse à sujet masculin » comme le fait Pierre Bec (La lyrique française au Moyen Âge, p. 155).

30 Cf. cobla 3, v. 2 : « Si que ja mai en aquesta non seia », que l’on pourra par exemple rapprocher, pour le domaine d’oïl, des paroles du Châtelain de Coucy, dans A vous, amant, plus qu’à nulle autre gent, Chansons des trouvères, éd. Samuel N. Rosenberg et Hands Tischler, Le livre de poche, coll. Lettres Gothiques, p. 386-388 : « Aventure est que jamaiz vous revoie » (v. 44), « vieigne u demour » (v. 46).

31 Cobla 3, v. 19-20 ; et les médisants, qui par jalousie m’ont tué, / se réjouiront beaucoup de me voir devenu sauvage... Cf. Le Châtelain de Coucy, A vous, amant, plus qu’à nulle autre gent, Chansons des trouvères, op. cit., p. 386 : « Or seront lié li faus losengeour ».

32 Cobla 4, v. 30-32 ; J’ai été près de mourir au moment de me séparer d’elle. / M’en séparer ? jamais je ne l’ai fait, ni ne le ferais ; / Bien au contraire : nuit et jour, mon coeur est avec elle.

33 R.-Laura Portet, La viole et l’or, p. 37 et Aspects du Moyen Âge en Catalogne Nord 2, p. 51, traduit « mon cors » par « ma personne » ou par « je ». Dans Aspects du Moyen Âge, elle précise en note (n. 2, p. 62) : « « cors » = le corps. Ne doit pas être confondu avec « cor » = le coeur ! ». Bien que cors dérive de l’accusatif de l’imparisyllabique neutre corpus, et cor de corde(m) (accusatif issu de la réfection en latin tardif du latin classique cor sur le type civis), il nous semble qu’ici il faut traduire cors par « coeur », comme le contexte y invite et comme l’a fait Arthur Längfors. On trouve d’ailleurs une multitude d’exemple de la confusion (parfois peut-être voulue) entre cor et cors dans les poésies des troubadours.

34 Conon de Béthune, Ahi, Amours ! com dure departie, Chansons des trouvères, op. cit., p. 368, v. 6-8. On peut se demander s’il n’y a pas eu influence, mais dans quel sens ? Conon et Guillem étant susceptibles d’avoir commencé leur activité littéraire autour de 1180.

35 Ainsi Guiot de Dijon, dans sa fameuse chanson de femme (et de croisade) Chanterai por mon courage, écrit-il : « Quant de la terre sauvage / Ne voi nului retorner » (Chansons des trouvères, op. cit., p. 506 v. 5-6).

36 Cf. P. Bec, op. cit., p. 155.

37 Dans le domaine d’oc, un exemple de ce type de chanson nous est fourni par le fameux « chant du lavoir » de Marcabru.

38 Je m’exilerai ; et laisserai mon fils dans la grande peur et le grand péril de la guerre ; ses voisins lui feront mal ; in M. de Riquer, Los trovadores, t.I, p. 140.

39 Cultura neolatina, 1979, vol. 39, p. 72-73.

40 pendre, prenre, penrre, prener.

41 Les exemples abondent : penre marit, penre aur, penre gauzimen, penre talen, penre solatz, penre exemple, penre dan, etc.

42 penre l’autra part, penre la clau, penre lo comjat, penre la medisina, penre la lenga, etc.

43 On trouve également le terme engaje sous les forme engatge (une seule occurrence en tant que substantif sous la plume de Giraut de Bornelh, quant à engage, cette forme n’est attestée que dans une chanson de Perdigon : « dizes qe·l donna s’engage... », mais là encore le découpage semble problématique (ne devrait-on pas écrire : donna·s en gage ?).

44 R. L. Portet traduit en effet ainsi le vers problématique : « Dans un autre pays j’irai assumer une mission » (La viole et l’or, p. 37). Je ne vois pas ce qui peut justifier la précision « assumer une mission », sinon la référence à quelque entreprise guerrière.

45 Cf. E. Levy, op. cit., et J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, Larousse, Paris, 1968.

46 Cf. E. Levy : « engatjar, v.a., engager, mettre en gage ».

47 plus familièrement « j’irai voir ailleurs »...

48 Par ma foi, jamais à cause d’un coeur faible et volage / je ne me séparerai d’elle à laquelle se rend / tendrement mon coeur qui reverdit / toujours par elle, et je ne deviendrai pas sauvage !

49 qui me rappelle la douce terre et le pays, / et la perfection de ma gracieuse dame..

50 Un lieu d’amour ; Arnaut de Marohl, « Dona, genser qe no sai dir », v. 191.

51 Traduction de Jean-Claude Marol, La Fin’Amor, chants de troubadours, XIIe et XIIIe siècles, coll. Points Sagesse, Editions du Seuil., 1998, p. 100.

52 A l’autre, pourtant, il me plaît de faire gentiment la cour : / je crois ainsi écarter de moi la pesante douleur.

53 parce qu’elle n’avait aucune raison / d’agir de telle sorte que je me tourne vers une autre. / Maintenant, si elle est sensée, elle peut bien penser / que la fortune change en peu de temps...

54 Augustin Callewaert, « Autotextualité et renommée littéraire à propos des pastourelles du troubadour Gui d’Ussel », in La République des Lettres, 28, « Contez me tout », Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Herman Braet, 2006, Peeters. Si l’on prête à Guillem davantage de vertu et de constance que ne semblent vouloir lui reconnaître Bertran de Born lo filh et Luciano Rossi, on pourrait alléguer que Mout m’alegra tend vers le comjat (congé), qui se définit comme l’évocation de la fin du service amoureux, sans que pour autant l’amant se tourne vers une nouvelle relation, autrement dit « change » de dame.

55 VII, 2 ; Il faut bien que j’aie dans mon coeur une grande joie, / puisqu’en ma dame s’offrent toutes les qualités. / Elle n’a rien à envier à aucune autre pour la beauté, / tellement Dieu la fit de belle apparence : / même si elle se trouvait parmi ses ennemis, / pas un ne dirait qu’on ait jamais vu femme aussi belle. / Elle possède esprit, beauté et courtoisie ; / Jamais home ne la vit, qui ne fût cent fois plus élogieux que moi

56 Mais celui qui change trop, selon moi, / ne peut goûter les biens du paradis / ni les plaisirs que, nuit et jour, dispense Amour / aux amants fidèles et francs qui aiment sans tricherie. Voilà sept ans que j’ai mis mon coeur en gage dans un château, où règne la plus grande valeur, / de sorte que depuis je n’éprouve plus d’envie, / et le désir me fait rendre hommage à celle qui le tient à son pouvoir.

57 Amour de loin et fumée d’étoupe, c’est tout un. Il s’agit de la réponse de la comtesse de Varoic (Warwick) aux arguments exposés par son mari Guillem pour justifier son pèlerinage en Terre sainte.

58 Et non plus, comme L. Rossi, la forme élidée de l’article défini masculin singulier lo en position proclitique. Bien que peu attesté, on possède plusieurs exemples de cet emploi sous forme d’enclise du pronom personnel féminin singulier de troisième personne : « e selha [...] pregue · l [...] que · ns don... » ; « mas il n’en pot far mezina. / E fara·l me il ? – Non – Perque ? ».

59 Jean Frappier, La poésie lyrique française aux XIIe et XIIIe siècles. Les auteurs et les genres, Paris, 1934,.

60 Cf. COM : « e de qal terra poyrem pendre », « de lui prendra sa terra ez er seus domengiers », « Cant ac la terra preza, ses contradisemens », « Vengut son al bon port que la terra an preza »...

61 P. Bec, La lyrique française au Moyen Âge, p. 157.

62 V, 2 ; aucun homme n’éprouve / de plus grand martyre que moi ; / car, vous, l’être que je désire le plus, / je vous désavoue, vous ignore, / et cesse, en apparence, de vous aimer : / toutes ces actions que la crainte me dicte, / vous devez les considérer comme accomplies / de bonne foi, même quand je ne vous vois pas.

63 II, 5, « Anc mais no · m fo semblan ». Dame, à l’amant le plus parfait, /à celui qui sait le mieux souffrir, / à celui qui excelle à vous servir / vous et votre mérite, / faites savoir sans faute / ce qui, à votre sens, / convient le mieux. / Sans cela, je n’éprouverai / d’autre sentiment que la crainte.

64 une sorte d’annonce du thème de la dame-écran. M. de Riquer, Los trovadores, Historia literaria y textos, Planeta, Barcelona, 1973, 3 vol., II. p. 1077.

65 VI, 3 ; A l’autre, pourtant, il me plaît de faire gentiment la cour...

66 C’est exactement le rôle que joue dans la Vida IV de Guillem (celle dont Stendhal donne une traduction) Agnès (Agnes), la soeur de la maîtresse du troubadour (appelée Marguerite – Margarida-dans cette version), puisqu’elle feint d’avoir une relation avec lui pour détourner les soupçons de son beau-frère.

67 Le Roman de Flamenca, nouvelle occitane du 13e siècle, texte établi et commenté par Ulrich Gschwind, tome I. Berne : Editions Francke, 1976.

68 Flamenca vv. 7148-7157, in R. Lavaud et R. Nelli, Les troubadours, t. II, Paris, Desclée de Brouwer, 2000, p. 1012-1014 ; « Amour, lui disait-elle, quoique je sois / maintenant bien loin de mon ami, / mon coeur ne s’éloigne pas de lui, / parce qu’il le tient, comme il l’a dit lui-même, en gage. / Et ne pensez pas que je le dégage ; / si je pouvais l’engager plus, / pour lui procurer quelque / bonheur que je sache donner, / et que je ne lui eusse point déjà donné, / ou qu’il pût lui-même me suggérer, / je le lui engagerais plus encore ».

69 Cf. Luciano Rossi, art. cit., p. 75 : « Per conto mio, son piú propenso a creder che il lieve e sensuale Guillem, assurto nelle vidas a simbolo stesso dell’amore cortese, con la suggestiva leggenda del cuore mangiato, sia stato nella sua concreta attività di poeta (come del resto molti suoi contemporanei) il testimone della crisi dell’amor fina... ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search