Version classiqueVersion mobile

Exils

 | 
Hyacinthe Carrera

Formes et fonctions de l’exil dans la littérature édifiante du Moyen Age. Etude de vocabulaire et de littérature

Paul Bretel

Texte intégral

  • 1 Le dictionnaire Lexis ne donne guère, en dehors du verbe « exiler » et de son participe substantivé (...)
  • 2 Le Lexis distingue ainsi la patrie, la région ou la ville d’origine et la vie terrestre par opposit (...)
  • 3 Cf. le Dictionnaire alphabétique et analogique (Robert).
  • 4 On notera cependant la forme pronominale du verbe, qui dénote une démarche volontaire.

1Le substantif « exil » ne semble pas, en français contemporain, d’un point de vue strictement synchronique, propre à attirer particulièrement l’attention du lexicologue ou du sémanticien : étroitesse relative du paradigme morphologique1 ; présence d’un noyau sémique invariant au cœur des divers sens identifiés par les dictionnaires, qui ne différent guère que par le lieu par rapport auquel se situe l’éloignement2 ou par la catégorie sémantique (action/état, dans une relation de cause à conséquence)3. Le verbe « exiler » présente le même caractère d’évidence4, même s’il peut, comme le substantif, avoir des emplois métaphoriques.

  • 5 Gaffiot donne ainsi, pour exsilum : 1) exil, bannissement 2) lieu.
  • 6 Cf. par exemple, Miracles de Notre Dame par personnages, 6, Saint Jehan Chrisosthomes, vv.755-756 : (...)
  • 7 Pour l’analyse des nombreuses versions de cette légende, cf. E. Pinto-Mathieu, La Vie des Pères, ge (...)
  • 8 Dans le cadre de ce travail, je ne donnerai que quelques occurrences significatives des différents (...)
  • 9 Cf. la confession d’un chevalier « robeor » dans VP X (« Fou ») : « Sire, je sui uns chevaliers/qi (...)
  • 10 Signalons un emploi adjectival de « essil », dans Mir. Pers XVII, v.1228 : « que je voy la en un li (...)

2Du point de vue diachronique, même évidence, semble-t-il, et même stabilité apparentes, les lexèmes étymologiques exsilium/exilium et exsiliari ayant en latin classique à peu près les mêmes valeurs que leurs descendants du français moderne5. Se satisfaire de ces permanences synchroniques et diachroniques serait faire l’impasse sur une étape importante de l’histoire de notre langue. Le sens étymologique de ces mots est certes bien attesté en ancien français comme on le voit par exemple à propos de deux exilés célèbres de la littérature hagiographique ou des contes religieux, saint Jean-Bouche-d’Or6 et l’héroïne du conte (ou du miracle) de l’Impératrice7. La première occurrence de ce sens n’est toutefois guère antérieure à 1155. En ancien français en effet, le sens le plus ancien du substantif « eissil/issil/essil », le seul attesté dans les premiers textes et qui restera dominant longtemps après la réapparition du sens étymologique, est celui de « souffrance », avec, suivant les contextes, des effets de sens tels que « peine, tourment, perte, destruction, épreuve, ravage, dégât, dévastation… », ou encore « persécution, torture »8. Parallèlement, le verbe « essilier » a d’abord, suivant les contextes, les sens de « tourmenter, infliger des souffrances, ravager, dévaster, mettre à mal, piller, réduire à la misère » ou encore « priver de, causer la perte de »9, et le participe passé du verbe, adjectivé ou substantivé hérite de ces mêmes sens10.

3Les dommages désignés par le terme « essil » et par ses dérivés, s’appliquent non seulement aux préjudices matériels mais aussi aux tourments, épreuves et pertes moraux ou spirituels, comme on le voit par exemple dans les vers 5071-5072 de VP X (« Fou ») :

  • 11 Cf. aussi : VP XXVI, vv.11911-11913 : « Bien doit cil entrer en mal an/qui a son preu torne l’orill (...)

« qar de m’arme sui essilliez (car je perds mon âme ; c’en est fait de mon âme)11
se par vos ne sui conseilliez. »

4ou encore dans les vers 1199-1209 de Mir. Pers XXVII (« L’Empereur de Romme ») :

Dame, qui seule renlumines
Et a droit sentier ramaines
Les orphelins desconseilliez
Et les esgarez essilliez.

5où les deux syntagmes parallèles des deux derniers vers invitent à des couplages de lexèmes qui relèvent tous, dans la littérature édifiante, de métaphores par lesquelles se traduit l’état de disgrâce.

6Comment expliquer ces sens nouveaux de l’ancien français, inconnus, semble-t-il, des étymons latins ?

7Une enquête portant sur le bas-latin et sur le latin médiéval s’imposerait, mais il paraît possible d’avancer l’hypothèse d’un processus qui par déplacement métonymique présenterait les étapes suivantes :

  1. « exil/bannissement » (sens du latin classique et du français moderne) ;

  2. « peines et tourments endurés pendant l’exil » ;

  3. « peines, tourments » en général (par effacement du sème noyau primitif)

    • 12 Ma collègue latiniste Mireille Courrent me suggère que cette évolution a pu être favorisée par un r (...)

    « perte, ravage, ruine, destruction »12

8Les deux dernières étapes, qui supposent un oubli du sens étymologique sont les seules attestées dans les premiers textes en langue vernaculaire. Cette évolution a pu être favorisée ou provoquée par des environnements contextuels tels que celui que nous trouvons dans le miracle XXVI de la Deuxième collection anglo-normande des Miracles de la Sainte Vierge (éd. H. Kjellman, 1922), où un prieur de Pavie, qui n’avait pas mené une vie exemplaire mais qui avait toujours été dévot à Notre Dame, apparaît après sa mort à l’un de ses frères pour lui raconter ses tribulations dans l’au-delà :

Jeo ai esté loinz en essil
U molt ai suffert peine & peril,
Angusses, dolurs & grant turment,
En chaut, en freit, en gresil, en vent. (vv.71-74)

9« Eissil » désigne ici d’abord le lieu, entre enfer et purgatoire, dont Notre Dame tirera le défunt pour le conduire au paradis ; le mot a donc (le texte date du XIIIème siècle) le sens de l’étymon latin, mais les vers 72-74 déclinent un large paradigme des termes qui sont naturellement associés à l’idée d’exil-bannissement et qui constituent un champ lexical dans lequel, à l’exception de tout autre, prend place le lexème « eissil » dans les textes antérieurs à la première moitié du XIIème siècle.

  • 13 Cette relation sémantique de type métonymique peut être illustrée par l’ambivalence du mot dans le (...)

10Cette parenté sémantique et référentielle entre le sens de exsilium et le sens premier de son descendant en ancien français13 se double, dans la littérature édifiante d’une complémentarité fonctionnelle. L’exil-bannissement et l’exil-souffrance participent en effet conjointement à la plupart des démarches de conversion (au sens de « renoncement au péché et au monde pour une consécration exclusive à Dieu »).

  • 14 « sa char discipliner » (Vie de saint Thomas Becket, v.3942) ; « que s’am sa char domina » (VP XXXI (...)
  • 15 Cf., par exemple, Huon le Roi, La descrission des religions, v.165 : « le cors livrer a martire » ;(...)

11Le moine mène une vie de prière (et de travail) dans l’ascèse et la mortification. Pour exprimer les souffrances que s’imposent volontairement le saint, l’ermite ou le moine, l’ancien français use de syntagmes un peu stéréotypés, dans lesquels les substantifs « cor(p)s » et « char » sont souvent compléments d’objets (en situation de « patient ») de verbes tels que « dominer, discipliner, tormenter, batre, grever, danter (dompter), mater, confondre, mettre en destrece, crucefier »14, mais on trouve aussi, illustration de conception de la vie monastique comme « martyre blanc » par opposition au martyre sanglant du temps des persécutions, des expressions comportant le lexème « martire »15. Or ces formulations trouvent leur équivalent exact dans des locutions telles que « se mettre a essil, mettre son cors a essil », ou dans le verbe « essilier » complété par « cors, char, membres » :

  • 16 Cf. aussi VP XIV (« Sacristine ») : « Sire, je suis apaireilliee (prête à)/come laisse, com essilli (...)
  • 17 Cf. aussi VP X, « Fou », vv.5355-5357 : « qui sus terre lor cors desfirent/et essillerent a pooir, (...)

« En la Noire Montaigne ot ja
Un ermite qui s’i loja
por metre son cors a essil.
L’arme ot chiere et le cors vil. » (VP XXIII « Malaquin », vv.10718-10721)16
« Tout le cors bee a essillier
Par geüner et par veillier. » (Gautier de Coinci, II Mir 9, 2931-2932)17

  • 18 Le motif est peut-être un peu moins fréquent dans le cas de conversions féminines, surtout dans les (...)
  • 19 A. Guillaumont, « Le Dépaysement comme forme d’ascèse dans le monachisme ancien », in Ecole pratiqu (...)

12Mais l’exil monastique prend une autre forme, qui nous est sémantiquement plus familière. Dans mon corpus, on ne trouve guère en effet de conversion qui ne s’accompagne, pour celui qui a décidé de changer de vie, d’un renoncement à ses biens, à sa famille, à sa terre, à son pays18 : « le changement de vie apparaît lié à un changement de lieu. »19 La tradition monastique, surtout dans sa branche érémitique, s’accorde sur l’idée qu’il s’agit là du premier des renoncements et que « l’on ne peut être véritablement moine dans son pays » (Saint Jérôme, Epist. 14, 7), « où il est impossible de mener le combat spirituel » (Guillaumont, p. 31).

  • 20 Terme dérivé de xénos, « l’étranger. ».
  • 21 On trouvera dans A. Guillaumont d’autres références, en particulier patriotiques, sur ce thème.

13Les auteurs grecs ont appelé xéniteia20 cet « exil volontaire », qui seul permet de trouver la quiétude (hésychia), et dont le « type figuratif » est Abraham, à qui Dieu demande : « Quitte ton pays, ta famille, la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai » (Gen. XII, 1)21.

  • 22 Version Z, §4, éd. Peter F. Dembowski, Droz, 1977.
  • 23 Dans d’autres versions c’est une voix qui s’adresse à lui.

14Plusieurs versions de la Vie de sainte Marie l’Egyptienne, parmi celles qui racontent dans un premier temps l’histoire du moine Zozime, renvoient à ce passage ; entré enfant dans un monastère où il a été « norriz » (c’est-à-dire élevé, éduqué)22, Zosime s’estime « parfez moines » (Z, §2) mais un « preudome » lui apparaît23, qui lui dit :

15« Zosimas, tu as bien travaillié (mortifié) et parfet ton cors. Mes nus hom n’est parfez, car il sont autres voies de salu. Et se tu i vieuz entrer, is (sors) de la terre et de la counoissance et de la meson ton pere, ausint com Abraham li patriarche et me suif et je te menrai en une abeie leiz le flun Jordein. » (Z, §3 ; cf. aussi versions O, §4 et O1 §4).

  • 24 On verrait volontiers en Zosime ce que le monachisme occidental appelle un « oblat » (lat. « oblatu (...)

16Si Zosime est déjà moine au moment où le « preudome » vient le trouver (ou quand une voix s’adresse à lui), la version O1 dit qu’il vivait dans le « moustier » « des qu’il ert petiz enfanz » (depuis sa petite enfance, §4) ; son entrée dans la vie religieuse ne pouvant être alors un acte raisonné24, sa véritable conversion se situe au moment où, obéissant au « preudome » (ou à la voix), il quitte sa terre et s’exile sur les rives du Jourdain.

17C’est la même démarche qu’entreprennent, sans aucune médiation extérieure, les trois chanoines de VP X (« Fou »), qui lors d’une halte dans un cimetière au cours d’une partie de chasse, décident de renoncer à l’aisance que leur assurent leurs revenus pour mener la vie érémitique ; la xéniteia conduira, hors de leur terre d’Egypte, Boniface à Antioche, Dieudonné aux abords de Jérusalem et Félix à Besançon. Dans la version que donne Gautier de Coinci du même conte, le personnage qui correspond au Félix de la VP raconte qu’à la mort de ses parents il a renoncé à la contrée d’Alexandrie, qu’il avait reçue en héritage :

Ainz m’en fui nus et despris

(dépouillé de tout)

Car l’Evangile m’eut apris

Que qui vielt Dieu aconsivir

Tout doit laissier por lui sivir.

(I Mir 37, vv.529-532)

L’Evangile nous dit, biau frere,

Qui por Dieu lait* et pere et mere,

(*laisse)

Terre, maisons, fame et enfans

Ses guerredons* en iert** si grans

(*récompense) **sera)

Rendu li ert tot a cent doble*.

(*au centuple)

(Ibid., vv.551-555)

  • 25 Cf. Matthieu, IV 12-22, XIX 21, X 37 ; Marc I 17-20 ; Luc IX 61-62…

18Si les références implicites sont ici néo-testamentaires25, l’idée (ou l’exigence) est toujours la même, qui parcourt la littérature édifiante, l’hagiographie, et même les chansons de geste et les romans lorsqu’ils évoquent la conversion des ermites que la providence place sur la route des chevaliers ou qui conduisent au désert leurs héros parvenus au seuil du dernier âge de la vie. Ainsi saint Germer « sa fame, son fil et sa terre/Laissa pour dame Dieu (le Seigneur Dieu) requerre » (vv.184-185) et saint Thibaut « Contre Pasque veut tout laissier :/Terres et paranz et maisons/Et totes ses possessions » (vv.30-32). Plus circonstancié est le départ de saint Gilles ; à la mort de ses parents, pressé par ses barons de prendre femme pour que sa terre ait un héritier, il fait festoyer ses gens et, quand tous sont endormis, abrutis par le vin,

  • 26 On évoquera aussi le témoignage de Jouffroi de Poitiers, dont la conversion simulée impose qu’elle (...)

« Il s’en levat, si s’en issi

Süef* de la chambre u il jut […]

(« *doucement, sans bruit)

Icele nuit fit mult obscure […]

Ultre passe ke nul nel veit

Fors sun seignur kil conduieit*[…]

(*qui le conduisait)

Gires* est en la veie mis,

(*Gilles)

Gerpist* sa terre e ses amis ;

(*il abandonna)

Il nen ad n’or n’argent od sai*

(*avec lui)

Cheval ne mul ne palefrei. »

(Vie de saint Gilles, éd. F. Laurent, vv.622-623, 629, 637-638, 641-644)26

  • 27 Je renvoie sur ce point à mon travail sur Les Ermites et les moines dans la littérature du Moyen Âg (...)
  • 28 Cf. les deux versions connues de ce conte : Le Chevalier au barisel (éd. Lecoy) et « Baril » (VP XI (...)

19Les chansons du Moniage Guillaume, de la Bataille Loquifer, des Quatre fils Aymon, le roman de Gui de Warewic, traitent aussi ces motifs de la conversion du soir – dans la pénombre du crépuscule et le plus souvent au déclin de la vie – et du départ nocturne, en des pages qui comptent parmi les plus suggestives de la littérature médiévale27. Au principe de la conversion de Gilles et de son exil volontaire se trouve le désir de consécration exclusive à Dieu, ou, en d’autres termes, la volonté de suivre le Christ. A cette aspiration s’ajoutent, dans le cas de Maugis ou de Gui de Warewic, la conscience du péché et le poids des souillures contractées dans le siècle ; si la pénitence qu’ils s’imposent est bien ainsi un don gratuit de leur personne au Seigneur, elle prend aussi une dimension expiatoire. Ce caractère se trouve nettement accusé chez des personnages tels que Marie l’Egyptienne, Robert le Diable, le chevalier meurtrier d’un prêtre dans « Fou » (VP X), ou le chevalier au barisel28, pécheurs endurcis transgressant systématiquement tous les codes moraux et religieux, et qui se voient imposer par une voix (dans le cas de Marie) ou par une autorité religieuse, une pénitence expiatoire de type canonique. Or chacun de ces renoncements ou chacune de ces conversions (au sens large de « changement de mœurs ») s’accompagne d’un exil : Robert comprend qu’il lui faut « passer outre les monts » « à la grant Romme » pour « confesser (ses) pechiez » (Dit, v.370) ; le chevalier au barisel quitte son pays et parcourt le monde, dans la souffrance et la détresse, pour tenter de réussir l’épreuve que lui a imposée un ermite ; le chevalier meurtrier de « Fou », après être allé trouver le pape, se rendra successivement auprès de Boniface, Dieudonné et Félix, à Jérusalem, Antioche et enfin à Besançon. Quant à la prostituée Marie, qui a accompagné un groupe de pécheurs auprès desquels elle exerce sa coupable activité, elle se voit interdire par une force surnaturelle l’entrée du sanctuaire de Jérusalem ; ayant pris conscience de ses fautes, elle adresse une supplique à Notre Dame, au terme de laquelle elle entend une voix

Qui li a dit apertement* :

*distinctement

« Va t’ent au moustier* Saint Jehan

*monastère

Puis passeras le flum Jordan,

El moustier prendras medecine

Puis t’en iras en la gastine*

*désert

Illecques espaneïras*

*là, tu expiedras

Tous tanz mais que viveras. »

(Version T, vv.554-560)

20L’exil se trouve ici lié au franchissement d’une frontière liquide, qui symbolise le passage dans un autre royaume, dans un Autre Monde ; le motif marque, dans le cas de Marie, la rupture avec la terre du péché et l’entrée dans le désert de la rédemption. La version T précise d’autre part que Marie

L’endemain leva par matin
Vers Orient tint son chemin. (vv.611-612)

  • 29 Dans « Fou » c’est le pape qui envoie, dans un premier temps, le chevalier à Jérusalem, en lui disa (...)
  • 30 « Orient » a la même racine étymologique que « orior » : « je me lève, je nais ». On notera aussi q (...)

21Tous les exils que nous venons d’évoquer n’ont pas tout à fait la même signification : si ceux de Marie et du chevalier meurtrier dans « Fou » (VP X) conduisent les pénitents vers l’Orient, le cheminement de Gilles, lequel n’a aucun péché à expier, le conduit, en sens inverse, de sa terre de Grèce à la région de Montpellier, où il mènera dans un premier temps la vie d’ermite, avant de fonder une abbaye. Peut-être peut-on dès lors avancer l’hypothèse, qui serait à vérifier dans le cadre d’une enquête plus vaste, d’une typologie qui ferait du déplacement vers l’Orient un exil d’expiation29, une étape vers la renaissance spirituelle30, tandis que le voyage vers l’Occident serait plutôt un exil de fondation, comme le voit déjà dans le cas d’Enée. Mais, qu’il s’agisse d’un départ pour une pénitence volontaire ou pour une pénitence expiatoire (ou canonique), l’exil, choisi ou imposé, est bien au principe même de toute démarche de conversion.

22Le renoncement qui conduit le moine, l’anachorète ou le pécheur repenti dans les contrées les plus « estranges » pour l’« essil » de l’ascèse et de la mortification, n’est cependant qu’une des manifestations de l’exil religieux.

  • 31 Le renoncement à l’héritage familial est un motif récurrent de l’hagiographie (c’est le cas de sain (...)
  • 32 Sur cette question, je renvoie aux pages 103-107 de mon travail sur Les Ermites et les moines, op.c (...)
  • 33 « Qu’il face le muet, ne parole por riens. » (Dit de Robert le Diable, v.555) cf. aussi vv.586-588  (...)
  • 34 « Biaus et blanc iere comme lais (lait),/Mais en peu d’eure fui si lais/qu’ainc ne pot estre conneü (...)

23Le pénitent qui se consacre à Dieu ou qui se réconcilie avec Lui renonce en effet non seulement à sa patrie (et plus largement au monde) mais aussi à lui-même, à toute volonté propre. A la suite des Pères du désert, l’hagiographie et la littérature édifiante font de l’exil intérieur (ou de l’exil par rapport à soi) une exigence qui prend concrètement des formes diverses. La conversion s’accompagne souvent dans la tradition du monachisme de l’abandon du nom que l’on pourrait qualifier de séculier au profit d’un nom de religion. Ce changement de nom n’est guère attesté dans notre corpus, mais on en relève une variante intéressante dans le Dit W de Jehan de Saint-Quentin, dont le héros, qui a été voué au diable par sa mère, reste anonyme jusqu’au moment où, s’étant libéré de l’emprise de l’« ennemi », et ayant décidé de se convertir à la vie érémitique, il se choisit le nom de « Sauveur », qui résume en quelque sorte son itinéraire de vie. Dans la chanson de geste, dans le roman arthurien surtout, mais aussi dans de nombreux contes pieux, le rapport au nom est inversé dans la mesure où un grand nombre d’ermites – adjuvants des héros ou eux-mêmes héros des contes – sont des personnages sans nom, ou plus précisément qui ont abandonné leur nom séculier et refusé d’en prendre un nouveau : cette entrée dans l’anonymat de celui qui n’est plus désormais dénommé que « frère » ou « preudome », s’interprète comme la volonté de renoncement à toute individualité, comme le refus de toute construction personnelle, de tout ce qui n’aurait pas pour finalité la consécration à Dieu. Ce refus de la personnalité propre accompagne l’abandon des armes, pour les nombreux chevaliers qui gagnent le désert au seuil du dernier âge de la vie, et d’une manière générale, le renoncement à tout bien matériel31, à tout statut social, à toutes les dignités, voire dans les cas les plus extrêmes, à toute forme de dignité : on pense ainsi à la perte simulée de la raison. Le motif de la folie aux yeux des hommes, qui est sagesse du point de vue de Dieu, hérité plus particulièrement de Saint Paul32, parcourt tout notre corpus : c’est, chez Gautier de Coinci, l’ermite vivant à Alexandrie à qui les gens de la rue jettent ordures et immondices (I Mir, 37), ou encore « Félix », l’ermite de VP X, humilié par la population de Besançon ; c’est le cas aussi, avec plus de relief encore, de Robert le Diable, le pécheur repenti, qui se voit imposer par l’ermite dont il sollicite les conseils une pénitence en trois points, par lesquels le héros se rend étranger à la fois au monde des hommes et à lui-même : Robert devra contrefaire le fou, de sorte que « avec des épées des bâtons et des massues, on (le) pourchasse à travers les rues » ; ne prendre d’autre nourriture que celle qu’il pourra arracher aux chiens ; s’abstenir de parler33. Cette xéniteia intérieure transforme celui qui se l’impose : Robert devient méconnaissable, comme les « fous » d’Alexandrie34 et de Besançon, ou encore comme le chevalier au barisel, qui n’est identifiable, au terme de sa pérégrination pénitentielle, que par le petit baril que son confesseur lui avait confié. Marie l’Egyptienne, après avoir franchi le Jourdain, erre dans le désert où, devenue « toute salvaige » (T, v.616), elle « esrachoit l’herbe del pré », qu’elle broutait « com autre beste » (à la façon des bêtes) :

Li chars de li mua coulor

Qui ains* ert** blancs comme flor […]

*auparavant **était

Tot li noircirent li costé […]

Plus de quarante ans ala nue,

N’iert merveille s’iert moussue*

*couverts de poils

(T., vv.625-626 ; 628 ; 663-664)

  • 35 Ce qu’a bien vu J. Laccarrière, dont l’adaptation toutefois, un peu appuyée par moments, va au-delà (...)
  • 36 On pourra se reporter aux vies des saintes Marine, Pélagie, Eugénie, Euphrosyne, Théodora, Margueri (...)

24La plupart des versions de la Vie de Marie accumulent les signes d’ensauvagement et certaines d’entre elles suggèrent en outre une atrophie physique de sa féminité35. L’exil par rapport à soi est ainsi chez Marie en même temps qu’un exil intérieur, un exil par rapport à l’espèce (par la régression à l’état sauvage ou bestial) et par rapport à son propre sexe. En ce sens, la négation par Marie de toute détermination concernant son identité physiologique n’est pas sans analogie avec le choix que font certaines saintes de vivre leur moniage sous l’habit d’un homme36.

  • 37 La Vie de saint Alexis, éd. Ch. Storey, Genève, Droz, 1968.
  • 38 On reconnaît ici les motifs de la conversion du soir et du départ nocturne déjà évoqués.
  • 39 La légende de saint Alexis sera aussi connus sous le titre du pauvre sous l’escalier. « Alors que l (...)
  • 40 C’est aussi après leur mort, le plus souvent lors de la toilette mortuaire, que le subterfuge des s (...)

25Ces renoncements, qui transforment le corps aussi bien que l’esprit, rendent le moine ou le pénitent dissemblable à lui-même dans le but de restaurer en lui la ressemblance divine. Cette quête de l’altérité fonde enfin un autre type d’exil que l’on pourrait qualifier de paradoxal : l’exil vécu chez soi, dans sa propre maison, dont La Vie de saint Alexis fournit au Moyen Âge l’illustration la plus connue37 : désireux de se consacrer à Dieu, Alexis, le soir même de ses noces, renonce à son épouse en même temps qu’à son épée, et s’enfuit de la « contrehe » (contrée) pendant la nuit38, pour une errance pénitentielle qui le conduit à Laodicès puis à Edesse, où il vit parmi les pauvres. Ses parents envoient à sa recherche leurs « sergents », qui, l’ayant rencontré, lui font l’aumône, sans le reconnaître tant « at li enfes sa tendra char mudede » (v.116 ; tant le jeune homme a transformé sa peau délicate). Après dix-sept ans d’absence, Alexis retourne à Rome et, rentré dans la maison de son père sans que personne l’identifie, demande qu’on lui fasse une place sous l’escalier39 ; c’est là que pendant encore dix-sept années, tandis que son père, sa mère et son épouse continuent à pleurer sa disparition, il « gist sur sa nate », méprisé de tous et humilié par les « serfs » de la maison. Dieu décide cependant de le « guerredoner » pour ses trente-quatre ans de « service » – c’est-à-dire de l’appeler à lui – et ce n’est qu’à sa mort40, marquée par des prodiges, que, ayant lu la lettre qu’il a laissée, ses proches le reconnaissent. La Vie de saint Alexis présente ainsi un inventaire exhaustif des formes de l’exil religieux : l’expatriation, l’arrachement à soi (sur les plans physique et moral), l’exil paradoxal de celui qui vit en étranger dans sa propre maison, signe d’une dissemblance aboutie par rapport à lui-même, en même temps que métaphore de toutes les aliénations.

26Quelle que soit la forme qu’il puisse prendre, l’exil apparaît ainsi comme une condition nécessaire à la réconciliation avec Dieu, dans le cas d’une expiation et d’une démarche de rédemption, ou à la consécration à Dieu, et a fortiori à un itinéraire qui conduit naturellement de la première étape à la seconde (comme on le voit, par exemple, pour Marie l’Egyptienne ou pour Robert le Diable).

  • 41 On pourrait évoquer, en dehors de notre corpus, les tribulations de l’épouse de Pépin le Bref, qui, (...)
  • 42 Ces miracles exploitent le thème de la femme chaste convoitée par son beau-frère, qui sert d’argume (...)
  • 43 Ed. A. Weber, Romania, 6, 1877, p. 329 ; cf. aussi G. Paris et U. Robert, Les Miracles de Notre Dam (...)

27L’exil politique, imposé non par une autorité religieuse ou par Dieu lui-même mais par un prince ou par un roi, n’est cependant pas absent des récits édifiants, où la sanction frappe le plus souvent un héros victime d’une accusation mensongère41 : c’est le cas de l’Impératrice (héroïne de II Mir 9 de Gautier de Coinci, du Dit S de Jehan de Saint-Quentin et du conte XII de la Vie des Pères)42 et de Saint Jehan Bouche d’Or43, qui, exilé sur une île infestée de bêtes sauvages, écrit des vies de saints avec sa salive miraculeusement transformée en encre d’or, le diable ayant renversé son encrier. Dans ces récits, ce n’est pas la conversion intérieure ou le désir de rédemption qui provoque le départ pour l’exil, mais le bannissement, d’abord subi, puis accepté et maîtrisé, qui par « l’exil » des souffrances déclenche véritablement le mouvement de conversion, détermine l’accès à un degré supérieur de spiritualité et, au bout du compte, conduit à la sanctification. Sans l’accusation mensongère mais providentielle qui les exclut du monde où ils ont trouvé leur place, Jean aurait probablement mené l’honnête carrière d’un chapelain de cour et l’impératrice de Rome la vie exemplaire d’une épouse dévouée, attentive à pratiquer envers les nécessiteux les œuvres de charité. Dans ces textes, comme dans ceux que nous avons évoqués précédemment, l’exil apparaît bien comme moyen de conjurer un enfermement – enfermement dans le péché, dans la banalité répétitive du quotidien, dans le confort d’un statut ou de ses certitudes – et comme facteur de progrès personnel, déterminant l’accès à un au-delà.

  • 44 Dictionnaire de la Bible, article « Exil ».

28S’appuyant sur la Genèse, ainsi que sur saint Paul, « le langage chrétien use [du terme « exil »] pour évoquer la vie temporelle »44, qui est « le temps de [notre] exil » (I Pierre, I, 17), par opposition à la vie éternelle et définit d’autre part le monde d’ici-bas comme terre d’exil par rapport au Royaume des Cieux, dont l’homme a été chassé en raison du péché. L’épilogue du conte LXIX de la Vie des Pères rappelle ainsi

Quan qu’a en terre ça aval*

*Tout ce qui se trouve ici-bas

Est en doleur et en peril :

Aussi sommes nos com en essil.

(« Anges », vv.380-382)

  • 45 Composée probablement dans la seconde moitié du XIème siècle.

29La prière du Salve Regina45, si belle que les moines la considéraient parfois composée par les anges, évoque discrètement, après l’invocation initiale à la Mère de miséricorde, la même idée :

30Ad te clamamus, exsules, filii Evae. Ad te suspiramus, gementes et flentes, in hac lacrymarum valle.

31[Nous crions vers toi, exilés, nous les fils d’Eve. Nous soupirons vers toi, gémissant et pleurant, en cette vallée de larmes.]

  • 46 Malgré la différence de fonction et de nature grammaticale, une relation logique s’établit d’autre (...)

32L’anaphore, le parallélisme syntaxique, l’équilibre des masses rythmiques, le jeu des assonances et des allitérations invitent à établir d’une phrase à l’autre des séries d’équivalences, en particulier entre l’adjectif exsules et les participes gementes et flentes46 ; « exsules » d’autre part appelle, par le sens et par sa forme le substantif exsilium qui se trouve deux phrases plus loin, et qui renvoie à « in hac lacrymarum valle » :

33Et Jesum benedictum fructum ventris tui, nobis post hoc exsilium ostende.

34[Et Jésus, le fruit béni de tes entrailles, à la fin de notre exil, montre-le nous.]

  • 47 VP XXVII, « Colombe », v.12436 (« que livré somes a essil/se vos ne priez vostre fil/que pardon nos (...)

35Les deux lexèmes cependant n’appartiennent pas à la même famille étymologique : si « exsilium » se rattache à la racine de salire (sauter, bondir), l’adjectif exsul, construit sur le radical de solus, a connu un déplacement de sens qui, à partir du sème « solitude », lui fait prendre le sens de « abandonné », puis « banni, exclu, exilé », et l’arrime au bout du compte au paradigme sémantique de exsilium, arrimage renforcé par la similitude des signifiants. Avec une densité fondée sur la subtilité des correspondances, mais avec des accents lyriques particulièrement émouvants, la prière/poème du Salve Regina évoque la situation tragique de l’homme qui, après avoir été chassé du paradis, est « livré a essil »47 sur une terre que la doctrine du contemplus mundi, qui imprègne la spiritualité des auteurs de la Vie des Pères, regarde comme « dénué de réalité et de valeur véritables » et invite à fuir.

36S’attacher au monde, c’est ainsi faire d’un lieu transitoire d’exil l’antichambre de l’exil éternel :

Onques n’aies cure del monde

Qi le pueple a milliers afonde*

*engloutit

Chascun jor en enfer le vil,

En dure peinne, en lon essil.

(VP X, « Fou »)

37S’arracher à sa patrie, et quitter la maison, c’est au contraire se détourner de « l’ordure d’enfer/ou li felon vont a essil » (VP XXIII vv.10678-10679) « por lor pechié » (VP XVI, v.7880), et entamer la pérégrination qui sur la « droite voie » conduit, parmi les épreuves fécondes du nouvel exil, au paradis eschatologique.

Notes

1 Le dictionnaire Lexis ne donne guère, en dehors du verbe « exiler » et de son participe substantivé, que « exilien » et « exiliarque », termes en relation exclusive avec l’exil du peuple juif à Babylone.

2 Le Lexis distingue ainsi la patrie, la région ou la ville d’origine et la vie terrestre par opposition à la vie céleste.

3 Cf. le Dictionnaire alphabétique et analogique (Robert).

4 On notera cependant la forme pronominale du verbe, qui dénote une démarche volontaire.

5 Gaffiot donne ainsi, pour exsilum : 1) exil, bannissement 2) lieu.

6 Cf. par exemple, Miracles de Notre Dame par personnages, 6, Saint Jehan Chrisosthomes, vv.755-756 : « Certes a tort fis essillier/Jehan quant fu mis au desert ».

7 Pour l’analyse des nombreuses versions de cette légende, cf. E. Pinto-Mathieu, La Vie des Pères, genèse de contes religieux du XIIIème siècle, Paris, Champion, NBMA, 2008, pp.555-583. Cf. Gautier de Coinci, De L’Empeeris, vv.980-981 : « Ce fu l’empereour de Romme/qui a grant tort m’a escillie. » (m’a bannie)

8 Dans le cadre de ce travail, je ne donnerai que quelques occurrences significatives des différents sens et emplois des lexèmes concernés dans la littérature édifiante ; une étude exhaustive reste à faire.
Dans le conte XLII (« Merlot ») de la Vie des Pères (éd. F. Lecoy), la voix de Merlin promet à un miséreux vilain de le mettre « hors d’essil » (v.18460) en lui faisant découvrir un trésor (toute référence au recueil de la Vie des Pères se fera désormais au moyen du signe VP) ; dans le conte VP XVII (« Crapaud »), un père, qui avait donné toute sa fortune à son fils pour son mariage, « devint povres, et en essil chaï » (et tomba dans la misère, vv.7987-7988). Un autre effet de sens est actualisé en VP2 (« Juitel ») où une mère, juive, apprend que son mari vient de jeter son fils dans le four où il travaille le verre : « La mere demena son duel (était folle de douleur)/El four vosist estre son wel (elle aurait souhaité être dans le four/Por metre son cors a essil/Et por morir avec son fil. » (vv.583-586).
Dans La Vie de Robert le Diable (éd. E. Gaucher), le héros, voué au diable par sa mère, multiplie les exactions : « Onques lÿons ne leur warous/Ne fist si grant essil de proie (ne massacra autant de proies)/Com Robiers fist a celle voie » (vv.3044-3046)
On relève d’autre part l’association fréquente à la rime des substantifs « essil » et « peril », comme aux vers 431-432 de la Vie de saint Jehan Bouche d’Or (éd. A. Wever, Romania, vol. -, 1877) : « Dont tes cors (ta personne) est en grant peril./Tot tes cors est mis en exil » ; cf. aussi VP L (« Anges ») : « Quanqu’a en terre ça aval (tout ce qui se trouve ici bas)/est en dolour et em peril./Aussi sommes conme en escxil. » (vv.23005-23007)

9 Cf. la confession d’un chevalier « robeor » dans VP X (« Fou ») : « Sire, je sui uns chevaliers/qi toz jors ai fet volentiers/tort a autrui por gaaignier (faire du butin)/et por povre gent essillier. » (vv.5031-5034) ; dans le XXXIIIème des Miracles de Notre Dame par personnages, Robert le Diable confesse de même : « Depuis qu’ai esté chevalier/Des abbaies essilier/Et desrober n’ai mout pené » (vv.1115-1117, éd. G. Paris, U. Robert, t. VI) ; cf. dans le roman de Robert le Diable (éd. E. Gaucher), les vers 1282 (Sa terre li gaste et essille), 1659 (où « gaster » c’est-à-dire « dévaster » est encore coordonné à « essillier »), 1642 (Il art et escille sa terre), 1704 et 2478 ; dans le Dit de Robert le Diable (éd. K. Breul, Mélanges A. Tobler, Halle 1895), on lit « que. VI. roys sarrasins/vindrent assaillir Romme/et toute leur maisnie/et l’ont toute essillie. » (vv.687-690).
Dans les reproches que le père spolié de VP XVII (« Crapaud ») adresse à son fils, le verbe, employé à la forme pronominale, a le sens de « se priver, se dépouiller de » : « Si li dist : « Beaz filz, beaz amis,/en richesse, en honor t’ai mis/de mes biens que j’ai gaaigniez/dont par toi me sui essiliez. » (vv.8002-8005)

10 Signalons un emploi adjectival de « essil », dans Mir. Pers XVII, v.1228 : « que je voy la en un lieu essil (désolé, à l’abandon)/Devant son petit ermitage. »

11 Cf. aussi : VP XXVI, vv.11911-11913 : « Bien doit cil entrer en mal an/qui a son preu torne l’orille,/qui s’ame por le monde essille. » (il est juste qu’il se prépare de mauvais jours celui qui tourne le dos à son bien et qui perd son âme pour le monde.)

12 Ma collègue latiniste Mireille Courrent me suggère que cette évolution a pu être favorisée par un rapprochement (erroné mais appuyé sur une relation paronymique) entre exsilium et l’adjectif exilis, qui signifiait « mince, grêle, chétif, faible », et, à partir de là, « pauvre ».

13 Cette relation sémantique de type métonymique peut être illustrée par l’ambivalence du mot dans le vers 4647-4649 de « Fou » (VP X) :
“et voz m’envoiez outre mer
Mon cors et mon avoir gaster !
Ensi me volez essilier.”
où le verbe « essilier », anaphorisant le contenu sémantique des deux vers qui précèdent, en souligne la complémentarité.

14 « sa char discipliner » (Vie de saint Thomas Becket, v.3942) ; « que s’am sa char domina » (VP XXXIII « Ivresse », v.15193) ; « sa char tormente et bat et grieve/et l’esperit amont eslieve », « Forment ses membres crucifie », « Einsint sa char mate et confont » (Vie de sainte Geneviève, vv.807-808, 810, 818) ; « De son cors mettre en destresce/Par peneance e abstinence » (Vie de saint Paphnuce, vv.95-96)…

15 Cf., par exemple, Huon le Roi, La descrission des religions, v.165 : « le cors livrer a martire » ; Barlaam et Josaphat, éd. L.R. Mills, p. 37 ll.21-22 : « Et encore soufrit il chascun jor martire » ; Vie de sainte Modwenne, vv.193-194 : « Sun grant travail, sun grant martire/Ne poet nus hom por ren descrire… »

16 Cf. aussi VP XIV (« Sacristine ») : « Sire, je suis apaireilliee (prête à)/come laisse, com essilliee,/de metre a perte et a essil/toz mes membres et le cors vil/qui osa fere la viltance… » (vv.7100-7104) ; Moniage Guillaume II, v.2779 : « Por l’amor Dieu s’est mis en grant escil » ; Perlesvaus, l.1643…

17 Cf. aussi VP X, « Fou », vv.5355-5357 : « qui sus terre lor cors desfirent/et essillerent a pooir, /por le regne des ciels avoir. » ; La Bataille Loquifer (éd. Runeberg) vv.3894-3895 : « Aller m’en voel le mien cors escillier/en une abeie […] ».

18 Le motif est peut-être un peu moins fréquent dans le cas de conversions féminines, surtout dans les romans et les chansons de geste, où les converties, qui sont des nobles, entrent généralement dans des abbayes fondées par leur lignage.

19 A. Guillaumont, « Le Dépaysement comme forme d’ascèse dans le monachisme ancien », in Ecole pratique des Hautes Etudes, 5° section, Sciences religieuses 1968-1969, vol 1, pp. 31-58. Le développement qui suit emprunte certains de ces éléments à ce travail.

20 Terme dérivé de xénos, « l’étranger. ».

21 On trouvera dans A. Guillaumont d’autres références, en particulier patriotiques, sur ce thème.

22 Version Z, §4, éd. Peter F. Dembowski, Droz, 1977.

23 Dans d’autres versions c’est une voix qui s’adresse à lui.

24 On verrait volontiers en Zosime ce que le monachisme occidental appelle un « oblat » (lat. « oblatum », participe passé de « offere »), c’est-à-dire un enfant voué dès sa naissance au service de Dieu.

25 Cf. Matthieu, IV 12-22, XIX 21, X 37 ; Marc I 17-20 ; Luc IX 61-62…

26 On évoquera aussi le témoignage de Jouffroi de Poitiers, dont la conversion simulée impose qu’elle soit parfaitement conforme aux modèles canoniques et qui justifie son exil auprès du seigneur de Tonnerre dont il veut séduire la femme : « Si m’est semblant que en ma terre/Ne puisse si Deu conquerre (Je ne pourrais gagner Dieu)/Con ge faiz en autre païs,/Quar qui est pres de ses amis/N’est pas, ce m’est vis, a mesaise. » (Jouffroi de Poitiers, vv.1593-1597)

27 Je renvoie sur ce point à mon travail sur Les Ermites et les moines dans la littérature du Moyen Âge, Paris, Champion, 1995, en particulier aux pages 97-102 (Eremitisme et exil), 725-728 (Maugis et Gui de Warewic ou la conversion du soir).

28 Cf. les deux versions connues de ce conte : Le Chevalier au barisel (éd. Lecoy) et « Baril » (VP XIX).

29 Dans « Fou » c’est le pape qui envoie, dans un premier temps, le chevalier à Jérusalem, en lui disant : « Savoir devez certenement ;/Quant plus loing por cest fet irez/Et vos muez vos aquiterez. » (vv.4654-4656)

30 « Orient » a la même racine étymologique que « orior » : « je me lève, je nais ». On notera aussi que nombreux sont les exils d’expiation qui ont Rome pour première étape.

31 Le renoncement à l’héritage familial est un motif récurrent de l’hagiographie (c’est le cas de saint Gilles dans notre corpus) et dans la littérature édifiante (cf. la version de « l’excommunié » dans le recueil de Gautier de Coinci).

32 Sur cette question, je renvoie aux pages 103-107 de mon travail sur Les Ermites et les moines, op.cit. (I° partie, 3, 5, « Eremitisme et folie »).

33 « Qu’il face le muet, ne parole por riens. » (Dit de Robert le Diable, v.555) cf. aussi vv.586-588 : « Samblant fait de plourer et puis aloit riant/Adonques s’asemblerent entour lui li enfant, / Savates et ordures li aloient getant. »

34 « Biaus et blanc iere comme lais (lait),/Mais en peu d’eure fui si lais/qu’ainc ne pot estre conneüs » (I Mir 37, vv.610-612).

35 Ce qu’a bien vu J. Laccarrière, dont l’adaptation toutefois, un peu appuyée par moments, va au-delà de la simple suggestion.

36 On pourra se reporter aux vies des saintes Marine, Pélagie, Eugénie, Euphrosyne, Théodora, Marguerite ou Apollinaria.

37 La Vie de saint Alexis, éd. Ch. Storey, Genève, Droz, 1968.

38 On reconnaît ici les motifs de la conversion du soir et du départ nocturne déjà évoqués.

39 La légende de saint Alexis sera aussi connus sous le titre du pauvre sous l’escalier. « Alors que le dessus du degré symbolisait l’élévation de la vie d’ici-bas, le dessous est le lieu d’une aspiration vers l’au-delà. L’escalier est ainsi le symbole d’une double ascension, l’une matérielle donc négative, l’autre spirituelle ou positive. » H. Akkari, « Par desuz et par desoz le degréz : fonctions et symboles de l’escalier dans le château du Moyen Âge » (In Châteaux et société castrale du Moyen Âge, Univ. De Rouen, 1998).
Pour E. Gaucher (éd. Robert le Diable, p. 171), « le desoz des degrez est la négation de tout pouvoir, le lieu des pauvres et des exclus, la place du renoncement ».

40 C’est aussi après leur mort, le plus souvent lors de la toilette mortuaire, que le subterfuge des saintes ayant vécu sous un habit d’homme est découvert.

41 On pourrait évoquer, en dehors de notre corpus, les tribulations de l’épouse de Pépin le Bref, qui, victime d’une machination, est contrainte à l’exil pendant plus de neuf ans dans la forêt du Mans. (Adenet le Roi, Berte aus grans piés, éd. A. Henry, Bruxelles, 1962).

42 Ces miracles exploitent le thème de la femme chaste convoitée par son beau-frère, qui sert d’argument à Florence de Rome, œuvre hybride entre chanson de geste et roman, qui aurait pu fournir à elle seule matière pour une communication dans le cadre de ce recueil (éd. A. Wallons Köld, Helsingfors, 1906).

43 Ed. A. Weber, Romania, 6, 1877, p. 329 ; cf. aussi G. Paris et U. Robert, Les Miracles de Notre Dame par personnages, Paris, 1876-1893, 8 vol, Mir n° 6.

44 Dictionnaire de la Bible, article « Exil ».

45 Composée probablement dans la seconde moitié du XIème siècle.

46 Malgré la différence de fonction et de nature grammaticale, une relation logique s’établit d’autre part entre les deux syntagmes de fin de phrase : c’est la faute attribuée à Eve (et qu’« amendera » Marie, ici implorée) qui condamne ses descendants à la privation des félicités « célestielles ».

47 VP XXVII, « Colombe », v.12436 (« que livré somes a essil/se vos ne priez vostre fil/que pardon nos face et merci »).

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search