Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Presses universitaires de Perpignan Études Exils « Partir d’ici ». A propos de l’é...

Exils

 | 
Hyacinthe Carrera

« Partir d’ici ». A propos de l’étymologie latine de l’exil

Mireille Courrént

Texte intégral

1Les mots « exil » et « exilé » viennent indubitablement du latin, mais pas de façon aussi évidente que leur simplicité française pourrait le laisser croire. En effet, s’ils se laissent aisément découper en un préfixe (ex-, qui marque le point de départ, le lieu d’où l’on part) et une racine, celle-ci n’est pas si facilement analysable, en partie à cause de la conception latine de l’étymologie, qui n’est pas une science à Rome : elle ne cherche pas à remonter systématiquement dans l’histoire de la langue jusqu’à un état ancien des termes, mais relève plutôt d’un jeu ponctuel sur les mots et fonctionne en opérant un rapprochement sémantique entre deux termes contemporains phonétiquement proches.

  • 1 La famille se compliquera de quelques dérivés au Bas-Empire (voir F. Gaffiot, Dictionnaire latin-fr (...)
  • 2 L’exil volontaire permet ainsi d’échapper à la peine de mort. Une bonne synthèse de la place de l’e (...)

2Les mots latins de l’exil, exilium (« exil »), exul (« exilé ») et exulo (« exiler »)1, appartiennent d’abord au vocabulaire du droit : l’exil est le nom donné à une peine infligée ou choisie pour échapper à une condamnation plus lourde2. Il entre donc, en tant qu’objet de procès, dans le champ linguistique de la rhétorique.

  • 3 Sur les fonctions (argumentative et autres) de l’étymologie à Rome, lire F. Desbordes, « La pratiqu (...)
  • 4 Sur cette variante, sur l’étymologie d’exul en général, et sur la bibliographie qui les concerne, l (...)
  • 5 Et sur ce modèle, les Romains ont produit aussi exsilium comme variante graphique à exilium.

3C’est là qu’intervient l’étymologie, à laquelle la rhétorique a attribué une fonction argumentative3 : démontrer ou justifier le sens du mot employé. L’exilé étant par définition loin de son pays, on a facilement rapproché phonétiquement exul d’une prononciation ex-sul où la forme *sul pouvait sembler apparentée à la racine de solum (« le sol, la terre »). Les Latins ont d’ailleurs, en rajoutant une lettre au mot originel, proposé une variante graphique exsul, qui donnait plus directement à voir « l’étymologie » du terme4. Exul / exsul, c’est celui qui est éloigné (ex-) de sa terre natale (-sul)5.

  • 6 A contrario, à la même époque, elle n’apparaît pas dans les deux sententiae de Publilius Syrus (don (...)

4L’étymologie possède la même fonction argumentative dans la dialectique stoïcienne, et l’on trouve ainsi une allusion à celle d’exul dans le traité de Cicéron, Les paradoxes des Stoïciens (4,2,31)6 :

Omnes scelerati atque impii, quorum tu te ducem esse profiteris, quos leges exilio adfici uolunt, exules sunt, etiamsi solum non mutarunt.

« Tous les criminels et les impies dont tu te proclames le chef, que les lois veulent frapper d’exil, sont des exilés, même s’ils n’ont pas quitté notre sol. »

5Cette étymologie, dite « populaire », a pris une forme canonique avec Isidore de Séville, passeur très influent du savoir antique dans le monde médiéval :

Exilium dictum quasi extra solum. Nam exul dicitur qui extra solum est.

  • 7 Isidore de Séville, Etymologies, V, 27, 28. La traduction ne peut évidemment rendre le jeu d’associ (...)

« ‘Exil’ signifie le fait d’être hors du sol [de la patrie], car on appelle ‘exilé’ celui qui est hors du sol [de sa patrie]. »7

  • 8 H. Kornhardt défendait cette thèse dans son article : « Regulus und die Cannaegefangenen. Studien z (...)

6Elle court donc depuis cette époque et a nourri une tradition largement répandue et bien vivace encore. L’une de ses dernières représentantes dans le milieu scientifique est H. Kornhardt, dont les thèses sont actuellement presque unanimement réfutées8.

7C’est donc ailleurs qu’il faut aller chercher l’origine de la racine de ces termes latins. L’emploi des deux voyelles différentes devant le l (exilium / exul) invite d’abord à rapprocher ces deux noms d’une catégorie de mots qui présente les mêmes doublets, tels Sicilia / Siculus (« Sicile / Sicilien ») ou similis / simulo (« semblable / imiter »), et qui répond à une loi phonétique bien connue : en syllabe intérieure (ce qui est le cas ici, puisque le mot s’ouvre par le préfixe ex-), une voyelle brève se fixe en ĭ devant un l palatal (c’est-à-dire suivi d’une voyelle d’avant, - i ici) et en ŭ devant un l vélaire (c’est-à-dire suivi d’une voyelle d’arrière). Le l de exŭl n’étant suivi d’aucune voyelle, il semble alors légitime de ne faire finalement de ce nom que le déverbal de exŭlo (« exiler ») où le -o de la désinence, voyelle d’arrière, explique la présence du ŭ devant le l. La forme verbale a précédé chronologiquement la forme nominale.

  • 9 F. Bader, op. cit., § 67, note 73, qui rejoint les propositions du dictionnaire étymologique de Cha (...)
  • 10 Et on retrouve cette racine, sous la forme *ŭl- (qui s’explique par la même règle que exulo) dans l (...)
  • 11 *al- (qui a la valeur générale de « faire avancer ») associé à acer (« ardent, fougueux ») produise (...)
  • 12 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 19594, (...)

8La racine des mots latins de l’exil est donc composée, au degré normal, d’une voyelle brève et de la sonante l. Pour certains, dont F. Bader, cette voyelle est ě, et l’on peut associer l’étymologie de ce *ěl- à celle du verbe grec ɛλαυνω (élaunō), « faire avancer, expulser »)9. On peut alors rapprocher * ěl- de l’idée plus générale d’« aller », d’« avancer »10. Ernout et Meillet proposent d’y rattacher l’adjectif alacer (« plein d’entrain, vif, joyeux »11) où * ăl- serait la racine * ěl- au degré zéro12.

9Pour d’autres, la racine est * ăl- et peut être rapprochée des verbes grecs αλαομαι (alaomai), « errer », qui s’emploie surtout en parlant d’exilés) et αλɛομαι (aléomai), « éviter, échapper »).

  • 13 Ernout et Meillet, op. cit., s.v. ambulo indiquent que, « hors de l’italique, une racine *ěl- « all (...)

10Etymologiquement, le latin exul / exilium repose donc sur deux notions, celle d’un point de départ, d’un lieu que l’on quitte et celle d’une marche en avant, sans qu’on puisse pour autant savoir, faute de termes nettement apparentés dans d’autres langues indo-européennes13, si le Latin a voulu originellement marquer l’idée d’expulsion ou celle d’errance.

  • 14 Notons pour mémoire que le latin possède aussi un exilis, mais que celui-ci n’a rien à voir avec no (...)

11Si l’on rattache sans peine le français « exil » au latin exilium, en revanche, le i de notre « exilé » ne peut s’expliquer que si l’on considère que le terme a lui aussi exilium pour étymon. « Exilé » (/« exiler ») est donc dérivé de « exil », et non formé sur l’étymon exul / exulo, qui n’a rien donné en français14.

Notes

1 La famille se compliquera de quelques dérivés au Bas-Empire (voir F. Gaffiot, Dictionnaire latin-français, s.v. exsulabundus et suivants).

2 L’exil volontaire permet ainsi d’échapper à la peine de mort. Une bonne synthèse de la place de l’exil dans le droit et la littérature à Rome : F. Martín, « El exilio en Roma : los grados del castigo », in : F. Marco Simon et alii (Eds.) Vivir en terra extraña : emigración e integración cultural en el mundo antiguo, Edicions Universitat Barcelona, 2004, 247-254.

3 Sur les fonctions (argumentative et autres) de l’étymologie à Rome, lire F. Desbordes, « La pratique étymologique des Latins et son rapport à l’histoire », Lexique 14, 1998, 69-79 (Repris dans F. Desbordes, Idées grecques et romaines sur le langage, ENS éditions, Paris, 2007, 135-146).

4 Sur cette variante, sur l’étymologie d’exul en général, et sur la bibliographie qui les concerne, la synthèse de référence est celle de F. Bader au § 67 de son ouvrage : La formation des composés nominaux en latin, Les Belles Lettres, Paris, 1962, p. 67.

5 Et sur ce modèle, les Romains ont produit aussi exsilium comme variante graphique à exilium.

6 A contrario, à la même époque, elle n’apparaît pas dans les deux sententiae de Publilius Syrus (dont la langue ne se rattache ni à celle du droit ni à celle du stoïcisme) qui parlent d’exil. Ce n’est pas le sol natal, mais la patrie et la maison qui sont opposées à l’exil : Exilium patitur, patriae qui se denegat (« Est frappé d’exil celui qui se refuse à sa patrie ») et Exul, ubi ei nusquam domus est, sine sepulcro est mortuus (« L’exilé, comme il n’a nulle part de maison, une fois mort n’a pas de sépulture »).

7 Isidore de Séville, Etymologies, V, 27, 28. La traduction ne peut évidemment rendre le jeu d’association phonique et sémantique. La première des deux phrases a été, par ailleurs, textuellement empruntée par Isidore à Servius (Commentaire de l’Enéide de Virgile, II, 638).

8 H. Kornhardt défendait cette thèse dans son article : « Regulus und die Cannaegefangenen. Studien zum Römischen Heimkehrrecht », Hermes, 1952 (82), 85-123. On ne peut pas suivre non plus une autre explication, développée en particulier par Th. Mommsen, qui fait de *sal- (« sauter ») la racine de plusieurs termes dont consul (« qui saute / danse ensemble ») et exsul (« qui saute au dehors ») (Römisches Staatsrecht, II, Leipzig, 18873, p. 77, n. 3), puisque le s ne se trouvait pas originellement dans les mots de cette famille. Voir la critique dans Bader, op. cit., § 68.

9 F. Bader, op. cit., § 67, note 73, qui rejoint les propositions du dictionnaire étymologique de Chantraine.

10 Et on retrouve cette racine, sous la forme *ŭl- (qui s’explique par la même règle que exulo) dans le verbe ambŭlo (amb-ul-o : étymologiquement : « aller autour », puis « aller et venir, se promener »).

11 *al- (qui a la valeur générale de « faire avancer ») associé à acer (« ardent, fougueux ») produisent le sens de « plein d’allant, qui avance vivement ».

12 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 19594, s.v. alacer.

13 Ernout et Meillet, op. cit., s.v. ambulo indiquent que, « hors de l’italique, une racine *ěl- « aller » est attestée en celtique (m.gall. el « qu’il aille ») (…) et peut-être arm. eli « je suis monté, je suis sorti » ». La racine *ăl- (qu’ils rapprochent du grec alaéomai et du lette aluôt « errer ») leur semble moins probable pour ambulo (et donc exul).

14 Notons pour mémoire que le latin possède aussi un exilis, mais que celui-ci n’a rien à voir avec notre champ sémantique, puisqu’il associe au préfixe ex- la racine ilia (« flancs ») et signifie précisément « efflanqué ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search