Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

La persistance du conflit sociolinguistique et son instrumentalisation dans l’interdiscours épilinguistique en Catalogne

Henri Boyer

Texte intégral

1. UN DISCOURS ÉPILINGUISTIQUE CONTINU ET POLÉMIQUE

1Dans une configuration de type diglossique ou de sortie de la diglossie, où la normalisation a été/est conduite avec fermeté, détermination et continuité (quelle que soit l’appartenance partisane des décideurs) la société et la communication sociale sont habitées en permanence par un interdiscours épilinguistique prolixe et immanquablement polémique. C’est le cas en Catalogne autonome (le « Principat ») et ce le sera encore pour quelques temps. Une situation similaire offre, me semble-t-il, à l’observateur une manifestation symptomale du même type : le Québec (situation dont la gémellité est assez régulièrement évoquée et même célébrée en Catalogne, avec la caution, on le sait, de nombreux sociolinguistes, Fishman en premier lieu). Cet interdiscours épilinguistique abondant et régulier trouve dans la presse et l’édition catalanes (en catalan comme en castillan) et jusqu’à la télévision (TVC singulièrement) un accueil bienveillant. Y prennent toute leur part plusieurs types d’acteurs sociaux (responsables et élus politiques, artistes, universitaires, membres de professions libérales, journalistes bien sûr, syndicalistes... sans oublier les (socio)linguistes et autres militants de la langue catalane). C’est essentiellement un discours clivé dont les stimuli (glottopolitiques) ne sont pas toujours d’origine interne à la Catalogne, mais viennent aussi du Centre (de l’État).

2Deux cas récents et qui ont fait couler beaucoup d’encre méritent d’être rappelés (cf. Pagès, 2007) :

  • le texte en Une du quotidien ABC du 12 septembre 1993 : « Igual que Franco, pero al revés : persecución del castellano en Cataluña » ;
  • la déclaration du Roi Juan Carlos en 2002 selon laquelle : « Nunca fue la nuestra lengua de imposición, sino de encuentro ; a nadie se le obligó nunca a hablar en castellano : fueron los pueblos más diversos quienes hicieron suyo, por voluntad libérrima, el idioma de Cervantes ».

3Ceci m’amène à une observation qui vaut surtout pour le discours épilinguistique en faveur du catalan (mais auquel se croit obligé de répondre dans le droit fil le discours épilinguistique en faveur du castillan, qu’il soit barcelonais ou madrilène) : la présence redondante du passif, de la persécution, dont a été victime le catalan au cours des trois derniers siècles et particulièrement sous le franquisme (cf. Benet, 1979), et qui se prolonge(rait) encore aujourd’hui

2. L’ARGUMENT DU PASSIF

4Ce trait interdiscursif est un trait capital, qui constitue l’un des piliers représentationnels du nationalisme linguistique catalan (Boyer, 2008). À ce propos, on peut se reporter à la conférence de Jordi Pujol, alors Président de la Generalitat (Pujol,1995), prononcée après la victoire juridique obtenue par le Gouvernement autonome en décembre 1994 : l’arrêt du Tribunal Constitutionnel espagnol en faveur de la Loi de normalisation linguistique de 1983 dont le Tribunal suprême de l’État avait mis en cause la constitutionnalité de certains articles, une conférence dans laquelle J. Pujol, en proclamant que « és la llengua catalana la que ha contribuït decisivament a configurar la personalitat collectiva de Catalunya » ne manque pas de consacrer un long développement à « la persecució que la llengua i la cultura catalanes han sofert ». Il n’hésite pas à insister sur cette persécution :

I no ha estat un fet fugaç i superficial com a voltes ens volen fer creure. Ha estat une persecució de segles, sempre feta molt a fons, amb voluntat de destrucció, que esdevingué especialment perillosa recentment, durant els anys de la dictadura franquista [...] No es pot treure importància a una persecució que comença l’any 1714 i que dura fins al 1975, amb breus, escasses i mai completes interrupcions.

5Le coupable est clairement désigné :

En nom d’un concepte d’Espanya que avui afortunadament ja no és el de molts espanyols, i que evidentment no és el nostre, es va dur a terme una implacable persecució de la nostra llengua durant molt de temps.

6Évidemment le détour fondamental par ce passif, outre qu’il respecte incontestablement l’Histoire, s’intègre à l’argumentaire nationaliste et justifie la politique linguistique de récupération et donc de normalisation conduite avec détermination :

Ara, a més d’això, del que cal parlar també és que aquesta persecució ha deixat senyals, ha deixat petja. Les conseqüències han estat greus i es perpetuen fins avui. De fet han deixat la llengua catalana en une situació precària.

7Il ne faut donc pas être surpris par la mise en œuvre de mesures vigoureuses de politique linguistique-éducative (comme l’immersion) :

el català, llengua perseguida, té dret ara a ser més ajudada que cap altra. I té dret a la comprensió des de fora de Catalunya i des de dintre ». Car « en el camp de la llengua els febles som nosaltres i els perseguits hem estat nosaltres.

8Même si Pujol reconnaît que grâce à la politique de normalisation de la Generalitat « el català, afortunadament ha recuperat terreny » pour lui la récupération est insuffisante (dans la presse, à la télé, au cinéma, dans la publicité, dans le domaine de la justice...).

  • 1 Macro-enquête Llengua i societat als territoris de parla catalana a l’inici del segle xxi coord. E (...)

9Et l’on retrouve dans l’interdiscours épilinguistique catalan cette insistance sur les séquelles du conflit passé et sur le maintien d’une dominance dans le présent, mettant en évidence les résistances à la normalisation officielle, parfois pour stimuler cette normalisation, parfois même pour en dénoncer la tiédeur. À cet égard les études (enquêtes en particulier) et les ouvrages polémiques ont fleuri au cours de ces dernières années, sans interruption, certains pour étendre les considérations (critiques) aux « Països Catalans » (cf. Querol, 20071 ; Joan, 2007), mais pour beaucoup d’autres circonscrits à la situation du Principat, qui dénoncent le fait que malgré des raisons d’être satisfaits des résultats de la normalisation, la « langue propre » n’a pas totalement neutralisé à son avantage la dynamique de substitution héritée du franquisme.

  • 2 Objectif qui, évidemment, ne se décrète pas, pas plus que l’identification nationale de la catalan (...)
  • 3 Le diagnostic avait du reste été annoncé par diverses études dès le début des années quatre vingt- (...)

10Parmi les constats d’ordre micro-sociolinguistique particulièrement glosés par de nombreux sociolinguistes et/ou militants de la langue catalane, il y a au tout premier plan une réalité langagière qui semble quelque peu contrarier l’objectif (macro-sociolinguistique) d’une priorité donnée au catalan en Catalogne y compris dans les échanges ordinaires Objectif qui, évidemment, ne se décrète pas, pas plus que l’identification nationale de la catalanophonie (réelle ou virtuelle) aux « Països Catalans » que s’évertuent à invoquer un nombre non négligeable de catalanistes (sociolinguistes en tête).2 Et qui concerne les jeunes générations : un certain refus du monolinguisme et une pratique aléatoire de l’alternance de langues, qui font semble-t-il les beaux jours d’un bilinguisme assumé et déclaré, en progression importante (cf. par ex. Larreula, 2002)3. Ce constat est conforté par plusieurs récentes enquêtes concordantes, dont les résultats font apparaître des éléments positifs, comme l’accroissement de la transmission intergénérationnelle du catalan (selon l’Estadística d’usos lingüístics a Catalunya de 2003) pour la population âgée de 15 ans et plus : pour ce qui est de la population la plus jeune (de 15 à 19 ans) le catalan comme langue d’identification obtient un score inférieur à celui de l’ensemble de la population (44,7 % au lieu de 48,8 %). Par ailleurs d’autres études réalisées en contexte scolaire permettent d’observer une évolution significative. Ainsi une étude de 2006 concernant la population scolaire (12-16 ans) des Centres d’éducation secondaire (51 centres : 1 500 élèves) livre des résultats étonnants :

El 36 % dels alumnes considera el català com la seva llengua, el 34 % el castellà i el 28 % ambdues llengües. Si es comparen aquestes dades amb les obtingudes en la pregunta sobre quina és la llengua primera dels alumnes, constatem que els percentatges tant de català com de castellà disminueixen, encara que en proporcions diferents (respectivament de 39,4 % à 36 % i de 43,2 % à 34 %). En canvi, el percentatge d’alumnat que s’identifica bilingüe (28 %) és el doble del que es declarava bilingüe inicial (14 %) (Riera Gil, 2008 : 145).

  • 4 Voir l’entretien que m’avait accordé en mai 1981 Aina Moll, première Directrice Générale de Politi (...)

11Tout sociolinguiste un tant soit peu conséquent ne peut que se réjouir d’une telle évolution (souhaitée du reste par certains promoteurs de la Politique Linguistique de la Generalitat à ses débuts4) qui cependant ne manque pas de rappeler aux bons souvenirs du même sociolinguiste le fameux mythe bilinguiste stigmatisé par l’un des pères fondateurs de la sociolinguistique catalane : Lluís Vicent Aracil (Aracil [1966] 1982 ; cf. Berrio, 2008). Et il n’est pas faux de considérer que sans la vigueur exemplaire de la politique linguistique institutionnelle conduite ces trente dernières années, le bilinguisme ne serait pas à l’ordre du jour en Catalogne : par contre le monolinguisme en faveur du castillan y aurait sûrement progressé. Qu’adviendrait-il de ce bilinguisme réjouissant si une telle politique linguistique venait à être abandonnée ou même amputée d’une partie de son dispositif... ?

12D’autres observateurs (avertis) déplorent la baisse de visibilité du catalan à Barcelone, qui a été pendant un temps la grande capitale où la vitalité de la langue de la communauté (la langue nationale) s’affichait ostensiblement, malgré des zones importantes d’hispanophonie (Boix, 2002).

13Les diagnostics sociolinguistiques faisant état de craintes ou de prédictions alarmistes quant à l’avenir du catalan ont à l’évidence de beaux jours devant eux. Cependant on ne doit pas ignorer les voix qui prônent un optimisme raisonnable en la matière, à l’instar de Miquel Pueyo, acteur de premier plan de la politique linguistique institutionnelle,

fermament convençut que si es considera objectivament el seu reconeixement jurídic, el seu equipament lingüístic, la seva vitalitat, l’elevat grau de consciència unitària que en tenen els seus parlants (...), el fet d’estar situada entre les vuitanta llengës més parlades del món... s’ha de fer un gran esforç d’imaginació per representar la llengua catalana com una llengua agonitzant... (Pueyo, 2007 : 118).

3. LA GUERRE DE LA LANGUE A BIEN (EU) LIEU

  • 5 Crida a la solidaritat en defensa de la llengua, la cultura i la nació catalana.

14Aussi peut-on affirmer en toute neutralité que l’interdiscours sur la persistance du conflit, de la précarité, des problèmes de la langue catalane aujourd’hui encore, plus d’un quart de siècle après la mise en œuvre de la politique linguistique officielle de la Generalitat inspirée à l’évidence par un nationalisme (linguistique ; cf. Boyer, 2008) modéré, et même si certains acteurs associent dans une même condamnation sans appel, au nom d’un nationalisme indépendantiste pur et dur, le libéralisme linguistique et le positionnement glottopolitique du gouvernement autonome (cf. Berrio, 2008), est parfaitement légitime du point de vue sociolinguistique. Il n’en reste pas moins au service d’un certain positionnement (glotto)politique. On peut dire du reste que dès les premiers temps de la mise en œuvre de la normalisation en faveur du catalan, les clivages à l’intérieur de l’interdiscours épilinguistique pro-catalan ont su être instrumentalisés. La Crida5 n’a-t-elle pas servi de repère opposé (et utile à n’en pas douter) à la Direction Générale de Politique Linguistique, par rapport à ceux qui en mars 1981 dans le Manifiesto de los 2 300 (publié à Madrid par le Diario 16) revendiquaient « l’égalité des droits linguistiques en Catalogne », bafoué selon les signataires par la politique linguistique de la Generalitat qui aurait cherché à faire du catalan l’unique langue officielle de Catalogne ? Ainsi Eduard Voltas reconnaît volontiers que :

des del punt de vista mediàtic, la Crida va ser un èxit del nacionalisme català perquè va saber generar un ampli consens social al voltant d’una idea òbvia : a Catalunya, la llengua dèbil i discriminada és el català. El creixent protagonisme de la Crida en els mitjans de comunicació durant la primera meitat dels anys vuitanta arraconà encara més la reinvindicació pro-castellà, i pràcticamennt féu oblidar que havia existit une cosa anomenada Manifiesto (Voltas, 1996 : 31).

15Deux péripéties récentes de cette « guerre de la langue » dont l’interdiscours épilinguistique a été et reste le vecteur permanent concernent d’une part la mise en œuvre généralisée (et officialisée : décrets de 1992) de l’immersion en catalan dans les écoles publiques qu’on peut considérer comme une accélération de la normalisation linguistique officielle en faveur du catalan et d’autre part, bien entendu, le vote de la Loi dite « de politique linguistique » (1998) qui prenait le relais de la « Loi de normalisation linguistique en Catalogne » de 1983 : à chaque fois l’attaque extérieure a été neutralisée en dénonçant une amnésie coupable.

16L’une des toutes dernières péripéties de la guerre en question, la publication d’un Manifiesto por una lengua común, présenté à l’Ateneo de Madrid (juin 2008) ne déroge pas à la norme établie au cours de toutes ces années de normalisation et a déclenché un nouvel emballement épilinguistique.

17Pour terminer ce repérage (limité forcément) sur une note optimiste, et montrer que les positions ne sont pas totalement figées je ferai référence à un ouvrage publié en castillan – et venu du Centre – qui jette quelques pierres dans le jardin espagnoliste. Il s’agit de l’ouvrage de J.C. Moreno Cabrera publié en 2008 et consacré au nationalisme linguistique ; un ouvrage qui annonce clairement en sous-titre l’opinion développée : Une idéologie destructive. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, précisément dans le contexte glottopolitique de l’Espagne actuelle, il ne s’agit pas d’une charge de plus contre les nationalismes linguistiques catalan, basque ou galicien (même si au passage ils peuvent parfois se sentir concernés par telle ou telle critique), c’est-à-dire les nationalismes de nations dominées, sans État, mais contre les nationalismes linguistiques des États-Nations : singulièrement celui de l’Espagne. Moreno Cabrera analyse les péripéties, les dispositifs et les discours du nationalisme linguistique espagnol d’hier et d’aujourd’hui. L’auteur n’a pas de mots assez durs pour stigmatiser la dimension colonialiste de ce nationalisme-là, dont l’un des acteurs désignés est l’Académie royale de la langue, coupable de castillanocentrisme en direction des communautés linguistiques d’Espagne ayant une autre langue historique que le castillan. Quant à la situation actuelle, Moreno Cabrera dénonce prioritairement le nationalisme linguistique espagnol : « la ideología del nacionalismo lingüístico niega en la práctica que el Estado español sea plurilingüe y actúa en consecuencia » (Moreno Cabrera, 2008 : 198). Et c’est bien ce monolinguisme d’État qui est pour l’auteur responsable de la permanence des conflits sociolinguistiques en Espagne :

El problema no es tanto que existan medidas que protegen el castellano, sino que todavía existe... una fuerte y contundente política de Estado monolingüista castellanista ante la cual las Comunidades Autónomas no pueden quedar inactivas, si es que no quieren que sus lenguas cooficiales vayan devaluándose cada vez más (Moreno Cabrera, 2008 : 201).

18De là à légitimer les autres nationalismes linguistiques, celui des nations sans État (Catalogne, Pays Basque, Galice) il n’y a qu’un pas...

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aracil, Lluís Vicent (1982), « El bilingüisme com a mite », in Papers de sociolingüística, Barcelona, Edicions de la Magrana (le texte original en anglais est de 1966).

Benet, Josep (1979), Cataluña bajo el régimen franquista, Barcelona, Blume.

Berrio, Albert (2008), Contra el liberalisme i el cofoisme lingüístics, Barcelona, Península.

Boix Fuster, Emili (2002), « Barcelona 2000 : un état de la question sociolinguistique », in Boix Fuster, Emili, Milian-Massana ; Antoni, eds. (2002), Aménagement linguistique dans les pays de langue catalane, Terminogramme, 103-104 (Office de la langue française, Québec).

Boyer, Henri (2008), Langue et identité. Sur le nationalisme linguistique, Limoges, Lambert-Lucas.

Joan i Marí, Bernat (2007), La Nació inconsistent, Barcelona, DUX.

Larreula, Enric (2002), Dolor de llengua, Barcelona / València, Eds. 3 i 4, Eliseu Climent Editor.

Moreno Cabrera, Juan Carlos (2008), El nacionalismo lingüístico. Una ideología destructiva, Barcelona, Península.

Pagès, David, ed. (2007), El català perseguit, Ara Llibres.

Pueyo, Miquel (2007), El fantasma de la mort del català, Barcelona, Proa.

Pujol, Jordi (1995), « Qué representa la llengua a Cataluña ? », Palau de Congresos de Montjuich, Barcelona, 22 mars 1995.

Querol, Ernest, coord. (2007), Llengua i societat als territoris de parla catalana a l’inici del segle xxi, Barcelona, Secretaria de Política Lingüística.

Riera Gil, Elvira (2008), Ètica política i diversitat lingüística. Per una política lingüística responsable, Barcelona, Escola d’Administració Pública de Catalunya.

Voltas, Eduard (1996), La guerra de la llengua, Barcelona, Empúries.

Notes

1 Macro-enquête Llengua i societat als territoris de parla catalana a l’inici del segle xxi coord. E. Querol.

2 Objectif qui, évidemment, ne se décrète pas, pas plus que l’identification nationale de la catalanophonie (réelle ou virtuelle) aux « Països Catalans » que s’évertuent à invoquer un nombre non négligeable de catalanistes (sociolinguistes en tête).

3 Le diagnostic avait du reste été annoncé par diverses études dès le début des années quatre vingt-dix, comme par celle d’E. Boix, au titre limpide : Triar no es trair (Boix, 1993).

4 Voir l’entretien que m’avait accordé en mai 1981 Aina Moll, première Directrice Générale de Politique Linguistique au sein de la Generalitat dans Amiras/Repères n° 1, 1982, Éditions Édisud.

5 Crida a la solidaritat en defensa de la llengua, la cultura i la nació catalana.

Auteur

Henri BOYER - Henri.Boyer@univ-montp3.fr - est professeur de sciences du langage à l’Université Montpellier III où il co-dirige le Laboratoire DIPRALANG. Il est responsabledescollections« Sociolinguistique »et« LangueetParole »auxéditionsL’Harmattan. Ses recherches et publications portent, en particulier, sur le fonctionnement des représentations sociolinguistiques et le poids des imaginaires des langues : idéologies, attitudes, stéréotypes ; sur les pratiques linguistiques, le statut et la dynamique des langues au sein des sociétés plurilingues ; sur le traitement sociolinguistique des conflits de type diglossique ainsi que sur les politiques linguistiques. Dans la dernière période il a publié, entre autres : De l’autre côté du discours. Recherches sur le fonctionnement des représentations communautaires (2003), Langue et identité. Sur le nationalisme linguistique (2008).

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540