Version classiqueVersion mobile

Exils

 | 
Hyacinthe Carrera

Préambule

H. Carrera

Texte intégral

« Il fut le premier que je rencontrai parmi ces hommes innombrables qui se sentent étrangers dans leur propre pays et qui sont pourtant les meilleurs d’entre nous. »
Maxime Gorki, Enfance

1Si on accepte de considérer la Bible, hors toute spéculation religieuse, comme un fonds mythologique essentiel de la culture occidentale, on ne peut qu’être particulièrement attentif à l’épisode fondateur que constitue la Genèse, avec en particulier l’exil subi par Adam et Eve, à l’issue du péché originel.

2Giuseppe Cesari, dans le tableau qui figure sur la couverture de ce volume, propose un traitement pictural particulièrement explicite de cet épisode.

3Le décor est divisé en deux parties, nettement distinctes ; à gauche, une zone terreuse, sur laquelle se détache l’ange qui chasse les fautifs ; à droite et à l’arrière-plan, un paysage plus riant, avec des vallons verdoyants. Et un des charmes du tableau tient au fait que nous ne pouvons déterminer de quel espace part le couple et quel espace il rejoint.

4Les deux personnages sont saisis en marche, suspendus à l’instant précis où ils ont encore un pied dans le passé et l’autre dans l’avenir, franchissant la ligne imaginaire qui sépare le paradis de la terre, leur vie d’immortels de celle de simples êtres humains.

5La surprise et l’incrédulité se lisent sur le visage d’Adam, l’effroi sur celui d’Eve. La force de leurs sentiments est à la mesure de l’importance du moment.

6C’est que ce premier exil fonde l’humanité, il y a bien un avant et un après : avant, Adam et Eve ne travaillent pas, ne connaissent ni l’amour ni la mort ; après, ils sont entrés dans leur vie authentiquement humaine, emportant avec eux cette connaissance qu’ils disputent désormais à Dieu.

7Ainsi, si « le verbe » était au début de la création du monde, c’est bien « l’exil » qui marque l’entrée dans les temps humains de ce monde.

8Voilà qui justifierait à soi seul la réflexion menée tout au long de l’année 2009 par le VECT. Mais cette dimension mythologique, pour importante qu’elle soit, ne doit pas faire oublier que les exilés sont d’abord des hommes et des femmes « réellement » chassés de leur pays, parfois ayant (relativement) choisi ce destin. C’est donc en tenant compte de ces deux dimensions, imaginaire et symbolique d’une part, « réelle » et historique d’autre part, que s’articulent les contributions de ce numéro de la collection Etudes.

9Partir d’ici, c’est le titre opportunément choisi par Mireille Courrent qui, en guise de viatique, nous rappelle les nuances de mise à distance et de souffrance que l’étymologie latine du mot “exil” dévoile.

10Paul Bretel poursuit cette démarche par une Etude de vocabulaire et de Littérature, montrant ce que sont les Formes et fonctions de l’exil dans la Littérature édifiante du Moyen-Age. Il y retrouve en particulier l’importance de la souffrance, mais aussi les enjeux du déplacement, différents selon que celui-ci s’effectue d’Est en Ouest ou vice-versa. Il révèle enfin, et c’est là une dimension que reprendront d’autres contributeurs ailleurs dans le temps et l’espace, qu’il y a des exils intérieurs et que le pénitent qui se consacre à Dieu ou qui se réconcilie avec lui renonce autant à une part de lui-même et de sa volonté qu’au monde dont il s’est éloigné.

11Les mots encore, avec Michel Adroher, qui consacre une étude au texte Mout m’alegra douza vos per boscaje, de Guilhem de Cabestany, le plus connu des troubadours des terres catalanes septentrionales de la fin du douzième siècle et du début du treizième. Il se demande si c’est là chanson de départie ou chanson de change, c’est à dire chant de départ pour la croisade ou de séparation amoureuse, chant d’exil ou de rupture. Et à travers ce qui pourrait paraître anecdotique, c’est bien la problématique qui se dégage de l’ensemble des contributions que le poème du troubadour illustre, autour de l’ambiguïté fondamentale de l’éloignement.

12Francesca Caruana procède pour sa part à une lecture sémiotique de Peintures en exil. Elle retient trois formes d’exil dans la peinture : celui qui illustre l’idée qu’on s’en fait (le sujet) ; celui de l’artiste contraint de s’éloigner, l’exil intérieur, enfin. S’appuyant sur des oeuvres de Poussin, Picasso, Hantaï, Wharol, entre autres, elle montre comment l’exil est souvent au cœur du processus de création, et comment tout aussi souvent “l’imaginaire tient lieu d’un exil du réel”.

13Un deuxième volet est consacré à un survol, dans le temps et l’espace, de quelques exils réels, de la fin du dix-neuvième siècle à nos jours, et de l’Extrême Orient à nos portes.

14L’année 2009 aura été marquée dans nos pays catalans septentrionaux par la commémoration de la « retirada », des républicains espagnols franchissant la frontière avec la France pour un exil destiné à durer jusqu’à la mort de Franco. Historiens et sociologues ont largement travaillé autour de cet anniversaire important. Ici, Cristina Badosa, avec les exils de Josep Pla, reprend la vie du grand écrivain catalan. Elle rappelle le décor de la « retirada » et les paradoxes de Pla : franquiste, exilé hors d’Espagne pendant la guerre, il devient pourtant exilé à l’intérieur dans son propre pays. Et elle montre que c’est dans ces exils extérieur et intérieur qu’il trouve une langue et un public.

15A l’errance de l’écrivain catalan semble répondre celle de l’exil dans les littératures africaines postcoloniales que présente Désiré Wa Kabwe-Segatti. Partant de la douloureuse réalité africaine, il lance des ponts entre la « réelle » démarche des jeunes gens obligés de s’exiler pour survivre et l’expression de ces exils dans la littérature africaine postcoloniale.

16Consubstantiel à la littérarité, l’exil s’affranchit du poids de localisations purement géographiques ou sociologiques, pour devenir une « vision déterritorialisée » du monde contemporain, un « regard relatif sur le monde » qui « témoigne d’une volonté de porter un regard nouveau sur l’expression de l’exil au-delà des problématiques de la double culture et du déchirement identitaire ». L’exil reste au cœur de la création littéraire, entre souffrance et raison d’exister.

17Virgil Suarez est un écrivain cubain contemporain qui a suivi dès l’âge de huit ans ses parents dans leur exil en Espagne d’abord, aux Etats Unis ensuite. Le choix de la langue d’écriture (l’anglais et non l’espagnol) est au cœur de son œuvre. C’est à cette singularité que s’intéresse Diane Sabatier, à travers le premier recueil de textes publié en 1992 par celui qui est devenu depuis un des plus éminents représentants de la Littérature cubano-américaine. Avec « Welcome to the Oasis » : la vie en exil selon Virgil Suarez elle pose la question du pourquoi de la « mise à distance de la langue maternelle, comme étrangère ».

18Avec les Pérégrinations d’un Ulysse japonais dans la Russie de Catherine II, qu’il sous-titre Lire l’exil dans « Rêves de Russie » de Yasushi Inoué, Laurent Barnabé nous entraîne au Japon. A partir du roman d’Inoué, histoire véridique de marins japonais naufragés qui, après avoir traversé la Russie, parvinrent, au terme de plus de dix années d’errance, à regagner le Japon, il interroge la « violence initiale » de l’exil. Il met en opposition les espaces géographiques pour conclure qu’au bout du compte, et comme en écho aux ermites de Paul Bretel, « l’exilé pleure en réalité un rapport à l’être qu’il était avant, être désormais perdu, et qui le définissait : l’exil est privation de terre mais aussi privation de soi. ».

19Surtout lorsque l’exilé est privé de la possibilité de s’exprimer dans sa langue, c’est le pire qui se profile : la perspective de se dissoudre dans la culture de l’exil

20Avec sa contribution Du rêve à l’exil, Pauline Tee Anderson s’intéresse pour sa part aux Britanniques en France et en Espagne des années 1960 à nos jours, c’est à dire à l’émigration consentie de ceux qui ont choisi de quitter les îles britanniques et qui, dans l’impossibilité de revenir en Angleterre, sont passés « du désenchantement à l’exil » : en France comme en Espagne, de nombreux cas d’« exil » sont en effet provoqués par l’impossibilité actuelle de vendre des biens immobiliers personnels ou commerciaux dans lesquels ils ont tout investi.

21Son travail propose en outre une bordure à la réflexion commune, en soulignant les risques qu’il peut y avoir à déplacer le sens de mots comme « exil » ou « diaspora ».

22La notion de “sentiment d’exil”, vient à propos pour justifier le traitement de situations qu’on pourrait légitimement refuser d’assimiler à la terrible punition subie par ceux qui ont été chassés sans ménagement de leur pays.

23Les contributions du dernier mouvement du volume reviennent à une dimension plus strictement littéraire, avec un recentrage sur la question de l’écriture.

24Paul Carmignani, avec son texte intitulé Entre exil et asile : Les écrivains “linguistiquement déloges », pose “la primordialité de l’exil et sa puissance créatrice”, rejoignant en cela l’opinion de G. Steiner selon laquelle “l’exil est, peut-être, le principal ressort de la littérature actuelle”. A côté des effets dévastateurs de l’expatriation, l’exil apparaît comme un ferment de reconstruction. Sa formule “au commencement l’exil” résume à elle seule la place de la mise à l’écart dans le processus de création. Il n’en reste cependant pas à ce constat, et met à jour le rôle et l’importance de “l’asile offert par une culture et surtout une langue (...) aux exilés linguistiques”.

25Dans le périmètre de la région Languedoc Roussillon, deux écrivains, Ludovic Massé et Joseph Delteil, sont concernés par ce thème, dans leurs vies comme dans leur œuvre. Hyacinthe Carrera aborde cette question en faisant l’hypothèse d’un traitement baroque de l’exil, de Massé à Calderon de la Barca (...) mais l’exil d’un exil.

26Massé, né en 1900, ne quittera pratiquement jamais sa « clairière » des pays catalans septentrionaux, et tout déplacement, même modeste, sera vécu par lui comme un arrachement ; ses personnages seront marqués par un paradoxe : peu enclins eux-mêmes aux déplacements, et pourtant les meilleurs d’entre eux seront des « errants » ; errants ou exilés ? C’est en tentant de répondre à cette question que s’ouvrent d’autres perspectives ; peut-on revenir d’exil ? Le retour peut-il être autre chose que « l’exil d’un exil » ?

27Marie France Carrera retrouve un questionnement semblable avec Le double exil de Joseph Delteil. Celui-ci est d’abord un de ces provinciaux « montés chercher fortune », fortune littéraire, en l’occurrence, à Paris ; ce premier départ, douloureux, sera suivi d’un deuxième, quelques années plus tard : au faîte de la reconnaissance, autant pour avoir partagé l’aventure surréaliste que pour avoir été au cœur d’une de ces spectaculaires ruptures dont le groupe a le secret, il quitte brusquement Paris pour aller « s’exiler » à Grabels, à un jet de pierre de Montpellier, dans sa chère Tuilerie de Massane ; là encore, les personnages des romans portent la trace de cette démarche, entre voyage et exil.

28Christine Pierre met à jour une spécificité de l’exil : L’exil, une conception du détournement dans l’antiquité. Elle revient avec ce texte aux « fondamentaux » de cette notion : “Déportation, relégation, bannissement, exil, bien des termes s’appliquent à cette rupture insoutenable pour un esprit antique, celle qui vous éloigne de la cité, celle qui vous prive de votre identité et de votre nom. En effet, il est peu envisageable de survivre hors de ce monde intérieur, cinglé d’un limes ou d’une enceinte fortifiée, cosmos régi par des lois et par des normes civilisatrices. L’homme antique se fait à lui-même ou aux autres, cette violence assimilée à une sanction dictée par le sacré comme le profane. Par ses spécificités, l’exil apparaît comme un détournement mû par toutes les formes de volonté divine, si l’on y assimile les prétentions originelles des empereurs romains. Car sous des apparences souvent tragiques, le départ de sa patrie peut être vécu d’une manière plus formatrice. »

29Avec son texte De la déchéance à l’échéance : figures de l’exil dans l’Enéide, Joël Thomas, clôture le volume ouvert par Mireille Courrent, et reprend l’étymologie latine pour mieux cerner l’exil entre deux “limites implicites” : la prison et l’évasion.

30Rome “aussi”, serait-on tenté de dire, fut fondée par un exilé. Encore peut-on remarquer que le trajet d’Enée est orienté sauf qu’il s’effectue au contraire d’est en ouest : l’exil comme “la condition même de la régénération” de la raréfaction à la reconstruction.

31Soutenue par des références à de textes persans et de la tradition Kabbalistique, sa réflexion montre que “la trajectoire de l’exilé s’identifie, dans l’Enéide, à une lutte pour la civilisation et contre la barbarie.”

32Cette hypothèse de Joël Thomas, appliquée à la fondation de ce qui allait devenir une des bases de notre civilisation, confirme l’importance de la question de l’exil, en même temps qu’elle valide le statut de l’exilé : par sa souffrance comme par sa créativité, ce dernier nous attire. Et de l’ensemble des contributions se dégagent les lignes de force qui expliquent peut-être cette attirance : présence de l’exil au cœur du processus de création, besoin de « s’exiler » pour pouvoir créer, topologie de cet exil, exil extérieur et intérieur. Reste la question qui devrait faire l’objet d’investigations futures : revient-on d’exil ?

© Presses universitaires de Perpignan, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search