Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

La question linguistique en Espagne à l’épreuve des historiens

Pilar Martínez-Vasseur

Texte intégral

  • 1 Maréchal de France (1854-1934), organisa le protectorat français au Maroc (1912-1925), Ministre de (...)

« Une langue c’est un dialecte qui a une armée et une marine »
Général Lyautey1

1Il nous semble important, dans le cadre de cet ouvrage collectif et en tant qu’historienne, de nous pencher tout d’abord sur la place attribuée, depuis 1978, en Espagne, aux professionnels de l’histoire (ou sur le rôle qu’ils s’attribuent), dans le débat médiatique et politique sur les nationalismes (en général), de nous interroger ensuite sur le rôle joué par la langue dans la construction du « fait national » en Espagne et, enfin, d’ouvrir le chantier d’analyse, dans les nombreux et parfois controversés ouvrages parus depuis 1978 sur l’histoire de l’Espagne et des nationalismes, sur la place tenue par la question linguistique (Art. 3 de la Constitution) comme marqueur ou non d’identité.

1. HISTOIRE DU TEMPS PRÉSENT ET NATIONALISMES EN ESPAGNE

2Jacques Le Goff rappelle souvent que l’histoire et les historiens jouent un rôle d’instituteurs de la citoyenneté et de juges des passions politiques ou sociales. Nous avons depuis quelques années l’impression, sans prétention aucune de notre part, que sur l’approche de la question nationale en Espagne et surtout sur les questions basque et catalane (en raison de la nécessité d’un regard extérieur), on nous attribue parfois ce rôle. À ce rôle d’instituteur de la citoyenneté il faudrait ajouter la « demande sociale » qui existe dans la plupart des pays européens concernant la discipline elle-même. La mise à distance critique de l’histoire et la nécessité de prise de recul se font sentir de plus en plus chez les professionnels de tous les pays, face aux pressions tendant à instrumentaliser ses pratiques en fonction des enjeux de mémoire, des recherches dans le passé d’âges d’or et autres « leçons » de nature à justifier telle ou telle décision politique.

3Il y a quelques années, notre confrère, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Saragosse, Carlos Forcadell, lors d’une conférence sur les nationalismes donnée à l’Université de Vitoria (Pays basque), commençait par cette affirmation : « Les historiens professionnels ne sont pas nationalistes », affirmation qui pouvait être perçue, étant donné le contexte, comme une provocation.

  • 2 C’est le cas de la Catalogne jusqu’en 2003, date où prend fin le règne de Jordi Pujol et, peut-êtr (...)

4Je ne peux que souscrire à cette affirmation, bien entendu, en ajoutant néanmoins que les historiens espagnols sont aussi peu nationalistes que nos confrères allemands, anglais, français ou italiens..., bien que nous nous devions de prêter plus d’attention qu’eux au nationalisme des nationalistes, car l’Espagne est le seul pays de l’Europe occidentale qui, non seulement a des partis nationalistes avec une position hégémonique dans certaines régions et non des moindres, mais où de surcroît ces partis gouvernent ou ont gouverné2 avec une majorité confortable depuis plus de vingt ans et, enfin, l’Espagne est le seul pays de l’Europe occidentale dans lequel certaines revendications indépendantistes sont imposées, encore de nos jours, par la violence. Cette donnée est incontournable lorsque nous abordons dans nos travaux les questions afférentes aux identités en Espagne.

5Et c’est bien parce que nous ne sommes pas nationalistes que nous devons nous efforcer de comprendre et de donner à comprendre ce phénomène en tant que résultat d’un processus historique (social, économique, culturel) et linguistique.

  • 3 Il s’agit des participants attitrés, souvent des non-spécialistes, à des débats politiques qui ont (...)

6Aujourd’hui, après trente ans de régime démocratique en Espagne, il est capital de réaffirmer très haut cette exigence de vérité, d’objectivité, de neutralité, de rapport à la réalité, tout particulièrement en matière d’histoire du temps présent, dans la mesure où, quand on traite du passé récent, les certitudes du savoir sont moins établies et les responsabilités vis-à-vis de la société plus étendues. C’est le devoir de l’historien, me semble-t-il, de ne pas laisser cette interprétation du monde contemporain à d’autres, que ce soient les médias et les journalistes, sans parler des partis politiques, groupes de pression, propagandistes et autres « tertulianos »3.

7Ce même positionnement est partagé aujourd’hui par nombre d’historiens, dont l’historien catalan Borja de Riquer lorsqu’il écrit dans l’introduction de son ouvrage Escolta Espanya (de Riquer, 2001 : 13-15).

Estamos presenciando como se propaga, sobre las identidades, todo tipo de tópicos, de malentendidos y de distorsiones, buena parte de los cuales son fruto de apriorismos ideológicos o de visiones partidistas [...]

8Et de Riquer conclut :

Pienso que hubo una clara omisión o si se quiere dejadez, en unas tareas de pedagogía histórico-políticas que era preciso realizar entonces y que el propio proceso de la transición facilitaba : se trataba de hacer comprensible a todos nuestros conciudadanos el auténtico sentido histórico de la pluralidad identitaria hispánica,[incluyendo la lingüística, ajouterions-nous ici] que el nuevo marco constitucional consagraba.

  • 4 Exception faite de quelques-uns, parmi lesquels on pourrait citer : Xosé Manoel Nuñez Seixas, Sant (...)
  • 5 Voir notre article « Españoles contra Napoleón », Le Monde diplomatique (édition espagnole), p. 3, (...)

9À ces réflexions nous pourrions adjoindre, sans doute, un deuxième constat : les historiens espagnols ont été quasi absents des débats qui, dans les trente dernières années, ont été organisés par de grands spécialistes internationaux en Sciences Sociales sur la Nation, les identités et les mouvements nationalistes, principalement à l’époque contemporaine4. Il n’est donc pas étonnant que dans ce contexte de médiatisation extrême de questions liées aux nationalismes et d’un certain effacement des historiens dans le débat politique et médiatique, sauf lorsque se produit un événement de premier ordre (la réforme du Statut catalan, la déclaration de la trêve de la part de l’E.T.A., le Plan « soberanista » de Ibarretxe ou encore, tout récemment, la polémique autour du « Manifeste pour une Langue commune ») on assiste à un ressurgissement ou à un renouvellement de « l’esencialismo españolista », que l’on croyait révolu avec la fin du régime franquiste. Ce courant que l’on pourrait appeler nacional-españolista est bien présent aujourd’hui, non seulement dans l’idéologie de certains partis politiques (le PP, une certaine frange jacobine du PSOE... les médias, mais également chez un certain nombre d’historiens). La commémoration du 2 mai 1808 a donné lieu à de nombreux débats, publications, expositions sur les origines de la nation espagnole où, une fois encore, la lecture du passé (la francesada, la guerre d’Indépendance) devait servir à justifier le présent, à savoir le besoin de la cohésion de l’Espagne, en tant que Nation, face aux menaces des nationalismes...5

10En décembre 1997, Xosé Manoel Nuñez Seixas, professeur à l’Université de Saint-Jacques de Compostelle, publia un bilan exhaustif des dernières contributions des contemporanéistes espagnols sur le nationalisme espagnol et les nationalismes dits « périphériques » (Nunez Seixas, 1997 : 483-533). On y trouve les principaux axes de recherche et de réflexion empruntés par les historiens, ainsi que les lacunes qu’on peut encore y déceler. Parmi les principales carences constatées par l’historien galicien il faut noter le déficit thématique autour des concepts tels que Nation, État, Patrie, Peuple, ainsi que sur leurs origines, leur évolution et leurs usages. Ces carences sur le plan théorique ne sont pas propres uniquement à l’historiographie espagnole contemporaine.

11Pierre Vilar, en 1962, publia La Catalogne dans l’Espagne moderne (Vilar, [1962] 1977) ; il y consacra de nombreuses pages, en introduction, au vocabulaire et à la problématique du fait « nation », à ses rapports avec d’autres concepts ou, mieux, avec d’autres mots, peu rigoureusement, pensait-il, employés en général : État, Patrie, Nationalité, Peuple, Pays, Régions, Ethnie, Langue, etc. Chaque mot y est accompagné de ses dérivés sémantiques. L’accueil de l’ouvrage fut bon en général, mais l’auteur se plaindra cependant de ce que l’effort préalable auquel il s’était livré pour tenter de sortir des équivoques et des routines autour de la définition du « fait national » n’ait pas été particulièrement souligné, ni discuté, dans les jugements critiques, mais plus souvent passé sous silence. Cela semblait confirmer, écrit-il en 1981, presque vingt ans après la publication de l’ouvrage, que les lecteurs d’un ouvrage d’histoire (même professionnels) s’intéressent davantage au fait particulier (et surtout s’il les concerne) qu’aux problématiques générales mises en question par ce fait particulier.

12Aujourd’hui, la réflexion autour du fait « national » en Espagne est, au contraire à l’ordre du jour, mais, comme le souligne Nuñez Seixas, on pourrait pointer les mêmes déficiences. À ces remarques, malheureusement récurrentes, on devrait ajouter les déséquilibres chronologiques autour de la période contemporaine (sur-représentation de la période de la Restauration – 1875-1923 – la Deuxième République – 1931-1936 et la Guerre civile – alors que le franquisme, la Transition et la consolidation de la démocratie ont été beaucoup moins étudiés) et signaler, également, le manque d’études comparées entre les différents nationalismes et régionalismes péninsulaires, ainsi qu’avec d’autres mouvements nationalistes européens (Irlande, Écosse, Pays de Galles). Deux éléments supplémentaires pourraient être pris en considération dans ce bilan, non exhaustif, et il ne sont, nous semble-t-il, pas négligeables. Il s’agit tout d’abord de la « régionalisation » historiographique, conséquence de l’État des autonomies, ce qui a donné lieu, relativement souvent, à un « ensimismamiento » des foyers historiographiques territoriaux. Cet « ensimismamiento » ne concerne pas uniquement les études sur les nationalismes (hélas !) mais aussi des travaux de recherche sur telle ou telle période (la Restauration, la Guerre civile...) ou tel autre sujet (le caciquisme, la réforme agraire, la répression pendant et après la Guerre civile), travaux qui privilégient un regard « localiste », ce qui pourrait être important en matière d’historiographie, à condition que l’on ne néglige pas la transversalité et les études comparées. Ces mêmes remarques pourraient s’appliquer aux études sur le nationalisme français où le fort pragmatisme conduit une grande partie des travaux. À leur décharge il conviendrait de dire que la/les question/s nationale/s ne se pose/nt pas en France avec la même acuité qu’en Espagne...

13Une dernière remarque sur ce premier bilan concernant le rapport entre les historiens et la question nationale en Espagne : la quasi absence d’études sur les identités culturelles collectives, les pratiques symboliques, les imaginaires, les lieux de mémoire.

14Essayer de dépasser le niveau idéologique, politique pour approfondir l’étude des mentalités, des attitudes sociales, s’avère aujourd’hui une nécessité. Car la force politique d’un projet identitaire, nous le savons aujourd’hui, ne se mesure pas à l’action institutionnelle réalisée mais à une pénétration sociale réussie. Nous, historiens, me semble-t-il, ne sommes pas là pour regretter ni fêter la force ou la faiblesse de telle ou telle politique « nationalisatrice » ou pour applaudir l’échec ou la consolidation de certains projets identitaires, mais bien plutôt pour dresser constat et essayer de dégager causes et conséquences, sans oublier de temps en temps de rappeler que ce que l’on connaît communément comme la Nation « réelle » ne coïncide presque jamais avec la nation « idéale » tant souhaitée par les théoriciens et les militants nationalistes.

2. LES NATIONALISMES SONT-ILS HISTORICISTES OU LINGUISTIQUES ? LE CAS DE L’ESPAGNE

  • 6 Petit Robert, éd. 1996, cité par Anne-Marie Thiesse (2001 : 12).

15On définit aujourd’hui la Nation comme « un groupe humain généralement assez vaste, qui se caractérise par la conscience de son unité (historique, sociale, culturelle) et la volonté de vivre en commun »6. Mais pour que s’exprime la volonté de vivre en commun, il a fallu d’abord pour chaque Nation non seulement développer la conscience de cette unité mais aussi la construire. Pour que naissent ces « communautés imaginées » que sont les Nations, et dont parle Benedict Anderson ([1983] 1996), il a fallu leur donner une histoire, une langue, une culture communes ainsi qu’un imaginaire commun. Ce fut une gigantesque entreprise qui a mobilisé pendant des décennies savants, écrivains et artistes.

16Qu’est-ce qu’une Nation ? Selon un lieu commun intellectuel, forgé à la fin du xixe siècle et récemment réactivé dans de nombreuses publications sur la question nationale, il existerait deux conceptions antagonistes de la Nation. L’une est la conception « subjective », dite française, issue de la Révolution : elle fait de l’appartenance nationale l’expression du choix rationnel et contractuel d’adhésion à une communauté (Michelet, Fustel de Coulanges, Renan,...). L’autre, « objective », qualifiée d’allemande et rattachée au mouvement romantique, détermine l’appartenance nationale selon des critères ethniques et culturels (Fichte, Herder,...). Cette opposition est fallacieuse, puisque l’une et l’autre sont intrinsèquement liées, à mon avis, même si elles ont été diversement accentuées selon les contextes politiques et sociaux de différents pays.

17Si les identités nationales allemande, italienne ou française ne font aujourd’hui aucun doute, écrivait Anne-Marie Thiesse en 2001 (2001 : 287), c’est qu’un énorme travail de création identitaire et d’éducation au sentiment national (école, conscription, entre autres) a été accompli depuis deux siècles.

  • 7 Conférence donnée à la Sorbonne le 11 mars 1882, réédition avec présentation et notes par J. Roman (...)

18Pourquoi vouloir vivre en commun, peut-on se demander. Parce que l’on possède un patrimoine collectif, indivis et inaliénable. Tel est le fondement de l’idée nationale, comme le soulignait Ernest Renan dans sa fameuse conférence donnée sous le titre : « Qu’est-ce que la nation ? »7 :

une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel [...] : l’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs [l’Histoire], l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. La nation est un plébiscite de tous les jours.

La formation des identités nationales a consisté à construire des patrimoines qui s’avèrent en fait remarquablement similaires. Toutes les identités nationales sont distinctes, mais elles se déclinent selon les mêmes catégories. Toute nation reconnue possède en effet une histoire multiséculaire et continue, établissant le lien entre les ancêtres fondateurs et le présent, une langue, des héros, des monuments historiques, des lieux de mémoire, des traditions populaires, des paysages emblématiques. L’école élémentaire enseigne la composition de ce patrimoine collectif qui constitue aujourd’hui la matrice de toutes les représentations de la nation, depuis l’iconographie des billets de banque jusqu’aux cérémonies officielles. Pour l’essentiel son élaboration a été faite au xixe siècle.

  • 8 La liste des historiens et ouvrages cités (ref. en bibliographie finale) n’est, bien entendu, pas (...)

19L’Espagne présente des paramètres nettement distincts pour ce qui est de la formation d’une identité nationale. Les ouvrages de Juan Pablo Fusi (2003), Xosé Manoel Nuñez Seixas (1999), Borja de Riquer i Permanyer (2001), Javier Corcuera (1979), Andrés de Blas Guerrero (2008), Stanley G. Payne (1991), Carolyne Boyd (1997), Antonio Elorza (2001), José Álvarez Junco (2001)8 s’accordent tous sur un point : la faible nationalisation de l’État espagnol pendant les xixe et xxe siècles. Ni l’administration, ni l’armée (impopulaire et incapable de « nationaliser » en raison d’un service militaire discriminatoire), ni l’école (dont l’Église avait le monopole jusqu’en 1931 et après 1939) ne réussiront à transmettre un ensemble de valeurs civico-patriotiques. À cela doit s’ajouter, écrivent ces historiens, l’absence de consensus sur les symboles nationaux (le drapeau, l’hymne national, les monuments, les cérémonies officielles), le manque de participation dans la vie politique en raison du clientélisme et de la manipulation électorale, l’absence d’ennemi extérieur et le rôle prééminent de l’Église dans la « vertébration » de l’État depuis la guerre d’Indépendance expliquent à eux seuls l’absence de légitimité et la faiblesse de l’État espagnol. À ce propos Francesc Cambó, dans un discours au Parlement espagnol affirmait :

  • 9 F. Cambó fut le cofondateur de la Lliga regionalista en 1901 et contribua également à la création (...)

Les défenseurs du Pouvoir Central croient que la force d’un pouvoir est déterminée par l’intensité avec laquelle il s’exerce. Cette erreur les empêche de reconnaître une première réalité : aujourd’hui en Espagne l’État a toutes les prérogatives et c’est un des pouvoirs les plus faibles du monde (Cambó, 1935 : 326)9.

20La question de l’État en Espagne a une histoire et mobilise et a mobilisé de nombreux historiens. Deux sujets, comme on vient de le voir, sont abordés de façon prioritaire par l’historiographie espagnole dans ces trente dernières années : la genèse et le développement des nationalismes périphériques à la fin du xixe siècle et jusqu’à 1939 et la crise de légitimité de l’État espagnol tout au long des xixe et xxe siècles.

21Dans le cadre des études réalisées par les historiens espagnols, dont une partie des noms figurent ci-dessus, force est de constater que la question linguistique (concernant le castillan et les langues dites périphériques) trouve une place assez réduite dans l’ensemble de leurs travaux. Elle est, néanmoins, évoquée en ces termes : l’État espagnol, aux xixe et xxe siècles, jusqu’à la fin du régime franquiste (1975) ne mettra pas en place une politique linguistique visant d’abord à alphabétiser et ensuite à rassembler en une nation les masses, en profitant de la place prépondérante occupée par le castillan en tant que langue officielle. Cette absence de politique linguistique expliquerait la survie, le maintien des langues « autres ».

  • 10 La conscription facilite l’extension de l’usage de la langue nationale (le castillan, donc).
  • 11 Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Paris, Julliard, 1964.

22Les raisons invoquées par ces historiens parlent d’une résistance consciente de citoyens de ces régions, de l’inefficacité assimilatrice de l’État10 (ce qui est rappelé de manière récurrente lorsque l’on rapproche l’Espagne de la France), de l’isolement des populations en raison du retard dans la modernisation des transports et des infrastructures (isolement déjà constaté par Théophile Gautier dans son Voyage en Espagne en 1843)11 ou encore du « localisme » d’une population majoritairement paysanne (on sait que le mode de vie urbain favorise une unique langue véhiculaire, fonctionnelle et normalisée, submergeant les langues communautaires qui reposaient sur des liens personnels ou de parenté).

23Au fil des pages de différents ouvrages consultés s’impose une première remarque que nous empruntons au politologue José Álvarez Junco : « l’ethnicité », à elle seule, ne génère pas la conscience nationale. Les cas galicien et majorquin seraient là pour le prouver (Álvarez Junco, 2001 : 593).

3. REPENSER LE POUVOIR, REPENSER LES LANGUES, REPENSER L’HISTOIRE

24Les langues semblent au fondement des nations si l’on suit les enseignements de grands référents sur la question que sont Herder, Fichte et, plus près de nous, Anderson (1983), Gellner (1965, 1997), Hobsbawm (1983, 1990), Thiesse (2001). Les couleurs du drapeau (langues et drapeau figurent ensemble dans l’article 3 de la Constitution espagnole de 1978), la musique (l’hymne national) ou la gastronomie ne fonctionnent comme signes identitaires qu’en tant qu’ils renvoient à une culture structurée par un langage qui est le lieu de rencontre de l’individuel et du collectif.

25Les questions nationales renvoient, elles, et on vient de le voir pour le cas de l’Espagne, soit à l’histoire (de l’État, de la Nation, des nationalismes), soit se posent sous forme linguistique, l’intégration ou assimilation à une société semblant se traduire, pour certains spécialistes d’abord, par l’appropriation de la langue du pays.

26Les actes linguistiques seraient identitaires par nature, pourtant le lien entre langue et identité nationale n’est pas si simple : on peut être Basque sans parler euskara, être Irlandais sans parler gaélique – et les exemples ne manquent pas. Il n’existe donc pas d’équation naturelle entre une langue et une nation (en dépit du romantisme et de certains penseurs et politiques pour l’instaurer).

27Avant d’aller plus avant dans un premier bilan sur l’Article 3 de la Constitution de 1978 dans l’historiographie espagnole contemporaine, il conviendrait, afin de mieux poser le débat, de s’interroger sur ceci :

y a-t-il une sorte de « loi » géopolitique – comme dirait Yves Lacoste – fondée sur une géohistoire des langues qui ferait que des différences linguistiques entre régions d’un même État, fût-il fort ancien, apparaissent nécessairement, tôt ou tard, comme les fondements géohistoriques de différents mouvements nationaux revendiquant, peu ou prou, leur indépendance ? (Lacoste, 1994 : 5).

28ou n’est-ce point du fait de certaines évolutions politiques que, dans un État, la donnée ancienne qu’est le pluralisme des parlers devient, pour nombre de citoyens, l’argument majeur, je dirai facilement « constatable », de mouvements autonomistes ou indépendantistes ?

29Ce double questionnement ainsi posé traduit le clivage que l’on constate depuis 1978 sur la question linguistique au cœur du débat politique, sociétal et historiographique en Espagne. Cette question peut être abordée : frontalement, pour elle-même, ou de manière adjacente, en tant que cause ou moyen.

  • 12 La liste des ouvrages et des auteurs ne peut pas être exhaustive ici, mais d’ores et déjà nous pou (...)

30Pierre Vilar, dans un article publié en 1994 sur « Les fondements des structures nationales » (in Serrano, 1994 : 175) définit la langue, en tant qu’historien et spécialiste de la Catalogne, comme « signe, cause et conséquence dans les vicissitudes politiques d’une nation ». Cette définition convoque à elle seule l’approche que l’on trouvera chez bon nombre d’historiens sur le rôle de la langue dans le processus démocratique entamé par l’Espagne avec la Constitution de 1978. Signe, cause et conséquence des vicissitudes politiques, sociales et économiques d’une nation dans un temps et un espace donnés, c’est ainsi que la langue apparaît dans les nombreux corpus étudiés. Lorsque la plupart des historiens espagnols abordent la Transition, l’Espagne démocratique ou, de façon plus précise le système des autonomies ou encore les nationalismes, la cartographie de leurs ouvrages est disposée en général, autour d’un axe central consacré aux antécédents historiques, suivis d’une série d’études sur la Constitution de 1978 (essentiellement le titre préliminaire : articles 1 (Définition de la souveraineté nationale), 2 (Définition de la Nation espagnole), 8 (Le rôle des forces armées), le chapitre 2 sur Droits et Libertés, le chapitre 3 titre 2 sur la Couronne) ainsi que sur l’évolution politique, sociale, économique et les relations internationales. L’étude des mentalités, l’histoire culturelle, l’histoire mémorielle, les politiques linguistiques de l’État espagnol continuent d’avoir un rôle mineur dans l’ensemble des travaux parus depuis les années 80 en Espagne12.

31Différents arguments pourraient étayer cette constatation. Tout d’abord le cloisonnement de nos disciplines (sociologie, linguistique, philosophie, histoire,...) et le déficit de formation à l’interdisciplinarité en Espagne, sauf dans les premières années d’université, encore trop généralistes. L’Espagne est un pays qui illustre de façon très caractéristique comment les représentations historiques influent puissamment sur les relations actuelles des habitants entre eux (une partie des nationalistes basques, catalans, galiciens penseraient en effet qu’il n’y a pas de Nation espagnole qui engloberait leurs nations respectives et ils refusent qu’on les appelle « Espagnols », leurs arguments s’enracinant dans les temps longs de l’Histoire. Cette approche historiciste des nationalismes que l’on a constatée par le passé (sur des périodes antérieures à 1978) aurait dû être complétée dans l’historiographie espagnole, à propos des ambiguïtés de l’Article 3 de la Constitution, par exemple, par une approche intégrant un volet sociolinguistique ou historico-linguistique.

32Car ce que l’on peut trouver actuellement dans les débats politiques, médiatiques, forums de discussion, blogs, etc. c’est, manifestement, l’intérêt politique que Basques, Catalans et Galiciens (les intellectuels surtout) portent aujourd’hui à leur propre langue, laissant plus ou moins croire que chacune est restée pendant des siècles comme le fondement intangible et immanent d’une future indépendance nationale. Les progrès de la démocratie et son avènement même, après des siècles de sommeil imposé, de luttes et de tentatives infructueuses, auraient enfin permis la reconnaissance tout à la fois de la Nation et de sa langue comme les égales de celles de l’État. Les Catalans ou les Galiciens, par médias, discours politiques interposés, présentent la valorisation de leur culture comme la justification de leur revendication nationale et de leur projet d’indépendance. Plus encore, les Basques arguent de la grande ancienneté et de la spécificité de leur langue pour proclamer le destin indissociable de leur nation.

33Empruntant à Louis-Jean Calvet le terme d’« écologie des langues » (2005) on pourrait souhaiter que la valorisation de ces langues se fasse dans un environnement social, politique, économique ou culturel à forte composante scientifique pour éviter des conflits plutôt qu’entre les langues, entre leurs locuteurs, entre les groupes humains et derrière eux entre les intérêts politiques, sociaux et économiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Álvarez Junco, José (2001), Mater dolorosa. La idea de España en el s. xix, Madrid, Taurus.

Anderson, Benedict (1996), L’imaginaire national, Paris, La Découverte (éd. originale Imagined communauties, London, Verso, 1983).

Boyd, Carolyne (1997), Historia patria. Politics. History and National Identity in Spain. 1875-1975, Princeton VP.

Calvet, Louis-Jean (2005), « L’écologie des langues », Revue de Sciences humaines, n° 162, juillet 2005.

Cambó, Francesc (1935), Discursos parlamentarios, Barcelona, Lliga catalana.

Corcuera, Javier (1979), Orígenes, ideología y organización del nacionalismo vasco (1876-1904), Madrid, Siglo xxi.

De Blas Guerrero, Andrés (2008), Escritos sobre nacionalismo, Madrid, Biblioteca Nueva.

De Riquer i Permanyer, Borja (2001), Escolta Espanya, Madrid, Marcial Pons.

*Díaz Barrado, Mario P. (2006), La España democratica (1975-2000), Cultura y vida cotidiana, Madrid, Síntesis.

Elorza, Antonio (2001), Un pueblo escogido. Génesis, definición y desarrollo del nacionalismo vasco, Barcelona, Crítica.

*Fusi, Juan Pablo (1999), Un siglo de España. La cultura, Madrid, Marcial Pons.

Fusi, Juan Pablo (2003), La patria lejana. El nacionalismo en el siglo xx, Madrid, Taurus.

Gellner, Ernest (1965), Thought and Change, Londres / Chicago, Weindenfeld and Nicholson / University of Chicago Press.

Gellner, Ernest (1997), Nationalism, Londres, Weindenfeld and Nicholson.

Hobsbawm, Eric, Ranger, Terence eds. (1983), The Invention of Tradition, Cambridge, Press Sindicate of the University of Cambridge.

Hobsbawm, Eric ([1990] 1992), Nations et nationalisme depuis 1870, Paris, Gallimard.

*Juliá, Santos, García Delgado José Luis et alii (2007), La España del s. xx, Madrid, Marcial Pons.

Lacoste, Yves (1994), « Nation, Nationalismes », Revue Hérodote, n° 72/73, Paris.

*Mainer, José-Carlos, Juliá Santos (2000), El aprendizaje de la libertad (1973-1986), Madrid, Alianza.

*Martínez Cuadrado, Miguel (1996), La democracia en la España de los años noventa, Barcelona, Ariel.

Núnez Seixas, Xosé Manoel (1997), « Los oasis en el desierto. Perspectivas historiográficas sobre el nacionalismo español » in Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, n° 26, Hommage à Tuñón de Lara, décembre 1997, CNRS, Université d’Aix-en-Provence, p. 483-533.

Núnez Seixas, Xosé Manoel (1999), Los nacionalismos en la España contemporanea (siglos xix y xx), Madrid, Hipótesis.

Payne, Stanley (1991), « Nationalism, Regionalism and Micronationalism in Spain », Journal of Contemporany History, vol. XXVI, London.

Serrano, Carlos, coord. (1994), Nations, nationalismes et question nationale, Paris, Université de Paris-Sorbonne.

*Soto, Álvaro (2005), Transición y cambio en España. 1975-1996, Madrid, Alianza.

Thiesse, Anne-Marie (2001), La création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècles, Paris, Seuil.

*Tusell, Javier (2005), Dictadura franquista y democracia, 1939-2004, Barcelona, Crítica.

Vilar, Pierre (1962), La Catalogne dans l’Espagne moderne, 1re édition, Paris, École Pratique des Hautes Études ; 2e édition, Paris, Flammarion, 1977.

Vilar, Pierre (1994), « Les fondements des cultures nationales », in Serrano, Carlos, coord. (1994), Nations, nationalismes et question nationale, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne.

Notes

1 Maréchal de France (1854-1934), organisa le protectorat français au Maroc (1912-1925), Ministre de la guerre (1916-1917), Membre de l’Académie Française.

2 C’est le cas de la Catalogne jusqu’en 2003, date où prend fin le règne de Jordi Pujol et, peut-être, du Pays basque, dans les semaines à venir. Les élections législatives du 3 mars 2009 n’ont dégagé aucune majorité et il est probable que, pour la première fois depuis l’avènement de la démocratie, on se retrouve avec un gouvernement conduit par un parti non nationaliste, le Parti Socialiste d’Euskadi (PSE).

3 Il s’agit des participants attitrés, souvent des non-spécialistes, à des débats politiques qui ont lieu sur les radios, publiques et privées.

4 Exception faite de quelques-uns, parmi lesquels on pourrait citer : Xosé Manoel Nuñez Seixas, Santiago de Pablo, Antonio Elorza, Andrés de Blas Guerrero, Jordi Canal, Juan Pablo Fusi, Borja de Riquer i Permanyer, José Álvarez Junco, Santos Juliá.

5 Voir notre article « Españoles contra Napoleón », Le Monde diplomatique (édition espagnole), p. 3, juin 2008.

6 Petit Robert, éd. 1996, cité par Anne-Marie Thiesse (2001 : 12).

7 Conférence donnée à la Sorbonne le 11 mars 1882, réédition avec présentation et notes par J. Roman, Paris, Pocket, 1992.

8 La liste des historiens et ouvrages cités (ref. en bibliographie finale) n’est, bien entendu, pas exhaustive.

9 F. Cambó fut le cofondateur de la Lliga regionalista en 1901 et contribua également à la création de la Solidaritat catalana en 1906.

10 La conscription facilite l’extension de l’usage de la langue nationale (le castillan, donc).

11 Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Paris, Julliard, 1964.

12 La liste des ouvrages et des auteurs ne peut pas être exhaustive ici, mais d’ores et déjà nous pouvons citer ceux signalés par * dans la bibliographie finale. Nous préparons actuellement une étude qui abordera cette question à partir des travaux des hispanistes (civilisationnistes) français.

Auteur

Pilar MARTÍNEZ-VASSEUR - pilar.martinez@wanadoo.fr - est professeur d’Histoire et Civilisation de l’Espagne contemporaine à l’Université de Nantes. Elle y dirige le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI). Après une thèse en sciences politiques sur Le rôle de l’armée espagnole pendant le régime franquiste (1939-1975), elle a poursuivi des travaux sur l’institution militaire tout en se consacrant à l’étude des rapports culturels de l’idéologie franquiste (Rapport Histoire-Cinéma), à l’étude des questions identitaires en Espagne et des rapports entre les nationalismes et l’armée espagnole du xixe siècle à nos jours. Sur chacun de ces sujets elle a publié de nombreux articles, en France et en Espagne. On retiendra, parmi ses travaux les plus récents « Les conséquences du face à face Etat espagnol-terrorisme basque » (2002), L’armée espagnole (xixe-xxe siècles), 2004, et en tant qu’éditeur, La guerre civile espagnole : du réel au légendaire, 2006, et La question nationale en Espagne, 2006. Par ailleurs, elle est directrice du Festival du cinéma espagnol de Nantes (www.cinespagnol-nantes.com, Prix de l’Académie des Arts et Sciences Cinématographiques d’Espagne en 2007).

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540