Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le discours sur les « langues d’Espagne »

 | 
Christian Lagarde

Avant propos. 30 ans d’art. 3

Christian Lagarde

Texte intégral

1À l’occasion du trentième anniversaire de la promulgation de la Constitution espagnole de 1978, il nous est apparu souhaitable voire nécessaire de procéder, sinon à un bilan de ce à quoi cette période avait permis d’advenir concernant les différentes langues parlées en Espagne, du moins à un balayage immanquablement fragmentaire des discours suscités par les diverses mises en œuvre de l’art. 3 de la Carta Magna. Trente ans, cela permet l’indispensable recul face à cet événement libérateur majeur, au regard de la politique linguistique unilinguiste et répressive de la dictature qui a précédé un retour tellement attendu par d’aucuns à la démocratie.

2Démocratie signifie libre expression d’un pluralisme d’opinions, et partant de discours, selon des formes linguistiques elles aussi plurielles. L’instauration de l’État des Autonomies a donc soulevé le couvercle, que le dictateur aurait voulu hermétique, de la question des langues, des cultures mais aussi des régionalismes, nationalismes et indépendantismes longtemps réduits, par la force de l’ordre, au silence. Ce couvercle, on le voit bien, s’avère être celui de la boîte de Pandore : à vouloir lâcher du lest – mais comment y aurait-on durablement échappé ? – on a fini par laisser filer, de l’expression justifiée et plus ou moins relativement consensuelle des particularismes à des velléités non dissimulées de démembrement de l’État – question autrement épineuse. Et la dramatisation est allée bon train...

3L’art. 2 de la Constitution y met en principe bon ordre, qui équilibre le devoir d’« indissoluble unité » et le droit à l’autonomie des « nationalités et régions » qui composent l’Espagne. On sait comment, par la grâce du statut andalou de 1981, la bipartition « historique » des Communautés entre ces deux catégories juridiques en est venue à s’abolir dans un « café para todos » qui n’a pas fait que des mécontents. L’art. 3 consacré aux langues reprend en quelque sorte l’architecture différentielle évoquée, selon trois alinéas. Le premier d’entre eux s’intéresse au seul castillan, « langue de l’État » officielle sur l’ensemble du territoire et à laquelle s’attachent aussi bien des droits que des devoirs. Le deuxième, consacré aux « autres langues espagnoles » qu’il prend garde de ne pas nommer, leur confère l’officialité sur le territoire de la Communauté autonome correspondante, et affirme le droit qu’ont les citoyens résidents de les connaître (sans mention de devoirs). Quant au troisième alinéa, pas davantage explicite, il conduit à s’interroger sur les « modalités linguistiques » dont il traite, au sujet desquelles il n’est nullement fait mention ni d’officialité ni de droits ou devoirs mais d’un simple souci de conservation patrimoniale. D’aucuns pensent qu’il s’agit là d’une catégorie « par défaut » (toutes langues ou dialectes non compris aux alinéas 1 et 2), d’autres l’interprètent comme une manière de subsumer l’ensemble, castillan compris.

4C’est donc à partir de cet ensemble plus ou moins explicitement hiérarchisé que sont mises en œuvre, à partir de l’État (en principe ; j’y reviendrai) pour ce qui est du castillan, à partir des Communautés autonomes (plus ou moins effectivement, selon qu’elles sont ou se sentent oui ou non concernées), des politiques linguistiques issues des différents pouvoirs qui ont eu et ont à les concevoir, à les formuler et les mettre en pratique. À ces différents discours officiels – que Bourdieu dénommerait « légitimes » ou « autorisés » – font inévitablement écho (puisque nous sommes en démocratie) des contre-discours. Les échanges et discussions, qu’ils se situent dans la sphère politique (partis, parlements, gouvernements) ou, dès lors (au nom de la communication politique), dans celle des différents médias – le livre, en particulier l’essai, la presse écrite, radiophonique et télévisuelle, les enquêtes d’opinion, le cinéma et enfin l’Internet –, se croisent et prolifèrent, souvent virulents, parfois antichambre d’une violence qui n’est pas que de l’ordre du symbolique. L’approche que nous en proposons n’est pas exhaustive, pas davantage du point de vue du balayage territorial que de celui de l’éventail épistémologique qui y est effectué.

5La lecture des processus à l’œuvre sur les différents territoires (celui de l’Espagne et des Communautés autonomes, qu’elles soient « bilingues » ou non) est complexe, puisque chaque lieu possède et écrit – certes en interaction – sa propre histoire. Comment les historiens eux-mêmes, avec la rigueur méthodologique qui caractérise leur champ disciplinaire, peuvent-ils appréhender la problématique mouvante et surtout si peu distanciée des « langues d’Espagne » ? Pilar Martínez-Vasseur tente ici d’aborder cette « question palpitante » de manière globale, de même que Santiago de Pablo à l’échelle du Pays Basque ou que Joxean Fernández à travers les représentations dont on a voulu charger le cinéma de cette région. Mais sous les faits livrés à leur analyse, c’est bel et bien le lien entre langue et identité – et toutes les implications et dérives qui en résultent – qui constitue la question centrale et de ce fait préalable, sur laquelle se penche de manière exhaustive et approfondie Patrick Charaudeau. En effet, l’identité, que l’on « s’invente » – parfois jusqu’à l’élucubration, comme l’illustre l’exemple analysé par Sandrine Sintas – est-elle héritée (ce sont les « essences », dont Joxean Fernández nous dit joliment qu’il vaut mieux les laisser sur les rayons des parfumeries), ou bien se construit-elle au jour le jour, dans le contact et donc l’interaction ? en dehors de toute imposition, y a-t-il place ou non en chacun de nous pour deux langues ? et comment échapperait-on à toute contrainte ? le bilinguisme n’est-il pas le plus souvent facultatif pour soi et imposé à l’Autre ?

6Face à pareilles interrogations, il n’est donc nullement surprenant que les études réunies dans ce volume présentent cette même dimension dialogique voire polyphonique. Tout d’abord, parce que les situations sociolinguistiques y sont traitées de deux manières : l’une qui embrasse l’intégralité de la plage chronologique envisagée et permet de dresser, entre 1978 et 2008, des bilans ; l’autre sous forme d’instantanés, centrée sur des événements qui font date. Ensuite, parce que le discours universitaire a beau être solidement posé et argumenté, il n’en est pas pour autant nécessairement neutre – la belle illusion ! Derrière le ton si différent qu’emploient les Galiciens Regueira et Rodríguez Yáñez, nous trouvons une égale implication dans le devenir du rôle social de leur langue vernaculaire. Enfin, parce que les angles d’analyse et les points de vue divergent. Dans la mesure du possible, nous avons tenu à favoriser l’expression de regards croisés voire de débats contradictoires sur telle ou telle situation donnée. Ainsi, la perspective d’une éventuelle indépendance de la Catalogne apparaît dans les supports envisagés par Christian Lagarde et Miquel Strubell selon une succession chronologique et des options contraires ; le « sécessionnisme » valencien, examiné selon des degrés d’implication et des cadres géo-administratifs (respectivement, échelons local, autonomique et stato-national) différents, chez Josep Forcadell, Miquel Nicolàs et Franck Martin ; la normalisation linguistique en vigueur en Galice est passée au crible de critères idéologiques dissemblables par Xoán Paulo Rodríguez Yáñez et Xosé Luis Regueira.

7Il revient sans aucun doute à ce dernier d’avoir le plus clairement formulé que, trente ans après la promulgation de la Constitution puis des Statuts d’autonomie, les « langues d’Espagne », tout comme le « modèle » autonomique se trouvent aujourd’hui « à la croisée des chemins ». Deux lignes de force en témoignent, qui parcourent l’ensemble des contributions C’est en premier lieu celle, « autonomiste », qui vise à retracer et valoriser positivement le chemin considérable parcouru, grâce à l’armature politico-juridique évoquée, dans la voie du développement (tendant à la « normalisation ») et de la conservation (en tant que freinage du processus de disparition, alias « substitution ») de ces langues et par voie de conséquence d’une réalité plurilingue de l’Espagne. Quelque opinion que l’on en puisse avoir, c’est là un fait patent qu’illustrent à point nommé les exemples de l’émergence – du parler à la langue – de l’asturien (Alain Viaut) et d’une réhabilitation – même marginale et minimale – du dialecto montañés dans la voisine Cantabrie (Karine Ballaneda). Le second axe, contraire au premier – parce que venant contrecarrer cette « contagion identitaire » (cf. Boyer, Lagarde, 2002) –, est celui, depuis les débuts mêmes de l’ère Aznar, d’une « renationalisation » espagnole, inscrite dans un mouvement pendulaire plus que séculaire qui s’opère entre centre et périphéries. Plus près de nous, l’idéologie centraliste, un temps emportée par le flux démocratique et particulariste lié à l’avènement de la démocratie – lointain écho, d’une certaine manière, du « Pacto de San Sebastián » de 1930 –, a refait surface, déconstruisant depuis 1996 l’édifice décentralisé (re)créé deux décennies plus tôt. La version la plus récente de ce reflux, avec pour toile de fond les embûches rencontrées par la nouvelle version du Statut catalan, est évoquée ici, à travers l’argumentaire des partis politiques lors des dernières élections générales (Mercè Pujol), ou de la campagne du « Manifiesto por la lengua común » de juillet 2008 (Chrystelle Burban), revisitée dans un autre cadre régional par celle de « Galicia bilingüe » de février 2009 (Xosé Luís Regueira).

8Au fond, comme y insiste Henri Boyer à travers le cas catalan, il s’agit de savoir si le « contact de langues » engendre ou non nécessairement et durablement une dimension conflictuelle et si, comme l’a prétendu Lluís Vicent Aracil dès 1966 (dans un tout autre contexte sociopolitique), le bilinguisme est oui ou non un mythe, c’est-à-dire un alibi présenté comme un incomparable et enviable enrichissement réservé au seul « bénéfice » du minoritaire ou du dominé. De même, se trouve mis en question le cadre que la Constitution a créé et dans lequel se sont développées les politiques de soutien aux différentes langues. Et cela, de deux points de vue : tout d’abord, territorial, au double titre des rapports à la fois confus et ambigus des principes juridiques de territorialité et de personnalité qui trouvent à s’y appliquer, et celui de la non coïncidence des aires linguistiques et des démarcations administratives ; ensuite, du point de vue des instances concernées par la prise en charge des politiques linguistiques. L’échelon de la communauté autonome s’avère parfois, vu de l’intérieur, trop étroit, comme le démontrent les plausibles mais impossibles confédérations des Països Catalans et d’Euskal Herria ; vu de l’extérieur, chasse gardée à tendance nettement centripète. Parallèlement, le principe de délégation aux Communautés autonomes par l’État de ses prérogatives en matière (entre autres) de langues et de cultures, tout en le déresponsabilisant quant au devenir de sa richesse patrimoniale (évoquée à l’alinéa 3 de l’art. 3), le prive sans aucun doute d’un précieux instrument de régulation et de cohésion stato-nationale. Car trente ans après, on en est à se demander si le sort du castillan est ou n’est pas (aussi) du ressort des Communautés, et si celui des autres langues et modalités linguistiques est ou n’est pas (aussi) de celui de l’État central. En effet, à l’expérience, si le plurilinguisme est une réalité de droit et de fait dans les Communautés autonomes, l’Espagne n’est pas pour autant un État plurilingue, et là se situe – pointé par plusieurs des contributeurs – le nœud actuel de la problématique.

9Cette « unitas multiplex » qu’est l’Espagne des Autonomies, qui a pu trouver dans un cadre juridique original un mode d’expression à la fois singulier et complexe, n’a pas pour autant résolu les problèmes qu’engendre par nature la diversité : la voie de la convivialité respectueuse est étroite, entre radicalisations particularistes centrifuges et exigences centripètes d’une « maison commune » que certains parent d’une nostalgie autoritaire. La lecture de ces pages montrera sans aucun doute que les discours sur les « langues d’Espagne » portent tout à la fois les stigmates du passé et, anciennes et renouvelées, à la fois les craintes d’une implosion de l’État et l’expression d’exigences que l’on ne doit pas pouvoir tenir pour illégitimes. De tels discours constituent en cela même des faits de société, particulièrement significatifs des dynamiques contradictoires qui tiraillent, sans atteindre jusqu’ici la déchirure, l’Espagne démocratique contemporaine.

Auteur

Christian LAGARDE (

christianlagarde@orange.fr

), membre du CRILAUP, est professeur à l’Université de Perpignan Via Domitia où il enseigne la linguistique et sociolinguistique espagnoles. Ses recherches portent sur l’immigration espagnole en France, le bilinguisme individuel, les politiques linguistiques, les identités, les nationalismes et les écritures « bilingues », principalement sur les terrains catalan, occitan, hispanophones et francophones. Outre de nombreux articles, il a entre autre publié : Le parler « melandjao » (1996), Des écritures « bilingues » (2001), Identité, langue et nation (2008), co-dirigé L’Espagne et ses langues (2002) et Le catalan au nord des Pyrénées (2002), édité Écrire en situation bilingue (2004) et Les défis de la Catalogne au tournant du siècle (2008).

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540