Version classiqueVersion mobile

L’écriture fragmentaire

 | 
Ricard Ripoll

Troisième mouvement. La parole plurielle

Conclusion

Texte intégral

1Certaines écritures se construisent sur la nécessité fragmentaire ; elles s’alimentent du bris, elles en sacralisent le geste, elles débouchent, finalement, sur un éclatement qui fait signe et qui devient forme d’une liberté absolue de l’itinéraire scriptural. D’autres écritures arrivent au fragmentaire, non par prise de position, mais plutôt par le hasard d’un agencement qui, après coup, permet de lire un texte dans ses recoins, dans les interstices qui montrent le lieu de la soudure. Car, en définitive, tout texte est toujours un labyrinthe de fragments, quelquefois montrés, d’autres fois cachés : certaines écritures insistent sur la soudure ; d’autres se construisent sur le gommage des failles.

2« Mystique du silence », « parole anonyme » ou « refus du roman », un espace est ouvert dès que pointe le fragmentaire, qu’il s’agisse de Marguerite Yourcenar, de Maurice Blanchot ou de Roland Barthes, pour ne citer que les auteurs qui ont fait l’objet d’une conférence. Ainsi, au-delà de toute inscription idéologique, de tout style ou de toute poétique, le fragment suppose cet espace du silence, cet espacement entre deux blocs, entre deux temps du discours : il devient une parole essentielle, dénuée de fioritures, parole libertaire quand elle brise les silences imposés, pour advenir à l’Autre, et parole sacrée quand elle demande le repli sur Soi-Même.

3Même si, comme le signale Sophie Rabau, le fragment peut évoquer une « rhétorique de la postérité », bien plus que l’« aveu de l’impuissance de la littérature », il est souvent lié à un échec : échec d’une mémoire trop instable ; échec d’une identité sans cesse remise en question ; échec du présent où la totalité est impossible.

4Ces trois mouvements – assomption de trois niveaux d’échec – ont marqué la présentation de ces Actes. Il est à noter, pourtant, qu’ils ne sont pas étanches, et que à l’intérieur de chacun d’eux des forces sont à l’œuvre qui transcendent des frontières somme toute artificielles. Ce qui unit chacun de ces gestes, au-delà de toute classification, c’est la reconnaissance d’une forme subversive qui, souvent, comme le montre Eric Hoppenot, à propos de Blanchot, est un choix idéologique. Alors, le fragmentaire est conçu comme une exigence, voire comme la métaphore d’une fragmentation politique ou identitaire. Mais, en même temps, cette exigence permet de découvrir, sous les discours les plus classiques, un bruissement inattendu qui situe d’emblée l’écriture fragmentaire dans un espace de subversion généralisée.

5Nous pouvons alors comprendre le choix du fragment à partir de la très belle définition de Dominique Rabaté : comme « singulier pluriel ». Car l’écriture fragmentaire appelle à un sujet polyphonique, à une inscription poétique de ce sujet. Comme Jean-Michel Maulpoix, en parlant du JE poétique, nous pourrions évoquer une « quatrième personne du singulier » qui hante les fragments et qui les alimente de pluriel.

6Au-delà de l’éclat, et de sa poétique du morcellement, l’écriture fragmentaire est cet espace du Neutre théorisé par Blanchot. En tant que dynamique textuelle, elle ne peut être cernée que par l’étude des stratégies qui sont mises en place grâce au choix d’un sujet. On ne peut donc penser le fragment qu’en rapport au sujet qui l’instaure. Car, en définitive, chaque geste brise davantage toute théorie : l’écriture fragmentaire est alors la pratique concrète d’une pensée théorique sans cesse ré-écrite.

7Mais, en même temps, comme le dit très justement Jean-Yves Laurichesse, l’écriture fragmentaire présuppose un monde détruit, à partir duquel reconstruire ». N’est-ce pas là le signe d’une modernité absolue ? Négation d’un univers fixe, d’une cohérence artificielle, voire d’un anthropocentrisme inacceptable, le choix de l’écriture fragmentaire vise cette utopie sans limites de recréation d’un paradis des mots, et impose un texte « visible et intelligible en tant que forme-sens » (Laurichesse).

8L’écriture fragmentaire peut être analysée de façons très diverses. Nous pouvons relever, ici, des approches narratologiques, philosophiques, sémiotiques, poétiques, voire anthropologiques et politiques. C’est dans la mise en regard de toutes ces approches, dans la profusion des réflexions qu’elles appellent, que ce livre peut modestement aider les chercheurs qui s’intéresse au sujet.

9Au terme de toutes ces interventions, nous pouvons, malgré la richesse des points de vue, et la diversité des lectures, considérer que l’écriture fragmentaire se présente soit comme un questionnement des relations entre tradition et modernité ; soit comme la reconstitution d’une identité éclatée ; soit comme l’espace d’une mystique du néant ; ou, mieux encore, comme travail intertextuel.

10Ainsi, des noms reviennent, inévitables ; ceux de Maurice Blanchot, de Roland Barthes, de Kateb Yacine, de Claude Simon... Ils ont fondé leur écriture sur la relation au silence du fragment, au vide, au blanc, à l’éclatement de la pensée, ou à l’extrême violence du texte lapidaire. Mots sur mots, comme l’on taille la pierre, avec la patience du génie, ils ont contribué à créer une écriture qui s’alimente de non-dit, qui ne clame rien d’autre que ce qui peut être interprété par l’Autre, le lecteur : écriture du jeu textuel, et souvent « autofiction », car ce que dévoilent les blancs, c’est avant tout l’expérience d’une passion pour la littérature.

11D’autres noms n’y figurent pas, qui auraient pu apporter d’autres orientations, l’insistance, par exemple, sur une façon de construire la fiction, comme la pratique romanesque d’un Milan Kundera, comme l’obsession des écrits fragmentaires d’un Fernando Arrabal.

12Mais il ne s’agissait pas de tout dire : accepter le fragment, c’est aussi accepter des vides que le temps, lentement, et inexorablement, tentera de combler.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search