Version classiqueVersion mobile

L’écriture fragmentaire

 | 
Ricard Ripoll

Troisième mouvement. La parole plurielle

Perec et le lecteur : la construction d’une œuvre par le jeu

Pascal Tremblay

Texte intégral

1Georges Perec est un auteur méconnu. Non pas qu’il soit inconnu, mais plutôt mal connu. La plupart des gens parlent de lui comme étant l’auteur du roman sans « e », comme si La disparition n’était qu’un pur artefact formel, travail acharné d’un fou qui se plaisait à se casser la tête. Cela a du vrai, car Perec devait être fou pour travailler autant à vouloir se tracasser avec des idées aussi saugrenues que les siennes. Cela lui a toutefois permis d’être le maître incontesté du puzzle littéraire, mais il ne faut pas oublier qu’il fut lui-même un puzzle pour ses lecteurs assidus. Certes, nous pouvons tous lire Perec de façon naïve, ne nous abandonnant qu’aux histoires qu’il raconte, et c’est ce que la plupart des lecteurs font, mais cela a pour effet de laisser dans l’ombre ce Perec problématique qu’est l’auteur de cette œuvre acharnée et diversifiée. Son œuvre ne se lit point de façon linéaire en juxtaposant chronologiquement ses textes : elle se lit plutôt comme un labyrinthe dont le but n’est pas tant de sortir mais d’esquisser tous les chemins possibles. C’est dans cette perspective que cette contribution se veut. Cet article tente de démontrer que l’œuvre perecquienne en est une qui se construit et se développe par le jeu, jeu qui est proposé par Perec et qui est accepté par le lecteur. Il s’agit ici d’un jeu-puzzle, puisque l’œuvre de Perec est fragmentée et disséminée dans ses textes et que la lecture est, de ce fait, elle aussi fragmentée. C’est d’ailleurs cette fragmentation qui lui confère son aspect ludique. Toutefois, le ludique chez Perec n’est jamais qu’amusement : il est aussi travail et minutie autant que perfectionnisme. C’est le propre de l’écriture de Perec que de bousculer le lecteur, comme c’est aussi son propre que de l’orienter vers des solutions qui ne sont qu’éphémères ou possibles, voire parfois aléatoires. Les textes de Perec désacralisent donc la littérature, puisque chacun peut travailler dans ceux-ci. La fragmentation a, dans cette perspective, un immense rôle à jouer et c’est justement de celle-ci dont il sera question ici. Lire Perec, comme le disait si bien Richard Saint-Gelais du CRELIQ, c’est se sentir faire quelque chose.

I. La fragmentation de l’œuvre

2L’œuvre de Perec, pour le lecteur inculte, ne se résume habituellement qu’à quatre titres : Les choses, La disparition, W ou le souvenir d’enfance et La vie mode d’emploi. Certes, ces œuvres ont une importance capitale dans le corpus perecquien, mais, dans une perspective moins étroite et davantage centrée sur ce qui fait le propre de Perec, elles ne sont que des pièces comme les autres, des pièces majeures, admettons-le, mais qui sans la totalité des autres ne sont vouées qu’à l’incomplétude. D’ailleurs ces textes, hormis la partie autobiographique de Wou le souvenir d’enfance, ne sont représentatifs que d’un seul corpus, soit celui du romanesque. Or, Perec est l’un de ces auteurs qui a touché à tous les genres, qu’ils soient considérés aujourd’hui ou à l’époque comme littéraires ou non. L’intégralité de son œuvre comprend des romans, du théâtre, de la poésie, des textes à caractère scientifique, des essais, des textes intimes, des jeux, des textes humoristiques, des listes, des lettres, des descriptions, des articles littéraires, des fiches de cuisine, des cartes postales, des mots croisés, etc. Soyons certains que plusieurs genres doivent manquer à l’appel. Néanmoins, nous pouvons déjà nous faire une bonne idée de l’œuvre de Perec en jetant un œil attentif à ces genres auxquels il s’est essayé. Rares sont les auteurs qui ont osé, dans l’ensemble de leur œuvre, faire cohabiter le roman, le texte scientifique et la fiche de cuisine. Cette fragmentation du genre rend complexe l’approche même de l’œuvre perecquienne : comment l’aborder ? Par où l’entamer ? Une simple lecture chronologique est possible, certes, mais elle n’est justement que possible, au même titre que toutes les autres. Le lecteur qui s’en prévaut se rendra rapidement compte qu’il saute du coq à l’âne d’un texte à l’autre. Pour sa part, le lecteur qui décide de lire Perec par genre, verra tout aussitôt que son entreprise le mènera dans des dilemmes difficiles à résoudre : certains textes de Perec sont difficilement classables, pensons entre autres à Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? qui relève à la fois de l’humour et du roman, ou à Cantatrix Sopranica L. qui juxtapose la science et l’humour, ou encore Tentatives d’inventaire des aliments liquides et solides que J’ai ingurgités au cours de l’année mil neuf cent soixante-quatorze qui oscille entre l’intime et la liste, voire la fiche-cuisine. De plus, le lecteur doit constamment se demander si le texte qu’il tient entre les mains est oulipien ou non, c’est-à-dire si c’est un texte développé sous certaines contraintes. Car le texte à contraintes change toute la perspective de lecture. Nous reviendrons sur ce sujet un peu plus tard.

3Cette fragmentation, cet éclatement de l’œuvre en plusieurs genres entraîne inévitablement un certain effet d’éparpillement. La plupart des textes de Perec sont des textes relativement courts, caractéristique qui les ont contraint à paraître dans des revues et non dans une simple édition. Mais un texte comme Les lieux d’une fugue ne peut pas, dans son propos et sa forme, subsister aux côtés d’un autre texte comme Distribution spatio-temporelle de Coscinoscera Victoria, Coscinoscera tigrata carpenteri, Coscinoscera punctata Barton & Coscinoscera nigrostriata d’Iputupi. Il y a un fossé immense qui se creuse entre les deux, lequel fossé rend difficile l’idée même d’un rassemblement de l’œuvre de Perec. Pour cette raison, le premier fut publié dans la revue Présence et regards et le second dans le catalogue de l’exposition Cartes et figures de la Terre du Centre National d’Art et de Culture Georges-Pompidou. Il faut attendre le milieu des années quatre-vingts pour assister à la naissance d’un mouvement général de rassemblement des textes épars de Perec. Maurice Olender est l’un des grands responsables de cette importante entreprise, avec l’aide appréciée de Marcel Bénabou. Cette entreprise prouve, sans l’ombre d’un doute, que l’œuvre de Perec possède une certaine unité, ou du moins qu’elle peut être rassemblée. Son éparpillement et sa fragmentation ne sont donc pas, du moins de nos jours, des obstacles insurmontables pour le lecteur qui voudrait se procurer de tels textes. Toutefois, il faut avoir en tête qu’il est aujourd’hui plus difficile de mettre la main sur Espèce d’espaces que sur Un cabinet d’amateur, par exemple. Cette caractéristique de l’œuvre de Perec, le fait d’être rassemblable, est donc une richesse. Richesse problématique, certes, mais tout de même une richesse. Par le rassemblement des textes en recueils, les éditions de Perec, celles de La librairie du XXe siècle, par exemple, apparaissent comme des mélanges, des fragments d’un même puzzle qu’il s’agit de reconstruire. Si ce n’était de leur rattachement à Perec, ces textes seraient difficilement attribuables à leur auteur puisque l’œuvre perecquienne n’est, au premier coup d’œil, que très peu reconnaissable. Chaque œuvre se détache thématiquement et formellement de toutes les autres.

4Nous pouvons trouver, dans les courts textes de l’auteur, des lignes directrices qui nous feront préférer un certain genre de texte ou un sujet en particulier, que ce soit l’autobiographie pour le genre, la mémoire ou le quotidien pour le sujet, etc. Plus encore, ces lignes directrices se transforment bien souvent en thématiques dans les romans : La vie mode d’emploi en est sûrement le parachèvement en permettant la cohabitation de la plupart des sujets traités par Perec dans ses œuvres antérieures. On y trouve, entre autres, une abondance de fragments autobiographiques, une multitude de questions sur la mémoire, le souvenir, le quotidien, etc. Ce n’est pas pour rien que cette œuvre magistrale se trouve justement étiquetée « romans », marquant ainsi sa pluralité tant diégétique et thématique que formelle. Dans la même veine, les textes de Perec se présentent tous comme liés entre eux par ces divers thèmes et ces différents aspects formels qui permettent leur emboîtement les uns dans les autres (comme le font les poupées russes) ou leur juxtaposition à la manière des pièces d’un casse-tête. Tout à son honneur, La vie mode d’emploi en est l’exemple typique. Le livre tisse des liens avec l’ensemble de l’œuvre de Perec, que ce soit par pure évocation ou par des similitudes qui supposent une problématique plus générale de l’écriture perecquienne. Par exemple, que dire de ce Grégoire Simpson qui, étrangement, agit comme le personnage d’Un homme qui dort ? Que dire de l’évocation d’un certain Augustus B. Clifford qui est aussi un personnage de La Disparition ? Plus problématique encore : y a-t-il un lien quelconque entre le Gaspard Winckler de La vie mode d’emploi et celui de W ou le souvenir d’enfance ? Ce ne sont là que des exemples classiques d’interrogations à partir d’un des chefs-d’œuvre de la littérature oulipienne, mais il y en a bien d’autres et bien des lectures pourront faire surgir des interrogations qui encore n’ont jamais été exploitées. Ce dédoublement participe d’une certaine fragmentation, puisqu’il dissémine une même chose, ou en tout cas l’illusion d’une même chose, dans une œuvre qui se perd dans le détail et le réseau de sa complexité.

5La vie mode d’emploi n’est certainement pas le seul ouvrage de Perec qui montre un tel dédoublement : W ou le souvenir d’enfance en déploie un aussi, soit celui du genre. Le texte de ce récit tient à la fois de l’autobiographie (quel texte de Perec ne l’est pas un peu, d’ailleurs ?) et de la description. Il est double par la juxtaposition et l’alternance de deux textes qui semblent, a priori, très différents. Or, les nombreuses études au sujet de W ou le souvenir d’enfance, dont celles de Bernard Magné, ont démontré que plusieurs éléments de l’autobiographie trouvent leur corollaire dans la présentation faite de W, l’île visitée par Gaspard Winckler, laquelle est d’ailleurs une idée et un souvenir du Perec enfant. Pour ne citer qu’un exemple, donnons celui de la corrélation entre la « réduction de fractures » de l’autobiographie et le fait de « réduire des fractions » du récit. Il n’y a donc pas ici qu’un mélange des genres, mais une imbrication des textes et un jeu de concordances qui font en sorte qu’il ne suffit pas de considérer l’œuvre de Perec comme une œuvre immuable, mais comme une œuvre en mouvement qui trouve son sens dans le tissage et le métissage des textes. Si nous tirons ne serait-ce qu’un fil, l’œuvre se donnera sous un aspect qui n’est qu’une des facettes possibles des représentations effectives du texte. La résolution du puzzle perecquien, ce n’est pas seulement l’action de rassembler les pièces pour former un tout cohérent : c’est aussi celle de briser ce même tout et de le rassembler différemment pour former un autre tout, lequel sera tout aussi cohérent. Lire Perec, c’est se creuser la tête à tenter de construire un casse-tête intitulé Jésus en face des Docteurs avec les pièces du Condottière.

II. La fragmentation de la lecture

6La fragmentation et l’éparpillement de l’œuvre de Perec font en sorte que toute lecture de son intégralité, ou du moins de deux œuvres, nécessite du lecteur une volonté de tenter un rapiéçage thématique et formel. Le lecteur peut lire chacun des livres de Perec d’une façon des plus naïves (au sens des théories de la lecture) sans s’attarder au réseau qui les unit. Toutefois, le lecteur attentif, celui qui voudra bien pénétrer le travail de Perec, effectuera une multitude de liens et de raccordements entre les divers ouvrages qu’il a lus, que ceux-ci soient de Perec ou d’auteurs auxquels ce dernier se réfère par l’entremise de l’intertextualité. Ce rapiéçage est en quelque sorte une reconstruction du puzzle qu’a bâti Perec en écrivant ses textes. Comme nous l’avons mentionné tout à l’heure, plusieurs éléments reviennent d’une œuvre à l’autre, sans que nous puissions toutefois être certains que ce sont justement les mêmes éléments. Ce sont ces derniers qui, dispersés dans les textes, permettent le raccrochement de chaque morceau du puzzle à son entièreté. Évidemment, il est facile de concevoir l’œuvre entière de Georges Perec comme un puzzle, mais il faut aussi prendre en considération que chaque texte est lui aussi un puzzle. Perec le montre très bien dans La vie mode d’emploi, alors que son propre travail de fragmentation est représenté métatextuellement par l’occupation de Gaspard Winckler :

  • 1 Georges Perec, La vie mode d’emploi, Paris, Hachette, 1978, p. 402.

Gaspard Winckler avait évidemment envisagé la fabrication de ces cinq cent puzzles comme un tout, comme un gigantesque puzzle de cinq cents pièces dont chaque pièce aurait été un puzzle de sept cent cinquante pièces1.

7Le lecteur, pour sa part, devient ce Percival Bartlebooth qui rebâtit les casses-tête fragmentés par Winckler. On peut dire qu’il y a une certaine homologie entre le couple Winckler / Bartlebooth et le couple Perec / lecteur.

8Dans un autre texte, Notes brèves sur l’art et la manière de ranger ses livres, Perec poursuit la réflexion en élaborant sur le projet d’un ami qui voulait organiser sa bibliothèque selon un nombre fixe d’œuvres. L’extrait ici présenté montre à la fois qu’il existe bel et bien un réseau entre des textes aussi différents que La vie mode d’emploi et ceux de Penser/Classer et que la fragmentation n’est jamais que temporaire :

  • 2 Georges Perec, « Notes brèves sur l’art et la manière de ranger ses livres » dans Penser/Classer, P (...)

n (n) romans d’un même auteur valaient (implicitement) pour un (1) volume de cet auteur, comme fragments non encore rassemblés mais inéluctablement rassemblables d’une œuvres complètes2.

9On constate à quel point la fragmentation de l’œuvre n’est qu’éphémère, puisqu’il semble ici que toute œuvre soit rassemblable. Dans le cas de Perec, Maurice Olender s’est chargé d’une bonne partie du travail avec La Librairie du XXe siècle. Néanmoins, le lecteur peut parfaire ce travail en exploitant des liens qui existent entre les œuvres et qui permettraient, en plus de les rassembler, de les classer les unes par rapport aux autres. Perec étant un maniaque de la classification, jamais il n’aurait pu s’opposer au fait que ses propres lecteurs puissent jouer au même jeu que lui.

10La lecture n’est toutefois pas fragmentée que par la diversité de l’œuvre perecquienne ou par son éparpillement : elle l’est aussi par sa pluralité, son dédoublement et ses contraintes. Nous avons abordé à plusieurs reprises le cas de W ou le souvenir d’enfance et il ne semble pas indiqué, ici, de revenir sur ce que nous avons déjà mentionné. Mais souvenons-nous, tout de même, que par le dialogisme instauré dans ce livre, Perec fragmente la lecture en deux : d’un côté le texte de fiction, de l’autre le texte autobiographique. Le lecteur, à qui est proposée l’œuvre, a plus d’une voie d’y accéder. Ne va-t-il lire que l’autobiographie ? Va-t-il plutôt préférer lire la fiction ? S’il lit les deux, lira-t-il d’abord le texte autobiographique ou le texte de fiction ? Bien souvent, le lecteur s’abandonnera à la linéarité qu’on lui a apprise : il commencera à la première page pour ne s’arrêter qu’à la dernière. Or, l’œuvre de Perec en est une qui permet de procéder autrement. Pourquoi ne pas commencer par l’un des deux textes ici réunis ? Tout fait en sorte que soit suggérée une lecture plurielle : la frappe même des deux textes est différente. L’un est en caractère romain, l’autre en italique. Perec va jusqu’à utiliser le caractère gras et les renvois qui, sur le plan formel, permettent une multitude de lectures qui possèdent chacune leurs apports particuliers aux discours. En dissociant les deux textes principaux de W ou le souvenir d’enfance, le lecteur sera plus apte à suivre le propos qui est tenu dans chacun. En faisant une lecture linéaire (sans toutefois tomber dans la lecture naïve), le lecteur sera davantage disposé à discerner les menues relations entre les deux textes, puisque les coupures entre les chapitres délimiteront justement les trames du livre, facilitant ainsi la circulation du lecteur entre les mailles des deux textes.

11La vie mode d’emploi, pour sa part, fonctionne sous un autre mode. Bien qu’il n’y ait pas ici de textes entrelacés, si ce n’est les différentes histoires des personnages, il y a une quantité immesurable de contraintes et diégèses. Il ne suffit que de consulter le cahier des charges du projet pour constater comment La vie mode d’emploi se construit effectivement comme un point majeur dans l’œuvre perecquienne. Ce livre, du point de vue de la lecture, est extrêmement complexe. Le lecteur naïf pourra sans doute y lire les histoires des personnages et y trouver un certain intérêt, mais le lecteur attentif y trouvera beaucoup plus. La vie mode d’emploi, ne l’oublions pas, est un texte oulipien, c’est-à-dire à contraintes. Seule la lecture minutieuse peut rendre compte d’un certain nombre d’entre elles. Il ne faut pas oublier que Perec lui-même a fourni quelques indices sur les contraintes qu’il a utilisées, preuve que tout n’est certainement pas visible ou lisible. À plusieurs reprises, le texte se présente comme double et permet une lecture métatextuelle, comme on l’a vu avec le cas de Gaspard Winckler précédemment. Le travail d’écriture de Perec, une fois l’œuvre publiée, est donc toujours présent dans ce métatexte, comme si la construction d’une œuvre était constante, éternelle. Lorsque le lecteur saisit qu’il y a plus d’un niveau de lecture possible chez Perec, il est poussé à relire les œuvres déjà lues, en quête d’un cheminement autre que celui qu’il a déjà parcouru. Car chez Perec, bien souvent, le cheminement est plus important que le but. Prenons le cas de La disparition. Certes, il est difficile de lire l’œuvre sans y constater ce qu’elle a de plus paradoxalement apparent, bien que quelques critiques (probablement naïfs) ne s’en soient jamais aperçu : la lettre « e » qui brille par son absence. Toutefois, le travail du lecteur ne s’arrête pas là pour autant : le lipogramme en « e » n’est pas la seule contrainte utilisée par Perec. L’analyse métatextuelle du texte démontre que l’auteur ne s’est pas simplement contenté de ne pas utiliser le « e », mais il s’est fixé comme objectif d’en parler constamment. Notez combien de fois un père a eu vingt-six fils, dont un est disparu (le cinquième, bien évidemment) ; notez à quelle fréquence reviennent les cinquièmes manquants (la position du « e » dans l’alphabet est le cinquième rang), etc. Pour illustrer ce propos, ne citons qu’un extrait riche en la matière :

  • 3 Georges Perec, La disparition, Paris, Gallimard [Denoël], « L’imaginaire », 1969, p. 27.

Il y avait au mur un rayon d’acajou qui supportait vingt-six in-folios. Ou plutôt, il aurait dû y avoir vingt-six in-folios, mais il manquait, toujours, l’in-folio qui offrait (qui aurait dû offrir) sur son dos l’inscription « CINQ ». Pourtant, tout avait l’air normal : il n’y avait pas d’indication qui signalât la disparition d’un in-folio (un carton, « a ghost » ainsi qu’on dit à la National Library) ; il paraissait n’y avoir aucun blanc, aucun trou vacant. Il y avait plus troublant : la disposition du total ignorait (ou pis : masquait, dissimulait) l’omission : il fallait la parcourir jusqu’au bout pour savoir, la soustraction aidant (vingt-cinq dos portant subscription du « UN » au « VINGT-SIX », soit vingt-six moins vingt-cinq font un), qu’il manquait un in-folio ; il fallait un long calcul pour voir qu’il s’agissait du « CINQ ».3

12En plus de ne pas utiliser la lettre en question, Perec se donne comme surcontrainte de constamment évoquer la situation et le sort de cette même lettre dans le texte. En fait, Perec dit justement au lecteur, à un niveau métatextuel, qu’il n’utilise pas la lettre « e ». Il ne s’arrête pourtant pas là : il va jusqu’à expliquer au lecteur pourquoi il écrit ainsi :

  • 4 Ibid., p. 196.

Mais, plus tard, quand nous aurons compris la loi qui guida la composition du discours, nous irons admirant qu’usant d’un corpus aussi amoindri, d’un vocabulariat aussi soumis à la scission, à l’omission, à l’imparfait, la scription ait pu s’accomplir jusqu’au bout. […] Puis, à la fin, nous saisirions pourquoi tout fut bâti à partir d’un carcan si dur, d’un canon si tyrannisant. Tout naquit d’un souhait fou, d’un souhait nul : assouvir jusqu’au bout la fascination du cri vain, sortir du parcours rassurant du mot trop subit, trop confiant, trop commun, n’offrir au signifiant qu’un goulot, qu’un boyau, qu’un chas, si aminci, si fin, si aigu qu’on y voit aussitôt sa justification.4

  • 5 Voir à ce sujet : Pascal Tremblay, « Les lieux d’une fugue de Georges Perec : les processus du souv (...)

13L’extrait semble dépourvu de tout attachement diégétique. Or, le discours en question concerne un texte à l’intérieur même de la diégèse sur lequel les protagonistes se penchent. Mais la lecture peut rendre compte d’un usage autre de ces quelques lignes. Elle peut lire au travers de l’histoire pour constater que Perec n’écrit pas seulement une histoire, mais aussi écrit-il constamment son travail5. Nous comprenons donc que toute découverte de ce type entraîne, ou du moins suggère, la relecture des œuvres de Perec afin d’y discerner ce qui aurait pu échapper à une première lecture.

14La lecture métatextuelle est une possibilité pour le lecteur perecquien et la lecture intertextuelle en est une autre. Il ne s’agit plus, ici, de lire à des niveaux différents, mais de lire entre les lignes, d’y repérer les entrelacs textuels. La plus grande difficulté de cette lecture réside dans le fait que chacun a son propre bagage littéraire qui diffère de celui de Perec. Si l’auteur réécrit, sans le dévoiler, des passages entiers de Hermann Melville ou de Jules Verne, ce que Bernard Magné appelle des impli-citations, et que le lecteur ne fut jamais en contact avec ces œuvres, ou qu’il ne se les rappelle guère, la lecture intertextuelle est impossible. Parfois, Perec la rend impossible à l’avance, en distordant le lien entre son écrit et celui qui l’a inspiré. Citons, par exemple, ce passage de Bouvard et Pécuchet de Flaubert, très bien analysé dans les travaux de Jacqueline Chénard :

  • 6 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, http://www.multimania.com/sunqian/bou-vard.html.

Comme il faisait une chaleur de 33 degrés [1], le boulevard Bourdon [2] se trouvait absolument désert.
Plus bas le canal Saint-Martin [3], fermé par les deux écluses, étalait en ligne droite son eau couleur d’encre. Il y avait au milieu, un bateau plein de bois, et sur la berge deux rangs de barriques.
Au delà du canal, entre les maisons que séparent des chantiers, le grand ciel pur se découpait en plaques d’outremer, et sous la réverbération du soleil, les façades blanches, les toits d’ardoises, les quais de granit éblouissaient. Une rumeur confuse montait [4] du loin dans l’atmosphère tiède [5] ; et tout semblait engourdi par le désœuvrement du dimanche et la tristesse des jours d’été6.

15Dans La disparition, une fois la transformation achevée, le texte ressemble plutôt à ceci :

  • 7 Georges Perec, La disparition, op. cit., p. 17.

Son pouls battait trop fort. Il avait chaud [1], Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux [5]. Un bruit indistinct montait [4] du faubourg. Un carillon, plus lourd qu’un glas, plus sourd qu’un tocsin, plus profond qu’un bourdon [2], non loin, sonna trois coups. Du canal Saint-Martin [3], un clapotis plaintif signalait un chaland qui passait.7

  • 8 Voir à ce sujet le mémoire de Jacqueline Chénard.

16Nous constatons qu’il n’est pas du tout évident, même pour le lecteur qui aurait fraîchement en tête Bouvard et Pécuchet, de lier les textes entre eux par les dispositifs intertextuels mis en place par Perec. C’est là un jeu qui peut s’étendre sur des années, voire ne jamais se terminer8.

17Toutefois, malgré ces machinations, Perec est un bon joueur et, encore une fois, c’est La vie mode d’emploi qui vient nous le prouver. En effet, La vie mode d’emploi permet un choix dans la lecture. Le livre, à sa toute fin, comporte cinq parties en annexes, lesquelles doivent être considérées comme faisant partie du texte. Ces parties permettent cinq lectures différentes de La vie mode d’emploi :

  • Lecture thématique (en lisant le texte selon l’ordre de l’index)

  • Lecture chronologique (en lisant le texte selon la chronologie proposée)

  • La lecture épisodique (en lisant le texte selon les histoires racontées)

  • La lecture intertextuelle (en lisant le texte selon les auteurs cités ou pastichés)

  • La lecture actuelle (en lisant le texte comme il se donne dans la table des matières)

18Nous pourrions rajouter une sixième lecture qui émanerait du fait que les chapitres sont nommés par les lieux qu’ils représentent, suivis d’un numéro (ex. Escalier, 1 / Escalier, 2, etc.). On pourrait qualifier cette lecture de locative, dans les deux sens du terme, c’est-à-dire se référant au lieu ou concernant le locataire ou la chose louée.

19Perec affectionne particulièrement les listes, et les annexes de cet ouvrage nous le prouvent bien, comme les nombreuses listes présentes dans le texte (les outils de quincaillerie, pour ne citer que cet exemple). Il est à noter, de plus, que par cette présence exacerbée des listes il est facile, en cours de route, de changer le parcours de la lecture : le lecteur est amené plusieurs fois à circuler autrement dans l’œuvre, à y errer constamment.

20Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? participe du même travail. On trouve à la fin de ce court texte humoristique un index des fleurs et ornements rhétoriques, et, plus précisément, des métaboles et des parataxes que l’auteur croit avoir identifiées dans le texte qu ’on vient de lire. Comme tout index, on renvoie ici aux pages concernées :

Abrégé, 45.
Abréviation, 26.
Accumulation, 15-16, 19-
Etc.

21Mais il y a aussi des vides, des blancs à combler par le lecteur qui voudrait une liste complète :

Antithèse, par-ci par-là.
Approximation, ?
Asyndète, peut-être.
Augmentation, ?
Catachrèse, bien sûr.
Commutation, ?
Crébillonnage amarivaudé, ?
Épistrophe, je n’ai rien contre.
Homéoptote, aucun intérêt.
Homonyme, sans doute.
Métagramme, il en faut.
Nécrologie, ben voyons.
Parenthèse, beaucoup.
Précaution, ?
Pseudépigraphe, évidemment.
Psittacisme, certes.

22Comme pour fournir au lecteur la possibilité de participer lui aussi à la construction du texte, Perec s’arrête volontairement à psittacisme. La liste est par le fait même incomplète : des etc. viennent marquer qu’il y a davantage de figures, mais que celles-ci ne seront pas données. De plus, à de nombreuses reprises pour des figures quelconques, Perec renvoie à l’entrée zeugme. Or, l’index n’aboutit jamais au mot en question, incitant ainsi le lecteur à définir lui-même les limites de sa volonté à poursuivre l’ébauche du travail. Aussi, plusieurs renvois sont circulaires et ne donnent aucune réponse :

Hystérologie, voir Hytéro-protéron.
Hystéro-protéron, voir Hystéro-proton.
Hystéro-proton, voir Hystérologie.

23Certes, cette liste s’inscrit dans le caractère humoristique du texte, mais elle est aussi un défi lancé au lecteur qui se sentirait apte à la compléter.

Conclusion

24Qu’avons-nous donc appris de Georges Perec ? S’il fallait ne donner qu’une seule réponse à cette question complexe, malgré les apparences, c’est que la littérature n’est pas seulement une production et une réception. C’est une production, certes, une réception tout autant, mais aussi une participation. Toute œuvre suppose un lecteur, mais l’œuvre de Georges Perec le manifeste davantage, fait sentir ce lecteur indispensable. En lisant Perec, tout lecteur prend conscience de son rôle et joue, du moins en partie, le jeu de la lecture productive. Lire Flaubert n’engage pas tellement dans une production concrète : il y existe une linéarité évidente, dégagée par la majorité des textes depuis l’aube de la littérature. Lire Perec, c’est s’engager dans un véritable labyrinthe que l’on explore tant comme un musée que comme une grille de mots croisés.

25En terminant, nous devons absolument dire un mot sur » 53 Jours ». Il faut considérer ce texte (et les notes qui viennent nécessairement avec lui) non pas comme un roman inachevé : il s’agit plutôt d’un aboutissement nécessaire à l’œuvre perecquienne. C’est l’ultime jeu de construction entre l’auteur et le lecteur. Tout autre romancier qui aurait laissé un roman inachevé aurait vu ce dernier publié sans ses notes et ses griffonnages. Pour Perec, c’est autre chose. Son œuvre entière est un renvoi en bas de page sur la littérature et « 53 Jours » n’est qu’un défi parmi tant d’autres, l’image même de la relation existant entre Perec et ses lecteurs.

Remerciements

26Je tiens à remercier monsieur Richard Saint-Gelais du CRELIQ pour m’avoir permis d’apprécier l’auteur qu’est Georges Perec et pour toutes les informations indispensables qu’il m’a permis d’obtenir.

27Je tiens aussi à remercier l’Association Georges Perec pour m’avoir fourni quelques renseignements d’ordre bibliographique.

28Je tiens finalement à remercier Jean-François Smith du TLFQ pour avoir accepté de me donner son opinion et ses commentaires sur cette étude

Notes

1 Georges Perec, La vie mode d’emploi, Paris, Hachette, 1978, p. 402.

2 Georges Perec, « Notes brèves sur l’art et la manière de ranger ses livres » dans Penser/Classer, Paris, Hachette, Textes du XXe siècle, 1985, p. 32.

3 Georges Perec, La disparition, Paris, Gallimard [Denoël], « L’imaginaire », 1969, p. 27.

4 Ibid., p. 196.

5 Voir à ce sujet : Pascal Tremblay, « Les lieux d’une fugue de Georges Perec : les processus du souvenir et de l’écriture comme données métatextuelles », Québec, Calliope / Sidéline, vol. 3, no.1, Novembre-Décembre 2000. [http://calliope.cjb.net],

6 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, http://www.multimania.com/sunqian/bou-vard.html.

7 Georges Perec, La disparition, op. cit., p. 17.

8 Voir à ce sujet le mémoire de Jacqueline Chénard.

Auteur

Sidéline (Québec)

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search