Version classiqueVersion mobile

L’écriture fragmentaire

 | 
Ricard Ripoll

Deuxième mouvement. Du Même et de l’Autre

Le fragment : du holisme à la partition du dire

Martine Renouprez

Texte intégral

1C’est à partir des essais poétiques de Claire Lejeune, écrivaine francophone belge, que nous allons proposer un point de vue sur le fragment. On ne peut comprendre la portée du fragment dans son œuvre si l’on fait abstraction de l’expérience poétique qui en est à l’origine. C’est pourquoi il nous faut très brièvement l’évoquer avant d’aborder le sujet qui nous intéresse aujourd’hui.

I. L’expérience poétique de l’absolu

2A l’instar des poètes antiques, c’est lors d’une journée banale que Claire Lejeune est bouleversée par une épreuve émotionnelle amoureuse qui la transporte hors d’elle-même. En voici l’évocation dans La Geste :

Ce dimanche là, j’étais distraitement occupée à remuer le pot-au-feu lorsque brusquement je fus immobilisée. (...) D’un coup je me trouvai retournée, transportée au dedans de moi, fascinée par un miroir où venait d’apparaître ton visage, merveilleusement présent et précis, me donnant à m’éprouver moi-même comme présence blanche, comme absence de toi. Nous étions sur le miroir intimement épousés comme le sont les noirs et les blancs dans un négatif photographique. Nous étions tout. Rien n’existait plus que nous. En noir et blanc. La couleur avait déserté notre réalité. (Lejeune, 1994 : 90)

3Cette image est déjà en elle-même une abstraction du réel : les couleurs l’ont fuie, elle atteint la perfection de l’union dans l’amour “condamné au rêve” (ibidem), la totalité englobant “l’univers tout entier, parfaitement rond, fermé, imprenable” (ibidem). La conscience de l’impossibilité même de la réalisation de cette union parfaite provoque chez la poète un détachement, très platonicien, du monde sensible vers le monde des idées :

L’amour me montait à la tête. Interdit en geste et en parole, il allait se faire idée, se faire Dieu, (ibidem)

4Par cette abstraction, la poète passe du domaine de l’image à la question du sens de son imaginaire. La dynamique de l’expérience intérieure ne sera plus que tension vers l’intelligibilité dans un mouvement “à rebours” et d’ascension, rapide et étourdissant, abolissant progressivement toute tension s’exerçant entre les extrémités psychiques : tout d’abord la tension entre je et l’autre au sein de l’image, puis celle du psychisme tout entier dans un détachement de son rapport au monde sensible, dans une élévation de la “base” au “sommet”, ce vertige vidant l’univers de sa matérialité pour éclairer l’esprit et le tourner vers l’amour absolu :

Mon corps s’éteignait dans la mesure même où s’allumait mon esprit. Mon cœur se vidait. Mon sang s’allégeait. C’était de l’or en fusion qui coulait dans mes veines. Je n’aimais plus rien ni personne, j’adorais l’amour. (Lejeune, op. cit. : 92)

5C’est dans un processus de négation du corps que l’esprit s’élève, négation qui, très vite, touche toute chose en les abolissant, destruction en spirale “du lieu” des signes dans une ascension vers le “non-lieu” des sens. Cette abolition du monde sensible au profit du monde intelligible résulte d’une combustion par le “feu”. La poète n’est plus “rien qu’une brûlure”, “le feu (lui) est imposé !” (Lejeune, op. cit. : 93).

6C’est ainsi que la folie issue de la passion la mène au bord du suicide, aux portes de la mort. L’épilogue de cette expérience consistera à récupérer une pesanteur des sens contre l’accession au sens, et à rendre vie à un corps et un esprit détruits, épars, séparés, morcelés :

Les jours suivants ne furent rien qu’une lutte sans merci contre l’absolutisme de mon esprit, une prière muette contre la liberté, contre la lumière. (...) Ce fractionnement douloureux qui me prive de l’usage de moi-même. Cette poursuite affolée à travers moi pour tenter de rassembler les fragments de mon être... (…) Réintégrer mon corps ! M’habiter à nouveau ! (Lejeune, op. cit. : 99)

7L’expérience de la désintégration par le feu est suivie d’un retrait de l’absolu, de son dépassement pour une réintégration de l’énergie en fusion dans les formes désertées. Mais l’ancienne enveloppe corporelle et mentale ayant été détruite, ce sont de nouvelles formes qu’il va falloir incarner : un nouveau corps et une nouvelle pensée sont à réinventer à travers l’écriture. Poétique sera donc le sens de l’écriture, si on entend la poésie dans son acception étymologique de “création”. L’expérience relatée dans La Geste est donc à l’origine de l’écriture et ne cessera d’en nourrir le sens. Véritable “baptême du feu” de l’auteure, elle l’intronise et la nomme poète :

Le poète au terme de sa quête est ordonné poète à l’instant même où il est poésie, où il est amour. Mais être poésie c’est être silence, c’est être un soleil sans terre, qui tournerait ses rayons contre soi, en perpétuel suicide. (Lejeune, op. cit. : 120)

II. La fragmentation de l’existence

8L’écriture fournit alors le moyen de se reconstruire par le biais de l’analogie. Principe même de l’écriture poétique, l’analogie caractérise elle-même globalement le récit de l’expérience poétique que nous venons d’évoquer si l’on entend par “analogie” l’explication étymologique qu’en donne Philibert Secrétan :

(…) ana- signifie “en haut”, “vers en haut”, et donne l’idée d’un passage ou d’un dépassement ; voire d’un transcender, lorsqu’il s’agit de passer à un ordre supérieur : de l’animal à l’humain, de l’humain au divin. Et dans la mesure où les frontières qui marquent les limites de ces domaines sont matériellement infranchissables, l’analogie les franchit en montrant ce qu’il y a de formellement ressemblant entre l’ici et le là-bas. (Secrétan, 1984 : 8)

9Mouvement d’ascension vers le haut, “passage” ou “pont” vers un ordre supérieur impliquant une mutation radicale de soi, le récit poétique de La Geste est lui-même une “ana-logie” impliquant fortement le “logos”, dans la mesure où la transgression d’un ordre à l’autre est dévolue ici aux mots et s’effectue dans et par le langage.

10A son sommet, l’expérience poétique est ici une expérience de fusion et d’absolu à partir de laquelle la poète naît à elle-même :

Je me souviens d’une effroyable lutte. Puis d’un silence infini qui fut troué par mon propre vagissement. (Lejeune, op. cit. : 119)

11Dans l’absolu, la parole n’a pas cours. Mais le silence est la condition de son avènement. Chez Claire Lejeune, il est lié à la lumière et la parole au son ; l’alchimie du poète consistera à transformer la lumière en son, à trouver le passage de l’un à l’autre :

Je cherche les clefs qui me livreront le passage entre la lumière et le son. (Lejeune, op. cit. : 108)

12Nous avons vu que l’absolu est la plénitude du sens qui résulte de la mort des sens : il est la “perfection”, la “puissance de tout, sans nom” et plus concrètement en terme grammatical, l’“infinitif” (op. cit. : 128-129). C’est pourquoi les premiers balbutiements du langage témoignèrent de l’expérience poétique sous ce mode :

Être, c’est écrire.
Je ne sais pas pourquoi s’écrit en ce moment ma vie à l’infinitif. (Lejeune, op. cit. : 129)

  • 1 La notion de fragment liée au désastre n’est pas neuve : "Le fragment philologique peut investir, d (...)

13L’infinitif symbolise l’indivision, l’abolition des distances, l’inclusion de la différence, la potentialité. Pour exister, il faut cependant renoncer à la perfection, à être Dieu ou pur infinitif et apprendre à se conjuguer, consentir à l’imperfection, s’exprimer à l’imparfait. Pour s’incarner, la totalité du sens – l’inspiration – doit se diviser. Accepter de ne pas tout dire, c’est consentir au manque, à la chute, à l’existence. Tout d’abord sous la forme du cri qui troue le silence, puis par des aphorismes visant l’indicible, à la façon d’Héraclite, ensuite dans une nécessaire et vitale fragmentation qui renonce à dire la totalité du sens. C’est pourquoi la syntaxe de l’œuvre sera motivée par référence analogique à la ruine, au nécessaire désastre existentiel1 :

Je connais mon mal. Fascinée par l’infinitif, malgré tant d’ailes consumées ! Pouvoir me fragmenter ! Me mettre en pièces... L’inspiration n’est que la condition de dire. Entre l’inspiration et l’expression, reconnaître le règne du temps, (ibidem)
Vivre. Cela implique donc que j’incarne l’imparfait. C’est le consentement au manque qui autorise la parole ! Consentir à la chute, renoncer à être tout pour être quelqu’un. (Lejeune, op. cit. : 126)

  • 2 “Si bien que l’ordre dans ce texte a irrémédiablement cessé d’être chronologique. La mémoire des da (...)

14La division de la totalité implique un travail méthodique, à commencer par la nécessaire succession du langage. L’écriture est garante d’une certaine continuité dans la discontinuité ; elle règle, stabilise, provoque de l’ordre au sein du chaos. Pourtant, le discours fragmenté affiche paradoxalement à première vue une absence délibérée d’ordre ; les fragments reproduisent la succession des pensées de l’énonciatrice, allant jusqu’au désordre chronologique2 :

Après la fragmentation, vient la nécessité de l’ordonnance, de la succession. (…) Accéder au pouvoir de dire successivement ! Difficile victoire sur l’impérieux, le sauvage besoin de dire tout en même temps ! Renoncer à tout dire pour dire quelque chose chaque jour. Céder à l’imparfait après avoir élu l’infinitif. (Lejeune, op. cit. : 143)

15Une pensée holistique doit nécessairement se déployer, céder à l’éclatement du sens, à la partition du vouloir-dire. Mais l’œuvre est en même temps le lieu de rassemblement de l’être divisé, elle regroupe les fragments comme autant de “témoignages” du morcellement initial. Elle réunit ce qui est épars pour faire émerger de possibles coïncidences dans le disparate, des connexions, un réseau intelligible, propre à ouvrir des voies vers de multiples significations :

  • 3 Le fragment (...) comprend un essentiel inachèvement. C’est pourquoi il est, selon Ath. 22, identiq (...)

C’est ce vivre-écrire fragmentaire, ces témoignages d’extrême précarité qui sont les porteurs funambules d’une possible continuité de l’“être-soi” à travers le désastre (…). (Lejeune, 1987 ; 100)3

  • 4 Ne négligeons pas non plus cette explication fondamentale de la fragmentation de l’œuvre de Claire (...)

16L’écriture oscille entre la volonté de dire la totalité du sens et la nécessaire dispersion de celui-ci ; c’est elle qui maintient la poète dans un équilibre provisoire où s’unissent continuité et discontinuité4.

  • 5 “La production de fragments, et en général la discontinuité, est liée à la figure du génie, à ses “ (...)

17La fragmentation relève donc de la précarité. Elle est le mode du discours qui s’ébauche dans un manque à combler : celui, antérieur, de la totalité du sens à livrer, et celui, postérieur, de la globalité d’un sens à reconstruire. Reflétant une certaine spontanéité, elle s’éloigne de la logique discursive et s’apparente à la production orale et plus particulièrement, oraculaire5.

III. La cohérence interne des fragments

18Face à l’hétérogénéité d’un tel discours, se pose la question de sa cohérence interne. Pour ce faire, nous nous reportons aux travaux de Jean-Louis Galay (1977 : 337-367) et de Réda Bensmaïa (1981 : 355-370) sur le discours fragmental, l’un chez Paul Valéry et l’autre chez Roland Barthes. L’un et l’autre critiques soulignent l’antinomie discursive entre le texte doté d’une unité compositionnelle et le discours fragmental :

Au contraire du discours soutenu et de l’écriture réfléchie qui, à l’image de la période, a un commencement, un milieu et une fin, “enchaîne” les vérités en développant linéairement une Vérité, le texte fragmental, qui ignore le devenir discursif du concept dans le temps, se détourne du logos, de l’unicité de la Vérité, pour ne s’attacher qu’à des aspects latéraux de celle-ci. (Galay, 1977 : 340).

19Mais l’œuvre existe bel et bien, malgré l’absence d’une composition dessinant un parcours argumentatif qui emporterait le lecteur vers la finalité d’un sens. L’hétérogénéité des fragments qui se juxtaposent les uns aux autres trouve sa cohérence dans une certaine constitution sur le plan formel. Pour Roland Barthes, il s’agit d’un “procédé” “qui permet à l’essayiste d’inventer un nouvel espace d’écriture et de lecture (…) (et qui) s’oppose à la composition rhétorique et au système de plusieurs points de vue qui leur sont supérieurs” (Bensmaïa, 1981 : 358). Mais alors que ce “procédé” chez Roland Barthes découle d’une stratégie ou d’une “tactique” d’écriture (Bensmaïa, ibidem), il trouve sa nécessité chez Paul Valéry à la suite d’une analyse du fonctionnement de l’esprit et de son rapport à l’écriture, analyse que nous reprenons car elle n’est pas sans s’apparenter à la démarche de Claire Lejeune. Pour Valéry, l’œuvre suppose un travail sur l’activité mentale qui la rende apte à l’invention ; l’œuvre est donc un produit qui résulte du “poïein”, du “faire” comme “expérience que l’esprit est susceptible de faire avec lui-même (en nombre sans doute infini)” (Galay, 1977 : 341) ; l’œuvre ne se sépare pas de cette activité structurante, elle est à la fois accomplissement et présentation de la faculté créatrice, c’est pourquoi Paul Valéry peut en dire qu’elle “n’est pas un être complet et qui se suffise – c’est une dépouille d’animal, une toile d’araignée, une coque ou conque désertée, un cocon” (Valéry, 1987 : 999)– De même pour Claire Lejeune, l’œuvre est une terre d’accueil, une “matrice”, un “livre-ventre” (1998 : 7) où le lecteur peut venir se loger en vue de sa propre naissance, de l’avènement de sa propre auto-génération.

  • 6 “L’esprit est sa mobilité”, (Valéry, 1987 : 978) ; “connaissance, pensée sont avant tout des change (...)
  • 7 "Toute pensée s’élaborant demande spontanément l’imposition d’un ordre au désordre premier. L’éveil (...)

20L’activité mentale appelle d’elle-même l’avènement d’un ordre. A la diversité des pensées spontanées, à l’incessant flux de l’esprit qui se caractérise par sa mobilité, ses constants changements6, le désordre chaotique des impressions multiples, à cette dynamique cérébrale que Paul Valéry nomme “self-variance”, correspond le besoin d’une organisation : “Le chaos (...) est aussi disponibilité (...), il se prête “par contraste” à une activité ordonnatrice” (Galay, 1977 : 342). L’éveil de la pensée – l’accès à la conscience de soi – consisterait en une maîtrise de cette dispersion, en une mise en ordre de l’activité mentale, en une “organisation opérale”7.

  • 8 L’Idée fixe de Paul Valéry ébauche une proposition de réponse à cette question : "Il y a un travail (...)

21Cette structuration ne s’effectue pas spontanément, mais résulte d’un “effort” : “l’ordre doit être une force autant qu’une idée-force” (Galay, 1977 : 343). Elle requiert une “attention” qui, dans la théorie de Paul Valéry, est en tension entre le mouvement de la pensée et l’effort qui va canaliser ce mouvement. Cette attention, qui se concrétise dans l’écriture, est un travail de différenciation vis-à-vis de soi, de distanciation face à la mouvance dont on est l’objet. Elle formalise la pensée, lui conférant une structure. Mais qu'elle genre de forme ? Quelle structure ?8

22Construction ou calcul, il s’agit d’un “objet mental” qui va rendre la pensée cohérente. L’œuvre sera ainsi le résultat d’un montage dans le fil d’une idée ou d’une image conductrice, dans la ligne d’un développement dont la loi est interne et constante. Un discours est opéral dans la mesure où il s’éloigne de la production spontanée de l’esprit pour se fondre dans une idée/image directrice :

Tout ce qui est susceptible de contrarier la spontanéité reçoit une valeur poétique. C’est pourquoi la littérature, même lorsqu’elle entend “exprimer la vie”, doit, pour le faire, s’opposer à ses manifestations “spontanées”, en observant des régularités, des symétries, des retours périodiques comparables à ceux qui sont au fondement de la vie. (Galay, 1977 : 348).

  • 9 “Mais malgré son indifférence à la construction, le livre de fragments ne paraît pas obéir à quelqu (...)

23Si par ailleurs Jean-Louis Galay ne semble pas percevoir dans l’œuvre valérienne ce qui se rapporte directement à ce “fondement de la vie”9, c’est peut-être parce que Paul Valéry n’en avait pas livré le secret. Quoi qu’il en soit, cette conception valérienne d’une littérature dont la charpente serait semblable à quelque “régularité” ou “symétrie” vitale nous intéresse au premier chef, car elle fait écho au principe de création de Claire Lejeune qui, à ses yeux, doit garder l’empreinte d’une structure élémentaire de la vie.

24En ce qui concerne ensuite l’assemblage des fragments, ceux-ci ne font pas l’objet d’un agencement des parties d’un tout ; il ne s’agit pas d’une composition finale dans laquelle chaque fragment se rapporterait aux autres dans une suite logique ou rhétorique. Les fragments se juxtaposent les uns aux autres de façon plus spatiale que successive, conduits par cette structure qui leur sert de fondement ; c’est pourquoi il est possible d’établir entre eux des relations, d’effectuer des associations et des rapprochements ; un réseau de connexions se constitue à la lecture, riche et complexe. L’attention requise pour établir les recoupements de sens à travers la discontinuité des fragments est plus “destinée à éveiller qu’à conduire l’esprit” (Galay, 1977 : 346) :

L’absence d’une composition qui donne au rassemblement une présentation unitaire engage le lecteur à découvrir des relations d’autre nature entre les constituants, afin de faire tenir ceux-ci ensemble et participer d’une même démarche d’ensemble. (Galay, 1977 : 351)

25Le discours fragmental appelle donc une tout autre disposition à la réception du texte, engage une autre sorte d’activité mentale dans la mesure où celle-ci est ouverte au renversement des points de vue des discours conventionnels. C’est cette transgression qu’à l’instar de Paul Valéry, Claire Lejeune vise, en obligeant le lecteur à établir des correspondances, à se créer une “contexture” entre tous les éléments constitutifs du texte, “du phonème à la strophe ou à l’alinéa, du sème à l’imagination globale” (Galay, 1977 : 357).

26Cependant, même si chacun des fragments se construit à partir d’une structure mentale bien définie, rien n’empêchera la multiplicité du sens, le discours fragmental étant par nature éclaté et non composé en vue de l’assomption d’un sens unique : il

  • 10 Galay, 1977 : 362. A propos de la négation de l’identité et du "savoir" discursif liée à la discont (...)

(...) ne pli(e) pas le sens à la définition ni donc à l’identité, il peut correspondre à la mise en scène de l’altérité réciproque des contenus de la pensée. (...) (il) ferait donc le jeu de la négation illimitée, grâce à laquelle s’opère, selon un mouvement d’écartement continuel de soi, la recherche de la différence.10

27Partition du dire, l’écriture fragmentale de Claire Lejeune porte en elle l’absolu, précisément à travers la structure mentale poétique qui en est à l’origine et qui lui sert de fondement. Elle n’est autre, chez la poète, que la représentation analogique réduite à sa plus simple expression, c’est-à-dire : A est à B, ce que C est à D. C’est à partir de ce schéma mental transgressif pour la raison logique que l’œuvre se déploie dans une coïncidence du tout et de la partie, du relatif et de l’absolu au sein de chacun des fragments.

Notes

1 La notion de fragment liée au désastre n’est pas neuve : "Le fragment philologique peut investir, dans la tradition de Diderot en particulier, la valeur de la ruine. Ruine et fragment joignent les fonctions du monument et de l’évocation : et ce qui par là se trouve à la fois rappelé comme perdu et présenté dans une sorte d’esquisse (voire d’épure), c’est toujours l’unité vivante d’une grande individualité, œuvre ou auteur." (Lacoue-Labarthe et Nancy, 1978 : 62).

2 “Si bien que l’ordre dans ce texte a irrémédiablement cessé d’être chronologique. La mémoire des dates en tant que repère s’y est définitivement brouillée, ce qui me donne à comprendre que la vie n’a pas à faire état des horaires et du calendrier ; elle ne s’y soumet jamais minutieusement que pour pouvoir mieux s’en affranchir”. (Lejeune, 1984 : 83).

3 Le fragment (...) comprend un essentiel inachèvement. C’est pourquoi il est, selon Ath. 22, identique au projet, "fragment d’avenir", en tant que l’inachèvement constitutif du projet fait précisément tout le prix de celui-ci, par "la faculté de tout ensemble idéaliser et réaliser immédiatement". En ce sens, tout fragment est projet : le fragment-projet ne vaut pas comme programme ou prospective, mais comme projection immédiate de ce que pourtant il achève." (Lacoue-Labarthe et Nancy, 1978 : 63).

4 Ne négligeons pas non plus cette explication fondamentale de la fragmentation de l’œuvre de Claire Lejeune : ce discours est écrit par une femme au foyer, ayant des enfants, qui, obligatoirement doit se diviser constamment entre ses obligations ménagères, familiales et l’appel de l’écriture. Elle-même nous confirme cette sensation d’éparpillement continu de son quotidien : “J’étais concrètement éparse, n’ayant été vraiment moi que furtivement, à la faveur de moments volés à la tyrannie du devoir familial et social, au prix d’une culpabilité dont je reconnaissais l’ineptie, que je me reprochais à moi-même mais dont je n’étais pas moins tourmentée, lourdement affligée.” (Lejeune, 1980 : 245) ; il n’est dès lors pas étonnant que l’écriture qui en résulte soit fragmentée, signe d’une fragmentation chronologique, mais aussi d’une interruption constante de l’activité d’écriture pour d’autres tâches. Virginia Woolf avait annoncé cette forme possible de l’écriture des femmes : “Le livre doit, en quelque sorte, être adapté au corps et on pourrait se hasarder à dire que les livres de femmes devraient être plus courts, plus concentrés que ceux des hommes, et concis de telle sorte qu’ils ne demanderaient pas de longues heures de travail appliqué et ininterrompu, car il y aura toujours des interruptions”, (Woolf, 1992 : 116).

5 “La production de fragments, et en général la discontinuité, est liée à la figure du génie, à ses “sorties”, “éclairs”, à un dict oraculaire (…)”, (Galay, 1977 : 367).

6 “L’esprit est sa mobilité”, (Valéry, 1987 : 978) ; “connaissance, pensée sont avant tout des changements – Penser=changer”, (Valéry, 1987 : 854), cité par (Galay, 1977 : 342- 343).

7 "Toute pensée s’élaborant demande spontanément l’imposition d’un ordre au désordre premier. L’éveil de la pensée suppose une organisation opérale. La conscience ou l’“image” d’un désordre est, selon Valéry, le moyen par lequel la pensée réfléchie maîtrise le flux continuellement changeant de la pensée spontanée, pour en disposer et le disposer à sa guise." (Galay, 1977 : 42).

8 L’Idée fixe de Paul Valéry ébauche une proposition de réponse à cette question : "Il y a un travail mental qui s’éloigne de l’état de liberté ou de disponibilité ordinaire de l’esprit, qui s’oppose à la fois à la divagation et à l’obsession, et qui tend à ne s’achever (quand la fatigue ne le force pas à s’interrompre) que par la possession d’une sorte d’objet... mental, dans lequel l’esprit reconnaît ce qu’il désirait. (...) Il y a un travail mental qui tend à former ou à construire... ou plutôt, à laisser se former tout un ordre, tout un système dont une partie, ou bien quelques conditions sont données." (Valéry, cité par Galay, 1977) ; un exemple de structuration mentale est donné par le concept d’"Horizon" de Michel Collot emprunté à la phénoménologie : "L’horizon organise le paysage en un ensemble cohérent, mais, en même temps, le rend disponible à une infinité d’autres organisations possibles. Il constitue un principe de structuration, mais aussi d’ouverture (...) pour l’homme, qui est un être de langage, le phénomène tend toujours-déjà à s’articuler en structures porteuses de sens." (Collot, 1989 : 9).

9 “Mais malgré son indifférence à la construction, le livre de fragments ne paraît pas obéir à quelque mouvement de la “vie”. Plutôt paysage immobile de stèles, procession de moments fixés”, (Galay, 1977 : 348).

10 Galay, 1977 : 362. A propos de la négation de l’identité et du "savoir" discursif liée à la discontinuité du fragment voir Heyndels, 1985 : 9-98.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search