Version classiqueVersion mobile

L’écriture fragmentaire

 | 
Ricard Ripoll

Premier mouvement. Le Temps en éclats

Productivité d’un malentendu théorique : le « fragment » pascalien

Alexandre Gefen

Texte intégral

  • 1 C’est la thèse fondamentale de l’édition de Ph. Sellier dans son édition des Pensées (« Classiques (...)
  • 2 L’expression la plus brillante en est peut-être celle de Marc Fumaroli qui met en parallèle dans so (...)

1Je voudrais m’interroger ici sur la pertinence d’une catégorie théorique célèbre, la notion de « fragment », en cherchant à en évaluer la productivité à l’aune de ce texte que nous avons pris pour coutume de nommer les Pensées de Pascal et qui en constitue justement la pierre de touche critique. Longtemps objet des fantasmes esthétiques et métaphysiques du Romantisme, le problème de l’état fragmentaire de l’Apologie de la religion Chrétienne – pour reprendre le « vrai » titre de l’entreprise pascalienne – a été reposé depuis les années soixante-dix en des termes nouveaux, qui en font non seulement une idiosyncrasie stylistique propre à un auteur (selon l’hypothèse bien connue de Léo Spitzer) mais aussi une catégorie générique, fondée sur une tradition rhétorique (« l’atticisme ») et une éthique particulière de l’écriture. Celle-ci, à travers la brièveté, la rupture, l’énumération, l’exagération, l’affectation du désordre à tous les niveaux discursifs, prendrait en compte de manière originale le lecteur, et proposerait une approche suggestive et spéculative aux antipodes de la rhétorique traditionnelle propre au traité théologique1. Les travaux de Jean Mesnard ont ainsi introduit l’idée que l’état fragmentaire du grand œuvre pascalien provenait autant de raisons matérielles que d’une tendance profonde de sa méthode de composition et d’une appréhension phénoménologique bien particulière du monde, selon une thèse désormais admise par la philologie et l’histoire littéraire (notamment par les travaux de Jean Lafond ou de Louis Van Delft) et l’histoire des idées (avec Michel Serres ou Corrado Rosso2.

  • 3 Pour Donna Stanton (“Pascal’s fragmentary Thoughts”, Semiotica, 1984, p. 160-181), il faut lire l’é (...)
  • 4 Le Dieu Caché, 1955.

2Mais si la critique s’accorde pour reconnaître, et donc pour lire, par delà la contingence de l’inachèvement de l’Apologie, un inachèvement essentiel, catégoriel, il y a loin cependant entre une conception philologique, rhétorique, herméneutique, psychologique, ou encore métaphysique, du fragment pascalien, loin entre les travaux d’épigraphies de Pol Ernst sur lesquelles s’appuient toutes les restitutions modernes et la question de la rhétorique gallicane dans les années 1650, loin entre les théories qui font des Pensées la résultante d’une stratégie littéraire positive3 et celles qui font, à l’instar de Lucien Goldmann4, l’aveu involontaire et tragique d’un nécessaire échec idéologique.

3Je m’attacherai à démontrer ici que le « fragment » pascalien, tropisme scriptural et intellectuel, différent de la pratique des “moralistes classiques” de la maxime et du style coupé, impossible à analyser à travers la catégorie romantique de l’aphorisme et sans doute irréductible à un genre unique propre à Pascal, comme le caractère l’est à La Bruyère, est une notion faussement simple, qui résulte en réalité du mélange de notes préparatoires à usage personnel et textes prêts à servir, formes transitoires et formes définitives ; un mode d’écriture apparemment unique d’écriture recouvre plusieurs types de fragments qui renvoient à des sources, à des procédures, à des buts spécifiques, sans présumer d’une visée globale parfaitement définie et assumée. À nous de substituer à une théorie du fragment non des théories du fragment mais plutôt une théorie des fragments pascaliens : dans la mesure où le texte des Pensées est à l’origine de toutes nos théories du fragment, il ne peut être lisible que dans la superposition des projections théoriques hétérogènes qu’il a lui-même suscitées, une typologie des pratiques pascaliennes permettant, il me semble, de tracer la topologie de la notion de fragment.

I. Dynamique du fragment

1. Une méthode de composition

4L’inachèvement renvoie en premier lieu à la dynamique de l’élaboration de l’œuvre : la note préparatoire est l’emploi le plus traditionnel du fragment pascalien, et l’on peut ajouter les Pensées à la vaste liste des œuvres que nous ne connaîtrons jamais que sous la forme d’esquisses. Une analyse plus fine de la note pascalienne permet cependant quelques distinctions en nous renvoyant à des procédures d’écriture typiques.

  • 5 Typiquement, le dossier “Prophéties”.
  • 6 D’ordre historique (fragment 351 par exemple), plus couramment, exégétique : fragments 308, 418, 43 (...)

5– L’existence d’un nombre impressionnant de fragments ne recueillant que des documents et données, citations5, faits, ou renseignements d’ordre très général6, inventaires parfois organisés en de véritables “fiches”, renseigne sur la démarche anthropologique de Pascal : la part démonstrative est soutenu par un travail préparatoire intense dont l’aspect ramassé et ponctuel n’exclue pas la précision. On peut en outre remarquer que l’usage intensif des citations, plus que toute autre forme d’argumentation, renvoie à un mode de pensée très inspiré par la Renaissance et particulièrement par Montaigne, mode que Pascal pousse à son extrême en détachant une citation de tout contexte : l’idée d’autrui ou la citation biblique, présentée à travers le fragment, est utilisée comme une preuve expérimentale, qui n’attend que d’être manipulée.

  • 7 "Une Lettre de la folie de la science humaine et de la philosophie. Cette Lettre avant Le divertiss (...)
  • 8 Voir le fragment 40.
  • 9 Voir le fragment 585 et la démonstration de P. Sellier à propos du fragment 358 (ibid., p. 304, not (...)
  • 10 On a pu remarquer (J.-L. De Boissieu et A.-M. Garagnon dans leur ouvrage Commentaires stylistiques, (...)
  • 11 Pensées, op. cit., p. 164, note 1.

6– Autre usage de la brièveté, le fragment recueille des indications relatives à l’organisation de l’Apologie. On a ici affaire à plusieurs types concurrents de notations : il peut s’agir d’indications relatives, du type du fragment 277, d’indications absolues (de plan)8, ou, plus couramment, de notations assurant l’indexation des fragments et fonctionnant peut-être relativement à la liasse Ordre. L’atome de pensée ne peut se penser sans l’atome conjoint qui le situe : rien de l’ordre ne doit selon Pascal être laissé au hasard9. Ce type de classement a posteriori a partie liée avec le mode pascalien de composition en deux phases : écriture/ ordonnancement10, avec ceci de particulier que la mise en ordre se fait également de manière fragmentaire, créant une poésie de l’ordre semblable à celle de l’idée. On pense en particulier à la liasse Ordre, kaléidoscope ou plutôt machine arithmétique où l’univers des Pensées semble comme agité par l’ivresse de la recherche de sa propre forme : “aucun dossier pascalien ne révèle mieux que la mort a figé une organisation en plein mouvement”, écrit P. Sellier11.

  • 12 Voir son article, “Pourquoi les Pensées de Pascal se présentent-elles sous forme de fragments ?”, r (...)
  • 13 Fragments 433 et 471.

7– Innombrables sont les fragments qui sont effectivement des pensées préparatoires, des “centres” selon l’expression de Strowski précisée par Jean Mesnard12. Les Pensées ce sont avant tout ces noyaux de toutes sortes, titres, mots, idées synthétiques ou analyses resserrées, démonstrations ou même dessins13, rédigés par nappes successives, appelés à se répéter, parfois inlassablement (“la nature est corrompue”), et souvent à s’étendre, toujours concentriquement. Par l’usage des deux points, des blancs ou des sauts de lignes, les pensées s’amplifient, en se répétant constamment, de manière interne ou externe. Cet emploi dynamique du fragment est d’autant plus net et spécifique qu’il est général à tous ces noyaux : ne sont pas seulement concernés des concepts présentés de façon fragmentaire, mais aussi des formules et même de simples noyaux stylistiques, tel le syntagme “le nez de Cléopâtre” promis à des expansions multiples dans toute l’œuvre. Tout se passe comme si Pascal inventait ses propres lieux communs.

2. Fragment et création

  • 14 Selon l’analyse de M. Fumaroli, op. cit., p. 369.

8L’écriture fragmentaire n’est pas seulement une étape, aussi significative soit-elle, de la genèse d’un projet, mais aussi un outil de recherche, dont la subjectivité se laisse aisément apercevoir à travers nombre de pensées qui tendent à abolir la distance entre énonciation et élocution14, et en particulier dans les fragments où le “je” de l’écrivain Pascal s’avoue, tel celui-ci :

  • 15 Fragment 540. Ce type de notation est particulièrement répandu dans les mises à part de juin 1658.

En écrivant ma pensée, elle m’échappe quelquefois, mais cela me fait souvenir de ma faiblesse, que j’oublie à toute heure. Ce qui m’instruit autant que ma pensée oubliée, car je tiens à connaître mon néant.15

  • 16 Il oppose dans son article “Discontinuité, contrariété, répétition […]” (in L’intelligence du passé(...)

9Il ne s’agit pas de faire des Pensées un journal intime, mais de constater ô combien l’écriture fragmentaire est liée à un tropisme pascalien et mieux, à une vision et à une poésie du monde dont on peut peut-être décrire à la suite de J. Mesnard16 les deux polarités.

  • 17 Fragment 196.
  • 18 Fragment 594.

10– Le fragment permet d’abord, et c’est son usage le plus traditionnel, une écriture visionnaire, concentrée, verticale, rapide, introspective du monde, répondant au principe mystique du coagula. C’est l’omnivocalité d’universaux sublimes, concrétions denses, précises, violentes, c’est le “Feu” du Mémorial. Cette atomisation va vers les principes, traque les causes par la brièveté et la clôture. L’inachèvement est dans cet esprit le sceau de la brutalité et de l’altérité de l’évidence. Cette écriture implosive se retrouve dans toute une série de structures syntaxiques, du mot-phrase (“[Commencement] Cachot”17) à ce qui est l’une des formes les plus intéressantes de l’écriture gnomique pascalienne, la récupération du verset biblique au nom de l’impératif d’imiter le discours divin pour parler de Dieu : nombre de pensées, combinant brièveté et souffle, parviennent ainsi à un ton très nettement oraculaire, tel le fragment 76 : “Combien de royaumes nous ignorent !”, en passant par nombre de formes intermédiaires, tel cette belle remarque où regard synthétique et poétique s’allient : “les rivières sont des chemins qui marchent, et qui portent où l’on veut aller.”18

  • 19 On n’a pas véritablement affaire à une pensée tragique : la pensée de la disjonction ne peut se sép (...)
  • 20 Fragment 459. C’est Pascal qui souligne.
  • 21 Voir le long développement du fragment 486 sur ce sujet.
  • 22 Fragment 339, op. cit., p. 297.

11– D’une manière plus originale peut-être, le fragment peut assumer l’expansion d’un regard qui va embrasser l’ensemble des points de vue, polyvocalité tournée vers l’extérieur, diversification du moi et embrassement de la totalité du réel vue sous le mode du solve, de la disjonction19 : “(Nature diversifie et imite. Artifice imite et diversifieʺ écrit Pascal20. Cette pensée ouverte, qui évoque quelque chose comme les stances du cheminement apologétique et qui sollicite la veine des Psaumes, est directement d’ordre poétique et radicalement originale : mathématique et poésie se conjuguent sous la plume de l’écrivain “universel” que rêve Pascal21. Nous devons à cette conception du fragment les plus beaux passages pascaliens, de la méditation sur les Trois Ordres au fragment 749, Mystère de Jésus pourvu d’une immense force incantatoire : la diversité des “Ordres”, la passion christique ou l’expérience de la Nuit de Feu donnent lieu à une écriture liturgique. Les atomes des pensées s’organisent en un lent développement, en un lent ballet qui s’appuie sur les silences de la page blanche pour suggérer, par ses frontières, l’Ordre du Cœur, “vu[s] de Dieu et des anges, et non des corps ni des esprits curieux”22.

II. Rhétorique du fragment

  • 23 Pensées, op. cit., p. 161, note 11.

12La destination du fragment pascalien, sa participation à l’entreprise apologétique, pose des problèmes importants d’interprétation, et, avant tout, celui du type de discours mis en jeu : construite dans un refus et une ignorance de la rhétorique judiciaire traditionnelle, l’apologétique pascalienne n’a pas de modèle sous-jacent. Cette œuvre privée de référent stylistique et générique doit donc s’inventer soi-même : la genèse de l’Apologie est agitée de nombreuses fluctuations et conduit, semble-t-il, à un modèle hétérogène, comme l’explique P. Sellier23 :

Il [Pascal] envisageait son Apologie comme une panoplie de lettres où alterneraient dialogues, haute éloquence, ironie... [...] Pascal s’orientait également vers une forme poétique [...] et s’apprêtait à mettre en œuvre, avant Nietzsche, une esthétique du fragment.

  • 24 D’où peut-être les analyses divergentes mais complémentaires des critiques : P. Sellier insiste sur (...)
  • 25 Dominique Maigueneau, auquel nous sommes redevables de l’analyse linguistique de ce concept rhétori (...)

13La modalité du rapport entre auteur et lecteur apparaît donc particulièrement difficile à évaluer24 : tantôt, on a affaire à une écriture de la liberté, de la sympathie et de la connivence avec le lecteur, anti-rhé-torique et fondée sur un modèle dialogique, tantôt, à l’opposé, à une rhétorique de maîtrise, performative et belliqueuse, inspirée du modèle paulinien parfois, proche de la maxime à la La Rochefoucauld souvent. La signification du fragment, tantôt main tendue au lecteur, tantôt dague, ne peut s’apprécier qu’au travers des subtiles variations de l’instance énonciatrice : à travers l’existence en second plan de la voix de l’ironie, à travers des variations très fines de ce qu’on appelle en rhétorique l’éthos, c’est-à-dire la manière dont se présente le locuteur et dont il considère le lecteur25. Si l’on comprend que l’état fragmentaire du texte accentue l’effacement des marquages énonciatifs au point de rendre souvent le texte ambigu – et donc la stratégie pascalienne difficilement interprétable –, qu’on pense par exemple au si célèbre fragment 233 : “Le silence des espaces infinis effraie”, il me semble néanmoins que l’on peut en fait interpréter l’hétérogénéité de la démarche pascalienne comme un travail progressif sur le lecteur.

1. Le fragment comme outil d’approche

  • 26 Fragment 618.
  • 27 Au fragment 39, Pascal parle au demeurant de “lettre d’exhortation à un ami” (c’est nous qui soulig (...)

14Le fragment pascalien se laisse aisément décrire comme une maïeutique, une écriture de la proximité, “née[s] sur les entretiens ordinaires de la vie”26. Dans ce but, Pascal ne rechigne point à se mettre à découvert, sans pensée par derrière, au nom d’un principe de réelle présence, dont on ne saurait immédiatement soupçonner la sincérité. Pascal se présente sous l’ethos de l’ami27, non sous celui de l’écrivain :

  • 28 Fragment 554. Les attaques de Pascal contre la littérature, la rhétorique, et même la peinture semb (...)

Quand on voit le style naturel, on est tout étonné et ravi, car on s’attendait de voir un auteur, et on trouve un homme28.

  • 29 Le fragment 230, “Disproportion de l’homme”, est représentatif de ce type d’écriture (en particulie (...)

15C’est la direction empruntée par certains des fragments qui nous semblent presque pré-romantiques29 et, plus largement par tous les procédés discursifs qui se veulent adéquats à la misère humaine, comme ces descriptions si particulières, agitées de soubresauts :

  • 30 Fragment 164.

Quelle chimère est-ce donc que l’homme, quelle nouveauté, quel monstre, quel chaos, quel sujet de contradictions, quel prodige, juge de toutes choses, imbécile ver de terre, dépositaire du vrai, cloaque d’incertitudes et d’erreur, gloire et rebus de l’univers.30

16ou ces listes étonnantes (parfois parachevées par la locution “etc.” qui abonde dans les Pensées, autre procédé de la figuration de l’incomplétude humaine par l’écriture fragmentaire) :

  • 31 Fragment 181 (p. 226). Voir aussi au début du même fragment : “Tous se plaignent, […]” (p. 225), ou (...)

[Ce qui ne saurait tenir lieu de véritable bien] : astres, ciel, terre, éléments, plantes, choux, poireaux, animaux, insectes, veaux, serpents, fièvre, peste, guerre, famine, vice, adultère, inceste31.

  • 32 Ou les fragments 629, 457 (“Ceux qui jugent [...]”), entre autres exemples.

17– Cette amicale expansion de l’univers affectif pascalien se prolonge naturellement à travers une variété de formes dialogiques, certaines esquissées (à travers les exclamations oratoires si familières à Pascal par exemple), d’autres ébauchées (tels les projets des fragments 37 et 3832), d’autres encore soigneusement mises en scènes (voir évidemment la Lettre pour porter à rechercher Dieu, fragment 681, vaste entreprise maïeutique) : par cet emploi du fragment comme outil de l’interlocution, la pensée pascalienne, plus ou moins ouvertement, accompagne son lecteur.

18– Du dialogue, on glisse vite à la polémique : l’appel au lecteur s’accentue, le rythme s’accélère, les enjeux se dévoilent. Pascal va étourdir, troubler, insinuer, dénoncer, non sans chercher à briller, et non sans plaisir. Certes, la sentence pascalienne n’a jamais l’ambiguïté retorse et quelque peu perverse d’une Maxime de La Rochefoucauld, certes, le fragment descriptif pascalien n’obéit jamais à la dramaturgie de la pique d’un Caractère, mais parfois l’annonce, s’en approche.

19Il faut évoquer en premier lieu la rhétorique de la déstabilisation du lecteur, dont Pascal nous offre de nombreux exemples, comme ce fragment qui évoque les moralistes contemporains par son thème, son lexique, son registre et sa fin suggestive :

  • 33 Fragment 553. Voir aussi le fragment 645 : “Quand on veut [...].

Nous ne nous soutenons pas dans la vertu par notre propre force, mais par le contrepoids de deux vices opposés, comme nous demeurons debout entre deux vents contraires. Otez un de ces vices, nous tombons dans l’autre33.

  • 34 Fragment 549. Cette maxime se trouve dans tous les Dictionnaires de citations. Ce type de maximes m (...)
  • 35 Au fragment 466.

20ou bien ce bon mot, formule lapidaire qui joue malicieusement d’elle-même comme le font couramment les Maximes : “Diseurs de bon mots, mauvais caractère”34 ou encore ce fragment, tout d’un jeu sur les symétries (qu’ailleurs35 Pascal réprouve) de l’exploitation des potentialités littéraires offertes par l’ambiguïté d’un pronom à la troisième personne sans référent et de la modalité non assertorique :

  • 36 Fragment 72. Dans le même genre, sur la même page, le fragment 77, ou encore le fragment 611 (“L’hu (...)

Trop et trop peu de vin. Ne lui en donnez pas, il ne peut trouver la vérité. Donnez-lui en, de même36.

21Quant aux rapprochements possibles avec le caractère, lui plus proprement ironique, mais non moins déstabilisateur, non moins “humiliant”, selon l’expression de Pascal, comment ne pas évoquer cette scène si efficacement mise en scène :

  • 37 Fragment 84. Voir aussi l’étrange scène décrite au fragment 552.

“Pourquoi me tuez-vous ?” – “Et quoi, ne demeurez vous pas de l’autre côté de l’eau ? Mon ami, si vous demeuriez de ce côté, je serais un assassin et cela serez injuste de vous tuez de la sorte. Mais puisque vous demeurez de l’autre côté, je suis brave et cela est juste.”37

22Ou encore celle-ci, intitulée avec humour “talon de soulier”, sommet, avec le sarcastique fragment 134, de l’insinuation, de la pensée de derrière, de la polyphonie ironique :

Ô que cela est bien tourné ! Que voilà un habile ouvrier ! Que ce soldat est hardi ! Voilà la source du choix des conditions. Que celui-là boit bien ! Que celui-là boit peu ! Voilà ce qui fait les gens sobres et ivrognes, soldats, poltrons, etc.

23On le voit, tout est dit, sans un mot.

2. Le fragment comme instrument de la conversion

24La rhétorique du trouble mène à ce qui est la forme la plus remarquable du fragment pascalien, sans doute parce qu’elle offre une image exacte d’une pensée tranchée, forte et dense, la rhétorique du flectere, rhétorique lapidaire, au sens étymologique, qui réinvente en toute liberté un mode original du convaincre. Cette rhétorique est associée à une modalité particulière de représentation du monde (un réalisme stupéfiant), à un ensemble de traits stylistiques (usage de l’hyperbole par exemple), mais se laisse avant tout décrire en terme d’écriture fragmentaire : ruptures de construction variées, allégement syntaxique, effacement de la caractérisation, ostension violente des substantifs, sont utilisés non pour expliquer mais pour suggérer. Pascal ne pense plus en terme d’argumentation, mais d’effet : il s’agit d’emporter la partie au moment décisif de la conversion. Et dans cette perspective, l’atticisme offre l’avantage extraordinaire de cumuler force, vérité et naturel.

  • 38 P. Sellier, introduction aux Pensées, op. cit., p. 69- C’est l’auteur qui souligne.
  • 39 Fragment 231 : “[…] mais quand l’univers l’écraserait, l’homme serait plus noble que ce qui le tue, (...)
  • 40 L’expression et l’exemple sont de P. Sellier (introduction aux Pensées, op. cit., p. 68).

25Force, parce que “l’apologiste force le lecteur à participer à l’élaboration du texte”38 : du fait de son inachèvement essentiel, le fragment n’est lisible que par une prise de risque de son lecteur, qui doit compléter, volontairement ou non, le sens d’une phrase qu’il fait dès lors sienne. Ainsi en est-il des fausses interrogations successives de la Lettre pour porter à rechercher Dieu, des listes du fragment 181, du style paratactique et allusif de la fin du fragment sur le “roseau pensant”39, de l’esthétique de la “mitraille“ du fragment 9440, ou des exclamations et des renversements continuels qui ébranlent de manière proprement baroque la grande attaque contre le pyrrhonisme du fragment 164.

26Vérité dans le sens où l’on peut parler avec l’utilisation de l’écriture brève et hachée d’un respect de la forme : parole biblique, et, particulièrement, évangélique. C’est la discussion du fragment 451 :

Il y a deux manières de persuader les vérités de notre religion : l’une par la force de la raison, l’autre par l’autorité de celui qui parle. On ne sert point de la dernière, mais de la première.

  • 41 Dans son article “Dieu parle bien de Dieu”, Méthodes chez Pascal, op. cit., p. 373- 388.

27L’autorité absolue en théologie, c’est celle de Dieu. P. Sellier41 a pu ainsi montrer l’étonnante prégnance du moule stylistique de la Bible dans les Pensées et l’on constate qu’il y a souvent identification entre imitation biblique et écriture fragmentaire. Cela est particulièrement vrai dans les prosopopées hardies de la liasse A.P.R. et par exemple dans ce qui semble être une péroraison :

Ne cherchez point de satisfaction dans la terre, n’espérez rien des hommes. Votre bien n’est qu’en Dieu, et la souveraine félicité consiste à connaître Dieu, à s’unir avec lui pour jamais dans l’éternité. Votre devoir est de l’aimer de tout votre cœur. Il vous a créé.

28On le voit : la dynamique de ce passage, qui s’accélère progressivement par la simplification du discours, tend à projeter par l’hyperbate l’argument final, qui a ceci de puissant qu’il n’a pas été préparé et constitue en fait la raison des effets, densifiée et comme minéralisée en un fragment d’éternité, du discours qui l’a précédé.

  • 42 Fragment 245.
  • 43 C’est ce qu’il déclare au fragment 554.
  • 44 Fragment 125

29Naturel enfin, car, si l’intérêt offert par le fragmentaire s’analyse avant tout en terme d’efficacité “performative”, il faut bien avoir à l’esprit que le fragment offre peut-être un autre avantage : mode de la suggestion, il perpétue le dialogue à l’intérieur du coup de fouet. Un fragment aussi violent que celui des Trois Ordres (et particulièrement les notations finales des versets qui le composent), qui ruine par l’hyperbole toute grandeur terrestre et fracture radicalement l’être, eût peut-être été impensable pleinement développé et intégré à un contexte. Il s’agit que l’on “s’abaisse sans désespoir”42 : si l’énonciateur affecte l’ethos de la sévérité, il n’en garde pas une évidente présence, car il considère son lecteur sur le même plan que celui où il se trouve et ne répugne à s’inclure dans le discours théologique43 en évitant ainsi tout dogmatisme, et même toute théorie. Non seulement, “il faut avoir une pensée de derrière, et de juger de tout par là, en parlant cependant comme le peuple”44, mais il faut maintenir l’interlocution à travers les lacunes du discours, et, à travers ces blancs, exigence autant que confiance.

  • 45 Fragment 164, p. 212.

30On pense à un fragment où sont exemplairement cumulés – en contraste évident avec le discours périodique qui l’encadre – les trois aspects que j’ai successivement envisagés : “Ecoutez Dieu”45.

31Il faut en dernier lieu évoquer la pratique pascalienne de la memoria, c’est-à-dire le travail d’inscription de la religion chrétienne dans l’âme du lecteur ; comme le déclare Pascal au célèbre fragment 618, il faut trouver un style qui “demeure le plus dans la mémoire et se fait le plus citer”. Cette volonté est d’abord perceptible à travers toute une série d’indices et particulièrement à travers un travail rythmique très intense de nombreux fragments, tel le fragment 163 dont l’écriture figurée évoque directement les Quatrains de Matthieu :

S’il se vante, je l’abaisse
S’il s’abaisse, je le vante
Et le contredis toujours
Jusqu’à ce qu’il comprenne
Qu’il est un monstre incompréhensible.

  • 46 A quoi bon accumuler les règles, puisque, comme l’explique Pascal au fragment 458 (p. 367) : “toute (...)

32On n’a pas affaire à une pratique parallèle aux autres rhétoriques de l’Apologie, car il ne s’agit pas pour Pascal d’éparpiller dans l’œuvre une collection de maximes et de sentences, prêtes à emporter, selon le procédé classique à la Renaissance dont Pascal s’inspire mais se démarque46 mais de l’aboutissement de l’alourdissement progressif du texte pascalien, de la transformation des formules conclusives si fortes des lettres de l’Apologie en sentences, de la transmutation ultime du fragment en un art de la mémoire.

  • 47 “Disproportion de l’homme”, fragment 230. L’extrait cité se trouve p. 251. On peut noter que la pos (...)

33Plus généralement, on peut considérer que Pascal a toujours à l’esprit de dépouiller et intensifier, jusqu’à être sibyllin, ses phrases pour les rendre mémorisables : le fragment, ici conçu comme organisme clos, assume couramment cette fonction dans les Pensées, comme on peut le voir à travers un passage du fragment “Disproportion de l’homme”47 qui semble finalisé par cette volonté d’assurer une pérennité au discours en assenant la vérité à travers une forme resserrée et répétitive :

Nos sens n’aperçoivent rien d’extrême. Trop de bruit nous assourdit, trop de lumière éblouit, trop de distance et trop de proximité empêche la vue. [...] Les premiers principes ont trop d’évidence pour nous. Trop de plaisir incommode, trop de consonances déplaisent dans la musique et trop de bienfaits nous irritent. Nous voulons avoir de quoi surpayer la dette.”

  • 48 Fragment 536.

34Et ce n’est donc point par hasard que la mémoire se trouve invoquée au début de cette admirable réflexion sur la lecture, où l’entremêlement délicat des pronoms donne au texte une tonalité presque proustienne48 :

La mémoire est nécessaire pour toutes les opérations de la raison.
Quand un discours naturel peint une passion ou un effet, on trouve dans soi-même la vérité de ce qu’on entend, laquelle on ne savait pas qu’elle y fût, de sorte qu’on est porté à aimer celui qui nous la fait sentir, car il ne nous a point fait montre de son bien, mais du nôtre. Et ainsi ce bien fait nous rend aimable, outre que cette communauté d’intelligence que nous avons avec lui incline nécessairement le cœur à l’aimer.

  • 49 Fragment 75.

35Si le fragment dans les Pensées confine parfois, l’évolution de la langue et l’inachèvement aidant, à l’humour involontaire comme au fragment 139 : “le bec du perroquet, qu’il essuie quoi qu’il soit sec”, à la poésie involontaire comme dans le fragment 54 : “Il demeure au-delà de l’eau” à l’étrangeté involontaire, comme au fragment 451 : “Vertu apéritive d’une clé, attractive d’un croc”, ou à l’aphorisme le plus moderne : “Infini rien” (fragment initial du “Discours de la machine”), il n’en demeure pas moins l’“étymon”, selon l’expression de Spitzer, du style pascalien. Déformations et zones d’ombres ne font qu’amplifier une démarche déjà singulière : ici, plus que jamais, c’est à l’exigence pascalienne qu’il faudrait se fier : “Quand on lit trop vite ou trop doucement, on n’entend rien”49.

* * *

  • 50 Le concept, qui nous semble extrêmement fructueux, est développé par J. Mesnard, dans son article “ (...)

36J’espère avoir montré que le “fragment pascalien” recouvrait des formes, genres et poétiques variés. La pratique de la brièveté, de la rupture et de l’affectation du désordre constitue une dynamique textuelle50 qui nous conduit, sans solution de continuité, de notes préparatoires à usage personnel à des constructions stylistiques acérées. Mieux que toute définition restrictive, l’ambiguïté théorique de la notion de fragment permet de mettre à jour chacune des strates de l’entreprise pascalienne : approche, mise à nu par la démarche anthropologique, progression de l’argumentation, brillante et drôle d’abord, de plus en plus nette et terrible ensuite, puis, après la conversion, contraction de l’écriture sur elle-même, cristallisation, élévation, memoria. Un rapport original et moderne de sincérité s’y déploie assurément, mais aussi une terrible ironie polémique et un espace d’effroi : ouverture et fermeture herméneutique, figure de la présence-plaisir et de l’absence-déplaisir, rhétorique de la caresse et du fouet s’y côtoient. Car le fragment est à la fois une méthode de lecture du monde et un outil rhétorique d’intervention sur le lecteur, concurremment une sonde anthropologique et un tison métaphysique, il permet d’accompagner la conversion par la contrainte rhétorique, de mettre la subjectivité haïssable de l’écriture au service du témoignage de la foi, de justifier par le verbe du clair-obscur de la présence divine. Et à ce point ultime où l’argumentation cède la place à la grâce agissante, c’est le fragment qui permet la constitution, par contraction de l’écriture sur elle-même, cristallisation et épiphanie poétique, d’un texte-mémorial, à la fois situé en deçà et au-delà de toute représentation.

37C’est justement ici que les ambiguïtés théoriques de la notion de fragment engagent, diachroniquement et synchroniquement, notre conception de ce que c’est que la littérature. Donnée comme définitoire de notre modernité littéraire, la pratique fragmentaire observée dans son texte fondateur nous conduit à admettre le primat de l’éthique sur l’esthétique, de la rhétorique religieuse sur le monologue lyrique, de la théologie augustinienne de la grâce sur l’idéologie de l’inspiration, de la souffrance apologétique sur le plaisir du texte. Pratique subversive, négative, qui désacralise le texte, bouleverse la transparence de la mimèsis, l’écriture fragmentaire déculpabilise Pascal – comme elle déculpabilisera Barthes : le fragment permet à l’auteur des Pensées comme aux modernes de « quitter » la littérature. Mais en nous conduisant par delà les « fausses beautés » de l’esthétique et les mensonges intellectuels de l’ordre discursif, le fragment pascalien, matrice d’une infinité de sens et de décisions éthiques possibles, rend le texte disponible à la grâce. Résolvant une impossibilité théologique – comment conquérir ce qui ne saurait être conquis ? –, le fragment résout alors cette aporie scripturale souvent pointée par les théoriciens de la déconstruction : comment faire de la littérature autre chose que de la littérature ?

Notes

1 C’est la thèse fondamentale de l’édition de Ph. Sellier dans son édition des Pensées (« Classiques Garnier », Bordas, 1991).

2 L’expression la plus brillante en est peut-être celle de Marc Fumaroli qui met en parallèle dans son article “Pascal et la rhétorique gallicane” (in Méthodes chez Pascal, Paris, P.U.F., 1979, p. 364) la découverte expérimentale du vide et celle du discontinu dans les Pensées.

3 Pour Donna Stanton (“Pascal’s fragmentary Thoughts”, Semiotica, 1984, p. 160-181), il faut lire l’état fragmentaire des Pensées comme globalement concerté. Selon la perspective pragmatique de cet auteur, on a affaire à une stratégie de désorganisation sophistiquée : montrer le désordre de l’immanence pour suggérer en creux l’ordre de la transcendance. Partant, les Pensées seraient tout à fait représentatives de l’Apologie projetée.

4 Le Dieu Caché, 1955.

5 Typiquement, le dossier “Prophéties”.

6 D’ordre historique (fragment 351 par exemple), plus couramment, exégétique : fragments 308, 418, 437, etc., ou d’autre ordre (fragment 788). Toutes les références aux Pensées de Pascal sont données dans la numérotation de l’édition de P. Sellier, Classiques Garnier, Bordas, 1991.

7 "Une Lettre de la folie de la science humaine et de la philosophie. Cette Lettre avant Le divertissement".

8 Voir le fragment 40.

9 Voir le fragment 585 et la démonstration de P. Sellier à propos du fragment 358 (ibid., p. 304, note 6) : une même pensée voit son sens varier suivant son contexte. Le plein désordre n’est en fait utilisé que pour le cas particulier de la réflexion sur le pyrrhonisme. “L’ordre du vécu”, selon l’expression de J. Mesnard (cité par L. Van Delft, Le Moraliste classique, Genève, Droz, 1982, p. 263), n’a en vérité rien à voir avec le désordre des Maximes de La Rochefoucauld.

10 On a pu remarquer (J.-L. De Boissieu et A.-M. Garagnon dans leur ouvrage Commentaires stylistiques, Paris, SEDES, 1990, p. 41) l’existence dans un texte aussi achevé que celui des Lettres provinciales de notations fragmentaires assumant la fonction de “palier dialectique”, permanence d’une rhétorique de l’ordre dans celle du discours, ostension fulgurante (et triomphante) de l’ordre dans le corps du texte, procédé absolument spécifique à Pascal et irréductible à la lourde rhétorique de la dispositio.

11 Pensées, op. cit., p. 164, note 1.

12 Voir son article, “Pourquoi les Pensées de Pascal se présentent-elles sous forme de fragments ?”, recueilli in La Culture du XVIIème siècle, Paris, P.U.F., 1991, p. 363-370. Un fragment comme fragment 672, très remarquable mise en scène de la problématique de l’autorité, est un des exemples des ponts que l’on peut découvrir à travers des “noyaux” entre atticisme et discours développé, entre les Pensées et l’Apologie.

13 Fragments 433 et 471.

14 Selon l’analyse de M. Fumaroli, op. cit., p. 369.

15 Fragment 540. Ce type de notation est particulièrement répandu dans les mises à part de juin 1658.

16 Il oppose dans son article “Discontinuité, contrariété, répétition […]” (in L’intelligence du passé, Publications de l’Université de Tours, p. 424) deux utilisations du fragment bâtis “sous un même modèle” : recherche de l’unité par concentration du regard et par dispersion des points de vue.

17 Fragment 196.

18 Fragment 594.

19 On n’a pas véritablement affaire à une pensée tragique : la pensée de la disjonction ne peut se séparer de celle de l’ordre. On peut donc difficilement parler d’aphorismes, la pensée de Pascal n’étant pas encore une pensée critique.

20 Fragment 459. C’est Pascal qui souligne.

21 Voir le long développement du fragment 486 sur ce sujet.

22 Fragment 339, op. cit., p. 297.

23 Pensées, op. cit., p. 161, note 11.

24 D’où peut-être les analyses divergentes mais complémentaires des critiques : P. Sellier insiste sur la rhétorique du flectere, L. Van Delft sur celle du placere et sur le modèle du jeu, D. Stanton sur la liberté prise par Pascal face au modèle rhétorique, P. Topliss sur la variété de la démarche rhétorique, M. Fumaroli sur son aspect synthétique.

25 Dominique Maigueneau, auquel nous sommes redevables de l’analyse linguistique de ce concept rhétorique traditionnel, évoque dans ses Éléments de linguistique pour le texte littéraire (Bordas, 1990, p. 75-76) l’habileté de Pascal à jouer de l’éthos : “L’ethos de l’homme du monde ironique qui est associé à l’énonciation des premières Lettres provinciales de Pascal est ainsi vite remplacé dans les lettres suivantes par un ethos véhément et quasiment prophétique.”

26 Fragment 618.

27 Au fragment 39, Pascal parle au demeurant de “lettre d’exhortation à un ami” (c’est nous qui soulignons).

28 Fragment 554. Les attaques de Pascal contre la littérature, la rhétorique, et même la peinture semblent nombreuses et convergentes : Pascal exige du langage une sincérité absolue face au réel et refuse du langage les “fausses beautés” (voir les fragments 486, 547 et 610).

29 Le fragment 230, “Disproportion de l’homme”, est représentatif de ce type d’écriture (en particulier l’emploi du pronom et du possessif de la première personne du pluriel) : “Nous voguons dans un milieu vaste, toujours incertains et flottants, poussés d’un bout vers l’autre. [...] Nous brûlons de désir de trouver une assiette ferme, et une dernière base constante pour y édifier une tour qui s’élève à l’infini, mais tout notre fondement craque et la terre s’ouvre jusqu’aux abîmes.” (p. 251-252).

30 Fragment 164.

31 Fragment 181 (p. 226). Voir aussi au début du même fragment : “Tous se plaignent, […]” (p. 225), ou le fragment 35 : “[...] Hors de lui, il n’y a que [...]” ou encore le fragment 521 (“Vanité : […]”) etc.

32 Ou les fragments 629, 457 (“Ceux qui jugent [...]”), entre autres exemples.

33 Fragment 553. Voir aussi le fragment 645 : “Quand on veut [...].

34 Fragment 549. Cette maxime se trouve dans tous les Dictionnaires de citations. Ce type de maximes morales semble particulièrement abondant dans cette série de Pensées Mêlées, et, globalement, dans les Mises à part de Juin 1658 (voir la fin du fragment 457 par exemple).

35 Au fragment 466.

36 Fragment 72. Dans le même genre, sur la même page, le fragment 77, ou encore le fragment 611 (“L’humilité d’un seul [...]”).

37 Fragment 84. Voir aussi l’étrange scène décrite au fragment 552.

38 P. Sellier, introduction aux Pensées, op. cit., p. 69- C’est l’auteur qui souligne.

39 Fragment 231 : “[…] mais quand l’univers l’écraserait, l’homme serait plus noble que ce qui le tue, puisqu’il sait qu’il meurt et l’avantage que l’univers a sur lui. L’univers n’en sait rien."

40 L’expression et l’exemple sont de P. Sellier (introduction aux Pensées, op. cit., p. 68).

41 Dans son article “Dieu parle bien de Dieu”, Méthodes chez Pascal, op. cit., p. 373- 388.

42 Fragment 245.

43 C’est ce qu’il déclare au fragment 554.

44 Fragment 125

45 Fragment 164, p. 212.

46 A quoi bon accumuler les règles, puisque, comme l’explique Pascal au fragment 458 (p. 367) : “toutes les maximes sont dans le monde, on ne manque qu’à les appliquer” ?

47 “Disproportion de l’homme”, fragment 230. L’extrait cité se trouve p. 251. On peut noter que la position stratégique du fragment, en transition, peut-on croire, rend d’autant plus indispensable le “marquage” dans la mémoire du lecteur des arguments-clés du premier mouvement de l’apologétique.

48 Fragment 536.

49 Fragment 75.

50 Le concept, qui nous semble extrêmement fructueux, est développé par J. Mesnard, dans son article “Pourquoi les Pensées de Pascal [...]”, op. cit.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search