Version classiqueVersion mobile

L’écriture fragmentaire

 | 
Ricard Ripoll

Prologue

Texte intégral

1Du 21 au 23 juin 2001, s’est tenu à Barcelone le Ier Congrès International du GRES (Groupe de Recherches sur les Ecritures Subversives) autour du thème de l’écriture fragmentaire. Le GRES, inscrit au Département de Philologie Française et Romane de l’Université Autonome de Barcelone (Espagne), en organisant ce Congrès, a montré que sans trop de moyens, dans une situation institutionnelle assez précaire, il était possible de réunir plus d’une vingtaine de chercheurs du monde entier. C’est à eux, en premier lieu, que ce livre doit rendre hommage. C’est ensuite à toutes les personnes et Institutions qui ont bien voulu croire en ce projet. Et, en particulier, à Monsieur Pascal Tremblay, responsable de la revue Calliope (maintenant Sidéline), et à Monsieur Alexandre Gefen, animateur du site Fabula. Grâce à eux, notre groupe a pu traverser les frontières du mutisme qui limitent, trop souvent, la recherche universitaire des périphéries. Or en tant que groupe qui s’intéresse à des écritures minoritaires, et en tant que spécialistes en littérature française éloignés des centres de recherches importants, nous avions besoin de ces plate-formes, d’une qualité extraordinaire, pour recevoir et diffuser les informations essentielles à notre travail.

2Un an avant, au mois de mai 2000, le GRES avait tenu son premier séminaire, national et très modeste, autour du thème de « l’espace du subversif et son écriture ». De ce premier Séminaire à ce premier Congrès quelque chose a changé. C’est la certitude que les idées n’ont de sens que confrontées à la critique et au débat, et que la survie d’un Département comme le nôtre, et la survie d’une langue comme le français, dépendent en grande partie des actions qui sont menées pour démontrer que la langue et la littérature françaises intéressent et doivent être défendues, bien sûr par les Autorités, mais surtout par ceux qui, sur le terrain, travaillent sans relâche et qui ont l’obligation de faire connaître leurs recherches.

3 Pour ce Ier Congrès International, nous avons reçu à Barcelone des enseignants et des étudiants venus des quatre coins du monde : d’Espagne, de France, du Québec, d’Algérie, de Tunisie et d’Israël. Au-delà des réflexions que l’on pouvait attendre d’une telle rencontre, ces journées ont servi à échanger des expériences et, en fin de compte, à ouvrir des voies nouvelles aux recherches de chacun.

4Ce livre, plus que les Actes traditionnels du congrès, a été conçu comme un ouvrage de réflexion sur le sujet de l’écriture fragmentaire. C’est pourquoi les articles ont été réécrits et que nous proposons une composition qui, bien sûr, est étrangère à l’organisation du Congrès. Nous avons pensé trois « mouvements » qui s’ouvrent par les trois conférences prononcées à Barcelone. Nous avons essayé de construire une cohérence qui, de toute façon, traverse l’ensemble des propositions, en donnant à chaque mouvement trois titres volontairement ambigus : « Le Temps en éclats », où se trouvent plutôt la réflexion sur le concept de « fragmentaire », ainsi que les études d’auteurs du XIXème siècle ou du début du XXème ; « Du Même et de l’Autre », où il est question d’études sur des écrivains périphériques, qui trop souvent sont oubliés ou qui sont uniquement analysés d’un point de vue ethnographique ; et, finalement, « La Parole plurielle », où sont traités des thèmes et des auteurs plus proches de notre actualité.

5Chaque intervention est ainsi conçue comme un chapitre qui combine analyse théorique et réflexion sur une pratique concrète.

6Finalement, il est nécessaire de signaler que sans l’aide financière reçue et sans le support amical rencontré ce livre aurait suivi un tout autre chemin. Il faut donc remercier le Ministerio de Ciencia y Tecnología espagnol – en particulier la “Subdirección General de Proyectos de Investigación” –, l’institut Français de Barcelone, et spécialement son directeur, Monsieur Reliquet, ainsi que Monsieur Jean-Yves Laurichesse et Monsieur Carmignani, de l’Université de Perpignan.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search