Version classiqueVersion mobile

Bouleversants voyages

 | 
Paul Carmignani

Troisième partie. La (re)construction de soi

Le long voyage d’Alexandra David-Néel à la découverte de l’Asie

Jean Pavageau

Texte intégral

  • 1 Journal de voyage, t. I, p. 355.

... la route ne me semble captivante que si j’ignore le but où elle conduit...1
Alexandra David-Née

1Lorsqu’elle entreprend, à l’âge de cinquante huit ans, la réalisation de son grand projet – pénétrer dans le Thibet interdit, en 1924 – Alexandra David-Née a déjà beaucoup voyagé, en Europe, en Afrique du Nord et en Asie. À travers son journal de voyage, recueil de la correspondance avec son mari de 1904 à 1941, mais aussi plusieurs ouvrages et articles, Alexandra David-Née nous fait découvrir le parcours d’une femme qui vivra jeune jusqu’à cent un an, l’évolution d’une personne d’exception, en avance sur son temps ; elle nous fait appréhender l’impact de ses voyages sur la transformation de sa conception du monde, de son mode de vie, de son destin ; à travers sa propre histoire, sa quête personnelle, elle nous fait découvrir en même temps l’histoire d’un siècle, de 1868 à 1969, marqué par les guerres civiles, les guerres internationales, les guerres mondiales, l’évolution des sciences, des techniques, des mœurs et des cultures, la création et la déroute des croyances et des idéologies, mais aussi la rencontre de l’Occident et de l’Orient, objet de toute sa passion.

2Pour suivre le long parcours d’Alexandra David-Née nous disposons d’une vingtaine d’ouvrages érudits, écrits au cours d’une soixantaine d’années, qui constituent une véritable œuvre d’écrivain ; nous nous sommes intéressés plus particulièrement ici à ses récits de voyage, les plus importants (parus aux éditions Plon) : Sous des nuées d’orage, Journal de voyage (deux tomes), Voyage d’une parisienne à Lhassa, l’Inde où j’ai vécu, Mystiques et magiciens du Tibet . L’ouvrage de Jean Chalon Le lumineux destin d’Alexandra David-Néel (Pocket, 1986) nous a permis de cerner la personnalité de la voyageuse.

3La présentation du personnage dans son temps et son milieu nous amènera à mieux comprendre les étapes principales de ce long parcours et des tranformations de son existence : les premiers voyages initiatiques, le défi d’une femme européenne bravant les interdits, la confirmation d’un destin, d’une vocation, d’une mission sociale.

Une jeune fille de la fin du 19e siècle

4Lorsqu’Alexandra David nait à Saint-Mandé, près de Paris, en octobre 1868, rien ne semble la prédestiner à une vie exceptionnelle ; ses parents sont relativement âgés et tentent de lui donner une éducation bourgeoise à laquelle elle se conforme guère.

  • 2 Id. p. 232.

5Malgré sa répugnance pour le sexe masculin – l’homme sent le fauve, dira-t-elle – elle aime son père, professeur puis journaliste, un huguenot, libre penseur, franc-maçon, socialiste ; il participe à la révolution de 1848, s’exile en Belgique avec Victor Hugo après le coup d’Etat de 1851 mené par le futur Napoléon III ; lorqu’elle a trois ans son père l’amène le 28 mai 1871 au mur de Fédérés : mon père voulait que je gardasse un souvenir impressionnant de la férocité humaine2.

  • 3 Id. p. 180.

6Elle hait sa mère, une bigote, contre laquelle elle se révolte à sept ans en devenant protestante ; mise dans un pensionnat calviniste elle s’y anémie et ne retrouve l’appétit qu’en rentrant dans une autre pension, le couvent catholique de Bois Fleuri, dont elle conservera l’amour, le besoin de la tenue en paroles et en gestes3. J’ai eu, tout enfant, la curiosité des croyances religieuses, écrit-t-elle plus tard. En 1913, à Bénarès, elle écrit à son mari : J’ai dit souvent qu’à treize ans j’avais résolu d’être missionnaire et de donner toute ma vie à une œuvre religieuse.

  • 4 J. Chalon : Le destin lumineux d’Alexandra David-Néel, Pocket, Paris, 1986, p. 27.
  • 5 Sous des nuées d’orage, p. 14.

7Dès l’âge de sept ans Alexendra rêve de fuir sa famille pour parcourir le monde : Drôle et inconcevable idée qu’ont les gens de s’attacher à un endroit comme des huîtres à leur banc, quand il y a tant à voir de part le vaste monde et tant d’horizons à savourer4, dit-elle. Elle fait sa première fugue, une après-midi au Bois de Vincennes ; à quinze ans elle ne peut résister à la soif de départ : je profitai, pour m’esquiver, de la liberté plus grande dont je jouissais pendant une villégiature au bord de la mer du Nord et, durant quelques jours, je parcourus à pied la côte belge, passai en Hollande et m’y embarquai pour l’Angleterre ; je ne rentrai qu’après avoir épuisé le contenu de ma bourse de fillette5. Cet exploit lui donnera l’envie d’en accomplir d’autres, plus grands, plus tard. À dix-sept ans elle fugue en Suisse, traverse le Saint-Gothard, à pied, et gagne l’Italie...

8Ensuite elle quitte définitivement le couvent de Bois Fleuri pour entrer dans le monde, d’abord comme vendeuse dans une boutique de tissus, puis pour retourner à ses études et à la musique. En cette fin de 19e siècle elle prend conscience de la misère du peuple laissé dans l’ignorence, des conditions de vie des travailleurs dans les mines et les usines, de la situation des femmes. Elle rencontre Elisée Reclus, écrivain et géographe, un scientifique, auprès duquel elle va renforcer son indépendance d’esprit, le sens de la liberté et de la justice, son penchant pour l’anarchisme, son aspiration à l’émancipation des femmes, son goût du voyage et de la découverte. Cette jeune fille est en avance sur son temps et elle préfigure les mouvements d’idées, les mouvements sociaux, les bouleversements des mœurs qui marqueront le siècle à venir : elle et déjà dans le 20e siècle.

  • 6 En Chine, p. 352.
  • 7 Id., p. 359.

9À dix-neuf ans elle écrit son premier essai, Pour la vie, une confession intellectuelle qui, quatre-vingts ans plus tard, constituera aussi son testament. Comme dans l’ouvrage En Chine elle appelle à la révolte contre les maîtres des entreprises, la société, l’armée, les religions, les souffrances qu’elles imposent : rien n’est plus faux et plus funeste que de croire que la résignation, l’abnégation de soi-même, pratiquée par chacun, puissent avoir une vertu pour la collectivité. Comment de la douleur de chaque homme voulez-vous constituer le bonheur de l’humanité ?6 Elle prône ainsi le bonheur : c ’est une habitude à prendre, une éducation à faire, une révolution intime devant transformer individuellement les individus accoutumés à la passivité et à la résignation7. Cet appel au bonheur va l’inciter à réaliser un véritable départ pour un voyage initiatique à travers des textes philosophiques, des lieux de réflexion, des pays asiatiques emblématiques.

Le premier parcours initiatique

10Fugues de jeunesse, premiers voyages à l’étrangers sont toujours pour Alexandra David l’occasion et la raison de découvrir les réalités d’un pays, mais aussi de mener sa recherche, sa quête personnelle, à travers les textes philosophiques, les textes initiatiques ; elle recherchera toujours la fréquentation des intellectuels, des penseurs, des philosophes, des initiés, des religieux ; elle travaillera avec acharnement dans les bibliothèques les plus variées d’Europe et d’Asie. Plus que de nombreux voyages nous pouvons parler du long voyage d’Alexandra David-Néel, le long parcours de son existence.

11C’est ainsi qu’à vingt ans Alexandra part pour Londres, invitée par une amie à découvrir la Gnose suprême, une confraternité d’inspiration orientale ; Londres fourmille de groupes et sociétés ésotériques, de groupes initiatiques de toute sorte ; elle fréquente en particulier la Société théosophique qui encourage l’étude comparée des religions, des philosophies et des sciences ; à la bibliothèque de cette société elle découvre le Bhagavad Gita et ressent le besoin impétueux d’apprendre la langue de ces textes... ce qui l’amène à partir à Paris auprès d’éminents professeurs de sanskrit.

  • 8 Le Sortilège du mystère, p. 20.

12À l’occasion de son séjour à Londres elle découvre la solitude : cette solitude que j’imaginais absolue, répandait en moi des vagues de félicité. Les transports les plus exaltés des mystiques peuvent-ils égaler cet état de calme infini dans lequel toute agitation physique ou mentale a disparu et où la vie coule sans heurts, sans se fragmenter en sensations ou en idées, sans autre goût que celui de l’existence, dit-elle8.

  • 9 J. Chalon : Le destin lumineux d’Alexandra David-Néel, Pocket, Paris, 1986, p. 62.
  • 10 Alexandra a peut-être lu Le voyage d’une femme autour du monde, d’Ida Pfeiffer, une autre grande vo (...)

13Nomadisme, vie de bohême, errance font partie du parcours initiatique, mais ne vont pas sans provoquer de crise, crise religieuse, crise de conscience, crise d’existence, crise d’identité9 ; elle songe un moment à entrer au Carmel... C’est finalement la connaissance du musée Guimet à Paris qui relance son goût de la recherche, au moment où Paris et la France redécouvrent l’Asie et les enchantements exotiques (les frères Concourt, Pierre Loti, ...) ; Alexandra étudie à la bibliothèque la littérature et la philosophie de la Chine, de l’Inde, du Thibet ; elle s’initie au boudhisme et ressent l’irrésistible appel de l’Asie : elle décide rapidement de partir à Ceylan10 ; elle vient d’avoir vingt-deux ans.

14Ses premiers pas en Asie ne l’amènent pas à reconnaître l’enchantement qu’elle attendait ; à Ceylan elle ne connait que la ville de Colombo et le temple de Kelaliya ; elle est choquée par le jaune canari qui recouvre presque toutes les statues de Boudha, peinturlurées avec un Ripolin quelconque ; au cours de se voyage associant tourisme et mysticisme elle découvre la prégnance de l’Angleterre dans cette île où les statues de la reine Victoria sont nombreuses, mais elle est sensible aux senteurs et aux saveurs cinghalaises. Cette relative déconvenue l’incite à gagner l’Inde si proche. Elle se souviendra toujours de cette nuit de tempête lors de la traversée du golfe de Mannar.

15À Tuticorin Alexandra se met rapidement à l’étude de la philosophie du Vedenta, composé de trois écoles principales : Advaita Vedenta (monisme strict), Visishadvaita (atténué), Dvaita (dualisme). Elle apprend à distinguer le sannyasi – renonçant, détaché – et le shadou – homme de bien, saint homme – chacun étant l’idéal qu’elle s’efforcera d’atteindre. Elle traverse l’Inde jusqu’au Nord, à Darjeeling, d’où elle apperçoit les premiers contreforts de l’Hymalaya... qu’elle franchira plus tard.

16Alexandra David découvre que l’Inde n’est pas celle des anglais et des maharadjahs mais celle des sages et des ascètes, auprès desques elle apprend les techniques de méditation. Ce premier voyage en Inde commence à transformer en profondeur l’esprit et le mode de vie d’Alexandra ; elle commence à prendre conscience de l’intérêt pour elle de rapporter les plus d’enseignements et de renseignements possible de ces pays afin de s’enrichir intellectuellement et spirituellement elle-même, mais aussi d’écrire textes et articles qu’elle pourrait publier plus tard ; en effet dès son retour (après dix-huit mois de séjour) elle publiera un article dans les Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris sur les Montras, sortes de formules poétiques incantatoires répétées lors des rituels hindous ; elle note d’ailleurs que, lors des rituels, les masses populaires accomplissent sans rien y comprendre les multiples rites prescrits par les religions... ces bonnes femmes n’avaient jamais cherché à connaître le sens de ce qu’elles faisaient.. Cette voyageuse se révèle être aussi une anthropologue !... n’est-ce pas logique pour un grand voyageur ?

17De retour en Europe Alexandra David n’interrompt pas son voyage initiatique, mais elle le poursuit différement, à travers l’art : elle va continuer à se chercher elle-même et développer ses talents, tout en travaillant à gagner son autonomie financière. Elle continue cependant à approfondir sa connaisance de la pensée et de la philosophie de l’hindouisme et du boudhisme et veut la partager ; en 1895 elle publie un article dans l’ Etoile socialiste, article dans lequel elle fait part de ce qu’elle a appris dans le boudhisme et qui a transformé sa vie : combats la souffrance d’être la victime de ta propre stupidité... Apprends à connaître la nature des choses qui t’environnent, à te connaître toi-même. Rends-toi intelligent et la connaissance te fera libre et heureux.

18En même temps qu’elle commence à publier, Alexandra suit les cours de chant au Conservatoire de Paris, elle fréquente l’Opéra et des compositeurs comme Massenet, parle l’italien aussi bien que l’anglais, se produit en public sous le nom de Mademoiselle Myrial... et décroche un engagement de première chanteuse en Indochine, à l’Opéra de Hanoi ! C’est pour aller chanter la Traviata et Carmen qu’Alexandra part en Extême-Orient !

19J’ai eu la nostalgie de l’Asie avant d’y avoir jamais été et du premier jour où j’ai débarqué en Indochine, je m’y suis sentie chez moi, écrira plus tard Alexandra dans son Journal de Voyage. Heureuse d’être en Asie elle supporte les difficultés à vivre dans le milieu artistique, les mesquineries de la troupe ; elle découvre avec inquiétude la situation du Tonkin et du Annam, sociétés tiraillées entre le protectorat colonial et la résistance violente des Pavillons Noirs. Elle poursuit cependant son parcours initiatique, sa quête mystique ; de Hanoï à Haiphong, Hué, Saigon, elle visite les temples, rencontre des solitaires annamites et chinois.

20De retour à Paris Alexandra connait les aléas de la vie artistique, les élans et les déboires amoureux. Lorsqu’elle part en tournée à l’Opéra d’Athènes elle parcourt la Grèce à la recherche des mystiques ; elle se révolte contre les interdits imposés aux femmes pour accèder aux hauts lieux comme le mont Athos : pourquoi tout est permis aux hommes et rien aux femmes ? dit-elle ; son sentiment de rebelle féministe ne fera que se renforcer.

21Lorsqu’elle part en tournée à l’Opéra de Tunis, en 1900, Alexandra rencontre Philippe Néel sur son voilier l’Hirondelle ; il deviendra son ami et son mari (en 1904) ; pendant près de quarante ans Alexandra correspondra avec Philippe lors de ses nombreux voyages et cette correspondance, de 1904 à 1940, reprise par Marie-Madeleine Peyronnet, constituera une partie de l’œuvre d’Alexandra David-Néel, les deux tomes du Journal de Voyage, un bel exemple de récit de voyage.

22La métamorphose d’Alexandra se confirme au cours de la période qui va de 1900 à 1904 ; petit à petit elle quitte la scène et se consacre de plus en plus à la réflexion, l’exploitation de ses expériences de voyages initiatiques, la rédaction d’articles scientifiques et journalistiques ; elle construit une démarche plus anthropologique et plus scientifique ; par exemple, son travail sur l’origine des mythes tente de montrer que les croyances mythologiques déterminent les conditions sociales des sociétés ; elle écrit dans de grands journaux, mais aussi dans des revues de prestige comme Mercure de France : en 1904, Religions et superstitions coréennes et, la même année, Le clergé tibétain et ses doctrines. Alexandra développe dans le même temps une démarche plus militante, pour dénoncer l’injustice ou valoriser la condition féminine ; son essai sur le Féminisme rationnel se révèle comme étant une véritable constitution des droits de la femme.

23Cette période témoigne de l’évolution et des transformations d’Alexandra David-Née au cours de son premier parcours initiatique, marqué par une expérience réelle des sociétés asiatiques, une connaissance en profondeur des principales traditions philosophiques et sacrées de l’Asie dans les textes fondateurs, dans les langues (en particulier le sanskrit), dans les rites et à travers la fréquentation des sages et des religieux ; transformations marquées également par une prise de conscience morale et sociale, un engagement politique, une plus grande autonomie de pensée et l’affirmation de sa personnalité ; sa pratique du voyage à la fois touristique, mystique et anthropologique favorise l’émergence d’une vocation d’écrivain et de journaliste scientifique et politique. Cette pratique originale, complète et audacieuse du voyage la prépare pour une nouvelle étape, un long voyage (elle ne sait pas encore qu’il durera quatorze ans), aux limites des terres inconnues, aux limites de ses forces physiques et psychologiques, aux limites du droit ; « un voyage au bout de l’extême », dirions-nous aujourd’hui.

Le voyage-défi d’une femme européenne

  • 11 J. Chalon : Le destin lumineux d’Alexandra David-Néel, Pocket, Paris, 1986, p. 193.

24Pourrir sur place, ou partir vers ces pays où nait la lumière11... tel est le choix auquel Alexandra David-Née est confrontée... Elle a quarante-trois ans lorsqu’elle décide d’effectuer son grand départ, en 1911.

25C’est encore par Ceylan qu’elle retrouve l’Asie comme vingt ans auparavant. Cette fois-ci elle n’est plus ignorée ; elle est reconnue, admirée, écoutée. Elle n’est plus choquée par les couleurs Ripolin jaune-canari, mais s’enthousiasme pour la beauté de l’île et de ses monuments. Elle pénètre d’avantage dans l’île ; elle contemple l’arbre sacré de Ceylan, l’arbre-Bô, issu de l’arbre sous lequel Boudha a reçu l’illumination, la révélation ; elle en est bouleversée. Elle ne tarde pas cependant à vouloir rapidement continuer son voyage.

  • 12 Elle écrira plus tard l’Inde, hier-aujour’hui-demain (Plon, 1951), L’Inde où j’ai vécu (Plon, 1969)

26Trichinipoli, Pondichéry, Madras, Calcutta, ... L’Inde a beaucoup changé, dit-elle ; mais n’est-ce pas plutôt Alexandra qui a changé ? N’est-elle pas en train de devenir cette mystique raisonnable, comme elle le désirait ? Pour traverser l’Inde elle a revêtu la robe ocre, la robe de renonçants ; à Calcutta elle étudie la philosophie, le shivaïsme ; elle retrouve une force de vie extraordinaire, une sorte de renaissance ; elle voudrait raconter cette Inde mystique : récit de ce que j’ ai vu, entendu, des scènes pittoresques auxquelles j’ai assisté parmi les Hindous. Les temples, les cérémonies, les idées de gens12 ; ce désir d’écrire elle le réalisera un jour.

  • 13 L’Inde où j’ai vécu, p. 184.
  • 14 Dans le Petit lexique des noms hindous qui accompagne le Journal de voyage.

27L’aventure est l’unique raison d’être de ma vie, dit-elle13 ; une grande aventure attend Alexandra David-Née à Darjeeling : elle apprend la pratique du samadhi, un état de concentration profonde avec perte de conscience du monde extérieur14, qu’elle expérimente même lorsqu’elle est à cheval : je ne sens plus mon corps, j’ ai assez de lucidité pour avoir envie de descendre, ne me sentant plus apte à guider mon cheval, mais je continue.

28Toujours vers le nord elle atteint le Sikkim, petit État de l’Hymalaya dépendant traditionnellement du Tibet, sous protectorat anglais. Madame Néel est accueillie par le maharadjah du Sikim qui la place sous la protection de son fils Dawasandup, un passionné d’occultisme et professeur de tibétain. Avec ce dernier elle rencontre le Dalaï-Lama en exil, ayant fui Lhassa envahie d’abord par les anglais, puis par les chinois : Alexandra est la première européenne à être reçue par ce Dalaï-Lama, le treizième descendant ! Quel privilège ! Dans un dialogue en tête-à-tête avec lui elle explique : c’est précisément parce que je me doute que certaines doctrines du Tibet ont été mal comprises (en Europe) que je m’adresse à vous pour être éclairée. Le Dalaï-Lama lui donne toutes les réponses qu’elle attend et lui promet de répondre à toutes ses questions ; ce dialogue la marque fortement et ne manquera pas de la transformer.

29Une autre métamorphose attend Alexandra, sa rencontre avec le supérieur du monastère de Lachen, Gomchen, un saint, un magicien ; il enseigne l’essentiel de la pensée de l’Inde : trouver tout en soi. Cette femme qui a refusé toute forme de soumission à quelque autorité y compris l’autorité de son père et de son mari se trouve terrassée en écoutant les paroles de ce religieux, une défaite qui est en même temps une conquête de la lumière : vous avez vu l’ultime et suprême lumière... après cela il n’y a plus rien, lui dit-il.

  • 15 Journal de Voyage, t. I, p. 160-161.

30En juin 1912 elle entreprend une expédition vers le Haut-Sikkim ; elle atteint les 5 000 mètres, contemple la lumière des sommets... et apperçoit le Tibet ; elle redescend, le visage brûlé par le soleil et bouleversée : je reste ensorcelée... On dit « le Tibet » presque à voix basse, religieusement, avec un peu de crainte... Oui je vais en rêver longtemps... toute ma vie, et un lien restera entre moi et cette contrée de nuages et des neiges...15.

31Alexandra ne peut envisager d’arrêter son voyage et rentrer en Europe ; elle écrit à Philippe : couper brusquement le cours des investigations que je poursuis, des études, des expériences auxquelles je me me livre... À mon âgeet dans nos circonstances, pareil voyage ne se reprend guère. Et puis... il y a quelque chose qui ne veut pas, quelque chose qui serait plus fort que ma volonté si je voulais résister. Appelons cela les dieux, le Destin, le résultat des Causes anciennes... je ne puis lutter... Elle est transformée, confortée par le voyage qui devient pour elle sa vocation, son destin ; elle ne peut pas vivre « comme tout le monde ». Je vis des heures d’adorable paix, pleine de ce transcendant scepticisme qui fleurit dans le Upanishads et les sutras boudhistes...

32Alexandra David-Née poursuit son aventure au Népal, invitée par le maharadjah ; elle est admise à voir ce que les européens ne voient pas, à aller où ils ne vont pas. J’ai avec moi trois tentes : la mienne, celle des gens à mon service personnel et celle des gens d’escorte népalais. J’ai quatre éléphants et une dizaine de coolies-porteurs qui campent un peu plus loin. Tu comprends qu’il serait difficile d’organiser des voyages de ce genre par soi-même et je dois bénir ma bonne étoile qui m’a procuré toutes ces choses par la grâce d’un maharadjah qui a quelque estime pour mon modeste savoir... Ce voyage est si intéressant, une vraie merveille. De tous côtés surgissent des gens qui me reçoivent, me pilotent... Je suis certaine qu’Hachette me prendra sans hésiter un livre sur le Népal avec illustrations... écrit-elle à Philippe en novembre 1912 !

33Au Népal elle prend conscience du rapport intime qui existe entre une philosophie et la culture du pays au sein duquel elle est née ; lorsqu ’on rumine les théories Hindoues dans la jungle où elles sont nées, on les voit sous un tout autre jour que les éminents chers maîtres qui ne les ont jamais connues que dans un cabinet de travail européen (lettre du 19 janvier 1913) ; ce qui apparait comme une expérience de l’étrangeté en Occident devient naturel ici au Népal.

34À Bénarès Alexandra poursuit sa découverte du monde et sa propre aventure intérieure ; personnalité forte elle se renforce par le voyage ; elle se considère peut-être égoïste de suivre son chemin mais, comme elle l’écrit à son mari le 19 mars 1913, si personne au monde n’avait vécu sa vie et suivi sa chimère, où serions-nous ? Si tous avaient renoncé à cela qui les appelait, tous les Boudhas, les Christs, les prophètes sociaux ou les pionniers de la science, si tous s’étaient coupé les ailes à l’angle de quelque foyer, devant quelque devoir... imagine-t-on les limites blafardes dans lesquelles nous serions plongés ?... Nous sommes souvent trop prompts, chétifs corbeaux, à nous croire de la famille des aigles ; mais aussi, combien auraient-ils pu s’ils avaient osé ; combien ne sont impuissants que parce qu ’ils se croient tels... Et moi suis-je de la catégorie des aigles ou de celle des oisons ? Elle connait la réponse, elle qui va devoir surmonter des difficultés extraordinaires pour atteindre le but de son long voyage.

  • 16 Astavakra Gita, Adyar, p. 91.

35C’est également à Bénarès qu’Alexandra poursuit sa métamorphose en découvrant la renonciation ; est-ce le fruit du voyage lui-même ou le fruit de son apprentissage du boudhisme qui l’amène à écrire le 25 mars 1913 : ceux qui recherchent la joie récoltent la douleur... Ne pas souffrir, c’est là, me semble-t-il, la grande, l’importante affaire... » Tout près du renoncement est la béatitude », dit la Bhagavad Gita et ceci ne doit pas être entendu au sens chrétien du terme renonciation, mais comme le rejet de ce dont on a soi-même reconnu l’insignifiance, ou pis, la nocivité foncière.../En écrivant à son mari ne cherche-t-elle pas à se convaincre elle-même de cet enseignement sur la valeur de l’ascétisme épicurien ? Philippe se demandera si son épouse est vraiment en train de devenir mouni, l’ascète, « tel un enfant, dénué d’attachement pour n’importe quelle condition et qui est libre de tous désirs, ne contracte aucune souillure même s’il s’occupe d’affaires de ce monde »16.

36Pour Alexandra l’expérience du renoncement se traduit par une vie d’ermite ; elle apprécie la solitude, loin de l’Occident où c’est la vie de troupeau qu’il faut mener... une vie médiocre en Occident m’attire très peu. je n’ai pas de goût pour les choses médiocres, le confort médiocre, les situations médiocres, le succès médiocre.

37Elle garde cependant l’esprit critique en construisant une démarche de type anthropologique ; elle découvre des aspects cachés de la mentalité hindoue, des rites à faire mourir d’effroi (30 septembre 1913) ; cette malheureuse mentalité exerce une action déplorable sur la vie sociale de l’Inde ; un grand nombre qui pourraient faire œuvre utile délaissent tout pour entreprendre la conquête de ce qu ’ils appellent les « pouvoirs » et ce qu ’il y a de remarquable c’est que cet état d’esprit est contagieux et qu’il y a des fonctionnaires anglais qui secrètement se font les disciples de vieux sorciers hindous.

38Elle aspire à reprendre la route vers le Nord, vers l’Himalaya. À la fin de 1913 Alexandra est reçue dans la capitale du Sikkim par le Rajah Sidkéong Tulkou ; pour le nouvel an elle reçoit une robe de lamani et est ainsi considérée comme la consœur des autres lamas. Elle considère comme un don du ciel la rencontre de Aphur Yongden, petit-fils d’un lama-magicien, qui sera son cuisinier, secrétaire, traducteur, homme de confiance pendant plus de quarante ans et qu’elle décidera d’adopter !

39Elle va de couvents en cavernes, apprend le tibétain et étudie le tantrisme boudhiste, complètement ignoré de tous les orientalistes, dit-elle. Avec un grand maître elle apprend à fabriquer des tulpas, créatures imaginaires, sortes de robots que leurs créateurs dirigent selon leur volonté, mais qui parfois arrivent à conquérir une espèce de personnalité autonome. Elle s’initie au tsam, pratique de la solitude complète pendant plusieurs jours, ainsi qu’au tumo, expérience de chaleur en plein froid. Elle a accès à des textes qu’aucun étranger n’a pu avoir entre les mains ; après plusieurs mois d’intense initiation elle reçoit son nom de baptême tibétain : Lampe de sagesse.

40Alexandra est alors prête pour une escapade au Tibet tout proche, mais sans les autorisations nécessaires ; elle visite deux centres religieux importants et reçoit la bénédiction du Trashi-Lama qui, au point de vue spirituel, est égal au Dalaï-Lama. Elle est reçue à la cour et suscite la jalousie de quelques résidents anglais ; elle est sommée de payer une amende pour être rentrée au Tibet sans autorisation et de quitter rapidement le pays. Elle se souviendra longtemps de cette humiliation et revenir au Tibet malgré les interdits deviendra pour elle un défi à relever.

41Elle se tourne alors vers le Japon où elle souhaite rencontrer d’éminents professeurs d’université ; mais elle veut d’abord faire un détour par la Birmanie où elle ne reste que peu de temps : le pays n’a rien d’attachant... on se fatigue vite des pagodes, toutes les mêmes (lettre du 10 janvier 1917). Elle fait escale à Singapour, Tourane, Haiphong (où elle a chanté il y a près de vingt ans !) et constate à nouveau les méfaits de la colonisation.

42Loin de l’Himalaya Alexandra ressent une très grande nostalgie ; je souffre du mal du pays, pour un pays qui n’est pas le mien, écrit-elle le 12 mars 1917. Les steppes, les solitudes, les neiges éternelles et le grand ciel clair de « là-haut » me hantent ! De plus, ajoute-t-elle le 10 avril 1917, le Japon m’a déçue... Je m’attendais à trouver ici une claire habitation, un jardin fleuri et la vie à très bon marché. Rien de tout cela n ’existe et le Japon des images est un Japon de rêve dont le Japon réel est l’antithèse... Et le 8 juin 1917 : le Japon est infiniment trop peuplé pour moi... Je ne vois pas ce qu’il y a à gagner au Japon pour un Européen épris de l’Orient... Il n’y a plus de vraie vie asiatique chez les Nippons. Leur vie est un mélange hétéroclite d’éléments disparates. Pour cette grande voyageuse la capacité d’étonnement diminue fortement, tant est grand son attachement aux images du Tibet.

43Alexandra espère retrouver les joies du voyage en débarquant en Corée en juillet 1917 ; la Corée est alors occupée par les japonais et elle ne constitue qu’un passage vers la Chine. Alexandra David-Née est ainsi confrontée à la situation historique tumultueuse de l’Orient aux prises avec les luttes d’influence entre la Chine et le Japon, à propos de la Mandchourie, la Corée, le Tibet.

44Elle arrive dans un Empire du Milieu en plein effondrement, au bord de la guerre civile ; elle sera le témoin de pillages, d’exécutions, au cours de ses six mois d’errance (2 500 kilomètres) avant de parvenir au cœur de la Chine au monastère de Kum-Bum, peuplé de trois mille huit cent lamas ! Kum-Bu veut dire « cent mille image » et rappelle l’histoire de Tsong-Khapa né au XVIe siècle en même temps que son double, un arbre dans lequel apparurent des images de déités ; autour de cet arbre magique est née la ville-monastère. Pendant trois ans Alexandra étudie les textes sacrés, visite les temples, se soumet à des épreuves d’endurance ; elle se prépare secrètement à son grand projet, atteindre le cœur du Tibet. Elle décide de vendre tout ce qu’elle possède : objets, vêtements, bijoux ; elle ne veut pas se soucier pour l’argent : En somme, c’est toujours parce que l’on tient à sa peau et au confort de celle-ci que l’on est en proie à l’inquiétude et à la crainte.

45Dans un climat d’insécurité et de guerre civile Alexandra décide de quitter Kum-Bum en direction de Lhassa qu’elle pense atteindre en trois mois... elle ne sait pas qu’elle n’y parviendra que trois ans plus tard. Elle erre à travers les déserts et les terres inconnues du Grand Tibet, peuplées de tribus irréductibles ; elle est victime d’escroquerie, échappe aux yogis anthropophages, doit même utiliser son pistolet ; vêtue de sa robe de dame-lama elle soigne, délivre des prédictions, donne des bénédictions. La voyageuse devient ici exploratrice et aventurière dans un pays convoité par les chinois, les russes, les anglais et les japonais. À part quelques religieux rares sont les européens qui ont pu pénétrer dans cette région, depuis le jésuite Antonio de Andrade en 1624 ; mais ce qui est sûr c’est qu’aucune femme européenne n’a pu le faire. Alexandra David-Née s’insurge contre cet interdit et relève le défi : elle veut être la première femme européenne à entrer dans ce pays inaccessible.

  • 17 Conférence du 3 décembre 1925 à la Société de Géographie à Paris.
  • 18 Idem.
  • 19 Mystiques et magiciens du Tibet, p. 94.
  • 20 Journal de Voyage, t. II, p. 127.

46À partir de 1921 elle voyage donc incognito. Elle doit effectuer de longs détours pour ne pas être démasquée ; lorsqu’elle est reconnue elle doit développer des prouesses de diplomatie ou de ruse pour ne pas être retenue prisonnière ; elle ne veut pas interrompre sa marche pour autant : J’ai pour principe de ne jamais accepter une défaite, de quelque nature qu ’elle puisse être et de qui que ce soit qui me l’inflige, dit-elle17. Elle devient de plus en plus ethnologue, elle étudie l’état d’esprit des populations tibétaines récemment arrachées à la Chine18 ; elle découvre le Tibet réel, apprend les expressions populaires, doit apprendre à mendier de la nourriture, à dormir dans les pires conditions. À travers son errance elle opère une profonde transformation morale pour devenir un chemineau à travers le Tibet19 ; la transformation morale passe par la reconnaissance de certaines erreurs, comme par exemple d’avoir « joué » avec les choses mystiques : À force de témoigner du mépris aux choses, les choses doivent finir par se faire distantes, s’en aller comme des compagnons offensés20.

  • 21 Pocket, p. 98.

47Alexandra se prépare pour la phase ultime de son grand projet ; elle a vendu ses biens et elle a compris qu’elle devait abandonner mules, guides, escorte, bagages pour s’approcher de Lhassa, seulement accompagnée de Yongden. Elle a 55 ans lorsqu’à la fin d’octobre 1923 Alexandra part pour « la promenade », pour aller « herboriser » dans la montagne... Elle parfait son bronzage en se couvrant le visage du noir de son chaudron et noircit ses cheveux avec de l’encre de Chine ; elle ajoute des nattes pour renforcer sa coiffure de femme tibétaine. Avec Yongden ils vont vivre toutes sortes de situations difficiles, traverser des torrents suspendus à un fil, faire façe à des animaux sauvages, connaître des peurs inimaginables ; le soir de Noël 1923 ils n’ont comme festin que des morceaux de cuir bouillis dans de l’eau insipide !... C’est en mendiante qu’Alexandra se rapproche lentement du but, fatiguée et malade ; dans « Voyage d’une Parisienne à Lhassa » elle raconte : pas une minute la pensée de renoncer à la partie ne m’effleura. Si par malheur ma tentative avortait de nouveau, j’en recommencerais une autre. J’avais juré de ne pas revoir mon pays tant que je n’aurais pas réussi21. Les difficultés du voyage ont semble-t-il encore renforcé son caractère déjà très affirmé.

  • 22 Journal de Voyage, t. II, p. 235.

48En février 1924 la parisienne arrive enfin à Lhassa, réduite à l’état de squelette... une mince peau couvrant les os... Est-ce que nous avons la peste ?....écrit-elle inquiète à son mari22 ; l’on m’offrirait un million pour recommencer l’aventure dans les mêmes conditions que je crois bien que je refuserais. Elle est satisfaite d’avoir accompli son exploit et relevé le défi qu’elle s’était imposé, mais elle est vite déçue par Lhassa : la ville est sans grand intérêt. Je suis rassasiée des visites aux lamasseries ; j’en ai tant vu ! Elle manifeste même comme un dépit amoureux quelque peu exagéré : J’y suis allée parce que la ville se trouvait sur ma route et aussi parce que c’était une plaisanterie très parisienne à faire à ceux qui en interdisent l’accès !... Finalement elle a plus aimé le mirage de Lhassa, « la ville soleil (Gnima Lhassa) », à travers son imaginaire, que la ville elle-même dans sa réalité.

  • 23 Voyage d’une Parisienne à Lhassa, Pocket, p. 360-361.

49À Lhassa Alexandra découvre cependant l’existence d’un rituel d’un grand intérêt anthropologique, le rite du bouc émissaire : les tibétains croient que certains lamas ont le pouvoir de transférer sur la tête d’une victime volontaire toutes les souillures soirituelles du peuple auxquelles est attribuée la colère des divinités se manifestant par les calamités de toutes sortes, épidémies, mauvaises récoltes, etc. Chaque année un homme appelé Lud Kong kyi Gyalpo (le roi des rançons) est, au cours d’un rite spécial, chargé avec imprécations, de toutes les iniquités du souverain et de ses sujets, et chassé dans les sables de Samyé. Après cela il doit se sauver poursuivi par les imprécations du peuple. Il demeure sept jours dans un endroit solitaire ; si, après ce temps, il n’est pas mort, il revient tranquillement chez lui, où il reçoit de riches dons et tout est terminé. Au delà de l’intérêt de ce rite en lui-même, Alexandra David-Née met au jour une « loi anthropologique » selon laquelle l’histoire se répète, l’esprit d’invention des hommes se meut dans un cercle restreint23 ; elle met ici en évidence une structure anthropologique du mythe du bouc émissaire.

50Alexandra a réussi son entreprise, son grand voyage vers la lumière ; elle a relevé le défi qu’elle s’était fixé en tant que femme européenne ; mais au-delà du parcours initiatique, au-delà des découvertes spirituelles et philosophiques, au-delà du défi que constitue le voyage qui s’achève, Alexandra David-Née est confortée dans la construction de son propre destin.

Le destin d’Alexandra David-Néel

51Plus qu’une longue série de voyages successifs le Journal d’Alexandra David-Née nous révèle le parcours d’une femme du 19° et du 20e siècle, le long processus de son évolution, la construction de son destin ; très tôt cette femme a eu conscience de sa situation particulière ; les particularités de sa naissance, le contexte social et culturel de son éducation ont façonné les contours d’un destin exceptionnel. Non sans humour et avec courage elle s’est affirmée, tout au long de ses carnets de voyage, comme étant un être à part ; du Sikkim elle écrit par exemple à son mari : On verra à tirer parti de tout cela puisque l’argent est chose indispensable et que l’on en a jamais trop surtout – ô paradoxe étrange et pourtant d’une absolue vérité – quand on veut vivre simplement, en dehors de la cohue. Cela coûte très cher de na pas être « comme tout le monde » (5 août 1912).

52Prédisposée à vivre hors de la cohue, prédisposée à parcourir le monde, Alexandra se sentait particulièrement tournée vers l’Asie ; avant même de connaître cette région du monde elle en éprouvait la nostalgie ; en débarquant sur ce continent pour la première fois elle a tout de suite éprouvé le sentiment de lui appartenir, de venir y vivre son destin.

53Habitée par ce sentiment d’être à part, c’est par le voyage qu’elle prend conscience de la nécessité de vivre sa vie, oser vivre son propre destin : combien ne sont impuissants que parce qu’ils se croient tels, écrit-elle à son mari (19 mars 1913), en espérant le sortir de la torpeur ambiante.

54Alexandra David-Née apparaît ici particulièrement comme en avance sur son temps ; à une époque où le conformisme bourgeois impose fortement, en cette fin de 19e siècle la loi de la reproduction sociale, Alexandra anticipe en même temps qu’elle favorise le mouvement d’émanciption des femmes ; elle initie des rapports nouveaux avec les hommes et son Journal de Voyage révèle en permanence la nouveauté de ces rapports marqués par une volonté de plus de liberté pour la personne et de plus respect entre les personnes. C’est à travers l’expérience du voyage qu’Alexandra manifeste la conquête de l’autonomie de la femme (même s’il s’agit d’une autonomie partielle en l’occurence puisqu’elle dépend financièrement de son mari.

55En avance sur son temps Alexandra met à profit ses voyages pour connaître la misère et le conditions de travail difficiles des ouvriers et des paysans ; en tant que femme elle développe une conscience sociale peu courante à l’époque, d’autant plus que, lors de ses séjours à l’étranger, elle fréquente penseurs, intellectuels, leaders politiques. Très tôt elle publie des manifestes et livres politiques qui complètent ses récits de voyage.

56L’engouement pour l’extême-orient à la fin du 19e siècle sera largement initié et développé par Alexandra David-Née ; les métamorphose successives qu’elle connaît au cours de ses périgrinations et de ses rencontres avec les philosophes et les religieux divers sont très tôt partagées à travers conférences, articles, livres ; elle anticipe le vaste mouvement d’ouverture de l’Europe à l’Extrême-Orient qui se développera au siècle suivant ; à la fin de son livre À l’ouest barbare de la vaste Chine elle explique ainsi : Nous avons beaucoup de choses à apprendre aux chinois ; ils en ont tout autant à nous apprendre... C’est en nous pénétrant de ce fait qu’l nous sera possible d’établir avec eux des relations « pour notre mutuel avantage » comme le prêcha, il y a quelque vingt siècles, le philosophe chinois Mo-tsé.

57Rompant avec la pratique du voyage touristique et de la villégiature, en vogue au 19° siècle, Alexandra David-Née annonce par son expérience ce que deviendra le voyage au sens total ; voyager signifie pour elle faire l’expérience de l’autre, de sa pensée, de son langage, de son mode de vie. Cela suppose l’acceptation de l’instabilité, comme elle l’écrit le 15 mai 1915 : J’ai toujours eu l’effroi des choses définitives. Il y en a qui ont peur de l’instable, moi j’ai la crainte contraire. Je n’aime pas que demain ressemble à aujourd’hui et la route ne me semble captivante que si j’ignore le but où elle conduite.

  • 24 Journal de Voyage, t. I, Pocket, p 355.

58J’ai cessé de croire qu’on choisit, qu’on dirige et qu’on mène sa vie d’après les plans qu’on fait. Les êtres sont des épaves qui voguent au gré des vague sur une mer sans havre. S’agiter et prévoir, désirer et vouloir sont des actes de fou24. Cette conception du voyage, qui va de pair avec un mode de penser, une attitude dans la vie, suppose disponibilité réelle et acceptation de l’autre, de ce qui arrive. Au cours de son long voyage-expérimentation Alexandra vivra réellement la situation du fugueur, du clandestin, de l’artiste, du disciple, du maître, de l’ermite, du soignant, du mendiant, etc.

  • 25 Jean-Michel Hoerner le dit à sa manière : Je géographe... donc je philosophe... PUP (Presses Univer (...)

59Plus qu’un déplacement touristique dans un espace différent, le voyage constitue en fait un véritable enseignement, un apprentissage de la vie par le regard, l’écoute, l’étude ; le voyage constitue en fait une mise en œuvre de la réflexion philosophique25 ; le voyage favorise la conscience de la vie en même temps que la conscience de soi ; c’est au cours de son voyage en Inde qu’Alexandre trouve la confirmation de ce qu’elle sait intuitivement : trouver tout en soi, à l’occasion de la rencontre de l’autre.

  • 26 Journal de Voyage, t. I, Pocket, p. 433.

60La fin du voyage constituerait pour Alexandra la fin de la découverte et de l’apprentissage de la vie ; c’est pourquoi elle écrit le 8 juin 1917 : La fin de mes périgrinations m’apparaît comme une sorte de mise à la retraîte et d’entrée dans la terne grisaille de l’antichambre funèbre... À l’idée qu’une barrière impossible à jamais franchir encore s’interposera entre l’Asie et moi un frisson de terreur me saisit, je sens que ce sera la fin de tout et le cœur me manque26.

61Elle avoue pourtant qu’elle a atteint l’essentiel de ce qu’elle recherchait – ayant connu une véritable métamorphose sur les cimes de l’Himalaya – et que de futurs voyage ne pourront plus susciter en elle le même enthousiasme : Il me paraît que tout est fini pour moi depuis que j’ai quitté ces cimes himalayennes et les steppes tibétaines qui s’étendent derrière elles. J’ai perdu tout intérêt pour toutes choses, je ne désire plus rien voir, tout me semble petit, affreusement banal et mesquin. J’ai atteint, là-haut dans la contemplation de ce paysages extraordinaires, le summum de mes rêves et même ce summum a été dépassé... Oui, quand on a été là-haut, il ne reste absolument rien à voir, ni à faire, la vie – une vie comme la mienne qui n’était que qu’un long désir de voyage – est finie, a atteint son ultime objet. (8 août 1917). Elle ne veut pas pourtant pas renoncer à son irrésistible destin, celui du voyage.

62Depuis longtemps elle a conscience que l’expérience du voyage n’est intéressante que si elle est restituée, communiquée, partagée. Jeune journaliste elle a partagé sa passion pour la découverte des autres sociétés. La pratique du voyage au sens total qu’elle lui donne confirme ce qui est pour elle une vocation, son destin, mais que pour accomplir cette mission elle doit travailler en connaissant les textes initiatiques, en fréquentant les sages et les religieux. Déjà en 1912 (Lettre du 13 décembre) elle écrivait : ce qui m’arrive est tellement inattendu..., ce voyage se présente de façon si différente de tous les autres que, je l’avoue, je manque de courage pour rompre le charme et m’en retourner... Je sens que si je continue, si je vais au Japon, si je donne mes conférences en Amérique, j’arriverai à être ce que j’avais souhaité...

63Alexandra sait qu’elle devra un jour revenir en Europe, mais elle envisage ce retour essentielement pour y accomplir sa mission : faire connaître l’Orient et l’Extrême-Orient. Elle écrit à Philippe le 10 juin 1913 : Revenir c ’est absolument dans mes intentions et dans mon programme ; revenir pour écrire de beaux livres, pour donner des conférences dans des milieux savants... ; et elle ajoute le 13 décembre 1913 : Mes projets tu les connais : séjourner un peu au Tibet, si on me le permet. Y complèter mes études tantriques et puis partir pour le Japon et finir là mon cycle d’études comparatives du boudhisme du Nord et du Védanta. Ce qui signifie aussi être, au retour, un personnage de quelque importance dans le monde orientaliste.

64Il y a des gens (professeurs) qui apprécient ma façon de comprendre leur philosophie et qui voudraient m’aider à me créer un nom en Occident. Je sens mieux qu’autrefois, maintenant que l’attention des orientalistes commence à être attirée par ce que j’écris, qu’il faut que je me mette en garde et me munisse du bagage nécessaire.

65En contribuant à faire se connaître l’Orient et l’Occident Alexandra veut aussi se faire reconnaître, se créer un nom en tant qu’orientaliste, se créer un nom en Occident, acquérir un statut social reconnu dans le milieu des sciences humaines (géographie, anthropologie), dans celui des philosophies et des religions orientales (en particulier du boudhisme), dans celui des grands journalistes et des écrivains.

66Elle sera aussi reconnue de ce que l’on appelle le « grand public » ; dès son retour en 1925 elle fait de nombreuses conférences à Paris, à la Société de Géographie, au Collège de France, au Musée Guimet, mais aussi dans toute la France et en Europe. Pendant dix ans de stabilité relative elle publie plusieurs ouvrages et en prépare d’autres : Sous des nuées d’orage, Voyage d’une Parisienne à Lhassa (1927, Mystiques et magiciens du Tibet (1930), Les initiations lamaïques (1930), L’Epopée de Guésar de Ling (1931), Au pays des brigands-gentilshommes (1933), Le sortilège du mystère, ... En 1936 elle donne toute une série de conférences à Prague, Budapest, Vienne, Genêve, Paris (La Sorbonne), ... Mais la même année la Lampe de Sagesse entreprend un nouveau voyage vers la Chine en passant par la Russie... elle vient d’avoir 68 ans ; son voyage durera près de dix ans ; elle restera comme une prisonnière pendant six ans dans un petit village de Chine en guerre avec le Japon, mais, à travers de nombreuses péripéties, elle retrouvera un temps le Tibet !

67À la fin de la guerre mondiale, Alexandra David-Née rentre en Europe où elle constate aussitôt l’ampleur des changements qui se sont opérés. A un journaliste elle dit, le 1er juillet 1946 : Là-bas, en Asie, on est libre ! Ici les gens sont devenus fous... Je veux vivre parmi des hommes qui soient des hommes et non des moutons. La France est devenue le pays des hommes tristes.

68Elle poursuit son parcours personnel marqué entre autre par la mort de son mari et correspondant de voyage, ainsi que par la mort de Yongden, le fidèle compagnon de toutes ses aventures. Elle continue à travailler, à écrire. Elle devient vraiment la mystique raisonnable qu’elle a toujours souhaité être.

69Alexandra continue aussi son voyage à travers le siècle ; elle est attentive aux luttes pour l’indépendance en Indochine, en Inde, puis en Afrique du Nord ; elle comprend comme de l’intérieur les évolutions complexes de la Chine, l’annexion du Tibet, ... Toutes ces préoccupations sont présentes dans ses différents ouvrages : Sous des nuées d’orage, l’Inde où j’ ai vécu, En Chine-L’Amour universel et l’individualisme intégral, 40 siècles d’expansion chinoise, le vieux Tibet face à la Chine nouvelle. Par l’écriture elle réalise son destin de voyageuse et de témoin.

70À travers la brève présentation des récits de voyage d’Alexandra David-Née nous avons pu appréhender à la fois une personnalité forgée par les voyages et une œuvre littéraire, philosophique et anthropologique, construite sur le processus permanent du voyage. Nous avons découvert un art du voyage qui est en fait un « art de vivre », au sens fort du terme, c’est-à-dire la construction d’une vie fondée sur la découverte et l’apprentissage permanent, à l’occasion de la connaissance de l’autre. L’acceptation de la métamorphose par le voyage est le principe de son existence, la loi de la transformation étant le principe même de la vie, comme elle l’écrit le 26 avril 1968, à l’occasion d’un message pour l’anniversaire de Boudha : Chacun de nous perçoit-il qu’il n’est plus tout à fait le même que celui qui est entré tout à l’heure dans cette salle ?... Des perceptions plus affinées nous amèneront-elle à voir qu’il y a seulement perpétuelle transformation ?... portant nous-même le flambeau qui éclaire nos pas, nous aurons acquis la véritable libération..

  • 27 Reprenant l’expression de Jean Chesneaux, Carnets de Chine, La Quinzaine littéraire-Louis Vitton, 1 (...)

71Par le caractère exceptionnel de son existence, Alexandra David-Néel, femme moderne, voyageuse-exploratrice-aventurière, philosophe et écrivain, illustre bien le processus de la transformation de la personne par le voyage entendu comme acte total ; Alexandra n’est pas une voyageuse, une personne « qui fait des voyages » mais quelqu’un dont la vie elle-même est un voyage27. De plus l’impact de son œuvre littéraire révèle que le récit de voyage participe à sa manière à la transformation des sociétés : par la connaissance mutuelle que favorisent les récits, par les « regards croisés », les sociétés et les civilisations évoluent conjointement dans un même grand voyage.

Notes

1 Journal de voyage, t. I, p. 355.

2 Id. p. 232.

3 Id. p. 180.

4 J. Chalon : Le destin lumineux d’Alexandra David-Néel, Pocket, Paris, 1986, p. 27.

5 Sous des nuées d’orage, p. 14.

6 En Chine, p. 352.

7 Id., p. 359.

8 Le Sortilège du mystère, p. 20.

9 J. Chalon : Le destin lumineux d’Alexandra David-Néel, Pocket, Paris, 1986, p. 62.

10 Alexandra a peut-être lu Le voyage d’une femme autour du monde, d’Ida Pfeiffer, une autre grande voyageuse. Voir l’article de J. Pavageau Le voyage d’Ida Pfeiffer à Madagascar, pour le colloque La reconnaissance de l’autre en question, colloque de sociologie de l’Université de Perpignan, mai 2000, à paraître.

11 J. Chalon : Le destin lumineux d’Alexandra David-Néel, Pocket, Paris, 1986, p. 193.

12 Elle écrira plus tard l’Inde, hier-aujour’hui-demain (Plon, 1951), L’Inde où j’ai vécu (Plon, 1969).

13 L’Inde où j’ai vécu, p. 184.

14 Dans le Petit lexique des noms hindous qui accompagne le Journal de voyage.

15 Journal de Voyage, t. I, p. 160-161.

16 Astavakra Gita, Adyar, p. 91.

17 Conférence du 3 décembre 1925 à la Société de Géographie à Paris.

18 Idem.

19 Mystiques et magiciens du Tibet, p. 94.

20 Journal de Voyage, t. II, p. 127.

21 Pocket, p. 98.

22 Journal de Voyage, t. II, p. 235.

23 Voyage d’une Parisienne à Lhassa, Pocket, p. 360-361.

24 Journal de Voyage, t. I, Pocket, p 355.

25 Jean-Michel Hoerner le dit à sa manière : Je géographe... donc je philosophe... PUP (Presses Universitaires de Perpignan), 1994.

26 Journal de Voyage, t. I, Pocket, p. 433.

27 Reprenant l’expression de Jean Chesneaux, Carnets de Chine, La Quinzaine littéraire-Louis Vitton, 1999, 268 pages. Ainsi que L’Art du Voyage, Bayard éditions, 1999, 286 pages.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search