Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bartolomé de Las Casas

 | 
Victorien Lavou Zoungbo

Articles

Bartolomé de Las Casas et la traite des nègres1

André Saint-Lu

Texte intégral

  • 1 Article publié originellement dans Bulletin Hispanique, t. 94, 1992, n° 1, p. 37 à 43.

1Selon une légende encore répandue, Las Casas aurait été l’instaurateur de l’esclavage des Noirs au Nouveau Monde. En réalité, cette pratique était depuis longtemps établie à l’époque où le défenseur des Indiens commença à proposer l’envoi de quelques Noirs, déjà esclaves, pour remplacer les naturels moins résistants, dans les travaux les plus pénibles. Lorsqu’il prit connaissance, par la suite, de l’inhumanité de ce « remède », il se repentit amèrement et fut le premier à dénoncer l’esclavage des Africains exactement au même titre et avec la même vigueur que celui des Amérindiens.

2En cette année 1992 où la célébration du cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique, significativement rebaptisée Rencontre des deux Mondes, attire de plus en plus l’attention sur les graves problèmes humains résultant de l’exploitation, immédiate et généralisée, des peuples conquis par leurs conquérants, il n’est sans doute pas inutile de procéder à une opération de salubrité historique à propos d’une des erreurs les plus pernicieuses dont pâtissent depuis longtemps la personne et l’action de Bartolomé de Las Casas, le célèbre avocat des Indiens et défenseur des droits de l’homme. Si le premier de ces titres est de mieux en mieux connu et reconnu, le second, plus général, souffre encore d’une légende qui a la vie dure, d’après laquelle le protecteur des indigènes opprimés aurait été, par une inconséquence scandaleuse, l’instaurateur et le principal responsable d’une oppression non moins cruelle, l’esclavage des Noirs en Amérique espagnole coloniale. Avec la collaboration des meilleurs spécialistes français de la question, le père Philippe André-Vincent, o. p., Marie-Cécile Bénassy, Marianne Mahn-Lot, Raymond Marcus et Alain Milhou, on a cherché ici, à partir des bases documentaires les plus sûres, à rétablir sans complaisance la simple vérité, celle que l’on doit à la fois à l’Histoire et à la grande figure de Las Casas.

3C’est un fait bien connu que Bartolomé de Las Casas, dénonciateur des atrocités et des abus perpétrés par les conquistadors et les colons en Amérique espagnole, a souvent été dénoncé lui-même comme étant à l’origine d’une des composantes de la fameuse Légende Noire qui a fait peser sur l’Espagne une durable accusation de barbarie. Attisée dès le XVIe siècle par des antagonismes politiques, le moins qu’on puisse dire de cette réputation, quels qu’en fussent les fondements objectifs, c’est qu’elle n’était pas exempte de malveillance ni de duplicité. Or si Las Casas s’y est trouvé mêlé, d’ailleurs après sa mort, ce ne fut en aucune façon de son fait mais par suite de la très large diffusion, dans les pays hostiles à l’Espagne, du plus sévère de ses réquisitoires, la Très Brève Relation de la Destruction des Indes, document destiné, il va sans dire, à étayer, comme tous ses autres écrits, son action permanente en faveur des Indiens, mais qu’éditeurs et traducteurs ne se privèrent pas de transformer, forçant même le trait, en une arme empoisonnée contre la nation espagnole jalousée ou haïe.

4S’il n’est pas tout à fait sûr que le rappel de ces évidences soit aujourd’hui superflu, force est de constater que le défenseur des Indiens reste encore victime, ignorance tenace ou préventions inavouées, de ce qu’on pourrait appeler l’autre légende noire – non plus antiespagnole mais antilascasienne –, passablement répandue auprès du grand public, qui le fait apparaître depuis près de quatre siècles comme le promoteur de l’importation d’esclaves africains au Nouveau Monde.

5L’origine de cette imputation, comme le signalait déjà Marcel Bataillon, est certainement à chercher, pour l’essentiel, dans un passage de l’Histoire des Indes, l’œuvre tardive de Las Casas (liv. III, chap. 102) où l’auteur s’accuse lui-même, on y reviendra, d’avoir en d’autres temps sollicité pour les colons de l’Ile Espagnole (Haïti) le droit de faire venir d’Espagne quelques esclaves noirs : « Cet avis fut donné d’abord (primero) par le clerc Las Casas, sans qu’il se rendît compte de l’injuste façon dont les nègres avaient été capturés par les Portugais ; mais plus tard (después), lorsqu’il eut pris conscience de cette injustice, il ne l’aurait émis pour rien au monde, car il les tint toujours pour injustement et tyranniquement réduits en esclavage, ni plus ni moins que les Indiens. » L’Histoire des Indes n’a été publiée pour la première fois qu’au XIXe siècle, mais au début du XVIIe l’historiographe officiel du roi d’Espagne, Antonio de Herrera, qui disposait parmi ses sources du manuscrit lascasien, qu’il lut sans doute un peu trop vite, semble bien avoir interprété à contresens le mot primero, sans s’apercevoir qu’il était en corrélation avec después, laissant ainsi entendre que Las Casas avait été le premier à proposer l’envoi de noirs en Amérique.

6Cette fâcheuse inadvertance s’est largement répercutée à partir du XVIIIe siècle par l’intermédiaire d’ouvrages historiques ou philosophiques à succès comme ceux de l’Allemand de Pauw, de l’Écossais Robertson ou du Français Raynal, qui ne s’avisèrent pas de mettre en doute la responsabilité première de Las Casas. Confusion que d’autres auteurs comme le Mexicain Mier ou l’évêque de Blois Grégoire s’employèrent à corriger, mais qu’il est fréquent de rencontrer encore de nos jours en dépit de nouvelles mises au point, et dont les manuels ou encyclopédies ne sont pas entièrement débarrassés.

7L’avis dont il est question dans le texte cité plus haut figurait pour la première fois dans un mémoire lascasien de 1516, qui recommandait l’envoi d’esclaves, nègres ou blancs, en nombre limité (une vingtaine pour chaque établissement colonial des îles) destinés aux travaux les plus pénibles des mines et des champs, dont les indigènes, jusqu’alors corvéables à merci et déjà en voie de disparition, seraient ainsi déchargés. Or à cette date, la seule nouveauté de la mesure préconisée résidait dans l’esprit humanitaire qui, vaille que vaille, l’animait. Car dès 1502, dix ans à peine après la découverte de l’Amérique, des noirs avaient été introduits dans l’île d’Haïti pour l’exploitation des mines d’or. Et les demandes des colons, avant tout soucieux de rendement, s’étaient multipliées dans les années suivantes ; les autorisations aussi, encore que la Couronne se montrât de plus en plus attentive à monnayer les licences d’importation.

8Mais s’il est évident que Las Casas n’eut pas l’initiative de cette pratique vite établie, on ne peut négliger le fait qu’il l’ait admise et objectivement favorisée pendant toute une époque, sans toutefois perdre de vue qu’à la différence de la grande majorité des colons, il cherchait d’abord, par ce moyen, à protéger les autochtones menacés d’anéantissement. Les textes conservés montrent que ce « remède », dont il avait répété la demande en 1518, était toujours présent à son esprit longtemps après son entrée chez les Dominicains en 1522, puisqu’on le retrouve en bonne place dans une lettre au Conseil des Indes de 1531 et jusque dans un plan général de réformes de 1542, là même où il condamne, fidèle à sa propre logique, l’esclavage et toute autre forme d’asservissement des indigènes.

9Ici une première observation s’impose. Ces demandes lascasiennes réitérées, qui très tôt ne porteraient plus que sur des Noirs, en raison de leur robustesse supérieure, ne furent jamais qu’une voix dans un concert incessant de pétitions adressées par les colons ou leurs représentants, mais aussi par les autorités locales avec l’appui d’autres religieux. Il convient d’ailleurs de préciser que depuis l’avènement du roi Charles 1er (bientôt devenu Charles Quint) les intérêts du monde colonial qui réclamait la libre introduction de ces esclaves ne s’harmonisaient pas avec ceux du souverain, celui-ci ayant jugé plus expédient de concéder des licences privées, dont bénéficièrent les courtisans flamands, puis les Génois. Concessions que le défenseur des Indiens déplorait non sans raison en voyant détourné à des fins lucratives un moyen qui alors lui paraissait propre, pourvu qu’il fût librement mis en œuvre, à assurer la protection des naturels. Un moyen parmi beaucoup d’autres, s’entend, et dont l’emploi, s’il mit quelque insistance à le proposer, fut bien loin de dépendre de toute façon de sa seule influence personnelle.

10Mais en dehors de l’aspect humanitaire que comportait pour lui cette solution de remplacement, Las Casas songeait aussi, en la recommandant, à préserver l’avenir bien compris de la colonisation au Nouveau Monde, et d’abord dans les îles, à laquelle il restait très attaché. Car cet ancien colon qui avait connu dans sa jeunesse, mais sans user de la violence habituelle à beaucoup de ses compatriotes, des jours prospères à Haïti puis à Cuba au milieu de ses Indiens, gardait la nostalgie d’une exploitation coloniale rentable pour les Espagnols, encore que soucieuse, impérativement, du sort des indigènes. Or la main-d’œuvre noire, dans ces pays tropicaux, s’était vite avérée indispensable par suite du rapide épuisement des populations autochtones. Adaptés au climat, physiquement résistants, seuls les Africains étaient aptes aux plus rudes tâches comme l’extraction de l’or dans les placers et surtout, à partir des années 1515-1520, la culture, nouvelle, de la canne et le travail dans les moulins à sucre. Tenant déterminé, comme le montrent ses projets réformateurs, d’une économie diversifiée où les mines, d’ailleurs en voie d’épuisement dans les Antilles, auraient trouvé un complément naturel dans les activités agricoles et artisanales, et notamment dans les prometteuses ressources sucrières, il est compréhensible que Las Casas ait appuyé à plusieurs reprises de ses vœux l’importation de cette main-d’œuvre si bien appropriée.

11Reste à expliquer, cela étant, le manque de logique en apparence irréductible, tant au regard du droit que sur le plan moral, d’une attitude qui s’accommodait de l’esclavage des Noirs tout en condamnant radicalement celui des Indiens. On est ici, à vrai dire, au cœur de la question. Sans revenir sur les aptitudes physiques des races africaines, on pourrait invoquer le fait, confirmé par le recul du temps mais perceptible dès les débuts, que la condition des Noirs dans les colonies espagnoles d’Amérique ait été dans l’ensemble moins insupportable que celle des indigènes asservis ; moins pénible aussi bien, de l’avis de plusieurs historiens, que celle de leurs pareils dans d’autres possessions européennes du Nouveau Monde où ils seraient par la suite beaucoup plus nombreux ; sans oublier enfin le rythme rapide et régulier des affranchissements, la population de couleur libre finissant par dépasser celle des esclaves. Ce serait pourtant oublier l’essentiel : la situation juridique, matérielle et morale de cet outillage humain, et la traite elle-même avec son funeste cortège de violences. Mais justement à l’époque où Las Casas jugea bon de s’associer aux demandes des colons, il y avait d’un côté pour les Indiens une tendance, confirmée par une première législation, à les considérer en droit comme libres, de l’autre contre les Noirs une tradition esclavagiste établie par une pratique séculaire. Placé devant ces réalités, le défenseur des indigènes ne pouvait-il pas trouver moral de remplacer des hommes faibles et dont l’asservissement, dès avant lui, avait été mis en question, par d’autres plus robustes et déjà esclaves ?

12En cette matière d’esclavage et de traite des nègres, il est fondamental de mesurer le poids du contexte historique dans lequel s’insérait leur importation en Amérique. Depuis le XVe siècle, les Portugais faisaient commerce des précieuses « pièces » capturées ou achetées sur les côtes de Guinée. Des marchés florissaient dans la Péninsule Ibérique, et notamment à Séville, lieu de naissance de Las Casas. Ces Noirs étaient destinés aux services domestiques et aux travaux des champs ; aux îles Canaries, ils étaient employés dans les plantations sucrières comme ils le seraient aux Indes. Par ailleurs, un important trafic d’esclaves blancs – chrétiens ou musulmans – proliférait dans le bassin méditerranéen à la faveur des luttes prolongées entre l’Islam et la Chrétienté. Or, de la licéité de ces usages, personne à l’époque ne doutait. La loi de la guerre obligeait à garder les prisonniers, et la morale même avait pris son parti de l’esclavage comme substitut de la mort. En ce qui concerne les nègres, leur différence physiologique pouvait les faire apparaître comme des peuples serviles par nature au sens aristotélicien, sans compter la malédiction biblique qu’aux yeux de certains ils avaient hérité de Cham. Surtout, le principe de l’esclavage était alors admis par l’Église, y compris par la théologie thomiste chère aux Dominicains, pourvu que les ennemis capturés l’aient été dans une guerre « juste », ce qui par excellence semblait être le cas de celles que la Chrétienté menait contre l’Islam, voire des entreprises portugaises en Afrique noire, que le Saint-Siège tendait à considérer comme une croisade. L’esclavage n’était pas affaire de droit naturel ou moral, il relevait du droit des gens, nous dirions aujourd’hui du droit international public ; mieux : il faisait partie du devoir de légitime défense du monde chrétien.

13Dans ces conditions, comment s’étonner que Las Casas l’ait admis et qu’il ait appuyé de ses avis, pour soulager le fardeau des Indiens tout en rendant possible une meilleure exploitation des ressources coloniales, l’emploi aux Indes de Noirs déjà esclaves et voués en toute hypothèse à un déracinement définitif ? Bien plus extraordinaires et combien méritoires, car il fut un des tout premiers à réagir publiquement, apparaissent dès lors sa prise de conscience de l’injustice et de l’inhumanité de cette exécrable pratique, et le repentir qui s’ensuivit. Plusieurs chapitres des livres I et III de son Histoire des Indes (sans parler de textes encore inédits) permettent de jalonner grosso modo l’évolution de sa pensée. Ceux du livre I (chap. 22, 27, 136, 150) témoignent de son éveil à la connaissance du trafic négrier sur les côtes africaines, à travers la première Décade de l’Asie de l’historien portugais Joâo de Barros, publiée en 1552, ce qui laisse supposer, sans qu’il y ait lieu d’en être surpris, qu’il avait été jusqu’alors mal informé. Il y a là des passages très durs pour cette « traite infernale », cette odieuse violence exercée sur des peuples qui n’infestaient pas la Chrétienté ; mais aussi une mise en garde contre le risque de complicité encouru par les Espagnols mêlés depuis lors à ce commerce.

14C’est dans le cours du livre III (chap. 102, cité plus haut, et 129) que l’auteur, rappelant ses anciennes interventions en faveur de l’envoi de nègres aux Antilles, se met en cause personnellement. Apparaît ici, entraînant le repentir de l’homme et du chrétien, l’aveu de l’ignorance coupable bien que compréhensible : « De cet avis qu’il donna, il ne s’est pas peu repenti par la suite, se jugeant coupable par inadvertance ; (...) il ne fut pas assuré que l’ignorance et la bonne intention qu’il eut en cela pussent lui servir d’excuse devant le jugement de Dieu ». Ayant pris la mesure de sa responsabilité, Las Casas se juge avec une lucidité et une rigueur exemplaires, en même temps qu’au nom du « droit naturel et divin » il interpelle la conscience de ses contemporains, et le pouvoir, en disant hautement que « l’esclavage des Noirs était aussi injuste que celui des Indiens ».

15Tardive conversion ? peut-être, mais seulement par rapport à lui-même, car il fut en tout cas la seule grande voix qui s’éleva à son époque avec pareille force contre une des plus graves atteintes aux droits de l’homme de l’histoire universelle. Tant il est vrai que la défense de ces droits et de la liberté des peuples reste la plus authentique leçon de cette vie de combat solennellement proclamée dans l’Histoire des Indes et ailleurs en ces termes d’une permanente actualité : « Toutes les nations du monde sont composées d’êtres humains, et de tous les hommes quels qu’ils soient il n’est qu’une seule définition ».

Notes

1 Article publié originellement dans Bulletin Hispanique, t. 94, 1992, n° 1, p. 37 à 43.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540