Version classiqueVersion mobile

Le paysage rural et ses acteurs

 | 
Aline Rousselle
, 
Marie-Claude Marandet

Habitat et mise en valeur (sous la présidence du Professeur Geneviève Gavignaud Fontaine)

Le paysage bocager de Cerdagne : approche archéologique d’un impact de la société paysanne sur le substrat minéral

Michel Martzluff

Texte intégral

Présentation

  • 1 Christine Rendu : « Premières traces d’occupation pastorale sur la montagne d’Enveig », Travaux de (...)

1Tel qu’il subsiste encore, en pleine déprise pastorale et passablement amoindri par le nouvel aménagement de la montagne, le bocage cerdan représente une relique dont l’histoire semble s’inscrire dans la longue durée, ainsi qu’en témoignent les récentes découvertes sur la déforestation liée à l’élevage dans les zones d’altitude dès le Néolithique final1. Cependant, l’aspect qu’il revêt aujourd’hui s’est constitué très récemment, essentiellement au XIXe siècle et au début du suivant, pour ce que l’on sait, car de nombreux éléments d’appréciation restent encore très flous.

  • 2 Joan Bécat i Rajaut : « La revisio toponimica dels mapes de l’I. G.N. per a Catalunya nord : una ev (...)

2Plusieurs questions se posent. D’abord de savoir quelles modalités associer à la création ou au développement de ce bocage contemporain, plus précisément quelle chronologie fine et quelle extension spatiale attribuer aux différentes étapes des remaniements récents. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, tant pour les sources écrites que pour la mémoire orale (en voie de disparition pour ce qui est du début du siècle) mais aussi au niveau du terrain, on est souvent peu avancé sur ces questions (la révision toponymique de la carte I. G.N. a montré dans ce secteur une grande perte d’information et des positionnements le plus souvent incorrects2).

3Ensuite, on aimerait mieux savoir à quoi ressemblait le paysage rural cerdan peu avant la Révolution française et, bien entendu, lors de périodes plus lointaines pour lesquelles les témoignages concrets ont été largement oblitérés, voire gommés, par les aménagements postérieurs, et le sont d’autant plus et à plus grande échelle par les actuels travaux agricoles ou d’urbanisme (remembrement, replantations de résineux, routes, barrages, lotissement, thermalisme, stations de sport d’hiver...).

4Le dépouillement des textes médiévaux et modernes, l’examen de l’iconographie, rare et tardive hélas, ainsi que celui des premiers cadastres, fossilisant une étape antérieure, apportent des éléments de réponse ; mais toute cette documentation historique, lorsqu’elle existe, est loin de pouvoir fournir à elle seule les précisions nécessaires à une restitution du cadre environnemental qui soit assez large et détaillée et qui ait assez de profondeur pour exprimer le poids des impacts successifs de l’anthropisation sur ces hautes terres.

  • 3 Jean Guilaine : Pour une archéologie agraire, Armand Colin, Paris, 1991.

5Reste donc l’étude du terrain qui peut passer par des analyses phytogéographiques (étude des haies et anthracologie/palynologie), géologiques (géomorphologie/pédologie) mais aussi par des travaux archéologiques concernant le bâti, le sol ou le sous-sol. Ces derniers, le plus souvent liés à un seul gisement, sont toutefois trop ponctuels pour offrir à eux seul des éléments clés dans une démarche plus globale d’archéologie paysagère3.

  • 4 Michel Martzluff :
    (1983) « Picapedrers de Cerdanya », Font de Segre, n° 8, Perpignan, 1983, pp. 4-1 (...)

6La perspective d’appréhender le paysage en tant que site archéologique global, d’en définir les différentes unités autour d’un ensemble de gisements ou de structures formant une même entité par rapport à l’exploitation du milieu, nous a amené à intégrer dans les prospections que nous avons conduites en Cerdagne ces dernières années des éléments que nous avons tirés d’une étude ethnologique réalisée au début des années 80 sous le patronage de la Mission du Patrimoine du Ministère de la Culture4.

  • 5 Michel Martzluff : « Quelques éléments traceurs pour une archéologie du paysage en haute Cerdagne » (...)

7C’est ainsi que l’étude des savoir-faire des tailleurs de pierre nous a fourni des éléments issus de techniques actuelles et plus anciennes, transmis par la tradition orale et nous a conduit à considérer les nombreuses traces laissées par leurs outils sur l’espace comme des éléments fossiles permettant d’établir une fourchette chronologique pour dater les structures sur lesquelles elles sont imprimées. L’élaboration d’un certain nombre de critères morphotechniques s’appliquant à ces traces permet en effet d’isoler au moins trois séquences allant du plein Moyen Âge à l’actuel et, par défaut, la séquence antérieure5.

8L’intérêt de ces négatifs de débitage, plus généralement des traces d’outils sur la roche, vient ici de la pesanteur du substrat minéral. Pour aménager ce milieu, la société paysanne, depuis son origine (qui est ici datée du début du Néolithique moyen, soit près de soixante siècles), s’est trouvée confrontée à un espace fortement marqué par la masse des roches qui l’encombraient. Dans ces montagnes, toute progression de l’agriculture, toute avancée démographique un tant soit peu conséquente, est nécessairement passée par une attaque en règle de l’élément rocheux. Ceci dit, cet affrontement, qui a finalement abouti à la formation du paysage bocager actuel, n’a pas eu partout la même puissance et n’a donc pas généré partout le même paysage. Au contraire, la diversité des substrats rocheux de la Cerdagne est à cet égard l’une des raisons, parmi les plus importantes, qui peuvent expliquer la création de plusieurs faciès paysagers.

9L’intensité maximale de cette relation à la roche est surtout sensible en « pays » du granite, pour paraphraser une expression du professeur Godard, « pays » qui forme l’assise d’une importante fraction du bocage, de part et d’autre de la haute plaine dont les terrasses alluviales représentent, par leur étendue, la seconde fraction. Le milieu schisteux constitue la troisième unité géographique, principalement attestée sur les piémonts et -mais cela sort du cadre de notre propos- sur le secteur supraforestier des sommets de la chaîne.

10S’agissant de donner quelques pistes de recherche utilisables dans une archéologie du paysage, nécessairement pluridisciplinaire, nous examinerons donc ici, pour chacun de ces substrats, quelques exemples des traces relevées sur les roches et de l’exploitation qui peut en être tentée.

Le substrat granitique, l’exemple des chaos de la Solana

11Si l’on exclut les replats d’altitude, zone des estives pastorales, et les fortes pentes couvertes de forêts, la partie la plus humanisée du socle cristallin, celle où le paysage bocager est le plus typique et l’habitat paysan le plus dense, est inscrite dans une zone de chaos qui s’étend sur le flanc sud du massif du Carlit depuis Bolquère jusqu’à Enveig. Sur cette Solana, la forte présence de la roche mère s’exprime par l’entassement des boules granitiques, la puissance des pierriers et les pointements des chicots rocheux issus d’une très vieille altération du pluton magmatique depuis le Tertiaire, reliefs auxquels s’ajoutent les blocs erratiques abandonnés dans quelques secteurs par les glaciers quaternaires (Angoustrine et Enveig).

12Sur cet espace, les rochers gisant sur les pentes occupent, pour la plupart, un fort volume qui nécessite, soit de très gros travaux collectifs de déplacement, soit un fractionnement en unités plus petites lorsqu’on veut en débarrasser le sol pour étendre la surface agricole utile ou aménager des voies de circulation et l’espace habité.

Typologie évolutive des négatifs de débitage

Typologie évolutive des négatifs de débitage

Emboîtures doubles pour coins de fer (n° 5, XIIe-XIVe siècles). Très grandes emboîtures pour éclisse de bois ou pour plusieurs coins de fer (n° 1, XVe-XVIIe). Grands négatifs de mèche (n° 6, ici de 1700 à 1850). Grandes emboîtures pour coins de bois renforcés par des plaques de fer (n° 2, 1700-1850) dont les dimensions vont diminuant après 1850 (n° 3), comme celle des négatifs de barre à mine (n° 7). Petites emboîtures (n° 4, ici après 1910)
Figure 1

13Or, ce matériau granitique est difficile à tailler, ce qui suppose l’intervention de techniques et d’outils spécifiques et sous-entend une évolution de ces derniers. Étant, de par sa dureté même, un bon conservateur des empreintes dues aux outils, le granité offre donc un bon champ d’observation pour le repérage de ces négatifs de taille dont seuls ceux provenant de la phase de débitage nous intéressent ici.

  • 6 Michel Martzluff : « L’extracció i la talla del granit », in Roc d’Enclar, transformations d’un esp (...)
  • 7 J. Guilaine, op. cit.

14Ces traces se divisent en deux catégories. Les unes sont issues d’emboîtures creusées dans le rocher pour y insérer des coins (appelées ici tasconeres’) et les autres proviennent de forages pour le faire exploser à la mine (barrinada). Une fois clivé, le rocher conserve, sur les faces d’éclatement, les demi négatifs des coins ou de la mèche (barrina). Les techniques de débitage par coins font leur apparition sur ces hautes terres au plein Moyen Âge et sont attestées par des structures archéologiques en Andorre (château de Sant Vicenç d’Enclar, XIIIe siècle) et en Cerdagne (Castell de Bena, pont de San Marti à Puigcerda, XIVe siècle)6. La technique du coup de mine est attestée pour la première fois en Cerdagne lors de la construction de la forteresse de Montlouis par Vauban, à la fin du XVIIe siècle7.

  • 8 Jean-Phillipe Bocquenet : « La statue-menhir de ‘Caramat’en Capcir... », Bulletin de la S.P.F., tom (...)

15L’évolution des traces d’emboîtures passe au moins par trois stades (fig. 1). Au Moyen Âge, il s’agit de logements pour coins de fer de bonne taille (10 cm de profondeur sur 7 de large en moyenne) qui présentent l’originalité d’être en position unique ou double et le plus souvent décalée par rapport au centre de la plus grande longueur du bloc à débiter (ce qui suppose une connaissance approfondie des propriétés élastiques du matériau et une économie de l’outillage en fer). À notre connaissance, on ne retrouve ces traces que dans les constructions d’importance (châteaux, ponts, églises) à deux exceptions près cependant (qui sortent d’ailleurs du cadre cerdan) : l’une est la fameuse stèle pseudo anthropomorphe de Puigvalador, en Capcir8, provenant d’une ancienne carrière située en amont du lieu de découverte et dont les yeux sont en fait ces emboîtures doubles (et la chevelure des traces de charruage !) ; l’autre est située sur le soubassement d’une maison au centre du village de Campôme, en Confient. Ces traces médiévales typiques, certainement liées à un artisanat spécialisé et itinérant, œuvrant sur de grands chantiers et n’ayant eu aucune influence technique sur le monde paysan, ne peuvent concerner l’étude d’un paysage rural qui reste encore, à l’époque, fortement tributaire des masses chaotiques de rochers qui l’encombrent et avec lesquelles l’organisation des champs, des chemins et de l’habitat, doit composer.

Exemple type de traces en milieu schisteux (Belloch)

Exemple type de traces en milieu schisteux (Belloch)

1- Substratum rocheux
2- Affleurement du substrat
3- Pointement rocheux
4-Stries dues aux instruments aratoires légers, type araire
5- Stries plus profondes dues aux charruages modernes
6- Stries de coups de hache liés à la déforestation
7- Mur de soutènement, feixa, portant aussi des blocs striés
8- Tas d’épierrement récent (avec traces de soc)
9- Niveau probable du sol holocène avant la mise en culture
10- Reliquat de l’ancien remplissage piégé dans les dépressions
11- Colluvions récentes liés à la mise en culture moderne
12- Socle rocheux dénudé par le ravinement hors des zones de feixes
Figure 2

16Le second stade morphotechnique regroupe à la fois de larges emboîtures et les premières traces de coups de mine. Ces dernières sont d’abord relativement grandes (fig. 2, n° 6) et ne s’observent pratiquement que sur des ouvrages d’art ou dans les galeries de mine du XVIIIe siècle. Après 1850 et jusqu’au début de ce siècle, elles deviennent plus petites et sont extrêmement nombreuses sur les structures lithiques du bocage. C’est l’époque où les paysans pauvres se louent à deux pendant la mauvaise saison pour débarrasser les champs des boules granitiques. Armés d’une petite barre à mine et d’une masse, ils forent un trou d’une trentaine de cm de longueur pour y insérer la poudre noire, la cartouche de papier et la mèche d’amadou. Après fermeture par un bouchon d’argile, cet explosif « lent » tranche la roche en respectant son fil (fig. 4), ce qui permet aussi d’utiliser les blocs débités dans l’habitat car c’est aussi l’époque de l’essor du bâti traditionnel dans les villages (maisons à plusieurs étages, grands mas, etc.).

17En moins d’un siècle, cette tactique a éliminé une considérable quantité de roches dans les zones chaotiques, permettant l’édification des nombreux murs de soutènement, d’enclos, mais aussi d’autres ouvrages (canalisation des rivières, barrages, ponts, chemins...) et une extension de l’habitat qui, comme le paysage agraire, se transforme profondément.

18Les très grands négatifs d’emboîture (30 cm de large sur 10 de profondeur, fig. 2, n° 1) forment une transition avec ceux du Moyen Âge entre les XIVe et XVIIe siècle (pont de Sant Marti en Cerdagne et carrière du fort de Bellegarde au Perthus). On les retrouve peu dans le cadre champêtre. La génération suivante témoigne d’une véritable attaque du substrat cristallin. Toujours creusées au pic (catalan : martellina), ce sont de larges emboîtures (15 à 20 cm de large sur 10 de profondeur, fig. 2, n° 2) qui, entre 1750 et le second empire, témoignent d’une adaptation à la pénurie d’outils en fer (et à l’économie du travail du forgeron). En effet, elles sont liées à l’utilisation de coins en bois renforcés latéralement par des plaques en fer (les fers de vache étaient récupérés pour cette tâche). Cette technique a laissé de nombreuses traces, mais principalement dans les zones dites « de granit tendre », relativement éloignées des villages (fig. 3), car les tailleurs de pierre du cru, qui restaient avant tout des paysans, ne connaissaient pas assez le fil de la pierre pour s’attaquer au granit « dur », roche moins altérée des zones métamorphiques basses (contact avec les schistes). Là, était plutôt utilisée la mine.

Figure 3, (cliché) : négatifs de grandes emboîtures sur un rocher, échelle au premier plan : 1 m. À l’arrière-plan, la moraine d’Angoustrine et au fond, à droite, le village de Villeneuve-les-Éscaldes à 2 km environ en contrebas.

  • 9 Michel Martzluff : Les hommes du granité dans les Pyrénées nord-catalanes, ed. Terra Nostra-C. R.E. (...)

19Le troisième stade, très récent, est attesté par de petites emboîtures (6 cm de profondeur sur 3 de large, fig. 2, n° 4) disposées en rang serré sur la ligne de fracture et aussi par l’usage d’explosifs brisants du type dynamite. L’utilisation de petits coins de fer, introduite en Cerdagne par des ouvriers italiens lors de l’édification de la voie ferrée, au tout début du siècle9, ne s’impose vraiment qu’après 1910. Cette technique suppose une bonne connaissance du fil de la pierre, ce qui n’était pas le cas auparavant, et elle est également grosse consommatrice de fer (aiguille pour creuser les emboîtures, écrasement des coins nécessitant une forge mobile). Elle accompagne les progrès de l’artisanat local qui emploie, dans des associations libres, une main d’œuvre rurale nombreuse et qui exprime, entre 1900 et 1940, une sorte d’âge d’or de la taille du granite. L’utilisation de la dynamite se généralise après la première guerre mondiale et produit, sur les blocs débités, des fissurations caractéristiques. L’extinction de cet artisanat est pratiquement réalisée dans les années 1970. À ces progrès est associée une modification notable de la zone des granits « durs », près des villages (fig. 5).

Le substrat schisteux, l’exemple de la montagne de Belloch

20Belloch est une éminence qui domine à la fois les chaos granitiques de Dorres, à l’est, d’Enveig, à l’ouest, et, vers le sud, à ur, les terrasses alluviales de la plaine. Elle fait partie d’une série de croupes schisteuses qui, depuis Estavar et Llivia jusqu’à Maranges, bordent le massif granitique de la Solana. Contrairement à ce qui a pu se passer dans l’enclave espagnole de Llivia où ces collines furent replantées en pin, ce qui provoqua d’importants remaniements dans le sous-sol, le dôme de Belloch ne fut que peu touché par les plantations en résineux. Ici, mis à part des haies, un lambeau de forêt rélictuelle sur son flanc ouest et un petit espace reforesté par l’O.N. F. à l’est, le sol est nu, très lisible lors des prospections de surface.

Figure 4, (cliché et croquis) : traces de barrinades (flèches) sur un mur du terroir d’Enveig dans les chaos de Brangoli (premier plan, pelouse du champ, au fond haies). Remarquer la grosseur des pierres et l’allure archaïque de l’abri (catalan cova) aménagé dans le mur (fin XIXe siècle).

21L’étude systématique de tous les versants, soit une superficie de près de 700 hectares, a révélé un ensemble très dense de structures et de signes archéologiques qui s’étalent depuis la préhistoire récente jusqu’à l’actuel et concernent le funéraire et l’habitat (Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge), l’agriculture et l’élevage (périodes médiévales, modernes et actuelle), mais aussi l’art rupestre (ibères, période médiévale). L’analyse de l’imbrication de ces vestiges sur l’espace est en cours et devrait être approfondie par des investigations en sous-sol ainsi que par l’étude des sources historiques.

22Sur cet espace, il n’existe pas de traces de débitage de la roche qui soient parlantes : les schistes, naturellement clivés, se débitent facilement à la pince et se fractionnent à la masse, techniques atypiques pour ce qui est de la chronologie des négatifs de débitage induits. Par contre ce sont des matériaux tendres qui, à l’inverse du granite, peuvent conserver des traces plus légères, telles les fines gravures rupestres protohistoriques. C’est d’ailleurs lors du repérage de ces dernières que nous avons remarqué la présence systématique de stries de différentes formes sur les affleurements rocheux ou sur des pierres mobiles.

  • 10 Marc Calvet : Morphogenèse d’une montagne méditerranéenne. Les Pyrénées orientales. Doctorat d’état (...)

23Ces rainurages inorganisés, qui se distinguent nettement du corpus de l’art rupestre et que l’on ne peut ici associer aux stries glaciaires10, proviennent du choc des outils agricoles (fig. 2). Les plus rares sont de très fines incisions, distribuées de façon aléatoires sur les faces verticales des pointements rocheux et qui sont vraisemblablement le fait d’un outil tranchant du type fer de hache. Les plus nombreuses sont dues aux travaux aratoires et sont logées au pied des pointements du roc ou, au sol, sur les multiples affleurements du substrat. Elles se présentent comme de légères saignées dissymétriques, organisées selon une longue virgule à partir d’un impact en forme de cupule à l’une des extrémités. L’analyse de leurs dimensions, surtout de leur profondeur, montre la présence d’au moins deux séries, l’une imputable à un outil léger de type araire, l’autre à des charruages plus puissants. Il est également possible de distinguer des orientations préférentielles qui se recoupent à l’orthogonale selon le sens des labours.

Figure 5, (cliché et croquis) : pont mégalithique du terroir d’Enveig, hameau de Brangoli. Malgré son allure archaïque, cet ouvrage fut édifié entre 1910 et 1920 si l’on se fie aux traces de petites emboîtures sur les linteaux de granité (flèche n° 1) et de coup de mine sur les montants de pierre qui soutiennent l’ouvrage et canalisent la rivière (flèche n° 2).

24Outre son intérêt strictement archéologique lorsqu’il s’agit, par exemple, de distinguer un tumulus funéraire d’un simple tas d’épierrement post-aratoire (les pierres du premier ne recelant pas en principe ce type de trace), l’étude de ces signes peut déboucher sur une estimation assez précise de la puissance des ravinements depuis la mise en culture. Sur les pentes de Belloch, de telles traces se situent fréquemment entre 20 et 30 cm du sol actuel, distance qu’il faut multiplier par deux pour restituer le sol d’origine. C’est donc un cubage considérable de sédiments qui fut arraché par l’érosion depuis un millénaire au moins, phénomène qui a entraîné, hors des zones mineures où ces sols légers sont encore retenus par des murettes de pierre sèche, la création d’une lande utilisée aujourd’hui pour le pastoralisme. Dans certains secteurs, la présence de structures protohistoriques pourrait permettre d’isoler des mises en culture plus anciennes, dans d’autres, la présence exclusive de traces légères montre que le socle est déjà mis à nu dès le siècle dernier.

Les terrasses alluviales de la plaine

25Sur cette aire géographique, qui occupe une position centrale dans le bassin cerdan mais qui pousse aussi quelques digitations dans les vallées adjacentes d’Angoustrine et de Carol, le substrat rocheux n’est représenté que par des nappes de galets provenant d’alluvions fluviatiles ou morainiques et par de volumineux éléments stéréotomiques, en granité, quartzite ou en schiste, nécessairement apportés là par l’homme depuis les pentes avoisinantes. À ce titre, elle offre une moindre valeur au niveau de notre démarche, même s’il n’est pas sans intérêt d’essayer, par exemple, de distinguer les différents types de zébrures dues aux instruments aratoires sur les galets utilisés pour édifier les murettes des enclosures ou d’autres structures agraires.

26Cependant, le fait que seuls apparaissent in situ des éléments détritiques de volume modeste a une implication architectonique évidente, surtout valable dans les secteurs où ne sont présents que les galets de rivière, secteurs qui sont aussi les plus éloignés des gisements de roche mère. En effet, à part sur les moraines où gisent de gros blocs erratiques mais qui sont encore proches des versants, les éléments lithiques un tant soit peu conséquents que l’on trouve en plaine sont anthropogènes, ce qui suppose une infrastructure économique relativement développée. Confrontés aux stigmates laissés par les outils de taille, ces artefacts s’inscrivent en général dans une période récente (fin XIXe-XXe siècles).

  • 11 Michel Martzluff, op. cit.

27Ainsi, entre le pont médiéval de Sant Marti, près de Puigcerda11, et celui, contemporain, de la route internationale de Bourg-Madame, il existe de notables différences dans le nombre et le module des roches taillées, le premier utilisant le matériau alluvionnaire local, hétérogène et diminutif, le second employant le granité des chaos d’Angoustrine et de Dorres, situés à une quinzaine de kilomètres et dans lequel peuvent se débiter de très grands linteaux.

28Ce fait, encore plus éloquent dans l’architecture vernaculaire, se traduit dans le paysage par une série d’éléments qui sont surtout liés à la création de prairies irriguées. Les plus parlants sont les portelleres en granite, sortes de bornes quadrangulaires munies de trous où sont enfilés des câbles. Ces limites de prés, si typiques de la basse Cerdagne, portent des stigmates de débitage (petites emboîtures) qui les situent entre 1910 et 1940, époque de leur production en série dans les chaos de la solana.

29Autre élément remarquable, les nombreux barrages du Rahur qui, entre Ur et Bourg-Madame, soit sur quatre kilomètres, barrent la rivière tous les trente mètres environ pour en rectifier le profil d’équilibre afin d’éviter le déchaussement des quatre grandes prises d’eau pour les canaux d’arrosage. Ces aménagements, aujourd’hui largement démantelés par les crues, livrent d’énormes blocs granitiques exogènes débités à coup de mines et qui sont datables de la fin du XIXe siècle au tout début de l’actuel. À eux seuls, ces éléments montrent le caractère tardif de l’installation massive des prairies en ce lieu où une importante modification du paysage, liée à la progression de l’élevage bovin, n’est donc guère antérieure au début du siècle.

Conclusion

30Concernant l’espace agricole, l’essentiel des modifications opérées sur le substrat cristallin de Cerdagne se situe, semble-t-il, dans une période récente. Les critères retenus pour cette étude n’étant surtout opératoires que pour une séquence inscrite entre la Révolution française et l’actuel, l’intérêt d’appliquer une typologie des traces laissées par les outils sur le rocher réside, pensons-nous, dans la possibilité de « cartographier », sur l’ensemble d’un terroir, des secteurs qui ont été profondément modifiés par une attaque du substrat rocheux. Un repérage fin de ces traces récentes et de leurs combinaisons dans les structures du sol, permet de déduire les secteurs plus anciens, non remaniés par débitage. L’identification de zones moins bouleversées, aménagées avant 1800, est donc à même de faciliter le ciblage sur l’espace de recherches pluridisciplinaires plus poussées afin d’affiner l’insertion chronologique des structures repérées dans une évolution globale du paysage.

Notes

1 Christine Rendu : « Premières traces d’occupation pastorale sur la montagne d’Enveig », Travaux de Préhistoire Catalane, Bulletin du C. E.P. C., vol. 8, université de Perpignan, 1996, pp. 35-43.

2 Joan Bécat i Rajaut : « La revisio toponimica dels mapes de l’I. G.N. per a Catalunya nord : una evolucio cap a la grafia catalana », Études Roussillonnaises offertes à P. Ponsich, Le Publicateur, Perpignan, 1987, pp. 551-558.

3 Jean Guilaine : Pour une archéologie agraire, Armand Colin, Paris, 1991.

4 Michel Martzluff :
(1983) « Picapedrers de Cerdanya », Font de Segre, n° 8, Perpignan, 1983, pp. 4-14 ;
(1984) « Les picapedrers, mémoire oubliée et paysage archive dans les chaos granitiques des Pyrénées catalanes (Cerdagne et sud de l’Andorre) », Terrain, Carnets du Patrimoine Ethnologique, n° 2, Paris, 1984, p. 78.

5 Michel Martzluff : « Quelques éléments traceurs pour une archéologie du paysage en haute Cerdagne », Bulletin de la S.A.S.L. des P.-O., tome XLIV, Perpignan, 1986, pp. 31-50.

6 Michel Martzluff : « L’extracció i la talla del granit », in Roc d’Enclar, transformations d’un espai dominant, segles IV – XIX, p. 453-460, 6 fig., (monographie des fouilles), ed. Gobern d’Andorra, 1997.

7 J. Guilaine, op. cit.

8 Jean-Phillipe Bocquenet : « La statue-menhir de ‘Caramat’en Capcir... », Bulletin de la S.P.F., tome 92, n° 4, Paris 1995, pp. 459-462.

9 Michel Martzluff : Les hommes du granité dans les Pyrénées nord-catalanes, ed. Terra Nostra-C. R.E.C., n° 63, Perpignan, 1988.

10 Marc Calvet : Morphogenèse d’une montagne méditerranéenne. Les Pyrénées orientales. Doctorat d’état, Paris I, 1994, 1143 p, in. Tome III, p. 883

11 Michel Martzluff, op. cit.

Table des illustrations

Titre Typologie évolutive des négatifs de débitage
Légende Emboîtures doubles pour coins de fer (n° 5, XIIe-XIVe siècles). Très grandes emboîtures pour éclisse de bois ou pour plusieurs coins de fer (n° 1, XVe-XVIIe). Grands négatifs de mèche (n° 6, ici de 1700 à 1850). Grandes emboîtures pour coins de bois renforcés par des plaques de fer (n° 2, 1700-1850) dont les dimensions vont diminuant après 1850 (n° 3), comme celle des négatifs de barre à mine (n° 7). Petites emboîtures (n° 4, ici après 1910)Figure 1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Exemple type de traces en milieu schisteux (Belloch)
Légende 1- Substratum rocheux2- Affleurement du substrat3- Pointement rocheux4-Stries dues aux instruments aratoires légers, type araire5- Stries plus profondes dues aux charruages modernes6- Stries de coups de hache liés à la déforestation7- Mur de soutènement, feixa, portant aussi des blocs striés8- Tas d’épierrement récent (avec traces de soc)9- Niveau probable du sol holocène avant la mise en culture10- Reliquat de l’ancien remplissage piégé dans les dépressions11- Colluvions récentes liés à la mise en culture moderne12- Socle rocheux dénudé par le ravinement hors des zones de feixesFigure 2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 3, (cliché) : négatifs de grandes emboîtures sur un rocher, échelle au premier plan : 1 m. À l’arrière-plan, la moraine d’Angoustrine et au fond, à droite, le village de Villeneuve-les-Éscaldes à 2 km environ en contrebas.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 4, (cliché et croquis) : traces de barrinades (flèches) sur un mur du terroir d’Enveig dans les chaos de Brangoli (premier plan, pelouse du champ, au fond haies). Remarquer la grosseur des pierres et l’allure archaïque de l’abri (catalan cova) aménagé dans le mur (fin XIXe siècle).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28937/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Figure 5, (cliché et croquis) : pont mégalithique du terroir d’Enveig, hameau de Brangoli. Malgré son allure archaïque, cet ouvrage fut édifié entre 1910 et 1920 si l’on se fie aux traces de petites emboîtures sur les linteaux de granité (flèche n° 1) et de coup de mine sur les montants de pierre qui soutiennent l’ouvrage et canalisent la rivière (flèche n° 2).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28937/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search