Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français en contextes

 | 
Henry Tyne

III - Maîtrise et acquisition : études de données

Différences dans l’utilisation des marqueurs discursifs : analyse comparative entre apprenants et Français natifs

Kaori Sugiyama

Résumé

En se basant sur un corpus d’apprenants, cet article mettra en avant la sous-utilisation de marqueurs discursifs (MD) d’apprenants japonais du français par rapport aux locuteurs francophones natifs. Si les MD sont régulièrement employés dans la conversation orale par les natifs, nous les considérons ici comme étant propres à l’interlangue, témoignant de l’état d’avancement de celle-ci. Les résultats montrent que les MD sous-utilisés en français langue seconde sont les suivants : enfin, hein, quoi, bon, alors, voilà, tu vois, tu sais, quand même, en fait. Les apprenants les plus avancés les emploient plus que les débutants, avec une préférence marquée pour en fait. Une différence quantitative dans l’utilisation de certains MD se dégage entre les apprenants ayant eu au moins un an d’expérience dans un pays francophone et les autres.

Based on a learner corpus, this article focuses on underuse of discourse markers (DMs). While DMs are widely used in ordinary conversation by native speakers, we consider their use by learners as a characteristic element of interlanguage development. The results of our study show that underused DMs in second language French are following: enfin, hein, quoi, bon, alors, voilà, tu vois, tu sais, quand même, en fait. Advanced learners use them more frequently than less advanced learners, with a marked preference for en fait. A quantitative difference in the use of certain DMs is found between learners who have had experience of living in a French speaking country for at least one year as opposed to other learners.

Texte intégral

Introduction

1L’importance des corpus dans le champ de la linguistique s’accentue depuis quelques décennies. En effet, les avancées technologiques de ces dernières années ont donné aux corpus une importance sans précédent (Tyne et al. 2014). L’objectif principal de cet article est de décrire les différences dans l’utilisation des marqueurs discursifs (MD) entre les apprenants japonais du français et les francophones natifs, en se basant sur des données attestées. Nous utiliserons pour ces dernières non seulement un corpus de natifs mais aussi un corpus d’apprenants afin de pouvoir mettre en application la méthode d’analyse contrastive (« Contrastive Interlanguage Analysis ») introduite par Granger (1996). Il s’agit d’une double comparaison : d’une part elle s’appuie sur la comparaison de la production des natifs avec celle des apprenants, et d’autre part elle s’appuie sur la comparaison à l’intérieur du groupe des apprenants (différences selon le niveau ou en fonction de leur langue d’origine). Dans cette étude, nous cherchons à mettre en lumière les différences de niveau des apprenants à travers l’utilisation de MD en nous servant de l’approche sur corpus.

Les marqueurs discursifs

2Les très nombreuses études existantes montrent une grande variété de termes désignant ce que nous appelons ici les « marqueurs discursifs » : entre autres, « marqueur discursif » (Schiffrin 1987), « discourse particle » (Mosegaard Hansen 1998), « pragmatic particle » (Beeching 2002), « particule énonciative » (Fernandez 1994), « pragmatic connective » (Blakemore 1997), etc. Cette diversité reflète en outre la variété des approches. Jucker et Ziv (1998) ajoutent que les études antérieures témoignent surtout de la diversité des fonctions qu’occupent les marqueurs discursifs, telles que « discourse connectors », « turn-takers, confirmation-seekers », « intimacy signals », « topic-switching », « hesitation markers », « boundary markers », « fillers », « prompters », « repair markers », « attitude markers », « hedging devices », etc. Ainsi, si l’appellation semble renvoyer à un concept assez flou, Dostie et Pusch (2007 : 3-4) proposent néanmoins des propriétés générales :

  • les MD appartiennent aux classes mineures et ils sont morphologiquement invariables ;

  • ils ne contribuent pas au contenu propositionnel des énoncés et c’est pourquoi leur présence ou leur absence ne modifie pas la valeur de vérité des énoncés auxquels ils sont joints ;

  • ils ont tendance à constituer des unités prosodiques indépendantes, si bien qu’ils sont en général extérieurs à la structure de la phrase ;

  • ils sont optionnels sur le plan syntaxique, c’est-à-dire que, dans les cas où ils sont joints à un énoncé, leur absence n’entraîne pas une agrammaticalité. De plus, ils n’entrent pas dans une structure argumentale et ils peuvent occuper différentes positions par rapport à un énoncé, s’ils ne sont pas utilisés comme mots-phrases ;

    • 1 Voir aussi Blanche-Benveniste (1997).

    ils jouent un rôle au-delà de la phrase et ils relèvent de la macro-syntaxe du discours1.

3Plusieurs études ont déjà été réalisées sur les MD en langue française. Par exemple, des travaux minutieux de description des MD ont été développés par Mosegaard Hansen (1998), Chanet (2001) et Beeching (2002, 2007). Et bien que, du point de vue acquisitionnel, la description structurelle et fonctionnelle des MD soit très utile, l’étendue des études sur les MD reste à ce jour assez restreinte dans ce domaine notamment : il n’y a, sauf erreur de notre part, aucune étude détaillée portant sur les MD dans les productions d’apprenants japonais du français.

Questions de recherche et méthode

4S’il n’est pas aisé d’identifier une utilisation typiquement « non native » des MD (comparée à une erreur grammaticale, par exemple – Svartvik 1980 : 171), le recours aux corpus nous permet de détecter un certain manque de ressemblance avec les locuteurs natifs, notamment en termes de taux d’emploi dans des situations comparables. Les questions de recherche sont donc les suivantes :

  • quelle est la distribution des MD, et en quoi diffère-t-elle d’un groupe de locuteurs à l’autre ?

  • la différence individuelle existe-t-elle dans l’usage des MD ? 

  • y a-t-il des différences quantitatives et qualitatives d’utilisation entre les apprenants de niveau avancé et ceux de niveau débutant-intermédiaire ?

5Cette recherche adopte la méthode d’analyse proposée par Granger (1996). La comparaison du corpus d’apprenants avec le corpus natif consiste, dans un premier temps, à extraire les usages typiques chez les francophones natifs. Pour cette recherche, nous utilisons le corpus d’apprenants du projet IPFC-JP (Inter-phonologie du Français Contemporain-Japonais)2. Le corpus de données natives est le Corpus multilingue du français / Aix3 qui est construit pour un projet en collaboration entre l’Université des Langues Étrangères de Tokyo et l’Université d’Aix-Marseille. L’IPFC-JP comprend des apprenants de différents niveaux : du niveau débutant jusqu’au niveau avancé de japonophones natifs ayant vécu pendant de longues périodes en pays francophone. Ce corpus est composé de cinq parties distinctes : répétition, prononciation à partir d’une liste de mots, lecture à haute voix, conversation guidée avec un professeur, conversation libre. La présente étude s’appuie sur les données de cette dernière partie comportant les transcriptions de conversations de 38 apprenants pour un total de 34 518 mots. Le corpus de locuteurs natifs est constitué de trois collections de données : conversations libres entre étudiants et jeux de rôle enregistrés en 2005, conversations libres enregistrées en 2009 et 2011. Du corpus total, qui compte approximativement 600 000 mots (Koga et al. 2012), nous avons opéré une sélection afin de ne retenir que 20 participants (choisis au hasard), ce qui donne un sous-corpus de taille plus réduite, de 65 592 mots en tout.

6L’identification des cas de sous-utilisation de MD est réalisée au moyen de la « log vraisemblance » (« log likelihood ») qui sert à définir le degré de significativité, c’est-à-dire la « saillance » ou « keyness ». En effet, la comparaison du corpus d’apprenants avec le corpus de natifs permet de calculer cette valeur. Le concept de keyness est basé sur l’idée que la proportion d’un mot serait quasi-identique si les corpus en question sont homogènes (Ishikawa 2012). Par conséquent, une valeur élevée indique un grand écart de proportion d’un même mot dans les corpus étudiés. A partir de la liste des keyness, nous observons les différences dans l’usage des MD, non seulement entre natifs et apprenants, mais aussi entre les apprenants. Pour le groupe d’apprenants japonophones, nous identifions deux niveaux afin d’opérer une comparaison à l’intérieur du groupe. Ainsi, les apprenants de niveau Master et les doctorants ayant vécu dans un pays francophone pendant au minimum un an ont été classés en niveau « avancé » ; les autres apprenants, sans expérience dans un pays francophone, ont été classés en niveau « débutant-intermédiaire ». Si la valeur de la log vraisemblance d’un mot est de moins de -50, nous considérons ce mot comme étant sous-utilisé. Pour les bigrammes, qui sont les groupes de deux mots consécutifs dans les corpus, la valeur limite est de -20. Ces sous-utilisations sont calculées à l’aide du logiciel Word Smith Tools, version 6 (Scott 2012).

Résultats et analyse

7Les relevés bruts (nombre de tokens et de bigrammes) sont présentés dans le Tableau 1. Les corpus étant de tailles différentes, la fréquence a été étalonnée à 100 000.

Tableau 1 : Relevés bruts dans les 3 corpus

  • 4 NS = native speakers (locuteurs natifs du français).
  • 5 NNS-A = apprenants de niveau avancé.
  • 6 NNS-D = apprenants de niveaux débutant-intermédiaire.

NS4

NNS-A5

NNS-D6

Tokens

65 592

21 521

12 997

Bigrammes (Tokens)

60 805

19 819

10 987

8Les listes présentées dans les Tableaux 2 et 3 montrent les MD potentiels (surlignage en gris) parmi les éléments les plus saillants qui se dégagent. Ces formes sont ensuite confirmées (ou non) en fonction du contexte d’utilisation. Les MD sous-utilisés sont : enfin, hein, quoi, bon, tu vois, tu sais, quand même et en fait.

Tableau 2 : Sous-utilisations (mots)

  • 7 NNS = non native speakers (locuteurs non natifs du français).

No

 

NS

NNS7

Keyness

 

 

Fréq. Obs

Fréq. / 100 000

Fréq. obs

Fréq. / 100 000

 

1

ENFIN

336

512,27

12

34,76

-205,81

2

HEIN

242

368,95

1

2,90

-194,09

3

QUI

615

937,63

95

275,22

-164,53

4

QUOI

387

590,02

40

115,88

-147,39

5

LES

892

1359,94

201

582,3

-140,46

6

ÇA

1 021

1556,62

269

779,3

-116,67

7

DES

651

992,51

143

414,28

-106,98

8

ILS

478

728,76

93

269,42

-95,24

9

FAIT

535

815,66

112

324,47

-95,23

10

OUAIS

923

1407,21

268

776,41

-82,1

11

QU

477

727,23

103

298,4

-80,58

12

VOIS

152

231,74

9

26,07

-78,4

13

379

577,82

72

208,59

-78,08

14

BON

332

506,17

65

188,31

-65,44

15

TOUT

315

480,25

62

179,62

-61,59

16

AVOIR

97

147,89

3

8,69

-61,51

17

LEUR

89

135,69

2

5,79

-60,33

18

MÊME

253

385,72

48

139,06

-52,15

19

SAIS

335

510,74

77

223,07

-50,54

Tableau 3 : Sous-utilisation (bigrammes)

  • 8 BC = back channel (régulateur).

No

 

NS

NNS

Keyness

 

 

Fréq. Obs

Fréq. / 100 000

Fréq. obs

Fréq. / 100 000

 

1

BC8 OUAIS

122

200,64

1

3,25

-93,76

2

QU ON

131

215,44

6

19,48

-74,36

3

TU VOIS

128

210,51

7

22,72

-68,16

4

TU SAIS

120

197,35

6

19,48

-66,07

5

ILS ONT

94

154,59

7

22,72

-43,56

6

NON MAIS

67

110,19

2

6,49

-42,83

7

QUE ÇA

78

128,28

4

12,98

-42,54

8

MAIS BON

65

106,9

2

6,49

-41,26

9

QU ILS

74

121,7

5

16,23

-35,97

10

QUAND MÊME

102

167,75

12

38,95

-35,12

11

VRAI QUE

62

101,97

3

9,74

-34,52

12

QUI SONT

56

92,1

2

6,49

-34,23

13

EN A

56

92,1

2

6,49

-34,23

14

CE QUI

61

100,32

3

9,74

-33,77

15

EN FAIT

217

356,88

50

162,31

-32,55

16

HESIT OUAIS

84

138,15

9

29,22

-31,09

17

TOUT ÇA

51

83,87

2

6,49

-30,37

18

QU IL

147

241,76

28

90,89

-30,1

19

QUI EST

90

148,01

14

45,45

-23,77

20

DANS LES

42

69,07

2

6,49

-23,51

21

ENFIN JE

36

59,21

1

3,25

-23,38

22

DE FAIRE

36

59,21

1

3,25

-23,38

23

JE SAIS

188

309,19

50

162,31

-20,81

24

EST QUE

38

62,49

2

6,49

-20,52

25

ET TOUT

47

77,3

4

12,98

-20,23

9Si le taux d’utilisation des MD chez les apprenants de niveau avancé est nettement inférieur à celui observé chez les natifs, il est tout de même plus élevé que chez les débutants-intermédiaires (Tableau 4).

Tableau 4 : Fréquence par 100 000 et fréquence brute observées

NS

NNS-A

NNS-D

ENFIN

512,26 (336)

37,17 (8)

0,00 (0)

HEIN

368,95 (242)

4,65 (1)

0,00 (0)

QUOI

468,04 (307)

60,41 (13)

0,00 (0)

BON

422,31 (277)

37,17 (8)

24,40 (3)

TU VOIS

273,00 (166)

25,13 (5)

9,10 (1)

TU SAIS

166,10 (101)

0,00 (0)

0,00 (0)

QUAND MÊME

169,39 (103)

55,50 (11)

9,10 (1)

EN FAIT

356,88 (217)

242,19 (48)

18,2 (2)

SOMME

2736,93

462,22

60,8

(1749)

(94)

(7)

10La particularité des apprenants de niveau avancé se situe, en outre, dans l’emploi du MD en fait (voir les exemples 1 à 5). La fréquence de ce MD est remarquable par rapport aux autres MD : la moitié des occurrences de tous les MD.

  • 9 J = Japonais, D = Débutant-Intermédiaire, # =ID.
  • 10 J = Japonais, A = Avancé, # =ID.

1. c’était trop trop trop difficile en fait j’ai pas fini donc et je relis un jour encore une fois je dois lire (JD199)
2. c’est ça donc moi aussi je vais parler HESIT je vais vous parler de HESIT mes expériences à l’étranger c’est-à-dire HESIT ma première HESIT en fait la première fois que j’ai rencontré avec un un étranger c’était quand j’avais cinq six ans donc le premier année de (JA0110)
3. donc HESIT en fait c’est le deuxième fois que je suis allé en NP donc HESIT (JA10)
4. après on a pas visité en fait visité NP la ville de NP mais on a visité NP (JA04)
5. les légumes ne sont pas chers en fait c’est presque même prix en qu’en NP (JA08)

11Cet usage chez les apprenants de niveau avancé est surtout apparenté à la fonction de « réparateur », car cette expression est suivie du marqueur d’hésitation, ou est précédée d’expressions reformulées. Il est intéressant de noter qu’en revanche, le MD enfin (voir les exemples 6 à 10), qui a lui aussi une fonction de réparateur, est nettement moins utilisé :

  • 11 F = Français, # =ID.

6. mais il y avait eu un problème je pense enfin je HESIT je crois (F0111)
7. en fait je viens de je viens d’NP enfin je je suis originaire de NP (F05)
8. mais les phénomènes surnaturels c’est enfin c’est bizarre (F17)
9. et alors il faisait nuit je crois enfin il pleuvait (F18)
10. c’est pas très animé parce que c’est enfin c’est au début des au début novembre (JA12)

12Le Tableau 5 montre le pourcentage des utilisateurs de MD parmi les participants de chaque groupe. Un pourcentage élevé signifie que les membres du groupe sont nombreux à utiliser les MD. La comparaison montre que les taux d’utilisation de MD sont beaucoup plus élevés pour les natifs que pour les apprenants. En ce qui concerne la comparaison entre les deux niveaux d’apprenants, le taux pour les avancés est plus élevé que pour les débutants-intermédiaires. La plupart des francophones natifs utilisent les MD tels que enfin, bon, en fait, quoi, quand même, alors que les apprenants sont moins nombreux à les utiliser. Pour les MD hein, tu vois, tu sais, si le taux d’utilisation par les natifs diminue, le taux d’utilisation des apprenants reste quand même nettement inférieur.

Tableau 5 : Pourcentage des usages de MD

NS

NNS-A

NNS-D

enfin

100 %

23,08 %

0 %

hein

75 %

7,69 %

0 %

quoi

95 %

23,08 %

0 %

bon

100 %

38,46 %

12 %

tu vois

65 %

23,28 %

4 %

tu sais

60 %

0 %

0 %

quand même

90 %

46,15 %

4 %

en fait

100 %

61,54 %

8 %

13Comme le montre le Tableau 5, la différence entre natifs et non-natifs est très marquée pour les MD. Toutefois, pour en fait et quand même, on constate qu’environ la moitié des apprenants de niveau avancé les utilisent. Cependant, il n’y a qu’une petite partie des débutants-intermédiaires qui les utilisent.

Conclusion

14A partir d’un échantillon de taille modeste, nous avons établi que les MD sous-utilisés dans les productions d’apprenants japonophones sont : enfin, hein, quoi, bon, tu vois, tu sais, quand même et en fait ; les natifs les utilisent beaucoup plus que les apprenants et, parmi ces derniers, les apprenants avancés les emploient plus que ceux de niveau débutant-intermédiaire, sans exception. Les MD semblent être un indicateur du niveau de maîtrise de la langue (cf. les indicateurs retenus par Bartning & Schlyter 2004), et on peut imaginer un continuum dans l’emploi des MD (à la fois qualitatif et quantitatif) allant des débutants aux apprenants très avancés voire quasi natifs.

15Concernant l’emploi de ces formes par les non-natifs, il y a une différence importante dans l’emploi en général entre les apprenants avancés qui ont vécu dans un pays francophone et les apprenants que nous avons qualifiés de niveau « débutant-intermédiaire », qui n’ont jamais effectué de séjour dans un pays francophone (cf. les travaux sur les effets bénéfiques d’un séjour à l’étranger – par ex. Regan et al. 2009 pour l’acquisition du français). Il y a également une différence dans le taux d’utilisation des différents MD. En effet, les apprenants de niveau avancé ont tendance à utiliser en fait de façon relativement fréquente, un cas unique parmi les MD. En revanche, nous n’avons pas pu observer de différence qualitative dans l’utilisation d’un MD plutôt qu’un autre chez les débutants-intermédiaires du fait tout simplement de la non-utilisation d’une grande partie de ceux-ci.

16Ces résultats et ces analyses sont bien évidemment à interpréter avec prudence. Premièrement, la plupart des apprenants sont des étudiants d’une seule université japonaise et on ne peut en aucun cas les considérer comme étant représentatifs de tous les apprenants japonais du français. Deuxièmement, du fait du corpus relativement restreint, nous ne pouvons conclure à des tendances générales ; de plus, ce corpus ne représente en aucun cas la compétence complète des sujets (qui peut-être font usage de MD dans d’autres circonstances, dans d’autres situations). Enfin, si nous nous sommes donné comme objectif de décrire dans cette étude les sous-utilisations des MD chez les apprenants japonais du français, nous n’avons pas cherché la cause de ces sous-utilisations. Il faudrait en effet se pencher sur les raisons de ces sous-utilisations, et les éventuelles prises en compte de la langue et la culture premières des apprenants. A l’instar des chercheurs travaillant sur le développement de la compétence sociolinguistique en français langue seconde (par ex. Dewaele & Mougeon 2002), on pourrait en outre se pencher sur l’input que reçoivent les apprenants : qu’en est-il des manuels et des documents authentiques utilisés ? Contiennent-ils des MD ? Si oui, sont-ils abordés de façon explicite ou s’agit-il s’une présence seulement ? Etc. Il serait donc intéressant de faire la comparaison entre l’usage réel des MD par les natifs et la représentation des MD dans les manuels. D’autres études viendront compléter ce que nous avons mis en avant dans cet article, et nous espérons que celles-ci contribueront à enrichir l’enseignement de la langue française afin de permettre aux apprenants japonais de développer une utilisation des MD plus proche de celle des locuteurs natifs dans leurs productions.

Bibliographie

Bartning, I. & S. Schlyter 2004, « Itinéraires acquisitionnels et stades de développement en français L2 », Journal of French language studies 14(3), p. 281-299.

Beeching, K. 2002, Gender, politeness and pragmatic particles in French, Amsterdam : John Benjamins.

Beeching, K. 2007, « La co-variation des marqueurs discursifs bon, c’est-à-dire, enfin, hein, quand même, quoi et si vous voulez : une question d’identité ? », Langue française 154, p. 78-93.

Blakemore, D. 1987, Semantic constraints on relevance, Oxford : Blackwell.

Blanche-Benveniste, C. 1997, Approches de la langue parlée en français, Paris : Ophrys.

Chanet, C. 2001, « 1700 occurrences de la particule quoi en français parlé contemporain : approche de la "distribution" et des fonctions en discours », Marges linguistiques 2, 56-80.

Dewaele, J.-M. & R. Mougeon (dir) 2002, AILE 17 (« L’acquisition de la variation par les apprenants du français langue seconde »).

Dostie, G. & C Pusch 2004, « Présentation. Les marqueurs discursifs. Sens et variation », Langue française 154, p. 3-12.

Fernandez, J. 1994, Les particules énonciatives dans la construction du discours, Paris : PUF.

Granger, S. 1996, « From CA to CIA and back : an integrated approach to computerized bilingual and learner corpora », dans K. Aijmer et al. (dir.), Languages in contrast. Text-based cross-linguistic studies, Lund : Lund University Press, p. 37-51.

Ishikawa, S. 2012, Be-shikkuKo-pas Gengogaku ("Basic linguistic corpus"), Tokyo : Hitsuji Syobo.

Jucker, A. H. & Y. Ziv 1998, « Discourse markers : introduction », dans A. Jucker & Y. Ziv (dir.), Discourse markers, descriptions and theory, Amsterdam : John Benjamins, p. 1-12.

Koga, K., H. Akihiro & Y. Kawaguchi 2011, « Aix Hanashi Kotoba Ko-pas Purojekuto ("Projet Aix-Corpus parlé") », Flambeau 37, p. 37-54.

Mosegaard Hansen, M.-B. 1998, The function of discourse particles. A study with special reference to spoken standard French, Amsterdam : John Benjamins.

Regan, V., M. Howard, & I. Lemée 2009, The acquisition of sociolinguistic competence in a study abroad context, Bristol : Multilingual Matters.

Schiffrin, D. 1987, Discourse markers, Cambridge : CUP.

Scott, M. 2012, Word Smith Tools version 6, Liverpool : Lexical Analysis Software.

Svartvik, J. 1980. « Well in conversation », dans S. Greenbaum et al. (dir.), Studies in English linguistics for Randolph Quirk, Londres : Longman, p. 167-177.

Tyne, H., V. André, C. Benzitoun, A. Boulton & Y. Greub (dir.) 2014, French through corpora : ecological and data-driven perspectives in French language studies, Newcastle : Cambridge Scholars.

Notes

1 Voir aussi Blanche-Benveniste (1997).

2 http://cblle.tufs.ac.jp/ipfc/index.php?id=24.

3 http://www.coelang.tufs.ac.jp/multilingual_corpus/fr/.

4 NS = native speakers (locuteurs natifs du français).

5 NNS-A = apprenants de niveau avancé.

6 NNS-D = apprenants de niveaux débutant-intermédiaire.

7 NNS = non native speakers (locuteurs non natifs du français).

8 BC = back channel (régulateur).

9 J = Japonais, D = Débutant-Intermédiaire, # =ID.

10 J = Japonais, A = Avancé, # =ID.

11 F = Français, # =ID.

Auteur

Université Seinan Gakuin, Japon

© Presses universitaires de Perpignan, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter