Version classiqueVersion mobile

Le français en contextes

 | 
Henry Tyne

II - Etudes linguistiques : décrire, enseigner, traduire

Traduire la mise en relief

Rania Talbi-Boulhais

Résumé

La mise en relief, procédé expressif et discursif présent dans toutes les langues, sera abordée dans ce travail d’un point de vue traductionnel. En effet, notre travail s’inscrira principalement dans le domaine de la traduction, ce qui nous permettra de mettre l’accent sur le fonctionnement syntaxique et informatif de la mise en relief dans le discours en français et en espagnol. La perspective contrastive et linguistique nous conduira donc à mettre en évidence les différentes stratégies mises en œuvre dans les deux langues considérées au moment d’organiser et de hiérarchiser les éléments ou un élément du discours. La mise en relief va donner à cet élément ou à ces éléments un statut de centralité autour duquel tout va converger non seulement sémantiquement mais également et surtout syntaxiquement. C’est la construction, la structure et l’expression de cette centralité qui seront évoquées ici par le biais de la traduction. L’orientation traductive et comparative nous amènera, tout en insistant sur les divergences structurelles, à décrire et à analyser les diverses structures et syntaxes utilisées pour exprimer la saillance d’un mot, d’un syntagme ou d’une phrase.

Texte intégral

Introduction

L’équivalence dans la différence est le problème cardinal du langage et le principal objet de la linguistique. […] Aucun spécimen linguistique ne peut être interprété par la science du langage sans une traduction des signes qui le composent en d’autres signes appartenant au même système ou à un autre système. Dès que l’on compare deux langues, se pose la question de la possibilité de traduction de l’une dans l’autre et réciproquement. (Jakobson 1963 : 80)

1La mise en relief, procédé expressif et discursif présent dans toutes les langues, sera abordée dans ce travail d’un point de vue traductionnel. En effet, notre travail s’inscrira principalement dans le domaine de la traduction, ce qui nous amènera à mettre l’accent sur le fonctionnement syntaxique et informatif de la mise en relief dans le discours en français et en espagnol. La perspective contrastive et linguistique nous conduira donc à mettre en évidence les différentes stratégies mises en œuvre dans les deux langues considérées au moment d’organiser et de hiérarchiser les éléments ou un élément du discours. La mise en relief va donner à cet élément ou à ces éléments un statut de centralité autour duquel tout va converger non seulement sémantiquement mais également et surtout syntaxiquement. C’est la construction, la structure et l’expression de cette centralité qui seront évoquées ici par le biais de la traduction. L’orientation traductive et comparative nous amènera, tout en insistant sur les divergences structurelles, à décrire et à analyser les diverses structures et syntaxes utilisées pour exprimer la saillance d’un mot, d’un syntagme ou d’une phrase. Si « traduire, c’est énoncer dans un autre langage (ou une autre langue cible) ce qui a été énoncé dans une autre langue source, en conservant les équivalences sémantiques et stylistiques » (Dubois 1973)1, le changement de langue impliquera le respect de la mise en relief comme on le verra, même si lors de la reformulation qu’impose la traduction—le passage d’une langue à l’autre—on pourra constater également, de manière non systématique certes, un déficit ou un excédent dans la production et la réception de la mise en relief. Le déficit emphatique d’une traduction ne signifie pas que sa désignation dans une autre langue s’avère ou peut s’avérer impossible mais tout simplement que le traducteur opère des choix discursifs, des stratégies qui expliquent nécessairement l’absence d’emphase ou de relief, choix qui s’imposent immédiatement au lecteur de la traduction proposée par le traducteur, ceci ne voulant pas dire qu’il n’existe qu’une seule traduction, mais tout simplement que le traducteur a renoncé en choisissant une traduction les autres possibilités traductives. Toutefois, l’attitude la plus commune et la plus fréquente au niveau des énoncés traduits et à traduire sera de restituer le signifiant et la syntaxe emphatiques. Cette restitution n’est pas toujours littérale puisque chaque locuteur et chaque langue par là-même disposent de divers agencements, de diverses configurations et de divers procédés pour dire la mise en relief. Outre les différentes procédures existantes que nous évoquerons à travers les exemples sélectionnés et analysés, nous essaierons d’insister sur cette non-littéralité dans l’expression de la mise en relief entre le français et l’espagnol et inversement. Dans tous ces cas et à travers leurs analyses, nous pourrons observer que le français et l’espagnol ne convergent pratiquement jamais dans les choix opérés pour (re)formuler la mise en relief exprimée dans le discours source. C’est donc sur la variation expressive et formelle de la saillance entre les deux langues que va se structurer fondamentalement notre analyse comparative sur la mise en relief.

Les constructions clivées

  • 2 Exemples tirés de Mencé-Caster (2000).

2Comme nous l’avons dit, chaque langue met en œuvre des moyens syntaxiques plus ou moins similaires, des constructions focalisantes spécifiques et explicites pour valoriser syntaxiquement, physiquement un élément du discours. Une des structures dédiées ou consacrées à la mise en relief en français, c’est la construction clivée c’est … qui / c’est … que. La même structure existe en espagnol avec néanmoins des spécificités en ce qui concerne le temps du verbe attributif et le « relatif » employé qui variera et sera souvent traduit en fonction de l’élément mis en relief (exemple 1)2 :

1a. c’est moi qui me fâchai / ʻfui yo quien me enfadéʼ
1b. c’est mardi dernier que je l’ai vu / ʻel martes pasado fue cuando lo viʼ3

3Dans les exemples 1a-b, l’élément marqué moi / mardi dernier dans les deux langues est introduit par le même verbe copule qui varie toutefois temporellement c’est / « fui » lors de sa traduction en espagnol (on peut également mettre le verbe attributif au passé en français, mais le registre de langage serait différent). Une autre variation d’importance, c’est la saillance fonctionnelle et sémantique du mot mis en relief lorsqu’on passe du français à l’espagnol. En effet, le que dans l’énoncé français est « repris » pour ainsi dire par le conjonctif « cuando » signalant et précisant ainsi le fonctionnement circonstanciel et la valeur temporelle du syntagme mis en relief en espagnol (l’emploi du conjonctif en français serait impossible). Cette précision fonctionnelle—comme toutes les différences énoncées—correspond d’ailleurs à une particularité des constructions clivées espagnoles : les relatifs que et qui sont marquées référentiellement et structurellement dans les tournures attributives selon l’information mise en relief. En français d’ailleurs, il peut y avoir alternance dans le pronom relatif (qui / que), dans ce cas l’élément mis en relief sera introduit directement (c’est Pierre à qui j’ai parlé) ou indirectement (c’est à Pierre que j’ai parlé). La hiérarchisation qu’impose la mise en relief implique également au moment de la traduction une autre variation syntaxique et ordinale. Dans le second énoncé, le verbe copule est antéposé au syntagme focalisé mardi dernier, en espagnol ce même syntagme ouvre l’énoncé et le verbe copule attributif est par conséquent postposé, ceci n’étant pas systématique comme on peut le voir dans le premier énoncé c’est moi (« soy yo ») avec la postposition du mot « accentué ». Nous pouvons également souligner pour terminer ce descriptif entre le français et l’espagnol, que le syntagme dont on parle a un lien grammatical et direct avec le verbe copule puisque celui-ci dépend syntaxiquement dans la première proposition du terme focalisé, l’accord entre le verbe et le pronom « fui yo » le prouve, ce n’est pas le cas en français pour c’est moi même si la dépendance et l’incidence syntaxique est évidente aussi entre le démonstratif et le verbe. Un emploi verbal non marqué du point de vue personnel serait impossible en espagnol, par contre l’élision du verbe peut être effective dans une expression moins clivée, plus positionnelle de la mise en relief : « yo me enfadé » / « me enfadé yo ». La focalisation est totalement respectée lors du passage d’une langue à l’autre, les opérations de transformation générées par la modification du « code linguistique » révèlent que la centralisation et la convergence autour d’un objectif, dans le sens technique et photographique du terme, qu’implique la mise en relief diffèrent entre les deux langues. Nous constatons que la valorisation d’un terme ou d’un syntagme est principalement d’ordre syntaxique, fonctionnel et expressif en espagnol ; elle est donc plutôt appréhendée globalement d’où l’aspect apparent de redondance, alors qu’en français, la saisie valorative est plutôt appréhendée localement, le processus déictique et monstratif étant considéré comme suffisant à l’expression de la mise en relief et à cette nécessaire centralisation et objectivation. Le syntagme mardi dernier est présenté et introduit en français, le procédé emphatique serait par conséquent principalement cataphorique ; en espagnol, ce syntagme « el martes pasado » est à la fois posé et présupposé, le procédé serait cataphorique et anaphorique à la fois. Nous pourrions évoquer une mise en relief immanente qui se centrerait sur le terme en question en français et une mise en relief transcendante en espagnol qui dépasserait les limites du terme en question.

4Nous avons signalé précédemment une variation temporelle entre les verbes attributifs dans les deux énoncés suivants : c’est moi qui me fâchai (« fui yo quien me enfadé »). Le français et l’espagnol inscrivent l’élément mis en relief moi (« yo ») dans deux époques distinctes et qui sont respectivement le présent et le passé. Si l’on compare les deux langues, il s’agirait en apparence d’un choix de traduction opposé et d’une temporalité contradictoire. On remarque en effet que le français opte pour une non-concordance temporelle entre les deux propositions c’est / me fâchai, quand l’espagnol fait un choix grammatical différent en optant pour une totale concordance normative des temps entre le verbe de la principale « fui » et celui de la subordonnée « me enfadé ». L’énonciation ou la présentation au présent d’un événement passé se fâcher permet de ne pas marquer, de ne pas fermer délimitativement et résultativement l’événement lui-même mais également et surtout l’acteur / l’agent focalisé de cet événement. Même si la concordance des temps est possible en français dans ce type de structures clivées c’était en août qu’il venait, le changement de repère temporel impliqué par l’alternance présent / passé simple révèle une distanciation temporelle et malgré tout une actualisation des propos du locuteur. Le présent verbal participe en outre de la valeur présentative et introductive de la formulation c’est moi. Le passé simple est plus sécant si l’on doit considérer deux temporalités (passé de l’action se fâcher et actualité de l’énonciation) alors que le présent donne une actualité temporelle, même fictive, à cette même action. En français, c’est l’énonciation avec tout ce qu’elle implique qui est mise en valeur par la non-concordance temporelle, quoi de plus normal dans un rapport dialogique et une visée communicative, autrement dit le locuteur apparaît doublement focalisé par la tournure clivée et le choix du présent ; en espagnol c’est l’énoncé même qui est mis en évidence, ce qui montre une convergence plus manifeste et plus globale autour de ce qui est dit et autour de l’actant focalisé, voire une intégration plus marquée. La prise en charge de l’action déclarée par le locuteur est toutefois moins manifeste ici, la distance temporelle qu’il existe entre une action et une focalisation inscrites dans le passé et son présent d’énonciation implicite en espagnol en témoigne.

Particularités des constructions clivées en espagnol

  • 4 Le Petit Prince, p. 23.

5Les spécificités dans la traduction du relatif et dans la concordance des temps verbaux que nous venons d’évoquer tendent néanmoins dans la langue actuelle à disparaître et à se neutraliser par le choix de temps verbaux différent entre le verbe être et le verbe de la proposition et / ou l’emploi généralisé du relatif non marqué « que » en espagnol (comme en français) sans rapport fonctionnel et sémantique aucun désormais avec le mot mis en relief et ce contrairement aux prescriptions grammaticales (exemple 2)4 :

2a. C’est ainsi que, le troisième jour, je connus le drame des baobabs. / ʻEs así como el tercer día conocí el drama de los baobabs.ʼ
2b. C’est ici que le petit prince a apparu sur terre, puis disparu. / ʻEs acá que—au lieu de ʻfue acá donde / Acá fue dondeʼ—el principito apareció en la tierra, y luego desapareció.ʼ

6Selon les grammaires espagnoles, l’oblitération de ces spécificités ou de ces procédés syntaxiques est à proscrire en espagnol, étant souvent considérée comme un gallicisme au moment de la traduction. Le non-respect des prescriptions grammaticales dans l’utilisation des constructions clivées montre, et ceci loin de toute considération fautive ou traductive, une tendance de l’espagnol à mettre uniquement en exergue le signifiant focalisé lui-même en neutralisant sémantiquement et fonctionnellement l’opérateur de subordination « que » pour n’envisager la mise en relief que dans une perspective résultative et présentative, ramenant ainsi l’expressivité du côté du mot plutôt que de celui de la syntaxe. Ce procédé de neutralisation donne encore plus de relief et de saillance au seul mot important de l’énoncé d’un point de vue intentionnel, informatif et syntaxique. C’est ce que semble faire aussi, autrement dit neutraliser tout ce qui est autour du mot, la non-concordance des temps. Le présent du verbe copule, hormis sa valeur présentative et actualisante, explicite, selon nous, ce qu’est réellement la mise en relief, un procédé éminemment discursif et énonciatif dans le choix, l’agencement et l’ordination des mots.

Divergences dans l’organisation informationnelle de l’énoncé entre le français et l’espagnol

7Dans les précédentes lignes essentiellement descriptives et explicatives, nous avons surtout insisté sur le respect dans la traduction de l’utilisation de constructions clivées dans les deux langues qui nous concernent. Or, comme nous l’avons déjà déclaré dans l’introduction en parlant de déficit ou d’excédent dans l’expression de la mise en relief, la syntaxe clivée en français peut disparaître en espagnol oblitérant ainsi toute mise en relief de la langue source ou inversement apparaître dans la langue cible bien qu’absente dans la langue de départ. La construction focalisante se manifeste dans les deux cas en français (exemple 3)5 :

3a. Ce n’est pas seulement la vie de Louis XIV qu’on prétend écrire […]. / ʻNo pretendemos escribir solamente la vida de Luis XIV, […].ʼ
3b. Ce n’est pas lui qui a pris sa retraite on la lui a fait prendre, les gens de la Fédération Catalane de Boxe. / ʻMás que retirarse le obligaron a retirarse, los de la Federación Catalana de Boxeo.ʼ

8Dans le premier exemple (3a), l’espagnol comme langue d’arrivée oblitère la syntaxe clivée du français. Cette non-traduction, cette non-restitution de la clivée initiale implique que l’organisation informationnelle de l’énoncé espagnol répondra à un dispositif et à une configuration autres que l’énoncé en français. Cela veut-il dire que cette absence structurelle entraînera une absence de saillance ? Si le syntagme la vie de Louis XIV n’entre pas en effet dans une structure présentative, binaire et complexe, telle que l’imposent les clivées, il persiste néanmoins dans la phrase espagnole une saillance et une certaine expressivité non plus autour du syntagme en question, puisque la vie de Louis XIV ne déclare pas totalement une information nouvelle comme le ferait le présentatif de la structure clivée, mais plutôt la reprise littérale d’une information impliquée et connue du locuteur et de l’interlocuteur. Il demeure toutefois une certaine mise en exergue syntaxique et fonctionnelle par la position finale même du syntagme si l’on veut retrouver dans la traduction la formulation d’une hiérarchisation de l’information. La primauté n’est cependant pas donnée exclusivement à la vie de Louis XIV mais plutôt à l’idée que l’écriture de la vie de Louis XIV n’est pas une thématique exclusive mais plutôt une thématique inclusive qui s’ajouterait à d’autres, le choix d’ailleurs de l’adverbe « solamente », alors qu’une forme adverbiale (« sólo ») moins marquée existe en espagnol, montre bien matériellement et sémantiquement que le focus s’oriente davantage sur ce terme et sur la modalité négative et restrictive de l’énoncé conformément à l’intention discursive du locuteur.

9Dans le second énoncé (3b), il s’agit toujours de la construction clivée en français, mais cette fois-ci le clivage se révèle comme le résultat d’une traduction, puisqu’au départ de l’énoncé cible à traduire aucune clivée n’apparaît dans la langue source en espagnol. La clivée résultante ce n’est pas lui qui a pris sa retraite […] semble mettre en évidence une orientation expressive différente, puisque s’il y a saillance ou relief dans l’énoncé espagnol, celle-ci repose sur un procédé de hiérarchisation informative et de répétition « más que retirarse le obligaron a retirarse » que le lecteur / traducteur, autrement dit le récepteur, a interprété comme un dispositif de mise en emphase. La mise en relief dans l’énoncé initial se construit autour d’une double stratégie adverbiale / positionnelle « más que retirarse » et réitérative. La répétition du verbe « retirarse » fonctionne comme une reprise certes, mais également comme une précision, une variante apportée à la première occurrence espagnole de prendre sa retraite. Cette réitération se pose donc comme un indice de saillance du signifiant « retirarse » et par là-même du personnage qui apparaît tour à tour comme actant annihilé de l’action et patient de cette même action. C’est l’annihilation de l’actance du personnage et sa focalisation qui est explicitée par la structure clivée ce n’est pas lui qui a pris sa retraite lors de la traduction en français. Il semble qu’on pourrait parler en espagnol, dans l’expressivité nécessaire à la mise en relief ici, de construction immédiate de l’emphase et qu’en français il s’agirait davantage de construction médiate véhiculée par une structure clivée. La configuration binaire et excluante de la syntaxe clivée reformule néanmoins fidèlement le binarisme et l’exclusivité impliqués par la locution adverbiale « más que » / plutôt et la répétition. L’information est distillée de la même façon dans les deux énoncés en espagnol et en français puisque le locuteur présente d’abord ce qui est connu de l’interlocuteur en le niant, c’est ce point que l’on peut considérer comme une nouveauté informative, d’où sa mise en évidence par des procédures différentes, et ensuite il pose l’information encore ignorée. La hiérarchisation est nécessaire puisqu’elle apporte une clarification au sein d’un énoncé qui s’inscrit globalement dans l’expressivité et la binarité (à titre d’exemple la topicalisation a posteriori et la saillance du segment final de l’énoncé les gens de la Fédération Catalane de Boxe déjà préalablement désigné sous une première forme indéterminée par le signifiant indéfini on, signalant ainsi une autre répétition, une autre insistance). Le français opte, lors de la traduction de cette expressivité / binarité pour un clivage simple et éclairant à l’attention du destinataire qui est à la fois le traducteur—producteur du message à son tour et auteur de la première interprétation—et les récepteurs de cette traduction, des récepteurs distincts donc de l’énoncé espagnol initial, l’appréhension du discours étant plus immédiate, plus directe chez le destinataire hispanophone.

Expressivité positionnelle des termes de l’énoncé

10Comme nous venons de le voir, la reprise strictement grammaticale et littérale dans l’énoncé traduit du clivage source n’est pas automatique, au contraire l’espagnol, tout en gardant l’emphase, va privilégier un autre agencement que la construction clivée et ce de manière assez préférentielle et récurrente aujourd’hui. L’oralité et la dynamique dialogique font que les clivées sont considérées comme des formulations moins efficientes, moins instantanées pour le dire ainsi. L’espagnol va donc restituer et reformuler la saillance source par un ordre informatif autre, une configuration différente des constituants de l’énoncé tout en maintenant l’insistance sur le mot / le syntagme mis en relief initialement en français. Dans les exemples suivants (4), la langue de traduction (français ou espagnol selon le cas) montre bien une divergence quant aux choix des deux langues au moment d’attirer l’attention de l’interlocuteur sur un signifiant, il aurait été intéressant de systématiser ce va-et-vient entre les deux langues pour pouvoir exemplifier cette idée de manière plus méthodique, l’espace de ce travail ne le permettant pas pour le moment :

4a. ¡Pues eso digo yo6 ! / ʻC’est ça que je dis, ça !ʼ
4b. El capitán eres tú7. / ʻC’est toi qui es le capitaine.ʼ
4c. C’est ici que les mots commencent à trahir8 ! / ʻ¡Allí empiezan a fallar las palabras !ʼ

11Dans le discours, la préférence du français va sur les constructions clivées, celle de l’espagnol s’oriente davantage sur une expressivité positionnelle des termes de l’énoncé plutôt que sur les tournures attributives. Avec ces exemples espagnols non marqués par le clivage, on remarque que l’ordre séquentiel et syntaxique donne lieu à une double mise en relief, l’élément focal n’est plus isolé ni clivé, s’intégrant entièrement à l’énoncé et déclarant aussi d’une certaine manière la perspective énonciative, « annulant » par conséquent la scission entre énonciation et énoncé pour ainsi dire. La saillance des signifiants ça / toi / ici révélée par les clivées est explicitée en espagnol par un positionnement initial ou final de ces mêmes signifiants (le connecteur « pues » met seulement en évidence la situation énonciative), mais à cette primauté discursive donnée à ces termes s’ajoute une autre « évidencialité » ou valorisation qui s’oriente vers le mot opposé, en ce qui concerne sa position, au mot focalisé : il peut être en position finale « yo-las palabras » ou initiale « el capitán », deux positions clé dans le dispositif de mise en relief. La présentativité démonstrative des clivées disparaît lexicalement, mais elle demeure opérante positionnellement et syntaxiquement en espagnol surtout pour ce qui est de la localisation initiale. La position finale que l’on retrouve en espagnol dans « El capitán eres tú » / C’est toi qui es le capitaine semble contredire cette présentativité positionnelle, or le positionnement postverbal du sujet «  » s’explique par une sorte de cinétisme présentatif qui place le terme initialement actualisé sous la forme nominale « el capitán » en position finale mais cette fois-ci sous une forme pronominale «  », l’existence de ce même « personnage » ayant déjà été posée, nommée et présentée dans la phrase (cette impression de mouvement continu entre bien dans l’intention discursive et expressive du locuteur, Iker Casillas en l’occurrence, le thème et le rhème se confondant partiellement ici). Si on devait porter un jugement de valeur sur la traduction proposée par le journaliste-traducteur français, ce qui n’est absolument pas l’objectif de ce travail, on pourrait proposer une traduction plus littérale (le capitaine, c’est toi) et qui correspondrait donc davantage aux procédés de mise en relief de départ. Toutefois, l’affirmation et la description d’une pratique de mise en relief dans une langue ne sont pas là pour dire, ni implicitement, ni explicitement que cette pratique ou modalité énonciative serait inexistante dans la langue cible.

12La visée traductive permet donc d’observer que les éléments mis en relief peuvent être également désignés par d’autres types d’« organisation » discursive que le clivage comme le dédoublement C’est à eux de laver les assiettes, ce sera notre tour demain. / « A ellos les toca lavar los platos. Nos tocará mañana. » accentué dans cet énoncé par une démarcation prépositionnelle et par un positionnement focalisants ; le détachement syntaxique ou / et fonctionnel (l’antéposition ou la postposition d’un mot) comme nous venons de l’exposer : C’est moi qui l’ai fait / « Lo hice yo ». En ce qui concerne ce dernier exemple, l’expressivité focale ne s’appuie pas seulement sur le positionnement postverbal du signifiant mais aussi sur le dédoublement du sujet qui est à la fois suffisamment énoncé en espagnol par la flexion verbale « lo hice » et expressivement renforcé par le pronom « yo ».

Autre valorisation discursive : le « soulignement »

13Parmi les nombreuses procédures possibles de valorisation discursive, le « soulignement » par le biais de l’italique ou de la non-traduction peut entrer également dans les diverses stratégies de mise en relief nécessaires pour attirer l’attention. Il ne s’agit plus ici de clivage, de hiérarchie positionnelle ou fonctionnelle mais davantage d’un signalement typographique ou phonétique au sein d’un même énoncé, d’un même discours :

5a. Así lo decidió el Colegio Arbitral de la Liga de fútbol italiana. Al enfant terrible del fútbol italiano no se le ha impuesto ninguna multa, pero se le reducirá el sueldo (actualmente de 5 millones de euros) a la mitad. […]9 / ʻC’est ainsi que l’a décidé le Tribunal Arbitral de la ligue italienne de football. Aucune amende ne sera infligée à l’enfant terrible du football italien, mais son salaire (actuellement de 5 millions d’euros) sera réduit de moitié.ʼ
5b. Longhi l’emmena chez lui, une grande bâtisse en bois, pleine de mammas et de marmailles […]10. / ʻLonghi le llevó a su casa, un gran caserón de madera lleno de mammas y de chiquilleríaʼ […].

14Dans ces deux exemples (5a et 5b), la langue source intègre syntaxiquement et typographiquement les deux mots étrangers mis en valeur : « al enfant terrible del fútbol » dans l’énoncé en espagnol et « mammas » dans l’énoncé en français. L’apparition de marques phonétiques étrangères engendre une sorte de rupture soudaine, créant ainsi un détachement purement phonique pour le lecteur ou l’interlocuteur.

15Dans la traduction, la restitution du signifiant emphatique est totalement respectée. En effet, l’information mise en relief ne change pas, par contre le mode opératoire de l’énoncé cible diffère, puisque le signifiant mis en relief va être signalé explicitement et visuellement au moment de la traduction. Dans la traduction française du premier exemple, la saillance est provoquée visuellement et typographiquement par l’emploi de l’italique l’enfant terrible. Ce « marquage » est indispensable, car la traduction française entraîne nécessairement l’effacement de la mise en relief et du soulignement initial par l’utilisation d’une locution française dans un discours en espagnol. Dans la traduction espagnole du deuxième exemple, le relief donné à l’élément mammas par l’utilisation d’un mot italien dans un discours en français va trouver sa reformulation dans l’énoncé en espagnol non seulement par le maintien de l’« étrangeté » linguistique mais aussi par la présence de l’italique, renforçant en quelque sorte la saillance et la rupture de l’énoncé traduit tout en respectant aussi la lettre du texte français en employant et en citant littéralement le même signifiant, c’est ce que dit aussi cette typographie cursive.

Conclusion

16Nous avons essayé tout au long de ces lignes et à travers le détail des analyses d’un certain nombre d’énoncés de présenter et de signaler plusieurs procédés et dispositifs de saillance discursive. Parmi les différentes méthodes de hiérarchisation et de singularisation du discours, nous avons davantage insisté sur la syntaxe, les clivées, la topicalisation, la répétition, le renforcement, le signalement typographique et linguistique. La traduction et la perspective comparative systématique nous ont donné la possibilité, lors de cette présentation et de cet inventaire, partiel certes, de mettre l’accent sur les stratégies formelles, syntaxiques et ordinales mises en œuvre en français et en espagnol pour produire et reproduire une saillance énoncée plus ou moins explicitement dans le discours dans l’une et / ou l’autre langue. L’orientation traductive de ce travail a donc permis de centraliser notre propos autour de la construction, de la réception et de l’interprétation de l’expressivité linguistique aussi bien d’un point de vue discursif, énonciatif que du point de vue essentiel de l’intentionnalité de l’énonciateur que le traducteur a tenté, dans une visée impressive, de retranscrire formellement, sémantiquement et linguistiquement.

Bibliographie

Dubois, J., M. Giacomo, L. Guespin, C. Marcellesi, J.-B. Marcellesi, J.-P. Mevel 1973, Dictionnaire de linguistique, Paris : Larousse.

Gil, H. & Y. Macchi 2012, Le thème littéraire espagnol, Paris : Armand Colin.

Jakobson, R. 1963, « Aspects linguistiques de la traduction », dans Essais de linguistique générale (vol. 1, trad. Nicolas Ruwet), Paris : Minuit, p. 71-86.

Mencé-Caster, C. 2000, « Apuntes sobre las vicisitudes del ‘modelo genealógico’ en el Poema de Fernán González », Alfinge, p. 151-158.

Montalbán, M. V., 1990 Desde los tejados (trad. M. C. Dana, Paris : Presse Pocket bilingue).

Navarro Domínguez, F. 2002, « La teoría de la traducción : la aportación de los teóricos francófonos », dans F. Navarro Domínguez (dir.), Introducción a la teoría y práctica de la traducción, ámbito hispanofrancés, Barcelone : PPU, p. 15-40.

Perec, G. 1978, La vie mode d’emploi, Paris : Fayard.

Saint-Exupéry, A. de. 1998 [1943], Le petit prince, Paris : Gallimard jeunesse.

Notes

1 Cité par García Yebra (http://cvc.cervantes.es/lengua/aeter/conferencias/garcia.htm).

2 Exemples tirés de Mencé-Caster (2000).

3 http://grammaire.reverso.net.

4 Le Petit Prince, p. 23.

5 (3a) http://c18.net/vo/vo_textes_siecle.php?div1=1 ; (3b) M. V. Montalbán, Desde los tejados, trad. M. C. Dana, Paris : Presse Pocket bilingue, 1990.

6 http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Dino-zoff-vote-iker-casillas-et-defend-cristiano-ronaldo/556141 (Iker Casillas et Cristiano Ronaldo), consulté le 30 mars 2014.

7 Exemple tiré de Semprún cité par Navarro Dominguez (2002), il s’agit ici d’une auto-traduction.

8 Georges Perec, La vie mode d’emploi : exemples et traductions empruntés à Gil et Macchi (2012 : 45).

9 Respectivement dans http://www.elmundo.es, http://www.mundodeportivo.com/ et http://www.eurosport.fr

10 Georges Perec, La vie mode d’emploi : exemples et traductions empruntés à Gil et Macchi (2012 : 76).

Auteur

Université de Poitiers, FORELL

© Presses universitaires de Perpignan, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search