Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français en contextes

 | 
Henry Tyne

II - Etudes linguistiques : décrire, enseigner, traduire

La (ou les) mise(s) en relief : essai d’une approche didactique

David Gaatone

Résumé

La « mise en relief », notion courante, mais floue, recouvre des phénomènes très divers, tant au plan sémantique qu’au plan formel. Elle semble avoir été inventée essentiellement pour rendre compte des familles paraphrastiques, c’est-à-dire d’ensembles de phrases utilisant le même lexique et véhiculant le même sens notionnel, mais présentant des différences formelles, avec des répercussions aux plans communicatif, discursif, etc. Il est peu raisonnable de croire qu’on peut mesurer l’importance d’un terme par rapport à un autre. Mieux vaut, dans l’enseignement du FLE, éviter une notion aussi vague, et se pencher sur la description de l’interface forme / sens entre les membres des familles paraphrastiques, afin de dégager quelles variations dans la structure informationnelle du message correspondent à tel ou tel procédé formel.

Mise en relief is a rather hazy notion, widely used in French grammar when dealing with phenomena quite different formally and semantically. It seems to have been created in order to account for paraphrastic families, i.e. sets of sentences using the same lexicon and conveying the same notional meaning, while showing formal differences, which bring about differences at the communicative, discursive, and other levels. One cannot rigorously measure the relative degree of importance of an element in the sentence. In teaching French, it seems better to avoid such a vague notion, and rather describe paraphrastic families, in order to bring out the correspondences between formal means and informational structure.

Texte intégral

La mise en relief : une notion floue

  • 1 Les exemples fournis dans cet article servent à illustrer les propos de l’auteur et ne sont pas ext (...)

1Le terme « mise en relief », ainsi qu’une pléthore de synonymes, qu’il serait fastidieux d’énumérer ici, occupe une place de choix dans les grammaires du français, sans avoir, pour autant, eu droit à une définition rigoureuse (Kiesler 2000 : 224). Il recouvre, en fait, une longue liste de phénomènes, qui n’ont, la plupart du temps, que peu de choses en commun. Si l’on veut résumer en une courte formule ce qui se cache derrière ce terme, et sur laquelle à peu près tout le monde serait d’accord, on dira que « mettre en relief » signifie « accorder à un certain constituant de la phrase plus d’importance qu’aux autres » (par exemple, Müller-Hauser 1943 : 9 ; Dessaintes 1960 : 121). Une telle formulation suppose qu’il est possible de mesurer l’importance d’un constituant, hypothèse qui me paraît hautement problématique. Comparons, par exemple, les phrases suivantes (1a-b)1 :

1a. Une voiture a écrasé un chat.
1b. Un chat a été écrasé par une voiture.

2Qu’est-ce qui nous autorise à affirmer, comme on pourrait avoir tendance à faire, que le sujet, ou thème, de chaque phrase, constitue le terme le plus important ? En quoi ce constituant serait-il plus important que celui désignant l’action d’écraser, à savoir, le verbe, ou que l’autre actant de la phrase ? Ne s’agit-il pas plutôt, comme on le verra plus loin, du choix d’un angle de vision différent d’une scène identique ? Jetons encore un coup d’œil sur le dialogue suivant (2a-b), entre un père et son fils, au téléphone :

2a. - Appelle maman ! - Mais maman n’est pas là.
2b. - Et ton oncle, où est-il ? - *Et où est-il, ton oncle ?

3Le détachement qui caractérise (2b) est l’un des procédés les plus courants de ce qu’on appelle la mise en relief. Mais, dans ce contexte spécifique, le détachement à droite n’est pas possible, contrairement au détachement à gauche. Dans un contexte différent, on obtiendrait le contraire (3) :

3a. - Ma tante est là, mais pas mon oncle.
3b. - *Et ton oncle, où est-il ? - Et où est-il, ton oncle ?

4La seule notion de mise en relief, ou celle de plus ou moins grande importance d’un constituant, ne peut suffire à rendre compte de ces comportements.

Les familles paraphrastiques

5Mieux vaut dès lors, me semble-t-il, renoncer à un terme aussi vague et intuitif, et se demander plutôt quels sont les phénomènes qu’il est censé couvrir. Comme le laissent entendre les termes, nombreux, couramment utilisés dans ce chapitre de la grammaire, tels que « insistance », « emphase », « focalisation », etc., il s’agit de phénomènes très divers, qui ne se résument pas, comme certains l’affirment (Wartburg 1958 : 177), à souligner la distinction entre thème et propos, bien que ce rôle ait, de toute évidence, son importance. Du point de vue didactique, comme d’ailleurs aussi du point de vue purement théorique, ce qui me paraît sous-tendre la notion de mise en relief, c’est l’existence de familles paraphrastiques (Gaatone 2008 : 55), c’est-à-dire, d’ensembles de deux ou plusieurs phrases, telles que les exemples (1), différentes par leur formes, mais identiques quant à leur référence extralinguistique. Autrement dit, la scène décrite dans (1a-b) sera représentée par un seul tableau, mais éventuellement, par deux énoncés formellement différents, bien que comportant les mêmes éléments lexicaux, sans qu’il soit possible d’affirmer qu’on a affaire à des phrases synonymiques de tous les points de vue. Voici encore un exemple d’une famille paraphrastique, plus riche que la précédente (4) :

4a. Guy a trouvé un trésor.
4b. Un trésor a été trouvé. (par Guy)
4c. Il a été trouvé un trésor. (par Guy)
4d. Guy, il a trouvé un trésor.
4e. Il a trouvé un trésor, Guy.
4f. Un trésor Guy a trouvé.
4g. C’est Guy qui a trouvé un trésor.
4h. C’est un trésor que Guy a trouvé.

6Comme on le voit, la même scène est décrite par des « moules » syntaxiques divers. L’objectif de la description linguistique est, entre autres, d’énumérer et de décrire tous les moules, syntagmatiques et phrastiques, possibles dans une langue donnée, et à une époque donnée, et de les associer à une certaine interprétation. Il doit être clair que, dans l’exemple 4, nous ne sommes pas en présence de simples variantes stylistiques d’un seul et même énoncé, mais d’énoncés véhiculant des messages différents à un certain niveau par leur structure sémantique, ce terme étant pris dans un sens très large. Essayons de résumer brièvement ces niveaux.

Les niveaux de la signification

Le niveau référentiel

7Ce niveau, appelé aussi « fondamental, descriptif, notionnel, idéationnel, propositionnel, bearing structure », etc., renvoie à un état de choses. C’est celui que toutes les phrases de la famille ont en commun, donc le sens de base. Les notions de « action, état, processus, agent, patient, destinataire, temps, lieu, manière, etc. » relèvent de ce niveau.

Le niveau illocutoire

8Ce niveau concerne l’objectif visé par l’acte de parole, c’est-à-dire, non pas le contenu du dire, mais le pourquoi du dire. Les notions d’interrogation (demande d’information) et d’exclamation (expression d’un sentiment) appartiennent à ce niveau.

Le niveau communicatif

9Ce niveau est aussi appelé « thématique, psychologique, visée, information packaging » (Mel’čuk 2001 : 3), etc. Il s’agit, en bref, de l’angle de vision choisi par le locuteur-scripteur pour présenter son message. Les notions de thème, ou topique, et propos, ou rhème, relèvent de ce niveau.

Le niveau discursif

10C’est à ce niveau que se fait l’agencement des constituants de l’énoncé afin d’assurer la cohésion du texte, c’est-à-dire, de les relier au cotexte. Les notions de « connu », ou « donné » et de « nouveau » relèvent de ce niveau.

Sens et signification

11On réservera ici le mot « sens » au sens de base, et on utilisera le terme « signification » pour l’ensemble des autres niveaux. Tous ces niveaux s’appuient, à des degrés divers, sur les éléments formels dont dispose la langue, à savoir, d’un côté, les sons et les éléments suprasegmentaux qui les accompagnent (accents, intonation, pauses) et, de l’autre, les mots, leur place, et les structures, ou moules phrastiques, tels que la phrase passive ou impersonnelle, ou syntagmatiques, tels que, par exemple, la structure exclamative « un de ces mal de tête ! » où l’apposition affective inversée, illustrée par « cet amour d’enfant ».

Les procédés de « mise en relief »

12Le flou dans lequel nage la notion traditionnelle de « mise en relief » est à l’origine des divergences sur la panoplie des procédés dont elle fait usage. J’essaierai ici d’en passer en revue au moins quelques-uns (cf. entre autres, Blinkenberg 1928 ; Wagner & Pinchon 1991 : 544-545 ; Riegel et al. 1994 : 425 ; Grevisse & Goosse 2008 : 574-578), essentiellement ceux qui paraissent les plus clairs. Cela permettra, du moins je l’espère, de mieux comprendre à quoi sert, ou plutôt peut servir, telle ou telle construction syntaxique, à quel niveau de la signification elle doit être rattachée, et quels traits formels la caractérisent. L’étude d’une famille paraphrastique suppose un point de référence, une phrase canonique, neutre, non marquée par rapport à toutes les autres. On adoptera ici la phrase énonciative, active, personnelle, comportant un thème et un rhème et, comme constituants, un SN sujet, un verbe, des compléments dictés par la valence verbale, qui peuvent éventuellement être omis, et des compléments facultatifs. Les phrases appartenant à la famille paraphrastique sont souvent considérées comme dérivées de la première. Elles sont en général moins fréquentes et soumises à plus de contraintes, donc marquées par rapport à cette dernière.

Extraction d’un terme

13Extraire un terme de sa place habituelle dans la phrase canonique, c’est là sans doute le procédé le plus ordinaire pour le distinguer du reste. Cette extraction se fait en français essentiellement sous deux formes : le détachement et le clivage.

Le détachement

14Le détachement, qui figure aussi dans la littérature sous l’appellation de « dislocation », « segmentation », « disjonction », « rejet », etc. consiste à isoler un terme de son contexte par un procédé rythmique, une pause dans l’élocution, marquée en général dans la graphie par une virgule et, éventuellement, par un procédé syntaxique, à savoir, le déplacement de ce terme à gauche ou à droite. Le terme détaché est en quelque sorte hors syntaxe, dans ce sens qu’il ne fait pas partie du réseau de dépendances structurant la phrase. Dans la mesure où il laisse une place vide dans la valence du verbe, cette place sera normalement occupée par un substitut, si un tel substitut est disponible (exemples 5 et 6) :

5a. Les fleurs charment Guy.
5b. *Les fleurs, charment Guy.
5c. Les fleurs, ça charme Guy.
5d. *Guy, les fleurs charment.
5e. Guy, les fleurs le charment.

15Dans l’exemple 5c, le seul sujet est le pronom ça, et non les fleurs, comme le montre l’accord du verbe.

6a. Guy s’intéresse aux fleurs.
6b. *Guy, s’intéresse aux fleurs.
6c. Guy, il s’intéresse aux fleurs.
6d. *Les fleurs, Guy s’intéresse.
6e. Les fleurs, Guy s’y intéresse.

16Rappelons néanmoins que le français parlé emploie assez fréquemment, du moins avec certains verbes, un complément détaché sans rappel pronominal, et souvent même sans pause (Wartburg 1958 : 175 ; Pohl 1986 : 545) :

7. - Sedan, je connais pas.
- Un petit calendrier, tu as ?
- Des pommes de terre, Madame, il me faudrait.
- Trois enfants il avait.
- Directeur on l’appelle.

17La contrainte du rappel pronominal paraît moins forte avec les compléments circonstanciels (8) :

8a. Guy va exercer sa profession dans ce pays.
8b. Dans ce pays, Guy va (y) exercer sa profession.
8c. Guy va (y) exercer sa profession, dans ce pays.

18On a souvent noté que, en français parlé, la phrase disloquée n’est quelquefois qu’une variante libre de la phrase canonique. Il reste que, lorsqu’elle est accompagnée d’une intonation appropriée, elle peut jouer un rôle aux plans discursif et communicatif. Au plan discursif, le détachement sert à reprendre un élément précédent, donc une information connue, renforçant ainsi la cohésion du texte. Ainsi, les phrases dans 5c et 6e fonctionnent comme séquence appropriée dans un contexte où il est question de fleurs, et les phrases 5e et 6c, dans un contexte où l’on parle de Guy. Voici encore des exemples typiques de cette fonction discursive (9-10) :

9a. - Où donc dort Guy ?
9b. - Il dort ici.
9c. *Ici, il dort.
10a. - Que fait-on dans cette pièce ?
10b. - Ici, Guy dort.
10c. Guy dort ici.

19Les exemples 2, 3, 9 et 10 montrent que les détachements à gauche et à droite ne sont pas toujours équivalents et qu’ils sont étroitement liés au contexte. Il ne serait donc pas très productif de parler uniformément dans les deux cas de mise en relief.

20Le détachement à gauche peut remplir une autre fonction que la fonction discursive. Le constituant détaché, et placé en position particulièrement saillante, terme qui, lui, rappelle celui de mise en relief, en tête de la phrase, ne reprend pas une information donnée dans le contexte, mais fait office de fond, d’arrière-plan, au reste de la phrase (11, 12) :

11. Paris, je ne saurais vivre ailleurs.
12. Lundi, c’est déjeuner que vous venez ?

21Il peut aussi déplacer dans cette position le rhème de la phrase, c’est-à-dire le constituant qui véhicule la visée même de l’acte de parole. C’est le cas, par exemple, de certaines phrases averbales (13-15) :

13. Excellent, ce café.
14. Surpris, ces Français d’Iran.
15. Quelle horreur, ce tableau !

22Il faut enfin mentionner une troisième fonction du détachement, à la fois discursive et communicative. Il s’agit alors d’opposer un terme à un autre (16) :

16. Guy a acheté un jouet à son cadet, à son aîné, il a acheté un livre.

23Comparons encore le détachement à valeur discursive dans l’exemple 17a à celui, à valeur oppositive, dans l’exemple 17b :

17a. - Quand partiront les enfants ? - Les enfants, ils partiront demain.
17b. Les adultes partiront ce soir. Les enfants, eux, partiront demain.

24Ou encore 18 :

18. Guy écrit rarement à Lou. Mais à Zoé, il écrit tous les jours.

25Notons encore que le détachement, notamment celui à gauche, peut aussi se faire au moyen de procédés lexicaux, tels que quant à, pour, pour ce qui est de, en ce qui concerne, etc., en plus de la pause (19) :

19a. Guy aime rire. Lou est morose.
19b. Guy aime rire. Quant à Lou, elle est morose.

26Il est par ailleurs bien connu, mais il n’est pas inutile de le rappeler, que le détachement peut s’appliquer à plus d’un terme de la même phrase. On a ainsi trois termes détachés dans l’exemple 20 :

20. Guy, lui, les élections, ça le laisse froid.

27Cette phrase pourrait servir de suite naturelle à l’exemple 21 :

21. Zoé milite pour son parti aux élections.

28Bien malin qui pourrait nous dire lequel, ou lesquels, de ces trois termes, est ou sont, mis en relief dans l’exemple 20. Ne serait-ce pas précisément le dernier, le rhème, qui, après tout, est forcément détaché, lui, aussi ? Ce qui, en revanche, paraît clair, c’est que cette phrase participe à la cohésion textuelle par le détachement de élections, et signale, par le détachement de Guy et lui, l’opposition avec Zoé.

Le clivage

29Un autre type d’extraction, dénommé « clivage », est celui qui consiste à détacher un terme de la phrase en l’insérant dans l’expression c’est...qui / que, c’est introduisant le terme extrait, qui / que, le reste de la phrase. Qui est réservé à la fonction sujet, que, à toutes les autres. Un syntagme prépositionnel est extrait avec sa préposition, ce qui n’est pas nécessairement le cas en détachement ordinaire (22) :

22a. Guy verra Zoé ici demain, avec plaisir.
22b. C’est Guy qui verra...
22c. C’est Zoé que Guy verra...
22d. C’est ici que Guy verra...
22e. C’est demain que Guy verra...
22f. C’est avec plaisir que Guy verra...

30Selon certains, le clivage a pour effet de focaliser, ou rhématiser, le terme extrait. Plus précisément, il s’agit de contraster (Jones 1996 : 526) le terme encadré avec tous les termes de son paradigme, ce que Nølke (1993 : 40) appelle la fonction « paradigmatisante », sous-entendant donc toujours une séquence et non... La clivée oppose posé et présupposé, et n’est donc pas commutable avec la phrase canonique de même contenu notionnel. Comparons les exemples suivants (23-24) :

23a. Que penses-tu de Guy ?
23b. Il est idiot.
23c. *C’est idiot qu’il est.
24a. Guy me paraît naïf.
23b. Il est idiot.
24c. C’est idiot qu’il est.

31La clivée connaît une variante, la pseudo-clivée, appartenant donc à la même famille paraphrastique, mais se présentant sous forme de phrase complexe, de formule CE + PRONOM RELATIF + SV, CE + ÊTRE + X, avec intonation ascendante pour la première partie, descendante, pour la seconde, et où X représente le terme contrasté. Notons que, face à qui / que dans la clivée simple, on a affaire ici à un véritable pronom relatif, dont la forme est dictée par la fonction (25) :

25a. Ce qui passionne Zoé, c’est la danse.
25b. Ce pour quoi Zoé se passionne, c’est...
25c. Ce que Zoé aime, c’est...
25d. Ce à quoi Zoé s’intéresse, c’est...
Dans le cas d’un circonstanciel de temps ou de lieu, c’est () qui est utilisé :
26a. Là où Guy se trompait, c’est quand il croyait Zoé fidèle.
26b. Là où se révèle le talent de Zoé, c’est dans la danse.

La phrase passive

La subjectification du second argument

32Le choix du second argument du verbe, c’est-à-dire, de celui qui se réalise d’ordinaire comme objet direct, plutôt que du premier, comme sujet de la phrase, est le procédé syntaxique essentiel à la base du passif (Gaatone 1998 : passim), plus précisément, du passif « classique », dit quelquefois « promotionnel », dont la formule est SN2 + ÊTRE + PART. PASSÉ + (PAR SN1) :

27a. La voiture a écrasé un chat.
27b. Un chat a été écrasé. (par une voiture)

33Comme il est bien connu, ce type de passif est soumis à une contrainte très forte en français : seuls les verbes transitifs directs, à quelques exceptions près, sont passivables. On peut penser que la fonction essentielle du passif est de « mettre en relief », d’attirer l’attention sur le second argument. Mais, en réalité, ce n’est là qu’une de ses fonctions (Lazard 1994 : 237). Mais même dans ce cas, mieux vaut éviter le terme de mise en relief. Il s’agit plutôt, en tout cas hors contexte, et par comparaison avec la phrase active correspondante, d’un changement de visée, de perspective, d’angle, sous lequel on envisage l’événement décrit. Autrement dit, l’énoncé est orienté sur le second argument. On imaginera aisément que, dans les phrases 28a et 28b, la première a plus de chance de figurer dans le journal des étudiants, la seconde, dans le bulletin du syndicat des enseignants :

28a. Un étudiant a injurié un professeur.
28b. Un professeur a été injurié par un étudiant.

34Cette fonction se situe donc au plan communicatif. Remarquons, en passant, qu’on peut comparer ce choix d’un angle de vision à d’autres procédés qu’offre la langue à cette même fin (29-31) :

29a. Les fautes fourmillent dans ce texte.
29b. Ce texte fourmille de fautes.
30a. Guy est trop jeune pour entrer à l’Académie.
30b. Guy n’est pas assez âgé pour entrer à l’Académie.

35Et même :

31a. On ne va pas chez les gens sans prévenir.
31b. On ne vient pas chez les gens sans prévenir.

36Il me semble préférable de parler ici de « subjectification » plutôt que de « thématisation » ou de « topicalisation », plus communément utilisés, termes qui s’appuient sur la position ordinaire du thème ou topique en tête de la phrase. Après tout, un sujet de passif peut subir une inversion derrière le verbe, dans les conditions habituelles de l’inversion du sujet. Il reste alors sujet, mais n’est plus nécessairement thème, comme le montrent les exemples suivants (32, 33) :

32. Bientôt sera votée une nouvelle loi.
33. Ici sera construit un musée.

Évitement du premier argument

37C’est là sans doute la fonction le plus souvent évoquée du passif, lequel permet en effet la non-réalisation du premier argument du verbe. On a alors affaire à un passif « tronqué ». Selon divers sondages (cf. Gaatone 1998 : 214), 70 à 90 % des passifs relevés dans des textes écrits sont des passifs tronqués. Ce type de passif permet au locuteur-scripteur d’éviter la mention du premier argument, que celui-ci soit ou non disponible. Il s’agit donc d’une fonction communicative (34-35) :

34. Quel avenir nous est réservé ?
35. Vous êtes tous invités à cette réunion.

38Le passif peut aussi remplir une fonction discursive, par exemple, en reprenant un terme précédent comme sujet de ce qui suit (36) :

36. Voici le rapport. Il a été rédigé par le ministre lui-même.

39La phrase active correspondante n’est pas interdite, mais elle assure moins bien la cohésion textuelle, et peut paraître gauche (37) :

37. Voici le rapport. Le ministre l’a rédigé lui-même.

Focalisation du premier argument

40Contrairement à l’idée assez répandue que le passif donne plus d’importance au second argument, diminuant d’autant celle du premier, il se peut que cette voix, quand il s’agit, bien entendu, d’un passif achevé, ou élargi (Weinrich 1989 : 107), c’est-à-dire, non tronqué, soit préférée à l’actif précisément pour focaliser la vision sur le second argument, comme le montre l’exemple 38a, face à l’exemple 38b :

38a. Si le donataire est majeur, l’acceptation doit être faite par lui.
38b. Si le donataire est majeur, il doit faire l’acceptation.

41Dans l’exemple 39, cette focalisation va de pair avec la fonction discursive. Le sujet de la seconde phrase reprend celui de la première :

39. Aujourd’hui, de plus en plus, les dictionnaires sont fabriqués par les machines, les ordinateurs. Mais ils sont pensés par des hommes. ( ? Mais des hommes les pensent.)

Orientation sur le procès

42L’emploi du passif ne vise pas uniquement les arguments du verbe. Il peut être centré sur le procès lui-même. Il s’agit alors d’un passif impersonnel. C’est d’ailleurs la fonction communicative par excellence des constructions impersonnelles, qu’elles soient actives ou passives. Dans le cas de l’impersonnel passif, cette fonction va normalement de pair avec une autre de ses fonctions, telle que, entre autres, l’évitement de la mention du premier argument (40, 41) :

40. Ainsi qu’il a été expliqué aux articles 926 et 927...
41. Il ne lui a pas été fait le moindre reproche.

Autres procédés

43Ce survol de quelques-unes des opérations sur la phrase canonique est loin de recouvrir tout le domaine des possibilités qu’offre le français. Il faudrait encore mentionner les phrases à inversion, les phrases pronominales passives (ou moyennes), les phrases pronominales causatives, les phrases à attribut nominal inversé, etc., qui, toutes, peuvent aisément passer pour des mises en relief. Voici quelques exemples (42) :

42a. Bientôt arriveront beaucoup de touristes.
42b. Ce livre se vend bien.
42c. Guy s’est fait écraser par une voiture.
42d. C’est un petit génie que Guy.

44On se contentera ici d’ajouter deux procédés, qui paraissent avoir été moins bien explorés, et qui me semblent mériter une mention particulière.

La décliticisation

45L’exemple 43 peut paraître bizarre ; on se serait plutôt attendus à un pronom clitique :

43a. Dans le fond, c’est normal que ça soit arrivé à nous.

46Mais la raison de ce choix est évidente. Nous représente la véritable visée de l’énoncé, il est focalisé et doit être accentué, ce qui est impossible avec un pronom clitique antéposé au verbe. La fonction est alors contrastive et l’exemple 43a correspond à la phrase clivée 43b :

43b. Dans le fond, c’est normal que c’est à nous que ça soit arrivé.

47La phrase 43c aurait une toute autre signification. C’est l’événement qui y est considéré comme normal, et non les personnes visées par cet événement :

43c. Dans le fond, c’est normal que ça nous soit arrivé.

L’accent d’insistance

48L’accent d’intensité, toujours prévisible en français, ne remplit, de ce fait, aucune fonction sémantique. Mais il existe aussi un accent d’insistance, qui peut être utilisé à des fins communicatives, quoique cela paraisse plutôt rare en français. Dans les phrases clivées (44), où le terme extrait comporte deux mots, cet accent frappe celui qui est contrasté, même s’il s’agit d’un déterminant, mot en principe non accentuable :

44a. C’est ton père que j’ai vu. (et non ta mère)
44b. C’est ton père que j’ai vu. (et non le sien)

49Dans l’exemple 44b, une décliticisation aurait eu le même effet, comme dans l’exemple 44c :

44c. C’est ton père à toi que j’ai vu.

Conclusion

50La tâche essentielle du linguiste et de l’enseignant du français, langue étrangère, est de décrire aussi minutieusement que possible l’interface reliant les structures formelles et leur interprétation. Dans ce cadre, l’exploration des familles paraphrastiques, rassemblant des constructions proches par leurs formes, mais différant tant soit peu par leur structure informationnelle, présente un intérêt particulier. La notion de mise en relief a peut-être été inspirée par le besoin de rendre compte de ces familles paraphrastiques. Mais elle reste trop vague, et recouvre des phénomènes trop divers, pour présenter une réelle utilité. Dans le meilleur des cas, il faudrait parler de mises en relief au pluriel et accoler à chacune d’elles un adjectif approprié. L’étude détaillée, formelle et sémantique, de chaque type de phrase paraît alors beaucoup plus efficace.

Bibliographie

Blinkenberg, A. 1958 [1928], L’ordre des mots en français moderne (1re partie), Copenhague : Munksgaard.

Dessaintes, M. 1960, Éléments de linguistique descriptive, Namur / Bruxelles : La Procure.

Gaatone, D. 1998, Le passif en français, Paris / Bruxelles : Duculot.

Gaatone, D. 2008, « Le prédicat : pour quoi faire ? », Lidil 37, p. 45-60.

Grevisse, M. & A. Goosse 2008, Le bon usage (14e éd.), Bruxelles : De Boeck-Duculot.

Jones, M. 1996, Foundations of syntax, Cambridge : CUP.

Kiesler, R. 2000, « Où en sont les études sur la mise en relief ? », Le français moderne 68(2), p. 224-238.

Lazard, G. 1994, L’actance, Paris : PUF.

Mel’čuk, I. 2001, Communicative organization in natural language, Amsterdam : John Benjamins.

Müller-Hauser, M. L. 1943, La mise en relief d’une idée en français contemporain, Genève : Droz.

Nølke, H. 1993, Le regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives, Paris : Kimé.

Pohl, J. 1976, « Les constructions ABOUT-PRON. SUJET-VERBE dans le français contemporain », Actes du 13e congrès international de linguistique et philologie romanes 5(1), p. 499-514.

Riegel, M., J-C. Pellat & R. Rioul 1994, Grammaire méthodique du français, Paris : PUF.

Wagner, R. & J. Pinchon 1991, Grammaire du français classique et moderne, Paris : Hachette.

Wartburg, W. von, & P. Zumthor 1958 [1947], Précis de syntaxe du français contemporain, Berne : A. Francke.

Weinrich, H. 1989, Grammaire textuelle du français, Paris : Didier-Hatier.

Notes

1 Les exemples fournis dans cet article servent à illustrer les propos de l’auteur et ne sont pas extraits d’un corpus particulier.

Auteur

Université de Tel-Aviv, Israël

© Presses universitaires de Perpignan, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter