Version classiqueVersion mobile

L’histoire et le patrimoine de la société industrielle en Languedoc-Roussillon - Catalogne

 | 
Esteban Castañer Muñoz
, 
Nicolas Marty

Partie 4. Projets de valorisation

Le bassin mino-métallurgique du Gard

Projets de valorisation patrimoniale

Michel Wienin

Texte intégral

1L’expression « bassin du Gard » est relativement moins connue que celle de « bassin d’Alès » ou de « bassin des Cévennes » et, si je l’emploie, c’est qu’elle me semble susceptible d’englober un ensemble industriel plus large que le simple couple charbon-fer pour le premier, voire la seule houille pour le second puisqu’il s’agit de l’appellation officielle attribuée en 1945 à une circonscription des Charbonnages de France.

Présentation générale

2Le Massif central est un fragment de la grande chaîne hercynienne formant un vaste plateau incliné vers le nord-ouest et bordé au sud et à l’est par la chaîne des Cévennes qui domine les plaines du Languedoc et de la vallée du Rhône. Cette barrière est orientée est-ouest au nord de l’Aude, nord-sud dans l’Ardèche et la Loire, ces deux parties perpendiculaires étant reliées par une longue courbe. C’est au centre de celle-ci, face au delta du Rhône, que se trouvent le plus haut sommet du massif, le Mont Lozère (1700 m) qui domine directement le bassin houiller d’Alès. Celui-ci s’étend sur une quarantaine de kilomètres en direction nord-sud et une vingtaine sur l’axe est-ouest. Par son étendue et sa richesse, c’est le 4e bassin houiller de France et, ce qui est plus important pour nous, le premier du bassin méditerranéen (hors celui de la mer Noire !).

3Géologiquement, le bassin houiller se trouve au contact du socle hercynien et de la couverture sédimentaire mésozoïque et cénozoïque et bordé par plusieurs failles importantes. Il est ainsi entouré de nombreux gisements minéraux qui ont joué un rôle plus ou moins important dans le développement de la région. On peut les classer en trois types :

  • le fer, très abondant au voisinage des failles bordières du bassin houiller, associé à la pyrite (sulfure de fer) qui a joué un rôle important dans le développement de l’industrie chimique,

  • les autres métaux, en particulier plomb, souvent argentifère, et zinc sous forme d’amas dans les basses Cévennes calcaires ou de filons dans les micaschistes du socle. Moins importants : l’antimoine, le cuivre et un minéral non métallique, la barytine,

  • lignite et bitume dans les marno-calcaires du piémont. Au total, dans l’ensemble des arrondissements d’Alès, du Vigan et

4de Florac (Lozère), soit environ 330 communes plus d’une commune sur deux a possédé une activité extractive. Par contre une trentaine seulement ont possédé des bâtiments d’exploitation ou de transformation dépassant le niveau de la simple baraque de chantier.

Présentation historique

5Des travaux antiques pour le plomb argentifère (Valleraugue, Vialas, Cubières...) et le cuivre (Arrigas) ont été retrouvés en divers points des Cévennes, en particulier autour des massifs granitiques de l’Aigoual et du Lozère. Divers indices permettent de penser que les minerais de fer et même la houille ont été exploités à cette époque.

6Au 13e siècle, les travaux d’exploitation Pb-Ag sont particulièrement importants autour de Saint-Laurent-le-Minier qui est déjà dit « de menerio » et d’où provient la plus ancienne charte minière de France : 1240, en latin et en occitan, tandis que la houille est attestée lors de l’enquête ordonnée par Louis IX par suite des abus du sénéchal de Beaucaire. « Fargas » et « moulins de ferre » se multiplient au siècle suivant le long des rivières, relayés autour de 1500 par les martinets. Après les destructions dues aux guerres de religion, particulièrement violentes dans l’une des rares régions de France à majorité protestante, la reprise est lente et n’atteint le stade proto-industriel qu’autour de 1780.

7Le vrai démarrage a lieu sous la Restauration, à partir de 1825 quand le port de Marseille, alors en plein développement, cherche un approvisionnement en combustible plus rationnel que le charbon venu de Grande-Bretagne via Gibraltar et que Paulin Talabot, brillant ingénieur mandaté par le Maréchal Soult et une équipe de financiers provençaux et nationaux, ait conclu de plusieurs mois d’études que la meilleure solution est l’établissement d’une liaison ferroviaire avec le bassin d’Alès. Les années qui suivent voient les concessions à la fois se multiplier et fusionner, un puits en moyenne creusé pour le seul charbon chaque année pendant 50 ans, 3 grands sites métallurgiques avec hauts fourneaux et « forge à l’anglaise » créés ex nihilo (Tamaris près d’Alès, Bessèges et Gagnières), accompagnés de toute une série d’ateliers de préparation et agglomération du charbon, avec batteries de plusieurs dizaines de fours à coke (Rochebelle et Fontanes, à Alès, La Grand-Combe, Champclauson, Trescol, La Vernarède, Le Martinet, Saint-Jean-de-Valériscle, Lalle, Bessèges, Rochesadoule, Gagnières...) Tamaris fournit massivement des rails : d’abord ceux de la très précoce liaison Marseille Alès (1839), première liaison industrielle de France (après le tronçon de Paris à St Germain-en-Laye) puis une bonne moitié de ceux installée par la Cie PLM (Paris-Lyon-Méditerranée).

8La fin du 19e siècle et le début du 20e voient les principales compagnies se développer rapidement et rivaliser parfois de luxe dans les bâtiments de prestige à fonction de symbole : « châteaux » de l’administration, logements de directeurs, églises des nouvelles communes créées sur les concessions, mais aussi chevalements en maçonnerie et, bien entendu, les premières centrales thermo-électriques à partir de 1890.

9Malgré les crises, la production augmente durant toute la première moitié du 20e siècle, l’apogée se situant en 1949 pour le personnel (plus de 18 000 salariés), reconstruction nationale après la Libération oblige, et vers 1960 pour la production (plus d’un million de tonnes) mais la concurrence du pétrole, du charbon d’importation puis du nucléaire est là et l’abandon des sites périphériques ou moins rentables commence dès 1959 et s’accélère dans les années 1960. Vers 1970, il ne reste plus que trois sièges dits « de concentration » et cette politique de fermeture s’accompagne d’une destruction pratiquement systématique des bâtiments d’exploitation, souvent les plus anciens bien entendu car les moins aptes à une production intensive mais parfois d’une grande qualité. A de rares articles près dans des revues régionalistes semi-confidentielles comme Lou Païs ou Cévennes-Magasine, personne ne semble s’en soucier, le sort de bâtiments obsolètes est marginal alors que la lutte contre la disparition de l’outil de travail mobilise les syndicats et une bonne partie de la population. Côté Houillères (Bassin du Centre-Midi), le souci patrimonial tel que nous l’entendons n’existe pas non plus : les travaux noyés, les puits comblés, les bâtiments détruits, les archives sont brûlées ou jetées à la décharge par camions entiers....

10Vers 1975 ne subsistent que La Grand-Combe et Destival (Alès), dont la fermeture est programmée malgré la découverte de l’important gisement de Ladretch. En mars 1980, éclate une grève avec occupation du fond, exploitation et vente « sauvage » de charbon ; ce sera la plus longue de toute l’histoire de l’exploitation charbonnière européenne : 13 mois ! jusqu’à la victoire de François Mitterrand aux élections présidentielle de 1981. Malgré un essai de relance, la fermeture du site aura lieu dès 1984. Cette grève fut l’occasion pour beaucoup de personnes de découvrir la mine : le carreau mais aussi le fond où les occupants reçurent famille et amis, entre autres pour le réveillon de Noël ; ce fut aussi l’occasion de la naissance d’un nouveau type de site patrimonial : une longue fresque (plus de 40 m de long) de solidarité est réalisée sur un mur de soutènement par un collectif d’artistes plasticiens régionaux : l’année suivante Jacques Lang, nouveau ministre de la culture venu sur place proposa de créer pour elle une protection nouvelle au titre de monument social, mais il retourna à Paris et cette promesse n’eut jamais de suite.

11Aux alentours de la même époque, une toute petite équipe de passionnés tente de reconstituer dans une ancienne galerie école creusée à flan de montagne à la Libération différents types de chantiers et de soutènements. C’est d’abord un lieu pédagogique ouvert principalement aux scolaires mais la demande augmente : familles de mineurs, retraités, associations diverses, simples individus. L’idée d’en faire un lieu ouvert au public naît progressivement. Beaucoup de mineurs en activité sont contre, en particulier les syndicats qui y voient l’indication que la mine n’a plus d’autre avenir que de devenir un musée. Les HBCM soutiennent sans s’engager, en laissant prendre du matériel hors d’âge qui aurait été ferraillé, la municipalité (communiste) fait quelques améliorations de voirie mais c’est surtout la chambre de commerce, déjà largement orientée vers une reconversion touristique de la région qui est intéressée à la création d’un lieu visitable attractif sur la ville et assure les investissements nécessaires à sa transformation en « Mine témoin ». Vingt ans après, c’est un site reconnu qui reçoit environ 30 000 visiteurs par an. Par contre, le discours des guides actuels a été recentré sur une histoire un peu idéalisée et le côté un peu spectaculaire de la technique mais expurgé de toute mention aux problèmes sociaux du monde ouvrier. On peut s’y étendre sur le grisou -si j’ose dire- mais il ne faut pas répondre aux questions concernant la répression des grèves ou des manifestations.

12Autour de 1980, la démolition des bâtiments miniers se poursuit avec l’approbation d’une bonne partie de la population et en particulier des anciens mineurs qui n’ont pas fait leur deuil de ce qui avait été leur vie mais la défense du patrimoine minier se développe également et la prise de conscience progresse chez de plus en plus de décideurs et d’élus. En même temps, un véritable matraquage de divers organismes publics cherche et finir par convaincre la plupart des élus et responsables que la mine, c’est du passé, que l’avenir c’est la vocation touristique du pays, que les touristes veulent voir de la nature et de la verdure pas de vieux bâtiments d’usine et qu’il faut donc les raser....

13La ville de La Grand-Combe focalise un peu le mouvement : née de la mine elle a conservé six chevalements et un ensemble complet de traitement du charbon, plus de dix kilomètres de voies minières mais surtout toute sa structure du 19e siècle, en particulier son habitat très hiérarchisé et de beaux ensembles de casernes ouvrières des années 1840, intactes, uniques dans le sud de la France. Un bâtiment de grande qualité retient l’attention de toutes les parties : l’ancienne centrale électrique de la Pise, datant de 1897, longue de 80 m, entièrement en pierre de taille et percée d’une magnifique série de baies en plein cintre. A l’intérieur, les tableaux de commande en marbre et les ampèremètres d’époque sont en place.... Après deux ans de négociation, les Houillères acceptent de la vendre à la commune pratiquement pour le prix des matériaux. Tout le monde se prend à rêver. Seulement voilà, trois mois après il y a des élections et le vieux maire socialiste est battu par un jeune loup de droite qui annonce un projet magnifique de musée de la lumière. Il est fait appel à un grand cabinet parisien de mise en scène muséographique qui présente un projet à 8,5 millions de francs (1,3 M€). Le maire s’aperçoit alors que sa commune en pleine crise n’a nullement les moyens de payer une telle somme, refuse d’écouter les personnes qui lui font remarquer qu’un projet aussi faramineux n’est pas nécessaire et qu’on peut faire quelque chose de bien pour deux fois moins cher, et annonce qu’il va faire raser le bâtiment pour permettre l’implantation d’un supermarché. Malgré l’intervention personnelle du DRAC et du préfet, le maire persiste en réclamant une garantie de financement public dans les dix jours. Nous tentons alors une procédure de classement d’office M.H. en urgence mais le préfet refuse car un problème identique se pose à Nîmes, autre ville nouvellement passée à droite et que ça poserait des problèmes politiques. Deux mois plus tard, le bâtiment est détruit, les arcs en pierre taillée vendus à des récupérateurs et remplacé par un terrain vague qui n’a pas évolué depuis !

14Cette catastrophe a eu des contrecoups aussi graves qu’elle : divers bâtiments pour lesquels nous envisagions une procédure analogue ne pourrons pas être sauvés car les Houillères, ayant eu le sentiment d’avoir été trompées une fois cessent toute négociation, y compris avec d’autres communes. Il faut attendre une douzaine d’années et, bien sûr, un nouveau changement de municipalité, pour qu’un compromis ait lieu et permette de sauver le superbe chevalement du Puits Ricard avec sa salle des machines et d’installer un petit Musée du Mineur, créé lui aussi par une petite équipe de passionnés, dans sa salle des pendus. Impossible par contre de sauver la centrale thermique du Fesc, détruite en 2003 avec sa cheminée de 100 mètres et sa chaudière qui fut la plus grande du midi de la France. En moins de 15 ans, La Grand-Combe est passé d’une ville musée à une ville avec un musée...

15Quelques mots d’un troisième site, celui des puits de Fontanes et de Destival, dans la commune de Saint-Martin-de-Valgalgues, où se déroula la grève de Ladretch dont j’ai déjà parlé. Le chevalement métallique du premier, haut de 35 mètres a été conservé, totalement hors contexte tandis que celui du second qui en atteignait 70 a été abattu sans aucune annonce en janvier 2003, et que la poulie Koepe, c’est à dire la grande roue d’entraînement des cages a depuis plusieurs années été installée comme « œuvre d’art » au centre d’un rond-point.

  • 2 Le terme officiel de terris, remplacé au 20e siècle par terril n’a pas réussi à supplanter ici l’ap (...)

16Quant aux autres communes, jadis industrielles et redevenues, voire simplement devenues rurales, elles se contentent de créer des sentiers à thème au milieu des pins qui ont envahi les crassiers2, laissant entrevoir ça et là une galerie effondrée, une berline abandonnée à demi enterrée et quelques maisons ouvrières de plus en plus souvent rachetées par des retraités venus finir leur vie dans le midi.

L’habitat ouvrier de la Compagnie des Mines de la Grand-Combe : de la caserne à la villa jardin

17En 1825, il n’y avait pratiquement rien à la Grand-Combe, juste une demi-douzaine de mas (exploitations agricoles) à vocation séricicole, en 1846, la commune est créée avec plus de 4000 habitants, en 1858, elle est chef-lieu de canton avec quelques 7000 âmes, en 1876, les 10 000 sont dépassés ! En déclin depuis 15 ans, elle est retombée à peine plus de 5000.

18Jusqu’à l’époque de Louis XVIII, le problème du logement des ouvriers mineurs ne se pose pas car le personnel des exploitations de type artisanal est fourni et hébergé par la population locale à dominante rurale. Le décollage a lieu entre 1825 et 1828 avec l’intensification de l’extraction charbonnière à Alès où le site de Rochebelle passe d’une soixantaine d’ouvriers à plus de 200 et surtout dans la zone rurale avec les centres miniers de Portes, La Grand-Combe, Gagnières, Rochesadoule... complétés par d’importantes cokeries et deux grandes forges à l’anglaise : Tamaris, près d’Alès et Bessèges, très isolée. Sur 2300 mineurs en 1835, 1900 travaillent loin de toute agglomération traditionnelle. D’autre part, le recrutement qui était uniquement local s’élargit progressivement et à partir de cette date le réservoir humain de la montagne cévenole -lui-même en pleine expansion économique grâce à la soie- est complété par des paysans plus pauvres des hauts plateaux de Lozère, Ardèche et même Haute-Loire. Le problème du logement est rapidement devenu fondamental.

19Les premières « casernes » ouvrières apparaissent à La Grand-Combe autour de 1830 : trois barres totalisant quelques 120 logements élémentaires (1 et 2 pièces sans confort : un puits commun, latrines en plein air, pas de vrai évier.) Les logements pour célibataires (par 4 ou 6) ne disposent d’aucun chauffage ni élément de cuisine, les pièces uniques destinées aux couples avec un ou 2 enfants, les 2 pièces au delà. Dans les conditions de l’époque, les conditions apparemment rudimentaires de ce logement ne choquent pas car les tarifs apparaissent comme bas : environ 10 % du salaire ouvrier de base pour une chambre collective, 20 % pour une pièce privative, 30 % pour deux pièces... Ces casernes appartiennent à la compagnie qui en a seulement sous-traité la construction dans un cas, a embauché directement des maçons locaux dans les deux autres. Ce sont des barres d’un étage (rez-de-chaussée) sur étage soubassement avec accès de plein pieds à toutes les entrées et dont les ingénieurs ont fourni le plan général mais dont la construction est très proche de l’architecture bas cévenole traditionnelle (moellon irrégulier lié à la chaux, charpentes minimales, tuile creuse) à l’exception d’un emploi ponctuel de la brique en structure (chaînages et arcs de décharge des ouvertures). La localisation est pratique : en bordure de la principale voie d’accès aux mines, au voisinage immédiat des premiers puits, des usines de préparation et des cokeries... Aucun élément urbain n’a été intégré : commerces, cafés, place...

20En fait, en même temps que ce logement spécifique en casernes, se développe un logement de type urbain sous la forme de maisons de rapport dont la construction est financée par la petite bourgeoisie locale, les couches supérieures investissant directement dans les compagnies minières. On assiste ainsi à la création de faubourgs ou de quartiers ouvriers en périphérie du centre ancien dans la direction des mines (Rochebelle à Alès, Portes...) mais aussi à celle de nouvelles agglomérations : La Royale et Tamaris à la limite d’Alès et de St Martin de Valgalgues, Bessèges et bien entendu La Grand-Combe qui en réunit quatre : Bouzac et la Pise dont la réunion constitue la ville actuelle de LGC, Trescol et Champclauson.

21Contrairement aux casernes, ces nouveaux quartiers possèdent de véritables éléments d’urbanisme : place de l’église (et du marché) entourée des différents services mis en place par la compagnie : lavoir public, latrines, écoles, dispensaire ou hôpital, bureaux de la compagnie, parfois, plus tard, mairie ! La rue principale, relativement large pour l’époque, relie cette place centrale aux puits et aux usines et la qualité de l’architecture et des logements diminue progressivement Les abords de la place sont réservés à l’encadrement moyen et aux chefs de bureau, viennent ensuite les contremaîtres et les maîtres-mineurs (dits potions dans le nord), la dernière partie de la rue étant affectée aux familles ouvrières trop nombreuses pour demeurer en caserne. Le tissu commercial est également dense avec, comme il se doit une évolution comparable : En restant dans son quartier, on fait ses achats dans les magasins qui correspondent à son statut social. Il existe toutefois un léger décalage systématique : on va plus volontiers « faire sas crompas » vers la place que vers la mine. Dans la dernière centaine de mètres, la plus pauvre, on trouve surtout des cafés qui attendent la sortie des ouvriers.. A noter les cafés-auberges pour les nouveaux ouvriers en particulier et les épouses d’ouvriers en caserne collective qui n’ont pas encore trouvé de logement individuel.

22Passer des casernes à la rue est une promotion mais déménager pour se rapprocher de la place est également très recherché. Par contre l’évolution inverse est rare et apparaît comme une déchéance. D’une manière générale, la population des immeubles l’emporte largement sur celle des casernes (environ les 2/3, parfois davantage), même si la différence est plus faible en nombre d’unités d’habitation.

23Ce clivage entre la ville et la caserne puis la cité subsiste pratiquement jusqu’à la fin de l’exploitation (1984) avec des connotations sociologiques différentes, variables en fonction des lieux et des dates.

24Dans un premier temps, jusque vers 1845, aucun souci de confort ou de qualité ne semble animer les responsables de la compagnie animés d’un seul souci de rentabilité : les cités servent à loger à moindre coût en sol, matériaux, travail un personnel peu exigeant mais la fin du règne de Louis-Philippe marque un tournant : le développement rapide de l’exploitation exige demande de plus en plus de bras et surtout de personnel formé : mineurs d’abattage, boiseurs, mineurs à la poudre... pour lesquels il faut un minimum de deux années d’apprentissage. Or, l’exode rural est encore limité et les compagnies manquent chroniquement de main d’œuvre. Il en résulte une concurrence entre elles pour attirer et conserver les ouvriers les mieux formés : croissance des salaires (très limitée car les chefs d’entreprises ont peur d’un phénomène d’inflation) et surtout avantages sociaux destinés à stabiliser les ouvriers : services sociaux bien sûr (caisse de solidarité accident puis vieillesse, service médical, école gratuite pour « les bons élèves enfants de bons ouvriers », coopérative d’alimentation (comprendre magasin de la compagnie...) et surtout conditions de logement améliorées, rapidement meilleures à celle des petits paysans des alentours. Le village de Champclauson qui se développe ex nihilo à cette période présente un noyau central de casernes entourant une cour carrée, situées maintenant en contre-haut des usines, alignant deux niveaux de logements de deux pièces encore petits mais chauffés et aérés. L’ensemble des équipements urbains (commerces, école, dispensaire, église ou temple...) se trouvent dans un rayon d’une centaine de mètres, et on notera la ressemblance encore très forte avec la construction traditionnelle. On évolue vers les ensembles cohérents de type cité qui ne domineront réellement qu’après la première guerre mondiale. Sur le plan économique, la construction de casernes puis de cités est une réponse relativement rapide à une demande de logement en expansion. Même s’agissant de logements de construction à valeur unitaire nettement inférieure à celle des maisons traditionnelles, c’est un investissement relativement lourd pour la compagnie et non directement productif : dans les périodes plus calmes et à fortiori en période de crise, celle-ci ne construit plus. A moyen terme, attirer et retenir des ouvriers de qualité est tout de même important.

25Inversement, la construction de type urbain ne coûte rien, voire rapporte lorsque les terrains sont vendus par la compagnie aux promoteurs et sa rentabilité, régulière mais relativement médiocre en fait une « rente de père de famille » plutôt qu’un placement lucratif (15 à 20 % certaines années) mais risqué comme l’est l’investissement dans les compagnies mino-métallurgiques. Certes le développement de cet habitat suit les variations de la conjoncture industrielle mais avec un retard certain et en en amortissant largement les à-coups. Sur le plan architectural, ces maisons sur 3-4 niveaux ne se différencient en rien de celles destinées aux classes populaires des autres villes de la région.

26Sur le plan de la morphologie urbaine, on remarque l’absence quasi totale des cours collectives de type coron tandis que les jardins ouvriers sont toujours éloignés des logements (dans la plaine inondable, quand elle existe).

27A noter la présence de quelques immeubles construits par des sociétés affichant des buts philanthropiques : « Société pour l’amélioration du logement populaire » et autres... La qualité est, pour l’époque, plutôt bonne et les loyers, inconnus, sans doute raisonnables. Cet investissement éthique comme on dirait de nos jours, reste toutefois marginal et précède nettement la publication des travaux et les créations analogues de Charles Gide au début du 20e siècle. Il est alors le fait de groupes de bourgeois sociaux, héritiers des physiocrates, s’identifiant par leur appartenance religieuse (Protestants, Catholiques modernistes) ou philosophique (Francs-maçons). Il semble d’abord que comme d’autres œuvres sociales (écoles, maisons de santé), ces logements fraternels soient prioritairement destinés aux membres de la communauté.

28Après une crise relativement grave, l’exploitation reprend avec force vers 1885 et cette période d’expansion dure sensiblement jusqu’en 1914. Les longues barres de casernes laissent la place à des cités (le mot apparaît à cette période mais ne se généralise que dans l’entre-deux-guerres) regroupant des « blocs » plus hauts, plus massifs. Même si l’aspect régional reste bien marqué dans l’appareil (moellons de grès local sommairement assisés) et la couverture en tuile creuse avec fermeture d’avant-toit par génoise, une affirmation de qualité est lisible dans la présence de la génoise sur le mur pignon et la modernité dans les fenêtres couvertes en arc segmentaire avec encadrements harpés en brique, symboles du style international de la 3e république. Ce style est très répandu dans les bâtiments publics comme les écoles. On notera la superposition de deux étages contenant des appartements familiaux et d’un étage de combles alignant de petites fenêtres qui correspondent à des chambres de célibataires. La distribution par un balcon règnant sur toute la façade principale a laissé la place à un couloir central accessible par deux escaliers extérieurs accolés aux murs pignons pour le premier étage tandis qu’un escalier central assez étroit donne accès au « grenier » où logent les « jeunes ».

29Nous sommes en fait dans le cas un peu particulier d’une cité réalisée par une caisse de solidarité. C’est par contre une époque où nous trouvons une grande homogénéité architecturale comme en témoigne la cité Julian à Rochebelle qui a conservé une distribution par balcon extérieur et où apparaît un module très répandu au 20e siècle : le bloc de 8 logements.

30Par contre, le passage d’un type à l’autre n’est pas complet car le type « barre » est encore construit. On remarque aussi que la qualité de l’architecture s’est améliorée et l’espace offert nettement étendu.

31Peu de changement par contre pour le type urbain, si ce n’est l’emploi de la tuile mécanique et les fenêtres en arc segmentaire.. On note également de nombreuses améliorations individuelles, en particulier la construction de balcons, WG, salle de toilette...

32A partir de 1920, les grands bâtiments de type caserne deviennent relativement rares et leur confort s’améliore avec l’apparition des WC individuels. Progressivement, ils cèdent la place à des ensembles de blocs de 4, 6 ou 8 appartements (1 ou 2 étant réservé à la maîtrise) dans lesquels la distribution par escalier extérieur souligne un soucis de respect de la vie privée. On évolue ainsi vers les vraies cités alignant des dizaines de petits blocs. L’un des ensembles les plus aboutis et dont l’organisation urbanistique calque la hiérarchie sociale dans l’entreprise est l’ensemble dit de Ribes dont la construction s’étend des années 20 aux années 50. En fait, ces réalisations de prestige sont d’abord destinées au personnel de bureau et aux techniciens qui représente près de la moitié du total, ainsi qu’aux maîtres-mineurs tandis que le personnel non qualifié et surtout d’origine coloniale ou étrangère est rassemblé dans des blocs qui annoncent les immeubles des banlieues des années 1960... Dans ces cités, on notera la très classique distribution par escalier et balcon extérieurs, l’emploi du moellon ou de la brique de résidus en gros œuvre tandis que la tuile creuse a cédé la place à la tuile mécanique dite « de Marseille ».

33C’est aussi l’époque des « camps » provisoires, des baraques en bois destinées à loger prisonniers allemands puis Kabyles, Sénégalais et autres coloniaux.

34La Libération correspond à l’apogée de la production charbonnière mais aussi du statut du mineur qui symbolise l’aristocratie ouvrière. L’architecture s’y veut à visage humain : les barres elles-mêmes manifestent une volonté de recherche architecturale avec décalages, auvents, cages d’escaliers à volées de fenêtres... Au même moment est réalisé l’étonnant ensemble de l’Abbaye à Cendras. On y trouve autour d’un petit centre ancien où sont implantés les commerces :

  • des barres de type HLM, correspondant aux nouveaux arrivants les plus pauvres,

  • des barres et des blocs un peu plus élaborés,

  • Un groupe assez important de blocs de 8 appartements,

  • Une avenue bordée de bâtiments élaborés dit cités américaines mais fortement inspirés par l’architecture méditerranéenne

35Un peu curieusement, les années 1960 voient le retour en force des « cages à lapins » et autres grands immeubles de type HLM associés souvent à la démolition des bâtiments anciens (entre urbain d’Alès, casernes du milieu du 19e siècle...)

36Je terminerai avec le devenir de ces immeubles dont beaucoup parmi les plus anciens ont été démolis car il y a quelques années qu’ils ne correspondent plus à la demande immobilière régionale. Les autres ont été vendus à leurs occupants, mineurs retraités, et sont aujourd’hui des maisons comme les autres. Quelques vieilles barres de casernes, réhabilitées sont devenues des appartements agréables et les quartiers ouvriers périurbains subissent une évolution analogue.

Bibliographie

CHEVALIER : Etude économique et sociale du bassin houiller de La Grand-Combe, Mémoire de maîtrise, Montpellier, 1968.

GAILLARD J.-M. : Un exemple de ville-usine : La Grand-Combe et le Compagnie des Mines 1836-1921, Thèse de 3e cycle, Paris 1974.

GAILLARD J.-M. : La naissance d’une entreprise industrielle au XIXe : la Compagnie de La Grand-Combe. Actes du 49e congrès de la Fédération Historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Alès 1976, Montpellier 1977, p. 194-200.

LAMORISSE R. : La population de la Cévennes languedocienne. Thèse de doctorat, Montpellier, 1975.

LIVET G. : La Grand-Combe à travers les âges. Brochure du centenaire de la Compagnie des Mines de La Grand-Combe, 1936.

PUECH M. : La Compagnie des Mines de La Grand-Combe, Ecole nat. Sup. des Mines, Paris, 1901, 2 t.

SUGIER F. : Mineurs de Cévennes, Montpellier, Espace Sud, 1993, 2 t.

Notes

2 Le terme officiel de terris, remplacé au 20e siècle par terril n’a pas réussi à supplanter ici l’appellation traditionnelle de crassier, officiellement réservé aux accumulations de scories industrielles.

Auteur

Chercheur, chargé de l’étude du patrimoine industriel au Service Régional de l’inventaire, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Montpellier.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search