Version classiqueVersion mobile

L’histoire et le patrimoine de la société industrielle en Languedoc-Roussillon - Catalogne

 | 
Esteban Castañer Muñoz
, 
Nicolas Marty

Partie 3. Produire, habiter, vivre : les espaces de la société industrielle

Le patrimoine hydroélectrique de la vallée de la Têt

Jean-Claude Bosc

Texte intégral

11900, la Catalogne-Nord, confrontée à l’aube du XXe siècle est en plein cauchemar, ses débouchés sont inexistants, son industrie lourde qui lui a permis au siècle précédent, d’espérer en l’avenir, est en train de s’asphyxier par manque de voies de communications et d’approvisionnements ; les mines d’extraction du fer du Canigou, ferment les unes après les autres, les « fours à la catalane » s’éteignent et la principale source de fourniture de combustible, la Lorraine, tombée aux mains des allemands après la guerre de 1870, a de plus en plus de difficultés à parvenir dans le sud, à des conditions financières satisfaisantes.

  • 1 Cette citation figure sur la stèle élevée en son honneur à Mont-Louis : Au sauveur de la Cerdagne, (...)

2Il est indispensable, pour la survie des Hauts-Cantons, de les désenclaver, afin de permettre l’évacuation du fer issu des hauts-fourneaux et l’acheminement à moindre frais du combustible. Ce désenclavement est tout aussi nécessaire pour supprimer l’étouffement provoqué par une quasi-totale autarcie, préjudiciable à son économie ; c’est une triple volonté qui va permettre cette réalisation. D’abord, celle de l’Etat qui va trouver et débloquer les fonds nécessaires à cette entreprise, ensuite une pression sans faille d’élus locaux, dont le Conseiller Général Emmanuel Brousse, considéré comme le sauveur de la Cerdagne 1, puis enfin, après maints aléas et déboires, une Compagnie qui prenne en compte les travaux. Cette dernière, la Compagnie du Midi des frères Péreire (banquiers), est une organisation qui depuis pas mal d’années s’est lancée dans la construction de chemins de fer. En ce qui nous concerne, elle sera le commanditaire des travaux engagés, dont une partie sera réalisée par les Ponts et Chaussées.

3Le désenclavement de la Cerdagne, après diverses recherches et études, ne peut se faire que par l’intermédiaire du chemin de fer. Les obstacles à franchir, pour y parvenir, sont multiples tant à cause des dénivelés que du climat et des ouvrages d’art à construire ; aussi, paradoxalement, le chemin de fer va permettre directement l’équipement de la vallée et son accès rapide à la modernité grâce à l’hydroélectricité, contrairement aux lignes ferroviaires plus anciennes, dont la traction sera d’abord à vapeur, puis pour plus de commodités, électrique.

4La possibilité existe et est connue ; en effet, en 1851, un grand projet a vu le jour, ayant une toute autre raison que ce désenclavement, mais est, malgré plusieurs tentatives, resté dans les cartons. Cette étude concerne la construction d’une retenue d’eau de 13 millions de m3 au lieu-dit les Bouillouses à 2000 m. d’altitude. Son but initial était d’assurer un potentiel d’irrigation supplémentaire pour le bas de vallée, étant assorti de la construction d’un canal d’amenée d’eau en rive droite de la Têt. Les oppositions rencontrées à l’aboutissement de ce projet l’ont été, en grande partie, grâce à la mauvaise volonté de particuliers ayant peur d’être lésés dans leurs avantages déjà acquis. Mais l’utilisation qui se présente à la création de cette retenue est toute autre.

Quelques notions techniques :

5Une centrale est un ensemble, il lui faut d’abord : une retenue, puis une machine et enfin du personnel pour la surveiller, au besoin la réparer ou en tout cas l’entretenir.

6La machine est double, composée de la turbine qui tourne grâce à l’eau et ainsi fait tourner l’arbre entraînant l’alternateur ; Ce dernier étant une machine électrique, nous n’en parlerons pas ici puisque nous connaissons sa fonction finale ; la turbine, pour sa part, est beaucoup plus intéressante, car elle est de conception différente suivant la hauteur de la chute qu’elle équipe…

7Nous allons donc analyser ces différences, car la vallée de la Têt, objet de cette recherche est équipée des trois types de turbine existant.

Turbine Pelton, ou Haute Chute :

8Née dans la deuxième moitié du XIXe siècle, inventée par l’ingénieur américain Lester Pelton, cette turbine est utilisée pour les hauteurs de chute supérieures à 300 m., d’un débit moyen parfois inférieur à 5 m3/s. C’est le genre de machine fonctionnant sous grande chute avec un débit faible, ces deux grandeurs étant inversement proportionnelles. Son principe de fonctionnement est particulier, la roue, en position verticale ou horizontale est entraînée en rotation par un jet d’eau frappant les augets qui la constituent. Ces jets peuvent être uniques ou par paires (1, 2, 4), admis sur la turbine grâce à un pointeau mobile, qui dégage ou ferme l’admission de l’eau venant de la conduite forcée dans une buse, un organe, appelé déflecteur, permet de dévier le jet très rapidement afin de permettre l’arrêt de la machine sur incident (Fig. 1). Les centrales d’Angoustrine, des Aveillans, de La Cassagne, de Fontpédrouse, de la Ribérole, d’Olette, sont équipées de ces systèmes. Pour ces turbines, l’eau est en principe issue d’un barrage de haute montagne ou d’une prise d’eau située en altitude, permettant le dénivelé important nécessaire, et évacuée directement, par le plancher situé sous la turbine, dans la rivière.

Turbine Francis, ou Moyenne Chute :

9Née dans la deuxième partie du XIXe siècle, inventée par l’ingénieur américain d’origine anglaise, James Francis, il s’agit de la turbine dite à réaction. Cette machine est utilisée pour les hauteurs de chute comprises entre 50 et 300 m., L’eau est en principe stockée dans un barrage important dans une vallée de moyenne montagne, ou dans un bassin de mise en charge pas très élevé en altitude, le repos qui lui est ainsi procuré permet l’utilisation de la turbine Francis, d’un fonctionnement plus délicat, ces roues, contrairement aux précédentes, possèdent des modifications de structure, suivant la tranche de hauteur de chute, où elle va devoir être utilisée

  • 2 Salzard (J.), Hydraulique appliquée à l’exploitation des centrales hydroélectriques, réed 1984, Dun (...)

10Entre 200 et 300 m., elles sont caractérisées par un diamètre d’entrée plus grand que le diamètre de sortie, la vitesse d’entrée sera plus importante2.

  • 3 Salzard (J.), op. Cit. Page 90.

11Pour une hauteur de chute d’environ 100 m., elles ont des diamètres d’entrée et de sortie comparables3

  • 4 Salzard (J.), op. Cit. Page 90.

12Pour une chute relativement basse de l’ordre de 50 m., leurs caractéristiques sont inverses de celles des premières, le diamètre de sortie est plus grand que le diamètre d’entrée4.

13Leur fonctionnement est aussi différent des précédentes, Là pas d’injecteurs, de jets ou de pointeaux, l’eau entre par la bâche en forme de colimaçon, entraîne la roue par ouverture des directrices mobiles, et s’évacue par l’aspirateur communicant avec la rivière (Fig. 2). Ces turbines se trouvent aux centrales de Thués (deux groupes à axe horizontal de même puissance), et à la centrale de Lastourg (deux groupes à axe horizontal de puissance différente). Nous pouvons considérer que ces roues sont directement inspirées des roues en bois des XVIIe et XVIIIe siècle.

14D’autre part elles ont des caractéristiques de courbes de fonctionnement particulièrement intéressantes. Après une montée rapide de la puissance pour une ouverture minime (environ 1/10°) elles restent constantes jusqu’aux environs des 9/10° d’ouverture et ont un excellent coefficient de productivité.

Turbine Kaplan, ou très basse chute :

15L’Ingénieur autrichien Viktor Kaplan a inventé les turbines hélices hydrauliques à pas variable qui portent son nom, elles sont utilisées uniquement sur les chutes de quelques mètres de dénivelé et ont besoin par contre d’un débit très important pouvant aller jusqu’à 300 m3/s., la trajectoire de l’eau est très peu ralentie, car elle est axiale, les pales sont petites et peu incurvées, la machine sera donc plus rapide que les précédentes ; les pales peuvent être fixes ou orientables, le jeu entre la ceinture et les pales est de l’ordre de quelques dixièmes de mm. (Fig. 3). Cette turbine se trouve à la centrale de Joncet, en position horizontale, elle n’est pas très puissante et n’a d’utilité que par le fait qu'elle complète l’équipement de la vallée.

fig. 3

fig. 3

Planche III – TURBINE KAPLAN, ou à pales orientales
(Termes et appellations normalisés)

Le premier équipement de la vallée : 1903/1929

  • 5 Chemins de Fer Régionaux et Urbains, FACS (Fédération des Amis des Chemins de fer Secondaires), Num (...)

16L’équipement de ce chemin de fer sera électrique, ainsi en ont décidé les autorités ; pour ce faire, il faut, non seulement construire le barrage de captation, mais également une usine en partie basse qui fabriquera l’électricité nécessaire à son fonctionnement. Il était indispensable, pour cela, de considérer deux choses : l’une, la production pour les environs immédiats de l’usine, d’un courant continu de 850 volts, l’autre, compte tenu de la longueur de la ligne, nécessitait la production d’un courant de 20 000 volts / 25 hertz, triphasé, destiné à alimenter des sous-stations échelonnées de part et d’autre de l’usine5, par l’intermédiaire d’une ligne extérieure.

17La puissance installée nécessaire est déterminée en prévoyant la circulation simultanée de trois trains dans les endroits les plus pentus ; l’usine est implantée à La Cassagne, le programme prévu implique deux sous-stations en aval : l’une à Villefranche, l’autre à Thués et trois autres en amont, respectivement Font-Romeu, Err et Bourg-Madame

  • 6 FACS, op. cit. Page 32.

18L’usine, pour sa part, possède un dénivelé de 1608 m entre le bassin de mise en charge et les turbines au nombre de 4, chacune d’une puissance de 1500 ch. accouplée à une génératrice dimorphique pouvant fournir soit du courant continu 850 volts côté collecteur soit du courant hexaphasé 600 volts du côté des bagues ; ce dernier courant est élevé à 20 000 volts triphasé par un transformateur statique à bain d’huile6. De la centrale, partent, dans chaque direction, une double ligne 20 000 volts sur poteaux en béton, les sous-stations sont généralement installées dans un local accolé à la gare intéressée, équipées d’un transformateur 20 000 / 600 volts associé à une commutatrice de 600 kw fournissant le courant de traction sous 850 volts pour le troisième rail. La construction du barrage et celle de l’usine seront simultanés et, commencés en 1904, les essais auront lieu en 1909, les installations seront opérationnelles en 1910.

  • 7 Les deux noms correspondent pour le premier au constructeur de la turbine, pour le second à celui d (...)

19Très rapidement, compte tenu de la longueur de ligne, la centrale de La Cassagne va s’avérer insuffisante, les pertes d’énergie en ligne étant trop conséquentes. Déjà en 1910, à titre expérimental, la Compagnie du Midi, alimente en courant alternatif monophasé 12 000 volts / 16 2/3 hz le tronçon Villefranche-Ille-sur-Têt. Ce courant est fabriqué par un moteur-générateur installé à Villefranche et raccordé à la ligne HT de La Cassagne. Les essais, satisfaisants, conduisent à son extension à la ligne Villefranche-Perpignan, et dès 1913 le Midi, installe à Fontpédrouse une nouvelle centrale, utilisant l’eau de la précédente. Elle possède une chute de 175 m., une seule conduite forcée de 1 m. de diamètre et deux groupes constitués chacun d’une turbine Bouvier-Pelton7 et d’un alternateur de 1375 Kva produisant directement le courant 12 000 v / 16 2/3 hz, alimentant la caténaire sans transformation. Cette centrale, outre sa fonction de production, va permettre de soulager La Cassagne, qui désormais alimentera la portion amont, alors que Fontpédrouse aura en charge la portion de ligne aval.

20Ces installations ne seront pas sans problèmes, la centrale de Fontpédrouse, située au sortir d’une gorge, sera plusieurs fois détruite par des aiguats, ces crues brutales qui n’épargnent rien. Malgré cela, les installations fonctionnent, les productions des deux centrales sont même excédentaires par rapport aux besoins du chemin de fer ; cette situation va perdurer, ponctuée par les difficultés importantes rencontrées par la Compagnie du Midi opposée aux syndicats d’arroseurs de l’aval. Afin d’être équitables dans les jugements, il est bon de rappeler que, lors de l’autorisation de construction du barrage, il a été convenu entre les parties, des lâchures dites agricoles, en périodes de besoin pour les agriculteurs, le projet de canal rive droite ayant, lui, été abandonné ; préférant de beaucoup, la production électrique revendue fort cher à des collectivités ou à des particuliers, la Compagnie ne respecte pas ces obligations.

  • 8 Très difficilement.
  • 9 Broc (N.), Brunet (M.), De l’eau et des hommes en terre catalane, Trabucaïre, Olot, 1992, 268 pages (...)
  • 10 Devenues aujourd’hui, les Pyrénées-Atlantiques.

21Pourtant, lors de la convention du 5 décembre 1902, le Conseil Général a pu obtenir l’adjonction d’une clause très vague8 prévoyant que la Compagnie pourra lâcher au profit de l’agriculture les volumes d’eau en excédent (Article XI de la Convention)9, la Compagnie par ailleurs s’engageait à assurer l’alimentation de plusieurs canaux et à garantir à la Têt un débit minimum de 1200 l/s à l’aval de la centrale de La Cassagne. D’autre part, cette Compagnie, possède d’autres centrales de production, entre autres, dans ce que l’on appelle les Pyrénées-Occidentales10, et comme tous les organismes producteurs, elle a adhéré à l’UPEPO (Union des Producteurs d’Energie des Pyrénées-Occidentales). Cette dernière, depuis quelques années reproche à la Compagnie du Midi, de produire, plus que le nécessaire pour le fonctionnement de ses tractions électriques, et ainsi de lui faire une concurrence déloyale. Ces pressions de toutes sortes vont amener la Compagnie du Midi à prendre une décision qui, à terme, s’avérera très importante pour la vallée de la Têt.

  • 11 Broc (N.), Brunet (M.), De l’eau et des...., op.cit. page 233.
  • 12 Contrairement à la Compagnie du Midi qui a besoin d’électricité mais a pour vocation première d’ass (...)

22Le 19 juin 1929, les statuts d’une nouvelle Société la SHEM (Société HydroElectrique du Midi), vont être approuvés par le Ministre des Travaux Publics, alors chargé du contrôle de l’électricité, à la date officielle du 25 juillet 1929. Cet organisme, étant une filiale de la Compagnie du Midi dans laquelle cette dernière est largement majoritaire (à la hauteur de 75 %) Monsieur Numa Broc pourra donc dire : elle semble n’être que l’émanation...11 Et ayant pour vocation première, la construction de centrales et la production d’électricité12.

23A partir de ces dates les représentants de la SHEM vont siéger dans tous les conseils d’administration aux côtés de la Compagnie du Midi d’abord et de la SNCF ensuite. Il n’y aura plus de travaux particuliers en dehors de réparations et d’entretien sur les barrages jusqu’en 1937, date à laquelle une inondation plus forte que les autres anéantira la centrale de Fontpédrouse.

La formation, la qualification du personnel :

24Nous entrons là dans une société industrielle à taille humaine, ce service, à l’époque de la Compagnie du Midi, était composé d’agents se formant « sur le tas », la technicité pas très lourde des machines permettait cette formation prodiguée par les « anciens » aux nouveaux. Les machines, étant dans toutes leurs phases de fonctionnement essentiellement dépourvues d’automaticités, nécessitaient un personnel nombreux, mais peu qualifié au départ.

25La création de la SNCF, et surtout de son statut (elle est la seconde grande entreprise nationalisée en France, après la Poste), va permettre une très sensible amélioration ; en effet, elle crée en même temps des Centres d’Apprentissage, où l’enseignement et la pratique sont prodigués par des professionnels. De ces Centres sortiront des générations d’excellents ouvriers (recherchés par tous les industriels), et des générations de cadres qui feront de ces Centres de véritables pépinières.

26Créée sous le Front Populaire, le relationnisme s’exprime dans le tutoiement, les contacts en sont favorisés, et l’esprit de maison, on pourrait même dire le corporatisme, s’installe partout et en particulier dans le milieu des centrales, d’une part grâce au petit nombre d’agents (entre 300 et 320 au début), qui se connaissent tous, qui ont les mêmes problèmes et un sens aigu de la hiérarchie. Petit à petit, la technicité va se développer, les automatismes remplacer les hommes, le nombre va décroître mais pas l’esprit interne de cette Société. La grève de 1968 en sera une preuve, totalité du personnel en grève (les « Patrons » de la Direction Générale ayant poussé les « timides » à participer à l’effort collectif), production, rarement égalée (très abondante fonte des neiges), et 12 heures de « travail » par jour pour pallier les problèmes liés aux ennuis climatiques (c’est ce que j’ai appelé une entreprise à taille humaine), ceci afin de sauvegarder l’état de marche de l’outil de travail, sans savoir bien sûr, à ce moment-là que les journées de grève seraient payées. Cette excellente mentalité durera jusqu’en 1992, nous verrons la suite plus loin.

Les années SNCF : 1937/1954.

27La SNCF créée en Août 1937 par un Décret-Loi, sous le gouvernement du Front Populaire, grâce au regroupement des compagnies françaises telles que la Compagnie du Midi, va absorber toutes les structures de cette dernière y compris celles de la SHEM ; elle va reprendre à son compte les activités de ces deux sociétés continuant donc, non seulement l’entretien des installations existantes, mais également, la SNCF va être habilitée à construire des implantations hydroélectriques nouvelles, et à assurer le transport de l’énergie produite et ce, jusqu’à la seconde guerre mondiale. Elle va donc profiter de la destruction des ouvrages de Fontpédrouse par une inondation plus violente que les autres en 1937, pour revoir en détail le plan d’équipement de la vallée dans le cadre du raccordement de cette dernière au réseau national français, unifié à la fréquence de 50 hertz. Les centrales hydroélectriques, en tant que service SNCF, seront à l’avenir gérées par la Division appelé « Energie Electrique », dont la Direction Régionale se trouve à Toulouse, 7, rue de la Dalbade, et la Direction Générale à Paris, 20, rue de Rome.

  • 13 Ce sont toujours les machines en service à La Cassagne n’ayant depuis cette date subi que des réfec (...)

281944, verra donc la modernisation de Fontpédrouse et une grande réfection de La Cassagne où les 4 groupes anciens seront remplacés par deux groupes Pelton verticaux de 7250 ch. chacun, entraînant un alternateur de 6000 kva13.

  • 14 Entre autres les articles 9, concernant les pertes et l’article 6-1 concernant la détermination des (...)
  • 15 Voir Mémoire de Maîtrise Bosc, Utilisation de l’eau dans la vallée de la Têt, naissance de la houil (...)

291946, verra la création de EDF ce qui va entraîner, dans la façon d’exploiter et de travailler, de nombreux bouleversements ; c’est cette société qui aura désormais le monopole du transport de l’énergie et à ce titre deux contrats seront passés entre SNCF et EDF (remis à jour régulièrement)14 concernant les productions et le transport de cette production15 ; la même année verra la naissance, sous l’appellation SNCF, de la centrale de Thuès récupérant les eaux de Fontpédrouse et de divers autres ruisseaux, dont celui de la Ribérole avec une chute de 158 m qui alimente deux turbines Francis de 4500 ch. couplées à deux alternateurs de 4000 kVA.

301948, verra pour son compte la surélévation du barrage des Bouillouses ainsi que des travaux importants d’étanchéité et de sécurité liés à cet ouvrage, son volume de retenue va désormais passer de 13 000 000 de m3 à 17 500 000 m3 ; l’équipement général de la vallée va se poursuivre par la construction et la mise en service de la centrale d’Olette. Cette dernière est une pierre essentielle dans l’édifice de la vallée, elle utilise les eaux restituées àThués sous une chute de 213 m. et comporte deux turbines Pelton à deux roues de 6500 ch. et deux jets chacune et deux alternateurs de 6000 kVA. Il s’agit également d’une construction SNCF, et comme Thués, elle débite directement sur le réseau EDF de 60 kV issu de La Cassagne.

  • 16 La SHEM possédait une vallée complète dans les Hautes Pyrénées, la vallée du Louron, cette vallée, (...)

31Les onze années écoulées depuis 1937, seront les années d’or de la SNCF dans la vallée, même si ces travaux vont se continuer un certain temps, même avec un regain d’activité les années qui vont suivre, le plus important (à une exception près) est déjà accompli ; à partir de là, la SNCF va s’engager dans des travaux importants dans d’autres vallées des Pyrénées, les travaux réguliers d’entretien seront exécutés chaque année, mais il faudra attendre huit ans pour qu’un autre chantier voie le jour. C’est à partir de cette date que la SNCF va de plus en plus se dégager des travaux neufs d’importance et laisser ce rôle à la Société qui, au long de ces nombreuses années a été omniprésente dans le Service, sauf dans le Confient16. Elle va rattraper ce handicap rapidement.

Les années SHEM de la SNCF : 1955 / 1992

32En 1955, la première centrale sous le sigle SHEM, fait son apparition dans la vallée ; il s’agit de la centrale des Aveillans, située à mi-chemin entre les Bouillouses et La Cassagne, sous 265 m. de chute, elle comporte une turbine Pelton de 10 400 ch. accouplée à un alternateur de 8 500 Kva et débite alors directement sur le poste de La Cassagne.

33A la fin des années 1979, la production annuelle de la vallée de la Têt ainsi constituée s’est élevée à 155 millions de kWh, pendant ce temps, la France a consommé 235 500 millions de kWh et la consommation du train jaune à l’origine de ces équipements, pour la même période, a été de seulement 1, 66 millions de KwH.

34En 1981, la SHEM va racheter à un producteur privé la centrale d’Angoustrine, située à côté de Villeneuve des Escaldes et sur le bassin versant du Ségre. Cette centrale a été construite par des espagnols en 1978, elle n’intéresse pas directement la vallée de la Têt, si ce n’est pour la production qu’elle ajoute à l’ensemble, en fait, la SHEM, a été trompée. Achetant sur la foi des productions et des débits réalisés au préalable, les précédents propriétaires avaient « oublié » de mentionner qu’ils ne lâchaient pas les débits réservés, comme ils y étaient astreints. En outre, l’achat avait été réalisé avec l’espoir d’une extension, permettant en amont de la centrale, de construire un barrage dans un verrou naturel et capter un ruisseau important se déversant à l’aval de la prise d’origine. Las ! les Ecologistes ont réussi à obtenir le classement du ruisseau avant la dépose du projet. Cette centrale est dotée de deux turbines Pelton à axe horizontal à deux injecteurs de 1350 ch. et de deux génératrices asynchrones de 1100 Kw chacune.

35En 1989, la Shem va mettre en service une centrale pour équiper la chute de la Ribérole, cette rivière, est déjà captée en 1937 et complète les apports du canal La Cassagne-Fontpédrouse, un petit réservoir va être créé en altitude et une conduite forcée de 800m. va alimenter une turbine Pelton à deux jets de 6000 ch, couplée à un alternateur de 5000 Kva. Cette machine a une histoire, elle est un des deux groupes d’origine montés en 1929, dans la vallée du Louron (Hautes Pyrénées), la seconde ayant été donnée à un producteur autonome de la vallée de Nyers, dont la SHEM, jusqu’à ces dernières années, espérait bien obtenir l’acquisition.

361989, la SHEM met en service la centrale de Joncet située à Serdinya, cette centrale est une exception dans l’ensemble de la vallée, car elle fait appel à un matériel jusque-là peu connu chez nous : une turbine hélicoïdale à pales mobiles dite turbine kaplan ; il s’agit d’une turbine basse chute exploitant l’eau issue d’une prise située sur la Têt, à l’aval d’Olette, sur un très faible dénivelé. Equipée d’une génératrice asynchrone, sa production est très faible, la machine a une puissance de 400 Kw et constitue plutôt un complément d’équipement, qu’un équipement à proprement parler. Sa prise d’eau, son canal, très souvent engravés, constituent plus une source potentielle d’ennuis qu’un avantage de production.

Les années SHEM : 1992 / 2004

  • 17 La bâche d’une turbine est la partie cylindrique de forme « escargot » se trouvant après la vanne d (...)

371992 sera l’année de mise en service de la centrale de Lastourg, la dernière du groupement de la Têt ; c’est une centrale comportant deux turbines équipées de roues Francis à axe horizontal d’une puissance de 3400 ch. pour l’une et de 2200 ch. pour l’autre. Elle comporte beaucoup d’innovations par rapport aux autres centrales, entre autres, une bâche mécano-sondée17, ensuite, elle peut turbiner deux sortes de débit : les plus élevés, les deux machines fonctionnent ensemble ; les plus faibles, seule la plus petite se met en service. Elles ont ainsi la particularité de toujours œuvrer dans la zone la plus favorable de leur caractéristique de puissance. Lors de l’« aiguat » du 25 octobre 1992, soit 10 mois à peine après sa mise en service, la prise d’eau va être entièrement dévastée, la centrale inondée (1,20 m d’eau) et de très importantes réparations vont devoir avoir lieu.

38La question que l’on pourrait se poser c’est : comment se fait-il que brutalement la SNCF ait cessé de financer les dernières constructions et laissé ce soin à la SHEM ? Cela n’a rien de surprenant lorsque l’on sait que à la date de cessation de constructions de centrale correspondent les problèmes financiers que l’on connaît au niveau des TGV. La totalité des crédits issus de la vente de l’énergie produite partant alors sur les budgets d’investissements de ce dernier, la SNCF, dans ses prévisions budgétaires, n’avait plus à mentionner la « dérive financière » sur une partie de son activité qui ne concernait pas le transport. La SHEM, quant à elle, étant une société à partenariat, pouvait obtenir des crédits des banques moyennant, bien sûr, des agios.

  • 18 Le gouvernement français, depuis les années 1980, avait suspendu la prise en compte de l’entretien (...)
  • 19 Revue SNCF « Ressort », n° 21, février 1993, page 25.

39Ce qui explique qu’en juin 1992, les organisations syndicales et le personnel soient très surpris d’apprendre, avec tout ce que cela comporte d’incertitudes, de crainte et de colère, que la partie Energie de la SNCF est à vendre. Cette nouvelle est d’autant plus surprenante qu’elle n’est pas arrivée par un canal naturel, mais plus par des indiscrétions ou par la lecture d’un journal interne SNCF. Après beaucoup d’inquiétude, le personnel finit par apprendre que la vente n’est en réalité qu’une opération administrative18. Malgré tout, dans la nouvelle SHEM, la SNCF est propriétaire à 99,6 % du capital. Dans la revue interne « Ressort », Sylvain Combon écrit : L’énergie produite par la SHEM est entièrement destinée à la traction ferroviaire et de ce fait, mise à la disposition de la SNCF à un niveau de prix reflétant les coûts réels..., le prix de cession..., est très inférieur au prix auquel la SNCF se procure de l’énergie auprès d’EDF19. Le personnel, pour sa part, aura la garantie, sous couvert du Conseil d’Etat, que la SNCF restera dans tous les cas majoritaire à hauteur minimum de 85 % du capital dans le Conseil d’Administration de la nouvelle société.

L’influence du changement sur le personnel :

40Elle fut considérable, non par le fait du changement de sigle, mais par le fait des réglementations qui allaient être modifiées. En effet, le personnel pas informé n’eut rien à dire dans un premier temps, mais le passage d’un statut d’entreprise nationalisée (SNCF), à celui d’une entreprise non nationalisée (SHEM) faisait obligation à la SNCF de donner un choix aux agents.

  • Soit ils restaient SNCF et continuaient au même statut de travailler pour la SHEM.

  • Soit ils restaient SNCF et devaient, même en surnombre ponctuel être affectés dans le poste de leur choix, dans les services SNCF aux mêmes grades qu’ils avaient.

  • Soit ils démissionnaient de la SNCF et réembauchaient à la SHEM, au statut des Industries Electriques et Gazières (statut de base EDF), avec un grade correspondant dans le nouveau statut.

41La majeure partie du personnel opta pour le dernier cas, le statut étant plus intéressant que l’ancien ; très peu prirent la seconde option, plusieurs conservèrent la première.

  • 20 Tout le monde avait opté librement, mais certains, dans leurs unités moins informés ou méfiants, hé (...)
  • 21 D’aucuns se demandèrent et se demandent encore si cela ne faisait pas partie d’une stratégie visant (...)

42À partir de là les choses allèrent très vite, il avait fallu plus de cinquante ans pour créer ce corporatisme qui faisait la fierté du service, il disparut en quatre ans. Les causes en sont multiples d’abord, le baby-boom de la fin de la seconde guerre mondiale occasionna le départ de beaucoup d’anciens (à 55 ans), la différence de statut provoqua des jalousies20 : par exemple, deux agents dans la même centrale, faisant le même travail en heures supplémentaires et pour le même temps n’étaient pas rémunérés pareil, les tableaux d’avancement étaient différents les heures de travail hebdomadaires également (39 h. pour la SNCF, 38 h. pour les IEG), tout cela créa des différences mal acceptées, les dirigeants de la Direction Régionale, soit par méconnaissance ou par laxisme fautif, laissèrent faire21.

43On assista alors à une inversion des valeurs : les agents qui, naguère étaient heureux de retrouver leurs collègues, ne se parlent plus ou peu, des clans se sont organisés, mettant les autres à l’index, pire que cela, les cités, certes près des centrales, dotées d’un confort appréciable, avec de grands appartements, se désertifient, les agents préférant payer un loyer plus cher, prendre leur véhicule tous les jours et manger seuls à midi, plutôt que de continuer à habiter « en voyant toujours les mêmes têtes », comme ils disent.

44Les anciens étant partis, de « jeunes loups » arrivèrent pour les remplacer, arrivistes, pas toujours qualifiés dans les postes occupés, mais dotés de diplômes estimés supérieurs, ils ne tardèrent pas à s’entre-déchirer pour, chacun asseoir sa prépondérance, les ordres ou instructions furent désormais transmis au téléphone pour, en cas d’incident, être déniés après. La confiance des exécutants dans la hiérarchie disparut, il s’agit vraiment de la chronique d’une mort annoncée ; celle-ci n’allait pas tarder. En 2002, une nouvelle parvient au personnel avec beaucoup de retard : la SHEM est à nouveau à vendre.

L’après SHEM : 2004...22

  • 22 Consulter Mémoire de Maîtrise, Bosc, 2003.

45Malgré l’intérêt qu’EDF a toujours porté à ce service-là, et l’envie manifeste qu’elle a toujours eu de l’acheter, ce ne sera pas elle qui, à terme, en fera l’acquisition. A la grande surprise de toutes les personnes concernées et malgré toutes les garanties qui avait été données par le gouvernement, une société privée belge : Electrabel (elle-même filiale du groupe français Suez !!!) d’après les « on-dit » a toutes les chances de pouvoir acquérir la société. Encore une fois, la nouvelle est arrivée par des voies anormales et indiscrètes. De toujours, les Directions successives de la SNCF s’étaient glorifiées de la qualité de ce service qui produisait tout de même un tiers de la consommation totale SNCF en France.

  • 23 Revue SNCF « ressort » n° inconnu, François Rémy, avril 2002. (Archives personnelles).
  • 24 La Vie du Rail, Pourquoi la SNCF fait affaire avec Electrabel François Dumont, 23/10/2002, page 132 (...)

46A partir du moment où la direction actuelle prétend vendre la société, le discours change et l’organisme devient un petit producteur d’électricité très localisé23, le discours est surprenant à quelques années de distance du précédent, mais ne dit-on pas : « qui veut tuer son chien l’accuse de la rage » ? Sur un autre journal d’entreprise, toujours d’obédience patronale, on pouvait lire : la SNCF estimait l’an dernier le « trou » entre besoin de financement et capacité d’autofinancement, selon les années, à une somme allant de 225 et 270 millions d’euros. Mais, de peur d’être accusée de vendre l’argenterie de famille, et sachant l’affaire très sensible, elle refuse aujourd’hui de répondre à toute question sur l’éventuelle bouffée d’oxygène que lui apporterait la cession de la SHEM. Elle fait valoir que le partenariat, avec Electrabel, est conclu pour aider la SHEM qui, étant une compagnie trop petite, ne pourrait pas survivre dans le monde dérégulé de l’électricité24.

47Malgré le tollé soulevé par cette décision, malgré l’incompréhension provoquée au su des garanties qui avaient été données par le Conseil d’Etat, les organisations syndicales ont fini par apprendre courant novembre 2003, que ce dernier avait statué, très discrètement, pendant les vacances d’été, annulé sa position de 1992 et donné toute liberté à la SNCF pour procéder à la vente du capital.

Les premiers contacts avec Electrabel :25

  • 25 Voir Mémoire de Maîtrise, Bosc, 2003.
  • 26 Article Midi libre, 23/10/2002 (Archives personnelles).

48Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ne furent pas chaleureux, les représentants de la Société, furent reçus portes fermées, par le personnel ne voulant pas les laisser entrer26, les contestations de tous ordres, élus, particuliers par la presse, syndicats, rien n’y fît. Un dilemme subsiste tout de même : l’emplacement du barrage des Bouillouses a été cédé par le Département, les divers emplacements de sites : centrales, conduites forcées, installations fixes..., tout a été cédé à la SNCF puis à la SHEM, qu’en sera-t-il avec Electrabel ? nul ne le sait, les propriétaires originels seront-ils disposés à traiter avec ?

49La seule certitude que nous ayons, c’est que cette entreprise, malgré le nombre d’« Ingénieurs », qui sont venus sur site, compte plus de « gestionnaires-banquiers » que de techniciens confirmés, ces personnes ont une méconnaissance totale de la façon d’exploiter les centrales ; leur but est de placer les énergies en bourse : au moment où la cotation est au plus haut, ils téléphonent pour démarrer la centrale, et de même pour la faire arrêter lorsque la cotation baisse. Cela amène, parfois, la nuit, à deux ou trois interventions du surveillant.

  • 27 Voir Mémoire de Maîtrise Bosc, 2000.
  • 28 Voir Mémoire de Maîtrise Bosc, 2000.
  • 29 Page 3 du contrat de vente (Archives personnelles).

50Ils ont simplement oublié que, fonction de la longueur de canal, il fallait un certain temps d’écoulement avant que l’eau n’arrive sur la turbine27, ceci est un exemple vécu récemment et qui montre si besoin en est l’ineptie de la chose. Pour l’instant, suivant les termes du contrat Electrabel / SHEM, ils ne possèdent (droit d’accès des tiers au réseau, grâce au ordonnances européennes), que le placement de l’énergie SHEM, mais à compter du mois d’Avril (selon mes sources), la SHEM céderait 40 % de son capital à Electrabel d’après l’article 3 du contrat les liant28, et la seconde tranche de 40 % serait, toujours d’après ce contrat, cédée deux ans après la première29.

  • 30 Cette société a également de fortes participations dans le capital des centrales nucléaires de Choo (...)
  • 31 De Gaulle.
  • 32 Page 63 de l’ouvrage cité.

51Nous avons déjà vu dans le département, de nombreuses activités qui périclitaient ou qui ne pouvaient s’étoffer reprises par des sociétés étrangères, avec force aides des institutions, décidées à sauver l’emploi, autant que faire se peut, je pense entre autres à ELNIA, reprise par le groupe austro-Suisse ZUEGG. Cela va, après des promesses mirifiques, se solder par des licenciements. Dans l’évolution de la SHEM, citée plus haut, c’est pire, il s’agit d’un fleuron de notre industrie qui va passer dans des mains étrangères30. Les élus locaux, les agents concernés sont inquiets de cet état de fait : cette société ne va-t’elle pas utiliser les machines avec un minimum d’entretien pour un maximum de rentabilité jusqu’à la rupture ? Je terminerai par une citation de Ch. Millon qui écrit dans « l’extravagante liste des nationalisations » paru chez Plon : « Le général31.... était persuadé qu’un certain nombre d’industries devaient par nature échapper à la sphère privée pour se retrouver dans le giron de l’État..... C’est le rôle de l’Etat d’assurer lui même la mise en valeur des grandes sources d’énergie ».32

52Il est dommage que les membres d’un parti se réclamant de l’auteur de ces paroles, aient à ce point abandonné les concepts d’origine, pour en arriver à la situation actuelle.

53La nouvelle problématique qui ressort de cette réflexion est plus grave encore, que va-t-il se passer si un jour les détenteurs de ressources et énergies fossilisées se rendent maître par le biais de consortiums financiers des ressources d’énergies renouvelables vendues si inconsidérément ? Puisse notre Nation n’avoir jamais à le regretter !

Bibliographie

Sources

Manuscrites :

Archives départementales des Pyrénées-Orientales :

Série S

• Sous-Série 13 Sp 1 Usines et moulins.

• Sous-Série 13 Sp 2 Usines et fabriques du département.

• Sous-Série 13 Sp 4 Bassin de la Têt.

• Sous-Série 14 Sp 4 Réservoir Bouillouses.

• Sous-Série 14 Sp 8 Chemin de fer.

Ces sources sont fragmentaires, comportant peu d’indications, elles m’ont permis une approche des événements.

Archives personnelles :

Ce sont des documents que j’ai conservé au cours de ma carrière, soit pour leur intérêt techniques ou simplement en tant que souvenirs.

Documents issus de la Direction Régionale de la SHEM :

Monographie de la vallée de la Têt.

Fascicules du Génie Civil

Contrat d’échanges n° 1 entre la SNCF et EDF, entre la SHEM et EDF.

Documents issus de la Direction Générale de la SHEM :

Plaquette du Cinquantenaire de la SHEM, 1929 / 1979, 1979, 50 pages.

Journeaux :

Midi libre.

L’Indépendant des Pyrénées-Orientales.

Revues :

La Vie du Rail.

Ressort.

Ecoshem.

Bibliographie

BROC (N.), Brunet (M.), Caucanas (S.), De l’eau et des hommes en terre catalane, 1999, Girona, 266 pages.

BOUILLE (M.), Colomer (C.), Histoire des catalans, Cahors, 1992, 408 pages.

CADE (M.), Histoire d’un réseau ferroviaire, Archives des Pyrénées-Orientales, Conseil Général, Perpignan, 1995, 166 pages.

Colloque, Electricité et chemins de fer, cent ans de progrès ferroviaire en France par l’électricité, textes réunis par Badel (L.), et Polino (M.N.), article J.N. Laurenceau, 1995, 290 pages.

Fédération des Amis des Chemins de Fer Secondaires, Chemins de fer régionaux et urbains, revue bimensuelle, 1982, 307 pages.

SALZARD (J.), Hydraulique appliquée à l’entretien des centrales hydroélectriques, Dunod, 1965, (2), 249 pages.

Notes

1 Cette citation figure sur la stèle élevée en son honneur à Mont-Louis : Au sauveur de la Cerdagne, au seul Ministre mort pauvre. Emmanuel Brousse deviendra député 3 ans plus tard en 1904.

2 Salzard (J.), Hydraulique appliquée à l’exploitation des centrales hydroélectriques, réed 1984, Dunod, Paris, 165 pages, extrait page 90.

3 Salzard (J.), op. Cit. Page 90.

4 Salzard (J.), op. Cit. Page 90.

5 Chemins de Fer Régionaux et Urbains, FACS (Fédération des Amis des Chemins de fer Secondaires), Numéro consacré à la ligne SNCF de Cerdagne, 1982 II, 105 pages, extrait page 31.

6 FACS, op. cit. Page 32.

7 Les deux noms correspondent pour le premier au constructeur de la turbine, pour le second à celui du type de turbine.

8 Très difficilement.

9 Broc (N.), Brunet (M.), De l’eau et des hommes en terre catalane, Trabucaïre, Olot, 1992, 268 pages, extrait page 230.

10 Devenues aujourd’hui, les Pyrénées-Atlantiques.

11 Broc (N.), Brunet (M.), De l’eau et des...., op.cit. page 233.

12 Contrairement à la Compagnie du Midi qui a besoin d’électricité mais a pour vocation première d’assurer le transport des personnes et des biens.

13 Ce sont toujours les machines en service à La Cassagne n’ayant depuis cette date subi que des réfections de bobinage.

14 Entre autres les articles 9, concernant les pertes et l’article 6-1 concernant la détermination des productions des centrales, du contrat SHEM/EDF, (Archives personnelles).

15 Voir Mémoire de Maîtrise Bosc, Utilisation de l’eau dans la vallée de la Têt, naissance de la houille blanche en Confient au XXe siècle, 2002.

16 La SHEM possédait une vallée complète dans les Hautes Pyrénées, la vallée du Louron, cette vallée, avait été équipée, les dossiers techniques et administratifs étant prêts, dès 1929, date de sa création.

17 La bâche d’une turbine est la partie cylindrique de forme « escargot » se trouvant après la vanne de pied et mettant l’eau en vitesse avant qu’elle n’arrive sur la turbine. Ces organes sont normalement coulés en fonderie. La mécano-soudure consiste à former des viroles ou des demi-viroles de diamètre décroissant (dans ce cas) et de les assembler par soudage.

18 Le gouvernement français, depuis les années 1980, avait suspendu la prise en compte de l’entretien des ouvrages d’art possédés par la SNCF (premier propriétaire foncier français) qu’il lui devait au titre de service public, d’où une économie substantielle pour l’Etat et un surcoût énorme pour la Compagnie. La SNCF cédant ses centrales à la SHEM pour le franc symbolique n’aura plus, ses comptes étant dans le rouge, qu’à s’occuper du tout TGV, la SHEM renforcée des centrales ex-SNCF (toutes amorties) pourra, au vu de sa nouvelle structure, obtenir plus facilement des banques les prêts nécessaires pour ses investissements futurs.

19 Revue SNCF « Ressort », n° 21, février 1993, page 25.

20 Tout le monde avait opté librement, mais certains, dans leurs unités moins informés ou méfiants, hésitèrent.

21 D’aucuns se demandèrent et se demandent encore si cela ne faisait pas partie d’une stratégie visant à déboucher sur l’actualité la plus récente : Il faut diviser pour régner.

22 Consulter Mémoire de Maîtrise, Bosc, 2003.

23 Revue SNCF « ressort » n° inconnu, François Rémy, avril 2002. (Archives personnelles).

24 La Vie du Rail, Pourquoi la SNCF fait affaire avec Electrabel François Dumont, 23/10/2002, page 132 (Archives personnelles).

25 Voir Mémoire de Maîtrise, Bosc, 2003.

26 Article Midi libre, 23/10/2002 (Archives personnelles).

27 Voir Mémoire de Maîtrise Bosc, 2000.

28 Voir Mémoire de Maîtrise Bosc, 2000.

29 Page 3 du contrat de vente (Archives personnelles).

30 Cette société a également de fortes participations dans le capital des centrales nucléaires de Chooz et Tricastin (Article paru dans « La Vie du Rail du 23/10/2002, page 132 (Archives personnelles), ainsi que des centrales du Rhône appartenant à la CNR Page 63 de l’ouvrage cité.

31 De Gaulle.

32 Page 63 de l’ouvrage cité.

Table des illustrations

Titre fig. 1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre fig. 2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre fig. 3
Légende Planche III – TURBINE KAPLAN, ou à pales orientales(Termes et appellations normalisés)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteur

Docteur en Histoire

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search