Version classiqueVersion mobile

L’histoire et le patrimoine de la société industrielle en Languedoc-Roussillon - Catalogne

 | 
Esteban Castañer Muñoz
, 
Nicolas Marty

Partie 2. Les enjeux de la conservation : la muséographie industrielle

Une entreprise entre ouverture et fermeture : le site de tourisme industriel de la Source Perrier

Nicolas Marty

Texte intégral

1Le tourisme industriel est une des formes de tourisme qui s’est le plus développée les dernières années. Il est favorisé par une certaine avancée de l’idée que l’industrie pouvait faire partie de l’ensemble patrimonial. Ce tourisme passe parfois par des musées industriels ou de sciences et techniques, spécialisés ou non. Le tourisme industriel concerne aussi bien des espaces industriels en fonctionnement que ceux qui ont cessé de fonctionner et dont on a décidé de conserver une trace, même si ce ne sont plus à proprement parler des sites de production. D’aucuns pourrait dire que l’industrie en Languedoc-Roussillon dispose de beaucoup plus de “sites morts” que de “sites actifs” ; ce qui laisserait effectivement une première place au tourisme industriel ancien, tourné vers le passé. Ce n’est pas le cas de l’analyse qui va être faite ici sur le site de tourisme industriel de la Source Perrier.

2La Source Perrier ne se présente plus. Le groupe Perrier, fort de plus de 110 sociétés, avait pour centre l’établissement de Vergèze (Gard) et son produit phare : l’eau minérale gazeuse, qui a donné son nom au groupe Perrier et à la holding qui la chapeautait financièrement jusqu’en 1992. L’entreprise est maintenant dans le groupe Nestlé. C’est une des marques les plus connues dans le domaine des boissons, Symbole de réussite française, à la fois dans son marché intérieur qu’elle a largement contribué à créer au cours du XXe siècle, et dotée d’une force très importante à l’exportation.

3Pourquoi, à un moment donné, un site industriel donne-t-il à voir ce qu’il recèle comme processus technique ? Dans quel contexte cette ouverture a-t-elle lieu ? La réponse passe par une réflexion d’abord sur la problématique de l’ouverture et de la fermeture du site industriel, depuis sa création en 1903 jusqu’au début des années 1990. Elle passe ensuite par l’analyse de ce qu’est le site actuel de tourisme industriel : quelles ont été les motivations de ses concepteurs ? Les objectifs de départ ont-ils été atteints ?

I. Revisiter l’histoire de Perrier sous l’angle de l’ouverture ou de la fermeture de l’usine

Un site industriel entre fermeture et ouverture

  • 1 Cf N. Marty, Perrier, c’est nous ! Histoire de la Source Perrier et de son personnel, Paris, Editio (...)

4L’entreprise comme système social est un ensemble à la fois fermé et ouvert. Fermé car c’est un tout, formé par les processus techniques, les méthodes de gestion et les hommes qui y travaillent dans un espace bien délimité. Les directions ont toujours rêvé de sites industriels totalement fermés aux influences extérieures, pour leur permettre de diriger sans interventions externes, qu’elles soient d’origine étatique ou pire encore, d’éléments susceptibles de « pervertir la main d’œuvre » et l’ambiance de travail patiemment travaillée par une politique sociale destinée à favoriser la stabilité et la tranquillité des travailleurs de l’usine : organisations du mouvement ouvrier et leur propagandistes divers. Mais ce rêve n’a jamais été accompli. L’entreprise ne peut être totalement fermée aux influences extérieures et le cas de la Source Perrier l’illustre particulièrement1. L’ouverture est d’ailleurs le fait des directions successives elles-mêmes, qui y voient parfois une possibilité de mieux faire accepter l’usine, soit à son environnement immédiat, soit à des spécialistes du secteur.

Les particularités du site

5L’usine de la Source Perrier est située sur le territoire de la commune de Vergèze, mais à une distance de 4 km du village lui-même. La commune, comme beaucoup d’autres entre Nîmes et Lunel, dispose de terroirs à cheval sur la plaine languedocienne du Vistre et des Garrigues qui s’étalent sur une côte calcaire orientée nord ouest-sud est. C’est dans la plaine, dans des terrains largement occupés par les vignes, que la station thermale à l’origine de l’usine a vu le jour au cours du Second Empire. Auguste Granier, qui dirige la société en commandite chargée de gérer la station, construit un hôtel thermal destiné à recevoir les très nombreux visiteurs qui viendront prendre les eaux dans le “Vichy du Gard”. Cependant, cet espoir est vite déçu et le bâtiment paraît rapidement disproportionné par rapport au nombre réel de baigneurs. En réalité, le développement du site ne devait pas venir d’un hypothétique succès thermal mais du développement de l’industrie d’embouteillage. C’est d’ailleurs le premier cas en France de développement d’une usine d’embouteillage déconnectée d’une station thermale en fonctionnement. Les dirigeants anglais qui prennent en main l’affaire au tout début du XXe siècle mettent fin au thermalisme et utilisent l’hôtel des Bains pour la direction, tout en construisant une usine attenante. Le bâtiment reçoit donc les conseils d’administration, les bureaux de la Société et fait aussi usage d’habitation pour recevoir St John Harmsworth, un anglais richissime fondateur de la société et les directeurs de l’usine Smith et Southwell. La présence du « château », comme l’appellent les ouvriers, marque la différence entre deux mondes séparés, cloisonnés : l’usine d’un côté, l’habitation, la direction de l’autre. La vie du château est celle d’un autre monde : les Rolls Royce et le luxe d’une des plus riches familles d’Angleterre laissent rêveurs aussi bien les ouvriers que les propriétaires voisins. Après 1906, l’accident de St John rend sans doute encore plus distant le jeune homme anglais du personnel de sa société. L’opposition entre ces deux mondes apparaît de manière flagrante sur le plan du site. L’espace de production et ses lignes droites, sa logique productive, ses bâtiments industriels offrent un contraste frappant avec l’espace réservé à la direction, dont les lignes courbes du jardin soulignent radicalement la différence. Malgré cette distance, ouvriers et ouvrières, entrant et sortant de l’usine par l’entrée Sud-ouest, passent forcément devant l’imposant « hôtel », séparé de l’espace de l’usine par une haie. Son architecture ne rappelle en rien les bâtiments importants des grands mas de la plaine, ni même les châteaux languedociens plus anciens (château de Candiac, à quelques km de la source). C’est à partir de ce noyau que le site industriel s’est développé considérablement pour occuper maintenant tout le « quartier » des Bouillens.

La période anglaise (1903-1947) : une ouverture limitée

  • 2 Chambriard (Pascal), « L’embouteillage des eaux minérales, quatre siècles d’histoire », dans « Les (...)
  • 3 Arch. Source Perrier, Fonds Smith, correspondance avec les fournisseurs (1905-1912)

6L’usine de Vergèze a été d’emblée une usine d’embouteillage exceptionnelle en France. Elle a été pensée par la difficulté de répondre à une forte demande du produit créée par la politique commerciale de la Société. La mise en ligne des opérations et leur mécanisation créé ainsi le premier « groupe d’embouteillage » de France, installé dans la nouvelle usine en 1910, bien avant que cette notion soit développée partout dans le secteur, au cours des années 1920 et 1930 seulement2. Lavage, tirage et bouchage se font successivement et automatiquement, tandis que les ouvriers ne font qu’assujettir les bouteilles sur les machines et les transmettent ensuite à la machine suivante. La mécanisation fait donc son entrée à Vergèze essentiellement avec du matériel allemand et anglais : laveuses Miller, Tireuses Rilley et boucheuses de Liquid Carbonic Corporation ; puis tireuses allemandes Wahrendorff (Dresde)3. L’organisation ainsi modifiée permet d’augmenter considérablement le rythme d’embouteillage. Par la suite, la rationalisation que connaît l’usine dans les années 1920 ne vient pas modifier radicalement le fonctionnement. Cette importante innovation est très mal accueillie : condamnée implicitement par l’Académie de médecine, ignorée par toute la presse professionnelle, montrée du doigt pour mettre en avant les aspects commerciaux au détriment des aspects thérapeutiques et de santé publique, la Source Perrier fut véritablement mise au ban de la corporation des sourciers et du thermalisme avant la Première Guerre mondiale.

7Cependant, dans l’Entre-Deux guerres, celle-ci devient un véritable modèle pour tout le secteur. L’imitation de Perrier survient alors aussi bien dans le domaine technique que dans celui de l’image donnée au produit « eau minérale ». Il est vrai que les scrupules avaient disparus depuis que l’imposition de l’eau minérale avait été introduite par une loi de finances de 1917. Un des arguments majeurs pour conserver à ce produit le caractère de médicament était maintenant caduc pour les actionnaires des sociétés disposant de stations thermales. Il est vrai aussi que la Source Perrier s’ouvre aux visiteurs dans cette période. Il s’agit essentiellement de montrer l’excellence du processus technique. L’usine modifiée de 1926 (doublement et raccordement par une voie particulière à la Compagnie PLM) se voit rajouter des passerelles surplombant le hall d’embouteillage, spécialement prévues pour les visiteurs. Il ne s’agit pas du grand public, mais de professionnels. Ainsi en est-il des congressistes du XXe congrès national de médecine, qui eut lieu à Montpellier, en octobre 1929. La Source Perrier invite tous les congressistes à venir visiter ses installations.

  • 4 « Le XXème congrès national de Médecine de Montpellier », Le Midi Illustré, 26 octobre 1929.

8« Les congressistes ont répondu à l’aimable invitation des administrateurs de cette source et y ont été l’objet d’une réception des plus amicales. Docteurs et professeurs de tous les horizons avaient été aimablement conviés à se rendre auprès de la Source Perrier, où les attendait une sympathique réception, la Source Perrier assurait elle-même le transport. Tous se sont vivement intéressés à la visite des sources, du bassin de captage au gaz carbonique naturel et de manutention modèle de Perrier »4.

  • 5 « Visite du sultan », Le Petit Méridional, 27 juillet 1934 ; ADG IM 971, visite de personnalités.
  • 6 Dans les années 1950 à 1970, la production de Perrier est fortement poussée pendant l’hiver pour po (...)

9De nombreuses visites de professionnels sont attestées pendant cette période. Les sommeliers, les industriels gardois etc. se pressent pour voir les installations. Les visites concernent aussi des personnalités politiques de premier plan. En outre, des visites de prestige à l’usine elle-même sont autant d’événements qui permettent de faire parler de l’entreprise. Relevons, parmi d’autres, le président de la République en exercice, Gaston Doumergue, en 1931, et le sultan du Maroc en juillet 19345 6.

La période Leven (1948-1990) : un tourisme de base

10L’entreprise connaît à partir de la fin des années 1940 une très forte croissance à la fois interne (par le fort développement de la consommation d’eau minérale en France) et externe (par une politique d’acquisition et de construction d’un groupe agro-alimentaire) avec l’arrivée d’une nouvelle équipe dirigeante dont la personnalité dominante est Gustave Leven. En 1968, la Source Perrier est devenue une société Holding chapeautant un large panel de sociétés dans le domaine agro-alimentaire. Le secteur boisson représente la majorité des activités, avec le cœur du secteur qui est celui des eaux minérales (Vichy, Contrexeville etc.), mais aussi l’embouteillage et la fabrication des sodas (dont les fameux Pschitt et Pepsi Cola). Vient ensuite le secteur laitier et aussi le secteur confiserie. Le site de Vergèze, s’il n’est plus le seul de l’entreprise, connaît une très grande extension, à la fois dans les zones de production, mais aussi les zones de stockage. Le site est devenu par ailleurs le siège social de l’ensemble des activités boissons du groupe. Pendant cette période d’extension considérable, le site s’ouvre encore un peu plus aux visiteurs potentiels. L’ouverture du site se produit comme lors de la période précédente pour des occasions exceptionnelles. L’image de Perrier étant très liée au sport, il n’est pas rare que des grandes compétitions cyclistes aient lieu sur le site lui-même. Ainsi, le grand prix du Midi Libre connaît très souvent des arrivées ou des départs depuis l’usine Perrier. C’est aussi le cas du tour de France, dont Perrier est sponsor officiel depuis les années 1920. Ces ouvertures exceptionnelles de l’usine sont doublées par des possibilités de visite de l’usine, très moderne, construire en 1950 et qui a reçu le surnom de P1, ainsi qu’une vue des impressionnantes zones de stockage. Une nouveauté apparaît également au cours de cette période : les visites des écoles de toute la plaine languedocienne, depuis Montpellier jusqu’à Nîmes. Mais, en dépit de cette phase d’ouverture, il n’existe pas réellement de politique marquée d’ouverture du site pour essayer de jouer sur l’image. Les visites restent sommaires et les aménagements extrêmement limités.

II. Le site actuel : objectifs, moyens et résultats

Un projet global

11Le site actuel de tourisme industriel a été pensé et initié à la fin de l’année 1994 et au début de 1995. Il s’agit d’un projet global qui ne concerne pas seulement le tourisme industriel, mais qui est une politique générale visant à améliorer l’image de l’établissement et du produit Perrier, mis à mal par un contexte général difficile au milieu des années 1990. Perrier est déstabilisé en 1990 par l’affaire du benzène, puis achetée après une OPA inamicale du groupe Nestlé. L’ancien groupe Perrier est totalement démantelé, tandis que l’usine de Vergèze est devenue un site parmi d’autres du géant Nestlé (des dizaines d’usine et de marques dans le seul domaine des boissons). Outre la perte de ce statut de site leader, l’établissement a du mal à se remettre de l’affaire du benzène : une défaillance humaine est à l’origine du problème industriel exploité par les américains dans un contexte de réorganisation générale des grands groupes de boisson (PepsiCo et Coca Cola, Schweppes Cadbury). Le site, qui avait trouvé depuis le milieu des années 1970 un compromis de production entre une direction très centrée sur Vergèze et le produit Perrier et un personnel très revendicatif, mais en accord global avec la politique générale du groupe, se trouve au cœur de conflits sociaux importants. La culture d’entreprise très particulière de Perrier (une CGT ultra majoritaire tenant une grande place dans l’organisation du travail du site) se heurte frontalement au management de Nestlé, éloigné de la culture du compromis et de la gestion de l’équipe précédente. Le choc provient surtout que les représentants du personnel ne souscrivent plus à la politique générale du groupe, qu’ils jugent défavorable au site. Le contentieux juridique, les conflits sociaux, se succèdent.

Les objectifs généraux

  • 7 Arch. CE Source Perrier, séance 27 juillet 1995.

12L’objectif est d’offrir une visite industrielle aux touristes, pour observer à quel point l’usine de Vergèze est une usine à la pointe de l’activité d’embouteillage et de verrerie. Il s’agit d’insister donc sur l’excellence de l’exploitation industrielle tout en jouant sur l’image « mythique » du produit. Le projet de tourisme industriel entre également dans un ensemble plus large d’exploitation des terres du domaine Perrier à Vergèze. Il s’agissait de mieux gérer l’ensemble immobilier appartenant à Perrier dans les différentes communes entourant l’usine. Les objectifs essentiels étaient d’assurer une meilleure maîtrise des risques de contamination par contrôle de l’activité agricole environnante ; améliorer l’image du site de production et de la marque Perrier7. Pour le directeur des sites sud de Nestlé, le développement du tourisme industriel contribuerait à la protection des ressources : en effet, le nombre de visiteurs (100 000 par an prévus) rend possible la création d’activités locales non polluantes et ainsi la maîtrise de terrains communaux.

13Le projet est mené par l’équipe communication des sites sud de Perrier-Vittel (devenu depuis Nestlé Waters France). Il passe par la mise en valeur du patrimoine de l’usine et par une visite du processus de production en fonctionnement. C’est un processus particulièrement spectaculaire : depuis 1972, l’usine dispose d’une verrerie (la Verrerie du Languedoc) directement accolée aux sites d’embouteillage proprement dit de l’eau minérale. Ce choix a été réalisé pour faire face aux transformations du monde de l’embouteillage, et notamment l’utilisation massive par les concurrents de bouteilles non consignées en plastique. Gustave Leven, manager à l’époque, a voulu développer un verre “perdu” c’est à dire non consigné. Le processus technique choisi fut d’accoler l’embouteillage et la verrerie. L’aspect industriel de la visite se centre donc sur l’unité de production Perrier 3, dite P3, dernier sur le site a être construit en 1988-1989.

La visite

14Perrier ne propose plus une simple visite d’usine mais un véritable spectacle industriel, qui dure environ deux heures de temps. La visite du site s’articule autour de trois grands thèmes :

  • la source d’eau minérale naturelle gazeuse qui est le résultat d’une exception géologique,

  • le processus industriel de Perrier, unique au monde puisqu’il allie, sur un même site, la maîtrise du verre en fusion et les techniques ultra modernes d’embouteillage,

  • la personnalité de la marque qui s’appuie à la fois sur la richesse de son patrimoine historique et publicitaire.

15Chaque grand thème est mis en scène et expliqué dans un espace spécifique. L’arrivée à lieu dans une grande Halle, qui n’est autre que l’ancien quai de chargement de la première usine Perrier de 1910. C’est là que ce fait l’accueil des visiteurs. On y trouve des panneaux qui retracent l’historique de la Source Perrier. La visite passe ensuite au-dessus du « kiosque des Bouillens » où l’on entend, sur le lieu de l’émergence originelle de la Source, le « gazouillis des bulles ». Les groupes sont ensuite pris en charge par des bus aux couleurs de Perrier qui emmènent les visiteurs à l’intérieur de l’enceinte industrielle actuelle, vers une animation au cœur de l’usine appelée « la grande galerie ». Celle-ci est longue de 500 mètres, elle a été mise en scène pour leur permettre de comprendre comment sont fabriquées les célèbres bouteilles vertes, où elles sont remplies d’eau et de bulles, quel est leur parcours avant de partir à la conquête des linéaires du monde entier. Le suspense est préservé jusqu’au bout puisque les visiteurs commencent l’itinéraire par le « produit fini », la bouteille, telle qu’ils la connaissent, pour remonter la chaîne d’embouteillage et de fabrication : ils quittent la galerie sur le spectacle éblouissant du verre en fusion, provenant de la Verrerie du Languedoc.

16Tout le long de la galerie, une série de panoramas sur l’usine permet de voir, en direct, le processus industriel décrit et expliqué sur les panneaux et les 70 moniteurs vidéo installés dans la galerie. Cette visite se fait en compagnie d’hôtesses / guides.

17La dernière étape du parcours se déroule dans le cadre idyllique du « château » ouvert sur le parc où se situe le Musée Perrier. Les visiteurs peuvent, à leur rythme et au gré de leur curiosité, découvrir ou redécouvrir cent ans de publicités audacieuses, ainsi que les événements sportifs et culturels auxquels la petite bouteille verte a été associée depuis un demi-siècle. Les visiteurs peuvent également y acheter de nombreux produits de merchandising.

18Le coût de l’ensemble se monte alors à 10 millions de francs (emplois et infrastructures) auxquels il faut ajouter 3 millions de francs d’investissements de départ (aménagement de l’ancien hall d’expéditions et du « château »). Le coût annuel n’a jamais été clairement évoqué par la direction de l’établissement, mais il faut compter 11 personnels pour la haute saison (les mois de juillet et août).

19En terme d’esthétique et d’intérêt de la visite, il est indéniable que ce « spectacle industriel » est d’une excellente tenue. Cependant, les résultats sont-ils à la hauteur des espérances et des objectifs définis en 1995- 1996 ?

Les résultats

20Le site de tourisme fut donc ouvert aux visiteurs le 14 juin 1996. Il est possible à partir de quelques données de suivre l’évolution de la fréquentation du site (cf page suivante). La première remarque qui vient à l’esprit est que l’objectif global de 100 000 visiteurs par an n’est pas atteint en presque dix ans d’ouverture au public. La courbe montre que l’on aboutit presque à un niveau de fréquentation qui est celui d’avant la mise en place du spectacle industriel. La progression par rapport à l’habituelle visite d’usine d’avant 1996 est intéressante. La croissance a été importante pendant les quatre premières années d’exploitation, jusqu’en 2000, pour aboutir à un score très honorable de 70 000 visites à cette période. Cependant, rapidement, un point d’inflexion montre une tendance très claire à la décroissance, qui n’est pas démentie entre 2001 et 2004. Plusieurs explications peuvent être avancées pour expliquer ce déclin, qui tient à la fois à des causes internes et externes. Les causes externes d’abord : le tourisme régional a connu en effet une chute assez importante des visites estivales au début des années 2000. Cette moindre présence des touristes en Languedoc Roussillon pèse bien sur l’ensemble des structures touristiques, y compris celle de la Source Perrier. C’est particulièrement le cas lorsqu’on constate (Cf. graphique 2) que la grande majorité des visites a lieu lors de la période estivale (60 % des visites pour les mois de juin à septembre). Cependant, cette raison ne suffit pas à elle seule à expliquer la baisse observée. Il apparaît en effet que l’entreprise n’a pas tout fait pour développer le site. Une comparaison peut être effectuée avec le site de la Société des caves de Roquefort (une ancienne société du groupe Perrier avant la prise en main par Nestlé), qui attire à la même époque 230 000 personnes par an. Les dirigeants de Roquefort Société ont misé sur une organisation importante avec restauration sur place, accès pour handicapés etc., dans une région (le sud Aveyron) bien moins visitée que la plaine côtière languedocienne. Il est clair aussi que peu à peu, la direction de Nestlé n’a pas souhaité communiquer globalement autour de la marque Perrier. Le groupe d’eaux minérales du groupe Nestlé s’est appelé, aussitôt après le contrôle de Perrier : Perrier-Vittel. Puis, le nom de Perrier a peu à peu disparu de la raison sociale, qui est finalement devenue Nestlé Waters France. Il est vrai que les relations sociales sur le site de Vergèze sont compliquées par les nombreuses procédures intentées par le CE et le syndicat CGT contre la gestion du géant Suisse, très mal jugée sur place. Les objectifs définis en 1995-1996 apparaissent donc rapidement sans fondements, puisque la marque n’est plus au cœur de la stratégie de communication du groupe. Il est clair dès lors que le déclin de la fréquentation n’est pas un problème pour une direction qui mets de moins en moins de moyens dans ce « spectacle industriel ».

Conclusion

21Entreprise toujours très préoccupée de son image, qui pour ses dirigeants a toujours représenté l’essentiel de la valeur de l’entreprise, la Source Perrier a toujours ouvert plus ou moins son site industriel, support de diverses stratégies de communication. Le site actuel de tourisme industriel, qui dépendait complètement de l’histoire du groupe, n’a pu être mis en valeur que sur une volonté du groupe Nestlé d’améliorer l’image du site de Vergèze, mis à mal par l’épisode du Benzène. Il a permis de construire un très beau “spectacle industriel” qui met bien en valeur un processus de production exceptionnel en France. L’essor important de la fréquentation les premières années a montré l’intérêt que cela pouvait susciter au sein du public. Cependant, la détérioration des relations sociales sur le site, la marginalisation de Perrier dans l’activité boisson du groupe Nestlé, la volonté de la direction de se séparer de l’activité verrerie sont autant de faits qui remettent en question une politique ambitieuse lancée dix ans plus tôt.

Document 1. Les chiffres clés du Tourisme de Découverte Économique, Technique et Scientifique en France

Les sites les plus visités en France :

Usine marémotrice de la Rance – EDF

360 000 visiteurs/an

Vins et spiritueux Byrrh

165 000 visiteurs/an

Station météorologique du Mont Aigoual

159 000 visiteurs/an

Roquefort Société

158 000 visiteurs/an

Bénédictine

155 000 visiteurs/an

Chartreuse

150 000 visiteurs/an

Parfum Molinard

150 000 visiteurs/an

Airbus

74 500 visiteurs/an

Roquefort Le Papillon

72 000 visiteurs/an

Arc International

60 000 visiteurs/an

Perrier

60 000 visiteurs/an

Cointreau

33 000 visiteurs/an

Source : Enquête CCI et Comités Régionaux des Tourismes de France, 1998.

Graphique 1 Evolution annuelle de la fréquentation du site de Tourisme Perrier – Vergèze

Graphique 1 Evolution annuelle de la fréquentation du site de Tourisme Perrier – Vergèze

Source : Comité d’établissement Source Perrier

Graphique 2 Evolution mensuelle de la fréquentation (statistiques 1998)

Graphique 2 Evolution mensuelle de la fréquentation (statistiques 1998)

Source : Comité d’établissement Source Perrier

Notes

1 Cf N. Marty, Perrier, c’est nous ! Histoire de la Source Perrier et de son personnel, Paris, Editions de l’Atelier, 2005.

2 Chambriard (Pascal), « L’embouteillage des eaux minérales, quatre siècles d’histoire », dans « Les Eaux Minérales Naturelles », Réalités industrielles – Annales des mines, Paris : Éditions ESKA, p 28.

3 Arch. Source Perrier, Fonds Smith, correspondance avec les fournisseurs (1905-1912)

4 « Le XXème congrès national de Médecine de Montpellier », Le Midi Illustré, 26 octobre 1929.

5 « Visite du sultan », Le Petit Méridional, 27 juillet 1934 ; ADG IM 971, visite de personnalités.

6 Dans les années 1950 à 1970, la production de Perrier est fortement poussée pendant l’hiver pour pouvoir ensuite basculer les groupes de l’usine à la production de Soda. Il existe ainsi des stocks très importants de bouteilles dans l’attente de la forte saison estivale. Le phénomène du verre consigné accentue l’impression d’un véritable océan de bouteilles, qui a fortement marqué nombre de visiteurs de cette époque.

7 Arch. CE Source Perrier, séance 27 juillet 1995.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 Evolution annuelle de la fréquentation du site de Tourisme Perrier – Vergèze
Crédits Source : Comité d’établissement Source Perrier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Graphique 2 Evolution mensuelle de la fréquentation (statistiques 1998)
Crédits Source : Comité d’établissement Source Perrier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search