Version classiqueVersion mobile

L’histoire et le patrimoine de la société industrielle en Languedoc-Roussillon - Catalogne

 | 
Esteban Castañer Muñoz
, 
Nicolas Marty

Partie 1. Aspects de l’histoire de la société industrielle

Le rôle de la bourgeoisie catalane dans le processus de la Révolution industrielle : son illustration littéraire dans le roman de Narcís Oller La febre d’or

Cécile Hurtado Borrell

Texte intégral

1Dans toute l’Espagne du XIXème siècle les deux seules régions à s’impliquer durablement dans la Révolution Industrielle selon des processus et des réalités propres à chacune sont le Pays Basque par les hauts fourneaux et la Catalogne par l’industrie cotonnière. Nous ne nous intéresserons ici qu’à la région méditerranéenne et nous le ferons sous un angle d’analyse transversale qui est celui du développement des moyens de communication. Notre principale source sera le témoignage d’un contemporain, Narcís Oller, à travers son roman La febre d’or, écrit en 1890-92 et qui, esthétiquement, se rattache à l’école naturaliste.

2Dans La febre d’or, Narcís Oller situe son action dans la Barcelone des années 1880-1883 en pleine période de spéculation boursière autour du développement du réseau ferré et plus spécifiquement de l’accès aux capitaux privés nécessaires au financement de la ligne reliant Barcelone, capitale régionale, et Vilaniu. Quoique cette dernière soit une fiction romanesque, elle évoque en fait la ville natale de l’auteur, à savoir Valls (Alt Camp) distante d’une centaine de kilomètres de la première.

  • 1 Trois guerres de successions frappent le pays à partir de 1833. Elles sont appelées guerres carlist (...)

3La plume comportementaliste de Narcís Oller parcourt les formes inédites que connaît la société du fait des aménagements de l’espace qu’impose l’adaptation aux nouvelles données économiques. Le narrateur est à la fois observateur et analyste des mutations de la bourgeoisie locale qui croît et se développe dans un esprit éloigné des valeurs contemplatives ou vindicatives1 mais peu industrieuses d’autres régions de la Péninsule.

4Trois axes essentiels retiendront notre attention : la mise en place d’une structure financière, l’univers spéculatif se déroulant autour de la bourse orientée vers la levée des capitaux indispensables à la construction des infrastructures fondamentales, notamment ferroviaires et les mutations profondes que connaît l’espace urbain en Catalogne et essentiellement à Barcelone.

I. Un renouvellement des structures sociales et financières accompagnant l’émergence d’une bourgeoisie d’extraction récente

  • 2 CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920), Barcelona, Edicions 62, 1978, p. 68- (...)
  • 3 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, [Traduit du catalan par Mathilde Bensoussan], Paris, La Différen (...)

5Dès le début de 1881 jusqu’au commencement de l’été 1882 Barcelone connaît une croissance exponentielle du nombre des banques2 : « Une guerre semblable existait entre les banques et les autres établissements de crédit. Il en poussait comme des champignons. Il y en avait un dans chaque cité importante de la Catalogne, fût-il ou non nécessaire, ou même viable. De surcroît chaque aventurier hardi ouvrait le sien. »3

  • 4 CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920), Op.cit., p. 66. Le passage correspon (...)

6Selon Francesc Cabana, l’un des aspects les plus remarquables de cette croissance est l’extrême mobilité des capitaux qui rend fragiles les placements réalisés : « Sur le terrain financier, la « febre d’or » se caractérise par la facilité qu’ont à obtenir des capitaux tous ceux qui se proposent de créer une société anonyme avec un objectif industriel, bancaire ou de services. Ces personnes sont les protagonistes actifs. Les passifs sont ceux qui apportent leur argent sous forme de souscription d’actions en vue d’un gain facile. »4 Cette réalité va être parfaitement retranscrite dans le roman à travers l’histoire du personnage central de Gil Foix qui crée sa propre société de crédit et les différents personnages qui ne vont pas hésiter à lui confier leurs économies pour réaliser des placements prétendument fructueux, mais parfaitement déconnectés des réalités immanentes de l’économie classique.

  • 5 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 63. Dans l’original : « A les trenta societats de cr (...)
  • 6 CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920) : « La Banque de Barcelone est une ba (...)
  • 7 CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920), Op.cit., p. 35 : « Le plus beau fleu (...)
  • 8 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 77. Dans l’original : « Mirin aquest carrer : pensin (...)

7Narcís Oller marque bien les différences entre les banques existantes qui sont au nombre de trente à Barcelone et celles qui sont de création récente : « Aux trente sociétés de crédit et de travaux publics qui existaient à Barcelone, s’étaient ajoutées en quelques mois soixante-douze nouvelles firmes, dont l’ensemble représentait plus de trois millions d’actions et un capital effectif qui dépassait sept cent soixante-seize millions de pesetas. »5 L’enracinement urbain de ce nouveau capitalisme donne lieu à un commentaire très suggestif de la part de Bernat, le frère de Foix, héros principal du roman La febre d’or : « Regardez cette rue, songez un peu à ce que vous voyez et qui prouve ce que je vous dis. Là-bas la Banque d’Espagne, les Etablissements Girona, plus près la Compagnie des Transports Economiques et le Crédit Mercantile, à côté la Banque des Prêts et Escomptes6 la Catalane Générale de Crédit7 la Compagnie Catalane du gaz, plusieurs sociétés d’assurances, le tout dans la même rue. »8

  • 9 www.liceus.org/es : Le passage correspondant du texte original est : « La creación de edificios par (...)
  • 10 Les catalans ne sont pas des colonisateurs, juste des expatriés qui réinvestissent chez eux les gai (...)
  • 11 MARTORELL (Miguel), Historia de la peseta, la España contemporánea a través de su moneda, Barcelona (...)

8Bien que situées dans un monde recréé, ces compagnies bancaires sont parfaitement réelles. Narcís Oller est un témoin de son temps et fait coïncider la réalité avec la fiction. Sa description traduit de proprio motu un important développement de la place financière catalane qui profite de la période de croissance que connaît l’Europe : « La création d’institutions financières pour accueillir le mouvement bancaire et boursier est dû surtout à la montée en puissance de l’Europe en tant que pouvoir économique. Bien que l’Espagne ne se trouvait pas au niveau de l’Europe, elle commençait toutefois à bénéficier d’un certain développement qui lui donna la possibilité de construire certaines institutions à finalité économique. »9 L’on invoquera aussi les premiers effets positifs de l’émigration d’outre-mer qui célébrait son premier centenaire, puisque le commerce des Indes fut interdit aux catalans jusqu’au règne de Charles 11110. Un élément tient à la mise en place au niveau national d’une monnaie unique, la peseta, à travers un réseau achevé, celui du Banco de España qui, à partir de 1868, permet de donner au pays un moyen de financement moderne en le sortant de la juxtaposition archaïque de différentes monnaies qui avait cours jusqu’alors : « Les réformes de 1848 et de 1864 ont permis de résoudre certains maux dont souffrait la circulation monétaire depuis le début du XIXème siècle : « au milieu de la décennie des années soixante, l’Espagne disposait d’un système décimal commun à tout le territoire de l’Etat. Mais dans les deux cas, les législateurs ont ordonné la mise en service de nouvelles monnaies sans retirer ni refondre les anciennes, de telle façon que la confusion augmenta notablement : « En 1864 il n’existait pas moins de 64 types de monnaie ayant cours légal » affirma en 1872 le politicien et économiste Joaquin Maria Sanromá. »»11 En résumé, nous avons là un tableau réaliste de la situation en Espagne qui permet au narrateur d’être compris de ses contemporains tout en leur apparaissant -technique assez moderne- comme un esprit critique éclairé.

  • 12 Assemblée générale extraordinaire célébrée le 20 mai 1894 en commémoration du 50ème anniversaire du (...)

9Narcís Oller retrace avec minutie l’évolution d’une Barcelone qui se construit progressivement au rythme de l’afflux des capitaux. Leur présence massive dans la métropole catalane sera à l’origine de nombreuses créations d’institutions financières : « Avant la création de la Banque, il n’y avait aucun organisme de crédit à Barcelone ; on connaissait à peine l’escompte. Dans les cinquante années écoulées depuis la création de la Banque, l’utilisation du crédit a fait des merveilles et avec l’aide qu’il a apportée à tous ceux qui y ont fait appel, les richesses du pays se sont développées, toutes sortes de travaux publics ont été menés à terme, des grandes usines, plusieurs entreprises maritimes, des chemins de fer, des canaux, des établissements publics et d’enseignement, la transformation a été telle que Barcelone est devenue le Manchester d’Espagne. »12 La comparaison de Barcelone avec la ville anglaise de Manchester n’est pas du tout anodine : elle s’explique d’abord par le fait que cette dernière était une référence en matière de révolution industrielle et de développement économique ; mais elle vient aussi de ce que la fortune de Manchester, comme celle de Barcelone, était fondée sur la transformation du coton en étoffes.

  • 13 TAYADELLA i OLLER (Antònia), « Narcís Oller i el naturalisme », in Joaquim MOLAS, Enric CASSANY, Xa (...)

10Antònia Tayadella i Oller confirme cette analyse dans son étude Narcís Oller i el naturalisme : « Hormis le fait d’être le roman de la bourgeoisie des années quatre-vingt en pleine expansion économique et sociale, La febre d’or est également le roman de la transformation de Barcelone en une grande ville moderne et cosmopolite, en conséquence de la Révolution Industrielle. D’où l’attention de l’auteur pour des aspects de la ville qui étaient en train de lui imprimer sa nouvelle physionomie et surtout certaines évocations magnifiques de la vie exubérante de la capitale.»13

11C’est dans cette perspective financière que se situe l’enracinement définitif de la bourgeoisie nouvelle, d’extraction rurale et récente. Cette dernière a en effet conquis son droit à l’existence par le travail mais aussi par un sens réel des affaires qui va s’exprimer par son implication sans faille dans l’œuvre modernisatrice de l’infrastructure économique catalane. C’est afin d’accélérer le cours de l’histoire dans son ambition d’accroître son pouvoir qu’elle prend part à la spéculation boursière, ce qui pouvait être aussi un accélérateur de promotion sociale.

12Gil Foix, héros principal du roman, n’a qu’une modeste formation de menuisier. Il est parti en Amérique d’où, à la différence de tant d’autres, il ne revient pas riche mais néanmoins plein d’un esprit pionnier qu’il va chercher à mettre en œuvre sur son sol natal catalan. C’est dans le perfectionnement de l’ingénierie financière et sa conséquence, le gonflement de la bulle spéculative, qu’il trouve les moyens de réaliser son rêve, à savoir relier sa ville d’origine à la capitale.

  • 14 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 26. Dans l’original : « Com s’havien fet, tantes for (...)

13Illusion vaine où véritable esprit saint-simonien ? Toujours est-il que cette passion pour le progrès dépasse toutes les frontières de classe et la fiction rejoint de facto la réalité. Gil Foix devient le protagoniste type de cette nouvelle économie qui permet à la Bourse de Barcelone de devenir une grande place boursière : « Comment avait-on édifié tant de grandes fortunes, en peu de temps, si ce n’était en se risquant dans de grandes entreprises ? « Qui ne risque rien, n’a rien. »14

  • 15 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 24-25. Dans l’original : « En Gil Foix (...) corria (...)

14C’est dans ce monde que s’épanouit Gil Foix. Il s’y implique pleinement sans être forcément compétent et il feint de l’être : « Gil Foix (...) courait çà et là, cueillait l’un ou l’autre pour échanger deux mots, donnait des ordres à ses employés, prenait les dernières cotations enregistrées, encore mouillées et gluantes ; il parlait avec tel ou tel banquier, il sortait enfin dans la rue et se précipitait, le chapeau à la main, à la portière d’un coupé pour dire, très aimable, à une marquise qui l’attendait, que ses ordres avaient été exécutés. »15 Narcís Oller dépeint par touches successives le profil général du nouveau riche prétendument capable mais dépourvu de toute culture. Les descriptions sont sévères. Par touches successives, le narrateur traduit le rejet du pays profond pour la superficialité qui couronne les jeux du hasard. Plus que sur une véritable culture économique, la Bourse se construit ici sur la chance et la détermination. Elle symbolise le monde de l’éphémère.

15La représentation fictionnelle est le fruit d’une observation très précise du monde de la finance spéculative. Afin d’en saisir tous les mécanismes, l’auteur a lui-même fréquenté l’espace de la Llotja, investissant ses propres deniers en actions afin d’étudier, en écrivain « comportementaliste » soucieux de réalisme, les attitudes des différents intervenants et le fonctionnement des circuits de l’argent.

16Narcís Oller voit la bourse comme un dispositif matériel qu’il y a lieu de mettre à contribution si l’on veut que le pays franchisse les étapes indispensables à son développement. Elle est en quelque sorte un mal nécessaire, dont la contrepartie est le progrès économique.

II. Le progrès comme vecteur principal de l’évolution du pays

  • 16 ANGUERA (Pere), « Política i societat en l’obra narrativa de Narcís Oller », in Magí SUNYER (ed.), (...)

17Au centre de l’univers fictionnel du roman se trouve un personnage représentatif de la nouvelle bourgeoisie. Par son expérience née de l’expatriation outre-mer, à une époque contemporaine du creusement du Canal de Panama, Gil Foix est acquis à l’esprit de progrès. Il a eu la volonté de monter son propre établissement financier pour concrétiser ses rêves de développement industriel, notamment celui d’améliorer les communications. La société ferroviaire qu’il crée répond à la nécessité de concentrer entre ses mains les levées de fonds venues des petits porteurs. Mais tous ces montages restent néanmoins le signe d’une société de spéculation dont les objectifs peuvent à tout moment être balayés par les dures réalités comptables. Comme le souligne Pere Anguera dans son étude « Política i societat en l’obra narrativa de Narcís Oller » : « Tout le monde pensait s’enrichir avec ces achats et ventes d’actions. On ne comptait plus le nombre de gens pauvres qui s’étaient enrichis en peu de semaines. »16 Une folie spéculative s’était emparée du pays profond.

  • 17 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 281. Dans l’original : « ... que aquest gran català, (...)

18Cet état d’esprit de toujours en vouloir plus va monter à la tête de Foix, lui faisant perdre la notion des valeurs essentielles. Ainsi, il s’entoure de personnages qui ne sont que des escrocs et cherchent à abuser de ses faiblesses. La confiance absolue qu’il place en des hommes sans scrupule va entamer sa respectabilité et entraîner sa chute. Fat et vaniteux, il veut construire autour de son illusoire fortune un clan de prébendiers dont il serait le chef tout-puissant : « ... que ce grand Catalan qui couronnera son œuvre patriotique en créant une industrie de matériel ferroviaire pour nous affranchir de l’étranger... »17 Son manque de clairvoyance, sa vacuité, l’entraîneront à la ruine. La trame romanesque associe La febre d’or à un roman antérieur, Vilaniu.

  • 18 OLLER (Narcís), Vilaniu, 2e éd., Barcelona, Edicions 62, Col. L’Alzina 4, 1989, p. 16. Le passage c (...)
  • 19 YATES (Alan), Narcís Oller, tradició i talent individual, Barcelona, Ed. Curial, 1998, p. 228. Le p (...)
  • 20 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 156. Dans l’original : « ... es constituiria la soci (...)
  • 21 Il s’agit de Ramon Merly, solidaire de Galceran.
  • 22 OLLER (Narcís), Vilaniu, Op.cit., p. 16-17. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « S (...)

19Le projet d’une ligne de chemin de fer arrivant à Vilaniu surgit dans l’esprit révolutionnaire de Rodon : « en promettant des voies ferrées impossibles »18 Alan Yates affirme que : « c’est Rodon, le politicien frustré de Vilaniu (du roman et du village fiction), qui propose au financier Foix le projet du chemin de fer de Barcelone à Vilaniu, village d’origine de sa lignée »19 Dans ce cas concret, une Société du chemin de fer de Vilaniu est constituée afin de permettre le développement de la liaison par voie ferrée entre Barcelone et Vilaniu : « ... on constituerait la société dont Foix serait le gérant, avec six mille douros d’émoluments et une voiture de fonction. Par ailleurs -et c’était la chose la plus importante, celle qui le faisait parler plus bas et avec des trémolos dans la voix – si les Nords continuaient à monter, bientôt il serait riche, réellement riche. »20 Très discrètement, l’un des détracteurs du projet21 présente celui-ci comme totalement irréaliste. Ses propos, dans lesquels on note une pointe d’ironie, sont représentatifs de la mentalité villageoise traditionnelle de Vilaniu : « Mais il y en a qui veulent changer le monde et qui veulent faire croire que tout ce qui brille est or ; qu’en promettant des rails impossibles, et en se valant d’un argent qu’ils n’ont pas, en leurrant les pauvres gens avec des sornettes et des promesses de mauvais payeur, ils font prendre des vessies pour des lanternes. »22 Le caractère illusoire de la nouvelle société contraste avec l’image d’un ancien monde présenté comme immuable, insusceptible de s’accommoder du progrès même positif.

  • 23 OLLER (Narcís), Vilaniu, Op.cit., p. 166. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « ... (...)

20Une allusion de l’auteur prend la forme d’une tentative de comparaison entre les deux personnages de Foix et de Rodon : « La maison de Rodon se dressait, bourgeoise, comme s’il s’agissait d’une maison de foire d’exposition, mais elle était tout en filigrane, riante et fraîche comme une saine jeunesse face à une grande fabrique où bouillonnaient la vie et les idées révolutionnaires entre le bruit trépident des machines en fer et du brouillard de fumée. »23

21Les « màquines de ferro o boires de fum » évoquent clairement la Révolution Industrielle qui affecte l’Europe du Nord de la première moitié du XIXème siècle et qui commence par l’Angleterre. Elle apparaît plus tardivement en Catalogne. Il est fait aussi référence ici aux progrès du réseau ferroviaire qui s’étend progressivement sur toute la Catalogne. Ce projet trop ambitieux pour les mentalités traditionalistes de Vilaniu sera réalisé dans La febre d’or, constituant en quelque sorte le trait d’union entre les deux romans.

  • 24 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 25. Dans l’original : « Era un gran projette, un fer (...)

22Le fait que le personnage de Rodon apparaisse dès le premier chapitre de La febre d’or en train de défendre la construction du chemin de fer est significatif de la place que tient le projet dans le roman : « C’était un grand projet, un chemin de fer ; une ligne centrale passant par Vilaniu, traversant la province de Cuenca, encore vierge, remplie de forêts et de mines très riches, pour arriver à Madrid, en parcourant deux cents kilomètres de moins que les autres compagnies. Gambarrus, l’ingénieur, qui avait fait toutes les études, lui en avait parlé sérieusement, à l’époque où Rodon était député. Mais en ce temps-là, il n’était pas aussi facile de trouver de l’argent. Gambarrus et lui s’engageaient à obtenir la concession de la ligne. Pour éviter des oppositions dangereuses le mieux était de la demander par tranches, en commençant par Barcelone-Vilaniu sans rien laisser deviner du reste. Rien que de Vilaniu on pouvait escompter déjà un gros bénéfice, surtout si Gil Foix était à la tête de l’entreprise. »24

23Le choix du nom de Gambarrús n’est pas innocent. Le personnage symbolise certes l’esprit novateur et la compétence technique de tous ceux qui ont participé à l’élaboration du projet du chemin de fer, mais il évoque aussi l’affairisme et le manque de scrupule de ceux qui n’hésitaient pas à mettre leurs connaissances scientifiques au service de montages financiers scabreux. A cet égard, le nom de Gambarrús est si proche de la prononciation phonétique en catalan oriental du mot castillan « gamberro » (voyou) que l’intention ironique n’est pas douteuse. Ce nom à lui seul est une prise de position évidente et en demi-teinte du narrateur, c’est-à-dire du romancier à peine déguisé.

24Les opérations financières dépourvues de base économique crédible et motivées par la seule rentabilité à court terme ne pouvaient manquer de provoquer quelque amertume chez les esprits ouverts sur le monde extérieur. Pour ces derniers, la création d’un réseau ferré devait relever d’une vision plus globale. Elle pouvait recourir à l’entreprise privée mais à condition que celle-ci fût strictement contrôlée. Oller se sert ainsi de données et de faits véridiques pour élaborer sa trame romanesque. Il ne prétend pas reproduire exactement les évènements historiques mais il veut faire la chronique de certains phénomènes sociaux. Il rejoint ici la théorie de Zola selon laquelle le romancier est un « expérimentateur » dont le rôle est de mettre en évidence les causes des phénomènes sociaux importants et, au-delà, d’éclairer les ressorts de l’activité humaine. Oller est toutefois plus proche du modèle original sur deux points : la proximité temporelle et l’engagement dans la cause linguistique qui est la sienne.

  • 25 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 74 -75. Dans l’original : « -Si parlem de la nova ba (...)
  • 26 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 311. Dans l’original : « Poc sabien, aquells imprude (...)

25Loin d’être un effet littéraire, le problème financier, est la simple transcription narrative d’une réalité sensible. Toute réalisation industrielle nécessite une importante couverture capitalistique. Gil Foix explique ainsi la mise en œuvre financière de son projet : « – Si nous parlons de la nouvelle banque c’est déjà autre chose. Une partie prendra des souscriptions, les autres nous achèteront des actions sur le marché. Mais cela n’est pas suffisant, monsieur Rodon. Il est nécessaire... il faut surtout intéresser toute la région de Vilaniu : échauffer ses habitants, écrire un mémoire exposant les avantages que le chemin de fer leur apportera, faire de la publicité, organiser une grande réunion à Vilaniu même, en un mot faire tout ce qui est humainement possible pour que tout le monde vide ses poches, pour que les pauvres et les riches, les petits et les grands accourent à la souscription, la couvrent si possible. Vous et moi nous devons donner l’exemple, non seulement en y déversant un bon paquet, mais aussi en travaillant au corps les amis pour qu’ils nous imitent. Promettez-leur une place dans le Conseil, cela les décidera. »25 La manière la plus efficace de bénéficier de capitaux est de convaincre la masse que ce projet va être à l’origine d’un développement spectaculaire de la région et surtout qu’il va être synonyme d’un enrichissement personnel. Cette technique qui consiste à miser sur l’appât du gain fonctionne pleinement : « Ils ne se rendaient pas compte, ces imprudents, de l’adoration fanatique dont le nouveau gérant fut l’objet dans la vallée des Flors quand ses habitants purent voir que la cote des Vilaniu, avant même d’être imprimées, montait de trois et quatre points par jour. Vilaniu en masse, Benitaric et tous les villages de la contrée sortirent jusqu’au dernier sou épargné pour acheter ce papier qui doublait et triplait en quelques heures la fortune des premiers actionnaires. Les premières opérations et les discours de Foix offrant de construire en plus le canal de la Solana et un hôpital dont il ferait cadeau à la ville, et bien d’autres améliorations qui devaient transformer toute la région, finirent d’enthousiasmer tout le monde : du petit artisan au plus riche des propriétaires, personne dans la vallée des Flors n’échappa à l’idolâtrie aveugle que cet homme inspira. »26. Tout le monde investit, du plus pauvre au plus fortuné, chacun en fonction de son épargne personnelle. La frénésie de la spéculation boursière commence alors à connaître ses premiers adeptes, la narration s’inspirant fidèlement de la réalité contextuelle.

  • 27 Francesc Gumà i Ferran est né à Vilanova i la Geltrú le 27 mars 1833. Le protagoniste de La febre d (...)
  • 28 DOMÈNECH i GIBERT (Josep Maria), MARTINEZ i GUERRA (Montserrat), « Francesc Gumà i Ferran, un perso (...)

26Le personnage de Gil Foix n’est pas une pure invention : il est la transposition littéraire de Francesc Gumà i Ferran27. Cette correspondance n’est jamais expressément reconnue mais apparaît en filigrane dans de nombreux développements. Elle marque implicitement de son empreinte tout le roman, comme le démontrent Josep M. Domènech i Gibert et Montserrat Martinez i Guerra dans un article intitulé : « Francesc Gumà i Ferran, un personatge per a una novel·la : « La febre d’or » de Narcís Oller »28. Par une série de comparaisons entre le personnage réel et celui de la fiction, ces chercheurs et ont rendu la perspective littéraire assez transparente au regard de la réalité.

  • 29 Perro-carril de Valls á Villanueva y Barcelona (concesión por ley del 12 de enero de 1877) Memoria (...)

27La febre d’or s’appuie sur l’histoire économique de la Catalogne. Le contexte du développement du rail y est assez conséquent. Les chemins de fer apparaissent dès 1848 sur le trajet Barcelone-Mataró. Ils remplissent la fonction fondamentale de désenclavement du territoire et permettent la libre circulation des biens et des personnes. La mission de service public est entièrement assurée par le secteur privé. Le projet réel de la ligne reliant Barcelone et Valls -symbolisée dans le roman par Vilaniu- est conduit par Francesc Gumà i Ferrán qui obtint la licence du Roi Alfonso XII en 1877 et mena à terme son objectif en six ans puisque la ligne fut inaugurée le 30 janvier 1883. La « comarca » ou canton dont la capitale est Valls comptait environ 17000 habitants en 187729 et était orientée essentiellement vers la production de fruits secs. Son conservatisme passéiste est parfaitement rendu par les descriptions dues au narrateur dans le roman Vilaniu, antérieur à La febre d’or.

  • 30 « le 28 juin 1878 était créée la Compagnie de chemin de fer de Valls à Vilanova et Barcelona, pour (...)
  • 31 PALOU i SARROCA (Miquel), « Història del ferrocarril a Catalunya, a Trens i Estacions » Generalitat (...)
  • 32 MARTÍ i BAIGET (Josep), « 31 de gener de 1883. L’arribada del ferrocarril a Valls, a través de la p (...)
  • 33 Le centenaire de la ligne a été fêté avec solennité à Valls en janvier 1983.
  • 34 ARXIU MUNICIPAL DE VALLS, Llibre d’Actes Municipals, 1881-1883, fol. 347- 348 (29. XII. 1882). Le p (...)

28Le chemin de fer devait améliorer considérablement la liaison avec Barcelone, puisque les cent kilomètres qui séparent celle-ci de Valls pouvaient être parcourus en une demi-journée. Gumà i Ferrán, promoteur « indiano » obtint le 12 janvier 1877 au nom de la société « el Ferrocarril de Valls a Vilanova i Barcelona », créée le 28 juin 187830 la concession de service public relative à la création et l’exploitation de la ligne de chemin de fer allant de Barcelone à Valls en passant par Vilanova : « Le 12 janvier 1877, la loi qui autorisait Francesc Gumà i Ferran à construire sans la participation budgétaire de l’Etat le chemin de fer est votée. Ce dernier « sortant de Valls et passant par Vilanova et la Geltrú, arriverait à Barcelone ; la concession définitive lui a été délivrée le 12 du même mois et de la même année. »31 »32 La compagnie ferroviaire commence son activité en 1879 avec les premières expropriations de terrains et les premières études de la future ligne. Le début de la construction de celle-ci coïncide avec l’euphorie économique. Le 29 décembre 1881, le train arrive à Vilanova i la Geltrú et à Valls le 25 janvier 188333. Francesc Gumà i Ferrán est alors proclamé fils adoptif de Valls en remerciement de l’intérêt manifesté à l’égard de la ville. Une plaque commémorant l’événement est même apposée : « La Mairie de la ville de Valls en session extraordinaire le vingt-neuf du mois de Décembre de mille huit cent quatre-vingt-deux a décidé de nommer fils adoptif Don Francisco Gumá Ferrán, en signe de gratitude pour avoir réalisé la ligne de chemin de fer reliant Valls à Villanueva et Barcelona. »34

Plaque apposée sur la façade principale de la gare de Valls (Cette plaque fut réinstallée comme toutes celles rédigées en langue catalane avec le rétablissement des conseils municipaux démocratiques après 1979) Photographie de l’auteur (avril 2004)

Plaque apposée sur la façade principale de la gare de Valls (Cette plaque fut réinstallée comme toutes celles rédigées en langue catalane avec le rétablissement des conseils municipaux démocratiques après 1979) Photographie de l’auteur (avril 2004)
  • 35 Il reste aujourd’hui une villa moderniste de cette époque, celle de la famille Barrau, devenue cons (...)

29Les installations ferroviaires assez sommaires des débuts vont s’accroître et étendre leur assise territoriale. La présence du train marque profondément la construction de la ville de Valls et entraîne la création de nouveaux quartiers où viennent s’installer les familles de la bourgeoisie industrielle locale. Fait significatif, elles s’établissent le long de l’artère menant à la gare, démontrant de la sorte la place prise par ce nouveau moyen de transport dans la vie économique35 . Le chemin de fer permet un acheminement plus aisé des produits du terroir vers les marchés extérieurs, ce qui enrichit la cité.

30La mise en place du chemin de fer dans le roman suit la chronologie réelle. Le projet est annoncé par Josep Rodon qui avait déjà eu cette idée peu conventionnelle quinze ans auparavant. C’est par ce biais que Gil Foix va réaliser ce rêve en sachant attirer par tous les moyens les capitaux, notamment en sollicitant la participation active des habitants de la ville. Un appel à tous les épargnants, quel que soit leur niveau de fortune, est lancé. On peut y voir là en filigrane une sorte d’éloge du capitalisme populaire.

31Il s’agit d’un évènement exceptionnel qui s’inscrit dans une mutation spatio-temporelle du monde barcelonais.

III. La modification spatio-temporelle du monde barcelonais :

  • 36 Ildefons Cerdà propose son premier projet pour l’agrandissement de Barcelone sur la base d’un plan (...)
  • 37 http://www.bcn.es/arxiu/sarria/catala/historia.html
  • 38 http://www.gracianet.org/la_vila/1997/festa97/programa/agregacio.html

32Face au défi de la modernisation qui embrasait de Paris depuis le début du second Empire, l’incapacité de Barcelone à s’adapter aux besoins modernes de circulation devenait très préoccupante. Les limites médiévales enserraient un espace intra muros trop exigu qui gênait le progrès. L’archaïsme de la vieille cité, son insalubrité – les premières études hygiénistes étaient sans appel – rendaient inévitables l’explosion au-delà du périmètre traditionnel. Le Haussmann Barcelonais sera un ingénieur des Ponts et Chaussées espagnol, Ildefons Cerdà. Barcelone connaît avec le lancement du plan Cerdà36 en 1854 une véritable mutation de son espace urbain. La vieille ville a été extraite de son carcan de murailles et un nouvel espace urbain se crée entre ce qui est devenu le « Barri Gòtic » et les villes voisines. Ces cités furent intégrées à la capitale catalane afin d’élargir sa base territoriale37. Le processus débute en 1897 pour Gràcia et se prolongera jusqu’en 1921 pour Sarrià, couvrant entre-temps la ville de Sants38.

  • 39 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 65. Dans l’original : « I, esperonada així l’especul (...)

33Ce nouvel espace prend très vite le nom générique d’agrandissement (« Ensanche » ou « Eixample »). L’« Eixample » est le symbole de la Barcelone moderne, de celle qui va bénéficier des investissements de la fièvre d’or : « La spéculation, aiguisée de la sorte, excitait les imaginations à trouver des idées nouvelles, la plupart impossibles à réaliser. D’autres fois on exploitait des désirs latents chez les gens, des observations recueillies au cours d’une conversation. Les Barcelonais commençaient à se plaindre de l’étroitesse de la partie ancienne de la ville, de l’imparfaite urbanisation des quartiers modernes, de l’aspect villageois et négligé des rues, du manque de confort moderne, de l’absence de grands monuments, de squares, de statues ; la fièvre de l’or engendrait aussitôt de grands projets pour tout transformer. »39

  • 40 GUARDIA (Manuel), GARCIA ESPUCHE (Albert), « 1888, 1929. Deux Expositions, une ambition », in Barce (...)

34Narcís Oller reflète ainsi dans son roman, les us et coutumes de la nouvelle classe bourgeoise, comme le constatent Manuel Guardia et Albert Garcia Espuche dans leur étude sur Barcelone : « Tout conduit à privilégier le secteur de l’Ensanche compris entre la vieille ville et le quartier de Gràcia, ce qui confirme et renforce une migration antérieure du centre ville à l’intérieur de l’espace urbain. Le centre d’activité, situé cinquante ans auparavant au voisinage immédiat de la citadelle, s’en éloigne rapidement en direction de la Rambla, pour déboucher autour de la Plaça de Catalunya (place de Catalogne) et du Paseo de Gràcia. »40

35L’activité économique et boursière s’enracine par conséquent autour de la Plaça de Catalunya qui va de ce fait acquérir une grande importance. On ne s’étonnera donc pas que la trame narrative du roman s’inscrive dans cet espace. L’auteur offre un cadre authentique à ses protagonistes. Ceux-ci empruntent des rues très connues et très fréquentées qui sont la vitrine de luxe de la nouvelle classe en vogue, la bourgeoisie financière et industrielle.

36Le roman est là pour nous rappeler qu’au-delà de la fiction narrative apparaît une réalité dont témoignent notamment les édifices de Gaudí (la casa Milà, la casa Batllò, la Sagrada Familia), légèrement postérieurs aux faits évoqués ici. Gil Foix déménagera d’un petit appartement sombre de la rue « Gíritri » pour aller s’installer dans un superbe appartement au premier étage du « carrer Ample » où se trouve le Banco de España. Le rapprochement géographique du protagoniste avec la bourse est à décrypter comme une étape dans sa progression sociale. Jusqu’à sa chute, Foix reste fidèle au quartier qu’il s’est choisi. Pour leur part, les Balenyà, qui sont ses cousins germains, habitent « Passeig de Gracià », zone de l’Eixample, espace phare de la nouvelle bourgeoisie. Giró, grand financier douteux a une superbe villa à « Pedralbes », quartier résidentiel situé sur les hauteurs de Barcelone. C’est dans cette même zone que la bourgeoisie édifiera en 1926 un Palais à l’intention d’Alphonse XIII.

37Ce monde nouveau voit aussi ses mœurs se modifier. Le mode de vie bourgeois change sous l’influence de l’évolution économique.

  • 41 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 64. Dans l’original : « Tothom citava noms obscurs q (...)

38La Barcelone de La febre d’or est contemporaine des premiers grands magasins de luxe qui contribuent à amener sur le sol local des produits typiques d’un mode de vie qui s’intéresse plus à ce qui se passe au-delà des Pyrénées plutôt qu’à Madrid : « Tout le monde citait des noms obscurs qui s’étant hissés du jour au lendemain au rang de nababs, vivaient déjà bien plus luxueusement que la noblesse, la grande banque et le commerce anciens. Les magasins de quincaillerie et de menuiserie fermaient pour céder la place aux bijouteries et aux ébénistes. Les confiseries, les ganteries, les épiceries fines, les grands restaurants se multipliaient comme par enchantement. »41

  • 42 Le Liceu est l’équivalent de la Scala de Milan, de l’Opéra de Paris, du Métropolitan de New York ou (...)
  • 43 McDONOGH (Gary W.), « Le Liceo : théâtre des conflits », Trad. de l’espagnol par Christine DERMANIA (...)
  • 44 McDONOGH (Gary W.), « Le Liceo : théâtre des conflits », Op.cit., p. 62.
  • 45 McDONOGH (Gary W.), « Le Liceo : théâtre des conflits », Op.cit., p. 62.

39Les loisirs connaissent également une profonde mutation. L’un des aspects les plus notables est l’engouement pour l’art lyrique à travers son temple, le Liceo. Ouvert en 1847, situé au centre des Ramblas, dénommé aussi « Gran Teatro del Liceo » dans l’orthographe castillane de l’époque, ce théâtre est l’une des grandes scènes lyriques du monde42. Toutes les grandes voix de l’Opéra passent par le Liceo. Dans le microcosme barcelonais, on se doit d’y figurer afin de témoigner de son statut social, l’acquisition d’une loge étant l’un des plus sûrs indices d’une réussite dans la hiérarchie sociale : « Le Gran Teatre del Liceo est depuis un siècle un des hauts lieux de la culture urbaine et de la vie sociale barcelonaise, ainsi que l’opéra favori des bonnes familles locales. »43 ; « Pour financer un pareil projet sans l’aide d’une cour royale, on vendit des actions à des familles de la nouvelle bourgeoisie, en échange de titres de propriétés des loges. »44 Ces familles peuvent ainsi acquérir un droit de jouissance sur les loges et participer au fonctionnement du Liceu : « Le nouveau théâtre ouvrit ses portes en 1847, avec une capacité d’accueil de trois mille places, sur cinq étages. (...) Bien qu’il existât des entrées à trois centimes, une loge pouvait coûter quinze mille pesetas plus une cotisation annuelle. De surcroît, les propriétaires constituaient une commission qui nommait l’imprésario et s’intéressait aux programmes ainsi qu’aux soirées de gala. »45

  • 46 OLLER (Narcís), La febre d’or, Op.cit., vol. I, p. 215.
  • 47 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 208. Dans l’original : « Era l’estrena de l’hipòdrom (...)

40Dans La febre d’or est évoquée également l’inauguration de l’hippodrome de Barcelone nommé « el hipòdrom de can Tunis »46 ou « casa Antúnez » en castillan, qui a lieu en 1887 : « C’était l’inauguration de l’Hippodrome. Barcelone, la Barcelone riche se modernisait : que la fête fût ou non exotique elle ne voulait pas se priver de cette diversion aristocratique qui est de bon ton aujourd’hui dans les grandes villes. »47 Tout comme le Liceu, l’hippodrome est réservé à une certaine catégorie sociale et comme lui, c’est le lieu où l’on se montre. Situé dans la zone de Montjuic qui verra aussi s’ouvrir le futur premier aérodrome de la ville, il atteste l’ouverture du monde dirigeant barcelonais aux modes venues d’ailleurs.

41Les courses hippiques sont l’un des éléments constitutifs d’un nouveau mode de vie où l’influence anglo-saxonne se révèle prépondérante. L’apparition de cet art de vivre d’origine britannique coïncide avec l’introduction d’un champ lexical nouveau, essentiellement composé d’emprunts à l’anglais. Toutefois, la greffe ne prendra pas dans la culture espagnole ni dans sa variante catalane alors qu’elle prit en France. Mais il faut dire qu’il n’y avait pas alors de tourisme bourgeois anglais sur le sol catalan comme il pouvait en avoir sur la Côte d’Azur et toute copie sans ses créateurs ne vaut rien.

Façade principale de la gare de Valls, en haut du Passeig de l Estació Photographie de l’auteur (Avril 2004)

Façade principale de la gare de Valls, en haut du Passeig de l Estació Photographie de l’auteur (Avril 2004)

Façade arrière de la gare de Valls Photographie de l’auteur (avril 2004)

Façade arrière de la gare de Valls Photographie de l’auteur (avril 2004)

Conclusion

42Comme en témoigne le roman de Narcís Oller, la bourgeoisie catalane s’est investie pleinement dans la construction de la nouvelle société industrielle. Elle a acquis les connaissances indispensables au progrès et a su mettre en avant ses capacités techniques pour imposer sa conception de la modernité. Elle va devenir l’avant-garde de la conscience politique et sociale de la Catalogne, donnant prise à une idéologie nationaliste qui l’éloignera de plus en plus de Madrid. Mais la rupture ne sera jamais consommée : un lien d’allégeance à géométrie variable sera maintenu en dépit des vicissitudes.

  • 48 Jaime GIL de BIEDMA, Las personas del verbo, Barcelona, Seix Barrai, Biblioteca Breve, 1992, p. 79- (...)

43Qu’on nous permette pour conclure de citer quelques vers d’un poème extrait de Moralidades de Jaime Gil de Biedma48 (1929-1990). Grand poète contemporain né au sein d’une famille de la bonne bourgeoisie catalane, Biedma nous propose un bilan a posteriori de la destinée de la bourgeoisie catalane et de la place que recouvre l’entreprise familiale.

Barcelona ja no és bona, o mi paseo solitario en primavera

Oh mundo de mi infancia, cuya mitología
se asocia bien lo veo
con el capitalismo de empresa familiar !
Era ya un poco tarde
incluso en Cataluña,
pero la pax burguesa
reinaba en los hogares y en las fábricas,
sobre todo en las fábricas Rusia estaba muy lejos y muy lejos Detroit.

Todo fue una ilusión, envejecida
como la maquinaria de sus fábricas,
o como la casa en Sitges, o en Caldetas,

Oh monde de mon enfance, dont la mythologie
S’associe, je le vois bien,
Au capitalisme d’entreprise familiale !
C’était déjà un peu tard,
Y compris même en Catalogne,
Mais la pax bourgeoise
Régnait dans les foyers et dans les usines,
Surtout dans les usines ; la Russie était très loin
Et Détroit aussi.

Tout ne fut qu’une illusion vieillissante
Comme les machines de leurs usines
Ou comme la maison de Sitges ou celle de Caldetas.

Bibliographie

OLLER (Narcís), La febre d’or. 5e éd., Barcelona, Edidons 62 / La Caixa, 1991, 2 vol., 482 p.

OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Trad. du catalan [La febre d’or] par Mathilde Bensoussan, Paris, La Différence (coll. « Les voies du Sud »), 1996, 458 p.

OLLER (Nardís), Vilaniu, 2e éd., Barcelona, Edicions 62 /L’Alzina 4, 1989, 236 p.

ANGUERA (Pere), « Política i societat en l’obra narrativa de Narcís Oller », p. 31-54 in Magí SUNYER (ed.), El segle romàntic, Actes del col.loqui Narcís Oller, Valls, 28, 29 i 30 de novembre de 1996, Valls, Edicions Cossetània, 1999, 342 p.

CABANA (Francesc), Història del Banc de Barcelona (1844-1920), Barcelona, Edicions 62, Llibres a l’abast, 1978, 259 p.

DOMÉNECH i GIBERT (Josep Maria), MARTÍNEZ i GUERRA (Montserrat), « Francesc Gumà i Ferran, un personatge per a una novel.la : « La febre d’or » de Narcís Oller », Quaderns de Vilaniu n° 11, Institut d’estudis Vallencs, Maig 1987, Miscel.lària de l’Alt Camp, p. 1-15.

GUARDIA (Manuel), GARCIA ESPUCHE (Albert), « 1888, 1929. Deux Expositions, une ambition », Trad. de l’espagnol par Jean-Pierre DEDIEU, p. 22-36 in Alejandro SANCHEZ, Barcelone 1888-1929, Modernistes, anarchistes, noucentistes ou la création fiévreuse d’une nation catalane, Paris, Editions Autrement, Série Mémoires n° 16, 1992, 262 p.

McDONOGH (Gary W.), « Le Liceo : théâtre des conflits », Trad. de l’espagnol par Christine DERMANIAN, p. 62-67 in Alejandro SÁNCHEZ, Barcelone 1888-1929, Modernistes, anarchistes, noucentistes ou la créacion fiévreuse d’une nation catalane, Paris, Editions Autrement, Série Mémoires n° 16, 1992, 262 p.

MARTÍ i BAIGET (Josep), « 31 de gener de 1883. L’arribada del ferrocarril a Valls, a través de la premsa de Barcelona », in MARTÍ i BAIGET Josep (ed.), Quaderns de Vilaniu n° 2, Institut d’estudis Vallencs, Miscel.lària de l’Alt Camp, Nov. 1982, 107 p.

MARTORELL Miguel, Historia de la peseta, la España contemporánea a través de su moneda, Barcelona, Editorial Planeta, 2001 331 p.

PALOU i SARROCA (Miquel), « Història del ferrocarril a Catalunya, a Trens i Estacions » Generalitat de Catalunya-Ajuntament de Barcelona, 1981, p. 31 in MARTÍ i BAIGET (Josep), « 31 de gener de 1883. L’arribada del ferrocarril a Valls, a través de la premsa de Barcelona », Quaderns de Vilaniu n° 2, Institut d’estudis Vallencs, Miscel.lària de l’Alt Camp, Nov. 1982, 107 p.

TAYADELLA i OLLER (Antònia), « Narcís Oller i el naturalisme », in Joaquim MOLAS, Enric CASSANY, Xavier FÀBREGAS, Manuel JORBA, Antònia TAYADELLA (ed.), Història de la literatura catalana, Part moderna, Barcelona, Ed. Ariel, vol. VII, 1984, 714 p.

YATES (Alan), Narcís Oller, tradició i talent individual, Barcelona, Ed Curial, 1998, 348 p.

ARXIU MUNICIPAL DE VALLS, Llibre d’Actes Municipals, 1881-1883, fol. 347-348 (29. XII. 1882)

Sites internet :

www.liceus.org/ es

http://www.ben.es/arxiu/sarria/catala/historia.html

http://www.gracianet.org/la_vila/1997/festa97/programa/agregacio.html

Notes

1 Trois guerres de successions frappent le pays à partir de 1833. Elles sont appelées guerres carlistes, du nom de don Carlos, prétendant au trône en 1833 à la mort sans héritier mâle de son frère Ferdinand VII.

2 CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920), Barcelona, Edicions 62, 1978, p. 68-99.

3 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, [Traduit du catalan par Mathilde Bensoussan], Paris, La Différence (coll. « Les voies du Sud »), 1996, p. 64-65. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « Igual guerra existia entre els bancs i altres establiments de crèdit. En naixien com bolets. N’hi havia un per cada vila important de Catalunya, fos o no fos necessari ni tan sols viable. N’hi havia, a més a més, un per cada aventurer atrevit. » (OLLER (Narcís), La febre d’or, Barcelona, Edicions 62 / La Caixa, 1991, vol. I, p. 70.)

4 CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920), Op.cit., p. 66. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « En el terreny financer, la « febre d’or » es caracteritza per la facilitat que troben a obtenir capital tots aquells que es proposen crear una societat anònima amb objectiu industrial, bancari o de serveis. Aquests eren els protagonistes actius. Els passius foren els qui aporten els seus diners en forma de subscripció d’accions a la recerca d’un guany fàcil. »

5 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 63. Dans l’original : « A les trenta societats de crèdit i d’obres públiques que operaven a Barcelona, se n’hi havien afegides en pocs mesos setanta-dues més, représentant totes plegades més de tres milions d’accions i un capital efectiu que passava de set-cents cents setanta-sis milions de pessetes. » (Op.cit., vol. I, p. 69.)

6 CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920) : « La Banque de Barcelone est une banque d’« escomptes, de prêts, de dépôts et recouvrements et de comptes courants », selon les dispositions du Décret d’Isabel II. » Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « El Banc de Barcelona és un banc de « descuentos, préstamos, depósitos, cobranzas y cuentas corrientes », segons defineix el Decret d’Isabel II. » Op.cit., p. 20.

7 CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920), Op.cit., p. 35 : « Le plus beau fleuron de la finance de Barcelone est précisément la Societat Catalana General de Crédit, connue familièrement comme la Catalana. C’est la plus grande de toutes les banques et sûrement, la plus rentable. Spécialisée dans les affaires ferroviaires, elle a obtenu de grosses participations dans ce secteur, avec l’argent des épargnants et les détenteurs d’obligations. Elle a été entre autres la promotrice de la ligne ferroviaire de Barcelone à Saragosse, pour laquelle elle a eu comme contractants les frères Girona, Clavé et compagnie. L’affaire a bien tourné, Girona a été rémunéré en actions du chemin de fer. Lui comme la Catalana les ont revendues en réalisant un bon bénéfice ». Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « La gran competència del banc de Barcelona és precisament la Societat Catalana General de Crèdit, coneguda popularment com la catalana. És la més gran de totes i, segurament, la més vàlida. Especialitzada en el negoci ferroviari ha agafat fortes participacions en aquest sector, amb diners dels dipositants i d’obligacionistes. Entre altres ha estat la promotora de la línea de ferrocarril de Barcelona a Saragossa, en la qual ha tingut com contractista Girona Germans, Clavé i Cia. L’afer va anar bé, Girona va cobrar amb accions del ferrocarril i tant ell com la Catalana se les vengueren amb bon benefici. »

8 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 77. Dans l’original : « Mirin aquest carrer : pensin una mica en el que veuen, i trobaran comprovat això que die. Allà baix, el Banc d’Espanya, la casa Girona ; més a prop, la Companyia de Carrils Econòmics, el Crèdit Mercantil ; més ançà, el Banc de Préstamos y Descuentos, la Catalana General de Crédit, la Companyia Catalana del Gas, vàries societats de seguros (establertes també en aquesta via). » Op.cit., vol. I, p. 84.
On retrouve ici l’une des clés du naturalisme qui est de chercher la raison des phénomènes et pour ce faire de les décrire. Le narrateur remplit sa fonction à travers le protagoniste.

9 www.liceus.org/es : Le passage correspondant du texte original est : « La creación de edificios para acoger el movimiento bancario y bursátil se debe sobre todo a la pujanza de Europa como poder económico. Aunque España no se encontraba a la altura de Europa, si comenzaba a experimentar cierto desarrollo que proporcionó la posibilidad de que se construyeran algunos edificios de finalidades económicas. »

10 Les catalans ne sont pas des colonisateurs, juste des expatriés qui réinvestissent chez eux les gains substantiels qu’ils retirent des territoires d’outre-mer.

11 MARTORELL (Miguel), Historia de la peseta, la España contemporánea a través de su moneda, Barcelona, Editorial Planeta, 2001, p. 34. Le passage correspondant de l’oeuvre originale est : « Las reformas de 1848 y 1864 resolvieron algunos de los males que aquejaban a la circulación monetaria desde principios del siglo XIX : mediada la década de los sesenta, España contaba con un sistema decimal común a todo el territorio del Estado. Pero en ambos casos, los legisladores ordenaron la acuñación de nuevas monedas sin retirar y refundir las ya existentes, de modo que la confusión aumentó notablemente. « Como monedas de curso legal existían en 1864 nada menos que 84 especies » aseguró en 1872 el político y economista Joaquín María Sanromá. »

12 Assemblée générale extraordinaire célébrée le 20 mai 1894 en commémoration du 50ème anniversaire du Banc de Barcelona in CABANA (Francesc), Història del banc de Barcelona (1844-1920), Op.cit., p. 53. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « Antes del establecimiento del Banco, nada había en Barcelona como medio elemento de crédito ; apenas se conocía el descuento. Creóse el Banco y en los cincuenta años transcurridos, el uso del crédito ha producido maravillas y con los auxilios que prodigó a cuantos lo solicitaron, se han desarrollado las riquezas del pals, se han llevado a cabo toda clase de obras públicas, grandes fábricas, varias empresas marítimas, ferrocarriles, canales, establecimientos públicos y de enseñanza, se ha efectuado transformación tal que hace de Barcelona el Manchester de España. »

13 TAYADELLA i OLLER (Antònia), « Narcís Oller i el naturalisme », in Joaquim MOLAS, Enric CASSANY, Xavier FÀBREGAS, Manuel JORBA, Antònia TAYADELLA (ed.), Història de la literatura catalana, Part moderna, Barcelona, Ed. Ariel, vol. VII, 1984, p. 652. Le passage correspondant de l’oeuvre originale est : « A part de ser la novel·la de la burgesia dels anys vuitanta en plena expansió econòmica i social, La febre d’or és, igualment, la novel·la de la transformació de Barcelona en una gran ciutat moderna i cosmopolita, com a conseqüència de la revolució industrial. D’aquí el deteniment de l’autor en aquells aspectes de la metròpoli que configuren la seva nova fesomia, i, sobretot, algunes evocacions magnífiques de la vida exuberant de la capital. »

14 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 26. Dans l’original : « Com s’havien fet, tantes fortunes grosses, en poc temps, sinó arriscant grans empreses ? « Qui no s’arrisca no pisca »» Op.cit., vol. I, p- 30.

15 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 24-25. Dans l’original : « En Gil Foix (...) corria per allí caçant a l’un i a l’altre per canviar dos mots, donant ordres als dependents, recollint la darrera cotització, encara llefiscosa i mullada ; parlant amb tal o tal altre banquer, eixint al carrer i abocant-se, per fi, barret en mà, a la portella d’un cupè per dir, molt amable, a una marquesa que l’esperava, que havia complert son encàrrec. » Op.cit., vol. I, p. 29.

16 ANGUERA (Pere), « Política i societat en l’obra narrativa de Narcís Oller », in Magí SUNYER (ed.), El segle romàntic, Actes del col.loqui Narcis Oller, Valls, 28, 29 i 30 de novembre de 1996, Valls, Edicions Cossetània, 1999. p 35. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « Tothom confiava enriquir-se amb la compra-venda d’accions i « era ja innombrable la pobrissalla que en poques setmanes s’havia enriquit. »

17 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 281. Dans l’original : « ... que aquest gran català, que coronarà la seva obra patriòtica muntant la indústria de materials de ferrocarrils per emancipar-nos de l’estranger... » Op.cit., vol. I, p. 291.

18 OLLER (Narcís), Vilaniu, 2e éd., Barcelona, Edicions 62, Col. L’Alzina 4, 1989, p. 16. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « que prometent carrils impossibles »

19 YATES (Alan), Narcís Oller, tradició i talent individual, Barcelona, Ed. Curial, 1998, p. 228. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « és en Rodon, el polític frustrat de Vilaniu (de la novel·la i del poble fictici), qui proposa al financer Foix el projecte del ferrocarril de Vilaniu, poble d’on procedeix la família d’aquest. »

20 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 156. Dans l’original : « ... es constituiria la societat, de la qual, ell, en Foix, séria gerent amb sis mil duros de sou i cotxe a la porta. D’altre cantó -i aquesta era la més grossa i la que feia parlar mes baix i amb més tremolins a en Gil Foix –, si els Nords seguien pujant, séria rie, i rie de debò, ben aviat. » Op.cit., vol. I, p. 164.

21 Il s’agit de Ramon Merly, solidaire de Galceran.

22 OLLER (Narcís), Vilaniu, Op.cit., p. 16-17. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « Sinó que hi ha qui somia truites i es creu que és arribada l’hora de fer combregar la gent amb rodes de molí ; que prometent carrils impossibles, remenant més diners amb la llengua que amb els dits, entabanant la pobrissalla amb disbarats i promeses de mal pagador, ha de caçar les llebres a so de tabals. »

23 OLLER (Narcís), Vilaniu, Op.cit., p. 166. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « ... en Rodon aixecava, enfront d’una gran fàbrica on bullien la vida i les idees revolucionàries entre l’estrèpit preponent de màquines de ferro i boires de fum, sa casa mesocràtica, petita com de fira, però afdigranada, riolera i fresca com la sana joventut. »

24 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 25. Dans l’original : « Era un gran projette, un ferrocarril, la línea central, que passava per Vilaniu, travessava la província de Cuenca, verge encara, plena de boscos i mines riquíssimes, i arribava a Madrid amb doscents quilòmetres menys que les altres. En Gambarrús, l’enginyer, que tenia fets els estudis, li n’havia parlat seriosament essent en Rodon diputat. Però llavors no era tan fàcil trobar diners. Ell i en Gambarrús es comprometien a obtenir la concessió. Per salvar-se d’oposicions perilloses, no hi havia com demanar-la a trossos, començant pel de Barcelona a Vilaniu, sense deixar entreveure res més. De Vilaniu tan sols, ja se’n trauria bona estella, sobretot si es posava al cap de l’empresa en Gil Foix. » Op.cit., vol. I, p. 29-30.

25 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 74 -75. Dans l’original : « -Si parlem de la nova banca, ja és una altre cosa. Part d’ella es subscriurà ; l’altre part ens prendrà paper en plaça. Però això no ens basta, senyor Rodon. Précisa... précisa, sobretot, interesar la comarca entera de Vilaniu : escalfar aquell país, escriure una memòria exposant les ventatges que el carril ha de reportar-li, fer gran propaganda, promoure una reunió magna a Vilaniu mateix, i, en un mot, fer tot l’humanament possible perquè tothom s’escuri la butxaca, perquè pobres i ries, petits i grans, acudin a la subscripció la cobreixin si pot ser. Vostè i jo hem de dar l’exemple, no sols abocant-hi una bona cabassada, sinó treballant els amies perquè ens imitin. Prometi’ls un lloc en el Consell, i això els decidirà. » Op.cit., vol. I, p. 82.

26 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 311. Dans l’original : « Poc sabien, aquells imprudents, el fanatisme despertat pel nou gerent dins tota la contrada de la vall de Flors quan els veïns d’aquesta veieren que la cotització de les Vilanius, ja abans d’ésser estampades, pujava tres i quatre enters diaris. Vilaniu en massa, Benitaric, i tots els pobles de la línea, desembossaren fins l’últim xavo estalviat, per comprar d’aquell paper que doblava i triplicava en poques hores la fortuna dels primers accionistes. Les primeres operacions del replanteig, la generositat desplegada en les primeres expropiacions, i els discursos d’en Foix brindant-se a construir, de més a més, el canal de la Solana i un hospital que ell regalaria, i a fer moites altres millores que havien de transformat tota la contrada, acabaren d’engrescar aquella gent ; i ja, del menestral al més rie dels propietaris, no hi hagué a la vall de Flors qui s’escapés de l’orbetat idolàtrica que despertà aquell home » Op.cit., vol. II, p. 31.

27 Francesc Gumà i Ferran est né à Vilanova i la Geltrú le 27 mars 1833. Le protagoniste de La febre d’or, Gil Foix, présente avec lui une série d’analogies, à commencer par les initiales. Comme lui, il propose de créer une ligne de chemins de fer qu’il voudra, par la suite prolonger.

28 DOMÈNECH i GIBERT (Josep Maria), MARTINEZ i GUERRA (Montserrat), « Francesc Gumà i Ferran, un personatge per a una novel.la : « La febre d’or » de Narcís Oller », Quaderns de Vilaniu n° 11, Institut d’estudis Vallencs, Maig 1987, Miscel.lària de l’Alt Camp, p. 6.

29 Perro-carril de Valls á Villanueva y Barcelona (concesión por ley del 12 de enero de 1877) Memoria descriptiva, facultativa y económica Villanueva y Geltrú, Archives municipales de Valls, Réf. 869 C26 CP2 DC1.

30 « le 28 juin 1878 était créée la Compagnie de chemin de fer de Valls à Vilanova et Barcelona, pour laquelle Francesc Gumà en personne a été nommé Directeur – Gestionnaire. » MARTÍ i BAIGET (Josep), « 31 de gener de 1883. L’arribada del ferrocarril a Valls, a través de la premsa de Barcelona », in MARTÍ i BAIGET Josep (ed.), Quaderns de Vilaniu n° 2, Institut d’estudis Vallencs, Miscel·lània de l’Alt Camp, Nov. 1982, p. 79. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « El dia 28 de juny de 1878 es fundava la Companyia de Ferrocarrils de Valls a Vilanova i Barcelona, de la qual en nomenaren Director-Gerent el mateix Francesc Gumà. »

31 PALOU i SARROCA (Miquel), « Història del ferrocarril a Catalunya, a Trens i Estacions » Generalitat de Catalunya-Ajuntament de Barcelona, 1981, p. 31. La citation est extraite de MARTÍ i BAIGET (Josep), « 31 de gener de 1883. L’arribada del ferrocarril a Valls, a través de la premsa de Barcelona », Op.cit., p. 78.

32 MARTÍ i BAIGET (Josep), « 31 de gener de 1883. L’arribada del ferrocarril a Valls, a través de la premsa de Barcelona », Op.cit., p. 78. Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « ... el dia 1 de gener de 1877, s’approvava la llei que autoritzava a Francesc Gumà i Ferran la construcció d’un ferrocarril, sense la participació econòmica de l’Estat, que « sortint de Valls i passant per Vilanova i la Geltrú, arribés a Barcelona ; la concessió definitiva li fou atorgada el 12 del mateix mes i any. »

33 Le centenaire de la ligne a été fêté avec solennité à Valls en janvier 1983.

34 ARXIU MUNICIPAL DE VALLS, Llibre d’Actes Municipals, 1881-1883, fol. 347- 348 (29. XII. 1882). Le passage correspondant de l’œuvre originale est : « El Ayuntamiento de la villa de Valls en sesion estraordinaria de veinte y nueve del mes de Diciembre de mil ochocientos ochenta y dos, acordó nombrar hijo adoptivo á Don Francisco Gumà Ferrán, en prueba de gratitud, por haber realizado el Ferro-carril de Valls á Villanueva y Barcelona. » (Citation recueillie dans MARTÍ i BAIGET (Josep), « 31 de gener de 1883. L’arribada del ferrocarril a Valls, a través de la premsa de Barcelona », Op.cit. p. 81.)

35 Il reste aujourd’hui une villa moderniste de cette époque, celle de la famille Barrau, devenue conservatoire municipal.

36 Ildefons Cerdà propose son premier projet pour l’agrandissement de Barcelone sur la base d’un plan adaptant la structure de la ville à ses besoins présents et futurs.

37 http://www.bcn.es/arxiu/sarria/catala/historia.html

38 http://www.gracianet.org/la_vila/1997/festa97/programa/agregacio.html

39 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 65. Dans l’original : « I, esperonada així l’especulació, féia esmolar l’enginy fins a pescar idees noves, en llur majoria impossibles. Altres cops s’explotaven desigs latents en la massa, observacions llançades al pas en converses indiferents. Començava el barceloní a condoldre’s de l’estretor de la ciutat antiga, de la imperfecta urbanització de la nova, de l’aspecte vilatà i la deixadesa que regnaven pers os carrers, de la manca de comodidats modernes, grans monuments, squares i estàtues : la febrada d’or congriava de seguida projectes per a transformar-ho tot. » OLLER (Narcís), Op.cit., vol. I. p. 71.

40 GUARDIA (Manuel), GARCIA ESPUCHE (Albert), « 1888, 1929. Deux Expositions, une ambition », in Barcelone 1888-1929, Modernistes, anarchistes, noucentistes ou la création fiévreuse d’une nation catalane, Paris, Editions Autrement, Série Mémoires n° 16, 1992, p. 27.

41 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 64. Dans l’original : « Tothom citava noms obscurs que, enlairats de cop i volta a la categoria de potentats, gastaven ja molt més luxe que la noblesa, l’alta banca i el comerç antic. Els teatres sempre plens, estaven enlluernadors. Les quincalleries i ebenisteries anaven en orri per fer lloc al nombre creixent de grans argenteries i magatzems de mobles sumptuaris. Les confiteries, guanteries, rebosteries i restaurants de luxe es multiplicaven com per encantament. » Op.cit., vol. I, p. 69-70.

42 Le Liceu est l’équivalent de la Scala de Milan, de l’Opéra de Paris, du Métropolitan de New York ou du Covent Garden à Londres. Il a connu de grands évènements politiques parfois sanglants. Ainsi, le 7 novembre 1893, un anarchiste lança d’un balcon une bombe sur le parterre, faisant vingt morts, en pleine représentation du Guillaume Tell de Rossini. Autre drame, un gigantesque incendie consuma entièrement le Liceu en 1861. Un an plus tard, date pour date, il rouvrit avec Les Puritains de Bellini. Le Liceu fut frappé d’un autre incendie en 1994, à la suite de l’utilisation malencontreuse d’un chalumeau pendant une réparation. Il n’a été rouvert au public que cinq ans après.

43 McDONOGH (Gary W.), « Le Liceo : théâtre des conflits », Trad. de l’espagnol par Christine DERMANIAN in Alejandro SÁNCHEZ, Barcelone 1888-1929, Modernistes, anarchistes, noucentistes ou la création fiévreuse d’une nation catalane, Paris, Editions Autrement, Série Mémoires n° 16, 1992, p. 61.

44 McDONOGH (Gary W.), « Le Liceo : théâtre des conflits », Op.cit., p. 62.

45 McDONOGH (Gary W.), « Le Liceo : théâtre des conflits », Op.cit., p. 62.

46 OLLER (Narcís), La febre d’or, Op.cit., vol. I, p. 215.

47 OLLER (Narcís), La fièvre de l’or, Op.cit., p. 208. Dans l’original : « Era l’estrena de l’hipòdrom. Barcelona, la Barcelona rica, es modernitzava : fos exòtica o no la festa, no volia privar-se d’aquella diversió aristocràtica que dóna to a les grans ciutats del dia » Op.cit., vol. I, p. 216.

48 Jaime GIL de BIEDMA, Las personas del verbo, Barcelona, Seix Barrai, Biblioteca Breve, 1992, p. 79-83.

Table des illustrations

Titre Plaque apposée sur la façade principale de la gare de Valls (Cette plaque fut réinstallée comme toutes celles rédigées en langue catalane avec le rétablissement des conseils municipaux démocratiques après 1979) Photographie de l’auteur (avril 2004)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Façade principale de la gare de Valls, en haut du Passeig de l Estació Photographie de l’auteur (Avril 2004)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Façade arrière de la gare de Valls Photographie de l’auteur (avril 2004)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/28292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Auteur

Université Cergy Pontoise

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search