Version classiqueVersion mobile

L’histoire et le patrimoine de la société industrielle en Languedoc-Roussillon - Catalogne

 | 
Esteban Castañer Muñoz
, 
Nicolas Marty

Partie 1. Aspects de l’histoire de la société industrielle

Vichy et le corporatisme dans les Pyrénées-Orientales, une remise en cause de la société industrielle

Sébastien Escande

Texte intégral

1Le corporatisme est une des valeurs centrales de la Révolution Nationale du Régime de Vichy. En effet, refusant de voir dans les causes de la défaite l’absence de stratégie militaire adaptée face à l’Allemagne nazie, les principaux dirigeants voient dans la lutte des classes la cause principale de la défaite de la France. Il fallait donc faire disparaître les causes de cette lutte, c’est-à-dire bien sûr les syndicats ouvriers suspects de travailler pour les communistes, mais aussi tout un système libéral qui n’avait que trop favorisé l’individualisme et les haines sociales. Aussi les trois lois qui instaurent les organismes de l’économie dirigée (loi du 16 août 1940 créant les Comités d’organisation), la Charte du Travail (26 octobre 1941) et la Corporation paysanne (loi du 2 décembre 1940), ont pour point commun de mettre en avant le Corporatisme.

2Les dirigeants français sont alors pris dans deux contradictions insolubles : peut-on envisager de reconstruire la France après la défaite dans un système économique et social rénové, alors même que l’occupant est si présent ? Est-il possible d’engager des réformes de longue haleine, alors même que les contraintes du court terme sont si prégnantes ?

3Il est donc intéressant de faire l’analyse de cette législation corporative qui devait remodeler l’ensemble « économique » et « social », de mesurer l’impact et le degré d’adhésion des agents économiques à ces trois lois dans les Pyrénées-Orientales. Notre département est essentiellement marqué dans le domaine économique par l’agriculture. Toutefois, l’industrie est bien présente et souvent concentrée à Perpignan (Bâtiment, commerce, artisanat, industries chimiques), à l’exception de quelques établissements isolés (papeterie, métallurgie, électricité) et du secteur minier (mines).

4L’apparition du nouvel ordre économique et social repose-t-il sur un rejet de la société industrielle ? L’adhésion à la charte du travail et à l’économie dirigée est-elle idéologique ou plus simplement pragmatique ?

5Le régime né de la défaite a imposé très tôt un cadre législatif tendant à modifier de façon radicale le jeu traditionnel du marché, tant pour faire face à une situation de crise aigue que pour amorcer un processus de rupture avec l’économie libérale. Pour les dirigeants français, des initiatives s’imposaient pour relancer une économie désorganisée. Mais ce corporatisme d’ensemble n’était pas un hasard, puisque déjà dans l’avant-guerre, les non-conformistes avaient remis en question le libéralisme économique, prônant le corporatisme comme une alternative au capitalisme et au socialisme. Il s’agit d’une occasion saisie par Vichy de mettre en place cette doctrine, et la plupart des entreprises et des autres agents économiques durent tenir compte de cette nouvelle donne politique.

6L’historiographie du régime de Vichy a longtemps été dominée par deux idées reçues, diamétralement opposées. La première n’a voulu voir dans le régime de Vichy que sa façade réactionnaire, conservatrice, illustrée par le discours pétainiste du « retour à la terre », entendu comme une revanche sur la société industrielle.

  • 1 Voir sur la politique agricole nationale, Isabel BOUSSARD, Vichy et la corporation paysanne, Fondat (...)

7En effet le régime de Vichy repose, au-delà de sa politique collaborationniste, sur une idéologie faisant la part belle aux valeurs traditionnelles et paternalistes. Elles s’illustrent tout particulièrement dans la création et la mise en place des premières législations corporatives, dès la fin de l’année 1940, qui aboutissent en mars 1943 à la création définitive de la corporation paysanne1. Ce nouvel appareil législatif est l’un des principaux arguments de l’image officielle du “Maréchal paysan “et de l’idéologie agrarienne du régime de Vichy, qui entend restaurer les valeurs associées au monde rural et à ses habitants.

8Ainsi, dans le désarroi de la défaite, le thème agrarien fut souvent exalté comme une composante essentielle de la Révolution nationale, en prônant dans un « premier Vichy », ce que l’on appelle alors le « retour à la terre », doctrine qui est tournée vers l’anti-industrialisme. D’autre part si le poids du syndicalisme ouvrier fut considérablement affaibli, après juillet 1940, le monde des affaires garda une forte influence sur le pouvoir. Ces réserves faites, on peut toutefois retenir qu’une des tendances les plus accusées du premier régime de Vichy fut la volonté souvent affirmée de réserver à l’agriculture une place privilégiée, l’orientant à la fois vers l’exploitation familiale et vers l’établissement d’une organisation corporative. Cette double optique s’éloigne un temps de l’industrialisme mais devant l’importance de la gestion des ressources agricoles, la Corporation Paysanne est réintégrée ensuite à l’économique et à la tutelle dirigiste de l’Etat. On est alors bien loin du « retour à la terre », qui a fait place plus récemment à un nouveau cliché, qui voit au contraire en Vichy l’affirmation d’une technocratie triomphante et toute puissance.

9Deux maîtres mots structurent le discours économique et social : corporatisme et dirigisme. Ils révèlent ce mélange d’archaïsme et de modernité, qui a suscité un débat entre historiens. Richard Kuisel ou R. Paxton, soulignent les continuités avec l’après-guerre. Selon le principe corporatiste, l’individu doit s’effacer derrière les corps intermédiaires. Ainsi les comités d’organisation (C. O) (loi du 16 août 1940) et la Charte du travail (4 octobre 1941) devaient se compléter pour créer de nouveaux rapports dans l’entreprise après l’interdiction de la grève et des lock-out, puis celle des syndicats. Cette dernière est à nuancer puisque les organisations syndicales ne sont privées que de leurs organisations confédérales, mais les Unions Départementales et les Fédérations nationales restent en place, de même que les syndicats de base ou syndicats « légaux » poursuivent leurs activités jusqu’à l’instauration à terme des syndicats uniques.

  • 2 A. D.P. O, 1W47, op. cit., Discours du maréchal Pétain à Saint-Etienne, le 1° mars 1941.
  • 3 Jacques JULLIARD, « La Charte du travail », op. cit., p 168.

10Ainsi dans le domaine social, la Charte du travail paraît « enfin » au journal Officiel le 26 octobre 1941. Elle constitue le pendant social de la réorganisation industrielle mettant en œuvre une économie dirigée avec les Comités d’organisation. Entamée en septembre 1940, cette compensation « sociale » à la loi du 16 août 1940, n’intervient donc que quatorze mois plus tard, après une phase de promulgation plus que rocambolesque. La promulgation de la loi sur l’organisation sociale voit s’opposer les tenants d’une version syndicaliste excluant toute association professionnelle mixte (parmi lesquels l’initiateur de la Charte, René Belin, ancien syndicaliste et alors ministre de la Production industrielle et du Travail), et les tenants d’une version corporatiste excluant les syndicats. Une certaine paralysie s’en suivit. L’application de la Charte dans les secteurs extrêmement compartimentés de l’économique et du social, devait donc révolutionner les relations au sein de l’entreprise. En participant à l’élaboration de la Charte, les théoriciens corporatistes de l’hôtel du Parc à Vichy, avaient pour ambitieux objectif de mettre fin au rapport de force patrons-ouvriers au sein de l’entreprise. Le but proclamé d’abolir la lutte des classes apparaît bien évidemment aux chefs d’entreprises comme l’ambition la plus profitable. Mais pour les dirigeants du gouvernement, beaucoup ont une part de responsabilité dans la lutte des classes. Leur égoïsme et leur incompréhension de la condition prolétarienne ont été trop souvent les meilleurs auxiliaires du communisme2. Cette volonté de rompre avec les principes de la conception marxiste traduit le sentiment anti-communiste exacerbé du régime. Il s’agit véritablement d’établir à travers ce nouveau droit du travail, des rapports diamétralement opposés à ceux qui, selon les dirigeants vichyssois avaient conduit à la défaite et à la ruine de notre pays. À la base de la Charte, Jacques Julliard propose la réduction suivante : « À partir du 26 octobre, la luttes des classes est abrogée en France3 ».

  • 4 A.D.P.O, 1W47, op. cit., Discours du maréchal Pétain à Saint-Etienne, le 1° mars 1941.

11Compte tenu de la situation dans laquelle se trouve le pays, l’ambition du projet semble démesurée. La Charte se propose de faire disparaître à travers l’avènement d’une politique basée sur la collaboration de classes, l’opposition inéluctable entre ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que les bras. « Ouvriers, techniciens, patrons si nous sommes aujourd’hui confondus dans le malheur, c’est qu’hier vous avez été assez fous pour vous montrer le poing »4 La Charte du travail s’adresse donc aux trois ordres du travail, avec l’espoir ou la ferme intention de leur imposer d’œuvrer ensemble, à la résolution du problème du travail et de l’ordre social. Mais il est certain que le patronat est dans une position plus que confortable pour intégrer cette organisation sociale nouvelle. La charte et ses objectifs ne sont qu’un instrument permettant aux industriels de se consacrer pleinement à leur activité première : « l’économique ».

  • 5 Dans ce but, l’œuvre sociale du gouvernement de Vichy a été relayée par les dirigeants des syndicat (...)

12L’adhésion à la Charte dans les Pyrénées-Orientales est bien plus pragmatique qu’idéologique, comme en témoignent l’attentisme et l’inertie du monde ouvrier à sa réception et à sa mise en application. La loi sur l’organisation sociale des professions est en quelque sorte une coquille vide, à laquelle on a tenté de donner un contenu minimum5.

13Tout le pragmatisme est concentré dans le seul sursaut qui se réalise autour des comités sociaux d’entreprise. Mesure sociale permettant aux ouvriers une amélioration de leurs conditions dans une période d’extrême pénurie, mais les excluant cependant de toute immixtion dans la conduite et la gestion des entreprises. Dans le département, les C.S. E seront la seule pièce de l’édifice à connaître un relatif succès auprès du monde ouvrier. Mais cette mesure ne constitue qu’une bien trop faible compensation sociale, insuffisante au point de pouvoir rendre dupes les ouvriers du plein pouvoir qui avait été conféré au patronat par la loi du 16 août 1940, prévoyant la mise en place des comités d’organisation.

14Les comités d’organisation, organismes « semi-publics » chargés, dans chaque branche ou secteur, de l’orientation et de la gestion des matières premières et de la production, furent de véritables syndicats professionnels, dominés par le grand patronat, qui fournit les trois quart des présidents de comités.

  • 6 Robert O. PAXTON, La France de Vichy, 1940-1944, op. cit., p 204.

15Le rôle qu’y tint l’État illustre combien le corporatisme est un vain mot, alors que le dirigisme est rentré dans les faits. Novation majeure le ministère de la Production industrielle, s’appuyant sur les comités d’organisation et les offices de répartition, disposa d’un pouvoir très important dans une conjoncture de pénurie, en rompant avec la tradition libérale. L’interventionnisme dans la protection et la répartition, l’élaboration de plans ou l’aide diversifiée offerte aux entreprises reflètent le primat donné à l’économique. En ce qui concerne la concurrence impitoyable subie par le patronat, le maréchal Pétain exprime à travers son discours du 12 octobre 1940 sur la politique sociale de Vichy, son hostilité au capitalisme libéral débridé. Ce sont ces deux menaces qui ont poussé le patronat à s’enthousiasmer pour le corporatisme : « parce qu’il permettait de faire d’une pierre deux coups : retranchés derrière ce parapet, les industriels pourraient échapper à la fois à la lutte des classes et à la concurrence impitoyable6 [...] ». Ils se consacraient ainsi à leur dévotion première l’économique. On était bien loin du « retour à la terre » un temps prôné dans ce que l’on appelle le « premier Vichy ».

16Le patronat des Pyrénées orientales se satisfait des nouvelles organisations économiques mises en place sur la loi du 16 août 1940. Elles suscitent l’enthousiasme des organisations d’employeurs puisque les comités d’organisation constituent une alternative à la dissolution des anciennes et non regrettées organisations patronales.

  • 7 Arch. Nat. : F/1C/III/1181 : Rapport du préfet des Pyrénées-Orientales, R. DE BELOT, le 4 novembre  (...)
  • 8 Ibid.

17Ainsi, de nombreux comités d’organisation voient le jour dans le département. Certains ont une activité très réduite, c’est le cas des C. O du Textile et du Commerce7, qui n’étant pas encore complètement constitués, se cantonnent dans la diffusion des circulaires concernant leurs professions respectives. Le principal comité d’organisation est celui des Bâtiment et travaux publics (C.O.B.T. P)8. Il fait preuve d’une très grande activité en répondant aux difficultés de transports mais surtout aux problèmes de pénurie des matières premières (répartition de la chaux, des Bons de monnaie matière pour les fers et aciers, de Bons d’achat pour les ciments et les peintures, des bois de construction entre ses membres). Malheureusement, la quantité de matériaux de construction allouée à chaque entreprise demeure très faible et nettement insuffisante pour maintenir son activité normale.

18Les difficultés d’approvisionnement en matières premières sont au centre des préoccupations des entreprises. Les employeurs sont ainsi soucieux de maintenir la compétitivité et de garantir une production normale à leurs entreprises. Les rapports mensuels des préfets ne manquent pas de souligner que l’activité des syndicats patronaux est exclusivement alimentée par les questions économiques. Cette nécessité économique entraîne une activité soutenue et une organisation de plus en plus poussée de la part des industriels du département.

  • 9 Arch. Nat. : F/1C/III/1181 : Rapport du préfet des Pyrénées-Orientales, R. DE BELOT, le 1° octobre  (...)
  • 10 Arch. Nat. : F/1C/III/1181 : Rapport du préfet des Pyrénées Orientales, R. DE BELOT, le 4 novembre  (...)

19Contrairement à l’abattement généralisé exprimé par le monde ouvrier depuis l’annonce de la dissolution de leurs organisations syndicales confédérales, les syndicats patronaux, ne demeurent pas dans l’expectative et font preuve d’une grande activité. En effet, les organisations patronales ont vu leur cohésion augmenter depuis l’armistice en vertu du rôle technique et de répartition des métaux ou produits qui leur a été confié. Leur organisation amorcée avant la guerre, s’est poursuivie et notamment leur groupement par grandes catégories professionnelles sous forme d’Union de syndicats ou Chambres syndicales9. Cette activité développée par les syndicats des employeurs s’explique par les difficultés rencontrées dans chaque entreprise. Ainsi le syndicat devient le pôle vers lequel chaque adhérent se tourne quand il ne peut plus lui-même résoudre les problèmes qui se posent à chaque instant pour assurer la marche de son exploitation10 . Le pragmatisme requis par la situation semble prévaloir sur toute autre considération notamment idéologique. Mais ce dernier facteur est tout de même à prendre en compte lorsqu’il s’agit du grand patronat, puisque la mise en place de cette « économie dirigée » génère la crainte du petit patronat, de voir cette loi bénéficier qu’aux grandes entreprises.

20Un rôle très important donc pour les chefs d’entreprise, qui manifestent à travers ces organismes économiques, une cohésion solide et alimentée par l’intérêt de leurs membres à la répartition des matières premières. Ils contribuent ainsi à la priorité qui est celle du maintien de l’activité des entreprises et répondent parfaitement à l’adaptation aux nouvelles organisations économiques demandée par Vichy.

21Dans cette atmosphère d’hostilité verbale au capitalisme on aurait donc pu espérer une participation de l’élément ouvrier à l’activité économique. Cette compartimentation très nette des deux secteurs constitue l’une des grandes défaites du corporatisme. Mais dans les conditions actuelles, l’économique reste plus que jamais la chasse gardée des employeurs. Ces prérogatives n’empêchent pas les industriels des Pyrénées-Orientales d’être plutôt favorables à la Charte, car elle constitue une véritable muselière du monde ouvrier, mais qui très explicitement ne représente pas à leurs yeux une priorité.

22L’apparition du nouvel ordre économique et social repose-t-il sur un rejet de la société industrielle ? L’adhésion à la charte et à l’économie dirigée est-elle idéologique ou plus simplement pragmatique ?

  • 11 Jacques JULLIARD, « La Charte du travail », dans Le Gouvernement de Vichy, 1940-1942. Institutions (...)

23Plus que de reposer sur véritable rejet, cette période a en effet tenté d’établir une société industrielle nouvelle, régit par une autre forme de rapports, substituant ainsi les oppositions de classes en établissant une politique de collaboration de classes. Mais en définitive le « corporatisme » caractérisant l’ensemble de ces lois mises en place sous Vichy, est un mot bien commode, car comme le souligne Jacques Julliard, dans la France Vichyste comme dans l’Italie fasciste, le Portugal de Salazar ou l’Allemagne nazie, il masque les problèmes réels et l’entière liberté de manœuvre laissée au patronat vis-à-vis des ouvriers11. Les employeurs étant véritablement les grands bénéficiaires de la politique économique et sociale de la Révolution nationale.

24Mais comment ne pas penser que cette entreprise semble d’emblée vouée à l’échec, compte tenu de la situation dans laquelle était la France. L’ampleur de ces réformes dans un tel contexte frappe par le décalage et le caractère étriqué du résultat. Le poids de la conjoncture et la tutelle de l’occupant sur la vie des entreprises françaises furent de très loin plus forts et plus déterminants que les contraintes mises en place par les autorités de Vichy. En effet, à travers l’exemple des Pyrénées-Orientales, la réponse dans l’industrie à cette restructuration de la société sous Vichy semble plutôt tendre vers le pragmatisme, tant l’idéologie corporatiste semble être débordée par la rationalité requise par la situation de ces années noires. Mais bien plus que la mise en pratique de la doctrine corporative, le dirigisme est rentré dans les faits.

25Le régime a en effet tenté de modifier les rapports entre la puissance publique et le monde du travail et de la production, mais cette période a surtout vu une extension notable du champ d’intervention de l’État, notamment dans le domaine de la politique économique.

  • 12 Henry ROUSSO, Vichy, l’évènement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 1992, p 247.

26Ainsi les trois réalisations majeures que sont les comités, la Charte du travail et la corporation paysanne, ont toutes les trois évolué dans le même sens, creusant un fossé entre les intentions idéologiques, les pratiques effectives et les effets à moyen terme12. Celles-ci prônaient une organisation intégrée des professions, sur un « mode vertical » comme tous les corporatismes, mais elles souhaitaient ce pendant une décentralisation des décisions à l’échelon sectoriel et régional, une harmonie entre l’« économique » et le « social », et une relative autonomie par rapport à l’État. Or c’est exactement l’inverse qui s’est produit. Les tendances dirigistes l’ont très largement emportées sur les tendances corporatistes.

27Ainsi, devant l’importance de la gestion des ressources agricoles, et bien qu’étant la réalisation la plus proche des idées corporatistes, la corporation paysanne est ensuite réintégrée à l’économie et à la tutelle dirigiste de l’État. Une fois encore l’idéologie corporative a donc été supplantée dans les faits par le dirigisme. Dans le domaine agricole, on est donc passé du « mouvement paysan » à « l’étatisme agricole » et l’on encourage la productivité plutôt que l’exploitation familiale. Que de chemin parcouru par le gouvernement de Vichy depuis le discours anti-industrialiste du « retour à la terre » un temps prônait par le maréchal Pétain au cours d’un premier Vichy, qui entendait restaurer les valeurs associées au monde rural et à ses habitants.

  • 13 Ibid, p175.

28Dans l’agriculture comme dans l’industrie, vichy a donc sacrifié ses rêves corporatistes à la modernisation et à une rationalisation de l’économie, développant ainsi une emprise étatique forte [en particulier dans le domaine de la politique économique]. De ce point de vue, comme le souligne Henri ROUSSO, l’action en matière économique et sociale du gouvernement de Vichy constituerait « le soubassement caché (et honteux) de la modernisation de la société française d’après-guerre13 ».

Notes

1 Voir sur la politique agricole nationale, Isabel BOUSSARD, Vichy et la corporation paysanne, Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1980, 414 p. Concernant la Charte paysanne dans les Pyrénées-Orientales, voir S. ESCANDE, mémoire de master 2 (en cours de réalisation, 2004), l’application de la Corporation paysanne dans les Pyrénées-Orientales (1940-1945).

2 A. D.P. O, 1W47, op. cit., Discours du maréchal Pétain à Saint-Etienne, le 1° mars 1941.

3 Jacques JULLIARD, « La Charte du travail », op. cit., p 168.

4 A.D.P.O, 1W47, op. cit., Discours du maréchal Pétain à Saint-Etienne, le 1° mars 1941.

5 Dans ce but, l’œuvre sociale du gouvernement de Vichy a été relayée par les dirigeants des syndicats de l’ex-C.G.T (de la tendance syndicats, c’est-à-dire anti-communiste, fidèle à René Belin, ministre et secrétaire d’Etat au Travail et à la Production industrielle). Sur l’accueil réservé par les différents protagonistes à la Charte du travail dans les P. O, voir S. ESCANDE, mémoire de maîtrise, l’application de la Charte du travail dans les Pyrénées-Orientales (1941-1944). Syndicalisme et corporatisme sous Vichy. 2003.

6 Robert O. PAXTON, La France de Vichy, 1940-1944, op. cit., p 204.

7 Arch. Nat. : F/1C/III/1181 : Rapport du préfet des Pyrénées-Orientales, R. DE BELOT, le 4 novembre 1941.

8 Ibid.

9 Arch. Nat. : F/1C/III/1181 : Rapport du préfet des Pyrénées-Orientales, R. DE BELOT, le 1° octobre 1941.

10 Arch. Nat. : F/1C/III/1181 : Rapport du préfet des Pyrénées Orientales, R. DE BELOT, le 4 novembre 1941.

11 Jacques JULLIARD, « La Charte du travail », dans Le Gouvernement de Vichy, 1940-1942. Institutions et politiques, Paris, Presses de la EN. S. P, 1972, p 194.

12 Henry ROUSSO, Vichy, l’évènement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 1992, p 247.

13 Ibid, p175.

Auteur

C.R. Hi. S.M. (Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes,
Équipe d’accueil 2984) – Université de Perpignan

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search