Version classiqueVersion mobile

L’histoire et le patrimoine de la société industrielle en Languedoc-Roussillon - Catalogne

 | 
Esteban Castañer Muñoz
, 
Nicolas Marty

Partie 1. Aspects de l’histoire de la société industrielle

Un processus de concentration industrielle : les entreprises de production et de distribution d’électricité en Languedoc-Roussillon (1895-1945)

Jean-Louis Escudier

Résumé

L’essor du capitalisme industriel est notamment caractérisé par un processus de concentration des entreprises. Au travers d’un secteur industriel largement structuré par l’innovation, celui de l’électricité, nous proposons d’analyser tant les composantes financières que techniques de ce processus de concentration en nous cantonnant à une région spécifique, le Languedoc-Roussillon. La production et la distribution de l’électricité jouent un rôle majeur dans le processus d’industrialisation tant en termes d’économie spatiale que de partition entre économie publique et marché privé. Cette industrie évolue rapidement entre 1880 et 1940, sous les effets conjugués du progrès technique, des stratégies financières et de la conjoncture du marché.

En Languedoc-Roussillon, au capital financier d’origine essentiellement régionale jusqu’à la première guerre mondiale se substitue ensuite un capital d’origine nationale. Dès les années 1900-1910, cohabitent des sociétés à caractère purement local avec des entreprises à capitaux « externes » et des entreprises émanant directement des compagnies charbonnières. A partir de 1920, des données techniques (l’interconnexion des réseaux et la maîtrise du transport du fluide sur longue distance) et des impératifs économiques (contraction de la demande, baisse du taux de profit) accélèrent le processus de concentration dans cette branche industrielle. Cette concentration s’exprime essentiellement sous la forme d’une intégration horizontale, laquelle prend diverses formes : ententes bi ou multilatérales, cartellisation, sous-traitance, absorption, filialisation...) dont il convient d’analyser la rationalité économique et les conséquences en termes de prix et consommation.

Cette recherche repose essentiellement sur l’exploitation d’archives d’entreprises (fonds EDF-GDF. de Blois), des déclarations de sociétés et augmentation de capital social auprès des Tribunaux de Commerce (série U des Archives départementales), sur le traitement des publications statistiques ministérielles statistiques, ainsi que sur deux fonds d’archives privés.

Texte intégral

1Dans l’industrie électrique, le processus de concentration ne se traduit pas par une diminution significative du nombre de sociétés car il y a rarement absorption pure et simple mais généralement une prise de contrôle majoritaire avec maintien plus ou moins formel de la société intégrée. Cette spécificité résulte des réticences des communes ayant passé un contrat de concession avec une société à autoriser le transfert de ce contrat sur une autre société. L’identification des actionnaires principaux de chaque société et de ses liens avec les autres sociétés électriques, industrielles ou bancaires constitue donc un préalable à toute étude du capital financier. Industrie de biens intermédiaires, la production d’électricité joue un rôle majeur dans le processus d’industrialisation. L’usage de l’électricité a bouleversé le système productif et les stratégies commerciales de nombreuses industries. La machine à vapeur, symbole de la première révolution industrielle, est progressivement remplacée par des moteurs électriques, plus petits, moins encombrants, plus performants. Même les houillères vont électrifier leurs installations du jour et, à partir des années 1920, une part croissante de l’extraction de charbon est transformée en énergie électrique.

2L’industrie électrique évolue rapidement. En 1881, année du Congrès International d’électricité de Paris, généralement reconnu comme le début de l’électricité industrielle, on ne sait guère acheminer ce fluide à plus d’un kilomètre de distance en raison des pertes en charge énormes. L’acte de concession de l’électricité à Perpignan, en date du 12 décembre 1888, prévoit une distance de distribution maximale de 800 mètres. La maîtrise de tensions de plus en plus élevées (20 000 volts en 1900, 55 000 volts en 1912, 150 000 volts en 1925, 220 000 volts en 1938) va rapidement transformer les données techniques de cette industrie. En 1945, juste avant la nationalisation, l’électricité est acheminée sur des centaines de kilomètres, et les données de ce marché s’en trouvent totalement changées.

3L’électrification ne se fait évidemment pas en terrain vierge ; les sociétés électriques doivent composer avec les entreprises de distribution d’énergie déjà existantes. Dans le domaine de l’artisanat et de la petite industrie, tant que les besoins resteront limités, l’énergie hydraulique générée par les moulins à eau en Haut Languedoc, peu sensible aux sécheresses des mois d’été sera, tout aussi commode et moins onéreuse que l’électricité. En termes d’éclairage, la concurrence est vive avec les usines à gaz, anciennement et solidement implantées en milieu urbain. Dans les principales agglomérations, depuis les années 1850, les compagnies gazières sont puissantes, détentrices de concessions de fourniture de l’éclairage et l’implantation des sociétés d’électricité s’en trouve contrariée. Paradoxalement, certaines petites villes seront électrifiées bien avant les grandes agglomérations. Ainsi, Mende où la commune n’avait pas octroyé de concession exclusive à une compagnie de gaz, est électrifiée dès 1888, alors qu’à Béziers, la compagnie de gaz bénéficie d’un contrat d’exclusivité et le premier appel d’offre pour concéder la distribution d’électricité ne sera lancé qu’en 1915. A Montpellier, la Compagnie d’Electricité de Montpellier créée le 24 décembre 1889, est alors en concurrence avec la Société d’Eclairage par le gaz de la Ville de Montpellier. Finalement, la Société de Gaz et d’électricité du Sud-Est, de Lyon fera de la Cie d’Electricité de Montpellier une de ses filiales.

  • 1 367 locomotives électriques sur un total de 755, d’après LAMMING (Clive), 150 ans de traction à la (...)

4A partir de 1920, le progrès technique change complètement la donne. L’électricité pouvant s’acheminer sur des centaines de kilomètres, la concurrence entre producteurs apparaît et l’interconnexion des réseaux devient le maître-mot. La création en 1922 de l’Union des Producteurs des Pyrénées Occidentales (UPEPO), émanation de la compagnie des Chemins de fer du Midi, est révélatrice de cette mutation du marché de l’électricité. Pionnière en matière de traction électrique avec l’électrification, dès son origine en 1910, de la ligne Villefranche-de-Conflent/Mont-Louis, la Cie du Midi devient dans les années 1920 le premier producteur d’électricité du sud de la France et, évidemment, un transporteur majeur. En 1937, le réseau du Midi apportera à la SNCF près de la moitié des locomotives électriques circulant alors en France1. L’UPEPO sera un groupement professionnel assurant le placement des kilowatts excédentaires auprès des sociétés déficitaires ; son action va rapidement s’imposer et devenir bientôt incontournable.

  • 2 A. D. Hérault 6U5 217, Tribunal de Commerce de Béziers et A. D. Hérault 8 S 213.

5Certaines sociétés gazières adjoindront l’électricité à leur activité initiale. La Société du Gaz Franco-belge détient la concession d’électricité de Lunel et de Sommières. La Société Industrielle de Gaz et d’Electricité, qui détient les concessions d’électricité de Pézenas et Montagnac, la Cie Générale pour le Chauffage et l’Eclairage par le Gaz, propriétaire de celle de Bédarieux et la Cie des Distributions électriques du Midi, qui dessert Agde en électricité, sont approvisionnées par la Société Biterroise de Force et Lumière2. Dernier cas de figure, la nouvelle société d’électricité absorbe la compagnie de gaz : en Languedoc, cette situation se rencontrera à Nîmes et surtout, dans l’Aude, où la Société Méridionale de Transport de Force absorbera de fait les sociétés de distribution de gaz de Carcassonne, de Narbonne, de Lézignan et de Coursan.

6Avant la nationalisation, les entreprises de production et de distribution d’électricité sont nombreuses en Languedoc-Roussillon ; on en dénombre plus d’une cinquantaine. Mais la plupart disposent de concessions sur des rayons d’action restreints : une petite ville, quelques bourgs environnants sont desservis au moyen d’une modeste centrale thermique ou d’une chute d’eau de quelques mètres. La présente recherche se limite donc aux principales sociétés ayant produit et distribué l’électricité en Languedoc-Roussillon. Nous avons consulté deux sources principales : les archives des anciennes sociétés nationalisées en 1946, soit près de 1300 sociétés, conservées par EDF-GDF à Blois et le fonds des archives des Tribunaux de Commerce, qui regroupe les déclarations de créations de société et d’augmentation de capital social (série 6U des archives départementales). Nous avons confronté ces sources primaires aux diverses publications institutionnelles d’ordre statistique et réglementaire.

7Notre espace géographique de référence est le cadre de l’actuelle région administrative Languedoc-Roussillon mais la compréhension des logiques de groupe industriel nous conduira à déborder vers les départements périphériques, notamment l’Aveyron, le Tarn, l’Ardèche et la Haute-Garonne. Nous avons opté pour une partition Languedoc oriental /Languedoc occidental et Roussillon, dont la césure correspond, approximativement, à la vallée de l’Hérault. Bien qu’une telle partition ait toujours un caractère quelque peu arbitraire, elle nous semble opérationnelle dans la mesure où elle délimite des zones d’influence clairement identifiables.

I. En Languedoc oriental, une concentration multipolaire

1. La dépendance des entreprises locales

8En l’absence d’un pôle local susceptible de capter les capitaux de la bourgeoisie montpelliéraine et nîmoise, dans le secteur de la production électrique, les sociétés organisées autour des capitaux marseillais et, dans une moindre mesure, lyonnais, s’imposent rapidement aux innovateurs locaux.

1.1. De la forte influence marseillaise…

  • 3 Sur Charles Rebuffel, cf notamment BARJOT (Dominique), “L’électricité marché porteur : le cas des G (...)

9Sud-Electrique est une émanation directe de Energie Electrique du Littoral Méditerranéen (EELM), groupe de production et de distribution d’électricité présidé par Gabriel Cordier (1865-1934) puis par Charles Rebuffel (1861-1942), groupe qui rayonne sur six départements du Sud-Est. EELM a été fondée en 1900 conjointement par la Société des Grands Travaux de Marseille, la Compagnie Thomson-Houston et la Société Marseillaise de Crédit3. EELM dont les terres de prédilection se situent en Provence et sur la Côte d’Azur, va patiemment tisser sa toile en Languedoc oriental.

  • 4 A. D. Gard, 10 U11 13, Tribunal de Commerce de Nîmes, 18 juillet 1896.

10Dans un premier temps, Sud-Electrique contrôle une société locale à Nîmes et détient plusieurs dizaines de concessions en milieu rural. La Société Nîmoise d’Eclairage et de Force Motrice par l’électricité (SNE) avait été créée en 1896 par deux ingénieurs civils, Georges Martin et Gabriel Carrière qui venaient d’obtenir la concession de l’éclairage de la ville de Nîmes4. En 1906, la SNE rachète la Compagnie nîmoise d’électricité, entreprise moribonde mais disposant d’une concession susceptible d’être convoitée par une société concurrente. Dès 1906, la SNE passe sous le contrôle de Sud-Electrique qui devient progressivement le principal fournisseur de la société nîmoise. Ce processus de dépendance sera parachevé en 1926 par l’accession de Charles Rebuffel, à la présidence de la SNE.

  • 5 Sur l’absorption de la Société d’Eclairage par le Gaz de la Ville de Montpellier, cf A. D. Hérault  (...)
  • 6 A. D. Hérault 6U5 277, Tribunal de Commerce de Montpellier, 24 novembre 1931.

11La seconde incursion notable de Sud-Electrique en Languedoc se situe dans l’Hérault. Sud-Electrique et le groupe marseillais obtiendront la concession de distribution d’électricité d’une cinquantaine de communes depuis Ganges jusqu’à Fabrègues. Le marché de Montpellier est alors occupé par la Compagnie d’Electricité de Montpellier (CEM) qui dessert la ville et une dizaine de communes périphériques. Créée le 24 décembre 1889, la CEM, comme sa concurrente locale, la Société d’Eclairage par le gaz de la Ville de Montpellier5, passera au cours des années 1920 dans le giron de capitalistes lyonnais. Lorsque le capital social de la CEM sera porté de 6 à 10 MF en 1931, la totalité des 12 000 nouvelles actions sera souscrite par la Société de Gaz et d’électricité du Sud-Est6. Par-delà ces changements institutionnels, la Compagnie d’Electricité de Montpellier sera commercialement dépendante des approvisionnements de Sud-Electrique.

  • 7 Cf BARJOT (Dominique), « Le rôle des entrepreneurs de travaux publics : l’exemple du groupe Giros e (...)

12Pour satisfaire ses clients, Sud-Electrique doit accroître et diversifier ses approvisionnements. D’où la création de la Société Forces Motrices de la Vis en 1906. L’idée de la construction d’une usine hydroélectrique dans l’arrière-pays languedocien, aux confins des départements de l’Hérault et du Gard, surgit en 1902. La paternité en revient à deux ingénieurs montpelliérains, Eugène Falgairolle et Jean Prat, qui achètent les terrains pour les infrastructures à venir. Mais l’ensemble nécessite un investissement considérable : un barrage situé en amont du hameau de Navacelles, un canal d’amenée de 10 km dont 3,5 en souterrain, une chute de 107 mètres sur la Vis, à Madières7. L’énergie acheminée jusqu’à Sommières sera ensuite envoyée dans les directions de Nîmes, Montpellier, Marsillargues et Saint-Hippolyte-du-Fort. L’ensemble est rapidement réalisé et l’usine est opérationnelle en juin 1908.

  • 8 A. D. Hérault, 6 U4 83, Tribunal de Commerce de Lodève.

13La « Vis » est une structure technique conçue et réalisée pour répondre aux besoins des sociétés de distribution d’électricité. Uniquement pourvoyeuse d’énergie, sa production est vendue aux autres sociétés. Le capital social marque cette volonté : il restera toujours concentré dans une poignée d’actionnaires – une quinzaine – correspondants aux constructeurs et au principal client de cette société, à savoir Sud-Electrique8.

1. 2. ... à l’implantation modeste du groupe DURAND

14A partir d’une entreprise locale de distribution électrique basée en Rhône-Alpes, une entreprise comme il en existait plusieurs centaines au début du XXe siècle, un homme d’affaires particulièrement habile, Pierre-Marie Durand (1861-1951), parvient, grâce à une stratégie offensive, à mettre en place, en l’espace d’une trentaine d’années, un groupe industriel capitalisant 2 milliards de francs. Par acquisitions, prises de participation de la société-mère, l’Energie Industrielle, à la veille de la nationalisation, Durand sera à la tête d’une cinquantaine d’entreprises distribuant l’électricité à 6,3 millions de français répartis sur 38 départements. L’activité de ce groupe en Languedoc-Roussillon mérite donc d’être explicitée.

  • 9 A. D. Hérault, 6 U2 215, Tribunal de Commerce de Béziers.
  • 10 C. VUILLERMOT date de 1903 la première incursion des frères Durand dans l’industrie électrique, à s (...)
  • 11 Délibération Conseil municipal Béziers du 26 mars 1914, Archives communales, Béziers.

15La première incursion des Durand en Languedoc remonte en 1897. Cette année-là, Pierre-Marie Durand et son frère Barthélémy fondent avec trois autres associés la compagnie des Tramways Electriques de Béziers, société au capital d’un million de francs ; les tramways électriques sillonnent la ville à partir de 19009. Pour être, semble-t-il, la première engagée par la famille Durand, cette affaire n’en fut pas pour autant fructueuse10. Le maire de Béziers lui-même rappellera en 1914 que « cette compagnie s’est débattue dans une situation financière lamentable et a englouti tout son capital dans l’entreprise »11. Plus heureux par ailleurs, les Durand ne reviendront en Languedoc que deux décennies plus tard, en Cévennes, cette fois.

  • 12 VUILLERMOT (Catherine), « Pierre-Marie Durand : stratège de la croissance externe », in MARSEILLE ( (...)

16La société d’Eclairage électrique de la ville d’Alais (SEEVA) avait été créée dès 1895 par des industriels locaux qui venaient d’obtenir la concession de cette ville. Une première usine thermique est installée à Alès puis, en 1898, une seconde à Saint-Ambroix, dont la SEEVA obtient la concession d’éclairage. Ces deux réseaux devant être rénovés, la SEEVA se retrouve confrontée en 1907 à des difficultés financières. Ses dirigeants entrent en contact avec un industriel de l’Isère, Alexandre Grammont, lequel apporte les fonds indispensables en contrepartie de la prise de contrôle de la société. La situation financière ne s’améliore pas pour autant et en 1910, Grammont se tourne alors vers l’Energie Industrielle12. Grammont dispose alors de 27 % des actions contre 34 % à l’Energie Industrielle. En 1919, l’Energie Industrielle, accroît sa part dans le capital et contrôle enfin la SEEVA.

  • 13 A. D. Hérault, 8 M 662.
  • 14 VUILLERMOT (Catherine), Pierre-Marie Durand et l’Energie Industrielle. L’histoire d’un groupe élect (...)

17La seconde entreprise phagocytée par le groupe Durand en Languedoc est la Société des Forces Motrices de l’Aigoual, dite « l’Aigoual ». Cette société anonyme avait été créée en 1923 à partir de l’actif d’une société antérieure, les anciens établissements Manhès et Teissier du Gros frères. « L’Aigoual » détenait les concessions des communes du Vigan, de Sumène, de Saint-Hippolyte-du-Fort dans le Gard, de Ganges dans l’Hérault et fournissait dans la contrée de nombreux industriels du textile13. Malgré ce, cette société ne trouva pas son équilibre financier et en 1927, Teissier du Gros qui présidait le conseil d’administration s’efface et le groupe Durand en prend le contrôle ; Jean Berthon est le nouveau président à partir de 1928. Pour Catherine Vuillermot qui a identifié les multiples ramifications du groupe Durand, cette opération ne fut pas heureuse : « L’affaire est très décevante, les résultats largement déficitaires et, en 1931, l’Energie Industrielle considère que les trois quarts du capital sont perdus... Pour éviter la liquidation judiciaire, l’Energie Industrielle négocie avec les porteurs d’obligations et s’engage, en 1933, à racheter les obligations à 35 % de leur valeur nominale »14 En fait, le groupe Durand se rapproche également des compagnies houillères voisines, notamment celles de Bessèges et de la Grand-Combe, pour qu’elles approvisionnent tant leur société alésienne que « l’Aigoual ».

2. La Grand-Combienne ou une réussite dans le thermique

  • 15 Délibération Conseil municipal Grand-Combe du 2 août 1909 et A.G. Cie des mines de la Grand-Combe d (...)
  • 16 C.A. SGCEE des 6 juin 1913 et 19 juin 1914.

18La Société Grand-Combienne d’Eclairage et d’Energie, communément dénommée « Grand-Combienne », est une émanation directe de la Cie des mines de la Grand-Combe. Constituée à la suite de l’octroi de la concession de l’éclairage communal accordée pour 40 années, la compagnie houillère lui assigne la fonction de « distribuer le courant électrique tant pour l’éclairage que pour les petites forces motrices dans la commune de la Grand-Combe dans quelques communes voisines »15 et pour ce faire, lui fournira le courant nécessaire à partir de sa centrale électrique de la Pise. Le conseil d’administration se réunit pour la première fois le 30 juillet 1909 au siège social de la Cie des mines de la Grand-Combe, 26 rue Laffitte à Paris. Dotée d’un capital social très modeste à ses débuts (75 000 F), elle fonctionne grâce à des avances consenties par sa maison-mère : 100 000 F dans un premier temps, puis 50 000 F et surtout 455 000 F pour réaliser la ligne Alès-Salindres16.

2.1. Une gestion prudente mais efficace

  • 17 C.A. SGCEE du 26 mars 1936.
  • 18 C.A. SGCEE du 5 décembre 1919
  • 19 C.A. SGCEE des 12 juin et 10 décembre 1930

19La direction de la « Grand-Combienne » fera preuve d’une grande stabilité. La présidence du conseil d’administration est, de fait, réservée à l’ingénieur en chef de la compagnie houillère. Ainsi, à Alfred Soubeyran, jusqu’en 1913 succèdera Lucien Fèvre de 1914 à 1935 puis Achille Stouvenot. Mais, de 1909 jusqu’à son décès en 1936, le véritable manager de la société est Emile Cotté, d’abord en qualité d’administrateur-délégué puis d’ingénieur-conseil. Rappelant ses mérites lors de son éloge funèbre, Stouvenot souligne l’impérieuse nécessité pour les sociétés houillères de recourir à des professionnels de l’électricité : « Grâce à la grande expérience de l’industrie électrique qu’il avait acquise précédemment ailleurs et qui était un peu étrangère aux autres administrateurs, plutôt familiarisés avec les affaires minières. Seul électricien de notre Conseil, il avait la formation des électriciens, nos habitudes professionnelles de mineurs nous empêchaient parfois d’être d’accord du premier coup avec lui et c’était des discussions qu’il acceptait de bonne grâce et qui prouvaient précisément combien il nous était utile »17. En 1919, un Comité de Direction de trois membres est institué "pour permettre de suivre les affaires de façon plus efficace”18. En 1930, le fils de Cotté, Hippolyte, ingénieur diplômé de l’institut Electrotechnique de Grenoble et de l’Ecole spéciale de mécanique et d’Electricité de Paris, est nommé ingénieur délégué et fera partie de ce Comité de Direction19.

  • 20 C.A. SGCEE du 12 août 1912. Un nouveau contrat d’une durée de trois ans, renouvelable par tacite re (...)
  • 21 C.A. SGCEE du 14 décembre 1916 et 9 octobre 1920
  • 22 A.G. Cie de la Grand-Combe des 22 mai 1912, 26 mai 1915 et 24 mai 1916.

20Jusqu’aux années 1918-1920, la « Grand-Combienne » développe une activité discrète mais en constant développement. Emanation de la puissante société minière, son rôle semble alors réduit à l’écoulement du surplus d’électricité non utilisé par les infrastructures de la mine. Les abonnés sont au nombre de 605 au 31 décembre 1911, représentant 7 707 lampes de 10 bougies. Fin 1913, le réseau s’étend aux communes de la Grand-Combe, Salles-du-Gardon, Branoux, Saint-Jean-de-Valeriscle et Saint-Florent. La « Grand-Combienne » dessert alors 1 139 abonnés représentant 12 517 lampes. Deux ans plus tard, les abonnés seront 1696 mais la puissance totale des moteurs alimentés reste fort modeste : 140 CV. En matière de clients industriels, en 1911, la société obtient la fourniture du courant aux mines de Trélys, appartenant à la Cie des Mines, Fonderies et Forges d’Alais et, en 1912, à la compagnie des Produits Chimiques Alais Froges Camargue et à la station thermale des Fumades20. L’énergie électrique sera également fournie à l’usine de Salindres de la Cie Française du Zinc, de 1916 à sa fermeture en août 192021. Ces divers marchés représentent dès 1915 plus de 2 millions de kwh fournis par la centrale de la Pise et nécessitent la construction d’une ligne de 15 000 volts de Saint-Jean-de-Valerisque à Salindres via Les Fumades22.

  • 23 C.A. SGCEE des 2 octobre 1922 et 23 janvier 1925, A. G. SGCEE du 15 décembre 1924
  • 24 C.A. SGCEE du 27 juin 1927
  • 25 C.A. SGCEE du 29 juin 1929

21La société connaît une nouvelle impulsion au sortir de la première guerre mondiale. Cette dynamique est rendue possible par un changement radical en termes de capitalisation. Le fonctionnement de la « Grand-Combienne » ne repose plus sur les avances de la société-mère (au contraire, en 1922, 580 000 F sont remboursés) mais sur des capitaux propres. En octobre 1922, le capital social est porté de 225 000 F à 900 000 F et surtout, en 1925, à 4,650 MF par émission de 37 500 actions de 100 F23 En février 1927, les titres de la SGCEE sont admis à la Bourse de Marseille24. Autre signe de son développement et de son autonomie croissante par rapport à sa maison mère, en 1929, le siège social de la « Grand-Combienne » est transféré de la Grand-Combe à Alès25.

  • 26 C.A. SGCEE du 18 octobre 1918
  • 27 C.A. SGCEE du 28 juin 1924
  • 28 C.A. SGCEE du 10 mars 1926
  • 29 C.A. SGCEE du 14 juin 1928
  • 30 CHABAL (Cédric), « Mutation et concentration des sociétés d’électrification en Ardèche », Bulletin (...)
  • 31 Rapport du C.A. SGCEE à l’AG du 21 12 1940.

22En matière d’éclairage domestique, les progressions sensibles du nombre d’abonnés et des recettes sont attribuées à la nouvelle organisation par abonnement mensuel, sans compteur26. Le réseau de distribution s’étend vers le département de l’Ardèche : l’électrification des Vans puis de Ruoms, Vallon, Salavas, et Barjac portent le nombre de clients à un total de 5756 à la fin avril 192427. En 1926, la Société d’Electricité de la Vallée du Rhône rétrocède à la « Grand-Combienne » la concession de Joyeuse et son exploitation28. En 1928, une délimitation de zone signée avec la « Lozérienne » confère à la « Grand-Combienne » le soin d’électrifier la région de Villefort, dans le sud de la Lozère29. A la veille de la seconde guerre mondiale, la « Grand-Combienne » disposera dans l’Ardèche de 59 concessions ; son réseau de distribution représente alors 22,5 % des communes électrifiées du département30. Au 30 juin 1939, le nombre d’abonnés est de 20437, la puissance des lampes de 620 010 watts et la puissance des moteurs de 1974 kilowatts. Le réseau de distribution s’étend sur 89 communes du Gard, de l’Ardèche et de la Lozère, il se développe sur 608 km pour la haute tension et 1 008 km pour la basse tension31.

2.2. Une capacité à fédérer les industriels du charbon et de l’électricité

  • 32 C.A. SGCEE du 14 juin 1928
  • 33 C.A. SGCEE du 18 juin 1921 et 2 octobre 1922

23En tant que filiale d’une grande exploitation houillère, la « Grand-Combienne » a pour vocation première de vendre de l’électricité à ses homologues plus orientés vers la distribution. En juin 1924, une collaboration s’engage avec Sud-Electrique ; en 1928, les livraisons portent sur une puissance instantanée de 6 000 KW avec une utilisation comprise entre 1500 et 2000 heures32. Les liens entre la « Grand-Combienne » et le groupe EELM vont au-delà de la simple vente d’électricité puisque la « Grand-Combienne » et la Société des Grands Travaux de Marseille achètent en participation, entre les Vans et Pied-de-Borne, l’usine hydroélectrique de Sainte-Marguerite-la-Figère, alimentée par une petite chute de 300 CV de puissance sur le Chassezac33.

  • 34 C.A. SGCEE du 14 décembre 1918
  • 35 C.A. SGCEE 28 juin 1924
  • 36 C.A. SGCEE du 12 juin 1930
  • 37 C.A. SGCEE des 8 juin, 15 octobre et 3 décembre 1936.

24Les relations avec le groupe Durand sont plus complexes, plus tendues. En 1918, la « Grand-Combienne » signe un contrat de fourniture d’électricité avec la Société d’Eclairage Electrique de la Ville d’Alais, dont le groupe Durand vient de prendre le contrôle total. La durée de la convention est de 10 ans renouvelables par tacite reconduction ; les prix appliqués seront indexés sur le prix de vente des criblés de la Cie des Mines de la Grand-Combe34. Mais, en 1924, premier accroc : le projet de contrat étudié avec l’Energie Industrielle en vue d’une fourniture à Montélimar est suspendu à cause d’une divergence d’interprétation du contrat de délimitation avec cette société pour la région d’Alais35. En 1930, la « Grand-Combienne » refusera d’acheter pour 100 000 F à « l’Aigoual », donc aux Durand, la ligne Haute Tension reliant les deux réseaux, tout en sollicitant de ces derniers la possibilité de « transiter sur cette ligne moyennant péage, les kwh de retour nécessaires éventuellement à la Cie des Mines de Bessèges soit pour ses besoins normaux les jours d’arrêt de sa centrale de Molières, soit comme énergie de secours en cas d’accident »36. Enfin, en 1936, Louis Durand demandera de substituer aux deux contrats de « l’Aigoual » et de l’Energie Industrielle, qui ne doivent arriver à échéance qu’en 1938 et 1946, un contrat unique portant sur une quantité d’énergie moindre et laissant la liberté d’acheter concurremment de l’énergie hydraulique comme l’autorise déjà le contrat de « l’Aigoual » et contrairement aux clauses actuelles du contrat de l’Energie Industrielle. A défaut d’accord suivant ses vues, Durand menace de venir concurrencer la « Grand-Combienne », via le réseau de « l’Aigoual » qu’il alimenterait en énergie hydraulique. Les dirigeants de la « Grand-Combienne » prennent mal cet ultimatum et, dans un premier temps, envisagent d’entamer un procès pour concurrence illégitime, puis ils se ravisent et renouent le dialogue avec leur puissant homologue37.

  • 38 C.A. SGCEE du 28 juillet 1919
  • 39 C.A. SGCEE du 18 octobre 1918
  • 40 C.A. SGCEE du 4 mars 1921
  • 41 C.A. SGCEE du 27 juin 1927
  • 42 C.A. SGCEE du 10 mars 1926

25Le rapprochement entre les houillères du Gard en matière de production et de distribution d' électricité prend en 1919 une forme juridique. Un consortium formant société d’étude au capital de 100 000 à 125 000 F est créé entre les principaux exploitants de distribution d’énergie électrique de la région et les compagnies industrielles du département du Gard, société dans laquelle la « Grand-Combienne » prend une participation38. En 1918, un nouveau contrat est conclu avec les mines de Trélys39. A partir de juillet 1921, la « Grand-Combienne » fournit à la Société Houillère du Nord d’Alais une puissance instantanée de 350 KW40. Ce contrat est renouvelé en 1926 pour 10 ans, avec une puissance instantanée portée à 600 KW. A partir de juin 1927, la « Grand-Combienne » alimente le poste de transformation de la Cie Nouvelle des Mines de Portes et Senechas et un nouveau contrat pour une fourniture de 600 KW est signé avec la Cie des mines de Cessons à la Jasse41. En revanche, le contrat souscrit en 1923, par la Société des Houillères de Rochebelle pour la livraison d’une puissance instantanée de 300 KW pour une durée de 3 ans ne sera pas renouvelé en 1926 car cette compagnie houillère se dote alors d’une centrale thermique42.

  • 43 CA de la Cie houillère de Bessèges, du 22 décembre 1928.
  • 44 C.A. SGCEE du 14 juin et 12 décembre 1928
  • 45 C.A. SGCEE du 11 décembre 1929

26Le processus d’intégration technique et commerciale de l’électricité produite et consommée par les diverses sociétés houillères du Gard connaît une accélération décisive en 1928 avec l’adhésion au consortium de la Compagnie houillère de Bessèges. Dans le même temps, le directeur de la Cie de Bessèges, Georges Mascart, intègre le conseil d’administration de la « Grand-Combienne »43 . Par voie de conséquence, la « Grand-Combienne » assurera désormais la fourniture d’énergie électrique à « l’Aigoual », déjà liée par un contrat avec la Cie de Bessèges, qui le rétrocède44 . Les excédents de courant des centrales thermiques du Gard seront vendus en commun avec la Cie de Bessèges. En outre, 100 000 F sont affectés à l’achat de 450 actions de « l’Aigoual ». En 1929, la « Grand-Combienne » négocie avec Energie Electrique du Rouergue, l’UPEPO, Sud – Electrique et EELM car « les KWh disponibles aux Centrales thermiques du Gard ne peuvent trouver un débouché convenable qu’en s’associant à ces puissantes sociétés qui ont également de larges disponibilités mais non régularisées »45.

  • 46 Sur la STEC, cf Archives EDF, 775246 et 775 247.

27La création de la Société de Transport d’Energie des Cévennes (STEC), le 17 octobre 1930, marque une nouvelle ère dans le processus d’intégration financière, technique et commerciale des principales sociétés d’électricité intervenant dans cette zone du Languedoc oriental. Entreprise strictement dévolue au transport du fluide, à l’image de ses homologues dans le reste de la France, le capital social de la STEC est réparti entre les différentes sociétés électriques désireuses d’emprunter les lignes à haute tension, en l’occurrence EELM, l’UPEPO, Energie Electrique du Rouergue, les compagnies houillères du Gard, la « Grand-Combienne » et l’Union pour l’industrie et l’Electricité (UNIE) laquelle, en 1930, regroupe notamment la Cie des produits chimiques Alais, Froges et Camargue, EELM, Société Générale Force et Lumière, la Cie parisienne de distribution d’électricité, la Société Lyonnaise des Eaux et de l’éclairage46.

  • 47 C.A. SGCEE des 19 novembre et 3 décembre 1931.

28Dès lors, les contrats associant plusieurs partenaires se multiplient. Ainsi, les tractations menées en 1931 entre l’UPEPO, Sud-Electrique, le consortium des mines du Gard et la « Grand-Combienne » débouchent sur la conclusion avec la Cie des Mines, Fonderies et Forges d’Alais d’une fourniture d’énergie électrique de 1 300 KW pendant 24 000 heures annuellement pour trois ans à compter du 15 mars 193247.

  • 48 Rapport du C.A. SGCEE à l’AG du 21 décembre 1940.

29En 1939, les fournitures totales d’énergie électrique faites par la « Grand-Combienne » atteindront 52 992 000 kwh provenant pour 15 081 000 de la Cie des Mines de la Grand-Combe, pour 8 748 000 de la Sté des Houillères de Rochebelle, pour 5 115 000 de la Cie houillère de Bessèges et pour 22 426 000 de producteurs d’énergie hydraulique et enfin pour 1 622 000 kwh des deux petites usines hydroélectriques possédées par la « Grand-Combienne »48. De modeste filiale d’une compagnie houillère, la « Grand-Combienne » est devenue, trente ans plus tard, une grande entreprise commerciale. Agissant comme détaillant auprès d’abonnés disséminés sur trois départements et comme grossiste vendant l’énergie à une dizaine d’autres sociétés dont l’activité se cantonne à la distribution. Seulement 28 % de l’électricité vendue par la « Grand-Combienne » proviennent des charbons extraits par la Cie de la Grand-Combe. Signe que la partition thermique/hydraulique qui structurait le marché de l’électricité jusqu’en 1920 n’est plus de mise, 45 % de ses ventes proviennent d’usines hydroélectriques.

II. En Languedoc occidental et en Roussillon, l’influence grandissante du groupe Reille

30Au XIXe siècle, l’arrière-pays languedocien et catalan est loin d’être une zone économiquement déshéritée. Par un recours constant à l’énergie hydraulique, un chapelet d’industries et une multitude d’artisanats valorisent les ressources du sol, du sous-sol et des troupeaux et confèrent un dynamisme certain à de nombreuses vallées. A l’orée du XXe siècle, ce système productif est en crise mais perdure.

1. Heurs et malheurs des industriels régionaux

1.1. Les ambitions contrariées de Joachim Estrade

  • 49 Sur la place relative de la SMTF, cf BOUNEAU (Christophe), « L’électrification extensive d’une régi (...)
  • 50 Cf ESCUDIER (Jean-Louis), « Stratégie territoriale et mobilisation des capitaux : la Société Méridi (...)

31Ingénieur des Arts et Métiers, Joachim Estrade (1857-1936) avait, dès 1890, mis sur pied une entreprise de distribution électrique, la Société Méridionale d’Electricité, qui, grâce à deux usines thermiques, fournissait l’électricité à plusieurs villes du département de l’Aude. En 1899, Estrade qui perçoit les potentialités de la haute vallée de l’Aude, crée une seconde entité juridique, la Société Méridionale de Transport de Force (SMTF, généralement dénommée « la Méridionale »), laquelle va rapidement compter parmi les toutes premières entreprises de production et de distribution électrique du Sud-Ouest49. Les dirigeants de la “Méridionale” sauront nouer des alliances pour mobilier les capitaux nécessaires. Le capital social réalisera un subtil dosage entre un capitalisme de terroir, une participation des établissements bancaires et des industriels de l’équipement électrique. Le développement de l’entreprise repose sur la mobilisation de l’épargne régionale, en l’occurrence les capitaux générés par les profits viticoles. En répondant aux attentes de ces propriétaires viticoles, « la Méridionale » saura capter leur confiance et leurs capitaux50.

  • 51 C.A. SMTF, 7 juin, 24 novembre 1900 et 5 novembre 1901 et A.G. du 27 juin 1902.
  • 52 C.A. SMTF, 19 janvier 1907.

32A ce financement d’essence locale, la “Méridionale” associe des investisseurs de dimension nationale : la Société d’Applications Industrielles (SAI) qui fournit l’équipement des centrales hydrauliques et la Société Générale, laquelle, via l’une de ses filiales, la Société Générale Electrique Industrielle, détient près du quart du capital initial de la “Méridionale”. Représentée à l’origine par deux administrateurs, la Société générale impose un nouvel administrateur dès 190051. En janvier 1907, les trois représentants de la Société Générale démissionnent du conseil d’administration de la SMTF avant de revenir sur leur décision52. Ces différends en série incitèrent la SMTF à diversifier ses relations avec les organismes financiers ; désormais, la Société Générale sera un partenaire parmi d’autres et non plus l’interlocuteur financier exclusif.

  • 53 A. D. Aude, 6 U1 230.

33Par une rémunération attractive, la “Méridionale” capte des capitaux cherchant à être mis en valeur ; les titres de 500 francs de valeur nominale se négocient alors entre 700 et 710 francs à la Bourse de Paris. Lors de l’augmentation de capital social de 1918 – 4 millions de francs en 8000 actions de 500 francs –, les souscriptions émanant des administrateurs et de la SAI représentent moins de 22 % de l’émission. En revanche, les souscripteurs de moins de 20 actions sont près de 500, signe d’un réel engouement auprès de la petite bourgeoisie locale53.

34Grâce à des usines d’importance sur le cours supérieur de l’Aude et à une grande maîtrise du transport de force, la « Méridionale » assure une électrification précoce : 105 communes sont éclairées à la fin 1904 et 182 au 31 décembre 1910, soit une population potentielle de 211 000 habitants. Parallèlement, la « Méridionale » tente d’étendre son aire de distribution au delà de son réseau “naturel”, le département de l’Aude. Sa progression en biterrois se heurte aux résistances des sociétés concurrentes ; en revanche, l’extension va se réaliser vers la Catalogne.

  • 54 A. D. Pyrénées-Orientales, 4 U 1122 et 13 Sp 14.
  • 55 Sur les diverses activités de cet homme d’affaires, cf ESCUDIER (Jean-Louis), Edmond Bartissol 1841 (...)
  • 56 Cf C.A. SHER des 5 mai, 14 et 30 juin, 27 juillet 1911, A. G. ordinaire du 21 mai 1912 et C.A. SMTF (...)

35La Société Hydroélectrique Roussillonnaise (SHER ou “Roussillonnaise”) avait été, comme la « Méridionale », constituée en 1899. Dotée d’un capital social de 2 MF, elle prolonge l’entreprise initiée en 1888 par un entrepreneur de Travaux publics, Edmond Bartissol (1841-1916) qui possède les trois quarts des titres de la société54. Bartissol déploie une activité internationale intense : construction de lignes de chemins de fer au Portugal, port de Leixoès et de Salonique, tunnel du transpyrénéen, etc..55 La “Roussillonnaise” détient la concession de la Ville de Perpignan et d’une vingtaine de communes de la plaine du Roussillon soit plus de 60 000 clients potentiels. En revanche, ses infrastructures de production sont modestes et vétustes. En 1904, la “Roussillonnaise” a pris en charge la vente des terrains libérés par la destruction des remparts de Perpignan. Or, la commercialisation de ces terrains est laborieuse et Bartissol, en manque de liquidités, est contraint de vendre : en juin 1911, la « Méridionale » lui rachète à bon compte la totalité de ses actions56. Pour la « Méridionale », cette prise de contrôle est un moyen d’étendre significativement son réseau dans une zone proche de ses centrales hydrauliques de la haute vallée de l’Aude.

  • 57 C. A. SHER, 22 avril 1919.
  • 58 A. G. SHER du 26 juin 1933 et A. D. Aude, 6 U1 253.

36Dès 1913, les comptes financiers de la « Roussillonnaise » sont assainis et un dividende de 7 % par action est servi. La « Méridionale » cherchera à débarrasser sa filiale de son activité immobilière devenue un lourd fardeau. Une structure ad hoc est créée : la Société foncière méridionale, au capital social d’un million de francs, dont la « Méridionale » souscrit 30 %. Cette société connaîtra une existence bien agitée. De nombreux terrains n’ayant pas encore trouvé preneur, son capital social sera ramené en 1919 à 50 % de sa valeur initiale57. Finalement, la « Méridionale » perdra les capitaux qu’elle avait investis et, faute de pouvoir les vendre, sa filiale, la « Rousillonnaise » devra garder jusqu’aux années 1930 de nombreuses parcelles. La « Méridionale » parachèvera sa stratégie d’absorption en 1933 par le truchement d’une forte augmentation de capital et d’un accord stipulant que la « Roussillonnaise » apporte à la « Méridionale » l’excédent des recettes sur les dépenses d’exploitation pendant quinze ans ; en contrepartie, la « Roussillonnaise » reçoit de la « Méridionale » 40 000 actions de 250 francs58.

  • 59 Pour un exemple d’électrification rurale, cf ESCUDIER (Jean-Louis), « Analyse de la stratégie écono (...)

37La mise à disposition de l’énergie électrique n’ayant pas débouché sur l’industrialisation de la zone viticole comme l’espérait Joachim Estrade, à partir des années 1920, l’électrification rurale apparaît comme le meilleur moyen de rentabiliser les investissements coûteux. En dépit de l’électrification précoce de la plaine viticole, en 1923, seulement 43 % des communes relevant de la Xe Région économique sont raccordées à un réseau électrique et, encore, ce raccordement se limite-t-il aux seules agglomérations principales. Pour les sociétés de distribution, les profits espérés de l’électrification des petites communes et des écarts ne justifient pas les investissements correspondants. Alors, des décennies durant, seront menés des programmes dits d’électrification des campagnes, programmes largement subventionnés par les pouvoirs publics59. Dans l’Aude, l’électrification des communes non pourvues, des hameaux et des fermes isolées est subventionnée dans une proportion de l’ordre de 50 % par l’Etat et de 25 % par le conseil général, les 25 % restants demeurant à la charge des communes.

38La trajectoire de la « Méridionale » est révélatrice des contraintes rencontrées par les sociétés locales dans cette nouvelle phase du développement du marché électrique. Alors que cette société disposait en 1910 d’une aire de distribution bien plus étendue que ses voisines, son avantage relatif s’amenuise rapidement. La « Méridionale » parviendra à préserver son indépendance jusqu’à la nationalisation, mais, justement parce qu’elle est restée à l’écart du mouvement général de concentration, à partir des années 1930, elle n’est désormais plus une entité majeure sur le marché de l’électricité.

1.2. Les mauvais calculs des industriels de Graissessac

39A la fin des années 1920, l’industrie électrique se trouve subitement confrontée à une situation inédite, la surproduction, qui modifie radicalement les données du marché de l’électricité. La consommation domestique progresse très lentement, les usages par l’agriculture restent marginaux et la consommation industrielle est dépendante de la conjoncture. Alors que jusqu’en 1929, il s’agit de produire toujours plus, donc de mobiliser des capitaux pour construire des centrales hydrauliques ou thermiques, désormais, la préoccupation commerciale passe au premier rang. Face à cette transformation radicale, toutes les entreprises ne disposent pas des mêmes armes.

  • 60 Conseil de Direction Energie Electrique du Rouergue du 19 novembre 1924 (boite EDF-GDF, 732419).
  • 61 A. D. Hérault 6U5 270, Tribunal de Commerce de Montpellier, 24 novembre 1928.

40La Société Electricité Thermique de l’Orb et de Graissessac (dite ETOC ou « Graissessac ») est une émanation de la Cie houillère de Graissessac. Au milieu des années 1920, cette société houillère dispose, à Graissessac même, d’une centrale thermique de 2 000 KW répondant à ses besoins internes, mais ses dirigeants souhaitent profiter de la dynamique du marché de l’électricité pour offrir un débouché plus avantageux à leur combustible. Le projet de construire une nouvelle centrale de 12 000 KW au Bousquet-d’Orb, siège de l’une des concessions de la compagnie court depuis 1924 mais la société n’est finalisée qu’en 192860. Le siège social est fixé, comme celui de la compagnie houillère, à Montpellier, 12 rue Clos René. Le capital social s’élève à 13,5 MF en 27 000 actions de 500 francs dont 2 400 attribuées à la Cie de Graissessac en rémunération de ses apports en nature61. Il s’agit d’un montant initial de capital conséquent surtout si on le rapproche de celui de la Cie de Graissessac, alors de 16 ME

41Le principal souscripteur est la Banque de Genève : 8 850 actions soit 36 % des actions à souscrites et 32 % du capital initial. La compagnie d’Etudes et de Participations industrielles du Gard et la Compagnie industrielle et commerciale de Plaisance prennent respectivement 2 000 et 1 000 actions. Ces deux sociétés dont le siège est au 26 rue Lafitte à Paris, sont à l’évidence des filiales de la Cie houillère de la Grand-Combe. La SAI souscrit 1 000 actions, comme la Société financière électrique, la « Biterroise », donc le groupe Reille, 2 000 actions. Les autres participations sont nettement moins fortes : l’UPEPO pour 200 actions, la « Grand-Combienne » pour 200 également, tout comme l’Omnium Industriel et Commercial et la Banque Nationale de Crédit pour 165 actions. Par sa diversité, le premier conseil d’administration, réuni le 11 décembre 1928, témoigne des multiples alliances qui ont présidé à la genèse de cette société. Autour des locaux (Pierre Balayé, Jules Crassous, René Debay), sont rassemblés Gabriel Arnou, par ailleurs administrateur de Force et Lumière des Pyrénées, Lucien Fèvre, ingénieur en chef des mines de la Grand-Combe, Jacques Goss, directeur de la Banque de Genève, Elie Lecoultre, ingénieur, également de Genève, Jean Maroger, président de l’UPEPO et d’Energie Electrique du Rouergue, Georges Moulun, pour le « groupe Reille », Roger Masse, ingénieur, et Paul Perret, directeur des mines d’Albi.

  • 62 Cité par BOUNEAU (Christophe), L’électrification du grand Sud-Ouest de la fin du XIXe siècle à 1946(...)

42Le 10 avril 1930, « Graissessac » et UPEPO passent contrat pour une fourniture de 6 000 KW, correspondant à la puissance de l’un des deux groupes. Mais, dès le mois de décembre suivant, les dirigeants de l’UPEPO prennent la mesure de l’étendue des risques de surproduction : « il faut s’attendre à 500 millions de kwh nouveaux dont il y aura lieu de trouver le placement... Nous devons dès maintenant attirer l’attention des producteurs voisins, notamment ceux du Massif Central, afin de mettre au point des combinaisons permettant de différer l’exécution de certaines usines en projet jusqu’au moment où les disponibilités considérables de l’UPEPO trouveront à s’employer »62. Pour « Graissessac », les investissements sont engagés, il est impossible de revenir en arrière.

  • 63 Cet échange de correspondance est conservé dans les archives de l’UPEPO, boite fonds EDF-GDF 730894

43Le 4 août 1931, le directeur général, René Debay, écrit à Jean Maroger, président de l’UPEPO : « Nous mettrons bientôt sous tension la ligne Graissessac – Le Bousquet et nous comptons être en mesure de vous fournir du courant à partir du 1er septembre. A cette époque, un turbo de 6 000 kw sera mis à votre disposition. Nous vous serons obligés de nous indiquer les besoins auxquels nous aurions à faire face. Nous croyons savoir que la Cie du Midi sera heureuse de profiter de notre concours par la voie du Rouergue ». En effet, la Cie des Chemins de fer du Midi avait envisagé de recourir à « Graissessac » pour alimenter en électricité la ligne Béziers-Neussargues. La réponse ne tarde pas mais elle est loin d’aller dans le sens espéré par les dirigeants de « Graissessac ». Le 7 août, Godin, directeur de l’UPEPO, est aussi cynique que péremptoire : « A l’heure actuelle, nous ne prévoyons pas avoir besoin d’énergie thermique pour l’ensemble de notre réseau mais il est possible que nous ayons à faire appel à votre concours pour des essais concernant la traction électrique de la Cie du Midi. Par ailleurs, nous serions disposés à vous fournir de l’énergie électrique conformément à nos accords ». Ainsi, à l’heure de produire ses premiers kilowattheures, une usine thermique se voit proposer par son principal client potentiel, lequel siège à son conseil d’administration, ... d’acheter du courant. La réaction de Debay tient plus de la supplique que des échanges habituels entre partenaires industriels : « ... Permettez-moi de vous manifester toute notre déception à une telle réponse et de vous rappeler combien cette dernière est peu en harmonie avec l’esprit de notre union industrielle. Nous ne méconnaissons pas la dureté des temps. Cependant débuter sans client effectif ou prendre dès l’origine du courant à un réseau hydroélectrique en période d’étiage nous parait conduire notre affaire dans une voie contraire à sa bonne marche. Notre contrat a été conçu dans un esprit amical d’association. Vous nous avez exhorté à faire vite, et maintenant que nous arrivons au but, nous n’avons plus de débouché. J’entends bien que les Mines de Graissessac demeurent mais elles ne peuvent à elles seules supporter les frais de marche de toute l’usine. Il serait préférable alors d’arrêter celle-ci, mais alors comment ferons-nous face aux charges permanentes causées par le gros excédent de nos frais de premier établissement ? Il y a nécessité que l’UPEPO nous prenne du courant, ne serait-ce que par mesure de faveur pour permettre la naissance d’une station centrale à la paternité de laquelle elle a contribué. Voulez-vous examiner la question sous cet angle véritable à la fois comme administrateur des deux sociétés63 .

  • 64 C.A. SGCEE, 23 septembre et 15 octobre 1931

44En cette année 1931, « Graissessac » se trouve dans une posture d’autant plus fâcheuse que son principal actionnaire, la Banque de Genève, est en déconfiture. Désemparés, les dirigeants sollicitent les autres souscripteurs pour reprendre les 8 600 actions de cet établissement de crédit. Mais les temps sont durs pour toutes les entreprises de la filière, comme en témoigne la position de la « Grand-Combienne ». Administrateur de « Graissessac » et président de la « Grand-Combienne », Lucien Fèvre avait envisagé l’achat de 620 actions, ce qui aurait fait pour la « Grand-Combienne », un total de 1 000 actions avec les 380 déjà détenues, mais Fèvre est désavoué par son conseil. La décision renvoyée à une séance ultérieure, dans les jours suivants, Stouvenot s’entretient à plusieurs reprises avec les dirigeants de « Graissessac », mais, finalement, le conseil d’administration, « après avoir étudié la question à fond, en cherchant à être agréable à son président décide de ne pas donner suite à une augmentation de participation à ETOG, les disponibilités de notre trésorerie ne le permettant pas actuellement”64 .

  • 65 A. D. Hérault 6U5 277, Tribunal de Commerce de Montpellier et 6U4 85, Tribunal de Commerce de Lodèv
  • 66 D’après SEGRETO (Luciano), « Le rôle des investissements suisses dans l’industrie électrique jusqu’ (...)

45L’augmentation de capital de 1,5 MF opérée en décembre 1931 est souscrite pour les deux tiers par la « Méridionale » de Joachim Estrade (2 000 actions). Les autres souscripteurs ne prennent guère de risques : la « Biterroise » et l’UPEPO (150 actions chacun), l’Omnium Industriel Immobilier et commercial (117), la Cie des Mines de la Grand-Combe (10), la « Grand Combienne » (20), la Cie des Mines de Graissessac (115) et les petits actionnaires locaux65. La crise financière engendrée par la déconfiture de la Banque de Genève trouvera une issue par la fusion en 1935 de la Société franco-suisse et de la Banque Générale pour l’industrie Electrique. En fait la Banque Générale était devenue le principal actionnaire de la première et l’absorba. Cette fusion donna naissance à une nouvelle société, la Société Générale pour l’industrie Electrique66.

  • 67 Lettre de Godin du 20 juin 1933 (UPEPO, boite fonds EDF-GDF 730894)
  • 68 Avenant au contrat signé le 27 juillet 1933 (UPEPO, boite fonds EDF-GDF 730894).

46Les relations avec l’UPEPO resteront tendues au cours des années suivantes. En juin 1933, Godin rappelle à « Graissessac » que l’UPEPO ayant acheté depuis le 1er janvier précédent 428 250 KWh produits par la centrale du Bousquet d’Orb, elle dispose d’un droit de fourniture d’énergie hydraulique à « Graissessac » de l’ordre de 300 000 KWh. Godin menace : « Nous vous avons proposé une fourniture à valoir sur cette quantité, que vous n’avez pas jugé opportune... Cette manière de faire ne pourra évidemment qu’avoir pour effet de réduire les possibilités que nous pourrions avoir de consommer de l’énergie en provenance de votre usine »67. Finalement, non sans hypocrisie, l’UPEPO « s’engage à prendre, au deuxième trimestre 1934, 600 000 KWh au titre du contrat et si possible 5 millions de kWh »68 !

  • 69 Rapport C.A. à A.G., ETOG, juin 1938.

47« Graissessac » poursuivra une existence difficile : en 1938, le contrat la liant à l’UPEPO n’est pas renouvelé69. Ici transparaît toute la fragilité d’une entreprise d’électricité thermique qui ne repose pas sur une société-mère disposant d’un solide capital social et d’une large envergure commerciale. Cette trajectoire souffre de la comparaison avec la dynamique organisée en Cévennes gardoises autour de la « Grand-Combienne ».

2. Le groupe Reille ou la croissance extensive

48La famille Reille est originaire d’Antibes où Esprit Reille, père du futur maréchal, était conseiller du Roi, lieutenant de la Justice d’Antibes. Les Reille deviennent une famille languedocienne par le mariage en 1860 de René Reille (1835-1898), député et éphémère sous-secrétaire d’Etat à l’intérieur, avec une demoiselle Soult, Geneviève Soult, petite fille du maréchal. Dès lors, les Reille animeront le groupe industriel familial. Celui-ci trouve son origine dans les affaires menées dans les années 1820- 1850 par le grand-père maternel, le maréchal Soult (Compagnie du canal de Beaucaire, chemins de fer de la Grand-Combe à Beaucaire, etc), de concert avec une activité politique de premier plan et des alliances nouées dans le monde de la finance. En ce début de XXe siècle, le groupe animé par René Reille et continué par ses deux fils Xavier (1871-1944) et Amédée (1873-1944) reste centré sur les charbonnages et la métallurgie (Cie des Mines, Fonderies et Forges d’Alès, Cie des mines de Carmaux) mais, à ces activités, la famille Reille adjoint la production et la distribution d’énergie électrique : Société Toulousaine du Bazacle détentrice de la concession d’électricité pour la commune de Toulouse puis la Société Pyrénéenne d’Energie Electrique (SPEE, dite « Pyrénéenne »), en 1906.

  • 70 Sur ces installations techniques de la « Pyrénéenne », cf LAURENS (Pierre), « Evolution du Génie ci (...)
  • 71 Comptes des exercices 1929 à 1939 in rapport C.A. à A. G. SPEE.

49L’approvisionnement de la « Pyrénéenne » repose essentiellement sur le barrage de Naguilhes et la chute d’Orlu, sur l’Oriège, à 10 km en amont d’Ax-les-Thermes. Mise en service en 1908, avec 949 m de dénivelé, il s’agit alors de la plus haute chute hydro-électrique du monde70. Le réseau de distribution est vaste : plusieurs centaines de communes sur six départements du Sud-Ouest. Financièrement, la « Pyrénéenne » est une affaire florissante. Les comptes d’exercice témoignent de la profitabilité de ce groupe qui, entre 1929 et 1939, dégage, y compris durant les années les plus noires, un solde bénéficiaire disponible brut de 7 à 8 millions pour un capital social de 45,4 MF jusqu’en 1934 puis de 53,5 MF de 1935 à 193871.

2.1. De l’absorption de la « Biterroise »..

  • 72 C.A. SBLF, 29 mai 1906 et A. D. Hérault 6U2 218, Tribunal de Commerce de Béziers, 13 août 1906.
  • 73 C.A. SBLF, 9, 27 et 28 mars 1905, 16 septembre 1908 et 21 avril 1914.

50La Société Biterroise de Force et Lumière (SBFL, dite la « Biterroise ») est constituée en 1904 par des industriels grenoblois et lyonnais et trois industriels biterrois (Henri Montaubin, Paul Vialette et Achille Gaillard), lesquels détiennent la propriété d’une chute d’eau à Truscas dans l’arrière-pays héraultais72. Dans un premier temps, la « Biterroise » développe des accords de coopération avec sa voisine, la « Méridionale », et les deux entreprises tentent conjointement d’obtenir la concession de la ville de Béziers mais celle-ci ne sera finalement attribuée qu’en 1914 à une troisième entreprise, la société d’Energie de la Sorgue et du Tarn, (dite « Sorgue et Tarn »), établie à Saint-Affrique, dans le Sud-Aveyron73. Mais en 1908, la « Pyrénéenne » du groupe « Reille » acquiert la majorité des actions.

  • 74 C.A. SBLF, 20 décembre 1908.

51Suite à ces transferts dans l’actionnariat, la présidence du conseil de la « Biterroise » échoit au banquier Achille Adam. La banque Adam, établie à Boulogne-sur-Mer, étend son activité sur plusieurs départements du Nord et de l’Ouest. Xavier Baudon de Mony est nommé administrateur délégué à Paris74. Les autres administrateurs (Merveilleux du Vignaux, René Bazin et Xavier Reille) sont aussi membres du conseil d’administration de la « Pyrénéenne ». En revanche, Achille Gaillard se retire à la fin de l’année 1910 pour se consacrer à la seule « Agout ». En 1912, le banquier grenoblois Charpenay intègre la direction de la « Biterroise », désormais présidée par un autre banquier, Gallut, administrateur-délégué de la Société Centrale des Banques de Province, établissement dont Amédée Reille est également administrateur. Le siège social rejoint le 14 rue Roquépine, à Paris, où sont domiciliées les différentes sociétés du groupe Reille. En 1921, Amédée Reille s’octroie la présidence du conseil d’administration de la « Biterroise ».

  • 75 Cette banque sera absorbée par la BNCI. en 1937 ; cf fonds de la banque Adam, Arch. nat. 125 AQ (Ce (...)
  • 76 A. D. Hérault 6U2 239, Tribunal de Commerce de Béziers, 27 avril 1925.
  • 77 A. D. Hérault 6U2 244, Tribunal de Commerce de Béziers, 29 mars 1928.

52Des 4000 actions émises lors de l’augmentation de capital de 2 millions de francs en 1925, 2105 sont souscrites par la Banque Adam. Mais cet établissement considéré comme le modèle de banque provinciale solide ne résistera pas à la crise de 1929-193175. Cette augmentation de capital attire quelques petits actionnaires puisque on compte 164 souscripteurs, mais la souscription principale (725 actions) est le fait de l’administrateur délégué, Baudon de Mony76. L’augmentation de capital de 2 millions de francs effectuée en 1928 va, tout à la fois, parachever la position dominante de la « Pyrénéenne » et élargir la base de l’actionnariat de la « Biterroise ». Les 20 000 actions de 100 francs émises à 110 francs sont achetées par 695 souscripteurs. Avec 5597 actions, la « Pyrénéenne » souscrit plus du quart de ces titres et le Comptoir Financier de Crédit, dont la domiciliation du siège social – 14 rue de Roquépine – laisse penser qu’il s’agit d’une émanation directe de la « Pyrénéenne », 750 autres77.

  • 78 Arch. dép. Hérault, 8 S 213.
  • 79 C.A. SFMA 1er mars 1910.

53Dès avant la première guerre mondiale, la « Pyrénéenne » est suffisamment puissante pour imposer à ses voisines des accords annonciateurs du processus de cartellisation du marché de l’électricité. Ainsi, le 1er mars 1910, la « Pyrénéenne », « l’Agout » et la « Biterroise » concluent un accord tripartite délimitant leurs zones d’action respectives, mais tendant aussi à spécialiser les sociétés dans les fonctions de production pour « l’Agout » et dans celles de distribution pour la Biterroise, filiale de « la Pyrénéenne ». « L’Agout » abandonne définitivement la région de Castres ; en contrepartie, elle obtient le monopole des chutes à construire sur l’Agout et détiendra l’exclusivité des fournitures de courant à la « Biterroise » au prix fixé. Cette dernière desservira une centaine de communes de l’Espinouse au bassin de Thau78. Quant à « la Pyrénéenne », elle s’interdit d’apporter du courant à « la Biterroise » jusqu’à ce que « l’Agout » n’en puisse plus livrer et de construire directement ou indirectement des chutes sur l’Agout79.

2.2.... à la prise de contrôle de « l’Agout »

54La Société des Forces Motrices de l’Agout (SFMA, communément dénommée « l’Agout ») est créée en 1909, à l’initiative d’Achille Gaillard, l’un des industriels biterrois à l’origine de la « Biterroise ». Achille Gaillard, s’était associé avec des industriels grenoblois et lyonnais. Lors de sa fondation, le 28 mai 1909, le siège social de « l’Agout » est fixé à Castres. Dans l’esprit de ses initiateurs, la vocation de « l’Agout » était d’assurer la distribution d’électricité des villes industrielles de Castres et Mazamet, mais les deux concessions sont attribuées à d’autres fournisseurs. Pragmatique, A. Gaillard réoriente aussitôt sa société vers l’approvisionnement électrique du Bas-Languedoc.

  • 80 D’après comptes financiers SFMA, Exercices 1926 à 1930 (Délibérations du C.A.).

55« L’Agout » réalise un complexe hydroélectrique d’envergure à Luzières, près de Vabre, où elle aménage une chute de 116 mètres. Au fil des aménagements successifs, Luzières deviendra une usine au fil de l’eau comprenant sept groupes hydroélectriques développant une puissance totale de 27 000 CV. La société ne joue qu’une modeste fonction de distributeur puisqu’elle ne dessert qu’une trentaine de communes rurales et les industriels situés à proximité immédiate de sa chute et de ses réseaux de transport. Durant les années d’entre-deux-guerres, elle se spécialise dans la production et l’essentiel de l’énergie est revendue aux sociétés à vocation de distribution, aux premiers rangs desquelles la « Pyrénéenne » et sa filiale, la « Biterroise ». « L’Agout » dont les coûts de production sont réduits, enregistre de très bons résultats financiers. De 1926 à 1930, les bénéfices nets annuels distribués aux actionnaires et aux administrateurs, se montent à 1,4 million de francs. Le rendement annuel du capital-actions atteint donc 14 % pour les exercices 1926 et 1927 et encore 11,6 % après l’augmentation de capital de 192880.

  • 81 C.A. SFMA, 27 septembre 1931 (A. D. Hérault, 6 U2 245).

56Les relations commerciales vont se transformer en relations financières puisque, en septembre 1931, la « Pyrénéenne » acquiert auprès de Gaillard et de ses proches la majorité des actions de « l’Agout »81. Il s’agit apparemment d’un retrait volontaire pour éviter une évolution technique non consentie. Ce retrait pourrait trouver son origine dans le projet d’aménagement d’une chute sur l’Arn, un affluent de l’Agout, dont la « Pyrénéenne » et « l’Agout » ont obtenu conjointement la concession le 25 janvier 1930. La famille Gaillard ne souhaitait peut-être pas s’engager dans une opération coûteuse – le capital nécessaire est de 40 millions de francs –, une opération qui aurait à coup sûr réduit le montant des dividendes dans les années à venir, une opération dont, de surcroît, elle pouvait craindre de perdre la maîtrise. Vendre au partenaire/concurrent le capital-actions avec une forte plus-value pouvait dans ces conditions apparaître comme l’issue financièrement la plus avantageuse. Achille Gaillard père sera maintenu au poste désormais honorifique de président du conseil d’administration jusqu’à son décès avril 1935. Amédée Reille lui succédera, signe de la mainmise totale de son groupe industriel.

2.3. L’impossible gestion privée de l’électricité en Lozère

  • 82 AG extraordinaire SLEE 22 août 1925.

57La Société Lozérienne d’Energie Electrique (SLEE ou « Lozérienne ») est créée en 1924 par Louis Garnier, un ingénieur de Vénissieux (Rhône) qui s’associe avec des notables du Cheylard, dans le sud Ardèche. Originellement d’un montant de 1,150 MF, le capital social est porté dès 1925 à 2 MF par émission au pair de 950 000 F d’actions à souscrire82.

  • 83 C.A. SLEE du 1er avril 1924
  • 84 C.A. SLEE du 8 janvier 1926.

58Arrivée tardivement sur le marché de l’électricité, la « Lozérienne » doit commencer par racheter les infrastructures existantes. Dans un premier temps, elle acquiert, moyennant 140 000 F, les bâtiments et le matériel de l’usine thermique de Mende appartenant à la Société Lumière et Energie, l’usine hydraulique du Martinet, et sa chute, les branchements des abonnés, tous les branchements des appareils d’éclairage public et la ligne téléphonique spéciale reliant l’usine de Mende à l’usine du Martinet83. Dans un second temps, la « Lozérienne » achète l’usine à gaz de Marvejols qui appartenait à la Compagnie du Bourbonnais, concessionnaire de la distribution du gaz et se voit accorder cette concession jusqu’en 1966. La « Lozérienne » obtient les concessions de distribution d’électricité de Mende et de Marvejols84.

  • 85 C.A. SLEE du 25 juin 1934
  • 86 Sur Loire et Centre cf SEYEUX (Claire), “La Compagnie Electrique de la Loire et du Centre 1912-1932 (...)
  • 87 C.A. Cie d’Electricité de Béziers, des 16 mai, 2 et 28 juin 1934.
  • 88 C.A. du 2 et 18 mars 1938 :

59Mais, très vite, elle éprouve des difficultés financières majeures. Dans l’entre-deux guerres, la Lozère est déjà le département le moins peuplé de France. Pour une société de distribution d’électricité, cet espace cumule tous les handicaps : faible densité de population, habitat dispersé, relief tourmenté et climat rude. En 1934, la situation financière de la « Lozérienne » devient critique ; elle doit acquitter le montant des travaux réalisés par la Société Electrique du Centre (environ 5 MF) et les syndicats d’électrification lui doivent environ 4,5 MF mais « l’Etat ayant réduit ses subventions, ils ne payent pas »85 Dans un premier temps, les dirigeants se tournent vers la Cie Electrique de la Loire et du Centre (Loire et Centre), une filiale du groupe Giros et Loucheur, pour une éventuelle reprise des réseaux des syndicats d’électrification. Mais « Loire et Centre » ne se déclare pas intéressée86. Finalement, en juin 1934, la société passe sous le contrôle du groupe limougeaud Force et Distribution, présidé par Jean de Charnières. Ce groupe vient de phagocyter également « Sorgue et Tarn », dont le siège social est à Montpellier mais l’activité centrée autour de Saint-Affrique, en Sud-Aveyron, et sa filiale, la Compagnie d’Electricité de Béziers, victimes de la déconfiture de la banque Villa de Millau, qui détenait jusqu’alors la majorité du capital87. Mais Force et Distribution ne parvient pas davantage à redresser la situation et se retire en 1938. Le groupe Reille récupère alors les différentes composantes de ce groupe « Sorgue et Tarn », et, par voie de conséquence, la « Lozérienne », qui au fil des ans et des avances consenties était devenue une crypto-filiale de « Sorgue et Tarn ». Les pouvoirs seront répartis entre le président Amédée Reille, l’administrateur-délégué, Pierre Massé, et les fidèles Moulun et Chapouthier, administrateurs. Le fondateur de la société, Louis Garnier, est associé avec le titre de conseiller technique88. Mais, criblée de dettes, sans perspectives de développement industriel, la « Lozérienne » ne présente que des désagréments pour le groupe Reille.

  • 89 Première étude sur la société lozérienne d’Energie Electrique, document dactylographié, 19 p. + ann (...)

60Une note datée du 8 novembre 1940 examine en détail la situation de la « Lozérienne » et les possibilités d’évolution. Le constat est sévère. Le bilan au 31 décembre 1939 révèle, en plus des non valeurs représentant deux fois et demi le capital social, une insuffisance totale de trésorerie, la société n’ayant pour faire face à 10,2 MF de dettes que 2,2 MF d’actif disponible ou réalisable. La « Lozérienne » ne peut honorer à ses dettes et ses résultats ne lui permettent pas de faire des amortissements. Les causes de cette dégradation en sont multiples : un capital social insuffisant eu égard à l’importance des travaux effectués, des créances “gelées” entraînant la société vers des emprunts à court terme à des conditions onéreuses. Enfin, des résultats annuels insuffisants absorbés en quasi totalité par des charges financières élevées, l’ont empêché de procéder aux dotations de renouvellement indispensables89.

  • 90 Lettre de l’administrateur-délégué, Pierre Massé, en date du 31 décembre 1940.

61Les créances de Sorgue et Tarn sur la « Lozérienne » sont alors de 5,2 millions de francs et celles de la Compagnie d’Electricité de Béziers de 1,3 million. Le rapport préconise une réorganisation de la « Lozérienne », avant d’opérer une fusion avec Sorgue et Tarn. Cette réorganisation se ferait en deux temps : premièrement, réduction du capital social de la « Lozérienne » de 2,025 MF à 101 250 F par échange de l’action nouvelle de 250 F. contre 10 actions anciennes de 500 F, ce qui dégagerait un montant de 1 923 750 F, qui, consacré à l’amortissement des non valeurs, réduirait ces dernières de 5,5 MF à 3,3 MF et, dans un second temps, abandon de 40 % de leurs créances par Sorgue et Tarn ce qui dégagerait environ les 3,5 MF nécessaires à l’amortissement des non valeurs. Mais, la fusion des deux sociétés n’entraînerait aucune réduction de leurs dépenses puisqu’en fait la « Lozérienne » fonctionne déjà comme un secteur de Sorgue et Tarn. Finalement, le groupe Reille préférera demander au ministère de la Production industrielle et du Travail le rachat des exploitations publiques de la « Lozérienne » au titre de l’article 19 du décret-loi du 16 juillet 193590.

62Par son caractère caricatural, la trajectoire désastreuse de la « Lozérienne » illustre les limites d’une logique de marché dans des zones où les contraintes physiques et économiques sont telles que le seuil de rentabilité ne peut être atteint, ni même approché, dans les conditions communes de marché.

Conclusion

63La concentration industrielle s’exprime par un double processus d’intégration horizontale et d’intégration verticale. Dans l’industrie électrique, l’intégration horizontale est manifeste. Dans une première phase, elle revêt un caractère purement commercial, au travers d’accords bi ou multilatéraux, puis sous la forme de cartels plus ou moins explicites ; la seconde phase est celle des fusions et absorptions. Néanmoins, la concentration industrielle et financière ne se traduit pas par l’émergence d’un groupe hégémonique, d’un groupe omniprésent dans le paysage industriel régional. En revanche, dans l’industrie électrique, le processus d’intégration verticale est moins apparent ; au contraire, la spécialisation croissante de nombreuses firmes dans les fonctions de production, de transport et de distribution pourrait laisser penser qu’on assiste à un phénomène de « désintégration ». En fait, les sociétés de transport qui se généralisent après 1920 sont étroitement intégrées aux entreprises intervenant en amont et/ou en aval. Enfin, il faudrait étudier plus précisément les liens financiers tissés entre entreprises houillères et métallurgiques et sociétés d’électricité pour mieux apprécier cette intégration verticale.

  • 91 MARLIO (Louis), « Les ententes industrielles », Revue de Paris, février 1930, p. 823- 852.

64Le président de la Chambre syndicale des forces hydrauliques, Louis Marlio, fait en 1930 l’apologie des ententes industrielles qui, selon lui, réduisent les coûts fixes, atténuent les crises et limitent « la concurrence inutile »91. Dans un premier temps, les ententes s’expriment sous forme d’accords commerciaux bi ou tripartites, tels les accords passés entre « l’Agout », « la Pyrénéenne » et « la Biterroise » en 1910. A ces pratiques, succède au cours des années 1920 une politique relevant plus nettement de la cartellisation. Mais ce processus qui tendait à maintenir des prix nettement plus élevés que les prix de concurrence, a été contrarié par la profonde dépression économique de 1930-1933 et par les décrets-lois de 1935 qui imposèrent une politique de prix maximum.

65La capacité à mobiliser des capitaux toujours plus importants nous paraît une des explications essentielles à la logique de concentration dans l’industrie de l’électricité entre 1890 et 1940. Le recours récurrent aux capitaux financiers, essentiellement sous forme d’emprunts obligataires et d’augmentations de capital social explique les relations étroites avec les établissements bancaires, parfois majoritaires dans le capital de certaines sociétés d’électricité. Les difficultés rencontrées par ces établissements bancaires entre 1930 et 1934 ont eu des répercussions considérables sur l’industrie électrique. En Languedoc, les faillites de la Banque Villa, qui dirigeait « Sorgue et Tarn », de la Banque de Genève, principal actionnaire de « Graissessac », ou encore de la Banque Privée Lyon-Marseille impliquée dans les diverses affaires du groupe Reille ont pesé lourdement sur le devenir de ces sociétés.

66Jusqu’en 1914, l’industrie électrique relève clairement de l’économie de marché : des capitaux privés sont placés dans des sociétés dont les revenus proviennent pour une très large part des abonnements et de la consommation des particuliers. Avec la guerre, et après l’armistice, le souci d’électrifier les campagnes transforme la nature de ces entreprises. En effet, cette électrification des campagnes souhaitée pour des raisons économiques, démographiques ou sociales, n’est financièrement pas rentable et elle va être effectuée avec des aides publiques pouvant aller jusqu’à 75 %. Concentration industrielle, intégration financière et intervention des pouvoirs publics iront croissant jusqu’à la loi de nationalisation du 8 avril 1946.

Notes

1 367 locomotives électriques sur un total de 755, d’après LAMMING (Clive), 150 ans de traction à la SNCF. Enjeux politiques économiques et réponses techniques, Les Editions du CNRS, 1997, p. 38.

2 A. D. Hérault 6U5 217, Tribunal de Commerce de Béziers et A. D. Hérault 8 S 213.

3 Sur Charles Rebuffel, cf notamment BARJOT (Dominique), “L’électricité marché porteur : le cas des Grands Travaux de Marseille (1897-1939)” dans Des entreprises pour produire de l’électricité, Paris, AHEF, 1988, pp. 59-74. Sur EELM, cf notamment MIOCHE (Philippe), « L’énergie électrique du littoral méditerranéen, succès ou boulet pour l’économie régionale ? », in BARJOT (Dominique), MORSEL (Henri), COEURE (Sophie), (dir.), Stratégies, gestion, management. Les compagnies électriques et leurs patrons 1895-1945, Paris, Fondation Electricité de France, 2001, p. 201-217.

4 A. D. Gard, 10 U11 13, Tribunal de Commerce de Nîmes, 18 juillet 1896.

5 Sur l’absorption de la Société d’Eclairage par le Gaz de la Ville de Montpellier, cf A. D. Hérault 6U5 261, Tribunal de Commerce de Montpellier.

6 A. D. Hérault 6U5 277, Tribunal de Commerce de Montpellier, 24 novembre 1931.

7 Cf BARJOT (Dominique), « Le rôle des entrepreneurs de travaux publics : l’exemple du groupe Giros et Loucheur (1899-1946) » in TREDE-BOULMER (Monique), (dit.), Le financement de l’industrie électrique, Paris, AHEF, 1994, p. 70-100 et BARJOT (Dominique), “Un grand patron : Alexandre Giros (1870-1937)”, Bulletin d’Histoire de l’Electricité, n° 10, décembre 1987, p. 49-68.

8 A. D. Hérault, 6 U4 83, Tribunal de Commerce de Lodève.

9 A. D. Hérault, 6 U2 215, Tribunal de Commerce de Béziers.

10 C. VUILLERMOT date de 1903 la première incursion des frères Durand dans l’industrie électrique, à savoir la Cie des Tramways électriques de Saint-Etienne (VUILLERMOT (Catherine), Pierre-Marie Durand et l’Energie Industrielle. L’histoire d’un groupe électrique 1906-1945, Paris, CNRS Editions, 2001, p. 37).

11 Délibération Conseil municipal Béziers du 26 mars 1914, Archives communales, Béziers.

12 VUILLERMOT (Catherine), « Pierre-Marie Durand : stratège de la croissance externe », in MARSEILLE (Jacques) (dir.), Créateurs et créations d’entreprises de la révolution industrielle à nos jours, Association pour le développement de l’histoire économique, 2000, p. 520-521.

13 A. D. Hérault, 8 M 662.

14 VUILLERMOT (Catherine), Pierre-Marie Durand et l’Energie Industrielle. L’histoire d’un groupe électrique 1906-1945, Paris, CNRS Editions, 2001, p. 78.

15 Délibération Conseil municipal Grand-Combe du 2 août 1909 et A.G. Cie des mines de la Grand-Combe du 18 mai 1910 (A. D. Gard, 18 J 1153).

16 C.A. SGCEE des 6 juin 1913 et 19 juin 1914.

17 C.A. SGCEE du 26 mars 1936.

18 C.A. SGCEE du 5 décembre 1919

19 C.A. SGCEE des 12 juin et 10 décembre 1930

20 C.A. SGCEE du 12 août 1912. Un nouveau contrat d’une durée de trois ans, renouvelable par tacite reconduction sera signé en 1920 (C.A. SGCEE du 9 juillet 1920).

21 C.A. SGCEE du 14 décembre 1916 et 9 octobre 1920

22 A.G. Cie de la Grand-Combe des 22 mai 1912, 26 mai 1915 et 24 mai 1916.

23 C.A. SGCEE des 2 octobre 1922 et 23 janvier 1925, A. G. SGCEE du 15 décembre 1924

24 C.A. SGCEE du 27 juin 1927

25 C.A. SGCEE du 29 juin 1929

26 C.A. SGCEE du 18 octobre 1918

27 C.A. SGCEE du 28 juin 1924

28 C.A. SGCEE du 10 mars 1926

29 C.A. SGCEE du 14 juin 1928

30 CHABAL (Cédric), « Mutation et concentration des sociétés d’électrification en Ardèche », Bulletin d’Histoire de l’Electricité, décembre 1998, n° 32, p. 143

31 Rapport du C.A. SGCEE à l’AG du 21 12 1940.

32 C.A. SGCEE du 14 juin 1928

33 C.A. SGCEE du 18 juin 1921 et 2 octobre 1922

34 C.A. SGCEE du 14 décembre 1918

35 C.A. SGCEE 28 juin 1924

36 C.A. SGCEE du 12 juin 1930

37 C.A. SGCEE des 8 juin, 15 octobre et 3 décembre 1936.

38 C.A. SGCEE du 28 juillet 1919

39 C.A. SGCEE du 18 octobre 1918

40 C.A. SGCEE du 4 mars 1921

41 C.A. SGCEE du 27 juin 1927

42 C.A. SGCEE du 10 mars 1926

43 CA de la Cie houillère de Bessèges, du 22 décembre 1928.

44 C.A. SGCEE du 14 juin et 12 décembre 1928

45 C.A. SGCEE du 11 décembre 1929

46 Sur la STEC, cf Archives EDF, 775246 et 775 247.

47 C.A. SGCEE des 19 novembre et 3 décembre 1931.

48 Rapport du C.A. SGCEE à l’AG du 21 décembre 1940.

49 Sur la place relative de la SMTF, cf BOUNEAU (Christophe), « L’électrification extensive d’une région économique : le Sud-Ouest avant 1914 », Bulletin d’Histoire de l’Electricité, n° 13, juin 1989, p. 43-61.

50 Cf ESCUDIER (Jean-Louis), « Stratégie territoriale et mobilisation des capitaux : la Société Méridionale de Transport de Force de 1890 à 1930 », in BARJOT (Dominique), COEURE (Sophie), MORSEL (Henri), Stratégies, gestion, management. Les compagnies électriques et leurs patrons 1895-1945, Paris, 2001, p. 219-234.

51 C.A. SMTF, 7 juin, 24 novembre 1900 et 5 novembre 1901 et A.G. du 27 juin 1902.

52 C.A. SMTF, 19 janvier 1907.

53 A. D. Aude, 6 U1 230.

54 A. D. Pyrénées-Orientales, 4 U 1122 et 13 Sp 14.

55 Sur les diverses activités de cet homme d’affaires, cf ESCUDIER (Jean-Louis), Edmond Bartissol 1841-1916. Du canal de Suez à la bouteille d’apéritif, Paris, CNRS Editions, 2000, 312 p.

56 Cf C.A. SHER des 5 mai, 14 et 30 juin, 27 juillet 1911, A. G. ordinaire du 21 mai 1912 et C.A. SMTF des 28 juin, 24 juillet et 20 août 1911, 24 février et 10 mai 1913, 13 novembre 1914 et 25 mars 1919.

57 C. A. SHER, 22 avril 1919.

58 A. G. SHER du 26 juin 1933 et A. D. Aude, 6 U1 253.

59 Pour un exemple d’électrification rurale, cf ESCUDIER (Jean-Louis), « Analyse de la stratégie économique et financière de la Société Méridionale de Transport de Force 1890-1945 », Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude, t. CII, 2002, p. 119- 128.

60 Conseil de Direction Energie Electrique du Rouergue du 19 novembre 1924 (boite EDF-GDF, 732419).

61 A. D. Hérault 6U5 270, Tribunal de Commerce de Montpellier, 24 novembre 1928.

62 Cité par BOUNEAU (Christophe), L’électrification du grand Sud-Ouest de la fin du XIXe siècle à 1946, Fédération historique du Sud-Ouest, 1997, p. 448.

63 Cet échange de correspondance est conservé dans les archives de l’UPEPO, boite fonds EDF-GDF 730894.

64 C.A. SGCEE, 23 septembre et 15 octobre 1931

65 A. D. Hérault 6U5 277, Tribunal de Commerce de Montpellier et 6U4 85, Tribunal de Commerce de Lodève

66 D’après SEGRETO (Luciano), « Le rôle des investissements suisses dans l’industrie électrique jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale », in TREDE-BOULMER (Monique), (dir.), Le financement de l’industrie électrique 1880-1980, 1994, p. 204.

67 Lettre de Godin du 20 juin 1933 (UPEPO, boite fonds EDF-GDF 730894)

68 Avenant au contrat signé le 27 juillet 1933 (UPEPO, boite fonds EDF-GDF 730894).

69 Rapport C.A. à A.G., ETOG, juin 1938.

70 Sur ces installations techniques de la « Pyrénéenne », cf LAURENS (Pierre), « Evolution du Génie civil dans les aménagements hydroélectriques en montagne de 1895 à 1988 » in CARDOT (Fabienne) (dir.), Des entreprises pour produire de l’électricité, Association pour l’Histoire de l’électricité en France, 1988, p. 45-58.

71 Comptes des exercices 1929 à 1939 in rapport C.A. à A. G. SPEE.

72 C.A. SBLF, 29 mai 1906 et A. D. Hérault 6U2 218, Tribunal de Commerce de Béziers, 13 août 1906.

73 C.A. SBLF, 9, 27 et 28 mars 1905, 16 septembre 1908 et 21 avril 1914.

74 C.A. SBLF, 20 décembre 1908.

75 Cette banque sera absorbée par la BNCI. en 1937 ; cf fonds de la banque Adam, Arch. nat. 125 AQ (Centre des archives du Monde du Travail de Roubaix).

76 A. D. Hérault 6U2 239, Tribunal de Commerce de Béziers, 27 avril 1925.

77 A. D. Hérault 6U2 244, Tribunal de Commerce de Béziers, 29 mars 1928.

78 Arch. dép. Hérault, 8 S 213.

79 C.A. SFMA 1er mars 1910.

80 D’après comptes financiers SFMA, Exercices 1926 à 1930 (Délibérations du C.A.).

81 C.A. SFMA, 27 septembre 1931 (A. D. Hérault, 6 U2 245).

82 AG extraordinaire SLEE 22 août 1925.

83 C.A. SLEE du 1er avril 1924

84 C.A. SLEE du 8 janvier 1926.

85 C.A. SLEE du 25 juin 1934

86 Sur Loire et Centre cf SEYEUX (Claire), “La Compagnie Electrique de la Loire et du Centre 1912-1932”, Bulletin d’Histoire de l’Electricité, n° 32, décembre 1998, p. 155- 180.

87 C.A. Cie d’Electricité de Béziers, des 16 mai, 2 et 28 juin 1934.

88 C.A. du 2 et 18 mars 1938 :

89 Première étude sur la société lozérienne d’Energie Electrique, document dactylographié, 19 p. + annexes.

90 Lettre de l’administrateur-délégué, Pierre Massé, en date du 31 décembre 1940.

91 MARLIO (Louis), « Les ententes industrielles », Revue de Paris, février 1930, p. 823- 852.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search